Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-62%
Le deal à ne pas rater :
DODO Oreiller Grand luxe Quallofil Allerban 60×60 cm
14.99 € 39.91 €
Voir le deal

 

 Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9758
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptyJeu 5 Mar 2015 - 10:55

Université Fondation Aristide se yon veritab egzanp edikasyon pou tout moun, pawòl Me. Mildred Aristide denpi Pòtoprens.
Se nan dat 18 mas 2011 avoka Mildred Aristide retounen nan peyi Dayiti apre sèt (7) lane egzil nan peyi Afrik disid. Depi jou sa a, mari l, ansyen Prezidan Aristide, fè tout sal kapab pou UNIFA, (non jwèt inivèsite a), rete yon referans nan zafè edikasyon. Nan yon entèviou tounèf, ansyèn 1è dam nan bay yon kolonn detay sou fonsyònman Inivèsite sa a nan peyi Dayiti.
Entèviou...
K.- Madam Aristide, ki souvni w gengnen de dat 18 Mas 2011, jou, ou menm ak fanmi w te retounen nan peyi a ?
R.- San reflechi, map reponn ou se akèy pèp ayisyen an te ba nou depi nan aryopè a rive jouk nan papòt kay nou. Nou te oblije chita nan machin nan pandan 15 minit avan n te jwen mwayen rantre. Nou pa jan m bliye moman sa a ki tankou yon SOUNAMI (tsunami) lanmou a lega de fanmi an.
K.- Ki sa reouvèti UNIFA vle di pou nou pwiske n konnen se yon priyorite pou Prezidan Aristide nan travay li an favè demokrasi ?
R.- Kite m fè yon tibak dèyè avan m reponn ou. Titide kreye Inivèsite a nan lane 2001. Se pwolonjman kwoperasyon nan domèn lasante ant Haiti ak Cuba. O lie nou voye etidyan ayisyen yo al etidye medsin Cuba, nou pèmèt yo rete isit kote nou kab jwen plis doktè ak pwofesyonel sante nan peyi a. Nou kòmanse konstwi l nan lane 2002, aprè yon lane, konstriksyon lokal la te pare. Te gen 247 etidyan nan medsen pou kòmanse. Pou pèmet yo fè pratik, Lopital lapè vin louvri pòt li, epi 2004, koudeta. Nan moman kote yo fòse n kite peyi a, yo te mete tout etidyan deyò. Yo transfòme Campus la nèt tankou yon kazèn lame. Sa ki bèl la, tout etidyan yo jwen fason rive nan peyi Cuba pou kontinye etid yo. Lè tranbleman'd tè a, jèn doktè sa yo pran swen yon lavalas moun nan klinik dijans anndan fondasyon an, jounen jodi a, gen 2 ladan yo ki fè pati de Staff nou an.
Yon mwa avan n tounen, Titide te di : " Yon lane aprè tranbleman'd tè a, jèn etidyan yo vini nan fondasyonan an, pou kontinye vokasyon yo epi ede bouche twou gwo katastròf sa kite... M'pral retounen lakay pou m kontinye travay m konnen e renmen an: Edikasyon. " Pa bliye Titide gen edikasyon nan ADN ni - yon pwofesè/prèt ki mete sou pye Fanmi Selavi pou pran swen timoun nan lari, kap goumen pou jistis, 1e Prezidan ki eli demokratikman, bous etid li jwen pandan l nan peyi Afrik disid e jodi a, li mennen tout eksperyans sa yo nan UNIFA.
Nan men m entèviou a, 1è dam nan fè konnen, jounen jodi a, Inivèsite a esansyèl. Ayiti bezwen yon espas kote timoun nou yo kapab reyini, twoke lide, pale peyi pou konstwi vi yo demen. Yon plas kote yo kab rankontre ak pwofesyonèl anndan kou deyò peyi a. Yon enstitisyon kap poze pwoblèm peyi a epi chache yon solisyon nasyonal pou pèmèt Ayiti pwospere san yo pa bezwen ap kouri chache yon bout viza oubyen yon diòb nan ONG.
Li kontinye pou l di nan 1e egzamen admisyon pou lane 2011 la, gen plis pase 1.000 jèn ki aplike aloske se selman 126 nou ka aksepte...
Pou moun kita renmen li tout entèviou a, ale nan Haiti Solidarity. Madam Aristide bay anpil presizyon sou travay kap fèt anndan UNIFA.
Audio now : (832) 551-5088.
Web master: Miss Sheree Johnson.

http://www.counterpunch.org/2015/03/04/an-interview-with-mildred-aristide/


Dernière édition par Marc H le Sam 28 Mar 2015 - 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17041
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptyJeu 5 Mar 2015 - 11:36

Imajine w ,lan yon administrasyon LAVALAS ke MARYSE NARCISSE bay MILDRED TACH pou l etabli yon SISTEM INIVESITE lan tout peyi an.

Pou prepare PWOFESE LEKOL elt..
Li t ap bay sa sou 2 CHEZ;san pwoblem!
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9758
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptyJeu 5 Mar 2015 - 12:19

Joel

mwen ta tande presse haitienne di anyen sou antrevi sa ? Yo genleu sezi .
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17041
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptyJeu 5 Mar 2015 - 13:28

MAK;

Gen anpil rezon ke w pa t ap janm we yon ENTEVYOU konsa lan PRES AYISYEN an.
Si yon bagay POZITIF sou ARISTID ak FANMI l ou pa p we l lan PRES AYISYEN an.

Si se yon bagay NEGATIF w ap we l.
Yo ta pase yon entevyou konsa se kom si se KANPAY yo t ap fe pou LAVALAS.
Si w li ENTEVYOU ORIJINAL lan ;ou we ke se yon MOUN konpetan ki ap pale ;ki konnen de ki sa l ap pale ;san voye monte.

COUNTERPUNCH oganizasyon defen ALEXANDER COCKBURN lan se yon oganizasyon ANSYEN ki pa lan voye monte ;byen ke orijinal lan se sou HAITI SOLIDARITY NETWORK li soti.

Tankou m di l ;madanm lan konpetan ;li konn de ki sa l ap pale e li gen lontan l ap montre KONPETANS li .Li gen yon REPITASYON SOLID lan ENTELEKTYALITE DYASPORA AFRIKEN an ,ak AFRIKEN .

Li se te EDITE REVI " AFRICAN RENAISSANCE" ,Oganizasyon Thabo Mbeki an ke BI L se remanbre LAFRIK ak DYASPORA L lan!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17041
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptyJeu 5 Mar 2015 - 16:07

SE TEKS ENTEGRAL ENTEVYOU AN

The Former First Lady of Haiti on Health Care, Democracy and Education

An Interview with Mildred Aristide

by HAITI SOLIDARITY


Mildred Aristide is an attorney, who as former First Lady of Haiti, headed the country’s National AIDS Commission and authored a book on the root causes of child domestic service. Since her family’s return home from forced exile in 2011, Ms. Aristide and her husband, former President Jean-Bertrand Aristide (known throughout Haiti as Titide) have focused their efforts on developing the University of the Aristide Foundation.

The work to build UNIFA, has taken place in the midst of growing repression within the country. Long overdue elections have not taken place. Police and UN troops using live ammunition, chemical agents and clubs have attacked demonstrators protesting against the Martelly government. President Aristide, Haiti’s first democratically elected president, has been threatened repeatedly with arrest, with heavily armed police surrounding the Aristides’ home.

Yet UNIFA has persevered. In this new interview, Ms. Aristide details progress made by this groundbreaking university over the last few years. Forged in the fight for democracy and inclusion, UNIFA is a true example of popular education in action.

Haiti Solidarity: First of all, thank you so much for your time. It is an honor for us at Haiti Solidarity to be conducting this interview.

Looking back four years ago, to March 18, 2011, the date of your family’s return from exile in South Africa, what do you remember about that moment?

Ms. Aristide: Without a doubt, our accompaniment home from the airport to the front door of the house – where we sat in the car for 15 minutes until a passage could be cleared through the crowd to get inside! It is a moment and a feeling that I’ll never forget. The four of us like to refer to it as a ‘tsunami of love.

Q: Why was reopening UNIFA the central priority of President Aristide’s work upon your return to Haiti? Why is UNIFA so essential to the movement for real democracy in Haiti?

Ms. Aristide: Let me start with some background. Titide created the Aristide Foundation University (UNIFA) in 2001. It was an extension of the Haiti-Cuba cooperation in health care. Instead of sending Haitian students to med school in Cuba we would train more doctors and health professionals in the country. We broke ground on the campus in 2002. By 2003 the first phase of construction was completed; approximately 247 medical students began classes. Early February 2004, the university teaching hospital, Hopital Universitaire de la Paix, opened. Then there was the coup d’etat. While Titide and I were forced from our home and the country, UNIFA students were forced from the campus. University classrooms and dorm rooms were transformed into military barracks by soldiers of the multi-national force deployed to Haiti. Remarkably, most of the students made their way to Cuba and completed their training. When the earthquake struck on January 12, 2010, some of these young doctors staffed emergency clinics at the Foundation auditorium; two are part of our staff at UNIFA.

In the month before we returned to Haiti, Titide wrote: “A year on [from the earthquake], young people and students look to the Foundation’s University to return to its educational vocation and help fill the gaping national hole left on the day the earth shook in Haiti … I will return to Haiti to the field I know best and love: education.” Education has always been at the center of his life work – as teacher/priest, creating Lafanmi Selavi (center for street children), his writings, social justice activism, tenure as Haiti’s first democratically elected president, his scholarship in South Africa. And today, he brings all of that to UNIFA.

Right now, in the moment that Haiti is living, the university is essential. Haiti vitally needs a safe space where young people can come together, think country and construct a future under very difficult circumstances. A place where they can learn from and interact with national and international professionals. An institution that will address national issues and seek viable solutions to national problems. Dreams of working, prospering and changing Haiti – not chasing after a foreign visa or a job with a foreign NGO. This is UNIFA’s commitment.

Q: Could you describe the growth of UNIFA over the past four years, and the impact it has made in Haiti in this period?

Ms. Aristide: UNIFA’s first admissions exam in 2011 drew over 1,000 applicants – when we could only accept 126 students for that first class! One hundred and twenty six is a tiny fraction of the approximately 50,000 students who complete high school every year in Haiti; it speaks to the urgent need for access to quality university education in Haiti. Last year it was reported that there are about 30,000 Haitians attending university in the Dominican Republic at a cost of 80-90 million dollars a year. So an immediate – albeit limited – impact that UNIFA has had is to offer Haitian parents more options in the education of their daughters and sons.

Every year, we work to expand those options. Since beginning with the medical school, we have added a school of nursing, law and this past September, in partnership with Stony Brook University in NY, Haiti’s first school of physical therapy. Our student population stands at approximately 1,200. We grew from a handful of instructors to over 65 instructors across the 4 different schools. Our Haitian instructors are complemented by a visiting instructors’ program. American and Haitian-American professionals who spend up to a week teaching on campus. Last year we had the privilege of welcoming Jeffrey Brand, former dean of the University of San Francisco Law School. As well as Dr. Henri Ford, Haitian-American chief of pediatric orthopedics at LA Children’s Hospital. Our 3rd and 4th year medical students are enrolled in clinical training at area hospitals, plus the Mirbalais Hospital established by Partners in Health. Third year nursing students as well.

In terms of student services, we now have a fully functioning cafeteria for students and staff, we have increased our broadband width – although it’s still not enough – and are actively working with our partners at Rosalind Franklin University of Medical Sciences (Illinois) to have access to their online library and human anatomy program. The partial renovation of the residential campus has meant that we have been able to lodge visiting instructors. And this year 10 students are residing on campus.

Q: Can you discuss the health care issues facing Haiti right now – and UNIFA’s role in helping to meet those challenges?

Ms. Aristide: Of course cholera remains a very serious public health crisis. At the end of 2014, several reports indicated spikes in the number of infections and deaths attributable to cholera across different parts of the country. I wouldn’t be surprised if we passed 9,000 deaths already. That, added to chronic infectious diseases like AIDS and TB, makes for a very difficult health outlook. All this against the backdrop of a hugely insufficient number of physicians for the population. Existing and new hospitals built since the earthquake function well below 100% levels because of staff shortage. The clinical support that responded to the earthquake has left. Haiti counts only a handful of trained physical therapists, when the need for therapy skyrocketed after the earthquake. The capital’s General Hospital does not have a properly functioning morgue. There is an urgent need for Haitian trained health care providers, nurses, technicians, pharmacists, and administrators – at every level. Education and training in the health sciences must be a priority in any viable national health plan.

Q: In Haiti, university education has traditionally been the province of the elite. How has UNIFA begun to break this mold?

Ms. Aristide: When UNIFA opened in 2001, government support allowed us to be tuition free. When we reopened in September 2011 (without government financial support) it was clear that we would not be able to survive without tuition. The current tuition at UNIFA (less than 1,500 USD a year) is less then what other private universities charge. So that is already broadening access. Still we know that for Haiti, in these most difficult economic times, that tuition is still a lot. And the solution may be making more need-based scholarships available; to do that we have to raise more money. Beyond the economic factor, there is a psychological and social barrier that UNIFA is committed to overcoming: The notion that only some people can be doctors or can go to university. And in fact the student body at UNIFA is representative of a broader spectrum of Haitian society than you might see at other Haitian Universities. Students and their families know that UNIFA’s doors are open to all. Both the Foundation and UNIFA are built on this guiding principle: “Tout moun se moun”. Every person is a human being. Every young person should be able to go to university, every person has the right to health care. #BlackLivesMatter.


Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9758
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 10:19

Enfin Le Nouvelliste en parle de l'entrevue de l'ex-première dame d'Haiti , Mildred Aristide

C'est bien . C'est un début. Je pense que Mildred est l'avenir politique de lavalas .
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 10:28

Si chak Presidan ki te pase te kite yon zev konsa jodya se pa kiben ki ta vinn pote nou sekou pou ba pep la swen sante. mwen te di an 1990 si m te ayiti mwen tap vote pou Aristide. malgre erè li fè mwen toujou rete kwè li merite vot pep la. Sak pa kontan anbake.
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 10:45

Marc,

Souple bannou lyen entènèt pou vèsyon Kreyòl la. Li enpòtan anpil pou nou bay referans yo, sitou pou kanmarad ki gen emisyon radyo a kreyòl yo.

Mèsi!

Ok!, mwen jwenn moso tèks an Kreyòl la sou paj facebook Fanmi Lavalas!


Dernière édition par jafrikayiti le Sam 7 Mar 2015 - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17041
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 10:58

JAF;
Se sou NOUVELLISTE se an FRANSE yo tradwi ATIK lan.
Men tradiksyon ATIK lan an FRANSE:
http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/142153/Mildred-Aristide-parle-duniversite-et-de-sante



Mildred Aristide parle d’université et de santé

Le Nouvelliste | Publié le : 06 mars 2015


A l'occasion du 8 mars, journée internationale de la femme, Le Nouvellistepublie in extenso la traduction de l’interview, initialement en anglais, accordée par l’ex-première dame haïtienne Mildred Aristide à haitisolidarity.net.

L'ex-première dame Mildrède Trouillot Aristide
Roberson Alphonse

 Mildred Aristide est une avocate, qui, comme ancienne première dame d'Haïti, a dirigé la Commission nationale sur le sida du pays et est l'auteur d'un livre sur les causes profondes du service domestique des enfants. Depuis le retour de sa famille de l’exil forcé en 2011, Mme Aristide et son mari, l'ancien président Jean-Bertrand Aristide (plus connu à travers Haïti sous le pseudonyme de Titide) ont concentré leurs efforts sur le développement de l'Université de la Fondation Aristide (UNIFA).

Le travail pour construire l'UNIFA a eu lieu dans un contexte politique particulier (retard de trois ans du processus électoral, série de manifestations contre le gouvernement Martelly). L’ex-président Aristide, le premier président démocratiquement élu d'Haïti, a été à plusieurs reprises menacé d'arrestation, avec des policiers lourdement armés entourant sa maison.

Pourtant, l'UNIFA est restée hors de toute cette agitation. Dans cette nouvelle interview, Mme Aristide détaille les progrès réalisés par cette université au cours des dernières années. Forgée dans la lutte pour la démocratie et l'inclusion, l'UNIFA est un véritable exemple de l'éducation populaire en action.

Haiti Solidarity : Tout d'abord, je vous remercie beaucoup pour votre temps. C’est un honneur pour nous à Haïti Solidarité de mener cette interview. En regardant en arrière, il y a quatre ans, le 18 mars 2011, c’était le retour de votre famille d'exil en Afrique du Sud, Que vous rappelez-vous de ce moment?

Mildred Aristide : Sans aucun doute, notre accompagnement de l'aéroport à la porte d'entrée de notre maison - où nous étions assis dans la voiture pendant 15 minutes jusqu'à ce qu'un passage puisse être  dégagé à travers la foule pour qu’on puisse entrer à l'intérieur! C’est un moment et un sentiment que je n’oublierai jamais. Nous aimons nous référer à ce moment comme un «tsunami de l'amour ».

H.S. : Pourquoi avoir rouvert l'UNIFA, la priorité centrale de l'œuvre du président Aristide, à votre retour en Haïti? Pourquoi l'UNIFA est-elle si essentielle à l'effort d'implanter une véritable démocratie en Haïti?


M.A. : Permettez-moi de commencer par le contexte. Titide a créé l'Université de la Fondation Aristide (UNIFA) en 2001. C’est une extension de la coopération Haïti-Cuba en soins de santé. Au lieu d'envoyer des étudiants haïtiens à l'école de médecine à Cuba, nous formerons davantage de médecins et professionnels de la santé dans le pays. Nous avons opté pour le campus en 2002. En 2003, la première phase de construction a été achevée; environ 247 étudiants en médecine ont commencé leurs classes. Début février 2004, l'hôpital d'enseignement universitaire, Hôpital universitaire de la paix, est ouvert. Puis il y a eu le coup d'Etat. Alors que Titide et moi avons été forcés de quitter notre maison et le pays, les étudiants ont été chassés du campus de l'UNIFA. Les classes universitaires et les dortoirs ont été transformés en casernes militaires par des soldats de la force multinationale déployée en Haïti. Remarquablement, la plupart des étudiants ont fait leur chemin à Cuba et ont terminé leur formation. Lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010, certains de ces jeunes médecins ont fait partie des staffs cliniques d'urgence à l'auditorium de la Fondation; deux font partie de notre personnel à l'UNIFA.

Un mois avant notre retour en Haïti, Titide a écrit: « Un an après [le séisme], les jeunes et les étudiants se tournent vers l'Université de la Fondation pour revenir à sa vocation éducative et aider à combler le trou national béant laissé le jour où la terre secoua en Haïti ... Je vais retourner en Haïti pour me consacrer au domaine que je connais le mieux: l’amour et l'éducation. «L'éducation a toujours été au centre de son travail – en tant que professeur / prêtre, créant Lafanmi se lavi (centre pour les enfants des rues), ses écrits, l'activisme pour la justice sociale, son mandat en tant que premier président démocratiquement élu d'Haïti, son érudition en Afrique du Sud. Et aujourd'hui, il apporte tout cela à l'UNIFA.

À l'heure actuelle, dans le contexte que vit Haïti, l'université est essentielle. Haïti a besoin d'un espace vital sûr où les jeunes peuvent se réunir, penser pour le pays et construire un avenir dans des circonstances très difficiles. Un endroit où ils peuvent apprendre et interagir avec des professionnels nationaux et internationaux. Une institution qui portera sur des questions nationales et cherchera des solutions viables aux problèmes nationaux. Promesses de travail, de prospérité et de changement pour Haïti – et non la course au visa étranger ou un travail dans une ONG étrangère. C’est l'engagement de l'UNIFA.

H.S. : Pourriez-vous décrire la progression de l'UNIFA au cours de ces quatre dernières années, et l'impact qu'elle a fait en Haïti durant cette période?

M.A. :Le premier concours d’admission de l'UNIFA en 2011 a attiré plus de 1000 candidats –  nous ne pouvions accepter que 126 étudiants pour cette première année! Cent vingt-six représente une infime partie des quelque 50 000 étudiants qui terminent leurs études secondaires chaque année en Haïti; on parle de la nécessité urgente de l'accès à l'éducation universitaire de qualité en Haïti. L'année dernière, il a été signalé qu'il y a environ 30 000 Haïtiens qui fréquentent l'université en République dominicaine, au coût de 80 à 90 millions de dollars par année. Donc, immédiatement - quoique limité – l’objectif de l’UNIFA est d'offrir aux parents haïtiens plus d'options dans l'éducation de leurs filles et fils.

Chaque année, nous travaillons afin d’élargir ces options. A l'école de médecine, nous avons ajouté une école de sciences infirmières, de droit en septembre dernier, en partenariat avec l'Université Stony Brook à New York, la première école d'Haïti de la thérapie physique. Notre population estudiantine s’élève à environ 1 200. Nous avons grandi d'une poignée d'instructeurs à plus de 65 instructeurs à travers les quatre écoles différentes. Nos instructeurs haïtiens sont renforcés par un programme dispensé par les instructeurs de visite. Les professionnels américains et haïtiens-américains passent jusqu'à une semaine d'enseignement sur le campus. L'année dernière, nous avons eu le privilège d'accueillir Jeffrey Brand, ancien doyen de l'Université de San Francisco Law School. Ainsi que le Dr Henri Ford, chef haïtien-américain de l'orthopédie pédiatrique à l'Hôpital pour enfants de Los Angeles. Nos étudiants en 3e et 4e année de médecine sont inscrits à la formation clinique dans les hôpitaux de la région, ainsi qu’à l'Hôpital de Mirebalais établi par Partners in Health. Les étudiants en 3e année en soins infirmiers aussi.

En termes de services aux étudiants, nous avons maintenant une cafétéria entièrement fonctionnelle pour les étudiants et le personnel, nous avons accru notre largeur de bande large - même si ce n’est pas encore assez - et nous travaillons activement avec nos partenaires de l’Université des sciences médicales Rosalind Franklin (Illinois) pour avoir accès à leur bibliothèque en ligne et le programme de l'anatomie humaine. La rénovation partielle du campus résidentiel nous a permis de loger les instructeurs en visite. Et cette année 10 étudiants résident sur le campus.

H.S. : Pouvez-vous discuter des questions de soins de santé auxquels Haïti fait face en ce moment - et le rôle de l'UNIFA pour aider à relever ces défis?

M.A. :Bien sûr, le choléra reste un problème de santé publique très grave. À la fin de 2014, plusieurs rapports ont indiqué des pics dans le nombre d'infections et de décès attribuables au choléra dans différentes parties du pays. Je ne serai pas surprise si nous  dépassons 9 000 morts. En sus, des maladies infectieuses chroniques comme le sida et la tuberculose rendent une perspective de santé très difficile. Tout cela dans le contexte d'un certain nombre extrêmement insuffisant de médecins pour la population. Les hôpitaux, qui existaient et ceux nouvellement construits depuis le tremblement de terre fonctionnent bien au-dessous de 100% en raison d’un manque de personnel. Le soutien clinique qui a répondu au tremblement de terre n’est plus. Haïti ne compte qu'une poignée de physiothérapeutes formés, alors que la nécessité d'une thérapie a monté en flèche après le séisme. L’Hôpital général de la capitale n'a pas de morgue qui fonctionne correctement. Il y a un besoin urgent pour les fournisseurs haïtiens formés en soins de santé, infirmières, techniciens, pharmaciens, et les administrateurs - à tous les niveaux. Éducation et formation dans les sciences de la santé doivent être une priorité dans tout plan national de santé viable.

H.S. : En Haïti, l'enseignement universitaire a toujours été l’affaire d’une élite. Comment l'UNIFA a-t-elle commencé à briser cette tendance ?

M.A. :Lorsque l’UNIFA a ouvert ses portes en 2001, l'appui du gouvernement nous a permis d'offrir un enseignement gratuit. Lorsque nous avons rouvert en septembre 2011 (sans le soutien financier du gouvernement), il était clair que nous ne serions pas en mesure de survivre sans les frais de scolarité. Les frais de scolarité en cours à l'UNIFA (moins de 1 500 dollars par an) sont inférieur aux autres universités privées facturent. Donc, c’est déjà un élargissement de l'accès. Pourtant nous savons que pour Haïti, en ces temps économiques des plus difficiles, que les frais de scolarité sont encore beaucoup. Et la solution est peut-être de créer plus de bourses fondées sur les besoins disponibles; Pour cela, nous devons recueillir plus d'argent. Au-delà du facteur économique, il y a une barrière psychologique et sociale que l'UNIFA s’est engagée à surmonter: la notion que seules certaines personnes peuvent être médecins ou peuvent aller à l'université. Et en fait, le corps étudiant à l’UNIFA est représentatif d'une large spectre de la société haïtienne que vous pourriez voir dans d'autres universités haïtiennes. Les étudiants et leurs familles savent que les portes de l’UNIFA sont ouvertes à tous. La Fondation et l'UNIFA sont construites sur ce principe directeur: « Tout moun se moun ».Toute personne est un être humain. Chaque jeune doit pouvoir aller à l'université, toute personne a droit à des soins de santé.

H.S. : Une des caractéristiques impressionnantes de l'université est son équilibre entre les sexes. Chacune des écoles - droit, médecine, soins infirmiers et de physiothérapie - a au moins 50% de femmes élèves. Pourriez-vous nous parler de l'importance de cette parité pour Haïti et comment cela a été réalisé?

M.A. :Une autre barrière sociale à démolir: l'université est le domaine des hommes. Nous commençons l'année avec une parité 50-50 (sauf en soins infirmiers où les candidats sont en énorme majorité féminins) et nous n’avons aucune difficulté à trouver des candidates qualifiées. Une chose que nous avons vue, c’est que, s’il y a une certaine quantité d'usure le long du chemin, et l'attrition chez les étudiantes est légèrement plus élevée, ce qui signifie que l'équilibre n’est pas toujours maintenu. Donc, voici quelque chose que nous étudions, nous demandant à quels obstacles supplémentaires nos étudiantes feront face à la fin de leurs études. Comment pouvons-nous y répondre en tant qu’université? Notre engagement de toujours est pour la parité des sexes.

H.S. : Dans la période écoulée, il y a eu une croissance des mesures répressives contre l'expression politique en Haïti, y compris la menace d'arrêter le président Aristide. Comment cela vous a-t-il touché, vous et votre famille? A-t-il eu un impact sur UNIFA?

M.A. :Perturbant, mais pas surprenant. Malheureusement, l'absence de la règle de droit signifie que tout est possible; tout peut être dit. Les droits humains sont régulièrement bafoués, comme ce qui est arrivé à Titide. Il existe une expression courante: les chiens aboient, la caravane passe. En août, pendant que la machine politique vomissait ses mensonges, voici ce qu'il faisait: il se préparait pour une 4e année à l'UNIFA; l'inscription des élèves; la supervision de la construction de l'école de la thérapie physique (qui est maintenant achevée à 95%); travailler avec le nouveau doyen de la faculté de médecine; évaluer l'achèvement de trois semaines de classe internationale d'été de la médecine sociale. Il est engagé comme il l'a été toute sa vie à travailler avec le peuple d'Haïti.

Il y a des gens qui sont visiblement surpris quand ils visitent notre campus. Ils voient les étudiants en blouse blanche très préoccupés par leurs études. Ils regardent ces jeunes hommes et femmes assis sur des bancs, étudier, manger, vérifier leur e-mail, etc. Un sourcil est soulevé quand ils voient un médecin praticien ou un avocat, chose bien connue dans la classe. Événements quotidiens normaux pour nous, l'UNIFA doit encore repousser les fausses perceptions. La roue tourne. J’aime raconter aux visiteurs qu'ils sont debout sur une terre sacrée. Ce n’est pas une hyperbole. Les enjeux et les besoins du pays sont trop élevés. L'UNIFA ne peut pas être un pion dans la lutte politique. Il ne faut pas tenter d'utiliser ou de manipuler nos étudiants à des fins politiques. L'UNIFA est un projet national qui se révèle lentement pour être une institution nationale au service du pays.

Nous poursuivons trois objectifs: (1) préparer les médecins à soigner les plus pauvres des pauvres; pour augmenter le nombre de médecins exerçant dans les zones rurales et (3) briser la longue tradition de l'exclusion de la majorité pauvre en Haïti à partir de l'accès à l'enseignement supérieur.

H.S. : Quels sont certains des objectifs d’UNIFA pour les prochaines années? Comment aimeriez-vous voir la portée de l'Université s’élargir?

M.A. :Il n'y a pas de priorités moindres, mais dans mon livre, ce sont cinq priorités: d'abord, notre propre hôpital d'enseignement de l'UNIFA. Deuxièmement, une dotation importante qui peut nous permettre de mieux diminuer ou éliminer les frais de scolarité. Troisièmement, une école de la science (biologie, chimie, mathématiques et génie). Quatrièmement, la rénovation complète du campus résidentiel afin que nous puissions accueillir des élèves en provenance de tout le pays. Et cinquièmement, une bibliothèque autonome.

H.S. : Nous savons que l’UNIFA a fait tout ce travail avec des ressources limitées. Quelles sont les façons dont les gens et les organisations en dehors d'Haïti peuvent aider à la poursuite des travaux de l'UNIFA? Comment les gens ayant des liens avec les universités et les établissements médicaux peuvent-ils aider?

M.A. :Eh bien, la coopération la plus simple est d'ordre financier. Bien qu'une partie du budget provienne des frais de scolarité, nous comptons sur le soutien international et national pour le reste. Nous encourageons également les dons / contributions de matériels d'enseignement, comme les modèles anatomiques et des graphiques, du matériel de laboratoire, etc. Je suis récemment tombée sur un article en ligne intitulé «Apprendre la chirurgie en Haïti ». Un groupe de chirurgiens et deux étudiants de l'Amérique en médecine sont venus en Haïti (aucun hôpital ou école de médecine n'est mentionné) en cinq jours ils ont effectué 46 interventions chirurgicales. C’était un événement de sauvetage merveilleux pour les 46 patients traités. Selon l'article, les étudiants n’avaient pas la possibilité de les ramener chez eux. Maintenant, imaginez si ce groupe avait franchi une étape supplémentaire et établi un partenariat avec une école de médecine haïtienne pour former des étudiants haïtiens. C’est le genre de coopération et de soutien engagés que l’UNIFA cherche à renforcer.

Posté le 3 mars 2015 sur le site web http://haitisolidarity.net/

Traduit de l’anglais par Patrick SAINT-PRE

AUTEUR
Patrick SAINT-PRE

ppatrick@lenouvelliste.com

vous aimerez aussi


Jusqu’au bout du monde en quatre-vingts jours, les voyageurs étaient dans nos murs


La reconstruction de l’HUEH progresse, les patients augmentent, le budget est insuffisant  

« Kite l fè travay li », le nouveau single de Fantom


Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés  

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.
La charte de moderation  



Dernière édition par Joel le Sam 7 Mar 2015 - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 11:06

Ayisyen ki gen bon konprann te toujou wè efò Titid ak Mildred fè pou yo envesti nan byennèt pèp Ayisyen.

Se efò yo ki pèmèt nou resi kwape vye pratik diskriminatwa tankou etanpe batistè majorite popilasyon an ak yon gwo "P" pou "PEYIZAN" - kòmkwa moun ki dwe rete "andeyò" lavi nasyon an.

Se efò yo ki fè Ayiti retabli relasyon diplomatik ak Zile Kiba, epi alèkile, plizyè santèn doktè ak enfimyè Ayisyen ap sèvi frè ak sè yo, kòtakòt ak doktè epi enfimyè Kiben ki byen fòme.

Se efò yo ki pèmèt jounen jodi a, Ayiti gen lwa kont vyolans sou timoun.

Se efò yo ki fè jounen jodi a, yon Ayisyen k ap travay nan faktori klas rapas k ap souse peyi a depi sou tan koloni esklavajis la, kapab gade patwon an nan je epi pale ak li jan moun dwe pale ak moun parèy yo. E se sitou tranfòmasyon fondamantal sa a "tout moun se moun", yon ekip nostaljik pap janm padone Titid. Enbesil ki te kwè ak sipò kolon blan Meriken ak blan ewopeyen y ap kapab tòtòt Ayiti, epi eksplwate popilasyon an, menm jan ak defen zansèt esklavajis yo an, se yon kategori moun ki rayi Aristide ak Mildred e k ap toujou rayi yo. Sa mwen regrèt, se pa konpòtman mechan nostaljik sa yo, se sitou enbesilite moun ki soti nan matris pèp la epi k ap defann entèrè kolon....tankou nèg sòt ki te konn ap defann kolon esklavajis yo sou bitasyon.

PA GEN MOUN KI PI MOUN PASE MOUN.
Revenir en haut Aller en bas
Antitétanix
Star
Star
Antitétanix

Masculin
Nombre de messages : 937
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports.
Date d'inscription : 01/01/2015

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Aucun

Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  EmptySam 7 Mar 2015 - 19:39

MARC,

Vous auriez pu intituler votre page Le crime de Jean Bertrand Aristide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty
MessageSujet: Re: Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide    Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup de cœur , l'interview de Mildred Aristide
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: