Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Nature

Aller en bas 
AuteurMessage
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 24/10/2006

Nature Empty
MessageSujet: Nature   Nature EmptyMer 4 Juil 2012 - 11:16

Poèmes de Edner Saint-Amour
(Extraits du livre inédit Album poétique II)

Poésie comme dialogue
La poésie est un dialogue avec les merveilles de la nature. Notre âme se laisse bercer à sa guise par l’eau, le soleil, la lune, les étoiles, la fleur, les arbres, la mer, la terre, la prairie, la beauté de la femme, la neige, l’ouragan, l’orage, la foudre, le tonnerre, le volcan, le tremblement de terre; tout qui séduit, attire, émerveille ou étonne. Le cœur en parle à loisir. Bref c’est un véritable mode de communication entre deux mondes, celui de l’âme humaine et de la nature. La poésie est une célébration des merveilles de la nature. On les chante, les transforme en art. La poésie est la manifestation de nos sens et de notre esprit.

Une attitude capitale que doit avoir le poète consiste à concentrer son énergie sur l’art c’est-à-dire sur l’œuvre créée ou à créer. En mille façons, la poésie est un outil de compensation. La poésie donne au poète la sensation de l’accomplissement de quelque chose de beau. La beauté à travers l’art est donc un idéal capital que doit rechercher le poète.

La recherche du poète à travers l’océan de l’art, plus particulièrement la poésie, peut être diverse. Et elle varie de poète en poète. À travers son œuvre d’art, certains poètes recherchent la beauté des rimes, d’autres la beauté du son, la beauté de la mesure. Tout dépend de la nature de ce qui attire le poète. La poésie est enfin la mise en forme en art de ce qui attire le poète.

La poésie, entendue dans son sens large, peut être définie. Pour nous la poésie est avant tout et parmi tant d’autres une forme d’écriture renvoyant à trois choses, image, précision et confusion.
Poésie comme image: La poésie est avant une image par laquelle nous nous représentons la réalité. Comme dans un phénomène optique où l’on parle d’objet et d’image, d’une personne et sa photo.

Poésie comme précision: Mais l’image dont on se sert pour nous représenter la réalité, pour être comprise, doit manifester une certaine clarté ou précision. Autrement dit, cette écriture ne doit pas être vague. Et l’on sait pourquoi. Si tout est vague, la compréhension se révèle impossible. En ce sens, la poésie connote d’abord l’idée de définition: sujet, idée, titre, thème, strophe, œuvre. Ensuite la poésie comme précision renvoie à la règle de grammaire, au style. C’est l’application des règles de grammaire et la manière d’application de ces règles qui rendent précise une pièce de poésie.

Poésie comme confusion: Si tout ne doit pas être vague, tout non plus ne doit être précis. À travers l’écriture, des choses sont restées cachées et diffuses que le lecteur remontera à partir d’un minimum d’attraction pour en saisir le sens. La poésie comme confusion renvoie à la diffusion, au caché. C’est surtout le côté caché ou diffus qui fait la richesse de la poésie. Le côté diffus peut reposer sur diverses choses et dépend surtout du poète. Cependant, une pièce de poésie ne doit pas être trop confuse sinon la compréhension se révèlera impossible. C’est l’application de certaines règles qui laissent traverser une pièce de poésie par une certaine clarté. Dans ce cas on peut même essayer de déterminer le degré de précision et de confusion d’un poème. Les images utilisées sont à être évaluées aussi dans ce sens.


--------------------------------------------------------------------------------

Hymne à la nature
Fidèle âme
Je connais la nature toujours fidèle
Comme la voix divine qui nous appelle
Elle nous invite à nous perdre en son sein
Pour y savourer ce qu’elle a de plus sain.

La nature est une fidèle Dame
Nous explorant dans la joie et le drame
Elle est la gardienne qui veille sur nous
Nous épargne même au jour du courroux

La mère qui nous allaite d’amour
Nous protège chaque instant de nos jours
La nature n’est pas comme le papillon
Qui vole d’environ à environ.

Elle est toujours là, la nature
À travers toute sa verdure
Qui répond à nos besoins
En nous couvrant de ses soins

Nature n’est pas une pièce d’argent
Qui nous quitte toujours en achetant
Elle est une mère, une fidèle âme
Qui nous berce dans la joie et le drame.

La nature est une âme fidèle
Qui toujours nous interpelle
Confions nous toujours en la nature
Qui nous couvre toujours de sa verdure.

Maîtresse
La poésie est dans la nature
Dans la feuille et sa verdure
À travers l’ombre de la vallée
Comme à travers le champ de blé.
Tout dans la nature nous inspire

Romance, mélodrame et satire
Tout dans la nature nous rassure
Des vers, rime, rythme et mesure.

La nature est comme une grande muse
Qui nous inspire et nous amuse
Elle apporte au cœur la gaieté
Couvrant l’âme de félicité.

Partons, partons à l’aventure
Dans la fraîcheur de la nature
Elle est là cette grande maîtresse
Qui nous accueille avec sagesse.

Elle chatouille le cœur, berce l’âme
Remet tout notre univers au calme
Elle est là cette grande maîtresse
Qui nous accueille avec sagesse.

Jamais la nature nous déçoit

À jamais nous inspire la joie
Elle est là cette grande maîtresse
Qui nous accueille avec sagesse.

Partons, partons à l’aventure
Dans la verdure de la nature
Elle est là cette grande maîtresse
Qui nous accueille avec sagesse.

Famille
C’est dans la nature
À travers sa verdure
Que nous sommes nés
De nos mères bien aimées.

C’est dans la nature
À travers sa verdure
Que le mutisme du tombeau
Nous couvre de son manteau.

Nature est notre famille
Dont nous sommes fils et filles
Parlons avec la nature
Par nos vers, rimes et mesures.

Foi
En ce monde où tout est argent
De la ferraille jusqu’à l’encens
Plaisir est au caprice des marchands
En ce sens rien n’est rassurant.

Logeons dans la foi
De tout notre émoi
Dans la fraîcheur de la nature
Dans la douceur de sa verdure.

L’argent est un agent qui vacille
Comme une feuille, comme une bille
Mais nature nous accueille toujours
À la porte de son grand amour.

Ouvrons nous l’âme à la nature
Berçons nous le cœur dans sa verdure
Plongeons nous dans sa foi qui est toujours là
Au terme de nos jours, à l’instant du trépas.

Elle est la mère fidèle à tout instant
Qui n’abandonne point ses enfants
Plongeons nous dans sa foi, elle est toujours là
Au terme de nos jours, à l’instant du trépas.

Sans prix
Si tout le long de ses loisirs
on pouvait bien tirer plaisir
de tout ce qui ne coûte rien
sans se transformer en vaurien,
la vie serait bien moins coûteuse
Ô la vie serait plus heureuse!

Non loin d’une vieille forêt
accostée par un long marais
bien sûr se repose une pierre
où l’on s’encense de prière.

Pendant que tout reste bien calme
en une paix qui berce l’âme
cette pierre nous invite à l’arène
sans nous faire aucune, aucune peine.

C’est là sans argent et sans prix
c’est là sans prix voire sans merci
j’ai su bien mener ma campagne
avec seulement Dieu pour compagne.

Oui! au plein de mon comble j’ai joui
du grand verre mielleux de la vie
bien sûr sans argent et sans prix
bien sûr sans prix voire sans merci.

Là où la paix nous entoure
de son grand manteau d’amour
venez vous tous vous bercer l’âme
là où tout reste bien calme.

Charge
Tout le long de mes vieux jours
j’ai chargé mon cœur d’amour
Et dans une telle atmosphère
je respire un nouvel air.

Tout le long de mes journées
j’ai chargé mon âme d’amitié
Et dans une telle atmosphère
je respire un nouvel air.

Tout le long de mes ambitions
j’ai chargé mon cœur de passion
Et dans une telle atmosphère
je respire un nouvel air.

Oui! Partout où j’ai passé
j’ai cultivé l’amitié.
Et dans une telle atmosphère
je respire un nouvel air

Dans la nature
J’aime errer à travers la forêt
pour respirer l’air du bosquet
en me perdant dans la nature
en me fondant dans sa verdure.

Je laisse aller tout mon esprit
jusqu’aux confins de l’infini
en ne pensant à rien, à rien
sauf la nature qui me retient.

Ainsi je vois donc le beau jour
ouvrir son grand manteau d’amour
pour me couvrir d’heure après heure
de tendresse d’une exquise candeur.

J’aime errer à travers les bois
pour bien me régaler de joie
là où rien ne trouble ma paix
là où je vis sans être inquiet.

Laisse moi me perdre en la nature
dans la vallée de sa verdure
là où l’âme trouve son asile
le cœur reste à jamais tranquille.

Où l’on respire la tranquillité
sous le rythme doux de la gaieté
où le cœur se met en repos
et l’âme vit loin de tout défaut.

C’est ainsi loin de tous les mots
que je me sens bien dans ma peau
que tout reste en pleine harmonie
jusqu’aux confins de l’infini.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nature
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Fling ork grandeur nature
» Un Scenario Saga: Le Raid
» Histoire des Destins
» Un bonheur éphémère... - Terminé
» Elrond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: