Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Pokémon EB06 : chez quels marchands trouver des ...
Voir le deal
Le Deal du moment : -24%
Samsung Galaxy S20FE 6.5″ Double SIM 128 Go ...
Voir le deal
499 €

 

 Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6204
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyDim 18 Mai 2014 - 11:04

Trop de traîtres en Haiti pour célébrer la fête du drapeau . Alors je ne fête plus le 18 mai .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
https://www.forumhaiti.com
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 70
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyDim 18 Mai 2014 - 11:45

je comprend MARC HENRI
je ne metendrais pas ,car cela ne me regarde pas
votre histoire de haiti est faite de tout ca
de pas meles ,de pas gen, d egoisme
pour certains ,c est quoi un drapau

bon courrage
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyDim 18 Mai 2014 - 13:39

-------- a écrit:
Trop de traîtres en Haiti pour célébrer la fête du drapeau . Alors je ne fête plus le 18 mai .
Map mache avè w pa gen fèt tankou pa egzanp sayo ki monte avyon blan pou retounen nan egzil. Prefere yo te pran kanntè tankou Jacques S Alexis

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? OB-FI911_amcol0_G_20100124174225
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyLun 19 Mai 2014 - 14:05

"Régis Debray et Véronique Albanel, le 15 décembre 2003, à 15 h 30 (heure de Port-au-Prince) sont allés jusqu’à menacer de mort le président Aristide au cas ou il ne démissionnerait pas en ces termes : « Auriez-vous une vocation de martyr ? ».

Ces menaces ont été consignées dans un télégramme diplomatique signé de l’ambassadeur de France de l’époque Thierry Burkard et conservé dans les archives du quai d’Orsay."

http://www.une-autre-histoire.org/lenlevement-du-president-aristide/

LAFRANS SE SALOPRI!

Otank mwen renmen Dessalines e mwen konprann motivasyon konpatriyot ki di osijè drapo Nwa e Wouj la "Se Dessalines ki te monte l, nou pa ka kite Duvalier desann li", mwenmenm gen yon senbolik puisan nan dechire bout twal blan an anndan drapo esklavajis yo ki fè mwen gen yon chètout espesyal pou "Ble e Wouj" la!
Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Dessal11
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyLun 19 Mai 2014 - 16:04

Se vre, se saliye nèt LA FRANS KOLONYALIS SE SALOPRI.

Men atansyon la Frans kontanporenn mande respè, , sitou pou lavalayen Aristidyen yo.

Anbasadè Franse riske vi li pou Aristide. Annou tande yon analiz jidisye sitiyasyon peyi a nan epok sa.





World Socialist Web Site www.wsws.org



Cher lecteur, merci de nous avoir écrit. Votre lettre soulève des questions essentielles à propos du bouleversement politique actuel en Haïti et de la voie de l'avant que doivent prendre ceux qui veulent s'attaquer aux causes profondes de la crise sociale politique incessante de ce pays, à savoir la pauvreté croissante des masses face aux immenses richesses de la minorité privilégiée, le résultat de décennies d'oppression impérialiste du peuple haïtien.

Les principaux groupes d'opposition que sont le Groupe des 184 et Convergence démocratique ont cherché à capitaliser sur l'aliénation populaire massive produite par la corruption du gouvernement Aristide, ses méthodes autocratiques et ses politiques néolibérales, mais ils ne représentent en rien une alternative progressiste. Malgré leurs dénonciations stridentes de Jean-Bertrand Aristide en matière de droits de la personne, les forces de l'opposition utilisent des méthodes similaires d'intimidation et de violence. Après plusieurs défaites électorales, elles ont boycotté les dernières élections présidentielles en 2000 et ont tout fait pour empêcher la tenue de nouvelles élections parlementaires (et s'y opposent toujours d'ailleurs) - tant qu'Aristide n'aura pas démissionné et qu'il ne leur aura pas cédé le pourvoir d'État.

L'opposition officielle a mis tous ses espoirs dans la création d'une situation de désordre et d'instabilité politiques pour rendre le pays ingouvernable et ainsi provoquer l'intervention du gouvernement américain en sa faveur. Lors de nombreuses entrevues accordées aux médias internationaux au cours des derniers jours, les porte-paroles de l'opposition ont dirigé leurs appels non pas vers le peuple haïtien mais vers les gouvernements de la France, du Canada mais surtout des États-Unis.

Rien ne peut exposer plus clairement la nature profondément anti-démocratique de l'opposition que cet aplaventrisme devant les maîtres impérialistes d'Haïti. Après tout, quels sont les crédits démocratiques de l'administration Bush qui est venu au pouvoir en volant les élections américaines de 2000 et qui a depuis lancé la puissance létale de son appareil militaire contre les peuples innocents de l'Afghanistan et de l'Irak dans sa quête de pétrole et d'avantages géostratégiques? Et quel est l'historique des États-Unis en Haïti? Tout au long du siècle dernier, Washington, tant sous les administrations démocrates que républicaines, a appuyé une longue lignée de dictateurs haïtiens dont l'infâme famille Duvalier, jusqu'à la dernière décennie où le président George Bush père a approuvé le coup militaire sanglant de 1991 qui a renversé le premier gouvernement Aristide.

En Haïti, l'opposition s'est tournée vers les éléments les plus réactionnaires. Sa réaction aux soulèvements armés du nord du pays, menées par des chefs de gang criminels, des trafiquants de drogue et autres personnages louches, a été des plus révélatrices. Selon le Miami Herald, « Bien que l'opposition politique à Aristide a essayé de se distancer des malfaiteurs armés, Evans Paul, un leader de Convergence démocratique... a déclaré lors d'une conférence de presse que leur révolte était une réaction légitime à ce qu'il considérait comme la mauvaise administration du président ».

Selon des rapports qui ont fait surface depuis, les chefs du FRAPH - les escadrons de la mort de la droite qui ont pourchassé les opposants de la junte militaire de 1991 à 1994 - auraient traversé la frontière depuis la République dominicaine, où ils s'étaient réfugiés, pour se joindre à la rébellion des Gonaïves.


La physionomie politique de l'« opposition »


Que les groupes de l'opposition officielle soient impliqués directement dans les soulèvements armés des Gonaïves et d'ailleurs peut être débattu. Mais leurs affiliations avec la droite non.

André Apaid, cet exploiteur d'ateliers de misère qui est devenu le principal porte-parole de l'opposition, s'est opposé à l'expulsion de la junte militaire et à la restauration d'Aristide au pouvoir en 1994. Il a appelé au rétablissement de l'Armée haïtienne, dissoute par Aristide en 1995 - en dépit que ce pilier de la réaction, créé par les États-Unis lors de son occupation militaire du pays de 1915 à 1934, a organisé plusieurs coups sanglants.

L'opposition officielle est une coalition vague comprenant des éléments disparates - depuis les restes de l'ancienne machine politique de Duvalier tel Hubert De Ronceray, ancien ministre de Duvalier, aux anciens partisans d'Aristide. Elle recueille un soutien important parmi les classes moyennes (« des organisations paysannes, des syndicats, des groupes de femmes, des associations étudiantes, des écrivains et des artistes, » comme vous dites). Mais son véritable leadership repose entre les mains de ce que vous décrivez comme « des associations d'hommes d'affaires et des "riches élites" ». Votre utilisation des guillemets autour de ces dernières vise sans doute à signaler le sens exagéré de ce terme. Mais le fait est que la force motrice derrière le mouvement pour la démission d'Aristide est l'élite dominante traditionnelle d'Haïti - une strate notoire pour sa peur profondément enracinée des masses populaires et sa réceptivité à soutenir la violence et la domination autoritaire afin de protéger ses privilèges.

En tant que jeune prêtre apôtre de la théologie de la libération dans les bidonvilles de Port-au-Prince, Jean-Bertrand Aristide est apparu au cours des dernières années du régime de Duvalier comme un leader de masse charismatique saupoudrant ses sermons de rhétorique anti-impérialiste et socialiste, et à ce titre il s'est attiré la haine de l'élite dirigeante. En fait, à plusieurs occasions, il a même échappé de peu aux escadrons de la mort de la droite qui tentait de l'assassiner.

Je parlerai plus tard de la façon dont Aristide est arrivé au pouvoir et de sa responsabilité politique dans l'échec du mouvement de masse anti-impérialiste qui a secoué Haïti entre 1986 et 1991. Mais une chose doit être éclaircie dès le début : pour les sections dominantes de la classe dirigeante haïtienne, personnifiées par l'homme d'affaire millionnaire Apaid, les appels populistes d'Aristide aux « masses en haillons » - qu'elles soient exprimées sous un déguisement de gauche comme lors des jours de lutte contre Duvalier, ou sous leur forme actuelle d'appels racistes de droite contre « l'élite mulâtre » - sont une promotion dangereuse de « haine de classe » qui ne peut être tolérée.

Bien entendu, la question est présentée autrement par les chefs de l'opposition. Leurs discours sur la « tyrannie » d'Aristide visent à amoindrir l'importance de leur propre association passée et actuelle. À cet égard, Apaid a fait une remarquable confession lors d'une interview accordée au quotidien montréalais La Presse : « Questionné à propos de supposés trafiquants de drogue qui gèrent une station de radio dans le nord du pays en évoquant la liberté d'expression, de malfaiteurs armés condamnés pour un massacre sous le régime putschiste [de 1991-1994] à Raboteau aux Gonaïves, et de deux sénateurs ex-membres de Lavalas [le parti politique d'Aristide] soupçonnés de graves crimes, qui sont tous ses alliés dans la lutte contre Aristide, Apaid répond, "je n'ai rien négocié avec eux", puis ajoute : "je travaille dans la convivialité. Je ne suis pas ministre de la Justice" ».

Les chefs de l'opposition cultivent délibérément l'ambiguïté quant aux politiques qu'ils veulent pratiquer dans l'après-Aristide. Interrogé au cours de la même interview accordée à La Presse à propos des tentatives de l'opposition de préparer un programme commun, Apaid déclare, « les points contentieux ont été mis de coté, comme par exemple : est ce que l'économie doit être basée sur l'espace national ou sur la mondialisation et l'ouverture? Doit-on protéger les travailleurs ou les investisseurs?... Cette lutte entre la gauche et la droite va créer des tensions pendant six, huit ou dix ans encore. »

Apaid peut bien se retenir de prendre ouvertement position dans la lutte « opposant la gauche et la droite, » mais ses actions en tant que propriétaire d'Alpha Sewing, la fabrique industrielle nationale de gants, sont révélatrices. Selon un rapport sur Alpha Sewing publié en août 1998 par Action Alert, un groupe de défense des droits des travailleurs : « les employés font état de problèmes cutanés et respiratoires qui sont causés par leur travail effectué sans protection avec de puissants produits chimiques. Les ouvriers travaillent environ 78 heures par semaine, et 75 p. 100 des femmes ne touchent même pas le salaire minimum. »

Comte-tenu de ces observations, il est tout à fait exact de caractériser le mouvement de l'opposition officielle et la rébellion armée du nord - indépendamment de la nature exacte des liens qui existent entre eux - comme étant une contestation de la droite dirigée contre le gouvernement élu de Jean-Bertrand Aristide. Reconnaître ce fait politique et dévoiler le véritable programme des forces de l'opposition en Haïti n'équivaut pas à faire preuve de « soutien béat » politique devant Aristide comme vous le soutenez dans votre lettre.

Toutefois, il est vrai que certains éléments aux États-Uni communément identifiés comme étant la « gauche », dont Workers World et l'hebdomadaire Haïti-Progrès, soulèvent cyniquement la menace de la réaction de façon à recueillir un soutien au gouvernement Aristide dont la popularité a dégringolé suite à ses politiques de privatisations, de mises à pied massives et de diminution des subventions aux prix. L'ironie est que votre position de glorification du mouvement d'opposition haïtien est le revers de la même médaille. Vous partagez la vision de la « gauche » pro-Aristide selon laquelle le plus qu'on puisse faire est de soutenir l'une ou l'autre des factions bourgeoises banqueroutes qui se sautent à la gorge dans une lutte à mort pour ramasser les miettes du pouvoir.

En contrepartie, la position du World Socialist Web Site est de travailler pour que les travailleurs d'Haïti, des États-Unis, et du monde entier adoptent une position de classe indépendante. Une opposition politique conséquente à Aristide doit être basée sur la reconnaissance que ce dernier a joué un rôle crucial dans le déraillement d'un mouvement populaire de masse qui contenait en lui le potentiel de transformations révolutionnaires.


Le dossier politique de Jean-Bertrand Aristide


Jean-Bertrand Aristide a été au pouvoir pendant 10 ans, tant directement que par l'entremise de son quasi « frère jumeau » René Préval qui a été le président symbolique d'Haïti de 1996 à 2001. Son incapacité à améliorer les conditions sociales du pays - qui n'ont en fait qu'empirer depuis - et la résurrection politique subséquente des forces de la réaction constituent les plus solides mises en accusations pouvant être faites contre les politiques nationalistes de « gauche » d'Aristide.

Examinons brièvement la carrière politique d'Aristide depuis sa décision décisive de briguer la présidence à la fin de 1990. En décembre de cette année-là, il s'est opposé à Marc Bazin, un ancien économiste de la Banque mondiale qui était perçu par la plupart des gens comme le candidat favori de Washington. C'est là un tournant à 180 degrés pour Aristide qui jusqu'alors dénonçait les élections à venir comme « fabriquées aux États-Unis » et recommandait de les boycotter.

Qu'est ce qui a causé ce changement de cap? Au fur et à mesure que le jour du scrutin approchait, l'agitation parmi les masses populaires augmentait énormément en réaction à la campagne électorale montée par les forces duvaliéristes sous le leadership de Roger Lafontant, l'homme fort du régime dans ses derniers jours. Près de cinq ans après les bouleversements colossaux qui avaient mené au renversement de « Baby Doc » Duvalier, la classe dirigeante haïtienne s'inquiétait de plus en plus de la possibilité d'une nouvelle éruption des masses oppressées dans la vie politique du pays.

C'est alors que des sections importantes de la bourgeoisie haïtienne se sont tournées vers l'ancien prêtre radical Aristide comme moyen de contenir ce mouvement. Une prémisse essentielle pour la droite était de détourner le vent de protestation de la rue vers les voies électorales. Et c'est Aristide qui s'en est chargé. Il a rapidement mis de côté son passé « anti-capitaliste » et sa rhétorique « anti-impérialiste » pour accepter de diriger une coalition de formations politiques bourgeoises et petites-bourgeoises et faire campagne sur une plate-forme de « réconciliation nationale », prônant notamment un « mariage entre le peuple et l'Armée. » Aristide remporta une victoire écrasante aux élections lors desquelles les travailleurs et les oppressés ont participés en masse.

Le premier gouvernement Aristide pris le pouvoir en février 1991et fut ponctué de faibles tentative de réformes sociales, notamment d'une augmentation factice du salaire minimum dans les faits annulée par les préparatifs d'imposition de mesures d'austérité inspirées par le FMI. Cela se passait dans des conditions où les masses oppressées qui avaient propulsé Aristide au Palais national, en particulier ses jeunes partisans, exerçaient de fortes pressions pour une redistribution significative de la richesse afin de palier à la pauvreté. Après un peu plus de huit mois de pouvoir, les sections dominantes de la classe dominante haïtienne ont perdu confiance dans la capacité d'Aristide de contenir les efforts révolutionnaires des masses et ont décidé d'appuyé un coup militaire mené par l'homme qu'Aristide avait nommé à la tête des forces armées haïtiennes, le général Raoul Cédras.

La réaction d'Aristide, dont la vie ne fut épargnée que grâce à une intervention de l'ambassadeur de la France la nuit du coup, allait avoir des conséquences politiques catastrophiques pour la lutte du peuple haïtien pour son émancipation sociale. Alors que ses partisans des quartiers populaires de Port-au-Prince étaient fauchés à la mitrailleuse, Aristide appela les opposants au coup à rester « pacifiques » de façon à éviter la guerre civile, ce qui ne fit en faits que la rendre unilatérale. On évalue à plus de 3 000 le nombre de personnes tuées au cours des trois années où le général Cédras exerça le pouvoir.

Encore plus dommageable politiquement fut la décision d'Aristide, après avoir trouvé refuge aux États-Unis, de baser sa lutte contre la junte militaire non pas sur des appels à la classe ouvrière américaine et internationale pour venir en aide à leurs frères et surs de classe haïtiens afin de se débarrasser du carcan de la terreur militaire et de l'exploitation capitaliste, mais à la force même qui a joué le rôle central tout au long du XXe siècle pour le maintien d'Haïti dans la pauvreté et l'oppression la plus abjecte - c'est-à-dire l'impérialisme américain.

Qu'Aristide et son cercle intime se soient précipités avec empressement aux pieds de Washington pour quêter un soutien découle organiquement de leur nature sociale en tant que représentants de la petite-bourgeoisie dont la perspective de classe est façonnée par l'horrible réalité au jour le jour de l'oppression impérialiste, mais dénué de toute véritable indépendance face à la bourgeoisie nationale et à l'impérialisme même. Au cours de la période historique précédente, alors que le conflit de la Guerre froide opposait l'impérialisme américain à la bureaucratie stalinienne en Union soviétique, la bourgeoisie nationale jouissait d'une certaine marge de manuvre, et les contraintes exercées sur la mobilité internationale du capital permettaient une possibilité limitée de développement économique national. Ces conditions permettaient aux nationalistes petits-bourgeois tels Fidel Castro à Cuba ou les Sandinistes au Nicaragua de se présenter comme des radicaux anti-impérialistes et même socialistes. Mais lorsque Aristide dû s'exiler, l'Union soviétique était au bord de la dissolution formelle. De plus, en réaction aux secousses économiques des années 1970, les puissances capitalistes avancées devenaient de plus en plus agressives dans leur rapports avec le Tiers-Monde en ce qui a trait aux conditions de crédit, d'investissements et d'accès aux technologies avancées.

La carrière d'Aristide en tant qu'« anti-impérialiste » a été très brève, et sa transformation en un laquais de Washington fut un spectacle bien déplaisant, même si ce ne fut fondamentalement pas le résultat de faiblesses personnelles. Cette évolution découlait plutôt du fait qu'il est apparu sur la scène au moment même où s'effondrait toute base objective pour appliquer son programme nationaliste petit-bourgeois d'utilisation de l'État-nation pour encourager les industries du pays et appliquer des réformes sociales limitées pour tenter de surmonter l'héritage de l'oppression impérialiste.

Toujours est-il que les supplications d'Aristide à l'endroit de impérialisme américain sont tombées dans l'oreille d'un sourd, alors que l'administration américaine de George Bush père accueillait avec plaisir l'éviction de l'ancien prêtre radical par son principal défenseur en Haïti, les forces armées haïtiennes justement créées par les États-Unis. Le règne brutal de la junte militaire qui suivit poussa rapidement des milliers d'Haïtiens à tenter de traverser l'océan pour atteindre la Floride. L'arrivée de réfugiés haïtiens devint un enjeu de l'élection présidentielle américaine de 1992, lorsque le candidat démocrate Bill Clinton dénonça la politique de Bush de refus systématique du droit d'asile aux réfugiés haïtiens.

Après l'élection de Clinton à la Maison Blanche, des pressions furent exercées sur ce dernier pour qu'il règle le problème des réfugiés. Son administration décida alors en 1994 de mener une intervention militaire pour restaurer Aristide au pouvoir, de façon à pouvoir justifier la fermeture complète des États-Unis aux Haïtiens pauvres et réfuter l'impression grandissante de l'impotence de l'administration Clinton devant Cédras et la junte haïtienne. Mais le retour d'Aristide fut conditionnel : il devait fournir toute une série de garanties à la droite, la plus importante étant d'appliquer des politiques néolibérale de type FMI.

Ainsi, lorsque vous écrivez « En 1994, Aristide avait à nouveau l'opportunité d'orienter Haïti sur une nouvelle voie vers le changement et le développement », vous négligez les conditions concrètes de son retour. Compte-tenu de son orientation politique petite-bourgeoise - sa préférence de se tourner vers l'impérialisme plutôt que vers la classe ouvrière haïtienne et internationale - Aristide était pieds et poings liés dès le départ. Il était freiné par la force même qui bloque depuis si longtemps « la voie vers le changement et le développement » d'Haïti, c'est-à-dire l'impérialisme américain. C'est par une des ironies amères de l'histoire qu'Aristide, élu président sur la base d'une campagne contre un ancien représentant de la Banque Mondiale qu'il décrivait comme « le candidat des « États-Unis, » a été replacé au pouvoir par les Marines américains après s'être engagé à imposer un programme social économique incendiaire dicté par Washington et Wall Street.

Aristide est resté au pouvoir jusqu'au début de 1996. Les hauts-fonctionnaires de l'administration Clinton avaient insistés qu'aucun prolongement de son mandat de cinq ans ne serait toléré malgré les trois années de règne de Cédras et que la constitution d'Haïti l'empêchait de se présenter à un second mandat consécutif. René Préval, le bras droit d'Aristide choisi comme son successeur, se présenta donc comme candidat du Parti Lavalas et fut élu président en 1996.

C'est en fait le gouvernement de Préval qui a appliqué les éléments clés du programme d'ajustement structurel du FMI, entraînant des licenciements de masse dans le secteur public, la fermeture d'entreprises publiques telles que les fabriques de farine et de ciment du pays, et d'énormes compressions dans les subsides pour la nourriture et les transports à une période d'inflation galopante. Il en résulta une misère sociale croissante dans le pays le plus pauvre de l'hémisphère Ouest. Aristide tirait toujours les ficelles du pouvoir en arrière-plan, mais puisqu'il n'occupait pas de poste officiel, il était en quelque sorte protégé de la déchéance politique accompagnant ces politiques fortement impopulaires.

Aristide a été réélu président en décembre 2000 lors d'élections boycottées par les forces de l'opposition mais néanmoins qualifiées de justes par les observateurs internationaux. Mais en comparaison de la décennie précédente, la participation a été nettement plus faible, bien en dessous des 50 % selon la plupart des évaluations.

Au cours des trois dernières années, les politiques dévastatrices dictées par le FMI appliquées par Aristide et son « jumeau » ont déchiré encore plus en profondeur le tissu social du pays. Et la crise sociale s'est vue encore plus exacerbée par la retenue de centaines de millions de dollars d'aide financière promise alors que les États-Unis, le Canada et d'autres grandes puissances ont tenté de forcer Aristide à incorporer des représentants de l'opposition dans son gouvernement. Incapable d'offrir la moindre solution progressiste à la misère sociale toujours croissante, Aristide en est venu à se fier de plus en plus sur les mêmes sales tours pratiqués par des générations de politiciens haïtiens - répression, favoritisme, appels raciaux, et création de son propre réseau privé de gangs armés recrutés parmi les éléments du sous-prolétariat.


La classe ouvrière internationale et la lutte contre l'impérialisme


Finalement, tant Aristide que ses ennemis au sein de l'opposition sont des défenseurs de l'ordre bourgeois dénués de tout soutien véritablement populaire à la base. Les deux clans s'appuient sur le soutien politique de Washington et autres forces impérialistes, et sur le favoritisme et les tactiques d'intimidation au pays. Aucun des deux ne se préoccupe des normes démocratiques-bourgeoises, encore moins des droits démocratiques des masses : ils savent que les divisions de classe sont tellement profondes et les conditions de vie si infernales pour la vaste majorité des Haïtiens qu'elles ne peuvent être imposées que par l'usage de la force brute.

Que ce soit Aristide ou les forces de l'opposition qui l'emportent finalement ne permettra que de déterminer quelle section de l'élite politique et bourgeoise pillera l'État - la plus importante source de richesse dans un pays comme Haïti où le niveau d'activité économique et la production sont aussi faibles. Pour les masses, cela ne fera pas de différence fondamentale.

Ceux qui cherchent une véritable solution progressiste pour satisfaire les besoins urgents des masses qui veulent la paix, des droits démocratiques, la sécurité, de la nourriture et des logements adéquats, des soins de santé et l'accès à l'éducation, la trouveront dans la lutte pour mobiliser les masses oppressées d'Haïti contre la domination économique de l'île et de l'État par l'oligarchie bourgeoise nationale qui est le partenaire junior de Wall Street et de Washington.

La seule force sociale capable de mener la lutte pour une telle alternative est la classe ouvrière haïtienne, de la Caraïbe et internationale. Mais pour ce faire, elle doit tirer les leçons des deux dernières décennies tragiques de luttes en Haïti. Elle doit comprendre la banqueroute des politiques nationalistes petites-bourgeoises du type épousé par Aristide et ses partisans. L'oppression impérialiste ne peut être défaite sur une base nationale, mais seulement dans le cadre de la lutte contre le capital international.

Dans les conditions actuelles de la mondialisation, dont l'immense potentiel de progrès pour l'ensemble de l'humanité reste bloquée par le monopole du contrôle exercé par quelques entreprises transnationales gigantesques mues par le profit privé, les efforts des grandes masses ne peuvent être gratifiés que par une transformation révolutionnaire fondamentale à la base de la société. L'économie mondiale doit être administrée de façon à assouvir les besoins sociaux et non les profits d'une minorité. Pour ce faire, les travailleurs d'Haïti doivent consciemment unir leurs luttes avec celles de leurs frères et surs de classe de la Caraïbe et des deux Amériques, et s'unir pour construire un mouvement politique de masse indépendant de la classe ouvrière internationale contre l'impérialisme.

Salutations

Pour le WSWS,
Richard Dufour
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyLun 19 Mai 2014 - 16:44

Apre diskou gwo espesyalis  pwogresis lagoch, eske m pa dwe mande lavalasyen tankou Jaf ak zanmi li yo, depoze diplom lagoch yo, demisyonen kom vrè disip la goch.

Li ta plis sanble se demagog kap jwe flik flak politik.

Alo Mak mwen pap pale avè w, wou se yon dasomann nan mitan mesye sayo. Wou plis kapitalis pase kapitalis. Alos dekiprevyen lagoch pwogresis.
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyLun 19 Mai 2014 - 20:59

Rico,

Tèks ou poste la a, se opinyon yon endividi, yon enkoni ki fè anpil lakilbit entèlektyèl pou li ka jwe "pons pilat" nan yon deblozay ki te previzib.

Mwen pa pèdi tan m ak mesye sa yo ki renmen site "Karl Marx" pou ti krik ti krak - se moun k ap fè teyori men lè pratik la rive devan yo ou ka jwenn yo minis nan nenpot kalte gouvènman tèt bobèch.

Sa ki enterese m se fè yo, reyalite yo. Karl Marx pa gen yon mèd pou li di nou sou sa k ap pase Ayiti jounen jodi a. Se pa yon kontèks "dwat kont goch" nou genyen Ayiti. Nou dwe gade nan listwa Ayiti, nan chapant sistèm kolonyal ak neyokolonyal nan anndan zile a epi nan relasyon pèp sa a genyen ak vwazen l yo, pou nou defini ki avni n ap kreye pou timoun yo.

Ou di ou dako Lafrans kolonyal te salopri men kounye a yo merite respè? Èske sa vle di ou dako pou emisyè Jacques Chirac yo vin fè menas touye yon prezidan Ayisyen?

Lè se fè diskou pou site non Toussaint Louverture tout nèg konprann listwa men kan blan an atake nou nan jenerasyon pa nou, konfizyon anvayi lespri nou? Poudi se konprann nou pa konprann vre!?

Gade Cote-d'Ivoire, gade Congo, gade Ruanda, gade Mali, gade Ayiti,,,e ou va konprann aksyon Anbasadè Dufour te fè nan ane 1991 se yon aksyon izole yon moun ki te aji sou enpilsyon bon jijman pèsonèl li, se pa LAFRANS, ni politik Lafrans ki t ap aji vre.

jenerasyon apre jenerasyon se le même chose - Sa-lo-pri!
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyLun 19 Mai 2014 - 21:45

Saki di w se disip Karl Marx, gen anpil kouran lagoch. Pa kouri pozisyonen moun sayo. Se tankou Aristide kite gen foli la goch eske nou kap di se disip Karl-Marx.

Jaf li menm ki saliye.

Anbasad; pran responsablite, li sove lidè w la o wi yon aza. Peyi l pa gen okenn wè nan sa. Nou vreman  pa kredib nan di sa nou vle.

 A swiv mwen gen yon randevou bonè demen matin male domi.


Bon Jaf eske w vle fè konprann analiz yon gwoup sètoblije gen Kal Marx dèryè li. Podyab Marx tout enspire travo li ak doktrinn li men tout vle demontre diferans yo. Se de bonn gè.

Alos ti pè kinan w lan yon adèp  Teyoloji Liberasyon se pa move kopyado bann GUSTAVO THIERREZ, OSCAR ROMERO, HELDER CAMARA ki yo menm se  bon kopyado filozofi ak panse Karl-Marx.

Se nomal bèl taktik tout moun nan kanpe lwen kont mechan komunus. Menm si kapitalis pa peche, se te yon erè, se pa sayo fàe konrann, ni reklamen tèet yo. Men se dwa tout moun monte mikmak yo.


Dernière édition par Rico le Mar 20 Mai 2014 - 9:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 7:33

JAF;Se pou nou pran KARL MARX menm jan nou pran VOLTAIRE,MONTESQUIEU e lòt yo.
Se te yon BANN RASIS !
Timoun nou yo ap etidye jis jounen jodi an VOLTAIRE lan lekòl yo men yo pa janm di yo ke VOLTAIRE pa t konsidere MOUN NWA kòm MOUN.
KARL MARX limenm te gen yon BOFIS ki rele LAFARGUE .Misye di pouki sa li te konsidere misye tankou yon DEBIL se paske misye gen yon 1/16 SAN AFRIKEN lan VENN li.
MARX te konn ap fè REMAK ke AFRIKEN se KANIBAL e li ta dakò ak ENGELS ke NWA se te ""FARDEAU DE L'HOMME BLANC"".
MARX te mouri anvan KONFERANS BERLIN an ,an 1883; men misye te dakò anvan la lèt ak sa KONFERANS BERLIN an ta pral diskite ""pataj Lafrik"" ant peyi EWOPEYEN yo.

Kanta LAFRIK menm ke la FRANS detwi anvan yo kite l an 1960 ,san yo pa kite l;se mare yo mare ansyen KOLONI SA YO.
Peyi ann AFRIK ki gen plis MIZÈ ,plis ANALFABETISM se peyi la FRANS te KOLONIZE yo!
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 9:22

Bon Jaf eske w vle fè konprann analiz yon gwoup sètoblije gen Kal Marx dèryè li. Podyab Marx tout enspire travo li ak doktrinn li men tout vle demontre diferans yo. Se de bonn gè.

Alos ti pè kinan w lan yon adèp  Teyoloji Liberasyon se pa move kopyado bann GUSTAVO THIERREZ, OSCAR ROMERO, HELDER CAMARA ki yo menm se  bon kopyado filozofi ak panse Karl-Marx.

Se nomal bèl taktik tout moun nan kanpe lwen kont mechan komunus. Menm si kapitalis pa peche, se te yon erè, yo chanje lide, yap byen mennen nan lajan san fose. Men se dwa tout moun monte mikmak yo.


An passan se pa posib ti komik genyen tout salopri nan  bibliyotèk li pou sal tout sali pa renmen. Tande parol yon igna, move ensolan, moun sot kap site nenpot tenten san verifikasyon serye.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 9:59

Men malpwopte NEYO-MAKOUT ap rele moun IGNA.Mwen li KARL MARX ak ENGELS e kritik yo fè sou yo.

DEMEPLÈ ,pou yon FWA si w vle fè yon DISKISYON vini ak AGIMAN ,yo deja wè TAKTIK ou yo .Se pa yon TAKTIK nouvo pou MAKOUT ak NEYO MAKOUT.

Ou vle diskite sou MARX ak ENGELS ,annou diskite sou yo .Sa gen plis ke 40 an ke mwen teli DAS KAPITAL.
Sispann ranse ,sispann joure MOUN ;se sa ou pwòp.

Ale sou GALLICA .FR .Ou ka li tout ZÈV MOUN yo rele MANM SYÈK DES LUMIÈRES yo.

TONNÈ KRAKRA,ki lè w ap sispann!

OU MÈT SOTE PONPE ,MOUN KI ENFÒME PA P VALE ZAFÈ LA FRANS RANS OU YO!
LA FRANS PWISANS ENPERYALIS KI FÈ PLIS MAL!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 10:56

A propos des races humaines :

"Des différentes races d'hommes

Ce qui est plus intéressant pour nous, c'est la différence sensible des espèces d'hommes qui peuplent les quatre parties connues de notre monde.

Il n'est permis qu'à un aveugle de douter que les blancs, les nègres, les Albinos, les Hottentots, les Lappons, les Chinois, les Américains soient des races entièrement différentes.

Il n'y a point de voyageur instruit qui, en passant par Leyde, n'ait vu une partie du reticulum mucosum d'un Nègre disséqué par le célèbre Ruysch. Tout le reste de cette membrane fut transporté par Pierre-le-Grand dans le cabinet des raretés, à Petersbourg. Cette membrane est noire, et c'est elle qui communique aux Nègres cette noirceur inhérente qu'ils ne perdent que dans les maladies qui peuvent déchirer ce tissu, et permettre à la graisse, échappée de ses cellules, de faire des tâches blanches sous la peau.

Leurs yeux ronds, leur nez épaté, leurs lèvres toujours grosses, leurs oreilles différemment figurées, la laine de leur tête, la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d'hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu'ils ne doivent point cette différence à leur climat, c'est que des nègres et des négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu'une race bâtarde d'un noir et d'une blanche, ou d'un blanc et d'une noire.

Les Albinos sont, à la vérité, une nation très petite et très rare ; ils habitent au milieu de l'Afrique : leur faiblesse ne leur permet guère de s'écarter des cavernes où ils demeurent ; Cependant les Nègres en attrapent quelquefois, et nous les achetons d'eux par curiosité. Prétendre que ce sont des Nègres nains, dont une espèce de lèpre a blanchi la peau, c'est comme si l'on disait que les noirs eux-mêmes sont des blancs que la lèpre a noircis. Un Albinos ne ressemble pas plus à un Nègre de Guinée qu'à un Anglais ou à un Espagnol. Leur blancheur n'est pas la nôtre : rien d'incarnat, nul mélange de blanc et de brun ; c'est une couleur de linge ou plutôt de cire blanchie ; leurs cheveux, leurs sourcils, sont de la plus belle et de la plus douce soie ; leurs yeux ne ressemblent en rien à ceux des autres hommes, mais ils approchent beaucoup des yeux de perdrix. Ils ressemblent aux Lappons par la taille, à aucune nation par la tête, puisqu'ils ont une autre chevelure, d'autres yeux, d'autres oreilles; et ils n'ont d'homme que la stature du corps, avec la faculté de la parole et de la pensée dans un degré très éloigné du nôtre. Tels sont ceux que j'ai vus et examinés. "
(Tome 1, pages 6 à Cool

(VOLTAIRE)
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 11:04



" Nous n'achetons des esclaves domestiques que chez les Nègres ; on nous reproche ce commerce. Un peuple qui trafique de ses enfants est encore plus condamnable que l'acheteur.
         Ce négoce démontre notre supériorité ; celui qui se donne un maître était né pour en avoir."
(tome 8, page 187)

Lettre à Michaud de Nantes, son associé  dans l'armement du Congo  (Cité par César Cantu, Histoire universelle, 3ème édition, Tome XIII, p 148. Accessible sur Google books)
"Je me félicite avec vous de l'heureux succès du navire le Congo, arrivé si à propos sur la côte d'Afrique pour soustraire à la mort tant de malheureux nègres... Je me réjouis d'avoir fait une bonne affaire en même temps qu'une bonne action."
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 11:11


oir quelque lueur d'une raison imparfaite. Les uns et les autres ont un langage que je n'entends point, et toutes leurs actions paraissent se rapporter également à une certaine fin. Si je jugeais des choses par le premier effet qu'elles font sur moi, j'aurais du penchant à croire d'abord que de tous ces êtres c'est l'éléphant qui est l'animal raisonnable. Mais, pour ne rien décider trop légèrement, je prends des petits de ces différentes bêtes; j'examine un enfant nègre de six mois, un petit éléphant, un petit singe, un petit lion, un petit chien: je vois, à n'en pouvoir douter, que ces jeunes animaux ont incomparablement plus de force et d'adresse; qu'ils ont plus d'idées, plus de passions, plus de mémoire, que le petit nègre; qu'ils expriment bien plus sensiblement tous leurs désirs; mais, au bout de quelque temps, le petit nègre a tout autant d'idées qu'eux tous. Je m'aperçois même que ces animaux nègres ont entre eux un langage bien mieux articulé encore, et bien plus variable que celui des autres bêtes. J'ai eu le temps d'apprendre ce langage, et enfin, à force de considérer le petit degré de supériorité qu'ils ont à la longue sur les singes et sur les éléphants, j'ai hasardé de juger qu'en effet c'est là l'homme; et je me suis fait à moi-même cette définition:  

          L'homme est un animal noir qui a de la laine sur la tête, marchant sur deux pattes, presque aussi adroit qu'un singe, moins fort que les autres animaux de sa taille, ayant un peu plus d'idées qu'eux, et plus de facilité pour les exprimer; sujet d'ailleurs à toutes les mêmes nécessités; naissant, vivant, et mourant tout comme eux.

           Après avoir passé quelque temps parmi cette espèce, je passe dans les régions maritimes des Indes orientales. Je suis surpris de ce que je vois: les éléphants, les lions, les singes, les perroquets, n'y sont pas tout à fait les mêmes que dans la Cafrerie, mais l'homme y paraît absolument différent; ils sont d'un beau jaune, n'ont point de laine; leur tête est couverte de grands crins noirs. Ils paraissent avoir sur toutes les choses des idées contraires à celles des nègres. Je suis donc forcé de changer ma définition et de ranger la nature humaine sous deux espèces la jaune avec des crins, et la noire avec de la laine.  

         Mais à Batavia, Goa, et Surate, qui sont les rendez-vous de toutes les nations, je vois un grande multitude d'Européens, qui sont blancs et qui n'ont ni crins ni laine, mais des cheveux blonds fort déliés avec de la barbe au menton., On m'y montre aussi beaucoup d'Américains qui n'ont point de barbe: voilà ma définition et mes espèces d'hommes bien augmentées.  

            Je rencontre à Goa une espèce encore plus singulière que toutes celles-ci: c'est un homme vêtu d'une longue soutane noire, et qui se dit fait pour instruire les autres. Tous ces différents hommes, me dit-il, que vous voyez sont tous nés d'un même père; et de là il me conte une longue histoire. Mais ce que me dit cet animal me paraît fort suspect. Je m'informe si un nègre et une négresse, à la laine noire et au nez épaté, font quelquefois des enfants blancs, portant cheveux blonds, et ayant un nez aquilin et des yeux bleus; si des nations sans barbe sont sorties des peuples barbus, et si les blancs et les blanches n'ont jamais produit des peuples jaunes. On me répond que non; que les nègres transplantés, par exemple en Allemagne, ne font que des nègres, à moins que les Allemands ne se chargent de changer l'espèce, et ainsi du reste. On m'ajoute que jamais homme un peu instruit n'a avancé que les espèces non mélangées dégénérassent, et qu'il n'y a guère que l'abbé Dubos qui ait dit cette sottise dans un livre intitulé Réflexions sur la peinture et sur la poésie, etc.

          Il me semble alors que je suis assez bien fondé à croire qu'il en est des hommes comme des arbres; que les poiriers, les sapins, les chênes et les abricotiers, ne viennent point d'un même arbre, et que les blancs barbus, les nègres portant laine, les jaunes portant crins, et les hommes sans barbe, ne viennent pas du même homme.(...)


          Je me suppose donc arrivé en Afrique, et entouré de nègres, de Hottentots, et d'autres animaux. Je remarque d'abord que les organes de la vie sont les mêmes chez eux tous; les opérations de leurs corps partent toutes des mêmes principes de vie; ils ont tous à mes yeux mêmes désirs, mêmes passions, mêmes besoins; ils les expriment tous, chacun dans leurs langues. La langue que j'entends la première est celle des animaux, cela ne peut être autrement; les sons par lesquels ils s'expriment ne semblent point arbitraires, ce sont des caractères vivants de leurs passions; ces signes portent l'empreinte de ce qu'ils expriment: le cri d'un chien qui demande à manger, joint à toutes ses attitudes, a une relation sensible à son objet; je le distingue incontinent des cris et des mouvements par lesquels il flatte un autre animal, de ceux avec lesquels il chasse, et de ceux par lesquels il se plaint; je discerne encore si sa plainte exprime l'anxiété de la solitude, ou la douleur d'une blessure, ou les impatiences de l'amour. Ainsi, avec un peu d'attention, j'entends le langage de tous les animaux ; ils n'ont aucun sentiment qu'ils n'expriment : peut-être n'en est-il pas de même de leurs idées ; mais comme il paraît que la nature ne leur a donné que peu d'idées, il me semble aussi qu'il était naturel qu'ils eussent un langage borné, proportionné à leurs perceptions.

         Que rencontré-je de différent dans les animaux nègres? Que puis-je y voir, sinon quelques idées et quelques combinaisons de plus dans leur tête, exprimées par un langage différemment articulé? Plus j'examine tous ces êtres, plus je dois soupçonner que ce sont des espèces différentes d'un même genre. Cette admirable faculté de retenir des idées leur est commune à tous ; ils ont tous des songes et des images faibles, pendant le sommeil, des idées qu'ils ont reçues en veillant ; leur faculté sentante et pensante croît avec leurs organes, et s'affaiblit avec eux, périt avec eux. Que l'on verse le sang d'un singe et d'un nègre, il y aura bientôt dans l'un et dans l'autre un degré d'épuisement qui les mettra hors d'état de me reconnaître ; bientôt après leurs sens extérieurs n'agissent plus, et enfin ils meurent. (...)

        Enfin je vois des hommes qui me paraissent supérieurs à ces nègres, comme ces nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres et aux autres animaux de cette espèce.

(VOLTAIRE-ESSAI SUR LES MOEURS)
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 13:01

Mwen ta byen renmen ke gen NÈG lè y ap reponn kontredi e di sa ki pa vre .SA BYENVINI.
Yo pa kapab e se rezon sa a y ap joure paske sa y ap di yo se sou yon pil SAB yo chita ou byen KAT anpile youn sou lòt.

Mwen te pale de LAFARGUE .LAFARGUE ki te preske osi enpòtan ke MARX ak ENGELS apre yo disparèt.Misye te pi RADIKAL ke MARX limenm e se la yo kòmanse gen KONT anvan MARX mouri.

LAFARGUE te marye ak 2zyèm pitit FI KARL MARX lan ki te rele LAURA.

Se byen posib ke misye ka gen RASIN li ann AYITI.Papa l te gen PLANTASYON lan SANTIAGO KIBA lan pwovens ORIENTE an .Se la KOLON FRANSE yo ,anpil ladan yo te al LALÒZ kò yo apre 1793.
Manman LAFARGUE se te yon MILATRÈS:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Lafargue
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 14:26

Men kote igna sa tonbe pran yon bann sitasyon andeyo kontèsk pou fè di sayo vle. Pafwa bout de fraz san swit ou byen debi fraz san kontèsk. Eske m te rantre sou pos wou ekri.Tonas pa reponn mwen. ni komante kote m entèvèni. Mwen pa ditou gen tolerans pou wou. kisa w pa konprann. Ignore m tonas. sispann kole nan dengwann mwen.

Ki moun ki te envite w dayè ki moun ki vinn pale de Karl Marx. Se pa ditou sijè ki tap diskite. ki temele bounda m ak Karl Marx.

Mwen jis rapl tout moun ap mache nan ti soulye Karl Max, papa doktrinè w, GWO SOSYALIS, kapitalis se peche, SE GWO KOPYADO DOKTRINN KARL-MARX.
Rico pap defann Marx, mwen di se ipokrit lè move politisyen pa menm gen metod, ni reyèlman pa kwè nan doktrinn ou menm brib panse yon Karl Marx.

Se Jaf ki wè Marx nan yon analiz kote oganizasyon sosyalis Truth repwoche Aristide  ki lese baz politik li, pou sèvi ak  zouzounn kapitalis.

Si w te vreman konprann sakap pale se fout yon gwo verite. Aristid nan jwe flik flak chire. Wou paret pou fokis sou  yon endividi ak zafè ki pa gen okenn rapo.

Yon bann ramasi wou vinn kraze nan figi moun. Se move abitid-ou se denigre e se pa nenpot ki, nenpot kwa. Non mwen pa vle tande w. wou fout fatigan, se yon nwizans pou lespri moun.

 Wou tro alèz nan move atak sayo, respèkte entelijans moun. Ki foli sa mouche a konprann map defann Karl-Marx.. Non Rico pap defann ni akize Karl-Marl. Mwen pap fè youn ou lot, non se pa ditou nivo rico. mwen prefere rete nan rol mwen. Ae chire pit ak Jaf.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 15:29

Wi NÈG ap mete PÒS pou di kouman la FRANS bon.Sè pa vre ,se pa fout vre.
La FRANS gen dwa rete an FRANS men enfliyans yo ann AYITI pa bon pou peyi an.
OU GEN DWA di la FRANS BON ,mewn menm m ap kontinye di yo pa bon ;yo bon pou tèt yo ,yo pa bon pou AYITI.

Lè mwen t ap pale de KARL MARX lan se pa ak ou mwen t ap pale ;mwen pa p voye `WÒCH pou konble lanmè.

Se ak JAF mwen t ap pale.Timoun nou yo kontinye ap aprann VOLTAIRE ;men yo pa janm di yo ki lès VOLTAIRE ak lòt yo ye vre.
Ti FRANSE yo pa aprann VOLTAIRE ankò alòs ke TIMOUN nou yo kontinye ap fè disètasyon sou VOLTAIRE.

Mwen pa p pale ak ou ;mwen pa bezwen pale ak ou ;se ak JAF mwen t ap pale!
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 18:47

Mac se vreman ridikil , sijè pos la pase sou kote.
Alos mwen retounen pou mennen yon ti deba sou zafè drapo a.


Map komanse pa retrase istorik drapo sa. Wou di pa gen zafè fete.
Wap konprann nan diferant etap kreyasyon drapo sa



anpil nan dirijan nou yo, se te koken kite sèvi ak li pou zafè politik yo.










HISTOIRE DU DRAPEAU HAÏTIEN

(Fête du drapeau le 18 Mai)

 

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? W6fXrD5TH6xY7GO9htfGB+DYBlglmEJXp7cCuKO4xfjjiQAIZeiFGWl5IVmkmcmFagQaKeZpSVkKNOpUCnqG6qHrGyrze2qLhhrLKztBy6nrwtw5LFUpatRsmPy78qwXHQv85avtbT1Nm320LV3tvHjNerisw+3+R65rXhu+vwxPLd8ePzyPXo0e5p9vTwAdQnkJ+2goTSzfAnLF+5fQn7QfSj8MhEPBVTMORmUB7cNHZ0NoIb+BAhRYkmMaL86LDdRTkZn7xUE7POtwQAOw==1697           Le drapeau français flotte sur la colonie française de Saint-Domingue durant plus d'un siècle jusqu'en février 1803. Le leader Noir, précurseur de l'indépendance, Toussaint Louverture, adopte en 1798 le tricolore français. En janvier 1801 il est nommé gouverneur et dirige l'île toute entière, puis par la constitution du 8 juillet 1801, devient Gouverneur à vie. En juin 1802, Toussaint Louverture est fait prisonnier par Napoléon Bonaparte et déporté en France où il meurt.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? 4cS4ca1xcyEiMTHLGHn+MssgqYwyxycC9TPNuNrd8cc4xgxABADs=  1803           En février 1803, à Petite Rivière de l'Artibonite, Jean-Jacques Dessalines, le chef des insurgés Noirs et Alexandre Pétion, le leader des Mulâtres, décident de ne plus combattre aux côtés des Français. Lors du Congrès de l'Arcahaie, le 18 mai 1803, Dessalines ôte la bande blanche de l'emblème colonial pour donner naissance au premier étendard haïtien symbolisant l'union des Mulâtres et des Noirs dans la lutte pour leur liberté. Il y fait inscrire la devise « Liberté ou la Mort ». Dessalines est alors nommé Général en chef de l'armée de l'insurrection. Catherine Flon, belle-fille de l'épouse de Dessalines, est chargée de recoudre les deux bandes, bleu et rouge.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Ai2LNo06rdmQAAOw== 1804          Le 18 novembre 1803, la capitulation des troupes françaises à Vertières scelle l'indépendance d'Haïti. Le 1er janvier 1804, les chefs de la Révolution décident de changer le drapeau en disposant horizontalement les couleurs. C’est le premier drapeau officiel de la République libre et indépendante. La Constitution de 1843 confirme ce drapeau bicolore horizontal (article 192).

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? HIE5Y0+Jii+GOEqLkE+NNzuEgJMiJJZ6mCB+m26dSQJVoHOiEZVuNJaoEKptrIWuU4OmobQStrdsubqlvGe+DHLBwsMKa0VYMl5CVkReyDqkkdZM0wAjVazMGTMsVhtAzdnb4jUc4N3qXATZn8Yc8Lvy89Px9nvI593h3+lijHNnjhQ6bxjWrWgHzURBA9ciGsE3aFk4Fk7cWfyCLGSfvgv0yHzUEHLkhpIm9w2DxUbWJX6aVoF6mFKlL48jC4qs+W4ay5o6JQoNKVQiSp49O9YDSnEnU6XAeB6V2hTpG4rcvPxw5qOhOEY+SRSNqPNr12Y1tnjdWHbj1rRBNEqrajUBADs=  1805           Le 8 octobre 1804, Dessalines se proclame empereur sous le nom de Jacques 1er. Il adopte alors, le 20 mai 1805, un nouveau drapeau noir et rouge vertical. Ces couleurs symbolisent les mots: la "Liberté" (rouge) ou la "Mort" (noir).

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? UBlKvyrRKFatWpl3TinNwQGyXQoTgEkoqk9ChnmrzKhigZ8+BAgUW+B0smF7fPXEJ6M07YMHbuHP1AAZMAPLcBYQUL07b+DFkwH8nV7YcOPPm06hTq17NurXr17Bjy55Nu7bt27hz697Nu7fv38CDCx9OvLi+CAA7 1806          Après les événements du 17 octobre 1806 au Pont Rouge, où est assassiné Jean-Jacques Dessalines, le pays, durant 14 ans, se divise en deux parties, d'une part le Nord et d'autre part, le Sud et l'Ouest, gouvernées respectivement par Alexandre Pétion et Henri Christophe. Alexandre Pétion redessine le drapeau cette même année, reprenant le bleu et le rouge de 1804 en y ajoutant « L'Union fait la force » et un carré d'étoffe blanche au milieu duquel furent placées les armes de la République ornées du bonnet de la liberté (bonnet phrygien). Ce drapeau flotta au-dessus du Palais National durant 158 années jusqu'en 1964.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Prh69hXdJ1xLnp0WgVTh5YaMOu4QIBBcJql2HCOZeObAUVLhFdIvChQYG1Ce5DURGAqIc8h7eSlAHV+raIhah78Qx06IIyrGEFIU2WQZQugphKEu+lGkI3bbIHOOOGbkI0wCLcr3Y4pB8uZGkQueM4E4RPbYiZMUPCGlj1QiceUiWU5gpZRdepnEltx0+WWPYWpJZplZnmlOmm5KEwEAOw==  1811           Le 27 décembre 1806, le Général Henri Christophe, est nommé président et est reconnu par le Nord, le Nord-Ouest et plus tard, en 1807, par l'Arbonite. Le 28 mars 1811, il s'est proclamé roi sous le nom de Henri Ier (1811-1820). L'Empereur conserve les couleurs de l'étendard impérial du Royaume du Nord (1805) mais en glissant la bande rouge du côté du mât avec au milieu, un écusson muni d'un phénix surmonté de cinq étoiles d'or sur fond bleu. Une couronne est disposée au-dessus du phénix et dans le cercle, une inscription latine 'ex cinerebus nascitur' "des cendres, je renaîtrai". Le royaume d’Henri Ier est supprimé en 1818 suite à la conquête du Nord par Alexandre Pétion, proclamé président le 19 mars 1807, et qui impose le drapeau bleu, rouge, horizontal. Jean-Pierre Boyer lui succède le 8 octobre 1820 mais conserve le même drapeau.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? AAMKHEiwoMGDCBMqXMiwocOHECNKnEixosWLGDNq3Mixo74IADs=  1822           Le 9 février 1822, Jean-Pierre Boyer annexe la partie espagnole de l'île (à présent République Dominicaine) laquelle, quelques mois auparavant, le 30 novembre 1821, proclame son indépendance de l'Espagne sous le nom de "Republica del Haiti espanol" "République d’Haïti Espagnol" et parallèlement, son union avec la Grande Colombie. Le drapeau de la République d’Haïti Espagnol est hissé dès les premières semaines de 1822 mais c’est le drapeau de la Grande Colombie de l'époque. Une République que Boyer ne tarde pas à dissoudre.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? LQg4YFX5jbHDFqPklBMfC8LVYBn2PJJhJVsoWOFqHIaY3IcMimiiGCTKdeKKXHiY4oswxijjjDTWaOONOOao44489ujjj0AGKeSQRBZp5JHBRAAAOw==  1849           Une tentative de réhabilitation du drapeau noir et rouge, entreprise en 1844, est un échec. En 1847, Faustin Soulouque est élu président et en 1849, se proclame empereur sous le nom de Faustin Ier (1849-1859). Dans sa Constitution de 1849, il adopte le drapeau bleu et rouge mais remplace les armoiries par un écusson. L'Empire de Faustin 1er se termine le 15 Janvier 1859 et les armes de la République retrouvent leur place initiale, au centre du drapeau.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? 5fzZVx5yF8ChZ59969XG3YHtwVPMgFjoRVQrgUkQAFQD+aXhhmPRR4aEcbUylIUYssbhhhACw4IvN6goA4stuqgCjEXImAKNMNh4I44u6IgCjz36qAGQSwiZAZEmGHkkkjko6QSTUTi5IpR7SFkBlTFYSQGWIUQAADs= 1964      François Duvalier, Papa Doc, est élu président en 1957 et en 1960, s'empare de tous les pouvoirs. En 1963 il crée le parti unique. Une nouvelle Constitution est adoptée le 25 mai 1964, laquelle adopte le drapeau noir et rouge. Ce dernier est officiellement confirmé le 21 juin 1964. Cependant, les armoiries de la République sont conservées. Duvalier meurt le 21 avril 1971 et est remplacé par son fils, Jean Claude, proclamé président à vie. A la suite d'une révolte populaire, Jean Claude quitte le pouvoir en février 1986.

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? 2Q== 1986                     Le 17 février 1986, 10 jours après le départ de Jean-Claude Duvalier, la nation adopte de nouveau le bleu et rouge qui est ratifié un an plus tard, le 29 Mars 1987, lors du plébiscite sur la Constitution de 1987.


Dernière édition par Rico le Mar 20 Mai 2014 - 18:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? EmptyMar 20 Mai 2014 - 23:58

Si n ap rive anvan 1 janvye 1804, nou pa ka koumanse ak drapo Lafrans puiske se pa yomenm sèl Zenglendo ki te fè dappinyanp sou zile a. E mèt tè a menm, Tayino yo, ki sa nou konnen osijè anblèm yo te konn adopte?

Zenglendo Angle ki te okipe yon bon pati zile a pandan yon pakèt ane ta ka mande pou yo mete drapo pirat pa li tou nan seri bout twal yo. Mwenmenm mwen di tout sa se detay. Sa ki pi enpotan se jès Dessalines yo:

1) Li rechire bout twal blan an
2) Li bay peyi a non mèt tè a te ba li anvan debakman zenglendo yo

Kidonk AYITI se tè kote lajistis pote viktwa sou enjistis, libète pote viktwa sou lesklavaj. Tout esklavajis dwe oltègèt! Si nou te rete makonnen ak esans mesaj Dessalines nan, nou pa ta nan tout latwoublay nou ye jounen jodi a.

Jaf
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty
MessageSujet: Re: Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?   Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous avez dit : Fête du drapeau haïtien . Quel drapeau parlez-vous ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: