Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -75%
Gears 5 – Jeu Xbox One
Voir le deal
9.99 €

 

 Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. EmptyLun 7 Mai 2012 - 12:28

Le Changement c'est maintenant ? Alors tournons la page des années Napoléon !

L’élection de François Hollande ne marque pas seulement le terme d’un quinquennat.

C’est le tournant d’une décennie. Que dis-je ! C’est la fin de dix-sept ans de scandale.
Que dis-je ! C’est la borne que nous plantons après tant de siècles pour dire que ça suffit.

Pour ma part, sans jamais désespérer, mais avec de la tristesse parfois, je me suis suffisamment exprimé, toutes ces années au cours desquelles j’ai mené une lutte constante d’homme libre, sur ce système qui consistait à attiser les divisions à travers la promotion de tant d’imposteurs et de faux nez, plus inutiles, plus médiocres, plus vils les uns que les autres.

Ils ne traduisaient que l’expression du racisme exacerbé et du mépris colonial que les décideurs - politiques, économiques, médiatiques- avaient de cette histoire de France qu’on n’apprend pas dans les écoles et des séquelles qu’elle a laissées dans notre société fracturée et meurtrie.

La mise en place systématique de ces professionnels de la «diversité», de ces mercenaires de la négritude, de ces aventuriers de la mémoire, de ces racketteurs de l’antiracisme, dont le rôle était de parler à notre place, nous qu’on n’avait pas envie d’entendre, c’est fini.

Les copains et les coquins, les cabinets noirs, l’éloge de la nullité, le droit de cuissage systématisé au plus haut niveau, le vice, l’arrogance, l’impunité, c’est fini.

Les kermesses coloniales du 10 mai- jour de reconnaissance officielle d'un crime par la République - les kermesses coloniales célébrées en catimini devant des monuments risibles, dans des jardins qui ne sont fermés que ce jour-là, c’est fini.

Les rejetons de négriers et de colons qui prétendent commémorer l’esclavage pour mieux humilier les vrais descendants d’esclaves, c’est fini.

Le népotisme, c’est fini.

Les salauds qui se bousculent pour être en vue au Panthéon au nom de Césaire, c’est fini.

Les danseurs, les footballeurs et les chanteurs qu’on déguise en intellectuels parce qu’on méprise profondément la pensée, c’est fini.

Les «statistiques ethniques» et la «race», c’est fini.

La dénonciation de l’ «auto-flagellation», de la «repentance» et de la «concurrence des mémoires», c’est fini.

Les gens de droite qui se disent de gauche, c’est fini.

Les nègres de service, c’est fini.

Les procès diligentés avec l’argent de l’État, c’est fini.

Les journalistes à la botte qui invitent sur instructions ministérielles, c’est fini.

Les filles violées, insultées quand elles se plaignent, c’est fini.

Les magistrats aux ordres, c’est fini.

Les historiens révisionnistes, c’est fini.

Les plongeurs et les cuisiniers cachés au fond des restaurants parisiens où se goinfrent les soi-disant progressistes qui font semblant de ne rien voir, c’est fini.

Les caïds et les grandes prêtresses de la télévision qui décident, au nom de la redevance, que les nègres - sauf s’ils sont bêtes ou martyrisés - ce n’est pas intéressant ou tout juste bon pour être vu passé minuit, c’est fini.

Les années Napoléon, c’est fini. Fini ! Fini !

Du moins, nous l’espérons.

Les décideurs qui nous ont imposé ces souffrances, ces outrages, viennent d’être balayés par nos suffrages qui sont universels, ne leur en déplaisent. De ceux là, l’histoire ne retiendra rien.

Quant à ceux qu’ils ont mis en place pour exprimer leur mépris, les voici aujourd’hui réduits à ce qu’ils étaient avant de se vendre au plus offrant, réduits à leur néant.

Le problème n’est pas que tous ces charlatans aient accumulé tant de prébendes, décorations, sinécures et vaines gloires aux dépens de la République, ni qu’ils aient exhibé leur abyssale vacuité dans leurs carrosses de mamamouchis, c’est qu’ils aient eu les moyens de faire quelque chose mais qu’ils n’aient jamais eu le courage ni l’intelligence de le faire. C'est qu’ils ne laissent rien derrière eux si ce n’est le souvenir de leur incapacité et de leur déshonneur.

Aujourd’hui, à la veille de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, et de la formation d’un nouveau gouvernement, il faut tourner la page.

Mais ceux qui nous représentent, nous les indigènes, les gueux, les pioscrits, les indésirables, les suspects, les racailles , les caillasseurs, doivent désormais savoir que si le changement c’est maintenant, alors il va falloir, tout de suite, aujourd’hui même, en finir avec ces méthodes.

Parce que ceux qui, comme moi, avec moi, se sont battus tous les jours depuis toutes ces années qui étaient des siècles ne désarmeront jamais s’ils devaient s’apercevoir que ceux qui décident, ceux qui sont à présent sur le podium, ont toujours, auront toujours la même couleur.

S’ils devaient s’apercevoir que la «diversité», ce ne serait bon que pour pour les figurants, ceux qui applaudissent, ceux qui courent à côté des voitures à gyrophares des VIP avant qu’elles ne prennent de la vitesse.

S’ils devaient s’apercevoir qu’on va, en fin de compte, reprendre les mêmes, ceux qui sont interchangeables, sous contrôle, pas dérangeants, toujours du côté du manche, ceux qui savent d’autant mieux se taire qu’ils n’ont jamais rien à dire.

Si c’était cela, le «changement», alors la lutte continuerait de plus belle, sans merci.

Et s’il ne restait que les mots pour se battre, ces mots-là, les miens en tout cas, on s’en souviendrait longtemps.

Car parfois, grâce aux mots, à ces mots-là, les miens en tout cas, des monuments qu’on avait abattus ressurgissent de la terre.

Pendant toutes ces années, la seule chose que nous ayons obtenue, la seule chose qui restera, c’est d’avoir fait apparaître à Paris, sur la voie publique, des chaînes imposantes, incontournables, dérangeantes. Pas les chaînettes mignonnettes du Luxembourg. Non ! Les chaînes, les vraies, celles qui font peur, celles qu’ils font semblant de ne pas voir depuis trois ans, place du général-Catroux.

L’une est déjà ouverte. L’autre, c’est à nous de la briser.

C’est donc là et pas ailleurs que nous devons nous rassembler pour tourner la page jeudi 10 mai 2012 à 18 heures devant le monument au général Dumas pour montrer qu’on ne nous paiera pas de mots, puisque les mots, c’est notre affaire et que nous saurons toujours nous en servir.

Pour montrer que nous ne sommes pas seulement une réserve de voix.

Pour faire savoir qu'on ne nous emprisonnera plus jamais derrière des grilles le 10 mai, à l’heure où les travailleurs sont à la peine, blancs-becs et petits marquis devant, nègres matraqués, expulsés, derrière.

Pour rappeler qu’on ne nous mènera plus jamais en bateau.



















--------------------------------------------------------------------------------
Désinscription / Changer d'adresse e-mail
Powered par YMLP
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Re: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. EmptyLun 7 Mai 2012 - 12:41

Esperons qu'on aura plus un Didier le Bret en haiti pour applaudir la ratification d'un Laurent Lamothe a la Primature par un Parlement corrompu.Esperons que cette nouvelle france ne complotera plus avec l'oligarchie haitienne pour renverser les gouvernements qui reclament une augmentation de salaire pour les ouvriers et le paiement de cette somme que les francais avaient escroquée du President Boyer par les armes.Esperons qu'enfin on ne tuera plus les Thomas Sankara en afrique.Et enfin esperons que la liberté,l'egalité et la fraternité ne seront plus de vains mots pour les nègres.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17041
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Re: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. EmptyLun 7 Mai 2012 - 13:22

Espérons que CLAUDE RIBBE qui avait brigué un siège de DÉPUTÉ sous la bannière socialiste ,pourra influencer tant soit peu la politique étrangère française et que la FRANCE nous laisse en paix pour déterminer nos propres affaires.

J'en doute mais on ne sait jamais!
Revenir en haut Aller en bas
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 70
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Re: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. EmptyLun 7 Mai 2012 - 14:44

pour ça messieurs il vas y avoir une guerre civile en europe car voila

https://www.youtube.com/watch?v=wrC_ySk1vb4&feature=player_embedded
regardez bien la reaction de ce pauvre type qui se crois planquer ,tout a la fin dans les dernieres secondes
il a comme une crainte dans son regard study
Revenir en haut Aller en bas
ainsi ne soit-il
Super Star
Super Star
ainsi ne soit-il

Masculin
Nombre de messages : 2404
Localisation : terre-neuve
Loisirs : chiquer du tabac, molester les molosses
Date d'inscription : 03/05/2010

Feuille de personnage
Jeu de rôle: l'hallucinogène

Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Re: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. EmptyLun 7 Mai 2012 - 19:35

Un autre nègre en colère. Sans me connaître personnellement, une fille me faisait comprendre que je l'avais en moi, i.e, de la blancophobie, comme mon père, disait-elle, que ce dernier sans doute avait été un homme en colère. Il y a de ces gens qu'on ne peut pas changer pour ne pas dire simplement que le monde ne changera jamais malgré les apparences. Ainsi donc, elle peut se permettre de me juger et prétendre me connaître.

Je lui ai fait comprendre qu'au contraire de mon père, j'étais l'homme en colère, qu'il n'avait jamais de sa vie à avoir une jeune imbécile comme elle en face de lui. Ainsi donc, les colonialistes croient que c'est en distribuant de petits avantages à quelques nègres, en intégrant les enfants d'immigrés, en les assimilant qu'on effacera de leur subconscient les souffrances du peuple noir auquel ils appartienent.

Souvent l'on me demandait pourquoi j'avais choisi de laisser tomber des cas sérieux où il était question de violation ou de tentative de violation de mes propres droits démocratiques. Moi, je ne crois pas à la justice des hommes, surtout à celle du méchant colonialiste tant que je vis dans son pays et que mon offenseur est de race blanche. Je me dis qu'il y a un prix à payer quand on s'est fourvoyé chez un colon
qui n'a pas appris premièrement comment traiter ses premiers hôtes. L'important, c'est de rester alerte et de ne pas donner à quiconque les motifs pour décider pour soi. Car je suis persuadé que dans tous les pays colonialistes, le système policier est prévu pour entasser les nègres dans des prisons. Les populations carcérales sont en majorité constituées de gens de classes défavorisées. Or partout dans ces pays, l'homme noir est fiché rien que par la couleur de sa peau, il est l'être le plus menacé, le plus fragilisé vivant parmi les charognards sans égard pour son statut socio-économique.

Tant mieux pour ceux qui n'ont pas encore compris que leur salut est entre leurs propres mains et non pas dans la bonté ou la bonne foi des autres. Bâtissons nos pays d'abord, éduquons nos peuples et nous serez craints pour nos propres raisons et non les leurs! Nous sommes tous témoins du respect des Occidentaux pour ceux qui peuvent leur faire mal, qui les font sauter, qui les massacrent, qui les insultent. Malgré ça, l'homme noir reste le plus craint.

C'est pourquoi je conseille toujours à mon entourage de ne jamais se laisser entraîner là où le système veut les conditionner ou les garder.

Oups!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty
MessageSujet: Re: Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.   Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sak ap pase an Frans lan se pwoblèm ayisyen tou. Klod Rib mete presizyon.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: