Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
-60% Batterie externe charge rapide 20 000 mAh
Voir le deal
15.97 €

 

 Deculturation

Aller en bas 
AuteurMessage
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Deculturation  Empty
MessageSujet: Deculturation    Deculturation  EmptyMer 7 Mar 2012 - 10:20

(Suite de-1)….. (L'étymologie de ce mot extrêmement injurieux de mulâtre que la fin du XVIIIe siècle a, hélas, banalisé, en dit assez long sur l'état d'esprit des gens qui considéraient implicitement que l'union d'un Européen et d'une Africaine était contre nature, tout autant que l'accouplement d'un âne et d'un jument. A preuve: les mulets qui résultent de tels croisements sont stériles) (C.R) « Il faut en conclure..., continuent-ils, (conversation entre deux notables de Caux en France),…. que les mulâtres ne doivent pas corrompre le sang français. Car, une seule goutte impure suffit à empoisonner des générations entières….Mais quand on connaît leur lubricité, forcément bestiale, on est forcé d'admettre que la meilleure solution serait de les renvoyer chez eux. Aux îles, en Afrique, chez les singes, mais pas ici ».



Les femmes affranchies-Filles de riches colons

Ces réflexions bêtes et malveillantes devraient allumer chez l'Haïtien nouvellement libre, un éclairage nouveau en rapport à son africanité, à son haïtianité définitive en lien avec la terre qui l'a vu naître en vue de retourner la féconder dans toute sa splendeur pour démontrer à ces barbares d'une autre époque, ces racistes impénitents qu'ils se sont royalement trompés. Mais, cependant, le choix était déchirant entre l'humiliation, la survie et l'inconnu. Dans la réalité le mulâtre se trouve, par consanguinité, placé entre l'enclume et le marteau, entre ses géniteurs, le noir et le blanc. Le premier est en lutte pour sa survie, tandis que le dernier possède déjà le monopole du pouvoir, du savoir et de l'argent dont la preuve ne laisse aucune place à l'indifférence et du hasard. Donc, par pragmatisme éclairé pour certain ou par amnésie mystificatrice pour d'autres, en pratiquant la politique du « pito nou lèd nou là », le choix du mulâtre n'a souffert d'aucune hésitation.





Mie Lavaud, Louisianaise célèbre en foulard jaune. Elle est originaire d'Haïti.


Un autre exemple à lire, si le cœur vous en dit, a été relaté par Serge Bilé, dans son célèbre bouquin, Noirs dans un camp nazi en rapport aux épreuves subies par deux jeunes haïtiens dans la France occupée, Christian et Jean Nicolas prisonniers des Allemands pendant la 2em grande guerre. Ou, encore, la misère des mulâtresses, libres, venues d'Haïti en 1801 et refugiées à New-Orleans, aux États-Unis. Ces dernières étaient obligées par loi de porter une cocarde jaune ou de coiffer leur cheveu en chignon recouvert d'un foulard de la même couleur, soulignant leur statut inférieur dans la société coloniale. Ces femmes étaient en butte à un avenir incertain. Mulâtresses, belles à damner un saint, bronzées comme un cœur, elles savaient que marier un noir, c'était jouer à la roulette russe. Leurs descendants seraient condamnés à la même humiliation qu'elles, et le risque omniprésent de se retrouver un jour dans les fers était palpable. Donc, leur seul salut demeurait dans l'indignité, celle de devenir la maîtresse d'un blanc; le plus souvent, un matelot de passage, un voyageur itinérant. En un mot devenir «des p'tites t'amuse», presque de la prostitution et la misère assurée.


Par conséquent, pourquoi ne pas retourner en Haïti et braver l'adversité avec ses frères nègres, dans le seul pays où elles seront définitivement libres. En fait, ce n'était pas non plus aussi facile, après avoir fui l'île en plein bouleversement avant l'indépendance. Mais, à leur place, peut-être, aurais-je tenté le diable, tout en faisant amende honorable et consacrer ma vie au risque de la perdre au profit des gens dont le sang dans mes veines ne sont point étranger au leur. Peut-être, en nombre suffisants et instruits, Haïti aurait vogué sous de meilleurs alizés. Non! Elles ont choisi de porter la cocarde jaune, être la « yellow girl » du village. Ainsi, après s'être désaltérées à l'abreuvoir de la stupidité humaine, ces mignonnes colorées préféraient-elles vivre à la remorque du blanc au lieu de venir terminer l'œuvre de grandeur entamée à la naissance du nouveau monde, leur monde! Et pourtant, selon les analystes de l'époque, ces descendants haïtiens étaient cultivés, instruits, et économiquement prospères en tant que musiciens, artistes, professeurs, écrivains, et médecins. Dans "Louisiana's Creoles of Colors" un quotidien de l'époque, James H. Dorman a déclaré que le groupe a été clairement reconnu comme spécial, productif, et digne par la communauté blanche, citant un éditorial dans le New Orleans Times Picayune en 1859 qui les a qualifiés de «créoles de couleur». Source : Rodolphe Lucien Desdunes : Notre peuple et notre Histoire (Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1973).

En réalité, le ver était dans la pomme. L'enseignement reçu par ces générations d'haïtiens à la signature du Concordat, en mai 1863, n'avait qu'un but : Perpétuer la présence française en divisant les uns et les autres. En se basant sur les préceptes coloniaux, la tradition a fait le reste. Ils ont empoisonnés les rapports qui devraient résulter entre frères de sang et de combat. Ils ont bousillé leur humanité.



Subtilement, tous les instruits se trouvent naturellement en transition de classe et promus au rang de «philosophes, grand nèg, neg savé, neg palé françé », des termes loufoques insidieusement glissés dans la pensé du négro pour mieux le contrôler. Souvenez-vous de Zabelboc, farci d'orgueil, chômeur invétéré, diplômé en droit, dans la pièce satirique de Maurice Sixto : « Ben! Ils doivent m'appeler. Ils ne peuvent gouverner sans moi!». En un mot, cette façon de penser et de se comporter métamorphose du jour au lendemain 90% des Haïtiens instruits en des voleurs atypiques ou clowns décorés, en des corrompus dédiés ou des rêveurs au pied léger et sans vision qui ne lorgnent qu'une place : le fauteuil présidentiel et la caisse des espèces sonnantes et trébuchantes qui l'accompagne. Voilà la gangrène qui ronge ce pays.

Le processus de la division –

L'éducation reçue s'avère être la clé qui permet à l'homme à son début de saisir l'essentiel de son environnement et d'interagir avec lui. Donc, dire d'un diplômé qu'il est supérieur à son voisin créolisant ou analphabète, c'est le condamner à prouver par tous les moyens possibles qu'il est vraiment ce «Pic de la Mirandole» patenté, ce grand nèg rêvé et recherché. Pour ce faire, cric-crac, il sort son français du dimanche et parle avec snobisme, de ses cousins aux yeux bleus: Hugo et Corneille, de ses amis grecs, Aristote et Socrate, de ses oncles allemands : Nietzche et Hegel…etc; et cela, dans un seul but : émerveillé et bluffer son frère sous instruit. Mais s'affubler du titre de grand nèg et se voir plus pauvre que notre Job de la bible est un handicap majeur. Logiquement, il manque quelque chose au bonheur de notre Zabelboc national, Beurre à Chatte. Que la patience aille diable. Dans un monde parfait, il devrait bâtir château et rouler carrosse. Alors, au premier emploi venu, à lui la caisse. Il se paie de la fausse monnaie de ses rêves. Il est allergique avec le travail manuel. C'est le domaine des esclaves. Il exploite sa propre race. Pour se déculpabiliser, il dérive sur son propre slogan : Nèg riche sé blanc…etc. La ressemblance à ce dernier ne cesse de le hanter. Il s'enrichit sans vergogne pour sa 3em génération en pillant le premier coffre tombé sous ses griffes. Les produits d'Haïti sont trop créoles à son goût. Vite, un p'tit tour à Paris chez Cartier, ou dans les magasins hors de prix. C'est comique, mais c'est ainsi que cela se passe. La politique de l'imputation n'existe pas. Tout le monde le fait, fais-le donc! Cette éducation reçue, au lieu de créer des Haïtiens avec un grand H, a donné naissance à des macaques avec un grand M. (à suivre)……




Max Dorismond

Mx20005@yahoo.ca

Mars-2012
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Deculturation  Empty
MessageSujet: Re: Deculturation    Deculturation  EmptyMer 7 Mar 2012 - 10:31

"Cette éducation reçue, au lieu de créer des Haïtiens avec un grand H, a donné naissance à des macaques avec un grand M." (à suivre)

……
il a ecrit tout ce que j'avais voulu apprendre à nos zentelektyels de pacotille et a nos ti wouj ridicule.ah ah ah ah (lol)Ce texte me rappelle le livre de Gary Victor :"Aliburon ou le protrait d'une elite."
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Deculturation  Empty
MessageSujet: Re: Deculturation    Deculturation  EmptyMer 7 Mar 2012 - 18:03

Ce texte decrit la triste réalité d'un maitre zabelbok beurre à chatte;grand defenseur de Jean Claude Duvalier devant l'eternel.(lol)
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Deculturation  Empty
MessageSujet: Re: Deculturation    Deculturation  EmptyMer 7 Mar 2012 - 21:28

Quand un peuple choisit Sweet mickey au lieu de Myrlande Manigat on ne peut plus parler de deculturation ,mais plutot de decheance morale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Deculturation  Empty
MessageSujet: Re: Deculturation    Deculturation  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Deculturation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: