Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 élections en 2013 ou démission du Président en exercice.

Aller en bas 
AuteurMessage
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

élections en 2013 ou démission du Président en exercice. Empty
MessageSujet: élections en 2013 ou démission du Président en exercice.   élections en 2013 ou démission du Président en exercice. EmptyJeu 25 Juil 2013 - 6:38

Elections en 2013 ou démission du Président Martelly - Position politique de l’opposition démocratique (MOPOD)
Position politique du Mouvement patriotique de l'opposition démocratique (MOPOD) dans la conjoncture

Qu'il nous soit tout d'abord permis de présenter à la famille et aux parents du juge Jean Serge Joseph l'expression de nos sincères condoléances en cette circonstance pénible que la république ne va pas oublier de sitôt. Nos condoléances s'adressent également aux familles et parents des autres victimes de la répression qui s'est abattue sur l'Estère, communauté d'origine du juge, à la suite d'une manifestation de solidarité de la population.

Nous saisissons l'occasion pour étendre nos sympathies à la corporation des magistrats et juges de la république ainsi qu'au Conseil supérieur de la magistrature qui d'ailleurs s'est empressé de diligenter une enquête autour de la disparition tragique du juge Joseph. Nous présentons aussi nos condoléances aux parents, amis et collègues du policier Duffaut Jacques Jr. de l'USGPN ainsi qu'aux membres de l'institution policière décédé à l'hôpital Justinien du Cap-haitien à l'occasion d'un déplacement du Président dans le Nord du pays. Nous adressons également notre profonde gratitude aux représentants et délégués des regroupements et partis politiques suivants : PNDPH, RDNP, KID, PLH, PDCH, PLB, MOCHRENA, MRN , PROP, VEYE YO , Plate-forme Libération, KOMBIT, INITE et Ansanm nou fo . Ce sont ces quinze entités politiques qui ont décidé d'adresser le présent texte de positionnement politique au peuple haïtien tout entier pour lui dire que nous sommes conscients des souffrances et des privations que connaissent actuellement les différents membres de la collectivité nationale.

Nous sommes particulièrement sensible au sort des sans-abris, des victimes de la famine chronique, des sans-travail et des sans-terre, lesquels n'ont pas d'autre choix que d'exposer leur vie pour survivre dans l'indignité la plus totale. C'est pour cela que nous nous faisons le devoir de dénoncer les dérives actuelles de l'administration Martelly-Lamothe et les conséquences déplorables qu'elles engendrent pour le plus grand malheur de la république actuellement sous tutelle étrangère. Nous rappelons pour cela le positionnement du MOPOD suite à la résolution adoptée aux Gonaives en avril dernier, les manipulations de l'Exécutif pour le contrôle des trois pouvoirs et les grands scandales qui ont jalonné le cheminement de l'administration Martelly-Lamothe, laquelle administration risque d'entrainer la nation sur la pente de la pauvreté chronique et de l'indignité la plus totale.

L'Assemblée du MOPOD tenue au Gonaïves a entériné les résolutions du premier forum du Cap-Haitien, de celui l'Arcahaie et de celui de Léogane, lesquelles résolutions avaient jeté les bases pour la mise en œuvre d'une stratégie partagée de l'opposition démocratique. En addition à ces résolutions, l'Assemblée des Gonaïves a consacré l'option historique qui pourrait se résumer dans les termes suivants : élections en 2013 ou démission du Président en exercice.

Nous constatons malheureusement que les événements politiques qui ont suivi l'Assemblée des Gonaïves ont révélé la mauvaise foi des autorités politiques en place au regard du respect des échéances constitutionnelles pour l'organisation des élections avant la fin de l'année 2013. Ceci a entrainé et entraine encore un climat de confusion institutionnelle et d'instabilité politique défavorables à toutes les velléités par la sus-dite administration de sortir le peuple de la misère. Il n'est pas alors étonnant que dans l'opinion publique, le projet politique de l'administration Martelly-Lamothe soit perçu comme une manœuvre destinée à provoquer la caducité du Parlement et à entamer une révision constitutionnelle pour établir une nouvelle forme de dictature dans le pays.
En vue de parvenir à ces fins, l'administration Martelly-Lamothe a tenté par tous les moyens de concentrer tous les pouvoirs entre les mains de l'Exécutif. La constitution réalisée de manière expéditive et irrégulière d'un bloc politique à la chambre des députés a montré les limites de cette approche qui fort heureusement est en train de perdre du terrain devant la conscience patriotique des députés concernés.

La nomination en dehors des procédures régulières du Président de la Cour de Cassation a miné les bases institutionnelles du CSPJ étant donné que le nom du juge en question ne figurait pas sur la liste arrêtée par le Sénat de la république en plus du fait que l'âge requis pour l'éligibilité du magistrat était dépassé. Il convient aussi d'ajouter que la répression sanglante des manifestations pacifiques et démocratiques à Jérémie, l'Estère et à Plaisance du Nord a mis en relief, s'il en était encore besoin, la volonté de l'Exécutif de sombrer dans l'arbitraire et l'illégalité.

A ce stade de l'exposé, il est opportun de rappeler, ne serait-ce que brièvement, les grands scandales qui ont émaillé l'administration Martelly-Lamothe durant ces dernières semaines :
· Il s'agit tout d'abord des dénonciations accablantes du citoyen Shelson Sanon à l'encontre de l'un des conseillers spéciaux du Président de la république et d'un sénateur actuellement en fonction réputé comme un des proches du Chef de l'Etat.
· Le deuxième scandale qui a défrayé la chronique est la création d'une administration informelle pouvant délivrer des autorisations officielles aux fins de dédouaner toutes sortes de marchandises au profit de certains membres du pouvoir exécutif et de ses acolytes. Ce qui correspond en définitive à une perception parallèle des recettes publiques.
· Le troisième scandale et non des moindres est celui provoqué par les obstacles échelonnés par l'exécutif sur la voie qui mène à la distribution d'une saine et impartiale justice. En effet, l'action introduite devant les tribunaux concernant l'accusation portée contre l'épouse du Président et de son fils pour usurpation de titre et détournement de fonds publics a tourné finalement en tragédie. Le juge d'instruction Jean Serge joseph en charge du dossier, après avoir sollicité de l'Exécutif qu'il autorise la comparution de grands commis de l'Etat à la salle d'audience, a trouvé la mort dans des circonstances non encore élucidées. Somme toute, ce dernier scandale à rebondissement qui a porté l'Exécutif à nier le fait qu'il ait fait pression sur le juge à l'occasion d'une rencontre controversée, a conduit le CSPJ d'une part et le Parlement d'autre part, à lancer trois enquêtes parallèles afin de faire le jour sur cette question.

Il appert de tout ce qui précède que la république s'approche à grand pas de l'effondrement institutionnel. La volonté manifestée par l'exécutif de violer systématiquement la constitution et de déstabiliser toutes les institutions étatiques en les rendant dysfonctionnelles révèle le caractère antidémocratique du projet politique de l'administration Martelly-Lamothe. Compte tenu des dérives multiples perpétrées par l'Exécutif : corruption systématisée, scandales et bruits de scandales qui défraient la chronique depuis son arrivée au pouvoir, le chef de l'Etat a violé systématiquement l'article 136 de la constitution qui lui fait obligation de veiller au bon fonctionnement des institutions républicaines. Etant donné que le chef de l'Etat a ainsi manqué à ses obligations constitutionnelles, il est donc passible de la Haute Cour de Justice. On comprend alors pourquoi la Chambre des députés aurait l'intention de choisir cette voie légale en vue de trouver une issue constitutionnelle à la crise politique. Néanmoins, nous croyons également en la haute conscience politique et citoyenne du peuple haïtien afin d'obtenir par la pression ce qui pourrait être refusé aux députés par contraintes politiques.

Nous du Mouvement patriotique de l'opposition démocratique (MOPOD), renforçons les concertations entamées depuis le Cap-Haitien en passant par les rencontres de l'Arcahaie, de Léogane et des Gonaïves, en vue de la grande mobilisation citoyenne dont l'objectif est de stopper l'effondrement institutionnel et de rétablir les vraies valeurs morales, démocratiques et républicaines.

Fait à Port-au- Prince, le 24 juillet 2013
Pour le MOPOD, le comité de pilotage : Jean-André Victor (PLH), Evans Beaubrun (RDNP), Turnep Delpé (PNDPH), Serge Jean-Louis (Plate-forme Libération)

KONAKOM: Le parti politique moderne pour le renouveau d'Haiti

A Lire Aussi:
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17052
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

élections en 2013 ou démission du Président en exercice. Empty
MessageSujet: Re: élections en 2013 ou démission du Président en exercice.   élections en 2013 ou démission du Président en exercice. EmptyJeu 25 Juil 2013 - 7:05

DOUB;

Wa remake ABSANS LOUS ki peze 800 LIV e ki lan yon KWEN ti CHANM lan.
Se FL.
Si w ta wè FL siyen yon DEKLARASYON konsa ,tout bagay t ap chanje.
Sa trè SAJ ;se pou FL pa antre lan okenn KOWALISYON ak mesyedam sa yo.
Kite yo kontinye montre FEBLÈS yo.
Pwobabilite an sè ke, ELEKSYON an yo pa p fèt an 2013.Ki sa yo pral fè apre.Yo pa gen kapasite MOBILIZASYON.
Si MATELI ap tonbe ,l ap tonbe tankou yon MANGO MI ,pou kont li ,men se pou FL kwaze BRA l pou l obsève.
Tout pouriti MATELI ,se lan AVANTAJ LAVALAS,san l pa bezwen siyen anyen!
Revenir en haut Aller en bas
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
Doub-Sossis

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

élections en 2013 ou démission du Président en exercice. Empty
MessageSujet: Re: élections en 2013 ou démission du Président en exercice.   élections en 2013 ou démission du Président en exercice. EmptyJeu 25 Juil 2013 - 21:09

Joel,

m<si wap pale de mete moun nan lari map dakor. res la se ``wishfull thinking``
ARISTIDE OU LAVALAS PLUS POPULAIRE ....HUMMMMMM


Mwen pa di sondage la pas biaise on , mwen pa we data yo ak kijan yo chwazi echantillon an...cependant mwen konen Aristid se yon moun tres controverse menm jan wap jwenn patizan aveg, wap jwenn moun ki pa vle tande cite non sa-a.

Miki menm ap mache bay sak diri `nan TI MANMAN CHERI`` ak lajan l etat.

Madan Manigat pa ni yon ni lot, li pa autant controverse. Apre sa nan pwen.

-----------------------------------------------------------------------------------
Les 10 personnalités politiques les
plus populaires du pays, selon
BRIDES
Le Nouvelliste | Publié le :11 juillet 2013
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com Twitter: @robbygeff
On connait maintenant les 10 personnalités politiques les plus
populaires du pays et les trois ministères les plus performants, selon
le dernier sondage du Bureau de recherche en informatique et en
développement économique et social (BRIDES) à partir de son travail
de recherche intitulé Baromètre politique.
Partager Email Imprimer
Ancien musicien devenu président de la République, Michel Martelly n'a
rien perdu de sa popularité. Selon le sondage du BRIDES, l'homme au
crâne rasé et chef des ''Tèt kale'' reste et demeure la personnalité la
plus populaire du pays. Même si le sondage ne l'a pas clairement
mentionné, il semblerait que les tournées du chef de l'Etat un peu
partout à travers le pays portent leurs fruits. Loin devant son rival
politique aux dernières présidentielles, Mirlande Manigat, Michel Martelly
a obtenu 600 votes favorables sur un échantillon de 3 000 sondés
soit 17, 8%. Un faible score évidemment.
Mais comparé à celui de la
secrétaire générale du RDNP, 133 votes soit 4%, l'ancien musicien
peut festoyer et s'enorgueillir. Mais s'il est humble, il se questionnera
sur sa cote de popularité. Bref ! Un sondage reste ce qu'il est : un
sondage. Ancien homme d'affaires, ancien ministre des Affaires
étrangères et actuel Premier ministre, Laurent Lamothe fait partie de
l'équipe au pouvoir depuis l'accession de son ami à la magistrature
suprême, il y a de cela deux ans. Le sondage du BRIDES le classe
comme la deuxième personnalité la mieux cotée du pays. Avec 213
votes de confiance toujours sur une population de 3 000 soit 6,3%, le
patron de la Primature semble jouir d'une « bonne perception
».Mirlande Manigat, la personnalité la plus populaire de l'opposition
politiqueClassée en troisième position dans le sondage de côte de
popularité, l'ancienne candidate malheureuse aux dernières
présidentielles reste et demeure la personnalité la plus populaire de
l'opposition politique. Même si Mirlande Manigat n'a jamais reconnu la
victoire de Michel Martelly, sur les 3 000 sondés du BRIDES, seulement
133, soit 4%, continuent de croire en elle et sont probablement prêts
à voter pour elle dans une éventuelle électio
n.On retrouve en
quatrième position dans le sondage deux personnalités politiques à
score égal. D'abord, Jean-Bertrand Aristide. Cet ancien chef d'Etat,
deux mandats, deux exils, se passe de présentation. De retour au
pays après 7 ans d'exil en Afrique du Sud le 18 mars 2011 en pleine
campagne électorale, l'homme fort de Tabarre est crédité de 113
votes soit 3,4%.
Il faut rappeler que le jour de son retour au pays,
plusieurs milliers de partisans de l'ancien président, dans une
Share Share25/07/13 LeNouvelliste- Les 10personnalités politiques les plus populaires dupays, selon BRIDES
lenouvelliste.com/article4.php?newsid=118913 2/3
ambiance festive, s'étaient donné rendez-vous en vue de l'accueillir à
l'aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince, avant de
l'accompagner en sa résidence privée à Tabarre.Ensuite, toujours en
quatrième position, il y a l'ancien sénateur Youri Latortue.
Aujourd'hui
conseiller politique du président de la République, l'ancien
parlementaire est candidat à sa propre réélection dans le département
de l'Artibonite. Ancien député, sénateur de la République aujourd'hui,
la loi sur le salaire minimum dont il avait fait son cheval de bataille l'a
mis en bonne position. Il est classé en sixième position dans le
classement du BRIDES des personnalités les plus populaires du pays.
Figure de l'opposition au Parlement, Steven Benoît est crédité de 87
votes soit 2,6% des sondés.Joseph Lambert (80 votes, 2,4%), JeanClaude Duvalier (79 votes, 2,3%), Jude Célestin (44 votes, 1,3%) et
Jean-Henry Céant (42 votes, 1.2%) ne sont pas en reste. Ces quatre
personnalités politiques sont classées respectivement en 7e, 8e, 9e et
10e positions. MENFP, MSPP et TPTC, les trois ministères les plus
performants, selon le BRIDESA eux seuls, par ordre décroissant, les
ministères de l'Education nationale (24%), de la Santé publique (16%)
et des Travaux publics (15%) comptabilisent 55% des votes dans la
perception des institutions publiques qui font leur travail, selon le
sondage du BRIDES. MARNDR, Justice et Environnement, les derniers
de la classe« Parmi les ministères dont les sondés ont une perception
qu'ils ne travaillent pas du tout, on note que le palme revient au
MARNDR (16,1%). Ensuite, viennent le ministère de la Justice (9,6%)
et celui de l'Environnement (8,4%) », lit-on dans le sondage du
BRIDES.Méthodologie de ce sondage du BRIDES« L'étude a été menée
auprès d'un échantillon aléatoire de 3 000 personnes résidant sur
toute l'étendue du territoire national. Le choix de ces personnes a été
réalisé selon un tirage à deux degrés dont le premier a été la sélection
des grappes de ménages ou Sections d'Enumération (SDE) et, au
deuxième degré, les ménages ont été choisis au sein des SDE à raison
de 25 par SDE. Les 3000 ménages sont donc tirés de 120 SDE
réparties proportionnellement sur 70 communes des 10 départements
géographiques », explique le document du BRIDES. Dans les tableaux
on peut remarquer que le département de l'Ouest est celui dans lequel
le plus grand nombre de personnes ont été choisi (40%). Ceci
correspond tout à fait au poids électoral de ce département par
rapport à l'ensemble du pays, souligne le BRIDES.« Il était demandé à
chacune des 3000 personnes de l'échantillon de donner le nom de
trois personnalités méritant sa confiance pour occuper au niveau
national des postes tels que président de la République, Premier
ministre, sénateur, député, membre du CSPJ, etc...(que cette
personnalité occupe un poste ou non dans l'appareil politicoadministratif actuel). Sur les 3 000 répondants, 3 353 réponses
portant sur des noms de personnalités ont été dénombrées. »Selon
l'observation du BRIDES, en Haïti, c'est seulement à l'occasion des
élections, notamment présidentielles, que des sondages d'opinion
sont réalisés pour anticiper l'identification des futurs dirigeants. Pour
toute autre question politique non électorale, la société haïtienne
accuse un déficit d'institution dans la production de l'information
politique.« Pour combler ce vide, le BRIDES a mis en oeuvre un
programme d'informations politiques intitulé : «BAROMETRE
POLITIQUE DU BRIDES». Cet outil a pour vocation essentielle de.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




élections en 2013 ou démission du Président en exercice. Empty
MessageSujet: Re: élections en 2013 ou démission du Président en exercice.   élections en 2013 ou démission du Président en exercice. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
élections en 2013 ou démission du Président en exercice.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: