Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Grosses remises sur le calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Dragon Ball ...
43.99 € 69.91 €
Voir le deal

 

 Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi

Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi Empty
MessageSujet: Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi   Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi EmptyJeu 1 Nov 2012 - 18:34

Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi Auriuscommeungriot



La version d'un milicien du mouvement des treize de Jérémie


Le Nouvelliste | Publié le : 2012-10-31 Claude Bernard Sérant serantclaudebernard@yahoo.fr

Un ancien volontaire de la sécurité nationale (VSN) à Dame-Marie du côté de Lahaie donne sa version de la tragédie des treize jeunes Jérémiens du mouvement Jeune Haïti qui ont débarqué à Dame-Marie dans la Grand'Anse pour renverser la dictature de François Duvalier.Comme un griot sur la plage de Dame-Marie, Aurius, torse nu, raconte la tragédie des treizeClaude Bernard Sérant2 Amenés à Dame-Marie pour marcher sur la route des treize Jérémiens révoltés contre la dictature de François Duvalier, poètes, écrivains, artistes ont fait une pause sur les collines qui surplombent la mer où treize révolutionnaires – douze jeunes Mulâtres et un Noir – ont mouillé leur embarcation et sur les plages qu’ils ont traversées avant de se replier dans les bois.

Le centre culturel Jean F. Brierre, dans le cadre du festival de la poésie, les a conduits sur les rivages de cette commune de la Grand’Anse où les treize auraient débarqué un beau jour du mois d'août 1964. Pendant que nous nous promenons sur la plage, un septuagénaire, torse nu, dénommé Aurius Victor, vient vers nous et déclare tout de go : « Ici, messieurs, vous êtes à Lahaie. On raconte qu’ils sont venus à Lahaie, ce n’est pas vrai. J'étais un volontaire de la sécurité nationale. Un milicien natif de Dame-Marie. Les ‘’kamoken’’ ont débarqué à la pointe de Petite-Rivière que vous regardez au loin. »

Le milicien les a débusqués à Lesson
Une voix proteste. Aurius poursuit sur sa lancée : « Les kamoken ont fait escale à Lesson. Je les ai vus. Ils étaient assis dos à dos. Ce qu’ils apportaient étaient lourd. Ils ont laissé trois fusils démontables, des mitraillettes, une mallette contenant des grenades. J’ai vu les kamoken ; je les avais répérés. »
« Le paysan qui les avait aidés à porter la mallette a été tué peu de temps après par les militaires. Ils en ont abattu des militaires éliminés à leur tour par les arrivants. Ils en ont abattu plusieurs avant d’être capturés », confie-t-il. Ce paysan victime, n’était pas chanceux, d'après Aurius. N’ayant aucune attache avec le mouvement Jeune Haïti, il avait fait le boulot pour sauver sa peau.

Plus loin, le guide avoue ne pas savoir comment un enfant a pu entrer en possession d'une grenade trouvée dans la malette. « Un enfant jouait avec une grenade. Un milicien la lui a arrachée des mains. Quelques instants plus tard, la grenade explose; le type avait les tripes à l’air », explique-t-il.
Comme un griot qui raconte les évenements ayant marqué une communauté, Aurius affirme : « Lorsque j’ai pris la mallette contenant les munitions, je l’ai remise au commandant Alfred. »
Il se dresse comme un bon milicien de l'époque, attaché à la cause de Papa Doc, sur le théâtre des événements. « Lorsque les militaires les ont arrêtés. ils sont allés avec eux à Port-au-Prince. Moi et un autre milicien qui est mort, nous sommes allés chercher le canot pneumatique duquel ils avaient débarqué. ''Nou rame jis nou touche tè'' », précise-t-il.

L’homme voulait-il se faire passer pour un héros en soulignant pour un groupe de poètes, d’écrivains et d’artistes son rôle dans l’histoire tant racontée à Jérémie ?
« Ici, dans la Grand’Anse, quand nous avons à choisir entre la vérité et la légende, nous choisissons toujours la légende », aurait pu dire Aurius, en parodiant le héros du film du cinéaste John Ford dans « L’homme qui tua Liberty Valence ».

Dans l’après-midi, au centre culturel Numa-Drouin à Jérémie, Serge Picard, dans une conférence, a donné sa version des faits. L’article titré « Le rêve fracassé des treize Jérémiens » publié dans Le Nouvelliste parle du mouvement de Jeune Haïti.
Revenir en haut Aller en bas
 
Vèsyon yon ti makout sou mouvman 13 jenn revolisyonè Jeremi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: