Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Rafraîchisseur 4 en 1 – Ventilateur – Brumisateur – ...
79.99 € 114.95 €
Voir le deal

 

 L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers Empty
MessageSujet: L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers   L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers EmptyMar 28 Jan 2014 - 20:56


NATIONAL
L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers

Le Nouvelliste | Publié le : 27 janvier 2014


Jacqueline Charles, journaliste au Miami Herald, ne rapporte pas des photos de carte postal de l’Ile de la Tortue dans sa besace. Encore moins des témoignages de baignades dans la « mer bleu digo » bordée de plages au sable blanc. Dans son papier « L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers », elle attrape le lecteur par les tripes.

James Major, rapatrié par les garde-côtes américaine et bahaméens après trois tentatives infructueuses, a juré ses grands dieux de retenter le coup. Ce chômeur qui avait survécu à la dernière traversée en mangeant du dentifrice, en buvant de l’eau de mer est prêt à remettre sa vie dans la balance. « Au lieu de mourir ici, c’est mieux de mourir en essayant », a-t-il confié, quelques semaines après la mort de plusieurs douzaines de personnes au large de Bahamas.

A Basse Terre, au sud-est de l’île, un gamin de 9 ans raconte avoir supplié son père de ne pas faire le voyage. Il n’est jamais revenu. Depuis, ce petit vit avec sa grand-mère qui s’occupe maintenant de 11 enfants, dont un handicapé, d’une jeune mère de sept enfants qui a perdu six membres de sa famille, son mari compris pendant le dernier voyage. « Je ne sais que faire », confie Elmika Castin, 27 ans, entourée d’autres personnes ayant perdu des membres de leur famille. « Tout ce que je fais, c’est souffrir », ajoute Elmika Castin dont le mari et cinq cousins n’ont jamais dit qu’ils partaient dans la matinée du 18 novembre. « Des jours durant, après avoir confirmé les rumeurs sur le départ du bateau, j’ai souffert de douleurs d’estomac et de diarrhée, sans nouvelle, explique la jeune femme.

Sur l’île de la Tortue, 45 000 habitants, « la vie n’est pas facile », indique Wilson Alexis, 57 ans. En 2004 et 2008, les cyclones Jeanne et Hanna ont détruit des bateaux de pêche. On ne s’est toujours pas relevé des dégâts importants provoqués dans l’île par ces intempéries, explique-t-il, ajoutant « qu’on ne donne pas de visa et qu’il y a plus de commerce ».

Dans les années 80 et 90, il y avait le commerce avec Miami et les Bahamas. Evenio Alexandre, capitaine de bateau, se souvient de ces années-là. Les bateaux ramenaient des bicyclettes, du riz, des vêtements usagés. D’autres capitaines transportaient de la banane, des mangues et d’autres produits frais vers les Bahamas.
Quand, à la fin des années 90, les Etats-Unis ont exprimé des préoccupations sécuritaires par rapport au transport effectué avec des bateaux en bois, les gouvernements des Bahamas et de Turks and Caicos leur ont emboîté le pas, arguant que les bateaux transportaient de la drogue, « l’île de la Tortue est tombée malade », selon Evenia Alexandre.

L’abandon de l’île n’est pas un scoop. Sagesse Fils Loriston, Casec, souligne que les « résidents ont été oubliés ». « Il n’y a pas de route, pas d’électricité, pas de latrines. Il n’y a pas de port, pas de débarcadère. Quatre policiers patrouillent l’île », indique Lariston. Si Port-au-Prince est sérieux en disant vouloir empêcher les voyages clandestins, il n’a qu’à « renforcer la sécurité, créer des conditions pour le peuple, spécialement les jeunes, pour qu’ils s’intéressent de moins en moins à l’idée de prendre la mer ». « Le peuple a faim et il est misérable », tranche-t-il.

Sur l’île, quand il y a un voyage clandestin, tout le monde le sait. James Major, le rescapé, le confirme, se rappelant les gens qui mourraient de faim et de soif sous ses yeux. « Au moins trente personnes sont mortes sous mes yeux, la majorité de faim. Parmi elles, un élu. Dans l’anarchie, un autre survivant, Jonel Orélien, révèle que le « capitaine du bateau a été poignardé à mort ». Pendant les quatre jours passés à la dérive en mer, avant d’être repéré par un hélicoptère des garde-côtes américains, des gens se battaient à bord pour l’eau et la nourriture et certains faisaient de la magie. En tout, 111 passagers ont été secourus. Mais, Orélien qui a travaillé comme matelot à bord, révèle, citant son capitaine, qu’il y avait 442 personnes dans le bateau. Le gouvernement des Iles Turks and Caicos voit rouge. Il a dépensé sur une année 1.2 million de dollars us dans les interdictions et le rapatriement. « C’est inacceptable », selon le bureau du gouverneur.

Le Premier ministre haïtien, Laurent Lamothe, indique que son gouvernement adresse la situation du Nord-Ouest. Plusieurs projets sont élaborés, incluant un accord commercial pour que les Bahamas achètent des bananes de la région. « A la fin de la journée, c’est une question d’emploi », analyse Laurent Lamothe. « Ils vont aux Bahamas, à Turks and Caicos pour aider leurs familles et pour avoir un emploi décent pour vivre. S’ils pouvaient trouver un emploi en Haïti, ils ne partiraient pas », ajoute Lamothe, quatre ans après le séisme dans une Haïti qui se bat pour obtenir les 14 milliards de dollars promis par les donateurs.

Entre-temps, rien n’indique, malgré la sensibilisation pour décourager les voyages clandestins, que ces voyages vont cesser.
Roberson Alphonse



Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers Empty
MessageSujet: Re: L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers   L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers EmptyMar 28 Jan 2014 - 21:01


Si Zil Latôti te devlope, li ta p pi bèl pase Lababad, Antiga, Sen Batelemi.....
E saa se fôt tout gouvènman depi endepandans.
Kote brenn nou ye?
Pi ba zepôl nou?
Revenir en haut Aller en bas
 
L’île de la Tortue dévastée par les voyages meurtriers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: