Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

 

 L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE"

Aller en bas 
AuteurMessage
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE" Empty
MessageSujet: L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE"   L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE" EmptyLun 7 Jan 2013 - 18:21

Haïti/Politique : « Trois prélats, 3 coups, une coupe ! »
L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE" PierreAndreDumas-300x200
Written by:canalplushaitiWritten on:janvier 7, 2013

Dieudonne Saincy

Église, dis seulement une parole! Cela a pris du temps, mais c’est finalement arrivée. Ce n’est pas une main politique, mais une voix morale. Cette morale qui, il y a belle lurette, manquait un peu à tous les secteurs de la vie nationale. On la sentait venir cette parole parlée. Depuis la note de la conférence épiscopale sur la situation du pays, nous assistons à un grand réveil de la mission de l’ Église: dénoncer le côté obscur de la gouvernance. Quelle qu’elle soit. Comme au temps d’Israël: « Le pays ne peut supporter toutes ses paroles » (Amos 7v10). Et quand des représentants de Dieu sur terre s’expriment, on peut y voir soit la coupe de délivrance, soit la coupe de la colère. Dans les deux cas, coupe quand même. Mais ce qui est certain, les dernières positions de l’ Église catholique,-ses trois coups entre fin et début d’année-, témoignent l’existence d’une coupe.

Premier coup. Nous sommes le 30 novembre 2012, une semaine après la visite du chef de l’ État, Michel Martelly au Saint-Siège, la Conférence épiscopale d’Haïti via son président Mgr Chibly Langlois, a dit son mot sur les maux haïtiens : la pauvreté est grandissante, la cherté de la vie ne connaît pas de répit, l’insécurité alimentaire sociale, politique, psychologique et physique gangrène d’une manière ou d’une autre toutes les couches de la population. « Cet état de choses résulte de la mauvaise gouvernance dans laquelle le pays s’est embourbé ». Véritable coup de

massue pour l’équipe Martelly-Lamothe. L’audience accordée par le Pape Benoit XVI n’aura pas suffit. Le chef de l’ État l’avait probablement pris pour une bénédiction-validation de sa gestion du pouvoir. Il fallait voir toute la mauvaise propagande autour de cette visite. Une première qui n’en était pas une.

Deuxième coup. Nous sommes le 1er janvier 2013, à Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard sort de sa réserve et dénonce la corruption et le gaspillage des ressources publiques. « Indigné par la gouvernance actuelle du pays, l’Archevêque de Port-au-Prince, a demandé à la population si elle entend continuer à accepter passivement un tel état de fait ». On pourrait l’interpréter de l’autre bord comme un appel à la sédition. Déjà entendu dans le milieu politique, ce cri de réveil de l’homme de Dieu n’est pas une exclusivité, mais toute la différence du message est dans le messager. C’est une autorité morale « apolitique » qui interpelle les consciences citoyennes. Qu’allons-nous faire face aux débandades du pouvoir actuel nous questionne l’archevêque.

Troisième coup. Le même jour de l’Indépendance aux Gonaïves (Artibonite/ Nord), Mgr Péan s’est exprimé en présence du chef de l’État Joseph Michel Martelly, de sa femme, du premier ministre Laurent Lamothe et des membres du gouvernement, à la cathédrale Saint Charles:

« La bonne gouvernance et l’établissement d’un climat de dialogue », sont les conditions premières du démarrage du pays. La rupture avec l’irrespect, l’égoïsme et les vanités du passé, en vue de grandir en générosité pour « une nouvelle Haïti, exhorte l’évêque. La continuité de l’ État est nécessaire a insisté le prélat. Le rappel de Mgr Péan aux autorités : « Le problème haïtien est un problème d’hommes …, beaucoup de jalons ont été posés, un effort de la part des instances de l’état …, nous devons continuer le travail qui a été entamé comme l’élargissement et le curage de nos rivières, et ne pas détruire ce qui a été fait …, Ne renonçons pas à poursuivre l’œuvre entamée … ». Le religieux de la cité de l’indépendance sait de quoi il parle. La population aussi. Visiblement cela n’avait pas l’air de plaire aux invités. Les images parlaient par elles-mêmes. En fait, l’ Église à travers son message a tout dit et n’en dira pas plus. C’est aux politiques d’expliciter ce que veut dire: faiblesse de la gouvernance…Le discours réaliste de l’ Église marque un malaise entre le président et l’institution vieille de 2000 ans. La barque ecclésiastique, semble t-il, ne veut pas être au milieu, car elle risquerait de se faire balayer par les vents extrêmes. Des vents contraires. Presque pleine, la coupe de la colère est déjà dans la rue, il manque probablement celle de la délivrance.

D’où viendra le secours???

Shalom

Crédit : Dieudonne Saincy

------------------------------------------------------------------------------------------------------
Haïti/Religion & Coopération: « Haïti, une république d’ONG ! », dixit, Mgr Dumas.
Written by:canalplushaitiWritten on:janvier 7, 2013
Mgr Pierre-André Dumas

Le président de Caritas Haïti pointe les lacunes de la reconstruction et dénonce les divisions qui minent le pays. Il appelle État, ONG et citoyens à s’unir.

Trois ans après le séisme qui a frappé Haïti, où en est la reconstruction ?
L’élan qui a suivi le séisme s’est estompé. Une bonne partie des promesses n’ont pas pu être tenues. Il y a chez le peuple un goût de déception, les gens sont restés sur leur faim. Une partie de la population vit toujours sous les tentes, et quand on sait qu’on a été frappé par deux cyclones majeurs, la reconstruction va prendre du temps. Il faut plus de volonté politique, de dialogue national, d’amour pour ce pays. Il faut laisser de côté les intérêts particuliers.

Quel est l’état d’esprit de la population ?

Les Haïtiens ont une capacité de résilience très forte, mais leur patience commence à s’affaiblir. Les gens veulent un changement rapide et concret. C’est pourquoi il y a beaucoup de manifestations dans le pays. Il y a du mécontentement, de la frustration, mais pas de résignation. Le peuple est en vie, il veut vivre en tout cas, mais on n’a pas encore trouvé la façon de s’asseoir ensemble de régler les contentieux, et de mettre le cap sur l’avenir. Des décisions courageuses doivent être prises. Le peuple attend ses dirigeants au carrefour.

Des voix s’élèvent pour dénoncer les effets pervers de la présence des nombreuses ONG dans le pays, qui empêcherait les Haïtiens de prendre leur avenir en main…

En effet, tant que le pays reste une république d’ONG, il ne peut pas avoir de projet propre, viable, durable. On aura toujours besoin de l’apport de nos amis, d’une coopération fraternelle, mais on doit tous essayer de pousser les responsables de la chose publique à avoir un projet fort pour Haïti, auquel les ONG peuvent s’intégrer selon leur vision et leurs compétences. Travailler au renforcement des structures de base, des collectivités territoriales, des institutions locales, tout cela est essentiel pour que les ONG n’aient plus besoin de « faire à la place de ». On a tous à gagner, État, société civile, ONG, à porter les dirigeants à assumer leurs responsabilités et à définir une politique publique claire.

Vous parliez d’union nationale, sans laquelle rien n’est possible. Quelles sont les divisions qui minent le pays ?

Le clivage central est celui qui existe entre les urbains et les ruraux. La question de l’intégration des masses rurales dans les affaires du pays n’a jamais été prise au sérieux. Pendant longtemps, ces gens ont été abandonnés, livrés à eux-mêmes : pas d’école, pas de possibilité d’acheminer leur produits locaux, aucun accompagnement au niveau de l’agriculture… C’est une grande injustice, et c’est encore un tabou aujourd’hui. Nous ne pouvons plus continuer à vivre dans un pays coupé en deux, avec d’un côté des villes qui ne sont plus des villes mais des bidonvilles, des bétonvilles, et de l’autre un pays rural qu’on appelle le « pays de l’en-dehors », coupé du reste. Si Haïti veut parvenir à une reconstruction durable, il faut veiller à une meilleure intégration dans couches rurales. Il faut penser des pôles de développement, de manière à décentraliser, en tenant compte des réalités locales. Il faut que le gouvernement central accepte de renoncer à des prérogatives, c’est la condition sine qua non pour le développement du pays. Il ne faut pas porter les gens vers Port-au-Prince ou d’autres grandes villes mais accompagner les populations locales là où elles se trouvent, à partir de leur richesse locale, de leur propre culture. Dans les Nippes, par exemple, on a beaucoup de belles plages, une nature merveilleuse… Il faut mettre en œuvre un développement harmonieux dans le respect de l’écologie, en facilitant notamment l’écotourisme et en soutenant une agriculture saine.

L’agriculture est un levier économique potentiellement très important pour Haïti. L’État a-t-il une vision sur le sujet ?

Depuis plus de 25 ans, on parle de la nécessité d’augmenter la production nationale. En réalité, elle n’a fait que chuter. Or le pays ne pourra pas se remettre debout si on n’encourage pas la production locale. Il faut accompagner les paysans et les cultivateurs, repenser notre politique de coopération. Nous importons par exemple du riz des Etats-Unis, ce qui tue l’économie locale. Les paysans ont été décapitalisés par plusieurs cyclones et suite au séisme : il faut recapitaliser ces paysans, leur donner des semences. Il y a un proverbe créole qui dit : si les paysans ne cultivent pas, les gens des villes ne mangent pas. Haïti était un pays agricole, il faut compter à nouveau là-dessus, faire des investissements importants dans ce secteur. On n’entend pas beaucoup d’engagement dans ce sens. C’est pourquoi Caritas et ses partenaires mettent l’accent sur l’accompagnement de l’agriculture et l’animation des zones rurales. Quand un paysan commence à vendre ce qu’il a lui même produit, on remet l’avenir du pays entre les mains de ses habitants. C’est l’agriculture qui remettra Haïti sur le chemin du développement.

Quel a été le rôle de l’Église dans la reconstruction ?

Depuis le séisme, l’Église haïtienne a été très proche de la population, que ce soit au niveau de l’accompagnement spirituel et psychologique mais aussi au niveau concret. Nous avons sillonné les quatre coins du pays, et grâce à nos antennes locales, nous avons pu atteindre la population partout où elle a été touchée. Nous avons d’abord travaillé dans l’urgence, apporté les premières aides, eau, tentes, kits d’hygiène. On a pu sauver des vies, secourir beaucoup de gens touchés par le séisme. Ensuite il y a eu la phase de réhabilitation, au cours de laquelle on s’est focalisé sur des priorités, comme la construction de logements dignes. On a également travaillé sur l’éducation, en reconstruisant des écoles, et en permettant de donner un plat chaud à chaque enfant. C’est très important ici car les familles ont de la peine à nourrir leurs enfants, et un enfant mal nourri ne peut pas étudier. Dans le secteur de la santé, nous avons travaillé avec l’UNICEF pour contenir le fléau du choléra, même si la maladie est toujours là et risque de s’étendre suite aux inondations dues à Sandy. Sur l’agriculture, nous avons mis en place dans les Nippes, avec Caritas Italie, un grand projet de réhabilitation de la plaine d’Abraham pour augmenter la production locale. Cette phase de réhabilitation, dans laquelle nous sommes toujours, est lente : il faut décaisser, faire le suivi des projets, rédiger des rapports, trouver de nouveaux fonds… L’Église va continuer à accompagner le peuple. Dans la reconstruction, il ne faut pas négliger la reconstruction de l’homme. Si nous aidons les gens à avoir conscience de leur dignité, alors une force tranquille naîtra, capable de changer les paradigmes et de transformer le pays.

Propos recueillis par Marina Bellot

Crédit: SC
Revenir en haut Aller en bas
 
L'EGLISE MONTE AU CRENEAU " MAUVAISE GOUVERNANCE ROSE"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: