Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-10%
Le deal à ne pas rater :
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
179 € 199 €
Voir le deal

 

 EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptySam 9 Aoû 2014 - 13:08

EXPRIMEZ-VOUS! = PE LA!

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Dejean10

Minis Edikasyon Nesmy Manigat di li konstate echèk sistèm edikasyon an, kidonk, li anonse 12 desizyon pou atake pwoblèm serye epi ijan sa a.

Kouman fè nan 12 desizyon minis lan anonse yo, li pa di anyen osijè itilizasyon kòrèk epi sistematik lang Kreyòl nan tout nivo sistèm edikasyon an?

Li pa di anyen non plis osijè itilizasyon apwopriye pou lang etranje tankou lang Angle, lang Franse ak lang Panyòl nan tout lekòl peyi a? (referans: gade travay pwofesè Michel Degraff - MIT).

Kanaval Miki òganize ak La République de Pétion-Ville yo toujou fèt san reta, Èske, deklarasyon Minis Manigat yo vle di, ane sa a, lekòl ap resi louvri pòt yo san reta?
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17129
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptySam 9 Aoû 2014 - 15:59

Mesye sa yo ,an GÈ ak ti MOUN yo.
Mwen te li sa yon EDIKATÈ AMERIKEN te di a pwopo de lekòl ann AYITI.Misye di ke ECHÈK lan se yon bagay ki tèlman sistematik ke sèl eksplikasyon sè ke se yon bagay PLÀNIFYE ,PROGRAME.
Se pou w tande jan NÈG ki kontwole ENFÒMASYON an ,ann AYITI ap defann FRANSE an lan lekòl yo ann AYITI.

Ayè VANDREDI an mwen tande yon swadizan ""kritik literè"" ap pale de ETAZINI ak la FRANS ,pou l defann lizaj FRANSE an lan lekòl toujou.
Ki sa ETAZINI genyen pou l wè ak anyen?
""GENIUS"" lan (lol) pa reyalize ke se lan lekòl preske tout ti AYISYEN aprann FRANSE.
Seryezman ,TIMOUN yo ta ka aprann ANGLE ,PÒTIGÈ ,PANYÒL ou byen CHINWA lan lekòl tou.
An pasan FRANSE yo an FRANS vle aprann ANGLE depi lan KLAS MATÈNÈL yo pou yo sa fonksyone lan KOMINOTE EWOPEYEN an.
Se ann ANGLE ke delege lan BRIKSÈL yo kominike an jeneral.
Se pa pi sòt mesyedam yo pi sòt pase sa,se movèz fwa.se ,krèvkè.
30% TIMOUN yo pa pase lan EKZAMEN 6ZYÈM AK 9YÈM ANE FONDAMANTAL yo.
Lè yo pral bay REZILTA BAKALOREYA premyè PATI an ,ant 60 ak 70 % TIMOUN yo pa p pase.
Mwen pa p janm ka konprann pou  TIMOUN yo ki pase EKZAMEN 9yèm ANE an ,e sou 10 TIMOUN sa yo ant 6 ak 7 ap echwe BAK  PREMYÈ PATI.
Sa k pi rèd lan ,Mwatye TIMOUN ki pase BAK PREMYÈ PATI an ,echwe BAK 2zyèm PATI an.
ADYE!!!!


Dernière édition par Joel le Dim 10 Aoû 2014 - 7:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptySam 9 Aoû 2014 - 17:41

Mesye lavalas se pa ditou yon kèksyon lang, se yon pwoblèm move aprantisaj,se nan manti nou chita
Kèlke swa matyè, lang, syans e latriye, pa gen prof de kalite nan pi fo lekol sou teritwa.
An plis move pratik nan peyi sa sitou nan Lise piblik yo ak lekol prive bidon elèv rantre san egzamen nan nenpot klas ak yon pwoteje makout ou moun an posizyon de fos.

Se yon veritab bringandaj nou vle rann responsab yon lang ki pa gen anyen arevwa. Nou telman manti egzanp yo la devan nou ak lekol Mè, Pè ak Frè kèlkeswa nivo elèv la yo asire tout ti moun yon anseyman de kalite ak meyè prof.

Se osi sèten kolèj prive ki pran bon mezi pou asire yon anseyman de kalite. Yo fini segondè yo ak metriz ke se franse ou lot matyè. Nou rankontre anpil nan peyi blan ke se Ozeta, Frans ou Kanada. YO AN MINORITE MEN SE AYITI YO TOUT GENYEN LE SAVWA.

Finalman pwoblèm tout lè zot yo se yon kèksyon prof pa genyen ou byen ki pa a nivo dabo.

SE LA POU TRAVAY POU REZOUD PWOBLÈM NOU.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17129
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptyDim 10 Aoû 2014 - 8:00

www.tanbou.com/2002/fall/CreoleEcoleRationalite.htm


Créole, école, rationalité
—Yves Dejean 18 novembre 2001
Texte à paraître dans la Revue Chemins Critiques

I. Prélude à l’irrationalité

1. Questions d’un visiteur américain
Mardi 10 octobre 2000, vers une heure de l’après-midi, alors que je marchais de la station-service «Paloma» jusqu’à l’impasse où j’habitais en face de l’entrée du marché de Carrefour, j’ai été submergé par le flot d’élèves déversé par les écoles de la zone, en particulier le Juvénat des Frères du Sacré-Cœur. J’ai sans doute croisé un millier d’enfants et d’adultes qui les accompagnaient. Heureux de ce bain de foule, je me suis longuement arrêté près de la sortie du Juvénat. J’ai imaginé une rencontre, à cet endroit, entre un visiteur américain et un enseignant haïtien parlant l’anglais. Prêtant l’oreille au bourdonnement de ces centaines de voix d’un flot humain émettant un flot de paroles, j’ai pensé au dialogue échangé entre eux:
A J’aimerais tant savoir ce que disent ces enfants. Dommage qu’ils ne parlent pas anglais!
E. Dommage que vous ne parlez pas leur langue!
A C’est vrai. Je connais un peu de français. Je n’ai pas l’impression qu’ils parlent français.
Quelle langue parlent-ils?
E. Ils parlent créole. Tout le monde parle créole en Haïti.
A Est-ce que l’enseignement scolaire se fait en créole?
E. Non. L’enseignement est en français.
A Pourquoi l’enseignement n’est-il pas en créole?
Est-ce que tous ces enfants connaissent aussi le français?
E. Non. Ils apprennent le français à l’école.
A Est-ce que les parents de ces enfants parlent français?
E. Quelques-uns seulement.
A D’après vous, quel pourcentage?
E. Je dirais à peine dix pour cent.
A Vous voulez dire que 90 % des parents de cette masse d’enfants que nous voyons défiler sous nos yeux ne parlent pas français couramment?
E. Ces parents ne parlent pas français du tout.
A Je suppose donc que 90 % des enfants que je vois là ne parlaient pas du tout français à leur entrée au jardin d’enfant ou à l’école.
E. Vous avez raison.
A Est-ce que c’est comme ça à Carrefour seulement?
E. Non. Partout en Haïti. Certains linguistes, comme Yves Dejean, estiment seulement à 2 ou 3 pour cent le nombre d’Haïtiens parlant français sur les sept millions d’habitants du pays.
A Mais alors, est-ce que ces écoliers arrivent à parler couramment français après quelques années de fréquentation scolaire, disons quatre ou cinq ans?
E. J’enseigne dans le secondaire depuis quinze ans. En toute honnêteté, je me vois obligé de vous répondre que même après dix ans d’école, la très grande majorité des élèves ne parle pas couramment français. C’est l’opinion de l’ensemble des enseignants compétents d’Haïti.
A Au moins est-ce qu’ils savent lire le français?
E. En pratique, presque tous arrivent à lire le français à des degrés divers.
A Donc, ils comprennent bien ce qui est écrit en français dans les livres, revues, journaux, annonces, prospectus, modes d’emploi, etc.
E. Je ne le pense pas, du moins pour la majorité.
A Mais qu’est-ce que vous appelez savoir lire? Dans mon pays, on qualifie d’illettrés (donc ne sachant pas lire) ceux et celles qui ne réussissent pas un test de compréhension d’un texte écrit en anglais, si l’anglais est leur langue maternelle, texte que devraient comprendre très bien, en un temps relativement court de lecture silencieuse, tous les élèves anglophones de neuvième année (ninth grade).
E. À ce compte, la plupart de nos élèves et de nos anciens élèves ne réussiraient pas un test semblable en français, à moins d’avoir appris le texte et son explication détaillée par cœur.
A Mais pourquoi ne pas leur donner à lire des textes écrits en créole?
E. Ils ne lisent pas en créole. Ils ne savent pas lire le créole. Moi, qui vous parle, je ne sais pas lire le créole.
A Parlez-vous couramment le créole?
E. Bien sûr, comme toutes les personnes nées et élevées en Haïti, et depuis que j’ai commencé à parler.
A Et vous pouvez parler et lire l’anglais. Vous comprenez un article sur Haïti du New York Times, du Washington Post, du Boston Globe, du Miami Herald.
E. Et chaque fois que j’en ai l’occasion, je lis ce que publient sur Haïti Le monde, Le monde diplomatique, La Croix, Le Figaro, et même Paris-Match.
A Mais pourquoi n’apprenez-vous pas à lire le créole?
E. C’est difficile. Et il n’y a pas d’orthographe.
A Je suis étonné. Avant de me rendre en Haïti, j’ai consulté un de mes amis américains qui vit à Port-au-Prince depuis quinze ans. Il m’a montré trois dictionnaires anglais-créole publiés aux États-Unis et d’autres livres. Il y avait un recueil de poésies d’un grand écrivain haïtien mort à Miami…
E. Morisseau-Leroy, l’auteur de Dyakout.
A Il m’a fait voir une édition créole de la Bible de 1999, je crois. Tous ces livres étaient écrits selon une orthographe, officielle depuis janvier 1980, m’a dit mon ami.
E. Ah? En tout cas l’enseignement se donne en français.
A Et vous obtenez de bons résultats?
E. Malheureusement, non. Les examens du baccalauréat aboutissent à la catastrophe depuis plusieurs années. Entre 20 et 30 pour cent de réussite. C’est triste.
A Moi, je n’aurais pas réussi à obtenir mon diplôme de highschool, mon BA et mon Master en électronique, si on m’avait forcé à aller à l’école en allemand ou en espagnol depuis l’enfance. Les enfants d’Haïti sont bien malchanceux.
E. Moi, j’ai la chance d’être parmi le petit nombre des élus. Je parle couramment français et je lis trois grandes langues: français, anglais, espagnol.
A J’ai l’impression que nous concevons très différemment l’apprentissage, la connaissance et la maîtrise de la lecture et le but d’une longue éducation pour tous.
Les rires, les cris joyeux, les voix de ces fillettes et garçonnets de mon pays, bavards et pleins de vie, que j’observais depuis un long moment, m’ont tiré du dialogue imaginaire du visiteur américain et de l’enseignant haïtien. Les hommes et les femmes qui enseignent dans les écoles américaines ont une bien meilleure situation économique que les professeurs, les institutrices et les instituteurs d’Haïti. Les conditions sont différentes; les problèmes ne sont pas identiques. Mais le fonctionnement du cerveau et de l’intelligence est le même partout pour tous les enfants et tous les êtres humains. Il n’y a pas de lecture réelle sans compréhension. Le simple décodage est un aspect mécanique et mineur de l’activité de lecture.
Tous les enseignants informés du monde ne peuvent que partager l’essentiel des idées exprimées par un surintendant des écoles de Miami-Dade County dans le Miami Herald du 13 octobre 2000, idées qui présupposent la lecture de textes écrits dans une langue parfaitement comprise, assimilée et maîtrisée par les jeunes élèves-lecteurs de tous les niveaux.
Il n’y a que des cerveaux dévoyés par l’influence d’un système scolaire aberrant à ne pas pouvoir reconnaître cette vérité élémentaire que toute connaissance qui s’acquiert par la parole orale ou écrite passe par un système linguistique déjà possédé, en d’autres termes, par une langue déjà connue.
On remarquera dans la traduction du texte du surintendant une formule intéressante qui mérite d’être particulièrement soulignée: apprendre à lire et lire pour apprendre.
À propos de la correspondance de Betty J. Roberts et Dawn-Marie Hart au Forum des lecteurs sur écoles et lecture.
«Le cours de lecture n’est pas une matière facultative»
«…Il y a trois ans, le Bureau Scolaire du comté de Miami-Dade, sous la direction du docteur Michael Krop, reconnaissait la nécessité cruciale d’améliorer l’enseignement de la lecture.
Le Bureau entreprit et mit en exercice le Plan Global de Lecture. L’essentiel du plan c’est d’amener les élèves à apprendre à lire et à lire pour apprendre. Comme partie du plan, la lecture n’est pas une matière facultative. C’est la composante essentielle à enseigner à tous les élèves dans toutes les matières et à tous les niveaux pour arriver à la reconstruction du sens.
Au niveau secondaire, des cours facultatifs de lecture sont offerts aux lecteurs moins avancés. L’accélération du progrès en lecture et le succès obtenu dans la réduction de 26 à deux du nombre d’écoles qui ont reçu la mauvaise note F indiquent que la lecture est une priorité. Chaque enfant devrait lire au niveau de la deuxième année avant de passer à la troisième année.
Dans ce but, nous disons qu’un enseignement réussi de la lecture est un mandat confié à chaque école, à chaque administrateur et à chaque enseignant faisant partie du système.»
—Roger C. Cuevas, surintendant des écoles publiques du comté de Miami-Dade, Miami . (Ma traduction, voir la note 1)
2. Changer le nom de la rose?
Dans la préface de Freeman et Laguerre (1996: vii), Freeman essaie de justifier sa double décision de se servir du terme haïtien et de rejeter l’appellation de créole utilisée depuis 250 ans par tous les locuteurs du créole, du français, de l’anglais ou de l’espagnol qui ont vécu dans la partie ouest de l’île surnommée Hispaniola par les premiers conquérants européens (1492), Saint-Domingue par les colonisateurs français (1697) et de nouveau Haïti par les fondateurs de la patrie haïtienne après l’indépendance (premier janvier 1804). Il aurait pu le faire logiquement en s’appuyant sur le principe de l’arbitraire du signe formulé par Saussure (1969: 100), entre 1906 et 1911: «le signe linguistique est arbitraire», ce qui signifie qu’il n’y a aucun lien nécessaire entre une série de sons que nous émettons et le sens auquel ils sont associés. Il serait donc possible de surnommer amatala ce que l’on appelle traditionnellement créole en Haïti ou de préférer à ces deux mots le terme d’haïtien, comme l’a fait, sans succès, Michelson Hyppolite (1978: 23, 147). Mais il est irrationnel d’appuyer une décision individuelle, arbitraire et capricieuse de changer le nom populaire plus que deux fois séculaire d’une langue à partir d’un raisonnement analogique du genre:
Les Italiens appellent italien la langue de l’Italie.
Les Français appellent français la langue de la France.
Les Turcs appellent turc la langue de la Turquie.
Les Haïtiens devraient appeler haïtien la langue d’Haïti
«tout juste comme le font d’autres nations» (just as do other nations).
Un raisonnement analogique de ce genre n’est pas contraignant. La conclusion ne découle pas nécessairement des prémisses. Il n’est pas convaincant sous la plume d’un citoyen anglophone des États-Unis d’Amérique. Il suffit pour s’en rendre compte de reprendre sa formule «tout juste comme le font d’autres nations» et d’y ajouter la constatation suivante: surtout pas en Amérique.
Les nations d’Amérique du Nord comptent, aux USA seulement 281 millions de personnes recensées en 2000 dont plus de 250 millions ne comprennent et ne parlent que l’anglais sans éprouver le moindre désir de le rebaptiser américain. Le Canada a officialisé les deux langues de ses deux principaux groupes ethniques: l’anglais et le français. Plus de cent millions de Mexicains ne se connaissent pas d’autre langue que l’espagnol. L’Amérique Centrale utilise sans état d’âme le nom de la langue de la majorité de ses habitants, l’espagnol, parallèlement aux appellations qui désignent les citoyens qui la composent, par exemple, Costaricains, Honduriens, Nicaraguéens. La Caraïbe reconnaît l’emploi généralisé de la langue espagnole à Cuba, en République Dominicaine, à Porto Rico. Et l’on sait qu’à côté du néerlandais, le papiamento est parlé par les Curaçaolais et leurs voisins d’Aruba et de Bonaire. L’Amérique du Sud a comme langues principales, à côté d’une variété de langues amérindiennes, l’espagnol, en Argentine, au Chili, en Colombie, en Uruguay, au Vénézuela et le portugais au Brésil. Des minorités indiennes ou métisses numériquement importantes en Equateur, au Paraguay, au Pérou, n’ont pas dénommé équatorien, paraguayen ou péruvien leurs langues bien connues sous les noms de quechua, aymara, guarani.
Bref, un raisonnement analogique basé sur une comparaison des noms des citoyens des nations faisant partie de l’Organisation des états américains (OEA) et des appellations des langues parlées par les majorités de ces pays devrait inciter les Haïtiens à conserver le nom de créole, si jamais l’idée d’un changement en ce domaine effleurait l’esprit de l’immense majorité créolophone unilingue et de l’ensemble des membres de la toute petite minorité bilingue (ce qui n’est pas le cas). Et un coup d’œil rapide sur les autres continents n’ébranlerait pas la possession tranquille du nom de leur langue, malgré l’identité fréquente en Europe des noms de peuples et de langues. On voit cependant les Irlandais et les Ecossais parler l’anglais et/ou le gaélique plutôt que l’irlandais ou l’écossais; les Belges s’exprimer en français, en flamand ou en allemand, plutôt qu’en belge; et les Suisses en allemand, français, italien et rhéto-roman; les Grecs en démotiki et katharévousa.
Le monde arabe se présente comme parlant l’arabe plutôt que le marocain, le tunisien, l’algérien, le libyen, le saoudien, le libanais, le syrien, le jordanien, le palestinien. Les Israéliens s’en tiennent au nom traditionnel d’hébreu (ivrit). En Afrique on trouve les Tanzaniens, en très grand nombre locuteurs du swahili, les Nigérians locuteurs du haoussa ou de l’igbo; au Sénégal une majorité parlant wolof; au Congo Kinshasa, beaucoup d’usagers du lingala; en Afrique du Sud, de l’afrikaans et de l’anglais. En Asie, le bengali, l’hindi, le marathi, l’ourdou ne correspondent pas aux noms des millions de citoyens des pays concernés. En Afghanistan, le pashto et le persan afghan sont les langues principales. Les Philippins parlent surtout le tagalog et l’ilocano. En Australie, l’anglais n’est pas appelé l’australien. Enfin on rappellera que les Nations Unies comptent 189 états membres alors qu’on estime les langues du monde à cinq ou six mille. Le peu de force logique du raisonnement analogique de Freeman le porte à s’appuyer sur deux autres considérations. Un souci de dignité devrait porter les Haïtiens à renommer leur langue haïtien, comme l’ont fait les Italiens pour la leur. En outre créole est un terme vague.
Je ne connais aucun témoignage historique attestant le moindre sentiment de gêne ou de honte vis-à-vis de l’appellation créole dans la population des campagnes et des villes d’Haïti et je n’ai jamais eu l’occasion d’identifier une réaction de ce genre pendant près de cinquante ans de contact avec des compatriotes de toutes les couches sociales et de toutes les zones géographiques. De plus aucune préoccupation de dignité ou de prestige, lors de l’unification politique de l’Italie au 19e siècle, ne semble être intervenue dans l’application du terme italien à la grande variété de dialectes de la péninsule de la Lombardie à la Calabre. Si un souci de dignité ou d’honneur avait guidé un choix implicite ou explicite on aurait sans doute tourné les yeux vers Rome, «la ville éternelle», au centre du pays, ou vers la Toscane dont le dialecte est la langue de la Divine Comédie de Dante.
On peut affirmer que le mot créole n’a rien de vague en Haïti pour les illettrés, les scolarisés et les lettrés. Pour les personnes âgées de plus de douze ans, il désigne une langue perçue comme comprise et parlée par tous les Haïtiens et clairement distincte, selon l’expérience de chacun, de l’espagnol de nos voisins dominicains, du français des bilingues nationaux, de l’anglais des touristes, missionnaires ou visiteurs américains.
Jean Prévillon (texte dactylographié, avril 1993), éducateur haïtien à New York, partisan du changement de nom du créole en haïtien, se sert des mêmes arguments défaillants qu’on a rencontrés, mais il en appelle presque à l’autorité de Shakespeare en intitulant son texte:
What’s in a name et en s’inspirant d’un sonnet où Shakespeare, plus de trois cents ans avant Saussure, exprimait l’idée de l’arbitraire du signe à partir du nom de la rose. Quelque soit le nom qu’on choisirait pour la rose, demeurent intacts son parfum et sa beauté. Mais Shakespeare ne proposait nullement de changer le nom de la rose. La vélléité de changement de Prévillon et de Freeman relève de la fantaisie plutôt que de la rationalité.
3. Qui parle français?
«Ce pays parle français.» Affirmation de Demesvar Delorme (1870: 182–183).
Ce pays cultive les artichauts.
Ce pays connaît des températures de quatre degrés centigrades.
Ce pays parle anglais.
Ce pays parle espagnol.
Plus subtiles que des mensonges grossiers, les cinq phrases ci-dessus sont des demivérités et des instances de dissimulation, d’erreurs et d’irrationalité. L’expression générique ce pays, en (1), (4), (5), englobe une population entière de plusieurs millions de personnes, plus de 2 millions et demi en 1870 (Y avait-il dix mille francophones et bilingues haïtiens à cette époque?); 7 à 8 millions aujourd’hui (Y a-t-il 350 000 à 400 000 francophones et bilingues?); en (2) un groupe d’agriculteurs, quelques centaines tout au plus, se livrant à la culture d’artichauts dans les hauteurs de Kenscoff, à plus de mille mètres d’altitude; en (3), elle se réfère à un territoire de 27700 kilomètreCréole, école, rationalité
—Yves Dejean 18 novembre 2001
Texte à paraître dans la Revue Chemins Critiques



Dernière édition par Joel le Dim 10 Aoû 2014 - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptyDim 10 Aoû 2014 - 11:34

Lè timoun yo jwenn bon pwofesè k ap montre yo matematik, istwa, jewografi, syans sosyal.... nan lang ni pwofesè, ni elèv yo metrize a, entèlijans timoun yo parèt natirèlman epi yo motive pou yo aprann.

https://youtu.be/XPNnpIePYa8


Eksperyans Lekòl Kominote Matènwa pwouve itlizasyon lang natif natal la pou pataje konesans ak timoun Kreyolofòn se kichòy ki pote rezilta ekstraòdinè. Nan ane 2012 mwen te vizite kominote sa a sou zile Lagonav, prèske tout timoun ki te ale nan sètifika yo te reyisi. Se pa sèlman yon kesyon lang ki pwoblèm sistèm kokorat n ap rele "sistèm edikasyon" an genyen ann Ayiti. Men, move itilizasyon lang yo pou anpil nan medyokrite n ap konstate k ap boloze nan sistèm nan depi dikdantan.

Mwen wete chapo byen ba pou salye tout ekip solid Lekòl Kominote Matènwa a. Respè!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17129
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptyDim 10 Aoû 2014 - 12:25

LA GONAVE ECOLE COMMUNAUTAIRE -MA TERRE NOIRE (MATENWA)
La Gonave Nazareth Nan Tertus 5 3 3 0 2 100 100.00%
La Gonave Méthodiste Nan Zherbe 8 8 8 0 0 100 100.00%
La Gonave Inst. Mixte Béthesda de la Source 6 6 6 0 0 100 100.00%
La Gonave Ecole Evangélique la Probité 5 5 5 0 0 100 100.00%
La Gonave Bon Samaritain de Nan Café 3 3 3 0 0 100 100.00%
La Gonave Ecole Communautaire de Ma Terre noire 27 25 25 0 2 100 100.00%
La Gonave Inst Mixte Prototype de Gais Lurons 4 4 4 0 0 100 100.00%
La Gonave Communautaire Orthodoxe de La Pierre 5 5 5 0 0 100 100.00%
La Gonave Communautaire de Nan Lebrun 12 11 11 0 1 100 100.00%
La Gonave Ecole Nationale d'Abricots 33 33 33 0 0 100 100.00%
La Gonave Nationale de Trou Louijeune 22 21 21 0 1 100 100.00%
La Gonave Wesléyenne de Trou Louijeune 31 31 31 0 0 100 100.00%
La Gonave Méthodiste des Deux Baleines Nord 1 1 1 0 0 100 100.00%
La Gonave Le Jardin Fleuri des Petits de la Source 7 7 7 0 0 100 100.00%
La Gonave Ecole Nationale de Tamarin 30 30 30 0 0 100 100.00%
Croix-des-BouquetsInst Mixte Temple Pédagogique Fontaine du Savoir 8 7 7 0 1 100 100.00%
La Gonave Saint Louis Roi de France 13 13 13 0 0 100 100.00%
La Gonave La Pléiade


Se pa t dife pay.Ane sa a ankò yo vote 25 ELÈV,tout pase.Gen anpil lòt lekòl LAGONAV sou LIS EDIKASYON NASYONAL lan men se 5 a 8 TIMOUN yo voye lan EKZAMEN an pou la plipa:

http://menfp.gouv.ht/6AF/OUEST.pdf
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptyDim 10 Aoû 2014 - 13:01

Joel,

Fòk ou di moun k ap li chif sa yo, se pou yo konsilte lyen ou bay pou rezilta Ministè a poste pou klas 6èm fondamantal la, dekwa pou yo ka remake pèfòmans Lekòl Kominote Matènwa mete li nan kategori elit - ki reyalize 100%, men si yo tyeke lyen an yo va remake gen 117 paj ki liste nan lòd gwo pousantaj anwo, ti pousantaj anba.

http://menfp.gouv.ht/6AF/OUEST.pdf

E nan menm lis la ou ka tyeke parekzanp nan Arcahaie / Cabaret - lekòl Chrétienne Luthériene Chinchiron ki gen
14 elèv, li voye 14, se 4 ki pase, 10 pran echèk. Kidonk yo fè mwayèn 28.57%. E se pa yomenm ki pi medyòk puiske se nan paj 113 yo ye. Paltan ou rive sou paj 117 sou 117, ou va remake tribilasyon paran nan Kwadèboukè k ap voye lajan jete, parekzanp nan 3 lekòl bòlèt ki batize: École Nationale de Trou Caiman ki pran lajan nan men paran 75 tilezanj, li voye 74 ale konpoze, se 6 sèlman ki chape, tadiske 68 lòt sibi echèk. Genyen tou: Ecole Mixte Communautaire de Boutin ak Ecole Coeur de Jésus de Thomazeau.

Se yon veritab krim! Sistèm edikasyon sa a ka pwodui anpil bon "gwouyadè". Men, si se bon enjenyè, bon achitèk, bon pwofesè, bon dantis, bon mekanisyen, bon politisyen nou espere rekòlte ak semans sa yo, nou fenk kare gwouye kanaval sou pil fatra!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17129
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! EmptyDim 10 Aoû 2014 - 17:13

Wi.
Lè w rive lan PAJ 117 lan gen omwens 30 LEKÒL ki pa gen menm yon grenn TIMOUN ki pase zero bare anvan sa se 2%,3% lan PAJ anvan yo.

W a remake tou Rezilta pou 9 yèm ANE FONDAMANTAL lan gen sèlman 40 PAJ

http://menfp.gouv.ht/9AF/OUEST.pdf
Alòs pou BAKALOREYA yo ,premye PATI an pral gen 10 PAJ e 2zyèm PATI an 5 PAJ ;si se tout sa?
Se jis pou yon pèspektiv.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty
MessageSujet: Re: EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !   EXPRIMEZ-VOUS = Pe la ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
EXPRIMEZ-VOUS = Pe la !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: