Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

 

 Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMar 6 Nov 2012 - 18:39

[/size]Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Gessie_cameau_coicou


Marie Gessy Cameau Coicou veut défendre son honneur

Lundi 5 Novembre 2012

Au responsable de la MINUSTAH
Port-au-Prince, Haïti
Mon nom est Marie Gessy Cameau Coicou. Je suis docteur en Médecine.

Lundi 5 Novembre 2012

Au responsable de la MINUSTAH

Port-au-Prince, Haïti

Mon nom est Marie Gessy Cameau Coicou. Je suis docteur en Médecine.

En 1998 j`ai intégré la police nationale d`Haïti suite à un avis paru dans le journal le Nouvelliste faisant état de recrutement de professionnels pour assurer le poste de cadre supérieur de la police. Jai participé à un concours et j’ai suivi une formation au terme de laquelle j`ai été diplômée avec le grade de Commissaire de Police.

De 1998 à 2005 j’ai été successivement :

1- Directrice du laboratoire de police scientifique que j’ai contribuée à mettre sur pied,

2- 2- Adjointe du Directeur Central de la police Judiciaire

3- Responsable du service de presse de la PNH et Porte parole de l’institution

4- Directrice du bureau de renseignement

5- Inspectrice générale en chef de la PNH.

Lors de mon passage à l`Inspection Générale de la PNH j`ai collaboré avec les membres de la Minustah responsables du vetting et à cette époque je leur ai proposé de faire mon vetting d`abord pour rassurer le reste de l`institution ( la base) et leur prouver que cet exercice visait au bien de l`institution. Effectivement j`ai produit à la Minustah tous les documents qui m`étaient réclamés. Après cela je n`aï pas eu de nouvelles de l`équipe chargée du processus de vetting.

En septembre 2005 Monsieur Luc Eucher Joseph alors Secrétaire d’État de la Justice m`a convoqué au bureau du Directeur Général pour me signifier qu’il avait décidé de me remplacer comme Inspectrice Générale en Chef de la PNH et qu’il me transférait à la direction générale de la PHN . (Ceci en présence du Directeur General Monsieur Mario Andresol). Étant donné, me disait-il que l’institution n`a rien à vous reprocher, vous irez représenter la DG quand il n’est pas disponible, mais sachez que vous n`êtes autorisée à prendre aucune décision.

A cette époque ma famille et mes enfants recevaient des menaces et j’ai alors pris la décision de m`expatrier avec ma famille. j`ai alors adressé une demande de mise en disponibilité au Ministre de la Justice avec copie au DG de la PNH, demande pour laquelle je n`aï jamais reçu de réponse. Par la suite j’ai fait savoir au CSPN que je démissionnais de la PNH. La encore je n`ai reçu aucune réponse.

Depuis lors je n`ai aucun rapport avec la PNH.

J`ai été très étonnée et très choquée d’entendre aujourd`hui 5 novembre 2012 de Montréal, Canada où je me trouve, que mon nom est sur une liste de policiers corrompus que la Minustah a recommandé au Ministère de la Justice d`Haïti et à la direction de la PNH de révoquer de l`institution policière.

Le journaliste Garry Pierre Paul Charles qui a lu cette liste sur sa station de radio Scoop Fm dans son émission Haïti Débat a précisé que les policiers figurant sur cette liste se sont enrichis illégalement et que le Ministre de la Justice Monsieur Jean Rennel Sanon et l’ancien Directeur de la PNH Monsieur Mario Andresol avaient pris leur courage à deux mains et avaient approuvé cette liste produite par la Minustah. Le journaliste a en outre précisé que les personnes figurant sur la liste recevront un dernier chèque pour le mois d`octobre et qu`après cela ils seront écartés de la PNH et ils iront jouir des biens qu’ils ont acquis illégalement pendant leur passage dans la PNH. Cette dernière remarque du journaliste qui lui est probablement dictée par les responsables de l`institution, m`a étonnée. Sur ce point précis je signale à votre attention que depuis 2006 je n`ai reçu aucun chèque de la PNH. Même des chèques d`arriérés de salaire correspondant à des compléments de salaires en rapport avec des promotions (grades) que j`ai reçus pendant mon service actifs dans la PNH et des chèques de bonus ne m`ont jamais été donnés. La Direction Générale de l`époque avait décidé de retourner ces chèques, auxquels j`ai droit au Ministère des Finances au lieu de me les remettre.

Je m`adresse à vous parce que c`est la Minustah qui a réalisé le vetting. Je vous demande de me signifier exactement ce que la Minustah a trouvé de louche dans mon dossier, ce qui m`est reproché, les biens que j`ai acquis de façon malhonnête et via la corruption pendant mon passage dans la Police Nationale d`Haïti. Je crois que je suis en droit de savoir ce qui m`est reproché. Et je souhaite diffuser ces motifs quand vous me les aurez signifiés sur la station Scoop FM et sur tous les medias de la capitale. Je veux partager avec la nation haïtienne ce que la Minustah a trouvé sur moi en termes de biens mal acquis au cours de son vetting.

J’ai demandé à mes avocats Maitre Sarah Péan Vieux et Maitre Léon Saint-Louis de prendre contact avec vous le plus tôt que possible afin que cette affaire soit élucidée dans les meilleurs délais. Car cette décision dictée à la PNH par la Minustah, approuvée et rendue publique à travers la presse haïtienne par les plus hautes autorités de l`institution policière, porte atteinte à ma famille, à mon honneur, à ma dignité et à mon intégrité.

Tout en vous remerciant pour la prompte attention que vous porterez à ma demande, recevez mes salutations distinguées.

Dr Marie Gessy Cameau COICOU. MD. MPH

Téléphone : 514-656 7525

Courriel : gescacoicou@hotmail.com

CC :- 1- Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique

3- Direction Générale de la Police Nationale

4- Monsieur Laurent Lamothe Premier MInistre de la République d`Haïti

5- Conseil General des Nations Unis

6- Medias de la Capitale Haïtienne

7- Monsieur Steven Benoit Sénateur de l`Ouest

8- Chambre des députés

9- Sénat de la République

10- CSPJ

Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: entrevue que Mme Jessie Comeau Coicou, ancienne cadre de la Police Nationale d'H   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMar 6 Nov 2012 - 20:30

JOWEL AK JAF,

MEN YON INTERVIEW GESSIE CAMEAU COICOU TE BAY EN 2008 BAY ROBERT BENODIN
KOTE LI BAY INFORMATION TRES CLAIRE SOU ORIGINE POLITIK ZAFE KIDNAPPING LA
EPI ZAFE PROLIFERATION PLIS KE 300 MILLES ZAM ILLEGALES KI LAGUE NAN MEN
YON EKIP BANDITS BIEN IDENTIFIES AK KAT DDO NA MEN YO.....KOM PASSPORT
POU IMMUNITE. MWEN PA MANJE MANJE BILIE


Haiti-- Police Nationale-- Entrevue de Jessie Comeau Coicou

From: Annette <len.annette@xxxxxxxxxxxx>
Date: Fri, 7 Mar 2008 13:24:23 -0800 (PST)


Copie d'un message reçu :
-------------------------------------

En document joint une entrevue que Mme Jessie Comeau Coicou, ancienne
cadre de la Police Nationale d'Haïti, a accordée à Robert Benodin.

Bonne réception.

A*
----------------------------

Orlando le 29 février, 2008

Actualités Politiques : Grandes Lignes

Bonsoir chers auditeurs. Vous écoutez sur les ondes de Radio Classique
Inter, l'émission Actualités Politiques, Grandes lignes, animée par
Robert Bénodin.
Nous avons avec nous, sur les ondes de Radio Classique inter, le
docteur Gessy Cameau Coicou, sur son passage à la Police Nationale
d'Haïti.

Gessy Cameau Coicou, nous vous souhaitons la bienvenue sur les ondes
de Radio Classique Inter.

RB : On est toujours intrigué par le fait que vous êtes à la fois
médecin et policière.
Etes-vous médecin légiste ? Quelle formation avez-vous reçue dans ce
domaine ? Où est-ce que vous l'avez reçue ?

GCC : C'est une question qui intrigue souvent. Ils se disent pourquoi
qu'un médecin qui a une carrière, a choisi d'intégrer la police. Il y
a des raisons à cela. Je suis médecin. J'ai été formée en Haïti.
Ensuite j'ai reçu une formation aux États-Unis à John Hopkins
University à Baltimore. J'ai étudié l'épidémiologie. J'ai une maîtrise
en santé publique à la Louisiane. J'ai étudié aussi les sciences
forensics, ou la médecine légale.

RB : Quand avez-vous intégré la police et à quelle occasion ?

GCC : J'ai intégré la police en 1998. Lorsque je suis retournée en
Haïti, après mes études aux États-Unis. Il y avait 3 ans qu'on avait
formé la Police Nationale. C'est une force de police civile. A ce
moment là on parlait de réforme de la justice. Je me suis dit que
c'est le moment pour moi d'apporter ma contribution à ce pays qui m'a
tout donné. J'ai fait mes études en Haïti. J'ai grandi en Haïti. C'est
un pays que j'aime beaucoup. J'ai senti qu'il fallait rendre au pays
ce qui m'a été donné.
Il y avait une annonce sur les journaux, où on disait qu'on avait
besoin de cadre supérieur pour la police. Je me suis dit que c'est
l'occasion d'intégrer la police, de soumettre ma candidature comme
cadre supérieur. Cela me permettra d'aider à cette réforme de la
justice, en apportant ma contribution du point de vue médico-légale.
Je me suis dit que l'on ne peut pas rendre la justice efficacement au
XXe siècle sans la preuve matérielle. On ne peut plus s'arrêter à la
dénonciation et l'aveu. Parfois l'aveu, on l'obtient par la torture.
Je me suis dit que c'est l'occasion d'offrir ce service à mon pays.
J'ai soumis mon application. J'ai passé des examens. On demandait des
gens avec maîtrise et doctorat. Ceux qui on aidé à former ce corps de
police, ont formé seulement la base, les agents. On n'avait pas pensé
à ceux qui devaient diriger la police. On avait recyclé certains
membres des forces armées. Ce qui était probablement une erreur. Un
militaire n'est pas un policier. Ce sont deux formations différentes.
Deux mentalités différentes.
J'ai été reçue. J'ai passé tous les concours. Je suis sortie en tête
de ma promotion, sur deux cent et quelques applicants. J'ai su après,
qu'il fallait recevoir une formation. J'en suis sortie avec le grade
de commissaire de police. On était onze. C'était une promotion pilote.
Les pays amis d'Haïti voulaient faire une expérience. On voulait avoir
le début d'une vraie académie de police dans le pays. On voulait que
l'expérience se poursuive. Mais malheureusement les dirigeants en ont
décidé autrement. Et on n'a jamais plus formé de cadres supérieurs
après cette promotion dont j'ai fait partie.

RB : Pouvez-vous nous faire un résumé du chemin que vous avez parcouru
dans votre carrière à la PNH ?

GCC : Après la formation de cadre supérieur, parce qu'on offrait toute
une liste de postes, j'ai dit au directeur d'alors qu'il faut un
laboratoire de police scientifique dans le pays. On m'avait laissé
choisir en premier parce que j'étais en tête de cette promotion. On
m'a fait savoir qu'on n'a pas ça sur la liste. J'ai insisté.
Finalement on en a discuté durant 3 heures, et ils ont accepté.
Heureusement qu'il y avait des Américains, des Français qui
supportaient l'idée d'avoir un laboratoire. J'ai eu leur support. Les
dirigeants ont accepté que je mette sur pied ce laboratoire. J'ai été
la directrice du premier laboratoire scientifique de police du pays.
J'ai été adjoint du directeur central de la police judiciaire. J'ai
été responsable du service de presse. J'ai été porte-parole de la
police en 2004, à une époque très difficile. J'ai été responsable de
renseignements généraux. Et finalement j'ai été inspectrice générale
en chef de la PNH. C'est le dernier poste que j'ai occupé de 2004 à
septembre 2006.
J'ai fait partie d'une association spéciale. Je ne dirai pas plus,
parce que je ne veux pas embarrasser la personne. Dans cette
association il y avait des médecins aussi. Il y a une femme médecin en
particulier, qui une fois m'a demandé, alors que je venais d'être
nommée porte-parole, une faveur pour une personne. C'est peut être que
par la suite, deux ans après, lorsque j'ai été nommée inspectrice
générale en chef, que j'ai consulté la base de données de
l'institution, et j'ai trouvé que cette femme médecin était un
commissaire de la police. Elle l'a toujours caché. Parce qu'il y a un
préjugé contre certaine carrière. Elle n'a jamais reçu de formation
policière. Elle était une transfuge de l'ancienne armée. Il y a
beaucoup de jeunes qui ont laissé les universités pour intégrer la
police. Mais dès qu'ils trouvent une opportunité ils laissent. Si on
n'avait pas tous ces complexes, des gens bien formés intègreraient
cette institution. On aurait un meilleur corps de police. J'ai eu
beaucoup de mal à trouver certaines compétences. Il n'a pas de sot
métier.

RB : Vous avez intégré la PNH en 1998, à peu près 3 ans après qu'elle
soit devenu l'unique force publique de la République d'Haïti.
-Duvalier domestiquant l'Armée d'Haïti, avait créé une force
parallèle, la milice, élément de base de son parti, et en a fait
l'épicentre du pouvoir politique de son régime.
-Aristide en a fait de même domestiquant la PNH, il crée
l'Organisation Populaire, élément de base de son parti et en a fait
l'épicentre du pouvoir du régime lavalas.
Pouvez-vous nous décrire ce dont vous avez été témoin au sein de la
PNH, dans l'effort de sa domestication et des relations qui ont
existées entre PNH et OP ?

GCC : Je dois dire qu'au départ, je ne me suis pas rendu compte de
l'ampleur de cet effort. C'est quand je suis devenue responsable des
renseignements généraux, lorsque j'ai été à l'inspection générale que
j'ai appris beaucoup de choses. Quand on remonte à la formation même
de la police, j'ai su à travers certaines personnes qu'il y avait
beaucoup d'effort de la part de monsieur Aristide d'intégrer des gens
à lui dans la police. Il y avait des gens qui avaient été formés à
l'extérieur. Ces gens ont été recrutés sur la base de leur militance..
Il a fait un effort particulier pour que ce soit des gens à lui qui
soient enrôlés dans la police. Il y avait beaucoup de friction.
Lorsqu'on faisait le recrutement on imposait des gens.
C'était aux élections de 2001, on demandait à toutes les unités de la
police, en dépit du fait que le laboratoire est une unité spécialisé
responsable d'un travail bien spécifique, parce qu'on n'avait pas
suffisamment d'effectif, on avait demandé à tous les responsables
d'unité de police de mettre les policiers à la disposition des bureaux
de vote pour la sécurité. Nous avions des véhicules de scène de crime
qui nous ont été donnés par les États-Unis, j'ai dit aux policiers
voilà comment on va vous répartir. Voilà le nombre de personnes qui va
aller dans chaque bureau. Je leur ai dit qu'il y aura une personne qui
conduira ces policiers dans le véhicule et qu'il se chargera d'aller
les ravitailler à une heure précise. Et les ramènera au bureau.
Certains se sont fâchés, pensant qu'ils pouvaient utiliser ces
véhicules à leur guise. Je me suis opposée à cela. Ils n'étaient pas
d'accord non plus qu'à la police judiciaire on ait un service qui
fonctionne 24 heures sur 24.
Ce n'est qu'après que j'ai su ça. L'un des policiers, tandis qu'on en
discutait sur la cour, est entré au bureau pour appeler le palais, et
dire que le commissaire Coicou veut saboter les élections.
Il y a eu un membre des forces étrangères qui a alerté la police sur
la découverte d'un charnier dans la zone de Ti Tanyen. La police
scientifique venait d'être formée. On avait encore des instructeurs
avec nous. C'était l'occasion rêvée pour mettre en pratique tout ce
qu'on venait d'apprendre à ces jeunes là. On est parti vers ces
charniers. Il y avait aussi des membres de la délégation de l'OEA, qui
nous accompagnaient. On a commencé à faire le travail. On avait
commencé même à faire des identifications des dépouilles humaines qui
s'y trouvaient. On a collecté des évidences. On a fait des photos et
des croquis. On est retourné au bureau avec des évidences. On les a
mis au congélateur. Parce que c'était une grosse scène, on a décidé
d'y revenir le lendemain pour finir les travaux. Mon supérieur
m'appelle le lendemain pour me dire, vous allez déposer tout ce que
vous avez recueilli à leur place, parce que le travail n'a pas été
fait de manière légale. D'après les lois du pays, c'est un juge de
paix qui devrait faire ce travail. Vous n'aviez pas de juge de paix
avec vous, il faut retourner ces ossements à leur place. C'est archi
faux. La loi dit qu'un officier de la direction centrale de la police
judiciaire est un officier judiciaire. Il peut faire les actes de
police judiciaire. En plus du constat que fait le juge de paix, la
police judiciaire fait le croquis, prend des photos, collecte les
évidences de la bonne manière etc. On a retourné les ossements en
place. Et on n'a jamais entendu parler du charnier.
Je sais que très récemment on a découvert des charniers à la Cité
Soleil. Je souhaite de tout mon cOEur que cela se passe autrement.
Quant à la famille de la victime, elle a besoin d'avoir une réponse.
Elle a besoin au moins des restes de la victime pour pouvoir faire les
services adéquats et les funérailles dignes à cette personne. Les
autorités doivent comprendre cela. Il faut qu'il y ait justice aussi.
Il faut sortir du règne de l'impunité.
J'ai voulu citer ces deux expériences, pour vous dire que les choses
n'ont pas changé.

RB : Sous la PNH il y a différents corps, tel que le CIMO, le SWAT, la
police judiciaire etc.
Pouvez-vous nous faire une énumération de ces différents organes de la
PNH, leur création et leurs fonctions ?

GCC : Dans la PNH il y a des unités spécialisées. Le CIMO, le Corps
d'intervention et du Maintien de l'Ordre. Dans la police judiciaire,
il y a la BRI, Brigade de Recherche et d'Intervention. Il y a la
police scientifique. Il y a une Brigade de Protection des Mineurs.
J'ai entendu récemment qu'on a formé une Brigade Motorisée. Comme dans
tout corps de police, il y a des unités spécialisées qui assument une
fonction bien précise.

RB : La sécurité du palais national relevait-elle de la PNH, ou est-ce
un corps autonome, relevant que du chef de l'État ?

GCC : Ça c'est quelque chose de très complexe. En principe c'est une
unité de police qui assure la sécurité du palais national. Normalement
ça devrait être sous les ordres du commandant de la police. Ce n'est
pas vraiment le cas. Dans la pratique il y a toujours un proche du
chef de l'Etat qui en est responsable. Ce n'est pas une personne qui a
une formation de policier.

RB : L'assassinat des trois fils de Viola Robert, Andy Philippe,
Angels Philippe et Vladimir Sanon, le 7 décembre 2002 à Carrefour,
avait choqué la nation. L'enquête de la PNH a révélé que le chef du
sous-commissariat de St Charles, Ménard Méda et deux agents II,
Pierrot Guivéus et Augustin Pierre, sont impliqués dans ce triple
assassinat.
Qu'en est-il advenu de la poursuite judiciaire de ces accusés ?

GCC : Je ne pourrai pas vous dire grande chose de la poursuite
judiciaire. Ca relève de l'appareil et du système judiciaire, le
Parquet et le Cabinet d'Instruction qui détiennent des informations de
ce genre. Cependant ce que je peux vous dire. Lorsque j'ai été nommée
inspectrice générale en chef de la police, J'ai entendu à travers les
ondes qu'une organisation de droits humains disait que voilà ces gens
là sont encore dans la police. Ca m'a étonné. Je me suis informée. Je
ne n'ai pas pu trouver de dossier. Lorsqu'il y a des policiers qui
commettent des infractions, l'inspection générale ouvre une enquête.
J'ai demandé qu'on m'apporte le dossier d'enquête de la police. Parce
que ce sont des policiers qui ont commis une infraction, il faut qu'on
ouvre une enquête en dehors de l'enquête judiciaire. Je n'ai pas
trouvé de trace de ce dossier. On m'a dit que tout le désordre qu'on a
eu en 2004, au départ du président Aristide, on a vandalisé
l'inspection générale. Qu'on a perdu ces dossiers. On n'a pas pu me
donner ce dossier. J'ai contacté cette organisation des droits
humains. On m'a fait parvenir des informations. Malheureusement, je
n'ai pas pu continuer avec tout ça parce que, j'ai dû laisser
l'inspection générale. Je ne sais pas si on a poursuivi l'enquête. Ce
que je voulais savoir, pourquoi ces gens sont encore dans la police.
Je n'ai pas d'emprise sur la justice. Mais au niveau de la police je
voulais savoir comment ça se fait que ces gens soient encore dans la
police. Je n'ai pas pu aller jusqu'au bout de ma démarche. J'ai dû
laisser la police.
Comme vous dites, ces trois jeunes hommes ont été tués. Leurs corps
ont été trouvés à la morgue de l'hôpital. On connaît toute l'histoire.
On sait pourquoi. On sait qui étaient venus les arrêter. Moi non plus
je ne sais pas ce que la justice a fait dans ce cas là.

RB : L'assassinat de l'étudiant de la Faculté de Médecine Eric Pierre
le mardi 7 janvier 2003 à cinq heures du matin, est imputé à la PNH
par le doyen de la Faculté de Médecine Mario Alvarez. Cet assassinat a
creusé plus profondément le faussé entre le régime lavalas et les
étudiants.
Qu'en savez-vous de cet incident fâcheux ?

GCC : Je ne savais pas si monsieur Alvarez avait accusé la PNH. Mais
moi, j'étais, à ce moment là, responsable de laboratoire. Il y avait
beaucoup d'opposition à la police scientifique, parce qu'elle peut
mettre en cause certaines personnes, peut découvrir certaines choses
qu'ils veulent cacher. Tout était fait pour empêcher à ce laboratoire
de faire son travail. Je dois vous dire que je prenais des fois
l'initiative d'aller sur les lieux, sans que je sois appelée.
J'envoyais une équipe sur les scènes. Quand j'entendais à travers les
médias qu'un crime est commis, j'envoyais une équipe. Ce n'était pas
toujours facile de faire ce travail.
A propos de l'assassinat de cet étudiant, ce que j'ai entendu à
travers les médias, c'était plutôt certains membres d'organisation
populaire qu'on avait pointé du doigt. Je ne sais pas si monsieur
Alvarez avait des informations impliquant des officiers. Il y avait
même des noms qui ont été cités.
C'est un grand problème. Quand des gens ont des informations, ils
refusent de porter plainte. Il nous faut sortir de cette peur. C'est
aux citoyens de surmonter cette peur.

RB : Les assassinats de journalistes tel que Brignol Lindor, Jean
Dominique ont choqué la nation. Jusqu'à présent personne n'a été
traduit en justice.
La PNH a-t-elle des informations pouvant lui permettre d'imputer les
responsables de ces crimes ?

GCC : Ce n'est pas à la police de mettre des gens en accusation. La
police peut faire des enquêtes. La police peut donner les résultats de
ses enquêtes. La police judiciaire peut fournir des preuves. Mais
c'est au magistrat d'inculper. Pour l'affaire Brignole Lindors, je
crois récemment qu'il y a eu un jugement. Malgré que les parents de
Brignole Lindors et certaines organisations aient dénoncé la manière
dont ça a été faite, il y a des gens à comparaître et à être
condamnés.
A propos de Jean Dominique, je peux dire que la police scientifique
avait fait son travail. Moi j'ai assisté à l'autopsie. On a fait une
reconstitution de la scène. Au niveau de la police scientifique on a
eu beaucoup d'interrogations, à propos de la réaction des gens qui
étaient présents. A propos de la manière dont ça s'est passé. J'ai été
même choqué d'entendre, lorsqu'on a eu le premier rapport des
magistrats, il parait, qu'on avait même dit qu'il n'y avait pas eu
d'autopsie. Alors que j'ai assisté moi-même avec d'autres membres du
bureau à cette autopsie. On avait même fait des radiographies exigées
par le médecin légiste qui voulait savoir la trajectoire des
projectiles. Il n'y a pas d'appareil de radiographie à la morgue. On a
dû balader le corps. On l'a envoyé à la radiologie. On a eu des
clichés brûlés. On a dû retourner le corps. Et ça a pris un temps fou.
Alors que j'ai passé une après-midi et presque une nuit à l'autopsie,
on a dit dans le rapport final de la première instruction qu'il n'y a
pas eu d'autopsie. Mais la manière dont ça a été fait c'était
choquant. Je ne sais pas si c'était voulu. Comme je vous dis au niveau
de la police scientifique il y a des interrogations que nous avons
eues. Notre travail consiste à rechercher des évidences, à faire des
reconstitutions de la scène, à expliquer comment ça c'est passé, c'est
tout. Quant aux réponses à nos interrogations, on n'a pas besoin
d'être trop intelligent pour les avoir. Pourquoi n'a-t-on pas cherché
des réponses à tout ça ?

RB : L'ex-président du Sénat et de l'Assemblé Nationale, plusieurs
hauts gradés de la police, plusieurs hauts gradés de la garde
présidentielle, le parrain de la première fille d'Aristide etc., sont
aujourd'hui incarcérés en Floride.
Quel est le niveau de pertinence et d'influence, de la drogue sur la
PNH ?

GCC : On a très honte. Des hommes qui se trouvent aux sommets de
l'État, un sénateur, un poste très prestigieux, un ancien chef de la
PNH, ces gens sont emprisonnés pour le trafic de drogue. C'est une
honte. On continue à entendre les mêmes accusations, des hauts
fonctionnaires qui sont impliqués dans la drogue. On vous dit que des
voitures de la police ou des voitures officielles transportent la
drogue. Ça a atteint un point tel que les jeunes se demandent, est-ce
qu'il y a un mal à cela ? A un certain moment dans le pays on parlait
de la manne. Du coté de Grand Goâve des jeunes allaient se poster tous
les soirs sur la plage pour attendre la manne. Ils attendent ce qui va
tomber. Voilà à quel niveau l'on est. Il y aurait beaucoup plus de
gens en prison si on prêtait attention à d'autres formes de crime
telle que la corruption. C'est une honte pour nous et pour notre
pays.

RB : Dans un laps de temps assez court, Jean Claude Jean Baptiste est
nommé chef de la PNH. Cette nomination est critiquée à l'OEA par
l'ambassadeur américain Peter Deshazo. On a eu des promotions hors
cadre à la tête des commissariats. Jean Robert Faveur remplace Jean
Claude Jean Baptiste à la tête de la PNH, la veille de l'Assemblé
Générale de l'OEA. Jean Robert Faveur démissionne une semaine plus
tard et part en exil. Le juge Jocelyne Pierre, une promotion hors
cadre, remplace Jean Robert Faveur.
Qu'est-ce qui a causé la nomination en série de ces trois chefs de la
PNH ?

GCC : Je ne saurais vous le dire. C'est strictement politique. Je n'ai
jamais eu l'occasion de rencontrer Jean Claude Jean Baptiste. Madame
Jocelyne Pierre avec qui j'ai travaillé, elle était juge
d'instruction, alors que j'étais à la police scientifique. Elle a eu
une formation à Bordeaux. Elle savait ce que pouvait faire la police
scientifique. Elle avait commencé un début de collaboration avec moi.
Je ne peux pas vous dire ce qui a provoqué ces nominations en série.
Dans notre pays on s'arrête au superficiel. On ne va pas en
profondeur. Madame Jocelyne Pierre savait qu'elle ne connaissait rien
de la police. Elle a essayé de s'entourer de certains conseillers.
C'étaient des gens avaient reçu des formations de police. On a accusé
madame Jocelyne Pierre. Ce n'est pas que je veuille la défendre. On
l'a fait mais sans questionner les actions de ses conseillers. Il
faudrait voir de ce coté là. Je crois que l'affaire de l'Université
d'État où le recteur a été brutalisé. A ce moment là elle avait des
conseillers. Il y avait des gens qui parlaient.
Ce qui me gène. Il y a maintenant une enquête qui se mène sur certains
membres de la police, aidée de la Minustah. Mais là j'entends dire des
choses qui m'effrayent. Ce policier là on a trouvé que son dossier est
correct. Celui-ci son dossier est correct. Mais ce sont des gens qui
ont eu leur participation dans cette période de violence. Mais ces
hauts gradés avaient des postes de responsabilité à ce moment là. Ils
ont été impliqués. Comment se fait-il qu'on leur donne l'absolution ?
Je ne comprends pas vraiment.

RB : On est arrivé à l'Assemblée Générale de l'OEA le 8 juin 2003.
Fred Mitchell est forcé de déclarer l'impasse. L'OEA est en échec et
mat. Colin Powell lui donne un délai de 3 mois pour en sortir, si non
on se réfère à l'ONU. En septembre un nouvel ambassadeur américain
républicain est nommé, James Foley. Après un brunch avec Aristide à
qui il a posé des ultimatums. Aristide fait des déclarations
totalement incohérentes dans un discours prononcé le même jour, en
début de soirée. Deux jours après Amyot Métayer est assassiné. C'est
le commencement de la fin, la dégringolade, jusqu'à la chute du régime
lavalas ?
Dans cet intervalle d'instabilité, quelle était l'atmosphère à
l'intérieur de la PNH ?

GCC : La PNH est à l'image de l'ensemble de la nation, du pays. Il y a
des flatteurs dans la police. Il y a des poltrons. Il y a des gens de
bien. Il y a des profiteurs. Il y a des passifs. L'atmosphère qu'on
trouvait dans l'ensemble du pays c'est la même que l'on retrouvait
dans la PNH.

RB : Le 5 décembre 2003, c'est le carnage à l'Université d'État
d'Haïti. Des supporteurs du gouvernement agressent les étudiants. Les
genoux du recteur Paquiot sont brisés par ses agresseurs. C'est le
début du mouvement insurrectionnel qui ira jusqu'au 29 février 2004.
Quel a été le rôle de la PNH dans ces affrontements ? La PNH était-
elle divisée ?

GCC : Il y a des gens qui faisaient beaucoup d'excès de zèle dans la
PNH. Il y a des gens qui croyaient que ce statu quo allait perdurer.
Je crois qu'il fallait revoir les cassettes de certaines stations de
radio. Parce qu'il y a beaucoup de policiers qu'on a encensé dans ces
derniers temps, des gens que l'on présentait comme des super héros,
des super enquêteurs et tout ça. Et qui ont joué un rôle très néfaste
à cette époque. Ils étaient impliqués dans tout ce qui se passait, Ils
étaient des conseillers de Jocelyne Pierre qui ont joué des rôles de
premier plan. Il faudrait revoir cette période. Et le passer au peigne
fin. Particulièrement les journalistes pourraient jouer un grand rôle
de ce point de vue là. Il y a les cassettes. Il y a les entrevues. Je
suivais de mon bureau les choses qui se déroulaient. J'entendais
certaines déclarations. Il y a eu beaucoup d'excès.
Pour les journalistes il y en a qui font très bien leur travail. Ils
ne sont pas nombreux. Chez nous on a la mémoire courte. Très souvent
on oublie. On a des réactions hystériques. On encense quelqu'un. Tout
le monde l'encense sans savoir pourquoi. La corruption joue aussi un
grand rôle. Dans ce secteur, il y a des gens qu'on achète. On leur
paie de l'agent. Ils font des émissions.

RB : Le 5 février 2004, les rebelles armés entrent par le Plateau
Central. Ils se joignent à l'Armée Cannibale du feu Amyot Métayer aux
Gonaïves, et occupent en un clin d'OEil le Nord du pays.
Que s'est-il passé dans les commissariats de ces différents
Départements ?

GCC : Il y avait dans la police la même atmosphère que dans l'ensemble
de la population. Il y avait des policiers qui prenaient parti pour le
régime. Qui ont continué à faire des exactions. Il y en a qui
s'opposaient à ce qui se passait. Il y en a qui étaient passifs.
C'est cette atmosphère qu'on avait dans la police.

RB : L'autorité de l'État est réduite à sa plus simple expression. Le
gouvernement d'Aristide implose. Le régime lavalas est renversé.
Pouvez-vous nous décrire l'atmosphère au sein de la PNH dans cette
conjoncture de fin de régime ?

GCC : Malheureusement, quand monsieur Aristide a quitté le pays le 29
février, je n'étais pas sur place. En général, au mois de février, je
vais toujours à la rencontre annuelle à l'académie américaine de
police scientifique. C'est toujours au mois de février qu'on fait ces
assemblées annuelles. On y fait des échanges scientifiques. Ça s'étale
sur une semaine. Cette année là, j'avais projeté de venir à Montréal,
après avoir participé à cette assemblée annuelle. C'est à Montréal que
j'ai su que monsieur Aristide était parti pour l'exil. D'après les
informations que j'ai eu, c'était la débandade totale au sein de la
police. Il y a des policiers qui ont pris la fuite par peur.
Particulièrement ceux qui avaient pris ouvertement position pour le
régime. Il y avait des groupes armés qui attaquaient les gens. Des
jeunes policiers ont vécu des moments vraiment terribles. Il y a parmi
eux qui ont participé à des choses horribles.
A mon retour, j'ai pu obtenir pour ceux de la police judiciaire une
assistance psychologique. Ils ont assisté à des crimes qui sont très
durs. Je craignais que ces gens aient des comportements drôles,
affreux. C'est malheureux qu'on n'ait pas obtenu cette assistance
psychologique pour les autres. On m'a rapporté qu'il avait des
personnes qui ont eu un parcours dans la police, qui ont essayé de
revenir. A ce moment là on choisissait son poste. C'était la débandade
totale.

RB : L'ONU évoque le Chapitre VII de sa Charte et envoie en Haïti,
temporairement, des contingents Américains, Français et Canadiens.
Prés de 50% du contingent de la PNH déserte.
Quelle était l'atmosphère à ce moment là ? Il y a-t-il eu une
coopération entre la PNH et les contingents étrangers pendant cette
période de 4 mois ?

GCC : La PNH était tout à fait démantelée. Quand ces forces sont
arrivées c'était une période de reconstruction de l'Institution. On a
dû faire appel aux policiers qui étaient dispersés. Certains
commissariats étaient détruits incendiés. Les sections générales
étaient saccagées. Des témoins oculaires m'ont fait savoir qu'au
niveau de l'inspection générale, il y avait des policiers qui avaient
des dossiers. Des dossiers sur des exactions commises par des
policiers. Ce sont ces gens là d'abord qui ont saccagé l'inspection
générale. Et ensuite ils ont incité la population à faire le reste.
Ils voulaient détruire les dossiers. Ils voulaient faire disparaître
tout ce qu'il y a de compromettant sur eux. Ils voulaient effacer les
traces. Cette époque là, a été une époque de reconstruction. La police
était démantelée.

RB : Arrive maintenant la Minustah.
Tout au début, qu'elles ont été les relations entre la Minustah et la
PNH ?

GCC : En général lorsque les étrangers viennent en Haïti, ils viennent
avec des recettes toutes faites. Très souvent on ne prend pas la peine
d'étudier pour voir et comprendre la réalité du pays. Ils viennent
avec des recettes qui n'ont même pas réussi dans d'autres pays. Ils
viennent avec des panacées universelles. On les applique. Et c'est
dommage.
C'est ce qui s'est passé au début avec la Minustah. Ils ont agi
d'abord comme si c'était un pays qui avait une guerre civile. Alors
que dans la réalité il n'y avait pas de guerre civile en Haïti. Il y
avait une équipe de gens armés qui terrorisaient la population. Ils
n'ont pas compris la question de cette façon. Ils ont cru qu'il y
avait deux camps opposés armés, comme dans les pays d'Afrique qui
avaient des guerres civiles, des guerres tribales. Ils sont venus pour
appliquer les mêmes méthodes. Ils n'ont pas étudié la réalité du pays.
Ils n'ont pas étudié la réalité de la situation. Pendant longtemps ils
se sont mis au milieu entre deux camps opposés.

RB : Il y a eu des mailles à partir entre la Minustah et la PNH. La
Minustah s'était interposée entre la PNH et les OP armées pendant une
bonne période d'exécution de l'Opération Bagdad. On avait l'impression
qu'entre Juan Gabriel Valdès et Gérard Latortue, ça ne tournait pas
rond.
De quoi s'agissait-il ?

GCC : Je ne peux pas vous dire de quoi il s'agissait entre monsieur
Valdès et monsieur Latortue. C'est une question tout à fait politique.
Je n'étais dans le secret des dieux.
Les membres de la Minustah se sont interposés. Ils ont cru que c'était
la meilleure façon de faire. Ils pensaient que les OP étaient les
victimes. Qu'il fallait les protéger. Au départ ils n'avaient rien
compris de la situation du pays. Ils n'avaient pas l'humilité de se
mettre à l'écoute de ceux qui étaient là. C'est ce qui a compliqué le
travail de la police.

RB : Gérard Latortue craignant d'être accusé de chasse aux sorcières,
n'a pas senti le besoin de rompre avec le régime déchu. Au lieu
d'avoir un gouvernement de transition, on n'a eu qu'un gouvernement
intérimaire.
Pourquoi pensez-vous qu'il en est été ainsi ? Il y a-t-il une raison
valable pour qu'il en soit ainsi ?

GCC : Comme citoyen j'ai mon opinion sur la question. Mais j'hésite de
rendre publique cette opinion. Particulièrement lorsqu'on donne une
entrevue à la radio, les gens entendent ce qu'ils veulent entendre.
C'est pour ça que je vais me garder de donner mon opinion.
Je vais vous donner un exemple. Lorsque j'étais porte-parole de la
police. Il y a une opération qui se passe, c'est madame Coicou qui est
la responsable de cette opération. Il y a des policiers qui commettent
des actes, c'est madame Coicou qui est responsable de ces actes. Les
gens ne comprennent pas que comme porte-parole, je disais ce qui
m'était communiqué. Il faut comprendre que quand un porte-parole n'a
pas une information il ne peut pas vous donner cette information. Des
gens le font intentionnellement. Ils vous disent que madame Coicou est
en train de me mentir, elle invente, elle dit ceci, elle dit cela. Les
gens ne savaient pas ce que moi-même j'endurais à ce poste. Des gens
ont tout fait pour que j'échoue. Je me suis fait le devoir de faire
savoir. Les gens ont le droit de savoir. Il y a des gens consciencieux
dans les médias qui font leur travail. Il faut qu'on puisse leur
donner l'information. J'ai institué le rendez-vous hebdomadaire.
J'étais tout le temps disponible. On appelle chez moi la nuit. Des
fois, j'étais à la veille de donner le point de presse, et je n'avais
pas les informations. Il y a des gens qui volontairement refusaient de
me donner les informations. Il y a des fois que j'ai dû avoir recours
au responsable même de la police pour obtenir ces informations. Il y a
au sein de la police des gens qui pensent que je jouais au héros.
C'est moi qui parle c'est mois qui dis tout. Je veux paraître comme
une superstar. Il y avait une volonté chez certaines personnes pour
que j'échoue.
C'est pour cela que j'hésite de donner mon opinion personnelle. En
général les gens entendent ce qu'ils veulent entendre.

RB : Quel a été l'effet de cette volonté de Gérard Latortue, de ne pas
rompre avec le régime déchu, sur la PNH ?

GCC : Il y a eu des policiers qui étaient découragés qui ne pouvaient
pas faire leur travail. Vous avez des gens armés qui font ce qu'ils
veulent. Vous savez que vous êtes du coté de la loi. Vous devez agir.
Lorsque vous agissez, ou bien il y aura des répressions contre vous,
ou bien ces gens armés vont s'en prendre à vous. Vous n'aurez aucun
recours de quelque coté que ce soit. C'est décourageant.
Mais lorsqu'on met le premier ministre, comme président du Conseil
Supérieur de la police, je crois que c'est une porte ouverte pour la
politisation de la police. Je ne sais pas si tout le monde le voit de
cette façon. Moi c'est ma lecture.

RB : La cargaison d'armes qui est venue de l'Afrique du Sud le jour du
départ d'Aristide pour l'exil, a été débarquée à la Jamaïque.
Cette cargaison d'armes, est-elle finalement entrée en Haïti ?

GCC : Je ne sais pas. Cependant, quand j'étais au service de
renseignement, je sais qu'il y a eu des débarquements d'armes. Qu'il y
a eu des armes qui sont passées par la Dominicanie pour entrer en
Haïti. Ce n'était pas pour la police. Il était très difficile pour
nous d'avoir accès aux armes. Il y avait un embargo sur les armes.
Même quand on payait, l'ambassade américaine filtrait la livraison des
armes. Alors que les gens des rues ont toutes sortes d'armes et tout.

RB : Dans cette question d'armement nous avons entendu, qu'il y a prés
de 300,000 armes à feu en circulation en Haïti. On a organisé le CNDDR
pour le désarmement.
Il y a-t-il vraiment autant d'armes en circulation en Haïti ?

GCC : Je ne crois pas que ce nombre soit imaginaire. Il est réel. A
propos de cette affaire de DDR, je ne crois pas qu'il ait réussi en
quelque endroit que ce soit. La façon de planifier ce programme pour
Haïti. On parle de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.
Est-ce qu'on peut parler de réinsertion en Haïti ? Parce que le
phénomène que l'on vit avec les groupes armés c'est un phénomène bien
spécifique. Ce n'est pas comme on le voit autre part, des enfants
soldats que l'on enlève à leur famille, dans les régions d'Afrique.
En Haïti le bandit reste dans sa famille. En général lorsqu'un bandit
enlève une personne, c'est dans sa communauté, dans son milieu, à Cité
Soleil ou à Martissant, qu'il amène l'otage. Les otages vous disent
que l'on passe par un corridor. Tout le monde vous regarde. On me met
dans une pièce. Ce sont les femmes de la cour qui me surveillent. Si
on a besoin d'acheter quelque chose à manger ou de l'eau potable. Ce
sont les gens de la cour qui vont l'acheter. Tout le monde participe.
Peut-on parler de réinsertion. Le bandit est déjà dans son milieu.
C'est pour cela que je dis, qu'on ne peut pas venir avec ces recettes
toute faites. Pour Haïti on sait où se trouve le gros des armes. On
sait à qui on les a distribuées. Ceux qui les ont distribuées, ils
savent à qui ils les ont données.
Lorsque vous faites le désarmement, la démobilisation et la
réinsertion, vous récompensez des gens qui ont commis des actes
répréhensibles. Vous leur prenez l'arme. Vous leur donnez un métier.
Vous leur donnez de l'argent. Vous leur donnez du travail. Et les
victimes dans tout ça ? S'il faut faire une réconciliation, et l'avis
des victimes.
Les policiers eux-mêmes ont des difficultés à faire leur travail. Il y
a des bandits qui ont une carte de DDR qui font des exactions et
brandissent leur carte de DDR quand ils sont pris en flagrant délit.
C'est une forme d'immunité.

RB : Au sujet de ce phénomène de kidnapping, il y a des gens qui
disent que ce sont des rapatriés venant des États-Unis et du Canada
qui s'adonnent à de tel crime. Il y a d'autres qui disent que c'est un
crime politique. Il y a une volonté politique derrière le kidnapping.
C'est clair que ça a commencé avec l'opération Bagdad qui a été une
opération purement politique.
Est-ce un secteur mixe où il y a une dominante politique et un
minorité vraiment criminelle ?

GCC : Au départ, c'était une affaire qui était purement politique. On
faisait ça pour terroriser la population et assouvir leur soif de
méchanceté. Malgré le fait que les parents payaient la rançon, on
maltraitait les otages. On violait les femmes et les hommes. On les
tuait. On les torturait.
Quand il y a une crise politique, il y a une résurgence en masse du
kidnapping. Mais le phénomène reste constamment présent, mais à basse
intensité. Parfois les victimes n'en parlent pas. Elles sont tellement
traumatisées. Elles se sentent livrées à elles-mêmes. Elles ne sont
pas protégées. On se contente de payer la rançon. Elles partent. Elles
laissent le pays. Il y a des familles entières qui ont laissé le pays.
Au départ ce phénomène était purement politique. Il y avait des gens
qui dictaient aux kidnappeurs ce qu'il fallait faire. Les kidnappeurs
réalisent qu'ils font beaucoup d'argent. Ils ont commencé à faire des
coups à leur compte. Après avoir travaillé pour les patrons, ils
travaillent pour eux-mêmes. C'est ainsi qu'on a eu une amplification
de ce phénomène. On a assisté à des auto-enlèvements pour soutirer de
l'argent à des parents. Maintenant, on est dans une situation très peu
contrôlable. C'est différent de ce qu'on avait avec la milice du temps
de Duvalier. Aujourd'hui il n'y a aucun chef. C'est l'anarchie. Le
mouvement a échappé à ceux qui l'ont créé.


RB : Entre Edmond Mulet et sont remplaçant, il y a-t-il une
différence. Mulet était constamment à l'avant-scène. Son remplaçant
est très timide.

GCC : Je vais vous dire, que les gens qui viennent en Haïti, viennent
avec des idées préconçues. Je crois que c'est aux responsables
haïtiens de mettre ces gens sur la voie, de les orienter, de leur
faire comprendre ce qu'est le problème. Il faut faire comprendre à
ceux qui viennent pour nous aider, la réalité de ce pays, voilà ce
qu'il nous faut. Que nous avons besoin de l'expertise des gens qui ont
vécu des situations similaires. Il faut aussi que l'on écoute ceux qui
connaissent la réalité du pays. Il faut tenir compte des solutions
proposées par ceux qui vivent la réalité du pays.
Ceux qui viennent pour nous aider, après un certain temps, entrent
dans le moule classique. Ils entrent en compromission.

RB : Vous avez fait carrière à la PNH. Vous avez collaboré avec la
police onusienne.
Quelle est votre opinion de l'UNPOL ?

GCC : Il y a des gens qui sont remarquables. C'est comme chez nous. Il
y a de très bons policiers. Il y a aussi des gens qui sont venus pour
faire de l'argent. On n'étudie pas les besoins pour nous envoyer des
gens, des compétences. Nous avons besoin de former des policiers. On
nous envoie des gens qui n'ont jamais été des instructeurs de police.
Ce sont ces gens qui viennent pour former nos policiers. On pense
qu'on peut nous envoyer n'importe quoi. On a aussi des cas des gens
qui ont assisté à un ou deux séminaires quelque part, qu'on nous
envoie comme expert. Il faut que nos responsables puissent dire voilà
ce qu'il nous faut. On a aussi ce complexe, que ce soit un produit ou
une personne qui vienne de l'étranger, c'est bon.

RB : Il y a un effort qui a été fait pour réformer la PNH. Il est
clair que la PNH n'est pas au point d'établir l'autorité de l'État sur
tout le territoire. La PNH se trouve strictement dans le milieu
urbain. Le milieu rural où vit la majorité des Haïtiens, n'a aucune
force de l'ordre. J'ai toujours cru qu'il nous faut une force de
police cloisonnée et stratifiée. Cloisonnée dans le milieu urbain de
ville à ville, et dans le milieu rural de section communale à section
communale, stratifiée, une police rurale et une police urbaine.
Qu'en pensez-vous ?

GCC : Il y avait dans le temps des chefs de section. C'est vrai qu'ils
débordaient parfois. Qu'ils faisaient des abus. Qu'ils commettaient
des injustices. Est-ce que cette structure qui incluait des gens qui
étaient des membres de leur communauté. Qui connaissaient bien leur
communauté. Qui avaient des informations sur leur communauté. Pourquoi
a-t-on rejeté tout ça ? Est qu'il ne faut pas adapter une force à la
réalité du moment. Est-ce que je vais former un policier qui vient
avec son code d'instruction criminelle écrit en français et l'imposer
à une population qui ne le comprend pas. On juge des gens en français
et ils ne comprennent pas la loi.
C'est vrai que le gros de la police est dans le milieu urbain. A quoi
assistons-nous ? Il n'y a pas plus de violence dans le milieu rural.
Cela veut dire que même s'ils ne sont encadrés, pas alphabétisés, ils
s'organisent.

RB : Il y a un phénomène qui se présente maintenant. Le fait que l'on
vole le bétail qui a toujours été l'épargne du paysan. Ce dernier ne
veut plus élever de bétail. L'absence d'autorité policière dans le
milieu rural expose le paysan à ce genre de crime qui affecte
profondément sa vie, son économie et sa culture.

GCC : C'est ce que je suis en train de vous dire. Moi j'ai confiance
dans le paysan haïtien. Même s'il ne sait pas comment lire et écrire,
il a la capacité de s'organiser. Si on prenait leur avis.
Dans la situation où nous sommes, avec une seule école pour former des
policiers, on n'arrivera jamais à avoir suffisamment de policiers. On
fait des projections. Mais est-ce que dans ces endroits où il n'y a
aucune force de l'ordre, la vie va s'arrêter pour attendre qu'on ait
formé ces policiers ? Non ! Il faut qu'on parle à ceux qui vivent dans
le milieu rural pour les organiser. Ils ont la capacité dans leur
façon de penser, de s'organiser. Peu importe comment on appellera
cette force, << police rurale >> ou autre. Il faut leur donner un corps
qui puisse s'adapter à leur réalité. Il nous faut aussi dans le milieu
urbain des postes de police qui soient proche de la communauté.

RB : Nous sommes arrivés à la fin de l'émission, pouvez-vous conclure
pour nous.

GCC : Le mot de la fin c'est le vOEu que je fais, que mon pays devienne
un pays normal, pour qu'il fonction comme un pays normal. Que chacun
comprenne qu'il a une responsabilité. Qu'il lui faut assumer cette
responsabilité. Et que tous ensemble nous sortions le pays du trou où
il se trouve.

RB : Je vous remercie pour votre brillante participation. Je souhaite
pouvoir vous inviter à nouveau.

GCC : C'est à moi de vous remercier pour l'opportunité que vous m'avez
offerte de parler des problèmes du pays. Même si nous vivons à
l'extérieur, il nous faut continuer à penser au pays, faire des
analyses. Il ne faut pas oublier le pays. Il nous faire un effort pour
que ça change.

RB : Merci et à la prochaine.

GCC : Merci
http://newsgroups.derkeiler.com/Archive/Soc/soc.culture.haiti/2008-03/msg00022.html
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMar 6 Nov 2012 - 20:45

Mwen wè ou adrese m.
M ap mande w.Ou pa ta ka bay lòt referans ke GESSIE COICOU?
E kilès ki fè l ENTÈVYOU se ROBERT BENODIN!
ADYE!
Mwen etone ke madan COICOU pa t di ke mesye LAVALAS yo te konn pouse ZÈL pou yo vole LOUGAROU!
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMar 6 Nov 2012 - 23:26

Gade yon koensidans, mwen sonje mwen te kwaze ak Madanm Coicou pandan Gwo Jera t ap frite isit nan Kanada, apre koudeta a. Si mwen jwenn dokiman an, mwen va fè ou tande ki jan manmzèl t ap eseye eskive kesyon mwen te poze li osijè enfomasyon ki deja pran lari nan moman an sou plizyè polis ki te enplike nan move zak kidnapping.

Mwen pa konnen pou kisa ekip Miki a mete non manmzèl nan lis yo. Zafè reken GNBis se mistè. Men, se pa moun konsa mwen ta pran oserye. Dayè ou wè li adrese lèt li a bay MINUSTAH ak anpil prekosyon.

N ap siv..... annatandan nou remake meriken yo chwazi prezidan yo pou kont yo san pyès moun pa anpeche yo fè sa. Mwenmenm se menm privilèj sa a mwen vle Ayisyen jui. Toutotan nou gen tchoul ki pral mande Washington vote pou yo, batay la ap difisil.
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 7 Nov 2012 - 6:31

Joel a écrit:
Mwen wè ou adrese m.
M ap mande w.Ou pa ta ka bay lòt referans ke GESSIE COICOU?
E kilès ki fè l ENTÈVYOU se ROBERT BENODIN!
ADYE!
Mwen etone ke madan COICOU pa t di ke mesye LAVALAS yo te konn pouse ZÈL pou yo vole LOUGAROU!

Jowel,

mwen poste declaration Gessie a jis paske Rico vini ak li kom aktialite, se pou wou ak JAF ki tap rababla sou zafe kidnapping ak 300 mille zam ki lague nan larue a vini ak atik kontrer credib ki prouve le contraire...


En attendant tout moun konin kote bagay sa soti, kiles ki importe nouveau phenomene sa nan peyi a et nan ki objectif.

Jan Gessie di liya phenomene ki te a l'origine POLITIK vin INCRONTOLAB, masse mele ak bourgeois pou fe beurre yo nan yon nouveau INDISTRI CRIMINELS LAJAN FACIL NAN YON PEYI POV "POU TOUT MOUN JWENN".


Kom nou pa gen aken arguments serieux, se nomal nou repon konsa. Pou nou ideologie toujou passe avant les faits et arguments serieux ki chita sou realite verifiab
.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 7 Nov 2012 - 7:20

Mwen pa etone ke w konkli ""pòs"" ou an ,jan w konkkli l lan.
Mwen pa p kwè anyen ke madan COICOU di de LAVALAS;se moun ki te konn ap fè referans a RNDDH pandan peryòd enterimè an.
Manmzèl gen yon record ""anti-LAVALAS"" fawouch.
Toutalè ou pral mete sa BERNARD GOUSSE te di tou?
ADYE!DOUB!
Se tankou mwen tande toujou RADYO yo ann AYITI ap fè REFERANS a RNDDH.
Menm RNDDH ki te blije chanje NON l ,lè NCHR ,ki pa t pro LAVALAS rele anmwe lè mesyedam PIERRE ESPÉRANCE yo te plede ap denonse moun e GESSIE COICOU ap poze la pat sou yo.
Genyen ki mouri lan PRIZON.
Pou listwa ,òganizasyon ESPERANCE lan se te yon filyal NCHR men JOHNY MAC CALLA te blije al AYITI pou mande ,,òganizasyon DWA MOUN BIDON an,chanje NON li.
Tou senpman DOUB;mwen pa kwè sa GESSIE COICOU di de LAVALAS ;Menm jan mwen pa p janm kwè sa RNDDH di de lavalas ;an byen ou an mal
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 7 Nov 2012 - 8:33

An pasan Doub, sa chèf gang ki rele Clifford Brandt fè a, se yon kidnapping osnon, jan avoka a di a yon "enlèvement"? Petèt m a va rele madan Coicou pou mwen mande ekspè a sa li wè. Sa w wè!?
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 7 Nov 2012 - 18:11

jafrikayiti a écrit:
An pasan Doub, sa chèf gang ki rele Clifford Brandt fè a, se yon kidnapping osnon, jan avoka a di a yon "enlèvement"? Petèt m a va rele madan Coicou pou mwen mande ekspè a sa li wè. Sa w wè!?

JAF, Mwen swetew bonne chans nan repotaj Gessie Coicou. Plizie kose ka soti wou pa ta renmen tande.

Mwen fe dame sa yon minimum konfians, pou plizie rezon d'abord se yon medecin, ansuite li pati al l'etranger l'al fe yon specialisation comme epidemiologis, en suite li gen yon formation en medecin legiste. Kife sanble se pa jis yon polis konsa konsa. Dame nan se yon pwoffessionelle, fok nou respekte sa.

Li fe konen li tebay demission li paske li te gen gwo pressions menaces kitap fet sou pitit li (komkwa yo te ka swa kidnapel ou touyel).

Nou deja konpran nan ki sekte gwo rekins andedankalte menas sayo tap soti, ke travay li tap derange.

Mwen pa nan pale pour ne rien dire, men li:

"Quatre autres hauts gradés de la PNH, trois inspecteurs généraux et un commissaire divisionnaire, ont été également chassés de la PNH. D’abord, il y a l’ancienne porte-parole de l’institution policière, Marie Gessy Coicou, inspecteur général. Faute révélée contre elle : absence sans autorisation. Selon une première analyse des enquêteurs, le fait qui lui est reproché n’est pas fondé. « Le motif d’absence sans autorisation évoqué au terme de la procédure de vetting n’a jamais été constaté par l’administration de la PNH », précise le rapport.

Cependant, une deuxième analyse a permis de comprendre clairement que « la mise en cause a quitté le pays depuis 2007 sans aucune autorisation », a révélé le rapport. Dans une correspondance adressée à la Minustah, Marie Gessy Coicou s’est dit étonnée d’entendre à la radio que son nom figurait sur une liste de policiers indésirables alors que son passage à la PNH est sans reproche.

«…J'ai alors adressé une demande de mise en disponibilité au ministre de la Justice avec copie au DG de la PNH, demande pour laquelle je n'ai jamais reçu de réponse. Par la suite, j’ai fait savoir au CSPN que je démissionnais de la PNH. Là encore je n'ai reçu aucune réponse », a-t-elle écrit, soulignant que depuis son départ pour le Canada en 2006, elle n’a reçu aucun chèque de la PNH.

« Lors de mon passage à l’Inspection générale de la PNH, j'ai collaboré avec les membres de la Minustah, responsables du vetting. A cette époque je leur ai proposé de faire mon vetting d'abord pour rassurer le reste de l'institution et leur prouver que cet exercice visait au bien de l'institution », a-t-elle ajouté pour prouver son innocence.
"


http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=110517
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 7 Nov 2012 - 20:57

mwen konseye nou li liv sa a pou nou konprann ki kalite chirepit ki te e ki kontinye ekziste ant reken ki pase nan FAdH ak PNH nan deseni ki sot pase yo. Sa ki ede nou konprann pi byen sa k ap fèt la a

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/09/201293072613719320.html
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyJeu 8 Nov 2012 - 7:32

jafrikayiti a écrit:
mwen konseye nou li liv sa a pou nou konprann ki kalite chirepit ki te e ki kontinye ekziste ant reken ki pase nan FAdH ak PNH nan deseni ki sot pase yo. Sa ki ede nou konprann pi byen sa k ap fèt la a

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/09/201293072613719320.html

Ah JAF pa fem sa, ak auteurs 2e mains sayo ki pa konen bien acteurs local yo, gen anpil auteurs haitiens ki pibliye sou epok sa-a tou. Mwen pa gen titres yo nan tet mwen koulia.

Tout moun bien informe konen recrutement pou forme nouveau PNH la se LAVALAS kite fe li, parmi FADH ki te gen tendance LAVALAS. Anpil se te yon paket ti vicieux, ki vini retounen kont li ak organize komes ti-POUD blanche la au tres haut niveau. Lo pouvwa a vin manke lajan chef la te menm aksepte touche commision li nan komes la.

Le sa-a se lan menm mouvance li te di "li te fe yon ti dezod" la.


Se possib plizie ladan yo tap jwe double jeu yo recrute pa CIA ou zot
.






Dernière édition par Doub-Sossis le Jeu 8 Nov 2012 - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
foknougoumin
Star
Star
foknougoumin

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2006

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyJeu 8 Nov 2012 - 9:39

Doub ki sa madam, pouki mim ti bébé ak gran moun 80 lanné nan cite soleil sé té gwo bandi. Ka di pou loin plan pou vérité. Di'm non eské sé lavalass ki fèl kouri ou sé vié bagay gnbiste tankou'l ki fè'l krazé rak.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyJeu 8 Nov 2012 - 9:44

DOUB;

JAF ka MODÈS;men li konnen de ki sa l ap pale ;mwen sonje sou yon lòt SIT ;li te antre lan yon POLEMIK ak yon REPÒTÈ AMERIKEN ki te KORESPONDAN REUTERS ann AYITI .
Misye te ekri yon liv sou EPÒK lan .Repòtè sa a se te Manm ""HAITI DEMOCRACY PROJECT"".
JAF te fè l vole GAGÈ ;misye pa t ka defann anyen lan sa li te ekri yo.
Misye te tankou KKOK (lol)
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyJeu 8 Nov 2012 - 19:13

Joel a écrit:
DOUB;

JAF ka MODÈS;men li konnen de ki sa l ap pale ;mwen sonje sou yon lòt SIT ;li te antre lan yon POLEMIK ak yon REPÒTÈ AMERIKEN ki te KORESPONDAN REUTERS ann AYITI .
Misye te ekri yon liv sou EPÒK lan .Repòtè sa a se te Manm ""HAITI DEMOCRACY PROJECT"".
JAF te fè l vole GAGÈ ;misye pa t ka defann anyen lan sa li te ekri yo.
Misye te tankou KKOK (lol)

Joel,

wou panka mountrem JAF non. Se yon gren mwen bien apprecie depi bien longtemps map suiv li, malgre nou pa nan menm fanmi polititik.

Tanzantan nou kwase nou toujou fe koze nou ansanm, mwen te menm cotize nan sipporte association "Akassan" an zot.

Se 2 bagay mwen pa janm ka dakor ak li

1- Lekti ideolojik Lavalas international li genyen de politik Haiti (gade bien se toujou ak atik blanc li toujou paret). Se pa fot li mwen kwe se nan diaspora li grandi.

2- Approche theolojik meli melo li genyen nan zafe religion ak afrikanis

Li ka pa konen kiles ki Doub, men mwen konen bien kiles ki JAF.

kinbe la

Men yon nan liv comme reference epok sila se Lennec Hurbon ki edite li

http://www.haitianbookcentre.com/bookbag/details.php?bookid=722&CategoryID=4

Lennec se pa moun van voye jete sou la cote Haiti men lot liv li ekri sou peyi a

http://www.haitianbookcentre.com/bookbag/browse.php?AuthorID=408

Men extrait yon lot ankorr. Dim non qui etait Dany Tousssaint?

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Danny_10

SA-A se nan liv Haiti 2004 : Radiographie d'un coup d'etat

http://books.google.ca/books?id=EtWdlXxXUCUC&pg=PT57&dq=officiers+de+police+LAVALAS&hl=en#v=onepage&q=%20police%20LAVALAS&f=false

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Titid_10

http://books.google.ca/books?id=id0wV94j7aAC&pg=PA164&lpg=PA164&dq=qui+etait+Dany+Toussaint&source=bl&ots=fcIohz9ca-&sig=qVyfOuCYl61-53Z3CwX7FAafEhs&hl=en&sa=X&ei=CVmcUMTUAqiy0AHi_4CgBA&ved=0CEQQ6AEwBQ#v=onepage&q=qui%20etait%20Dany%20Toussaint&f=false

Tout moun bien informe konen recrutement pou forme nouveau PNH la se LAVALAS kite fe li, parmi FADH ki te gen tendance LAVALAS. Anpil se te yon paket ti vicieux, ki vini retounen kont li ak organize komes ti-POUD blanche la au tres haut niveau. Lo pouvwa a vin manke lajan chef la te menm aksepte touche commision li nan komes la.

Le sa-a se lan menm mouvance li te di "li te fe yon ti dezod" la.

men prev la- Les grands Manitous :


Dany Toussaint, il avait déserté l'armée avant 1990 (Sous- lieutenant) et a été donné, par un appel personnel du Président Aristide, l'amnistie et le grade de capitaine le 16 mai 1991.

Pierre Michel (Onil) Lubin , il avait été chassé de l'armée avant 1990 (sous-lieutenant); a été gracié et compte tenu du rang de capitaine par le président Aristide le 12 février, 1991.

Hildevert Pierre Chérubin, il a été promu au grade de lieutenant-général sur Feb.12th 1991 par le Président Aristide.

Médard Joseph, il avait été chassé de l'armée avant 1990 (sous-lieutenant); a été gracié et compte tenu du rang de lieutenant par le président Aristide le 12 février 1991.

Richard (Sacha) Salomon
(même promotion à l'académie militaire de Dany Toussaint et PM Lubin)

Jean-Marie Fourel Célestin, promu capitaine au grade de major, le 5 avril 1991 par le Président Aristide ....ETC

ESKE SE AMERICAINS OUBIEN CIA KITE METE YON PLIM AK YON FIZI NAN ZOREY TITID POU FOSE LI FE NOMINATION SILA YO?
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyJeu 8 Nov 2012 - 22:17

Doub,

Anverite ou mechan! Ki fè ou pa konnen se Aristide ki te nonmen raoul Cedras tou? Kidonk, Aristide se mastèbrenn koudeta 29 septanm 1991 lan kont pwop tèt li tou?

Nominasyon sa yo ki fèt depi 1991 montre ki jan Aristide te toujou gen 5èm kolonn anndan palè a. Jisteman, nan liv Jeb Sprague la, misye bay anpil detay sou wol Dany Toussaint ak Youri Latortue jwe nan ede ekip Ekwatoryen yo (Guy Phillipe elatriye) atake kan polis yo (jiyè 2001) epi palè nasyonal la (17 desanm 2001). Kanta pou dènye evènman sa a menm, se limenm ki montre ki jan bagay yo rele OEA a se yon salopri danjere pou lapè nan kontinan an. Yo te okouran tout detay koudeta a, malgre sa yo alimante je chèch iznogoud nou yo, ki ekzije viktim lan peye teworis yo reparasyon.

Mesye, nan moman evènman yo ap pase yon moun ka itilize trik pou manipile opinyon piblik, simaye konfizyon. Men alalong, ap gen divizyon nan mitan koudetayis yo, van k ap vire, tan k ap geri kèk maladi avègleman....epi gade jodi a Guy Phillippe mete anpil verite nan lari.

Bagay Brandt sa a ka ede nou konprann ki jan, nan ki kondisyon gwo kalib zàm ap rantre nan peyi a depi anpil ane. Menm jan nou remake chirepit nan mitan militè ak paramilitè yo, se konsa gen chirepit nan mitan biznismann yo. Tyeke sou net la ou va jwenn ki jan Eddy Deeb te nan konfyolo ak Saati yo, Joel Deeb te nan lobèy ak Stanley Handal ki fè li peyi plis pase 1 milyon dola dedomajman paske li te mete kakachat deyo sou misye alepok yo te arete li pou kidnapping .....Konsa tou, mwen fè nou sonje gen dokiman Small Arms Survey ki pibliye epi yo kouri retire li an sikilasyon kote yo te montre aklè ki sektè ki te enpote tout zàm sa yo nan epok Gwo Jera a.

Mesye, bagay yo devan je nou. Mafya k ap dirije neyo-koloni an, se yon ekip moun malpwop ki nan tout kalite voksal. Chans pa yo, anpil moun ki grandi nan klas mwayèn nan santi se devwa yo pou fè tchoul k ap kase kouvri sa pou yo.

Li klè tout moun ki fèt epi grandi nan fanmi rich ann Ayiti pa nesesèman yon malandren osnon kriminèl. Se pa janm sa pyès moun deklare. Sa yon moun dwe admèt alèkile sè ke gang kriminèl opere nan tout kouch sosyal peyi a. E solisyon pwoblèm sa a pa ka fèt sou baz vye prejije kolonyal yo.

Jan koze Brandt lan ap jere la a jiskaprezan pa enspire konfyans ditou. Koze 79 polisye sa yo ki revoke la a, se yon veritab divèsyon. Pèp la gen dwa konnen ki polisye ki te enplike nan kidnapping....se pa lemoman pou nèg yo ap kreye konfizyon nan fè revokasyon pou lot koze ki pa gen arevwa ak kidnapping. M sipoze nou remake dènye atik Haiti-Observateur la ki diklare Brandt se sèlman #5 li ye nan gang lan epi Olivier Martelly se #6. Yon lot fwa anko non Stanley Handal parèt kom chef gang kidnapèù#1. Èske misye pral asiye Haiti-Observateur tou? Ki bwa ki kore ki bannann nan peyi nou? Bagay sa yo merite eklèsisman!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyVen 9 Nov 2012 - 9:55

Kounye an ou mete LAENNEC HURBON kòm referans.
Premyèman ;eske misye pa t youn lan NÈG ki te siyen MANIFÈS swadizan entelektyèl ki te mande ranvèsman ARISTIDE lan?
Epi lan sa ou site la a ;genyen anyen ki diferan, anyen ki nouvo lan sa lòt NÈG yo t ap di an.
Eske misye te pale de sa repòtè NYTIMES lan te di de koudeta a?
Misye te fè pwotaginis yo entèvyou wi .Li te pale ak tout ;ou pa fouti di se dezyèm men sa l te rapòte yo.

http://www.nytimes.com/2006/01/29/international/americas/29haiti.html?pagewanted=alll
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyVen 9 Nov 2012 - 12:57

DOUB;
Sispann pèsonalize bagay yo.
Polemik m ap pale an ,si JAF sonje ;se te ant JAF ak yon NÈG ki rele MICHSEL DEIBERT""
Misye se te korespondan REUTERS ann AYITI an 2003.
Non liv misye an se te ""NOTES FROM THE LAST TESTAMENT"'
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyVen 9 Nov 2012 - 18:03

joel,

POUKISA HAITIEN PA VLE REKONET VALE LI GEN LAKAY LI?

BON SUIV BIEN INTERVIEW SA POU WE KIJAN LAENNEC, EN BON SOCIOLOGUE, CHITA PWOBLEM HAITIEN AN NAN NOEUD PWOBLEME NOU TAP DISKITE SOU FORUM NAN- C'EST A DIRE ISTWA INIK PEP HAITIEN-ESCLAVAGE-REVOLITION- AK KESTION VODOU A ... EPI TRANSITION DEMOCRATIQUE INTERMINABLES..

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptySam 10 Nov 2012 - 6:11

DOUB;

Mwen gen dwa dakò jan misye wè bagay kiltirèl yo e mwen pa dakò ak pozisyon li te pran lan sa k te pase an 2003-2004 yo.
Pa gen kontradiksyon lan sa non.
Petèt sa misye te ekri an 2004 yo li te kwè ke yo te vre;men gen twòp enfòmasyon ki ap parèt apre evènman sa yo e mwen pa wè okenn lan NÈG sa yo ajiste sa yo te konn di yo.
DOUB;
Pinga mesye sa yo vin di ke yo pa t wè ke koudeta a se te yon koudeta ENPERYALIS.Ou pa ka di poukisa yo ta osi nayif.
An DOMINIKANI ,pandan dènye eleksyon prezidansyèl lan ;youn lan liy datak sou MEJIA yo ,se te kolaborasyon l lan koudeta 2004 lan.
Mwen bezwen kèk lan NÈG sa yo kòmanse eksprime ""MEA CULPA"" yo.
Menm yon moun tankou ANBASADÈ AMERIKEN an BRIAN DEAN CURRAN di ke KOUDETA 2004 lan pa t bezwen rive ;sa koute l men li di sa l te panse!
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptySam 10 Nov 2012 - 9:11

Se ekzateman menm pwoblèm nan mwen genyen ak nèg tankou Laennec Hurbon, ke mwen site nan liv mwen an Viv Bondye Aba Relijyon epi sineyas Raoul Peck ki fè bèl travay tankou fim Lumumba a, osnon Franketienne.

Travay entelektyèl nèg sa yo solid. Men, sanble yo two konekte ak privilèj klas sosyal yo epi kilti konsèvatè yo pou yo te wè sa ki t ap pase nan ane 2003-2004 la nan yon wotè ki pi elve. Jodi a, ogèy ap anpeche yo fè mea culpa osnon rekonèt yo te fè erè. Poudayè, liv Raoul Peck la se yon veritab kanpay piblisitè kote misye akize tout moun ki te nan gouvènman an ak li, anwetan pwop tèt li (monsieur le minstre, jusqu'au bout de la patience). Apresa, misye santi li tèlman fristre li fè yon fim karikati nan estil "last king of scotland" pou li demonize Aristide, epi se te yon fyasko total. Kounye a, misye fè yon fim kritik sou okipasyon MINUSTAH a, kote li reprann sa a Ricardo Seitenfus te mete nan lari a, osijè koudeta Edmond Mulet te tante fè sou Préval la. Malrezman, mwen pèdi anpil nan respè mwen te genyen pou Raoul Peck anvan li te rantre nan politik. E mwen panse pasaj sa a afekte bon jijman atistik misye. M pa gen espwa fim sa a ap rive osi lwen ke li ta dwe rive pou ede nasyon an kale je li tout bon vre sou krim sansi yo ap komèt nan peyi a.

Nan ane 1997 mwen te nayif anpil, lè mwen te ekri tout lidè sa yo: Titid, Preval, Peck, Wyclef, Danny Glover, Jonathan Demme, Spike Lee, Oprah....pou mwen ankouraje yo mete tèt ansanm pou reyalize yon fim sou revolisyon Ayisyen an. Lè sa a, mwen te ale kay Catherine Dunham kote li te ankouraje m kontinye pouse lide konbit sa a....men lè mwen te rankontre Raoul Peck, Wyclef ak Pras anfas, pou mwen diskite koze a ak yo, li te evidan mwen te nayif anpil. Nan milye hollywood sa a, se "ego" ki anpeche anpil kolaborasyon fèt. Mesyedam yo nan konpetisyon pèpetyèl epi yo pa gen menm vizyon non plis sou listwa revolisyon an. Jodi a, nou ka wè nan ki dekadans Wyclef tonbe.

Joel, diskisyon mwen te fè ak Michael Deibert la sete sou sit Windowsonhaiti.com. Si m pa manti yo la toujou sou entènèt la. Sa pou nou remake se atitid ti blan pwofitè tankou Michael Deibert, lè zanmi yo pran nan pwoblèm. Deibert t ap fè reklam pou fim Wyclef te finanse sou lavi ak lanmo timesye yo nan Site Solèy (Ghosts of Cité Soley). Mwen te lonji dwèt sou aspè ekplwatatif fim sa a epi misye t ap pouse tèz koudetayis rasis yo. Jounen jodi a, Micheal Deibert kontinye ap fè kob li, Wyclef nan tenten devan IRS pou kont li. Billy ak Tupac mouri, madanm Billy kontamine ak Sida epi reyalizatè sinema yo ap penpennen.

you can find the exchanges with Deibert by going to www.windowsonhaiti.com (Ann Pale_ and use the search engine to find articles by Deibert and Jafrikayiti).
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptySam 10 Nov 2012 - 9:33

Mwen bien kontan JAF di li te naif a l'epok.

Tout moun panka pran position extremis, si se konviktion nou se tres bien. Men yon position balance tankou majorite intelectiels haitiens yo tankou Laennec oubien Peck gen plis chans pou fe chemen li ak jwenn akseptation majorite des "bien-pensants" yo ki pa necessairement majorite pep la.

On se trompera rarement si l'on ramène les actions extrêmes à la vanité, les médiocres à l'habitude et les mesquines à la peur. (FRIEDRICH NIETZSCHE)
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyLun 26 Nov 2012 - 22:41

Madan Coicou - yon lot kolabo "bien pensant" ki gen lè pèdi relyasyon podyab, kontinye ap plenyen toujou...Annou li:

Citation :
Processus d’épuration de la PNH :
Gessy Cameau Coicou réitère sa demande d’explication à la MINUSTAH sur la présence de son nom sur la liste des exclus

Montréal, le 21 Novembre 2012

Aux Responsables de la MINUSTAH,

Le 5 novembre 2012, j’ai adressé une demande d’explication à la MINUSTAH réclamant que me soient communiqués les éléments trouvés dans l’enquête de vetting réalisée sur moi pendant mon passage dans la Police Nationale d’Haïti. Je n’ai pas obtenu de réponse jusqu’à ce jour. Ce rapport de vetting de la MINUSTAH confirmé par un comite de révision a occasionné que mon nom soit porté sur une liste de membres de la PNH (policiers et personnel administratif) devant être révoqués de l’institution pour corruption, enrichissement illicite et moralité douteuse. La publication de cette liste dans la presse m’a causé un préjudice grave et public. Je suis en droit de connaitre de quoi je suis accusée. Aussi, je réitère ma demande qui consiste à me communiquer une copie du rapport de vetting réalisé sur moi par la MINUSTAH.

Je vous informe que cette correspondance est la dernière que je vous adresserai à ce sujet. Et je vous annonce que je me réserve le droit d’intenter une action en justice contre tous les auteurs de cette tentative d’avilissement, de dénigrement et souillure dont je suis l’objet et qui porte gravement atteinte à ma dignité, à mon honneur et à ma réputation et celle de ma famille.

Salutations distinguées.

Dr Marie Gessy Cameau Coicou. MD. MPH. Téléphone : 514- 656 7525 Courriel : gescacoicou@hotmail.com

Sous: http://www.radiokiskeya.com/spip.php?breve2801

Gade ki jan yon obsèvatè reyaji - siman se yon "ekstremis":

"jodi a piman an tonbe nan je w kounye a ou wè se pa nan je poul sèlman piman pa dous! Lè pèp la ap mande pou nou respekte dwa moun ak lajistis se zo li nou toujou kraze. Jodi a ou wè kijan menm moun ki t ap fè w bay anpil manti pou yo a, kijan se oumenm ki viktim anba vye dosye yo mete sou do w pou yo kapab detwi w..."
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi EmptyMer 28 Nov 2012 - 11:39

jafrikayiti a écrit:
Se ekzateman menm pwoblèm nan mwen genyen ak nèg tankou Laennec Hurbon, ke mwen site nan liv mwen an Viv Bondye Aba Relijyon epi sineyas Raoul Peck ki fè bèl travay tankou fim Lumumba a, osnon Franketienne.

Travay entelektyèl nèg sa yo solid. Men, sanble yo two konekte ak privilèj klas sosyal yo epi kilti konsèvatè yo pou yo te wè sa ki t ap pase nan ane 2003-2004 la nan yon wotè ki pi elve. Jodi a, ogèy ap anpeche yo fè mea culpa osnon rekonèt yo te fè erè. Poudayè, liv Raoul Peck la se yon veritab kanpay piblisitè kote misye akize tout moun ki te nan gouvènman an ak li, anwetan pwop tèt li (monsieur le minstre, jusqu'au bout de la patience). Apresa, misye santi li tèlman fristre li fè yon fim karikati nan estil "last king of scotland" pou li demonize Aristide, epi se te yon fyasko total. Kounye a, misye fè yon fim kritik sou okipasyon MINUSTAH a, kote li reprann sa a Ricardo Seitenfus te mete nan lari a, osijè koudeta Edmond Mulet te tante fè sou Préval la. Malrezman, mwen pèdi anpil nan respè mwen te genyen pou Raoul Peck anvan li te rantre nan politik. E mwen panse pasaj sa a afekte bon jijman atistik misye. M pa gen espwa fim sa a ap rive osi lwen ke li ta dwe rive pou ede nasyon an kale je li tout bon vre sou krim sansi yo ap komèt nan peyi a.

Nan ane 1997 mwen te nayif anpil, lè mwen te ekri tout lidè sa yo: Titid, Preval, Peck, Wyclef, Danny Glover, Jonathan Demme, Spike Lee, Oprah....pou mwen ankouraje yo mete tèt ansanm pou reyalize yon fim sou revolisyon Ayisyen an. Lè sa a, mwen te ale kay Catherine Dunham kote li te ankouraje m kontinye pouse lide konbit sa a....men lè mwen te rankontre Raoul Peck, Wyclef ak Pras anfas, pou mwen diskite koze a ak yo, li te evidan mwen te nayif anpil. Nan milye hollywood sa a, se "ego" ki anpeche anpil kolaborasyon fèt. Mesyedam yo nan konpetisyon pèpetyèl epi yo pa gen menm vizyon non plis sou listwa revolisyon an. Jodi a, nou ka wè nan ki dekadans Wyclef tonbe.

Joel, diskisyon mwen te fè ak Michael Deibert la sete sou sit Windowsonhaiti.com. Si m pa manti yo la toujou sou entènèt la. Sa pou nou remake se atitid ti blan pwofitè tankou Michael Deibert, lè zanmi yo pran nan pwoblèm. Deibert t ap fè reklam pou fim Wyclef te finanse sou lavi ak lanmo timesye yo nan Site Solèy (Ghosts of Cité Soley). Mwen te lonji dwèt sou aspè ekplwatatif fim sa a epi misye t ap pouse tèz koudetayis rasis yo. Jounen jodi a, Micheal Deibert kontinye ap fè kob li, Wyclef nan tenten devan IRS pou kont li. Billy ak Tupac mouri, madanm Billy kontamine ak Sida epi reyalizatè sinema yo ap penpennen.

you can find the exchanges with Deibert by going to www.windowsonhaiti.com (Ann Pale_ and use the search engine to find articles by Deibert and Jafrikayiti).


Wi JAF ;mwen sonje diskisyon sa a trè byen sou WINDOWSON HAITI.Se youn lan rezon mwen te vin wè ke mesye sa yo ,nèg ki te ap ekri LIV anti ARISTIDE ,anti LAVALAS pa t chita sou anyen.
Misye te menm repete zafè TI BEBE LAN PILON an ;misye te ekri l lan liv li an e lè yo te mande misye ki kote li te pran nouvèl sa a ;misye te reponn ke se te sou RADYO KISKEYA ke misye di ke se yon sous respekte ;yon sous ki FYAB.

Lan zafè BEBE LAN PILON an ,paske DEIBERT t ap repete bagay sa a ;te gen yon REPÒTÈ KANADYEN ki t al swiv filyè kote nouvèl sa a te sòti;misye te jwenn se te yon NÈG ki te rele MARVEL de MIAMI ki di li te la lè ANNETTE AUGUSTE t ap griye BEBE an.
Lè repòtè an al MIYAMI li te fè tou sa ki posib pou l te rankontre NÈG sa a ;li pa t kapab ;NÈG lan te antre anba pay.

Se yon montaj ,ki te vin FOLKLORIK lan DESTABILIZASYON ARISTIDE lan ;paske mesye yo konnen byen depi w ap pale de MANBO ,de LOUGAROU yon gran PÒSYON lan popilasyon an ap kwè w!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty
MessageSujet: Re: Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi   Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: