Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty
MessageSujet: Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu   Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu EmptyMer 4 Avr 2007 - 22:51

Le Jean Dominique que j'ai connu

EDITORIAL

PORT-AU-PRINCE, 31 Mars
- C'était les Sixties, la culture bougeait partout, dénoncée par les hippies de Woodstock et les étudiants de Mai 68 en France, un de leurs cris de guerre étant " la culture c'est comme la confiture, moins on en a et plus on l'étale. " Mais le roi est mort, vive le roi. En effet, paradoxalement, ce mouvement avait déjà ses icônes, les américains Norman Mailer et Truman Capote (écrivains) et le pape du pop art, Andy Warhol.

En France, la nouvelle vague. Godard, Truffaut.

Et c'est Jean Dominique qui fit découvrir à une Port-au-Prince en pleine zombification sous la férule de Papa doc, les films d'un Alain Resnais - Hiroshima mon amour et d'un Antonioni (La Nuit, Blow up). Sans lui, on serait passé à côté de génies comme Orson Welles - Citizen Cane. Etc.

Son émission " T. J. Publicité " diffusée chaque après-midi sur l'ancienne et historique Radio Haïti était suivie comme une messe. T comme son épouse à l'époque Thérèse Roumer Dominique qui de son côté était une férue des Rolling Stones... et davantage encore du vodou et du yoga.

Le Jean Dominique de ces années-là était un chouchou des classes aisées de Port-au-Prince, du moins ce qu'il restait de la grande vague d'émigration qui avait suivi l'arrivée au pouvoir de Duvalier et des tourments déclenchés par ce dernier contre l'ancienne élite.

Il parlait cinéma, littérature et poésie, et il en parlait mieux que personne. Comme dit la Roxane de Cyrano : il n'en parle pas ma chère, il en disserte !

Bref, tout le monde est à ses pieds, on se bouscule à ses séances de ciné-club qu'il présente d'abord dans le tout petit théâtre de l'ancien et historique Institut Français d'Haïti au Bicentenaire, puis à Magic Ciné dont le propriétaire était un homme de grande culture. Il n'en manquait pas jusqu'à cette époque, la grande bourgeoisie haïtienne ayant eu autrefois une tradition de protectrice des arts et des lettres. Tant que ceux-ci ne lui faisaient pas ombrage.

L'affaire Pasquet...

Pourtant nous parlons de celui dont le frère, Philippe Dominique, a participé au seul coup de main contre François Duvalier qui ait failli réussir, l'affaire Pasquet. Les envahisseurs l'ont tous payé de leur vie.

Cependant on ne lui connut aucune persécution particulièrement ciblée de la part de la dictature, en dehors des harassements que nous tous de la presse indépendante eurent à subir... Et jusqu'à notre exil en novembre 1980 sous le règne du fils, Baby Doc.

Alors qu'aujourd'hui il est de bon ton, même pour d'anciens laudateurs du régime à vie, de faire valoir bruyamment leur carte d'ex-opposant, il nous paraît juste de le rappeler.

Jusqu'au 29 novembre 1980, on ne faisait pas de politique à proprement parler. Et pas plus Jean Dominique qu'aucun autre d'entre nous. On poussait le civisme très loin, certes, et le plus loin. C'est pas tout à fait la même chose.

Mais Jando perçait déjà sous Jean Dominique. 1971. Fiston Duvalier déclara que son père a fait la révolution politique et que lui fera la " révolution économique. " Ses protecteurs internationaux lui firent comprendre que les capitaux viendront s'il accepte une certaine " libéralisation " du régime.

Un hebdomadaire, Le Petit Samedi soir, prend naissance autour d'un groupe d'intellectuels de la classe moyenne. Radio Haïti Inter, nouvelle station créée par Jean Dominique, devient le principal porte-parole de cette " renaissance " de la culture locale.

Enfant terrible de la bourgeoisie...

Jean Dominique prononce une conférence à l'Institut Français qui marque un nouveau tournant dans sa carrière. " Collier maldyòk et transistor. " Le journaliste et intellectuel devient l'apôtre de la culture nationale dont les deux mamelles sont historiquement le créole et le vodou.

C'est le franchissement d'un deuxième palier où l'ex-enfant terrible de la bourgeoisie port-au-princienne devient à présent plus proche des classes moyennes (celles du théâtre de Frankétienne - Pèlin Tèt et de Rassoul Labuchin, de la poésie de Philoctète et la peinture de Rose Marie Desruisseaux) au point que les élites traditionnelles ne lèveront pas le petit doigt lorsqu'il partira pour son premier exil (1980-1986) jusqu'à la chute de la dictature en février 1986.

Jean Dominique et son ancienne équipe (dont une bonne partie avait été expulsée également du pays) relancèrent alors Radio Haïti Inter. Et cette fois sous le signe du grand mouvement libérateur et démocratique du 7 Février 1986. C'est-à-dire sans aucune réserve, sans se ménager, sans paratonnerre, Haïti Inter se proclame la voix des sans voix, la radio du peuple haïtien et spécialement des plus défavorisés. Joignant le geste à la parole... et la parole au geste !

Un " lavalas indépendant " !...

Survient le phénomène Lavalas. Jando y est de plein pied, envers et contre tout, et qui sait envers et contre lui-même, du moins parfois. Pourquoi il finira par se déclarer un " lavalas indépendant ", néologisme qui ne survivra pas à son créateur.

Mais si la culture c'est comme la confiture, la politique c'est pas de la tarte. Lavalas fait peur, aussi bien aux anciennes élites qu'aux classes moyennes.

Si l'on ne se trompe, la cassure se fit nette après une manifestation au Champ de Mars sous l'égide d'un certain président de la Chambre de commerce nommée Olivier Nadal.

Le lendemain, des barons du milieu d'affaires, mécontents du reportage de Jean Dominique, annoncèrent publiquement leur intention de couper les vivres à tous les médias perçus comme non conformes à leurs intérêts et de promouvoir leurs propres organes de presse et organisations politiques. Et c'est ainsi depuis !

Le sang sèche encore plus vite...

Cette décision remua de bien mauvais souvenirs. En effet, ce fut pareil en novembre 1980. Le crack down sur la presse indépendante pouvait être pressenti. De grosses boîtes avaient annulé leur contrat publicitaire avec les stations qui allaient être frappées. Evidemment, seules les vraies victimes qui s'en souviennent encore. Le sang sèche encore plus vite dans l'histoire quand ce n'est pas le sien.

Jean Dominique a été assassiné le 3 avril 2000, il y a 7 ans jour pour jour. Les assassins courent toujours... quels qu'ils soient !

Les juges se succèdent, mais l'instruction n'a pas bougé d'un pouce. Les pistes se multiplient, se recoupent et se perdent en un véritable labyrinthe, voulu ou pas.

En tout cas, ceci confirmerait, si besoin était, que Jean Dominique est mort du mal le plus redoutable chez nous depuis le drame du Pont rouge: la politique. A plus forte raison quand les réseaux politiques se confondent avec ceux de la drogue et de tous les trafics les plus mystérieux possibles et imaginables dans un kaléidoscope renvoyant les images les plus noires, les plus effrayantes, les plus terribles.

Ou alors c'est de n'avoir pas fait la politique qu'on attendait de lui. Ce qui est encore plus impardonnable.

Son nom est honoré dans le peuple comme d'un héros. Mais pauvre peuple, il faut se garder aussi d'attendre plus qu'il ne peut en donner !

Editorial, Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty
MessageSujet: Re: Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu   Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu EmptyJeu 5 Avr 2007 - 7:59

mwen sot li ke yon nan moun yo akise ki te patisipe nan lan mo Jando a ,ale nan peyi san chapo tou yè apre midi ;yo fèl wè koulè san li tou.kouman moun save yo di anko:"la vengeance est un fruit qu'on mange ..........ki frap par le p perira par le P.disait le filosof.Mwen pat janm konnen ke Philippe Dominique ki te patisipe nan kou deta militè kont Francois Duvalier en Juillet 58 se te frè Jando.Ki donk Jando se te yon kadav anbilan.oligachi ya te ba kap li van pou yo te koupe l ra lanpa.

mwen sonje genyen yon jounalis Petit Samedi soir ki lè mwen te ale an ayiti an 1980 ki te vle banm yon lo jounal pou m te pote New York mwen te di li yo ba kap nou yon ti van pou yo koupe l ra lanpa. gen lè ou konprann mwen se moun fou.Li ka te fashe kont mwen men an novembre 80 mwen tande yo tout te blije pran ekzil yo bat frè li nan kasern Dessalines . Politik an ayiti se yon bagay sal ,men ou met montre yo pa A+B se pa hing hang ,touye frè ak sè yo ki se byen yap chache pou peyi ya ki ap resoud pwoblem yo se komsi se woch wap voye nan lan mè.

An tou ka Jando mouri nan sa ke li te renmen ,nou dwe ran li omaj ke li merite pou kouraj li.pase lè yon moun an ayiti ou leve vwa w pou lite pou chanje kondityon pov yo ou tou konnen ke wap mache ak serkey ou anba bra w.Ayisyen sa yo ki genyen kalite kouraj saa yo men mete chapo mwen byen ba devan yo e sa ki mouri pou defann dwa pep la se pou nou genyen yo yon rekonesans eternel;.wap mande koulyè ya :Pour qui sonne le glas?Au suivant
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17263
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty
MessageSujet: Re: Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu   Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu EmptyJeu 5 Avr 2007 - 9:58

Lanmò Jeando,te aranje anpil moun.
Misye te gen diferans li ak Aristide,sitou moun ki te alantou misye yo,koumanse ak Danny Toussaint;men fèk nou di ,si misye te la ,koudeta a pa t ap fasil konsa.

Kou,Jeando,t ap wè bra enperyalis yo dèyè do koudetayis yo,misye t ap kanpe kont yo;e misye pa t ap manke fè pèp lan wè kisa ki t ap prepare.

Kididonk m ap redi l ,lanmò misye an aranje anpil moun!
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty
MessageSujet: Re: Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu   Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu EmptyJeu 5 Avr 2007 - 17:34

MWEN DAKO AK OU JOEL,
LANMO JANDO TE FE PATI DE VAS ANSANM KI TA PRAL ABOUTI A 29 FEVRYE.PASKE DEPI BYEN AVAN NAN LANE 97 98,LE GEN YON DERAPAJ NAN PEYI RADYO OU WE KI FE PATI DE 184 YO TE KLEWONEN YON SEL MO:MOUN KI DI YO SE PWOCH FANMI LAVALASOU BYEN MILITAN FANMI LAVALAS.ANPIL MOUN TE PRAN NAN BAGAY SA A .PWOPAGAN NAN TE BYEN REYISI PISKE KI DI FANMI LAVALAS=VYOLANS.A LEPOK TI PE A PAT JANM METE SOU PYE MWAYEN EFIKAS POU KONTRE LOBEY SA AYO.O KONTRE ,YO TE FEL KWE SE PEP LA KAP MANIFESTE POU KA TOUNEN.LANMO JAN DO OU KA METE SOU MENM PLAN AK LANMO METEYE AK SAK TE PASE 5 DESANM 2003.SETE AKSYON DESIZIF.
GEN 2 MOUN YO SITE NON YO NAN LANMO SA ANSYEN SOU MAJISTRA POTOPRENS HAROL GASPA AK JOSTID.MON CHE GEN YON YON SOUS KE MOIN KA FE KONFYANS DIM,2 MSYE SA YO TE TRE ZENTIM AK DANY TOUSEN.NAN YON SEREMONI LWA NEG SA YO KONN PATISIPE.GASPA DI LE LI BAY JANDO PREMYE BAL LA,JAN DO GADELI,LI FIKSELI.MOUCHE DI LI GEN YON SEL PEREZ PRAN LI SE LE SA LI BAL DEZYEM BAL KI KOUPE KAWOTID LI.YON BAL EKSPLOZIV.JOSPIT DI DI LI PAT GEN PWOBLEM POU TE TOUYE JANKLOD LOUISSAINT PASKE LI TE BAL YON BAL KITE KOUPE MWAL EPINYE LIE KI FE RAVAJ ANDEDAN LI.SE MENM TIP BAL SA A KI TE ITILIZE TOU:BAL EKSPLOZIV.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty
MessageSujet: Re: Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu   Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Editorial Haiti en Marche: Le Jean Dominique que j'ai connu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: