Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMer 11 Juin 2014 - 7:31

Premye GOUVÈNMAN vrèman PWOGRESIS ki rive ,se pou yo vire PAJ la FRANS lan ki tounen tankou yon KARKAN pou nou.

Nèg ap imite FRANSE yo ,men yo imite yo MAL ,ki pi rèd.
Se SISTÈM EDIKASYON FRANSE an nou kopye.Sistèm 19yèm syèk lan ;pa FRANSE yo evolye ,pa nou an pa janm evolye.
Se tout tan ke FRANSE yo ap fè refòm lan EDIKASYON yo ,lè sitiyasyon mande sa.

Se sou FRANSE nou te kopye zafè SÈTIFIKA DETID PRIMÈ;franse yo gen lontan yo pa fè sa ankò.
Se sou FRANSE ,nou te kopye zafè 2 BAKALOREYA yo.Se yon sèl FRANSE yo genyen jounen jodi an.

Pral gen EKZAMEN BAKALOREYA ann AYITI.Kòm dabitid 30% TIMOUN yo pral pase lan BAKALOREYA PREMYÈ pati ,e anviwon 50 % pral pase lan 2zyèm PATI.
Pèsonn pa p di anyen ,kòm dabitid yo pral pale de lekòl BÒLÈT.

Se kon sa mwen te tonbe sou yon entèvyou ke yon FONKSYONÈ FRANSE t ap bay jounal NOUVEL OBSERVATEUR.

Li byen ,Misye di ke 15% ti FRANSE REKALE lan BAKALOREYA.Sa vle di ke 85% reyisi.
Misye di se INAKSEPTAB ,se yon ""culture de l'échec""
M ap ajoute ke 15 % ki rekale ,yon ekstra 10 % konn reyisi lan repechaj.Se anviwon 5% TIMOUN yo ki konn ale lan REDOUBLAJ.

Se pa serye MOUN nou mete responsab EDIKASYON yo tankou yon AMERIKEN di lan yon peyi serye yo t ap arete yo pou SBVÈSIF:

Actualité > Education > Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ?
Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ?
Le Nouvel ObservateurPar Le Nouvel Observateur
Voir tous ses articles
Publié le 10-05-2014 à 10h03
A+A-
Non, l'école n'est pas condamnée à manier le martinet pour faire grandir nos enfants. C'est le point de vue d'Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des Programmes.
Le bonnet d'âne a disparu des pratiques... mais pas des esprits. (Mary Evans/Sipa) Le bonnet d'âne a disparu des pratiques... mais pas des esprits. (Mary Evans/Sipa)

PARTAGER
Partager sur Facebook
648
Partager sur Twitter
160
Partager sur Google+
19
Partager sur Linkedin
18
Envoyer cet article à un amiRÉAGIR67
RECEVOIR LES ALERTES

Il y a ceux qui parlent de l'école et puis il y a ceux qui, petit à petit, contribuent à la faire évoluer, comme Alain Boissinot, nommé à la tête du Conseil supérieur des Programmes (CSP), créé par l'ancien ministre de l'Education nationale Vincent Peillon.

Ce mois-ci, il soumet aux enseignants une nouvelle définition du bagage minimum de connaissances et de compétences que les élèves doivent posséder quand ils quittent le collège. L'ancien recteur de l'académie de Versailles prend ses distances vis-à-vis du modèle encyclopédique porté par les programmes actuels. Interview.

Vous dites que le système scolaire français n'aime pas la réussite. Vous y allez fort...

A.B. - Plutôt que d'encourager les bonnes performances, l'école française sanctionne trop souvent l'échec, comme si cette sévérité était un gage de sérieux. Environ 15% des candidats sont recalés chaque année au bac, et on entend dire qu'à ce compte, le bac est "donné". Comme si amener tout le monde à la réussite n'était pas normal. Mais imaginez une chaîne de montage qui enverrait 15% de sa production à la casse ! On dirait, à juste titre, qu'elle n'est pas performante. Que Polytechnique ou l'ENA recalent 98% des candidats, soit! Mais le lycée est une formation de masse, à qui on ne peut plus imposer la logique du concours.

Mais doit-on faire réussir tout le monde quand tant de filières du supérieur manquent de débouchés ?

- C'est tout le contraire ! Dans bien des domaines, l'économie française manque de diplômés ayant un niveau de compétences suffisant, et nous sommes encore très en deçà des "objectifs de Lisbonne", soit 50% d'une génération diplômée de l'enseignement supérieur. Et le problème des débouchés se pose de façon plus aiguë encore pour les jeunes insuffisamment qualifiés ou qui se trouvent dans une "voie de garage" - ceux-là, précisément, qui ont le plus été victimes de la sélection par l'échec.

On aime donc l'échec en France ?

- Je ne dirais pas cela, mais l'échec fait partie de notre culture. Nous gardons tous en mémoire le souvenir d'avoir raté quelque chose au cours de nos études : le brevet, le bac, l'agrégation, tel concours, telle grande école, ou même un simple devoir. Voilà ce qu'on retient ! L'échec est le fondement d'une névrose nationale. On peut même intégrer une bonne école d'ingénieurs avec le sentiment d'avoir échoué à rentrer dans une plus prestigieuse. Tout cela date d'une époque où le lycée sélectionnait les meilleurs élèves, en réalité les quelques pour cent d'enfants les plus favorisés du pays. Bien des gens continuent d'adhérer à ce modèle révolu. Nous sommes enfermés dans le pessimisme et la culture du passé, et nous n'arrivons pas à penser les nouvelles logiques du monde de demain.

Mais l'exigence marche de pair avec la sanction, non ?

- Pas du tout. Quand, en 2004, j'ai pris la responsabilité de l'académie de Versailles, la plus grosse académie de France qui comprend une proportion élevée de familles très favorisées, je m'attendais à ce que les élèves aient de bons résultats scolaires. Or, le taux de réussite au bac y était inférieur à la moyenne française. A côté de cela, le taux de redoublement y atteignait des sommets. Que se passait-il ? En croyant se montrer exigeants, les enseignants décourageaient leurs élèves plutôt que de les élever. Je ne parle pas des plus brillants, mais des élèves moyens, c'est-à-dire la grande majorité des classes, qu'on n'osait pas tirer vers le haut.

Vous avez fait un autre pari ?

- Oui, nous avons travaillé à laisser passer les élèves dans les filières qu'ils souhaitaient plutôt qu'à les sanctionner. On m'a prévenu : "Ils vont se planter au bac." C'est l'inverse qui s'est produit. Le taux de réussite scolaire dans l'académie est remonté, rejoignant la moyenne nationale. L'explication est claire : le pari de la confiance crée un cercle vertueux. L'ancien ministre de l'Education parlait d'"école de la bienveillance". L'apprentissage n'est pas un escalier dont on grimpe les marches une à une. Il procède souvent par bonds. Nous connaissons tous des enfants qui, après avoir longtemps végété, connaissent soudain un déblocage fulgurant. Il faut tout faire pour encourager ce déblocage plutôt que de se focaliser sur les insuffisances de départ. S'il est une "exigence" enseignante à saluer, c'est bien celle de faire réussir tous les élèves.

Certaines académies ont de meilleurs résultats que d'autres. Est-ce aussi une affaire de bienveillance ?

- Je le crois. Prenez l'académie de Rennes, par exemple. Les enfants, même issus de familles modestes, y affichent d'excellentes performances globales. Pourquoi ? En Bretagne, du fait d'un catholicisme ancien et populaire, l'école privée occupe encore une place très importante, et l'enseignement public subit donc une forte concurrence du privé, ce qui l'oblige à se battre pour garder ses élèves. Il est amené à mieux les traiter, si l'on peut dire. Ce n'est pas tout. Les parents ont pleinement confiance dans l'institution, et cette confiance produit de la réussite. On ne retrouve pas cette adhésion, par exemple, dans les familles populaires du nord de la France qui, pour des raisons sociales et historiques, pratiquent une forme d'autocensure et osent moins pousser leurs enfants vers des études longues. Cette attitude freine les parcours de scolarisation... Et donc, la réussite.

Comment expliquez-vous ce goût français pour l'échec et la sanction?

- A mon avis, cela tient notamment à l'influence d'un courant religieux majeur, le jansénisme, qui, depuis le XVIIe siècle, a profondément marqué les mentalités des élites de notre pays : le salut ne peut se conquérir, il est le fait d'une prédestination et est octroyé à une poignée d'élus seulement. C'est une vision très pessimiste de l'homme, dont le sort ordinaire est la damnation... Mes racines bretonnes m'invitent plutôt à aller puiser aux sources du catholicisme "de gauche". Ou aux écrits d'un penseur comme François de Sales qui a développé, avant Pascal, une conception bien plus positive de la nature humaine. Nous devrions aussi tous relire Victor Hugo qui défendait le progrès de la société humaine par l'éducation : c'est si galvanisant, si éloigné du défaitisme contemporain !

En quoi la nouvelle mouture du "socle commun" que vous proposez marque-t-elle une rupture avec cette culture de l'échec ?

- Le Conseil supérieur des Programmes propose au ministre ce mois-ci une nouvelle définition du socle commun. Il doit former la base de nouveaux programmes pour l'école élémentaire et le collège à la rentrée de 2016. Ce socle propose un projet d'enseignement global, et non plus saucissonné par niveaux, ce qui rendait les programmes illisibles. Et, surtout, il n'exprime plus une ambition théorique pour un élève idéal, à l'aune de laquelle l'élève réel était toujours plus ou moins en échec. Il se veut réaliste... Et consensuel.

Quel bilan tirez-vous de l'action du précédent ministre de l'Education, Vincent Peillon ?

- Il a donné un nouvel élan et porté sur l'école un juste discours. La réforme des rythmes scolaires, qui a fait l'objet de tant de polémiques découlait aussi d'une bonne analyse, même si elle a suscité les réactions de certaines collectivités locales. Peut-être aurait-il fallu que le cadrage national soit davantage préparé avec les collectivités.

L'Education nationale française regorge de gens talentueux. Pourquoi cette impression d'immobilisme général ?

- Faire évoluer les pratiques et les mentalités prend du temps. Je regrette d'ailleurs que nous vivions dans le "court-termisme", alors que toutes les réformes de l'école prennent des années. Depuis vingt ans, j'ai vu passer pas moins de dix ministres ! Il m'arrive de me demander s'il ne serait pas préférable que l'Education nationale ait, plutôt qu'un ministre, un PDG, à l'instar d'Air France ou de la SNCF - quelqu'un qui ait le temps de travailler dans la durée.

Propos recueillis par Morgane Bertrand, Caroline Brizard et Actualité > Education > Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ?
Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ?
Le Nouvel ObservateurPar Le Nouvel Observateur
Voir tous ses articles
Publié le 10-05-2014 à 10h03
A+A-
Non, l'école n'est pas condamnée à manier le martinet pour faire grandir nos enfants. C'est le point de vue d'Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des Programmes.
Le bonnet d'âne a disparu des pratiques... mais pas des esprits. (Mary Evans/Sipa) Le bonnet d'âne a disparu des pratiques... mais pas des esprits. (Mary Evans/Sipa)

PARTAGER
Partager sur Facebook
648
Partager sur Twitter
160
Partager sur Google+
19
Partager sur Linkedin
18
Envoyer cet article à un amiRÉAGIR67


Propos recueillis par Morgane Bertrand, Caroline Brizard et
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMer 11 Juin 2014 - 8:18

Pou nou kontinye.Annou gade sa FRANSE ap di sou SISTÈM EDIKASYON yo an.
Se menm bagay lan mwen konn tande sou RADYO REYAKSYONÈ GNBis lè y ap pale de lekòl ann AYITI yo.

An FRANS .se sèlman 3% de sa yo rele yon GWOPUP DAJ ,sa vle di TIMOUN ki frekante lekòl yo ki te reyisi lan BAKALOREYA an 1945 ;jounen jodi an ,se 70%.70 % yon GWOUP DAJ men se ant 85 a 95 % TIMOUN ki konpoze yo.
Reyaksyonè GNBis,KONSÈVATÈ ,RETADATÈ,anti-EDIKASYON AYISYEN ,li sa FRANSE yo ap di sou SISTÈM yo an:





Le nouvel ObservateurLe PlusChallengesSciences et AvenirServices ObsBoutique ObsEspace abonnésS'abonner à l'Obs à partir de 13 €
Suivez-nous     Recevez nos newslettersOK
Aller au menuAller au contenuAller à la recherche
baupinNucléaire : "Il faudra 2 milliards par réacteur !" eugene goostmanTest de Turing : interview d'une intelligence artificielle Image tirée du jeu "Watch Dogs"E3 : Ubisoft ou la stratégie du blockbuster
Actualité politique, internationale, société par le Nouvel Observateur, infos du jour
Education
PolitiqueSociétéMondeÉcoCultureHighTechSportSantéEducation
Obsession
TEMPS FORTSCrise à l'UMPGrève SNCFCoupe du mondeFamille Le PenBacBrevet


À LA UNE
Grève SNCF : "Le rail souffre d'un profond problème de gouvernance"
Baisses d'impôts : 500.000 foyers supplémentaires concernés
UMP : Fillon annonce "un audit interne" dans les "tous prochains jours"
E3 : jeux ringards, résultats plombés… Faut-il enterrer Nintendo ?
De la difficulté de prendre le football au sérieux
Actualité > Bac 2014 > Bac : le niveau baisse… depuis toujours !
Bac : le niveau baisse… depuis toujours !
Arnaud GonzaguePar Arnaud Gonzague
Voir tous ses articles
Publié le 10-06-2014 à 20h31
A+A-
L’idée selon laquelle les bacheliers français n’ont "pas le niveau" ne date pas d’aujourd’hui, loin de là... Petit panorama historique.
Des adolescents pas prêts... ou juste plus nombreux? (Jaubert/Sipa) Des adolescents pas prêts... ou juste plus nombreux? (Jaubert/Sipa)

PARTAGER
Partager sur Facebook
40
Partager sur Twitter
38
Partager sur Google+
1
Partager sur Linkedin
0
Envoyer cet article à un amiRÉAGIR25
RECEVOIR LES ALERTES

À LIRE AUSSI
"On m'a demandé de remonter des notes au bac"
Bac philo : les 20 textes qu'il faut avoir lus pour s'en sortir
Bac ES : les sujets tombés ces 3 dernières années
Phrase n°1 :

La participation aux épreuves d'un trop grand nombre de candidats médiocres a pour résultat inévitable d'abaisser le niveau de l'examen."

Phrase n°2 :

Les sujets du baccalauréat se conforment au niveau des élèves. Il s’est dégradé, les sujets aussi."

Ces deux tristes constatations disent peu ou prou la même chose. Elles n’émanent pourtant pas de la même personne... et pour cause : la première date de 1943 et a été prononcée par le chercheur Jean-Baptiste Piobetta (1). La seconde date de 2008 et est tirée d’un entretien avec une professeure d’espagnol (2).

65 années séparent ces citations, mais elles portent la même idée : le bac est "donné" à des lycéens de moins en moins capables, qui par conséquent le méritent moins qu'avant.

"Les fautes d'orthographe, l'ignorance des plus simples éléments de la langue française laissent trop voir qu'un grand nombre se présente à ces épreuves du baccalauréat comme à un jeu de hasard où c'est la fortune qui doit tout faire" (1), se désole encore le doyen Le Clerc, de la Sorbonne, en 1879.

En écho, en 2008, notre professeure d’espagnol affirme : "Ils n’ont aucune de syntaxe. Un verbe ne veut pas dire grand-chose à certains d’entre eux" (2), tandis qu’un de ses collègues, en mathématiques affirme carrément : "Ils ont perdu le sens des opérations". A se demander comment des déficients mentaux sont parvenus jusqu’en classe de terminale !

Anes lobotomisés

Qu’on ne croit pas les Trente Glorieuses plus clémentes avec les lycéens : un sondage de 1972 réalisé auprès d’enseignants du secondaire révèle que 52% d’entre eux pensaient leurs élèves "victimes d’une culture de masse qui a détruit en eux le goût du travail et de l’effort intellectuel." (3). Des ânes lobotomisés par la télévision et les BD, en somme - l'Internet n'existant pas encore.

Mais que disent les faits ? S'il est exact que le niveau des élèves français ne connaît pas une fulgurante ascension depuis au moins une décennie, la réalité est loin d’être aussi désastreuse. Certes, une étude récente indiquait une baisse des performances des élèves de CE2 en français. Mais elle faisait suite à une autre étude révélant que les acquis des enfants maternelles avaient, eux, bondi.

De même, si le fameux classement PISA insiste sur une persistance inacceptable des inégalités scolaires en France, il ne dresse pas le tableau cataclysmique que certains veulent voir : si la "culture mathématique" des petits Français a perdu 16 points entre 2003 et 2012, en compréhension de l’écrit ils n’ont pas déchu. Quant à la culture scientifique, elle a légèrement monté (+ 4 points entre 2006 et 2012).

Terreur démocratique

Si le bac suscite tant de constats navrés, c’est qu’il cristallise la terreur de voir l’école se démocratiser – un paradoxe dans un pays qui n’a que "l’égalité des chances" à la bouche. En 1809, la première session du baccalauréat accueillit… 31 candidats. En 1945, les bacheliers représentaient 3% d’une génération. Aujourd’hui, le bac diplôme chaque année plus de 70% des jeunes Français.

Par ailleurs, il n’est pas facile d'admettre que les enfants des classes moins favorisées, aujourd’hui encouragés à passer cet examen par l’élévation générale du niveau de diplomation (due, en partie, à la mondialisation), nécessite que le collège et le lycée s’adaptent.

Bonne nouvelle

Comme le soulignait François Dubet, sociologue spécialiste de l’école dans une interview accordée au "Nouvel Observateur", la "massification modifie forcément la nature du métier de professeur. (…) Un enseignant ne peut plus continuer à se comporter comme un simple 'savant' de sa discipline qui se cantonne à son excellence académique : il doit faire œuvre de pédagogie, assurer un suivi plus précis de ses élèves." Un constat partagé par la Cour des Comptes et par la plupart des observateurs du système scolaire français.

Résumons : les bacheliers français ne sont pas réellement "moins bons", ils sont simplement plus nombreux. Une bonne nouvelle, ainsi qu'une irréversible évolution... si et seulement si l’institution scolaire en tient compte.

Arnaud Gonzague – Le Nouvel Observateur

(1) Cité par l’historien Claude Lelièvre dans sa préface à "Le niveau baisse-t-il vraiment ?", Magnard, 2009.

(2) Citée par Catherine Pauchet dans "Faut-il supprimer le bac ?", Larousse, 2008.

(3) Cité par Antoine Prost dans "Histoire de l’enseignement et de l’éducation" (tome IV),  Perrin, 2004.



PARTAGER
Partager sur Facebook
40
Partager sur Twitter
38
Partager sur Google+
1
Partager sur Linkedin
0
Envoyer cet article à un ami
RÉAGIR
25
RECEVOIR LES ALERTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMer 11 Juin 2014 - 13:56

Nou pa ka ap kopye ,ap imite yon bagay ,pou nou fè l mal kon sa.

SE KRIMINÈL!

Sa a se dènye rezilta BAKALOREYA FRANSE an.Vil ki te ""lamp rouj"" se ti yon vil ki rele CRETEIL.
82% TIMOUN yo reyisi e OTÈ an di ,se yon DEZAS.
Ann AYITI ,mwen poko tande menm 40% TIMOUN yo reyisi.
An FRANS ,petèt 30% TIMOUN ki pase BAKALOREYA yo ;pa t ap ka pase yon EKZAMEN FRANSE 3zyèm SEGONDÈ.

Se pou yon lòt gouvènman vini pou panse bagay yo otreman pou yon lòt AYITI ka konstwi:

http://tempsreel.nouvelobs.com/bac-2014/20140609.OBS9893/bac-2014-mieux-vaut-le-passer-a-rennes-qu-a-creteil.html




Le nouvel ObservateurLe PlusChallengesSciences et AvenirServices ObsBoutique ObsEspace abonnésS'abonner à l'Obs à partir de 13 €
Suivez-nous Recevez nos newslettersOK
Aller au menuAller au contenuAller à la recherche
L'image de Mario dans une boutique japonaise de jeux vidéoFaut-il enterrer Nintendo ? Grève SNCF"La réforme ferroviaire menace le service public" BRÉSIL. Visitez les 12 stades de la Coupe du MondeBrésil 2014 : où est la magie du stade Maracana ?
Actualité politique, internationale, société par le Nouvel Observateur, infos du jour
Education
PolitiqueSociétéMondeÉcoCultureHighTechSportSantéEducation
Obsession
TEMPS FORTSCrise à l'UMPGrève SNCFCoupe du mondeFamille Le PenBacBrevet


À LA UNE
Jean-Marie Le Pen écrit à sa fille pour lui proposer "la paix"
Coupe du Monde : ce que Deschamps ne peut pas dire
EN DIRECT. Grève SNCF : 1 train sur 2 en moyenne ce jeudi
Le budget, nouveau test pour le gouvernement Valls
Ni hommes, ni femmes : la culture post-genre
Actualité > Bac 2014 > Bac 2014 : mieux vaut le passer à Rennes qu'à Créteil
Bac 2014 : mieux vaut le passer à Rennes qu'à Créteil
Caroline BrizardPar Caroline Brizard
Voir tous ses articles
Publié le 11-06-2014 à 10h05
A+A-
CARTE. Les taux de réussite au bac varient selon les académies. Certaines amènent à peine plus de 8 élèves sur 10 au succès, et d'autres, plus de 9. La moyenne est à 86,9.
Les chances d'avoir son bac varient selon les académies (BAZIZ CHIBANE/SIPA) Les chances d'avoir son bac varient selon les académies (BAZIZ CHIBANE/SIPA)

PARTAGER
Partager sur Facebook
129
Partager sur Twitter
53
Partager sur Google+
10
Partager sur Linkedin
0
Envoyer cet article à un amiRÉAGIR7
RECEVOIR LES ALERTES

À LIRE AUSSI
Bac : le niveau baisse... depuis toujours !
En 2013, 678.000 lycéens ont passé l’examen. 86,9% d’entre eux, toutes voies confondues, ont été reçus, soit près de 9 candidats sur 10 (France métropolitaine et DOM). Mais les chances de décrocher le bac varient selon les académies. Pas de beaucoup, certes, mais à l’aune du nombre de candidats, cela peut représenter plusieurs centaines de reçus en plus ou en moins.

Les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Education dans la Note d'information n°6 Mars 2014 le montrent bien : au moins sept d’entre elles s’écartent résolument des résultats moyens.



Prix d’excellence : la Bretagne

Certaines académies obtiennent près de quatre points au-dessus de la moyenne nationale : celle de Rennes affiche 90,7% de reçus, et celle de Nantes, 90,6%. Les résultats sont nettement meilleurs, quelles que soient les filières du baccalauréat.

Ces deux académies, qui correspondent à la version la plus large de la Bretagne historique, ont en commun d’être encore très catholiques, avec un réseau d’écoles, de collèges et de lycées privés qui accueillent près de la moitié des élèves (contre 20% en moyenne en France). Cette offre privée agit comme un aiguillon pour l’enseignement public.

Ce n’est pas tout. Comme l’expliquent Hervé Le Bras et Emmanuel Todd dans leur livre "Le mystère français", l’attachement très fort de la Bretagne pour son école, les faibles écarts entre les plus riches et les plus pauvres, et la cohésion de la société soudée autour d’une commune opposition à l’Etat centralisateur, gages d’un "bien vivre ensemble"… Tous ces facteurs associés contribuent rendre l’école plus efficace, et conduisent à ces résultats spectaculaires.

Premiers prix : les académies de Grenoble et de Corse

Dans le Sud-Est, l’académie de Grenoble fait presque aussi bien que l’Ouest (90,2%, soit plus de 3 points au-dessus de la moyenne française). Sans doute faut-il rapprocher cette belle performance du profil sociologique de la population. De toutes les académies, celle de Grenoble a la plus faible proportion de collégiens relevant de l’éducation prioritaire. Elle s’inscrit dans une région riche et dynamique, la région Rhône-Alpes, qui est la seule en 2012 où le Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant dépasse la moyenne nationale, en dehors de celui de l’Ile-de-France.

La Corse fait aussi figure de bon élève. De toutes les académies de France métropolitaine, elle présente le plus petit nombre de candidats - 2.400, avec 2.200 admis. Elle sort des limbes. Il y dix ans, elle se plaçait 28e sur 30 sur le tableau des résultats au bac. Sans doute faut-il rapprocher ce redressement au rôle joué par Michel Barat, recteur d’académie depuis 2008, associé à la petite taille de l’académie, qui permet une diffusion efficace des directives du Rectorat au niveau local.

Lanterne rouge : Créteil

82% de reçus au bac en 2013 ! Créteil est à plus de 5 points en dessous de la moyenne nationale. Championne à la fois de la pauvreté, de la proportion des élèves fréquentant l’éducation prioritaire, elle abrite des cités où l’absence de mixité sociale freine l’efficacité des établissements scolaires, même si cette association n’est pas une fatalité. Les résultats sont particulièrement médiocres pour le bac professionnel, où, avec 70,7% de reçus en 2013, Créteil est à près de 9 points d’écart avec la moyenne nationale. C’est le plus mauvais score en France métropolitaine.

Résultats préoccupants : Aix-Marseille, Amiens et Reims

Malgré les efforts de la région en faveur des collégiens entre 2001 et 2007 (la plus forte progression de toutes les régions françaises), le retard de l’académie d’Aix-Marseille est patent : 84,8% d’admis en moyenne. Avec près de 24 élèves en moyenne devant un professeur (en 2010), l’académie compte parmi celles où les classes sont les plus chargées, avec Paris, Versailles et Bordeaux. L’agglomération marseillaise et ses quartiers Nord où les scolarités sont parfois erratiques pèsent lourd dans ce résultat.

Aux marges du Bassin Parisien, Amiens (83,2%) et dans une moindre mesure Reims (85,6%), peinent un peu plus que les autres à conduire leurs lycéens au succès. Ces marges rurales du Bassin Parisien restent assez pauvres. Le PIB par habitant dans l’académie d’Amiens est d’un plus faibles de France métropolitaine, avec le Languedoc-Roussillon et le Limousin. Les familles modestes y ont, par tradition, des difficultés à envisager des études supérieures pour leurs enfants, et cette absence de projet pèse sans dout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyJeu 12 Juin 2014 - 10:18

NÈG ki ap defann la FRANS yo ,defann li byen.Vini ak AGIMAN.
Pa fout joure ,pa nonmen non MOUN.

Si nou te imite FRANS byen wi ,sa pa t ap pi mal.
Lan lanne 1860s yo ,lè nou te siyen KONKODA a pou mete EDIKASYON lan men KLÈJE KATOLIK lan ,se menm lè FRANSE yo t ap chache mwayen pou yo retire l lan men KLÈJE an.
Se pa t yon bagay ki te fasil.
Katolik yo se MONACHIS ak FA-CHIS yo t ap fòme ;menm jan se FA-CHIS yo te fòme ann AYITI.
Se defèt la FRANS lan GÈ 1870 lan ki te fòse FRANSE yo chanje.Se te yon GÈ ant MOUN LESPRI ,ALMAN yo,ak MOUN SÒT franse yo.

Ces lois sont une conséquence de la guerre de 1870, perdue contre la Prusse. Les soldats allemands étant jugés mieux instruits que les Français, la Troisième République chercha à compenser ce handicap, afin de préparer la revanche. Dès la naissance de la IIIe République, durant le Siège de Paris (1870), Jules Ferry alors maire de Paris, avait instauré une commission de l'enseignement. Les travaux de cette commission portant, sur la gratuité, sur la laïcité et sur l'éducation des filles sont consignés dans le rapport Delon-Coignet2

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_Jules_Ferry

Sa pa t fasil pou progresis FRANSE yo,paske LEGLIZ KATOLIK te mete ak MONACHIS yo ,ak yon faksyon LAME an sou zòd yon NEG yo te rele BOULANGER pou fè yon tantativ KOUDETA lan lanne 1880s yo ,ki pa t reyisi.
Se sa k te sove la FRANS.
La frans paka yon modèl pou nou!
Se pa rayisman!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 24/08/2006

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyJeu 12 Juin 2014 - 15:24

O plan ekonomik gen yon profon dezekilibr antr La FRANS e AYITI.
Donk pa gen konparezon posibl antr sistèm edukatif 2 peyi sa yo.

Sistèm edukatif peyi oksidanto yo an jeneral de bon nivo (bon nivo va de pèr avèk pwa ekonomik peyi yo).

Si lekOl se pOrt mal an FRANS : ki peyi ki kapabl aroje li le drwa de deklare son sistèm edukatif parfè ?

Se justeman pour ale vèr yon amelyorasyon kontinu ke sèrten fransè kritik lèur systèm edukatif.

Amoph
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyJeu 12 Juin 2014 - 15:45

AMOPH;

Mwen pa konprann lè w toujou ap anmèkde MOUN ak bagay peyi OKSIDANTO ou yo.
Peyi oksidanto vin peyi oksidanto se paske yo te mete PYE yo sou KOU lòt peyi yo.

Ou konn ki jan BELJIK kote w ap viv lan vini BELJIK?
Ale fè yon ti rechèch ,wa konnen sa ki te pase KONGO ant 1885 ak 1908.
Zafè diferans ant sistèm EDIKASYON ant FRANS ak AYITI vini di fèt ke AYITI te imite sistèm edikasyon franse an.Yo adopte menm lang franse an ki pa lang yo ki fè yo mouri lan fim.
AYITI se yon ra peyi ke TIMOUN yo dwe aprann yon LANG ke pafwa se premye fwa yo tande l e sèvi ak li kòm LANG EDIKASYON.

Zafè ke FRANSE yo ap plenyen de SISTÈM yo an ,mwen vle fè NÈG konprann ke bagay ke yo ap di petèt depi KONKÒDA a an 1860 ,se pa vre.
Li lè ke AYITI adopte yon SISTÈM ki pwòp a li ,menm jan SISTÈM FRANSE an pwòp a yo,yon pwodwii de Istwa yo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyJeu 12 Juin 2014 - 17:04

AMOPH;
Ou lib pou refite sa mwen pral di an.

Nou pòv jan nou pòv lan se pa paske sa lan ADN lan.Se paske nou te toujou refize edike popilasyon nou an.
Se sa n ap peye jounen jodi an.
Refize edike poiplasyon nou an ,se lan men FRANSE yo nou prann.FRANSE yo te blije chanje apre GÈ 1870 lan.Si yo pa fèt sa LALMAY ki te tèlman pi avanse ke yo ,t ap anglouti yo.
Se yon mouvman LEVE KANPE ki te fèt an FRANS paske LEGLIZ KATOLIK ki te domine edikasyon te kont EDIKASYON POU TOUT MOUN.
Sa diferan lan peyi SAXON e si w vle nou gen dwa diskite sou sa e pouki sa.
La FRANS te chanje ,li te oblije chanje ,noumenm ki peyi ENDEPANDAN nou pa t janm chanje.
DOMINIKANI ki pa t pi rich ke nou ,vin pran devan nou ,se paske yo EDIKE POPILASYON yo.
Se pa lajan!
TRUJILLO ,yon anlafabèt fonksyonèl te kreye lekòl lan 4 KWEN peyi an.Se benefis sa a DOMINIKANI ap tire jounen jodi an.
Tout pwoblèm nou genyen ,tankou SIPOPILASYON vini de sa.
Yo jwenn ke yon ti FI ki pase omwens 6 ZAN lekòl anmwayèn pa janm fè plis 3 ou 4 TIMOUN ,omwens lan tan kounye an.
Se pa RESOUS;JAPON pa gen RESOUS.
Se pa lajan non plis.KORE ki vin pami youn la peyi ki pi RICH yo ,te devaste apre GÈ SIVIL 1950 lan;yo te gen yon PIB ki pa t pi gwo ke pa AYITI an.Apre fen GÈ an ;priyorite yo se te edike popilasyon an
Ou ka konnen tou ke VYETNAM ki ap envèsti ann AYITI jounen jodi an ;se te yon koloni franse tou .Apre VIKTWA yo an 1954 sou twoup franse yo ;yo lage lang franse an.SE YOMENM SÈLMAN KI PALE VYETNAMYEN.



Sistèm sa a nou pran lan men FRANSE yo ,ke nou pa janm chanje tandis ke FRANSE yo ap chanje ;li lè pou nou LAGE l si se pa sa l ap anglouti nou ,n ap rete dèyè kamyonèt lan

AMOPH;
Ou LIB pou refite lan sa m di yo;korije m kote ou panse ke mwen pa korèk!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 24/08/2006

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 5:34

Père Joël a écrit:
Mwen pa konprann lè w toujou ap anmèkde MOUN ak bagay peyi OKSIDANTO ou yo.
Peyi oksidanto vin peyi oksidanto se paske yo te mete PYE yo sou KOU lòt peyi yo.


Kèl vokabulèr !!!


Peyi oksidanto yo "dont" La FRANS pratik yon ansènyeman de bOn kalite, san zegal. Refere nou a yon bon modèl (yon sistèm ki fonksyOn byen) pap ipoteke chans e ankOr mwen lavnir yon pèupl. Se yon bon pwen de depar.

Nou pap emètr de rezèrv si yon tèl opsyon ta anvizaje an se ki konsèrn AYITI.

Nou gen dwa aleje le "coût" du lansman yon vast progrAm dalfabetizasyon an AYITI par la bOn volonte, san pour otan pèrdr de vu, pour boukle progrAm sa a de manyèr efikas e efisyant LETA ayisyen pral oblije "racler les fonds de tiroirs".


Kisa ki te anpeche pèupl lOt peyi yo gouye anba oksidanto yo pour refuze dominasyon yo ?

Amoph
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 6:58

joel cher ami vous etes completement omnibuler par votre haine de la france
je trouve votre jugement mauvais et nefaste vous delivrez de choses fausses
en faisant ca vous empechez les relations qui pouraient se crees entres les personnes
un jeune haitien qui n a jamais vu un francais doit se dire 'ho la la c est des gens terribles
alors que c est tout le contraire et en memme temps vous nous donnez des idees nefastes sur haiti
je regrete cet etat de choses tant qu il en sera ainsi vous courrez toujour derriere la camionette en vociferant
je pourais faire des remarques desobligeantes gratuites de la memme facon envers votre pays qui n a vraiment pas de quoi se pavaner d orguei et de suffisance
qui ne se prend pas en main tout seul pour se relever
votre population corespond a la region parisienne et vous n etes pas capables de vous diriges c est quoi ca (c est de l orgueuil mal placer)
non joel changez,comme on dit chez nous '(vous mourrez tous seul)
amities study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 8:14

Amoph a écrit:
quote]


Kèl vokabulèr !!!


Peyi oksidanto yo "dont" La FRANS pratik yon ansènyeman de bOn kalite, san zegal. Refere nou a yon bon modèl (yon sistèm ki fonksyOn byen) pap ipoteke chans e ankOr mwen lavnir yon pèupl. Se yon bon pwen de depar.

Nou pap emètr de rezèrv si yon tèl opsyon ta anvizaje an se ki konsèrn AYITI.

Nou gen dwa aleje le "coût" du lansman yon vast progrAm dalfabetizasyon an AYITI par la bOn volonte, san pour otan pèrdr de vu, pour boukle progrAm sa a de manyèr efikas e efisyant LETA ayisyen pral oblije "racler les fonds de tiroirs".


Kisa ki te anpeche pèupl lOt peyi yo gouye anba oksidanto yo pour refuze dominasyon yo ?



Amoph

AMOPH;

W ap tonbe lan FASILITE.Se pou sa mwen konn doute ke w se yon AYISYEN vre ki ap viv an BELJIK.
Sistèm FRANSE an se yon fonksyon de ISTWA FRANSE yo;men pa ISTWA nou ,paske nou separe de FRANSE yo sa gen plis ke 200 ZAN.
Moun ki te bay ETAZINI endepandans yo ,ki te fè PATI de BOUJWAZI ANGLE an se pwòp sistèm yo ,yo devlope ,yo adapte l a reyalite yo.
Gade ki BRAVO AYISYEN yo t ap bat lè yo resevwa DANY LAFERRIÈRE lan AKADEMI FRANSE an.Eske w konnen ke tout ansyen koloni PANYÒL yo lan AMERIK lan ,yo tout gen pwòp AKADEMI LANG yo ki endepandan de pa LESPAY lan ,e poutan LESPAY gen yon AKADEMI LANG ki date de premye mwatye 18 yèm syèk lan.
Menm ti peyi PÒV tankou NICARAGUA ak HONDURAS ,ki a po BOUNDA (yon mo ki ize san konplèks o BREZIL) yo gen pwòp AKADEMI yo.
Sa m ap redi ankò ,Sistèm edikatif FRANSE an ,se yon fonksyon ISTWA yo ,e yo chanje l ,yo modifye l lè pou yo fè sa.
FRANSE yo pa egzanp konn ajoute EKZAMEN lè pou yo fè l ,e retire l lè pou yo fè l.

Pa egzanp AMOPH ,FRANSE yo te gen ekzamen SÈTIFIKA ETID PRIMÈ ,yo pa genyen l ankò.Yo te gen 2 BAKALOREYA menm jan ak nou , se yon sèl yo genyen kounye an.
Mwen li ,pouki sa yo fè sa e m ap ajoute ,se yon fonksyon ISTWA yo.
Nou pa bezwen imite FRANSE e li lè li tan pou nou pa fè sa ankò ,li pa t bon ,li pa p bon pou nou.
Pou peyi ou di ki avanse san yo pa retire PYE ""chè"" OKSIDANTO yo sou KOU yo.
DI M YOUN.
Pa genyen ou byen yo trè RA.
Nou pa p fè yon ""pa kita yon pa nago"" si nou pa kòmanse panse pou TET NOU.Sistèm edikatif nou an ,pou li bay bon rezilta pa bezwen imite la FRANS ,KANADA ou ETAZINI.
Li dwe reponn a ISTWA e REYALITE nou ,se konsa n ap avanse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 9:17

Ami TRAVERS;
Calmez vous ,il vous semble que je critique la FRANCE mais ce n'est pas parce que j'ai quelque sentiment de haine pour ce pays.
Comme ce fameux dicton d'un président haitien ""que chaque bourrique braie dans son paturage""

Je resens le fait que certains haitiens persistent à nous donner la FRANCE comme modèle.Vous pourriez les entendre sur des radios en HAITI.Ils usent le français.
C'est pathétique.
Nous sommes haitiens TRAVERS.
Plus de 90% de notre population sont originaires d'AFRIQUE.
Il est temps pour nous d'ètre nous mèmes.
Nous ne sommes pas une colonie française ,nous ne sommes pas un DOM-TOM.Certains agissent comme nous le sommes et c'est ce qui nous tue.

AMOPH;
Kòm ou di ou se AYISYEN ;mwen pran w o mo.
Domininasyon EWOPEYEN yo ,sa w rele OKSIDANTO yo ,se yon bagay relativman resan.Se yon bagay ki date de REVOLISYON ENDISTRIYÈL lan,ki date de kòmansman 19yèm syèk lan.
Àn 1820 ,LACHINE te gen a peprè 25 % PIB MONDYAL.
Lan 16zyèm SYÈK,LA CHINE ak LEND te gen MWATYE PIB MONDYAL lan.
An 1420 LA CHINE te konn konstwi BATO ki te fè plis ke 4 FWA KARAVÈL KRISTÒF KOLON yo.Sot de BATO sa yo se lan kòmansman 19 yèm syèk lan ke EWOPEYEN yo te bati BATO ki ka konpare ak yo.
Ou ka konnen ,petèt se pa sa yo di w.Se CHINWA yo ki te envante PAPYE,ENPRIMRI (se pa t GUTTENBERG),FIZI,KANNON elt
Teknik ke KRISTÒF KOLON ak NEG li yo te aplike pou VWAYAJ li an ,se lan men NÈG NWA (mizilman) ki te okipe SID EWÒP lan yo te aprann li.Yomenm ,yo te aprann li ,lan men CHINWA
Navigatè EKSPEDISYON KOLON an se te yon NÈG NWA yo te rele ESTEVANICO.

Pou m kontinye ;apre ke ANPI WOMEN an te efondre lan 5yèm syèk konsa jis rive 15zyèm ak 16zyèm syèk konsa.Ou te mèt peye yon AFRIKEN pou l al viv ann ÈWÒP ,li pa ta prale.
AFRIKEN te ann EWÒP ,men se te kòm MÈT ak ARAB yo ant 8yèm SYÈK ak fen 15zyèm SYÈK!
Zafè OKSIDANTO ,w ap pale an ,mwen pa konn de ki sa w ap pale.
Yo pa gen anyen de siperyè!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 11:17

merci pour votre reponse
nous somment aujourdhui la situation a changee depuis tout ce temps les mentalites aussi
sauf cette fameuse dette qui je le reconnais vous est due etqui vous servirait de tremplin pour haiti mais ca ca ne depend pas de moi et la sur se sujet je suis completement daccord
suposont que cette dette vous sois rendue elle seraie dilapidee en moins de temps que de le dire
je vous demande pardon mais revenez a la realite
aller debout haiti ,c est vous qui vous sortirez de cette situation ou est votre courage et patriotisme, je vais etre grossier (cassez la gueule a tout ca et en avant haiti merde)

je vous remercie vive haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 13 Juin 2014 - 13:09

TRAVERS;

Il y a des haitiens ""natif natal"" en HAITI ,c'est la peine de le dire,qui veillent aux intérèts de la FRANCE plus que vous.
Celui qui avait soulevé cette quetion de DETTE ,avait été vilipendé ,attaqué de toutes parts.

Aux ETATS UNIS c'est une question ""chaude"".Les descendants des anciens ESCLAVES demandent réparations ;ça fait la une des JOURNAUX et aussi la télévision.

Vous ètes français TRAVERS ,vous défendez votre pays ;mais j'espère que vous me donneriez le droit de défendre les intérèts de mon pays d'origine qui ne sont certainemnt pas les mèmes que ceux de votre pays!
Amicalement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyDim 15 Juin 2014 - 8:04

vous n avez pas compris ce que je suis joel

sans aucune méchanceté je n ais absolument rien contre votre pays
mais votre rage remonte a la surface quand vous me parlez
cela me désole mais je ne vous en veux pas ,je comprend
si mes ancêtres  qui faisaient partie de la bourgeoisie donc des colons  ne faisaient pas partie de ma famille les miens étaient esclaves ici en France de cette catégorie de gens

mon grand père qui travaillait pour son oncle dans une ferme se partageait un hareng pour 7
et un œuf dur couper en 4 cela e passait en 1850 vous voyez sous quel régime nous vivions  cela correspondais a la guerre de  70comme époque
je n ais pas de sang bleu dans mes veines je suis comme vous ,épris de justice et de fraternite ,moi aussi j ai la rage de tout ca et j ai honte ,une honte aussi forte que votre rage
et que puis je faire
merci joel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyDim 15 Juin 2014 - 8:45

Laissez moi vous expliquer d'ou je viens TRAVERS.

Le prestige de la FRANCE doit ètre diminué,aux yeux des HAITIENS ,pas aux yeux des FRANÇAIS.
Pour certains en HAITI ,la façon dont ils considèrent la FRANCE est un ""carcan"" qui les empèche de penser de façon originale.

C'est peut ètre compliqué pour vous qui ètes français ,mais on échange.
Tout est copié de la FRANCE ,mais de la FRANCE du 19ème siècle.

Comme le système d'éducation.
Comme je l'ai déja remarqué.Les FRANÇAIS avaient un egzamen de CERIFICAT D'ÉTUDES PRIMAIRES copié par les HAITIENS mais que la FRANCE ,comme vous le savez ,n'a plus.
Vous aviez 2 egzamens de BACCALAURÉAT ,vous n'aviez plus qu'un seul.

Je lis assidument à propos de votre système.
Avec le vieux système que vous aviez ,que nous continuons d'imiter ;en 1945 ,seulement 3% d'un groupe d'age en FRANCE passait les egzamens du BAC.
En 2013 ,92 % des postulants passaient le BAC GÉNÉRAL.
92%.Grand DIEU ou grand DIABLE.
Mais aussi à cause de votre système ,vous ne croyez plus à DIEU ou au DIABLE.J'ai lu que 1/4 de votre population ne croie pas que DIEU existe;le plus haut pourcentage d'un pays de ""l'OUEST""

TRAVERS ;
Depuis quelque temps ,je lis à propos du système d'éducation chez nos voisins les DOMINICAINS.Je lis ce qu'ils disent et ce que des organismes INTERNATIONAUX disent d'eux.

Si vous ètes HAITIENS c'est vous faire pleurer.
Les DOMINICAINS ont plus de 600000 ÉLÈVES dans l'EDUCATION SUPÉRIEURE .En 2018 ,ils se préparent à graduer 86000 ETUDIANTS dans l'EDUCATION SUPÉRIEURE en 2018 .
Dans tous les DOMAINES .
J'ai lu qu'ils ont introduit le ""computer programming"" dans leurs LYCÉES comme matière OBLIGATOIRE.

En HAITI ,il n'y aura pas plus de 40000 JEUNES gradués dans le egzamens de BACCALAURÉT.
Fin d'études secondaires,grand ""dieu"".Encore ,ce mot ,lol.

Je n'ai aucune ""haine"" pour la FRANCE ,TRAVERS.
Ce que je continue de dire c'est que si nous ne cessons pas cette imitation de la FRANCE comme elle était au 19ème siècle,nous deviendrons un ""bantoustan"" de la RÉPUBLIQUE DOMINICAINE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyDim 15 Juin 2014 - 9:13

merci joel enfin je vous découvre
je souhaite au plus profond de moi même que haiti réussisse de devenir elle même
merci joel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyLun 16 Juin 2014 - 19:48

''je trouve votre jugement mauvais et nefaste vous delivrez de choses fausses
en faisant ca vous empechez les relations qui pouraient se crees entres les personnes
un jeune haitien qui n a jamais vu un francais doit se dire 'ho la la c est des gens terribles
alors que c est tout le contraire et en memme temps vous nous donnez des idees nefastes sur haiti
je regrete cet etat de choses tant qu il en sera ainsi vous courrez toujour derriere la camionette en vociférant....''
DIXIT TRAVERS


Vous perdez votre temps. Ce pauvre bougre est un être désincarné. Il s'en prend à des millions de gens sans vraiment les connaitre ou encore les comprendre.

Vous êtes un témoin vivant  qui lui rappelle que le Français est loin d'être des gens terribles et ignobles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyLun 16 Juin 2014 - 20:33

TRAVERS;

Il y a un dicton en HAITI ""Pran batay san baton"".

Il y a des ""haitiens"" qui sont plus royalistes que le roi.Ils se comportent comme s'ils sont plus français que vous.

Ami TRAVERS;

Ce sont eux qui font l'opinion en HAITI.Ils ne tolèrent pas de contradictions,ils agissent en FASCISTES.

Pour repeter ,je n'ai rien contre des gens comme vous.
Haiti,pour s'en sortir ne devra imiter personne.La solution devrait ètre haitienne/
La FRANCE est un pays qui nous avait colonisé ,il y avait plus de 200 ans.Nous avons plus de 210 ans d'INDÉPENDANCE.

Nous avons notre LANGUE ,notre CULTURE qui ne sont pas françaises.
En bon PATRIOTE FRANÇAIS ,j'espère que vous comprendrez!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyLun 16 Juin 2014 - 22:37

oui tres bien joel tres bien merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMar 17 Juin 2014 - 10:00

Travers tout ti peyi karayib, Amerid di Sid ak Santral yo, tankou lafrik te sibi lesklavaj. Yo tout te sou lobedyans kolon Angle, Potigè, Franse, Espay.

Ayiti lage konn ak Franse GENYEN plis 200 zan. Meriken pran relèv preke 100 zan déjà. An matyè kiltirèl ak lengwistik ti nèg refize konprann peyi ak prezans Franse pral kreye yon lang kreyol nan peyi tankou Ayiti, Matinik, Gwadlouop, Sentlisi e latriye.

Se saki pral bannou apre lendenpandans istwa lekol an Franse an Ayiti kote lang kreyol poko te kodyom. Jouk jounen jodyè lang sa gen bout pou fà anko sitou ak devlopman teknolojik e latriye. Referans tout Ayisyen se toujou Franse. Dayè ti nèg komanse konprann echek Ayisyen se nan move kopyado yon sistèm an plis kalite anseyman. Se pa ditou kèksyon  lang.

Se byen revolisyon kitirèl ak  lengwistik ti nèg enteresan, nan pwen moun ki gen oken pwoblem ak sa. Men gade byen tout lot peyi tyèmond pran anvol yo. Menm peyi Afriken yo kèlke swa orijinn lengwistik yo ap dekole.

Zafè rayisman Franse lakay nou se sitou pretesk move jesyon, koripsyon, vyolans, ti nèg dAyiti depwi Franse  yo te kite peyi sa.

Travers pa kite manipilasyon ti nèg ki vle kanpe sou yon bit se akoz la Frans sesi ou byen sela. Pwoblem Ayisyen se nou menm Ayisyen. Nou enkapab kom tout peyi ki soti anba grif peyi  kolonyal yo evolye, avanse.

Gade ti Jamayik se pa ditou Angle ki rann yo miyo, ni se kilti ou byen lang Angle. Se Jamayiken onèt, moun serye ki travay pou peyi yo.

Nou kap pase pran Brezil yo depase menm Potigè ki bayo yon lang.

Tarvers nan istwa peyi sa gen anpil koze ki kache, gen anpil lobey ti nèg komanse depwi FRANSE lese peyi sa.

Joel se bon eritye koken sayo, ki chita jounen jodyè sou lahenn, , move fiksayon sou kolon Franse yo vle rann responsab tout malè yo, tout move politik ak koripsyon.

Franse sèvi kom boukemisè pandan Meriken ap fè lavinwonn dede depwi 100 lane nan peyi sa. Pou rekomanse anko yon lot fom dominasyon. Kisa ti nèg plis pwofite, ki pi miyo pou yo. Kom se bon jan Angle yo retire anplis  lajan pansyon yo, zafè denigre yo pa gen sa pyès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMar 17 Juin 2014 - 10:38

TRAVERS ;

Mwen pa konnen si w konprann ,men kòm NÈG adrese w an KREYÒL m ap fè sa tou ,petèt w a konprann.

KREYÒL lan pa kanpe sou 2 PYE MILITÈ l se fòt ZÒT.Yo pa janm vle kite sa fèt ,jis jounen jodi an yo alawonyay pou sa pa fèt.

Se pou NÈG konnen ISTWA LANG ANGLE ,PANYÒL ak PÒTIGÈ pa menm lan ansyen KOLONI yo menm jan ak ansyen koloni FRANSE yo ki pale KREYÒL.

Kolon FRANSE ki kite LANG KREYÒL lan ,ann AYITI,DOMINIK,GRENAD,SENTLISI menm TRINIDAD pa t pale FRANSE.
An FRANS a lepòk ke AYITI te pran ENDEPANDANS an 1804,pa t gen anpil FRANSE ki te pale lang FRANSE an.
Se te yon LANG REJYONAL ,ke yo te pale lan rejyon ""ILE DE FRANCE"" a rebò PARIS.

Mwen konnen ZÒT toujou ap tounen lan zafè MOUN gen RAYISMAN pou la FRANS.
NON!
Nou pa gen anyen pou nou wè ak la FRANS!
Nou pa gen anyen pou nou wè ak lang FRANSE an ,menm jan nou pa gen anyen pou nou wè ak ANGLE ou PANYÒL.
Byen ke li plis lan avantaj nou pou nou ta pale e aprann ANGLE ou FRANSE.
Se LANG sa yo pale lan ZÒN kote nou ye an.

Yo pa p di MOUN pa aprann FRANSE.
Nou rive lan yon pwen tèl ke se pou yo rele apre ZÒT ,paske y ap ANGLOUTI nou.

LEPANDYÈ ki prezidan KONSÈY ELEKTORAL mwen te tande misye lan yon ENTÈVYOU!
Jounalis yo te ap poze misye kesyon an KREYÒL e misye t ap reponn an FRANSE.
Mwen te tande misye ap bay plizyè ENTÈVYOU.
Se konsa li te aji .
POUKI SA?
Mwen kwè ke misye rele FRITZO CANTON.Sa ankapsile PWOBLÈM nou genyen.

NON!NON!MIL FWA NON!
Vire DO bay pratik sa yo.
Nou pa FRANSE ;la FRANS kite AYITI sa gen plis ke 210 ZAN.
La FRANS te kite nou anvan yo te kite LA GRENAD,DOMINICA,SENTLISI.
Li lè pou nou pran WOUT nou,PWÒP WOUT NOU;ki pa gen anyen pou l wè ak la FRANS.
Se pa RAYISMAN!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
travers
Super Star
Super Star
travers

Masculin
Nombre de messages : 2130
Age : 68
Localisation : dans le petrin
Opinion politique : boulanger
Loisirs : hehehe!!les filles
Date d'inscription : 25/08/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le cathare

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMar 17 Juin 2014 - 12:11

jai tres bien compris RICO ET JOEL j ai decortiquer mais ca va
avec de la bonne volonte ca va je dechifre votre sintaxe
et je vois que c est un probleme purement haitien
aussi je suis d accord que si vous avez des mot, des brides de francais dans votre creole vous n etes en aucunes facons francofones
pourtant on se comprend malgre tout
ce que je ne comprend pas c est que vous n arriviez pas a decoler ca ca me stupefait chose qui chez nous parait impossible
merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyMar 17 Juin 2014 - 16:01

travers a écrit:
jai tres bien compris RICO ET JOEL j ai decortiquer mais ca va
avec de la bonne volonte ca va je dechifre votre sintaxe
et je vois que c est un probleme purement haitien
aussi je suis d accord que si vous avez des mot, des brides de francais dans votre creole vous n etes en aucunes facons francofones
pourtant on se comprend malgre tout
ce que je ne comprend pas c est que vous n arriviez pas a decoler ca ca me stupefait chose qui chez nous parait impossible
merci


Ami TRAVERS;

On n'arrive pas à décoller comme vous le dites ,c'est parce que beaucoup d'haitiens ne se comportent pas comme si ils étaient haitiens.
Ça ne date pas d'aujourd'hui mais il est temps pour nous de nous ressaisir.
C'est notre élite ,ceux qui sont aux commandes qui se comportent de cette façon.

Comme vous pouvez le savoir TRAVERS,le VIETNAM était une colonie française.Les élites étaient éduquées en FRANÇAIS.
La langue vietnamienne ,comme notre langue CRÉOLE était reléguée aux masses populaires mais c'était la seule langue que ces masses vietnamiennes parlaient.
Au lendemain de la victoire de DIENH BIEN PHU ,HO CHI MINH et le VIET MINH avaient la sagesse de déclarer le VIETNAMIEN comme seule langue nationale.Ils voulaient unir tous les VIETNAMIENS.
Ils n'ont jamais regardé en arrière.
En ce qui nous concerne ,en 1804 ,pas mème 2% de la population en HAITI parlait et comprenait le FRANÇAIS alors que la population ,presque tous parlait le CRÉOLE.

Pour vous aider à comprendre TRAVERS.
Nous sommes l'un des très rares pays INDÉPENDANTS ou nous devons apprendre une langue qui n'est pas la notre pour apprendre à l'école.
C'est difficile pour quelqu'un comme vous de comprendre.
Nous devons résoudre cette question de LANGUE.Nous devons commencer par la.
Nous devons cesser d'imiter la FRANCE ,nous ne sommes pas ""français"" ni dans notre langue ,ni dans notre culture    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyJeu 19 Juin 2014 - 9:13

Wi se pou nou konnen ki jan ti FRANSE yo ap aji ,anvan nou imite yo.
An FRANS ,ti moun yo refize aprann literati FRANSE ke yo di jounen jodi an ,pa p ITIL yo anyen.

Ann AYITI menm ou tande NÈG ap korije MOUN ap di se konsa yo di tèl bagay ou tèl bagay.
Lan ki sa ,sa konsène AYISYEN ou pa konnen.
Se konsa ,anvan LEOPOLD SEDAR SENGHOR te mouri ;misye te konn rele pou l korije moun ki ap fè fot franse sou RADYO.
Gen yon gwoup JÈN SENEGALÈ ki kanpe pou yo di FRANSE se yon pèt de TAN ,sispann anmègde MOUN lol..

Se pou nou vini lan reyaksyon TIMOUN ki konpoze lan LITERATI FRANSE lan BAKALOREYA 2014 lan ,an FRANS.
Yo ba yo yon TÈKS VICTOR HUGO pou analize.
Timoun yo mande anraje ;pou yo joure MANMAN VICTOR HUGO ,sou REZO SOSYAL yo;

http://tempsreel.nouvelobs.com/bac-2014/20140618.OBS0859/bac-2014-victor-hugo-il-m-a-pris-la-tete-truc-de-fou.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16483
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN EmptyVen 20 Juin 2014 - 17:47

Mwen li TÈKS sa a sou NOUVEL OBSERVATEUR jodi an ;li fè m tranble.
Anpil TIMOUN nou yo se zafè DISÈTASYON sa a ki fè yo pa reyisi lan BAKALOREYA.
Se bagay sa a ki fè y ap plede etidye anba poto elektrik,paske gen yon PRATIK pou TIMOUN yo ki paka fè yon bon DISÈTASYON vre pou yo etidye yon pakèt DISÈTASYON ak ESPWA se youn ladan yo ki ap sòti.

Genyen l ,lan LITERATI FRANSE ,ISTWA DAYITI ;se youn lan pi gwo rezon se anviwon 40% TIMOUN ki ap pase EKZAMEN BAKALOREYA a .
Yon GASPIYAJ MONIMANTAL.
An FRANS se sèlman ant 10 ak 15% TIMOUN yo ki chwazi DISÈTASYON an e ESPESYALIS lan di ke se yon bagay INITIL:





Qui a eu cette idée folle d'inventer la dissertation ?
Véronique RadierPar Véronique Radier
Voir tous ses articles
Publié le 17-06-2014 à 15h49
Mis à jour le 19-06-2014 à 08h44
A+A-
Claude Lelièvre, historien de l’éducation, nous raconte comment ce progrès républicain s’est mué au fil du temps en épouvantail pour les lycéens.
Portrait non daté de Jules Ferry (1832-1893) qui fut maire de Paris, ministre de l'Instruction et président du Conseil. (AFP) Portrait non daté de Jules Ferry (1832-1893) qui fut maire de Paris, ministre de l'Instruction et président du Conseil. (AFP)
Bac 2014 : le corrigé de l'épreuve d'histoire géo en séries L et ES
La dissertation, avec son immuable plan en trois parties, elles-mêmes subdivisées en trois sous-parties d’égale importance, sa mystérieuse problématique, et ses règles absconses : l’introduction qui ne doit pas introduire, mais annoncer le sujet, la conclusion qui doit "élargir" la problématique… Mais comment est donc né cet exercice ultra formaliste, propre à la France et objet d’étonnement notamment pour les étudiants étrangers, habitués aux "essais", travaux de réflexion dont la forme est bien plus libre.

Professeur en histoire de l’éducation, agrégé de philosophie et auteur de nombreux ouvrages sur l’école, Claude Lelièvre apporte des révélations inattendues sur notre bonne vieille dissertation qui, voulue par ses concepteurs comme une modernisation et un progrès, finit par produire aujourd’hui l’inverse. Au point que, selon les derniers chiffres du ministère de l'Education nationale, les lycéens ne sont plus qu’une fraction, 10% à 15% tout au plus, à oser s’y frotter aujourd'hui le jour du bac, que ce soit en philo, en français ou en histoire-géo… Interview.

Comment et pourquoi a-t-on inventé la dissertation ?

- A l’époque, il s’agissait de moderniser le bac. C’est Victor Duruy, l’un de nos grands ministres de l’instruction publique, qui, en 1866, a souhaité sa création pour lutter le "bachotage", phénomène qui, contrairement à ce que l’on imagine, ne date pas d'aujourd’hui... A l’issue de la classe de rhétorique, le bac se passait en deux parties, dont l’une était consacrée à la philo. Les lycéens d’alors devaient composer sous la forme d’une "rédaction", en fait de simples questions de cours. Or, beaucoup se procuraient des corrigés et ne prenaient plus la peine de venir en cours. Et les professeurs finissaient par se trouver devant des classes vides ! D’où la création de la dissertation, pour laquelle il ne suffit pas de résumer des questions de cours mais où il faut montrer que l’on est capable de démêler le vrai du faux, de réfléchir.

Mais s’agissait-il déjà d’une dissertation telle qu’on la connaît aujourd’hui, avec ses règles très strictes ?

- La dissertation voulait moderniser l’enseignement et l’évaluation des lycéens, mais dans son sillage, on a assez rapidement vu émerger de nouveaux manuels de conseils, et c’est sous leur impulsion que celle-ci s’est peu à peu figée, avec une forme très définie, qui suscite l’étonnement des étudiants des autres pays ou les "essais" n’ont pas ces exigences formelles.

Assez vite s’est imposé un modèle en quatre parties : préambule, corps d’argumentation, récapitulation, puis conclusion.  Avant de dériver sous sa forme actuelle dans les années 1920 avec l’ouvrage de Félicien Challaye : "La dissertation philosophique", qui pose la discussion et la confrontation entre des thèses comme l’essence de la philosophie. D’où le fameux plan en trois parties, thèse, antithèse, synthèse, toujours en vogue aujourd’hui. Celui-ci a été en quelque sorte gravé dans le marbre par Denis Huisman, également auteur d’un manuel célèbre et qui affirmait : "Ce plan représente une clé universelle".

Et nous en sommes pour bonne part encore là aujourd'hui, puisqu'un arrêté ministériel du 12 juillet 2001 pose que la dissertation doit être "assumée et défendue comme le patrimoine non négociable de l’enseignement philosophique élémentaire". C’est un monument !

Il s’agit donc d’une dérive des pratiques ?

- Absolument, et c’est encore plus remarquable pour la dissertation de français. En 1880, le bac était forcément greco-latin et le républicain Jules Ferry a voulu replacer le discours en latin par une dissertation de littérature française. Cela n’avait alors rien à voir avec notre actuelle "sainte trinité", thèse, antithèse, synthèse.

Les républicains avaient des visées démocratiques mais aussi nationalistes : affirmer la valeur et l’importance de la littérature française par opposition au latin, langue de l’église. Les sujets et les attentes étaient alors très différentes, on pouvait demander aux futurs bacheliers d’expliquer une citation, un extrait, de les développer, ou même de donner leur sentiment personnel. Mais au fur et à mesure s’est développée l’idée que l’on doit avant tout peser le pour et le contre d’un sujet et non se contenter de "faire semblant" par pure rhétorique.

C’est par contagion de ce qui se pratiquait déjà en philosophie que la composition ou dissertation de français s’est à son tour figée dans une forme très codifiée. Mais aussi parce que les enseignants n’ont pas souhaité, comme c’était l’intention des dirigeants de l’époque, enseigner le français de la vie quotidienne, celui des courriers administratifs,  de la vie professionnelle. Ils ont voulu eux aussi, comme leurs collègues de latin et de grec, enseigner les beaux textes, la littérature. Il faut comprendre qu’à l’époque, imposer le français à la place du latin à l’école, même publique, n’avait rien d’évident ! C'était un véritable tremblement de terre.

Et cette fameuse problématique, terreur de bien des lycéens ?

Elle n’est mentionnée dans aucun texte à ma connaissance, pas plus d'ailleurs que la forme du plan pour la dissertation de français... Là encore, ce sont les manuels de préparation et l'évolution des attentes, des pratiques qui l'ont peu à peu imposée.

Propos recueillis par Véronique Radier - Le Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty
MessageSujet: Re: SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN   SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SI NOU VLE IMITE FRANSE YO;IMITE YO BYEN
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» À nous quoi sert le Français ?
» Yon bon ekzanp itilite lang franse ann Ayiti
» Lula ap pouse pyon. Konpatryot w'ap tande. Se trè byen. Le débat promet
» ANTREVI MARTELY-TV5 MEZANMIRO SAN DEFANN LI , PREZIDAN BYEN PÈFOME
» TU TUD AK MINOUCHE BYEN BRODÈ NAN DJÈT PRIVE YO AP FILE TOU DWÈT AN AYITI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Le coin des mélomanes-
Sauter vers: