Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-21%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en promo
49.99 € 62.99 €
Voir le deal

 

 REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK

Aller en bas 
+4
Antitétanix
Marc H
Joel
Rico
8 participants
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 14:23

Des révélations posthumes de l’ancien responsable de sécurité d’Aristide sur la mort du journaliste Jean Dominique (audio)
11/03/2015 00:57:00  

KLIKE  POU TANDE TOUT REVELASYON SAYO SOU

http://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/haiti/des_r_v_lations_posthumes_de_l_ancien_responsable_de_s_curit_d_a.html



Une interview posthume a été diffusée, ce mardi 10 mars 2015, dans laquelle Oriel Jean, ancien chef de la sécurité de Jean Bertrand Aristide a fait de graves déclarations contre l’ex-président haïtien et ses proches partisans en rapport à la mort du journaliste Jean Dominique, assassiné le 3 Avril 2000.

Ces révélations ont été faites lors d’une interview accordée au journaliste Guyler C. Delva par Oriel Jean, environ un an avant lassassinat par balles de ce dernier dans l’après-midi du 2 mars à Delmas (périphérie nord).

Vers 1999-2000, il y aurait une offensive enclenchée par Aristide contre le journaliste Jean Dominique à cause de sa position critique contre le parti politique Fanmi lavalas, de l’ex-président, a expliqué Jean dans cette interview diffusée sur les ondes de la station privée Radio Caraïbes.

Les dossiers de corruption, de drogue et de gabegies administratives pointés du doigt par le journaliste, alors que René Préval était au pouvoir, auraient irrité Aristide à l’époque, a-t-il souligné.

« Le président Aristide avait pensé que si Jean Dominique n’est pas freiné, il sera un handicap pour son retour au pouvoir », a-t-il affirmé, précisant que ce n’est qu’après la mort du journaliste qu’il a compris le sens de ces propos.

« (…) Si nous ne faisons rien pour suspendre cela, et que personne ne le freine, notre retour au pouvoir en 2001 sera hypothéqué », a-t-il martelé, attribuant ces affirmations à l’ex-president.

Ce qui va envenimer la situation est le bruit qui courait à l’époque sur l’éventualité de la candidature à la présidence de Jean Dominique, a estimé Oriel Jean.

Selon lui, Aristide aurait vu d’un mauvais œil la mise sur pied du mouvement paysan Koze Pèp, promu entre autres par Jean Dominique. Il l’aurait considéré comme un parti politique lancé par Préval et Dominique pour le contrecarrer aux élections prévues à la fin de l’année 2000.

Oriel Jean a cité le nom de l’ancienne sénatrice du parti Fanmi Lavalas, Mirlande Libérus Pavert, qui aurait été chargée par Aristide pour faire taire Jean Léopold Dominique.

Dominique aurait été vu comme un « cancer » par l’ancienne sénatrice.

Ces déclarations d’Oriel Jean sont diffusées dans un contexte où un rapport a été émis, le 7 janvier 2015, sur le dossier de Jean Léopold Dominique par la chambre d’instruction criminelle de la cour d’Appel de Port-au-Prince.

Ce rapport désigne l’ancienne sénatrice Mirlande Libérus Pavert, comme « auteure intellectuelle » du double assassinat du journaliste et du gardien de sa station Radio Haiti Inter, Jean-Claude Louissaint.

Huit autres personnes, dont des militants lavalas, sont inculpées dans l’assassinat. L’ancien maire adjoint de Port-au-Prince, Gabriel Harold Sévère, Annette Auguste (Sô Àn), Frantz Camille, Jeudy Jean Daniel, Markenton Michel, Toussaint Mercidieu, Mérité et Dimsley Milien sont mentionnés dans ce document.

Dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du journaliste, pas moins de 19 témoins et inculpés ont été entendus à la Cour d’Appel de Port-au-Prince entre le 10 février 2011 et le 5 juin 2013, parmi eux les anciens présidents René Garcia Préval et Jean Bertrand Aristide respectivement les 7 mars et 8 mai 2014.

Mirlande Libérus Pavert est considérée comme auteure intellectuelle du fait qu’elle ne s’est jamais présentée au cabinet d’instruction après l’audition le 25 janvier 2013 d’Oriel Jean.

L’ancien président Aristide a contesté les déclarations d’Oriel Jean dans sa deposition en mai 2014.

« Mirlande Libérus est innocente. L’ancienne sénatrice de la République ne peut être victime de ces mensonges qui ne doivent engager que leur auteur [Oriel Jean] » a déclaré Aristide selon la lecture du rapport de Dabrésil faite par la greffière Juliette Garçon Véus à la Cour d’Appel de Port-au-Princ, le 17 janvier 2014.
Alter Presse
 
 476 52 0 554Tumblr3 13
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 14:39

Mwen sezi ke w pran 1 ou 2 JOU anvan w mete bagay sa a sou SIT lan.

Premyeman ,pouki sa GUYLER DELVA pran TOUT tan sa a pou l revele sa;se pa kounye an misye ap voye monte.

Sa se youn

Eske sa misye di yo ;se pa bagay yo deja di deja?

Wi konvenyan ;le gen PRES pozitif pou premye fwa ki ap soti sou yon jounal GNBis pa egzanp tankou LE NOUVELLISTE DELVA vini ak bagay TET CHAT li an.

ADYE!

Sa a se pa FISEL anko NON ;se yon KOD ARIMAJ GWO BATO.

Sa gen menm ENPOTANS ak deklarasyon ke yon ansyen manm OP (?) te bay kote l te di li te temwen le yo t ap griye Ti BB an!
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 15:12

Nou toujou di se manto, se pa vre, nou fout touye yon koli jenan.

Kidonk Delva refize pran tout responsablite sayo sou do li

Avan yo pete fyèl li, bann sonor sa pase a loubli, se te imajinasyon  li

li fout lage l pou tout ayisyen konsève temwagnaj reyèl sa.

Pov Oriel li te konnen sèkèy li anba bra li

Nan fen antrevi li di nou orevwa, li konnen djab la pral manje l

Mwen redi nou anko GYLER C DELVA AK SAUVEUR ETIENNE

DWE GEN ANPIL SEKIRITE
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 16:26

Ou pa bezwen voye pye FRE!

Gen radyo ki ap jwe bagay sa a;gen radyo ki pridan tou.
Si se nenpot lot MOUN ki ta vini ak bagay sa a ;yo ta pran yon TI TAN pou konsidere l .
SE GUYLER DELVA ;kite m repete l se GUYLER DELVA.

Travay mesyedam yo ba DELVA fe se marinnen KONPLO kont LAVALAS.Misye plede ap fe tou sa li kapab pou l fe sa.

Kote ti SONI?
Apre se DOSYE PAUL DENIS an.
Kounye an se ORIEL JEAN;apre misye mouri;yon DOSYE SONOR.
Yo gen dwa fe MOUN di sa w vle sou yon "TAPE" si w konn EDITE!

GNBis yo an DEZESPWA ;se tankou tou sa yo eseye se PWET PWET ;se NAD MARINAD.

Kanta SAUVEUR PIERRE ETIENNE menm, pou ki sa yo ta bezwen fe misye MAL fe?

PIERRE ETIENNE gen ZERO KREDIBILITE ;misye pral gen preske 20 AN l ap akize ARISTID.

Kom ou se PATIZAN PIERRE ETIENNE;misye te di l e repete l ke OPOZISYON an te resevwa 50 MILYON DOLA pou yo OGANIZE MANIFESTASYON kont MATELI.

Se te vre?
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 18:27

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Art927-1Les prédateurs                          REPORTERS SANS
                                                                           FRONTIÈRES  [url=javascript:;][/url]

3 AVRIL 2000 - 3 AVRIL 2001
"S’ils ont pu tuer Jean Dominique, ils peuvent tuer n’importe quel journaliste"
Rapport de mission en Haïti - 19 au 25 mars 2001
Introduction

Le 3 avril 2000, Jean Dominique, journaliste et commentateur politique haïtien, était abattu dans la cour de sa station, Radio Haïti Inter. Cet assassinat de l’un des journalistes les plus célèbres du pays a profondément choqué la population : tandis que le président René Préval décrétait trois jours de deuil national, 16 000 personnes étaient présentes au stade Sylvie Cator pour assister aux funérailles. Depuis, une fondation a été créée, la "Fondasyon Eko Vwa Jean Dominique", pour faire en sorte que le crime ne reste pas impuni, et prolonger l’engagement du directeur de Radio Haïti Inter en faveur de l’éducation et de la formation de la population.
"S’ils ont pu tuer Jean Dominique, ils peuvent tuer n’importe quel journaliste." A l’image de Lilianne Pierre-Paul, l’actuelle directrice de Radio Kiskeya et ancienne journaliste de Radio Haïti Inter, l’ensemble des journalistes haïtiens a pris cet assassinat comme un avertissement adressé à toute la presse.
Un an plus tard, une délégation de Reporters sans frontières s’est rendue sur place, du 19 au 25 mars 2001, pour évaluer l’état d’avancement de l’enquête et identifier les problèmes susceptibles de l’entraver.
Dans un pays qui a connu une dizaine d’assassinats politiques au cours des deux dernières années, où des journalistes ont récemment été l’objet d’un appel au meurtre , l’aboutissement de l’enquête sur le meurtre de Jean Dominique marquerait en effet une rupture salutaire avec la culture d’impunité que connaît le pays.
Compte tenu du climat qui règne à Haïti, la plupart des personnes rencontrées par la délégation de Reporters sans frontières ont demandé à garder l’anonymat.
Jean Dominique : les combats d’un démocrate
Né le 30 juillet 1930, Jean Dominique est issu de l’élite mulâtre, dans une société fortement hiérarchisée par la couleur de la peau. Agronome de formation, il s’engage aux côtés des paysans et des pauvres, ce qui lui vaudra d’être souvent considéré comme un traître par les membres de sa classe sociale. A la fin des années 1960, il entre à Radio Haïti comme reporter, station qu’il rachète en 1971 pour la rebaptiser Radio Haïti Inter. Sous sa direction, la radio multiplie les innovations. Elle lance la première programmation en créole, dans un pays où seule une petite minorité parle le français, prône le journalisme de terrain et traite l’actualité internationale. Pourfendeur du régime des Duvalier (1957-1986), il est contraint à l’exil en janvier 1981 après que sa femme, Michèle Montas, et plusieurs membres de l’équipe de Radio Haïti Inter ont été arrêtés puis expulsés par les services de sécurité. Rentré après la chute de Jean-Claude Duvalier, Baby Doc, en février 1986, il quitte de nouveau le pays en 1991, fuyant l’arrivée au pouvoir des militaires. Il reviendra en 1994, lorsque tombe le régime militaire.
Après le départ des Duvalier, son combat pour la démocratie et ses préoccupations pour les questions sociales le conduisent à soutenir le mouvement Lavalas, créé autour de la candidature de Jean-Bertrand Aristide à la présidence, en 1990. Jaloux de son indépendance, Jean Dominique a cependant toujours refusé d’être le candidat d’un parti. Lorsque son ami René Préval accède à la présidence en février 1996, il devient son conseiller sans pour autant devenir membre de son cabinet. Il continue à animer son émission "Inter actualités", où il analyse et commente l’actualité haïtienne, et son programme d’interviews "Face à l’opinion". Ses critiques acerbes contre l’élite économique, les anciens duvaliéristes, les militaires, la politique haïtienne des Etats-Unis et, dernièrement, certains membres de Fanmi Lavalas, lui valent de nombreux ennemis.
Jean Dominique est abattu le 3 avril 2000, à son arrivée à la radio, située au 522 rue Delmas, dans le quartier du même nom de la banlieue de Port-au-Prince. Après avoir manœuvré pour garer sa voiture dans la petite cour de la radio, le journaliste descend de son véhicule pour se diriger vers l’entrée du bâtiment. Entre-temps, un inconnu est entré à pied dans l’enceinte de la radio. S’approchant de Jean Dominique, il sort son arme et tire à sept reprises dans sa direction, avec des balles de calibre 9 mm. Quatre projectiles au moins atteignent le journaliste, le blessant mortellement à la carotide et à l’aorte. Le journaliste meurt pratiquement sur le coup. Jean-Claude Louissaint, le gardien de la station, est immédiatement abattu d’une balle de même calibre, mais dite "à pointe creuse".
"Jean a été tué parce qu’il était incontrôlable"
Pour son épouse Michèle Montas, un an après l’assassinat, il n’y a qu’une certitude : "Jean a été tué parce qu’il était incontrôlable." Un homme d’autant plus dangereux qu’"il avait les moyens d’empêcher beaucoup de gens de faire beaucoup d’argent", ajoute la veuve du journaliste, avant de préciser que, contrairement à certaines rumeurs, "Jean n’avait de dossiers sur personne, mais avait cette capacité à saisir des informations éparses pour les analyser et révéler ce qu’elles annonçaient." Sa fille Gigi rappelle par ailleurs que les questions sans complaisance du journaliste avaient valu à plusieurs personnes de perdre leur poste après une interview.
Dans ses dernières interventions à l’antenne, Jean Dominique accusait plusieurs institutions participant à l’organisation des élections parlementaires du 21 mai 2000 de préparer un "coup d’Etat électoral", destiné à empêcher une vaste participation populaire à ces élections. Il avait critiqué les courts délais donnés à la population pour s’inscrire sur les listes électorales et le nombre réduit de bureaux d’enregistrement des électeurs. Dans ses éditoriaux, il avait mis en cause le CNO (Conseil national d’observation des élections), un organisme regroupant plusieurs organisations de la société civile, et le CEP (Conseil électoral provisoire), une institution officielle chargée de l’organisation des élections. Léopold Berlanger, directeur du CNO, a été "invité" (le terme utilisé en Haïti pour "convoqué") comme témoin par le juge d’instruction, début novembre 2000 puis début février 2001. Pour Léopold Berlanger, l’assassinat de Jean Dominique a été utilisé comme prétexte pour attaquer le CNO.
A plusieurs reprises, Jean Dominique s’en était pris à l’entreprise pharmaceutique Pharval, contrôlée par la famille Boulos. En 1997, il avait dénoncé la mort de 80 enfants, empoisonnés par un sirop contre la toux produit par l’entreprise. Plus récemment, il avait mis en cause la même entreprise dans un scandale concernant la fabrication d’un produit frelaté à l’éthanol.
En octobre 1999, il avait accusé Dany Toussaint, membre de Fanmi Lavalas et ancien chef de la police intérimaire (1995-1996), d’être à l’origine d’une campagne de diffamation contre Robert Manuel, ancien secrétaire d’Etat à la Sécurité publique, et Pierre Denizé, alors directeur général de la Police nationale de Haïti (PNH). Les deux hommes étaient mis en cause, sur plusieurs radios, dans l’assassinat, le 8 octobre 1999, de Jean Lamy, pressenti pour être le successeur de Robert Manuel. Dans un éditorial du 19 octobre 1999, Jean Dominique mettait en garde Jean-Bertrand Aristide contre "les ambitions" de Dany Toussaint. Après avoir accusé ce dernier d’avoir envoyé, la veille, des hommes de mains protester devant sa radio pour l’intimider, il prévenait : "Je sais qu’il a la fortune qu’il faut pour payer et armer des sbires (…). Si Dany Toussaint tente alors autre chose contre moi ou contre la radio et si j’ai la vie sauve, je fermerai le poste (…) et je prendrai une nouvelle fois le chemin de l’exil avec ma femme et mes enfants."
Enfin, dans une émission diffusée le 9 février 2000 sur la station Radio Liberté, basée à New York, Jean-Claude Nord et Gérard Georges, deux des avocats de Dany Toussaint, et l’ancien duvaliériste Serge Beaulieu, avaient menacé de mort Jean Dominique et Michèle Montas. Quelques mois plus tard, Jean-Claude Nord demandera que Michèle Montas s’explique devant la justice sur le fait qu’elle n’ait pas été aux côtés de son mari le jour de son assassinat, insinuant qu’elle aurait pu faire éliminer son époux pour toucher une assurance vie. Il accusera également la femme du journaliste d’être à l’origine des attaques visant à ruiner la candidature de Dany Toussaint à l’élection présidentielle de 2005.
Les résultats de l’enquête
Les débuts de l’enquête ont été marqués par de nombreuses fausses pistes. Quelques jours seulement après le 3 avril, on apprend que le cadavre de "l’assassin présumé du journaliste" a été retrouvé pour découvrir, peu après, que l’inconnu en question est décédé trois jours avant la date de l’assassinat. Fin avril, alors qu’il s’apprêtait à traverser la frontière pour se rendre en République dominicaine, Bob Lecorps, un homme déjà accusé en 1997 d’avoir participé à l’assassinat de l’ancien ministre de la Justice Guy Malary, est arrêté. Faute de preuves, la piste est rapidement abandonnée. Lecorps est libéré.
Entre 70 à 80 personnes ont été entendues par Jean Sénat Fleury et Claudy Gassant, les deux juges qui ont successivement mené l’instruction. Un an après, les enquêteurs sont parvenus à établir les faits suivants :  L’assassinat a été planifié au cours de plusieurs réunions.  Le 3 avril, les assassins sont postés devant la radio à partir de 5h30. Sept personnes sont présentes : deux tueurs et cinq complices. Ces derniers attendent dans trois voitures : une Nissan Pathfinder rouge dans laquelle les deux tueurs ont pris la fuite, une Cherokee blanche, ainsi qu’une camionnette, garée un peu plus bas dans la rue.  Malgré la nature différente des balles retrouvées dans le corps de Jean Dominique et de Jean-Claude Louissaint, les projectiles pourraient provenir de la même arme, qui n’a pas été retrouvée.  Deux des voitures ayant servi au crime, la Cherokee blanche et la Nissan Pathfinder, sont des véhicules volés qui avaient déjà été utilisés pour d’autres crimes. Le troisième véhicule sera retrouvé carbonisé.
Si aucun commanditaire n’a encore été inquiété, les juges ont incarcéré six personnes pour leur participation directe ou indirecte dans l’assassinat :  Le tueur présumé, Jamely Millien, surnommé "Tilou", arrêté une dizaine de jours après l’assassinat.  Le deuxième tireur, Jean Daniel Jeudi, dit "Gime", frère de "Tilou". Son rôle aurait consisté à couvrir son frère pendant l’assassinat. Il a été arrêté quelques semaines après le début de l’enquête.  Un individu dont on sait qu’il avait des contacts au palais national.  Philippe Markington, un homme connu pour revendre les informations que ses entrées au sein de différentes institutions lui permettent de se procurer. Il s’était présenté aux enquêteurs quelques jours après le 3 avril, affirmant qu’il avait vu toute la scène alors que, par hasard, il attendait quelqu’un sur le lieu du crime ce jour-là. Il était prêt à collaborer avec la justice en échange de la libération d’un ami. La précision de son témoignage a conduit la police à soupçonner P. Markington d’avoir lui-même participé au meurtre. Celui-ci avait notamment donné les numéros des plaques d’immatriculation de deux des véhicules, et le lieu où le troisième véhicule avait été abandonné.  Deux policiers. L’un, nommé Ralph Léger, a été arrêté alors qu’il était en possession de la Cherokee blanche ayant participé au crime.
D’après une enquête réalisée par la journaliste Ana Arana pour la Société interaméricaine de presse (SIP), publiée le 12 mars, les trois premiers suspects auraient des liens avec Ronald Camille, plus connu sous le nom de "Ronald Cadavre", soupçonné d’être le chef de plusieurs organisations criminelles. Une trentaine de crimes lui seraient imputés. Son nom avait été cité dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du sénateur de l’opposition Yvon Toussaint. Ronald Cadavre est soupçonné de contrôler les trafics de voitures, de camions et d’armes dans la zone portuaire et de rançonner les commerçants de Port-au-Prince. D’après Ana Arana, "son territoire s’étend du port (…) jusqu’au grand marché du centre". Ronald Cadavre, qui aurait accaparé aujourd’hui le contrôle de la sécurité du port de la capitale, a été entendu par le juge d’instruction comme témoin. Son frère, Franco Camille, est membre de Fanmi Lavalas.
Zones d’ombres : la mort de Jean Wilner Lalanne.
C’est en enquêtant sur l’origine des voitures ayant été utilisées dans l’assassinat de Jean Dominique que les enquêteurs se sont intéressés à Jean Wilner Lalanne. Ce dernier travaillait pour un réseau de voitures volées. Il était également recherché pour l’assassinat d’un ingénieur dans la banlieue nord de Port-au-Prince. Bien que déjà appréhendé dans cette première affaire, il avait, à l’époque, été libéré dans des circonstances douteuses.
Soupçonné d’être le lien entre les tueurs et les commanditaires, Jean Wilner Lalanne est arrêté le 15 juin 2000. Blessé par balles à la fesse et à la cuisse lors de son interpellation, il décède treize jours plus tard au cours de l’opération qu’il subit pour une fracture du fémur. La cause exacte du décès n’a pas été établie. Le diagnostic du chirurgien orthopédiste qui a mené l’opération, le Dr Alix Charles, privilégie la thèse de l’embolie pulmonaire, mais ce diagnostic aurait été contredit par l’autopsie. Deux mois plus tard, lorsqu’une nouvelle autopsie est ordonnée, on constate que le corps de Lalanne a disparu depuis plusieurs semaines sans aucune explication. Une enquête a été ouverte par le juge d’instruction.
Début juillet 2000, quelques jours après la mort de Jean Wilner Lalanne, Radio Haïti Inter s’était interrogée sur le recours à la violence lors de l’arrestation de ce suspect. Au total, trois des personnes arrêtées pour leur participation supposée à l’assassinat de Jean Dominique ont été blessées lors de leur interpellation, dont le tueur présumé, Jamely Millien. Après son arrestation, Lalanne a fait part à plusieurs reprises de sa peur d’être tué. Or, au début de son séjour à l’hôpital, personne n’avait été affecté à sa surveillance. Par la suite, des personnes ont pu le rencontrer dans sa chambre sans la présence des policiers. Pendant les treize jours qui ont précédé son opération, Lalanne n’a été entendu qu’une fois par le juge d’instruction qui l’aurait interrogé uniquement sur l’assassinat de l’ingénieur.
Alors qu’il avait désigné un autre médecin, Lalanne a été opéré par le Dr Alix Charles. Le 28 juin 2000, il est transféré de l’Hôpital général à l’hôpital Saint-François de Sales où il est opéré dans l’après-midi par le Dr Charles, assisté d’un chirurgien assistant, le Dr Delaneau, et de deux anesthésistes, Marie Yves-Rose Chrisostome et Gina Georges. Les quatre personnes ont été par la suite entendues par le juge. Le Dr Alix Charles est aujourd’hui inculpé pour homicide involontaire, mais il n’a pas répondu à la convocation du juge. Quatre autres personnes sont actuellement incarcérées dans le cadre de cette affaire.
En fait, plusieurs personnes s’interrogent sur les liens existant entre le Dr Charles et Dany Toussaint. Le Dr Charles est un ami de Richard Salomon, considéré comme le "bras droit" du sénateur. Par ailleurs, c’est l’avocat de Lalanne, Me Ephésien Joassaint, qui est venu solliciter le médecin. Or, Me Joassaint avait été recommandé à Lalanne par Jean-Claude Nord, l’avocat de Dany Toussaint.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9911
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 18:47

Joel ,

Mwen jamn konnen ke Guy Delva te sot konsa non ? Deux choses l'une ou bien misye pa konnen ke se sabote lap sabote dosye Jistis pou Dominique ou bien yo paye misye pou'l anmède Lavalas .

Demach politik Delva yo nan dosye sila kont Lavalas pap mache . Li met sote /ponpe .
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 18:52

Wi ;

Ou ka konnen ke NEG ki te fonde REPORTEURS SANS FRONTIERES lan se te yon NEO-NAZI.
Misye te KANDIDA pou yon MERI sou banye FWON NASYONAL.

Ke NEG sa a ,se te KIBEN lan MIYAMI yo ki t ap fonde misye;pou l atake tout rejim PWOGRESIS sitou lan AMERIK lan.

Se te youn lan OGANIZASYON ke GNBis yo te plis site paske li te yon gwo PILYE lan DESTABILIZASYON ARISTID lan!

OGANIZASYON sa a se te KES REZONANS Pres GNBis lan ann AYITI!
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 19:02

Marc H a écrit:
Joel ,

Mwen jamn konnen ke Guy Delva te sot konsa non ? Deux choses l'une ou bien misye  pa konnen  ke se sabote lap sabote dosye Jistis pou Dominique  ou bien yo paye misye pou'l anmède Lavalas .

Demach politik Delva yo nan dosye sila kont Lavalas pap mache . Li met sote /ponpe .


MAK;

Se DEZESPWA.
Yo konnen misye te enpotan kon sa e yo pa t ba li SEKIRITE.

Bagay sa a rantre lan LOJIK sa Dr PAUL FARMER te di de sa lenmi ARISTID yo ap fe.

PAUL FARMER di lan liv li ekri ak NOAM CHOMSKY an ,an 2004,ke LENMI ARISTID yo ABIL pou yo TOUYE MOUN pou mete l sou do ARISTID.
Se yon liv ki pibliye an 2004 ki rele "COUP D'ETAT"

Pa gen SASINAJ ke mesye LAVALAS yo ta fe an 2015 ,pou yo pa ta jwenn MOUN ki fe l lan.
SE ENPOSIB
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9911
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Fanmi Lavalas rejects Oriel Jean Interview linking Aristide in J D Murder   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 19:05

Haiti - Fanmi Lavalas rejects Oriel Jean Interview linking Aristide in Jean Dominique Murder

Regarding the bombshell interview by dead man Oriel Jean linking ex President Aristide to Jean Dominique's Murder, Fanmi Lavalas leader Louis Gerald Gilles says this is smear campaign to discredit the political party and its leader Jean Bertrand Aristide on the eve of the elections...
PHOTO: Louis Gerald Gilles
March 11, 2015 4:34 PM
KREYOL: Haiti - Fanmi LAVALAS rejete interview Oriol Jean ki marye President Aristide ak Lanmò Jean Dominique... Louis Gerald Gilles di se yon machination, yon bagay ki bien planifye, yo fè misye bay kont manti li. Zòt ap maniganse pou detwi imaj pati a e imaj lidè national, Aristide... Kisa ou panse de sa?

Also read: AUDIO: Haiti - Oriel Jean Interview - Aristide was involved in Jean Dominique Murder

"This is a montage to start the electoral fight," Louis Gerald Gilles says, "Lavalas will be present in the elections, others are trying to destroy the image of the party and the image of the party leader..."

"This is a well planned machination, it is wel planned," Louis Gerald Gilles said "they mad him [Oriol Jean] lie. It doesn't matter to us, we will continue the road to victory in these elections..."

Source : http://www.belpolitik.com/blog/lavalas-rejects-oriel-jean-interview-aristide-jean-dominique.html
Revenir en haut Aller en bas
Antitétanix
Star
Star
Antitétanix

Masculin
Nombre de messages : 937
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports.
Date d'inscription : 01/01/2015

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Aucun

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 19:54

Je vois la veuve éplorée Michèle Montas en train de frapper à toutes les portes pour savoir ce qui avait dû se passer. Elle avait un peu d'espoir en la personne d'Aristide mais elle avait fini par se résigner. Même un poste prestigieux à l'ONU n'a pu la consoler...

Citation :
Ses critiques acerbes contre l’élite économique, les anciens duvaliéristes, les militaires, la politique haïtienne des Etats-Unis et, dernièrement, certains membres de Fanmi Lavalas, lui valent de nombreux ennemis.


Ainsi, tout ce beau monde s'est réjoui de la mort de JLD mais s'est par la suite ligué pour accuser Lavalas. Lavalas est une organisation puissante non pas pour commander le meurtre d'un délateur mais pour contrecarrer ces accusations qui n'en finissent pas.

J'ai appris qu'un membre de la famille d'Oriel Jean avait averti les charognards de ne pas s'empresser d'en faire une affaire politique et de chercher à capitaliser là-dessus. Il n'y a pas longtemps que j'ai fait une mise en garde selon laquelle une vague de violence pourrait déferler sur la capitale si elle n'était pas déjà en cours. Guyler Delva fait partie de ces journalistes classés, prédisposés et préposés au travail ordurier. Les membres du site qui l'appuient sont aussi irresponsables. A bien y penser, on ne dépense pas autant d'énergie à acculer au mur une organisation qu'on a jugé bel et bien morte. Finalement, c'est eux qui vont trouver le temps long.

Ne soyez pas surpris si vous apprenez que Guyler Delva est allé se mettre dans quelque temps à couvert chez ses patrons.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 20:05

Moreau a écrit:
Je vois la veuve éplorée Michèle Montas en train de frapper à toutes les portes pour savoir ce qui avait dû se passer. Elle avait un peu d'espoir en la personne d'Aristide mais elle avait fini par se résigner. Même un poste prestigieux à l'ONU n'a pu la consoler...

Citation :
Ses critiques acerbes contre l’élite économique, les anciens duvaliéristes, les militaires, la politique haïtienne des Etats-Unis et, dernièrement, certains membres de Fanmi Lavalas, lui valent de nombreux ennemis.


Ainsi, tout ce beau monde s'est réjoui de la mort de JLD mais s'est par la suite ligué pour accuser Lavalas. Lavalas est une organisation puissante non pas pour commander le meurtre d'un délateur mais pour contrecarrer ces accusations qui n'en finissent pas.

J'ai appris qu'un membre de la famille d'Oriel Jean avait averti les charognards de ne pas s'empresser d'en faire une affaire politique et de chercher à capitaliser là-dessus. Il n'y a pas longtemps que j'ai fait une mise en garde selon laquelle une vague de violence pourrait déferler sur la capitale si elle n'était pas déjà en cours. Guyler Delva fait partie de ces journalistes classes, prédisposés et préposés au travail ordurier. Les membres du site qui l'appuient sont aussi irresponsables. A bien y penser, on ne dépense pas autant d'énergie à acculer au mur une organisation qu'on a jugé bel et bien morte. Finalement, c'est eux qui vont trouver le temps long.

Ne soyez pas surpris si vous apprenez que Guyler Delva est allé se mettre dans quelque temps à couvert chez ses patrons.


Se sa menm ;madan ORIEL JEAN te mete yo an GAD pou yo pa politize LANMO an.
Si yo ta fe sa ,tankou AMERIKEN yo di ,sa t ap "defeat the purpose".
Se pa GUYLER DELVA ki KOUPAB non ;se RADYO GNBis ki kite misye ap ITILIZE yo.
Se byen ka pou di ke si "PA GEN SITIREZ ,PA T AP GEN VOLO"  
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 21:10

Lwa kont difamatyon an ayiti dwe aplike a tout rigè si nou vle gen stabilite politik an ayiti. mwen pa di Aristide se yon sen non,men si yon moun akise Aristide te pile ti bebe nan pilon e w pa ka pwouve sa w di ya se pou li te gen dwa rele w la jistis pou te bay kote li te pile ti moun lan nan pilon an ou byen kote l te bay lod pou touye JLD.
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 21:33

Rozo, gen de bagay ki pa vo la penn.
Gade kisa tabloyid meriken yo konn fè.
Yo bay nenpòt manti sou moun yo vle: Oprah, Obama, Prens Chal e tout aktè Oliwoud. Yo pito pa okipe yo olye ya l pèdi milyonven ak plizyè ane lan pwosè.
Jounal yo konn sa tou.

Men li lè pou sistèm difamasyon sayo sispann sitou yo pa gen anyen yo kapb regle.

Nèg bò isit lan tounen bayakou. La l fouye lan latrin pou mete kk deyò.
Depi lontan kisa sa reglé?

Si genyen yon dosye ki ap anfounen lan tribinal, sa k fè nou pa tann vèdyk lan.
Si l jis, se pou tout moun aksepte. Si l pa jis, gen kou dapel.
Lan tout rimè ak pawòl san prèv sayo, laverite ap nwaye.
Revenir en haut Aller en bas
Antitétanix
Star
Star
Antitétanix

Masculin
Nombre de messages : 937
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports.
Date d'inscription : 01/01/2015

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Aucun

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 21:45

Guyler Delva est l'homme de main du pouvoir tèt kale travesti en conseiller en communication. Je vais vous dire pourquoi.

En réalité, c'est lui qui, depuis le début, fait "la job sale" (comme on dit au Québec) d'aller défendre le pouvoir et intimider les commentateurs qui ne ménagent pas Martelly. Je me rappelle la tentative d'intimidation dont Jean Monard a été l'objet. On peut prétendre le contraire mais depuis ce temps, l'animateur n'est plus le même. D'autant plus que Guyler Delva débarqua le lendemain dans l'émission pour le rassurer sur l'insistance de l'animateur au sujet de la signification d'un tel acte.

Vous avez raison de penser que la presse gnbiste est en opération mais cet animateur n'est pas un allié de ces brutes. Parfois, on est tellement dédié à ce métier de communicateur qu'on se pince les narines pour avaler l'eau immonde. Comme disait ma mère.

Ce dernier geste risque de le couler parce que, d'après un analyste, dans son empressement de pointer du doigt Lavalas, il y a assez des signes que Guyler Delva s'est compromis et qu'il y aurait matière à l'impliquer dans le meurtre d'Oriel Jean.

Hé! ça c'est du jamais vu: il s'agit du conseiller en communication du président d'un pays qui s'avilit ainsi. Mais dans quell pays vit-on? Ils vont très loin dans la provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 22:20

Haiti: Was the U.S. Military-Intelligence Complex Involved in the Murder of Oriel Jean, Former Security Chief for President Aristide?

By Kim Ives
Global Research, March 11, 2015
Haïti Liberté
Region: Latin America & Caribbean
In-depth Report: HAITI

On September 2012, gunmen killed Oriel Jean, President Jean-Bertrand Aristide’s former security chief from 2001 to 2003, in Port-au-Prince. After misleading media reports and rumors, he was falsely accused of selling out Aristide when jailed in the U.S. for 30 months on charges of money laundering. After returning to Haiti in September 2013, he led a low-profile life running a construction company.

In 2001, as the George W. Bush administration began targeting Aristide officials like Oriel, a few dozen heavily armed paramilitary “rebels,” led by former army officer and police chief Guy Philippe and former death-squad leader Jodel Chamblain, began launching military raids from the Dominican Republic on the Police Academy on Jul. 28, 2001 and the National Palace on Dec. 17, 2001, both of which the Special Unit for Guarding the National Palace (USGPN), under Oriel’s direction, repulsed.

In 2002, using one of its usual political pressure tactics, the U.S. issued a list of Haitian government officials, including Oriel, to whom it would deny visas due to their alleged ties to Haitian drug traffickers. On Jun. 27, 2003, conservative Radio Métropole reported that Oriel had been “spotted” two days earlier leaving the Port-au-Prince international airport “incognito… with his entire family” for Canada, insinuating that he was fleeing the country and might be arrested by Canadian authorities. Oriel rebutted the report the same day in a telephone interview with Radio Kiskeya, saying he’d traveled to Montreal for no more than two weeks to seek medical attention for a bad knee, while his family had joined him for a vacation and to see relatives.

“Before you spread rumors, you should try to confirm the information,” Oriel complained to Kiskeya and the media in general. “There are simple calls you could make. My God, if I am going to leave for a few days, do I have to hold a press conference?”

Despite the interview, Oriel hastily flew back to Port-au-Prince on Jul. 1, 2003. But, with the U.S. tightening the political screws, it was decided he should resign as USGPN chief a few days later, just as Nesly Lucien had been forced to resign as police chief in March 2003.

Oriel continued to play a central but background role in Aristide’s security until the coup d’état of Feb. 29, 2004. Eight days later, armed with a visa and having received assurances from an official in the Canadian Embassy that he was welcome, Oriel flew from Punto Cana, Dominican Republic to Toronto, but he was arrested on arrival there. Canadian authorities told him they had cancelled his visa.

“My lawyer and I asked them how they could revoke someone’s visa without telling them,” Oriel told Haïti Liberté in a 2007 interview. “If someone has no right to enter Canada, you have to tell them that beforehand, not after they’ve taken a flight and arrived there… If they don’t want me to enter, return me to the Dominican Republic or Haiti. I even asked them to return me to Haiti.”According to Oriel, he and his lawyer had won this argument when the proceedings were interrupted, and the judge was presented with an extradition request from Washington. “My lawyer told me that I could fight the extradition request, but given the close relationship between Canada and the U.S., I had very slim chances of winning,” Oriel said. “The legal fight, the judicial process, in Canada might take two or three years during which time I’d be detained, and if I did lose, the clock would start at zero again when I was extradited to the U.S.. So despite some opposition from my family and supporters in Canada, I decided not to fight the extradition request and to face my accusers in the U.S..”

Oriel was extradited to the U.S. on Mar. 19, 2004. Prosecutors accused him of helping to offload drugs and demanding a cut of drug profits, charges Oriel vigorously denied. He insisted that he had taken part in no illegal activities or drug-trafficking whatsoever. “But my lawyer said to me: ‘Listen son, you’re not in Haiti anymore. Here in the U.S. they have this charge called conspiracy. Even if you personally weren’t involved in anything, if you were at all associated with someone who is charged with a crime, and you even accepted five cents from him, there are ways to accuse you. Going to a trial is very risky given the demonization of [the] Lavalas [government]. I advise you to clear yourself, tell them what is true, what is not true, and make a deal.’”

Oriel followed the advice and admitted to knowing Haiti’s three principal drug traffickers and having even accepted gifts from them. “Knowing they were drug traffickers, I should have kept my distance from them,” he said. “I admitted my error and agreed to pay the price.”

“As I did my job, I thought I was just dealing (en affaire avec) with the Haitian government,” he added. “I didn’t realize I was dealing with the U.S. government.”

He made a deal to plead guilty to the charge of “Conspiracy to Commit Money Laundering” and to testify against drug trafficker Serge Edouard, who was convicted for life in 2005.
“There are some who say I betrayed Aristide and said things about him and gave up other people, and that was why I got so little time,” he said in his 2007 interview. “People can say anything. The truth is that I simply told them what I knew about the drug traffickers.”

Released from prison in September 2006, with one year probation, Oriel went to work as a parking lot attendant at Ft. Lauderdale Hollywood Airport, working the midnight to 8:00 a.m. shift. The U.S. State Department granted him an S visa, given to “alien witnesses and informants,” which had to be renewed every year following an interview.

Some years, U.S. officials would delay the renewal. One of those years was 2011. Following Aristide’s Mar. 18, 2011 return to Haiti from a seven-year exile, Oriel told Haïti Liberté that the Justice Department had sent a team of three investigators to ask him questions about Aristide. He said he provided them with no answers and sent a hand-delivered message to Aristide about the visit. In the same note, he gave Aristide some advice and warnings about people in his security team.

Finally, Oriel decided to leave Florida and return to Haiti in September 2012. Under the terms of his S visa, he would not be allowed back into the U.S., so he knew it was a one-way trip. “He didn’t want to stay in the U.S. any longer,” his wife Bettina told Haïti Liberté. “He was tired of working nights at the parking lot. He felt a lot of stress in the States from work, financial problems, and his immigration status and thought he could contribute more in Haiti. He was like a fish out of water.”

Back in Haiti, he went to work as Operations Director for Claudy Construction, owned by Claude Guillaume, who also owns Claudy Center Borlette, a popular private lottery in Haiti. “The Martelly government offered him a job, but he refused it,” said Oriel’s childhood friend Alix Sainphor. “He didn’t want to be involved in politics, and he didn’t want anything to do with Martelly.”

He maintained a low profile, but trouble came looking for him. Investigating Judge Ivickel Dabrézil subpoenaed Oriel, along with many others, including Aristide, to provide him with any information they had concerning the Apr. 3, 2000 murder of radio journalist Jean Dominique and his radio’s guardian Jean-Claude Louissaint.

Oriel said that he told Dabrézil what he knew about the matter, testimony that might implicate former Lavalas Family Senator and Aristide Foundation director Mirlande Libérus – now living in Florida – in the double killing.

“You have to understand that I have no power, no money, no team of lawyers to avoid talking to Dabrézil when he subpoenaed me,” Oriel told Haïti Liberté in 2013. “He is taking testimony from many people. I told him exactly what was said to me, what I did, and what I know. First, I don’t want to get in trouble by hiding something or telling a lie, and second, I think we should get to the truth in the Jean Dominique case. It’s gone too long unsolved.”

“Some people say I accused Aristide, which is not true,” he continued. “I was dealing with Mirlande. I don’t know where it went from there. She will have to give her testimony. But don’t blame me for just telling what I experienced.”

With this tension between certain former Lavalas Family leaders and Oriel, the stage was set for tragedy.

“He had received numerous death threats, particularly in February 2014,” said Sainphor. “At that time, he chose to leave Haiti and stay in the Dominican Republic for a month and a half. When he felt the danger had passed, he returned. But shortly before he was killed, he had received more threats.”

Some Haitian analysts question whether the hidden hand of the “laboratory,” as the U.S. military/intelligence complex is called in Haiti, might be involved. “It could be that the laboratory killed two birds with one stone,” said Henriot Dorcent of the party Dessalines Coordination (KOD). “They eliminate a very connected and experienced guy who was once a militant in and apparently remained sympathetic to the Haitian people’s struggle for justice, democracy, and sovereignty. And at the same time, they lay the crime at Aristide’s doorstep, thereby undermining the people’s mobilization against the regime of President Michel Martelly, their puppet.”

This hypothesis is given credence by the reaction of Martelly’s former spokesman Guyler C. Delva, secretary general of SOS Journalists, who put out a Mar. 3 statement saying that Oriel had “constantly been the subject of death threats from individuals close to former President Jean-Bertrand Aristide whom he had accused of ordering the murder of Jean Dominique.” In truth, even in a long interview with the former security chief which Delva made public on Mar. 10 on Radio Caraïbes, Oriel stopped short of directly accusing anybody of the crime but simply lays out a version of events and circumstances that are very suggestive. As Alix Sainphor said: “Guy Delva is lying, twisting and framing Oriel’s words to further his own agenda.”

Other pro-Martelly politicians, like Sauveur Pierre-Etienne of the Struggling People’s Organization (OPL), have also charged that Aristide is behind Oriel’s killing.

“Aristide had asked Mirlande and others to ‘neutralize’ Jean Dominique, whom he saw as a strong challenger for the presidency coming from Préval’s party Kozepèp,” Oriel told Haïti Liberté in 2013. “Did he mean for them to physically eliminate him? Frankly, I don’t think so.”

Oriel Jean’s funeral is scheduled to be held on Mar. 11 at the Parc de Souvenir cemetery in Port-au-Prince, where he will be buried. He is survived by his wife, Bettina, his father, Odiyel, two sisters, Mamoune and Gladys, and four children, two boys and two girls, ranging in ages from 27 to 12.

It is perhaps fitting to close with Oriel’s own words from his 2007 interview with Haïti Liberté: “The U.S. government and media has tried to paint me as a corrupt criminal, like Jean-Claude or François Duvalier, Ti Bobo, Bòs Pent, Luc Désir, etc. Those who know my trajectory, who know where I come from in the struggle since 1986, know that’s not me. Those who have worked alongside me know that I’m a militant and an upright citizen (sitwayen de bien). However, I recognize that I’m not perfect, I made errors as everyone does, and I’ve paid for my errors and started anew. I have made my self-criticism (otokritik). But I have never been a trafficker, a drug dealer, a criminal. I cannot spend my whole life fighting against dictatorial power – people who kill others, who beat others – to become one of them today. My relationship with someone I should not have been friendly with, which got me into trouble, I don’t deny that. I accept that. But to make me into something I’m not is not good. I’m very critical because I was in a key post, and I saw how the government finished badly, and I’m critical of many people. I’m critical of Aristide, I’m critical of myself, I’m critical of many people who were in power because I saw what happened in front of me and how in the end it was the people who were the victim. As I always say, I am a child of the people, I was raised among the people, and I will die among the people.”
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 22:37

Mezanmi pa gen rout pa bwa, dosye Jan Do bèl e byen devan lajistis. Yon lajistis doutab ki pafwa gen yon ti limyè despwa. Dosye sa andifikilte depi sou Preval kote komisè Gassant te ranmase tout pozèl yo ki te dwe acheminen tout sispèk ak temwen prensipal lanmo Jando devan jij yo.

Fen gouvenman Preval dosye Jando si telman tonbe nan men sèvis sekrè plizyè gwo nachon ki ateri sou biro anpil oganizasyon, jounalis etranje tankou nasyono lajistis sètoblije pouse sou dosye sa.

Mezanmi Jando te gen plizyè kontansye kom chikann. Ak Boulos nan zafè medikaman valodon, li te akize e pwi reklamen jistis ak reparasyon.

Yon lot chikann  Dany Toussaint ak Bob Manuel,  nan rivalite pou okipe djob  sekrite nasyonal. Jando defann Bob Manuel kite yon kinan li, ki mete l an difikilte ak Dany. 

Finalman vrè pis ankèt yo dekouvri sou lanmo Jando se bann denonsyasyon pou vol, blanchiman lajan, koripsyon kite nan prop pati l lavalas lepok. Jando se lanmè ki pa sere kras, li repwoche Aristide pou tout tolerans ak bann mekreyan , palmantè ou fonksyonè lavalas kite nan yon systèm byen oganize nan deli de krim.

Se saki pral byen demontre nan ankét Paul Denis, sèvis sekretarya Prezidan Aristide se te prensipal tab tounant nan krim ekonomik sayo. Oriel Jean byen eksplike bidgè sekirite Prezidan se te yon kès pou tout fom finansman lajan, zam ak lot lojistik.

Se konsa eto ap sere otou de la Prezidans ak prensipal ajan pi enpotan tankou senatris Mirlande Liberus kom responsab Fondasyon Aristide kote lajan ale blanchi pou detounman  lajan leta

Pis lavalas si telman pwisan ke tout ti temwen kite patisipe direkteman nan tout krim tankou ale touye Jando ak gadyen sekirite radyo ap tonbe youn apre lot. Yo retrase veyikil ki te nan reyalizasyon krim lan, 2 vwati kite volo, yon lot yo boule pou efase endis.

Kidonk se yon dosye ouvè menm si nou konnen pa gen gouvenman ki vreman endepandan, onèt, entèg pou pousiv li tankou li te komanse.

Map di fanatik san kondisyon lavalas, se enposib pou fomasyon politik sa   retwouve menm potansyèl politik li te konnen yo. Pran konsyans menm si yo poko jije, fouke temwen, otè kèlke swa degre yo nan tout vye krim ak magouy sayo. Nou ta dwe fè yon ti kanpo, opre nan mitan nou yon bon lavaj a presyon komanse anro jouk nan baz. 
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 23:09

Pou ki sa yo pa ba sa yo di Oriel jean te di poul te ka pase mwens tan nan prison  menm enpotans a moun ki di se Ti Raymond menm ki te di se li ki touye JLD Pou kisa jodya se yon pwoteje Beaulieu ki ap di sa Oriol te di l aloske tout moun te tande nan radyo kote beaulieu te mande si pa gen makout ankor an ayiti ki fè yo kite Jean Dominique ap sal non Francois Duvalier.mwen pap dedwane oken kriminel non men si se sou sa moun di yap base pou yo jije Aristide fok yo konsidere tou sa tout moun te konn di.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyMer 11 Mar 2015 - 23:18

fok nou pa bliye Guiler se pwoteje Beaulieu.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 0:26

Se pa sa ankor non;JLD te lonje dwet sou DANNY TOUSSAINT sou MOUN ki te gen movez entansyon a pwopo de li..
Li te di pou ARISTID veye mesye sa yo.

Radyo GNBis yo te tande sa.
Kom RIKO ABIL lan al defounen sa kavalye POLKA li yo konn di ;si li ale sou ACHIV RADYO GNBis yo l a we konbyen fwa yo te atake DANNY TOUSSAINT.
Epok sa a yo t ap mande pou yo retire IMINITE PALMANTE TOUSSAINT pou l jije.
Se pa t DANNY TOUSSAINT ki te vize non ;yo t ap sible ARISTID pa DANNY TOUSSAINT.

Lan fen 2003 ,le TOUSSAINT vin demaske l kom GNBis li te ye e ke RADYO GNBis pa t reyalize ;yo pa t janm nonmen NON DANNY TOUSSAINT anko lan zafe JAN DOMINIK lan.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 0:34

joel

mwen rekonet kom moun serye eske w tande interview Oriel jena bay anvan l mouri ya? bagay sa towoublan anpil wi . Misye di gen moun yo wè ki tap tnatre ka senate Liberus ak san nan pye yo wi.

mwen pa ka admet krim politik la vre kom moyen pou lit pep la avanse.
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 0:57

MessageSujet: Pour $ 400 000 : Oriel Jean a vendu Jean Bertrand Aristide! Mer 29 Jan - 23:46
Pour $ 400 000 : Oriel Jean a vendu Jean Bertrand Aristide!

Par Evens Dubois

Depuis quelques jours, l’ancien secrétaire d’état à la communication du gouvernement fantoche Guyler Cius Delva mène une véritable croisade contre le président Jean-Bertrand Aristide dans le dossier du journaliste crapuleusement assassiné le 3 avril 2000 Jean Léopold Dominique. Quel est le véritable objectif de cet ancien journaliste? Faire coffrer le président en faisant croire que c’est lui le véritable auteur intellectuel en dépit d’un rapport l’ayant totalement blanchi. Qu'est ce qui se cache derrière cet acharnement de Guyler Cius Delva?

L’une des personnes sur laquelle repose le travail du juge Yvikel Dambrezil est le témoignage de Mr Oriel Jean. Ce dernier est le dernier chef de Sécurité du Palais national sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide. En 2008, il téléphone à Guyler C Delva de Miami pour lui affirmer qu’il est prêt à lui fournir des indications claires et précises dans le cadre du dossier de l’assassinat de Jean-Léopold Dominique. Entretemps, René Préval avait crée une commission bidon dont il avait le secret pour faire le jour sur les cas des journalistes tués durant les années 2000. La mariée étant trop belle : Guy C Delva sauta dans le premier vol pour une rencontre préliminaire avec le sieur Oriel Jean, car flairant un bon coup. Cet ancien chef de la Sécurité présidentielle caressa un rêve fou: celui de rentrer en possession de l’une de ses maisons située a Belleville achetée en 2003 pour une valeur de $400.000. Sous la dictée du gouvernement américain, René Préval avait procédé, légalement, à la saisie des biens de plusieurs personnalités proches d’Aristide qui purgeaient des peines à cause de leur implication à des degrés divers dans le trafic illicite de la drogue. De retour à Port-au-Prince, Guy C Delva fit son rapport à René Préval. Pour lui prouver sa bonne foi, l’ancien chef d’État officialisa, avec l’assentiment des Américains, une commission rogatoire chargée d’interroger devant les autorités policières de Miami, tous les individus incarcérés dans le cadre dans ce trafic illicite dans cet État. Cette dite-commission n’était en réalité une sorte de fiction: le super commissaire du gouvernement d’alors, Claudy Gassant n’était venu que pour Oriel Jean. Avant que celui-ci ne se mette à chanter, il exigea l’annulation de toutes les mesures prises contre ses biens sous saisie. Une fois le deal accepté, grâce au bon soin de la Drug Enfoncement Agency(DEA), il offrit un luxe de détails qui auraient établi la responsabilité directe du président Jean-Bertrand Aristide. Somme de donne des preuves, il bafouilla mentionnant qu’il a quelques dossiers en sa possession cachés en Haïti et qu’une fois au pays, il saura ou les retrouver. En réalité, il bluffait comme un joueur de poker. Il pensait jouer au “met dame». Oriel Jean exigeait un aller retour Miami Port-au-Prince-Miami en bonne et due forme. Il savait très bien qu’il est sur le coup d’une déportation et qu’une fois hors des États- unis, il sera dans l’impossibilité de revenir. Voyant que sa demande ne serait jamais agrée, il changea son fusil d’épaule. Il affirma que dans le cadre d’un procès sérieux, il présenterait les ”preuves ”qu’il détiendrait. Devant le commissaire Claudy Gassant, il expliquait avoir mis René Préval au courant du plan d’assassinat de Jean Léopold Dominique en lui disant : ”Prezidan si m te oumenm, mwen ta bay Jean Dominique yon kouveti sekirite, wi.”.Mis au courant d’une telle déposition, René Préval mit en veilleuse sa commission bidon. Oriel Jean, à mots couvert, accuse René Préval de non assistance à personne en danger. Cela pourrait alimenter d’autres interrogations et débats gênant pour l’ancien chef de l’État.

Oriel Jean : un individu sans scrupules?

Une petite anecdote. Lors des funérailles du très regretté Père Gérard Jean Juste, l’ancienne sénatrice Mirlande Luberice regardait Oriel Jean avec une véritable répulsion. Les gens présents pensaient qu’elle allait vomir. L’ancien chef de sécurité du président Aristide s’emporta en déclarant : ”Say genyen w ap gade m konsa? Se pou m te bay yon vyann pou jwenn byen m yo! " Oriel Jean ferait n’importe quoi pour parvenir a ses fins. C’est un individu sans scrupules, borné et teigneux. Après s’être échappé lors du coup d’état du 29 février 2004, il s’était fait coincer dans un aéroport au Canada avec la fabuleuse somme de 300.000 dollars américains et d’un cheque d’un montant de 17.000 américains. Car, il pensait qu’une fois la débâcle consommé, il allait refaire sa vie la bas. Mais c’était bien compté, mal calculé. Le gouvernement canadien l’expédia comme un mauvais colis aux États Unis puisque recherché par la Drug Enfoncement Agency (DEA). Il a été condamné à de très Lourdes peines aussi il avait obtenu une réduction de peine de quatre à cinq ans en vendant ses amis. Il a même été admis sur la liste de «témoins sous protection”. Il témoigna contre son ancien patron Sergo Persévérance dans le trafic de la drogue lors de son procès à Miami. Ce dernier est un ancien tenancier de borlette. Rudy Terrassant, l’ancien commandant de la BRI, a été coincé grâce à Oriel Jean. Ces deux individus sont les seuls à avoir reçu de Lourdes peines de prison et continuent à les purger. Une fois libéré, Oriel Jean ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Preuve qu’il avait bien joué son rôle d’informateur et de dénonciateur : il était employé au sein du service de sécurité de l’aéroport international de Fort Lauderdale. Son job : aider à filtrer les passagers sur les vols en provenance d’Haïti. Cela avait provoqué un certain malaise dans la communauté haïtienne. Il n’avait pas les qualités requises, entre autres la citoyenneté américaine, pour occuper un tel poste. Il était devenu une espèce de pestiféré aux yeux de plus d’un. Ou du moins ceux qui connaissent son passé.

Guy Cius Delva : espion ou mercenaire?

Le fondateur de SOS Journaliste avait raté d’un poil ce dossier sous l’administration de Préval. Celui-ci ne prenait pas au sérieux la déposition d’Oriel Jean. En bon opportuniste qu’il est, Guy Delva a opéré un virage à 90 degrés en passant avec armes et bagages dans le camp de M. Michel Martelly. Pour donner des gages et montrer qu’il peut être un bon lèche-cul et ce, sous n’importe quelle administration, il vend le dossier Jean Dominique au pouvoir Tèt Kale. L’autre raison qui a poussé Mr Delva a adopté cette attitude mercenaire: il voulait se faire pardonner. Jouant de sa proximité avec le pouvoir Préval, il était au courant de certains dossiers. Entres autres, celui de Rudolph Boulos. Un ennemi acharné de l’ancien président au Parlement. Il a été le premier à révéler la nationalité américaine de ce dernier. Ce Rudophe Boulos est un membre influent de la minorité économique. Il avait financé un Thinkthank basé à Washington ayant joué un rôle dans le mouvement qui devait porter le Président Aristide à quitter le pays le 29 février 2004. Accusé d’être un des commanditaires du double crime du 3 Avril 2000, Mr Boulos choisit de se refugier en République dominicaine où il a investi aussi. Pris de panique Guy Delva se refugie à l’étranger: il était conscient d’avoir avili l’homme d’affaires. Et ces gens ont le bras long; n’importe accident pourrait survenir. Étant à l’étranger, il téléphone à René Préval pleurant à chaudes larmes, lui disant qu’il n’en peut plus de cet exil forcé et promit de rester tranquille et muet comme une carpe. C’est ainsi qu’il reçut une voiture blindée pour vaquer à ses occupations. Dès lors, Guy Delva oublia la première lettre du nom Boulos. Entretemps, Entre-temps, Préval se réconcilia avec les Boulos, non seulement en faisant remettre un passeport haïtien à Rudy Boulos, mais aussi en nommant son frère Reginald au sein d’une de ses commissions présidentielles après le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010.

Guy Delva est un lâche. Comme tout lâche qui se respecte, il lèche le cul des puissants mais est arrogant avec les faibles. Conscient d’avoir été utilisé dans le dossier de Rudy Boulos et ayant peur des représailles, il se faufila toute honte bue entre les jambes des bracelets roses à l’arrivée de M. Michel Martelly au pouvoir. Muni de sa carte passe-partout de journaliste, il accompagna Martelly lors de ses tournées .L’on s’en souvient : il avait été tabassé par des sbires de ce dernier lors de la campagne électorale. Le dossier de Jean Dominique était devenu une sorte de précieux sésame, un produit de marchandage avec lequel il s’est donne du poids pour forcer son admission au sein de la nouvelle équipe au pouvoir qu’il sait être des ennemis intimes et viscéraux du président Jean-Bertrand Aristide. Encore une fois, il reprend la même sale besogne qui avait été la sienne sous lui Préval celui une espèce de poil à gratter. D’abord, il commence par dénigrer l’opposition anti-Martelly dans une certaine presse. De puis quelques jours, sa capacité de nuisance est montée d’un cran. Il a été accusé par les avocats d’Aristide d’être de mèche avec le pouvoir Tèt Kale dans l’agitation du dossier Jean Dominique. Pour faire bien son travail, Michel Martelly et Laurent Lamothe lui ont demandé de rester derrière le rideau exit le titre de conseiller de Martelly. Il continue à recevoir son émolument mensuel pour le titre, mais aussi il est remarqué parmi ceux qui s’assoient dans les rangs des conseillers de M. martelly lors des rencontres du chef Tèt Kale avec certaines personnalités. En plus de ça, il s’est crée un tas de couvertures au cas où…Comme par exemple, SOS journalistes, une organisation dont il est l’unique membre ainsi que le président d’une commission-bidon : il est l’unique membre aussi. Il a fondé une autre agence de presse HCNN. Son ancêtre le HNN émargeait de la caisse publique sous Préval. Aujourd’hui, il est financé par Laurent Lamothe. Guyler C Delva ignore toutes les règles déontologiques: son agence bidon répand le mensonge, dénigre les honnêtes gens au profit du couple escroc Martelly-Lamothe. Ce duo malveillant est la porte d’entrée de la colonisation d’Haiti. Martelly/Lamothe appliquent leur programme meurtrier au profit de l’étranger et de l’oligarchie locale. Ce n’est pas la première fois que Guy Delva travaille au détriment de son pays. Durant la période du GNB (Grenn nan bouda : testicules entre les fesses), il servait de garde-chiourme à l’organisation Reporters Sans Frontières qui elle-même est financée par la Central Intelligence Agency (CIA). Cette organisation non-gouvernementale garde selon le cas un silence assourdissant devant les violations des libertés de la presse dans certains pays africains dirigés par des fantoches chargés de veiller aux intérêts de la France. Deux exemples pour illustrer que c’est une organisation à géométrie variable. L’enquête sur l’assassinat du célèbre journaliste burkinabè Norbert Zongo piétine depuis sa perpétration. Reporters Sans Frontières n’a jamais place Blaise Comparé sur la liste les prédateurs de la liberté de la presse en dépit du fait des preuves palpables avaient retracé le crime jusqu’au frère du président burkinabè. Lors de l’invasion de l’Irak en 2003, un obus américain avait tué un journaliste espagnol. Reporters Sans Frontières dédouana les forces américaines. Pour ne pas réveiller le chat qui dort, il ne serait pas bon souligner la collusion de cette organisation avec le milieu raciste français: des anciens dirigeants sont sur la liste du Front national(FN) pour les prochaines cantonales.

Guy C Delva a tout l'air d’un “honorable correspondant”. Il a été lancé dans le métier par le défunt Serge Beaulieu qui l’avait introduit dans le monde des services secrets. Depuis 1994, il s’arrangea pour se retrouver de jour comme de nuit dans les couloirs du Palais National, guettant les moindres miettes d’informations présidentielles. Qui ne se souvient pas de sa défense ardue dans les media de la thèse officielle sur l’innocence d’Evynx Daniel? Il affirma sur Radio Caraïbe, un samedi matin, dans l’émission “Ranmase” avoir discuté de son cas avec un agent de la DEA. N’est-ce pas cet Evynx Daniel q est aujourd’hui porté disparu? Guyler Delva ne pipe mot. Sa feuille de route aujourd’hui est d’harceler le président Aristide.

Une accusation cousue de fil blanc

L’utilisation de la déposition de Mr Oriel Jean sera utilisée cette année à des fins électorales. Les anti-lavalas vont s’en donner a Cœur –joie pour éclabousser ce parti ancré dans la mémoire des masses. Juridiquement, les déclarations sans preuves matérielles peuvent être rejetées devant n’importe quelle cour d’assises. Or, en fait de crédibilité, n’importe quel défenseur pourrait soulever le fait qu’Oriel Jean s’était mis à table en jouant une partie de poker menteur avec des ignares. Comment des autorités aient-elles pu conclure un marché consistant à l’abandon d’une mesure de saisie sur une maison contre des témoignages sans preuves matérielles? Oriel Jean est en possession de ses deux maisons. L’une à Tabarre et l’autre à Belleville. Réclamer justice pour Jean Dominique et Jean-Claude Louissaint est légitime. Personne n’a le droit d’ôter la vie d’autrui. Mais se servir des cendres du journaliste à des fins politiques ou pour écarter un parti politique est carrément ignoble.

Evens Dubois.
Revenir en haut Aller en bas
kakakok
Super Star
Super Star
kakakok

Féminin
Nombre de messages : 5234
Localisation : USA
Opinion politique : Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites,mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit à le dire"
Loisirs : DEMOCRATE DU CENTRE GAUCHE !
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Vision politique , NOE DES TEMPS MODERNES !

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 1:12

TRES BON TEXTE MAIS CECI N EMPECHE PAS CELA affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

JE SUIS COMPLETEMENT D ACCORD NI L UN NI L AUTRE ORIEL AK DELVA PA ENSPIRE KONFYANS affraid affraid affraid affraid


SA KI REYEL ..JEAN DO MOURI VRE ....GENYEN YON SEKTE SEKTE LAVALAS FE TOUT SA YO KAPAB POU VERITE PA JANM BLAYI NAN KOZE KRIM SA A ....
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 2:35

Mezanmi sispann fè divèsyon.

Nan tout ankèt, fòk anketè yo pran tout pis an konsiderasyon. Men, se endis ki jwenn ki pral oryante ankèt lan. Nan ka Jean Do an, tout endis ak temwen lonje dwèt sou papa lyon Tabarre lan ak bizango li yo. Bon, menm si, se ta yon lòt sektè ki ta fè touye Dominique, pa genyen yon lòt sektè ki fè yon pi bon travay nan anpeche ankèt lan abouti ke LAVALAS.
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 2:43

Joel a écrit:
Epok sa a yo t ap mande pou yo retire IMINITE PALMANTE TOUSSAINT pou l jije.

Koreksyon! Se pa pou l te jije, se te pou li ale reponn kesyon Jij enstriktè an. Li te vini fè l kanmèm apre Aristide te chape poul li an 2004. Lavalas pa t vle Dany reponn kesyon paske yo konnen ki kote sa ta pral abouti. Plizyè konplo te fèt pou yo te manje Dany Toussaint tou, plizyè sous te enfòme misye e li te pran sa o serye, se sa ki fè ke yo pa t gen tan asasine misye.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK EmptyJeu 12 Mar 2015 - 6:57

THUNDER

Pa vin reyekri LISTWA.
Milye GNBis te telman ap akize DANY TOUSSAINT se limenm ki te komet KRIM lan ;ke mwen sonje ke mwen te pran defans DANY TOUSSAINT sou yon FOWOM

Ale sou ACHIV PAJ RADYO GNBis e w a we ke yo te JIJE e KONDANE TOUSSAINT.
TOUSSAINT te AKTIF lan mouvman GNBis lan ,an menm TIT ke YOURI LATORTUE e HIMLER RHEBU yo pa t konn sa.

Epitou men ki sa GUYLER DELVA mete sou PAJ WEB li an.MWEN pa konn si l mete l an FRANSE tou.
Misye di ke espesyalis an SEKIRITE ;jan yo rele yo non;di ke mesye LAVALAS femen DYOL ORIEL JEAN pou l pa pale.
Ki jan li fe konn sa ,alos ke yo poko pran MESYE ki touye ORIEL JEAN yo.
E paske MADANM ORIEL JEAN di ke MOUN ki touye ORIEL JEAN yo se 1800 DOLA CASH ke l ta pran la LA BANK lan jou sa a ;GUYLER DELVA retire IPOTEZ sa a ,epi BRID SOU KOU li bay "TAPE"" lan.
Bagay sa a ,gen SANT yon kadav yon CHEN an DEKONPOZISYON:



Haiti press freedom watchdog denounces assassination of key witness in journalist murder case

Published on March 3, 2015 by Editor HCNN (author)

(photo: )




Port-au-Prince, March 3, 2015 --The Secretariat of SOS Journalistes and the Independent Commission to Support Investigations into Murders of Journalists (CIAPEAJ) denounced and condemned on Tuesday in the strongest terms the obviously planned assassination of a key witness in the murder, on April 3, 2000, of the most famous Haitian journalist and political commentator, Jean Leopold Dominique.

In a communiqué issued on Tuesday by the head of SOS Journalistes and of the CIAPEAJ, Joseph Guyler Delva, the former security Oriel Jean, shot dead in the Delmas area of the capital in the afternoon of March 2, had constantly been the subject of death threats from individuals close to former President Jean-Bertrand Aristide whom he had accused of ordering the murder of Jean Dominique.

The death threats were so direct that SOS Journalistes and the CIAPEAJ had to intervene with relevant authorities to seek and obtain special protection for Oriel Jean, who had always expressed his willingness and commitment to testify in criminal court when the trial of Jean Dominique's case takes place.

As a former security chief of ex-president Aristide, in the wake of the expiration of his first presidential term and during his second term between 2001 and 2003, Oriel Jean had claimed to be in possession of important information about the behavior of Aristide and the orders the latter would have given to former Senator, Mirlande Libérus, to make sure that all measures were taken to "silence Jean Dominique" whose bitter and virulent critics were increasingly directed against former President Aristide who was preparing to run for another presidential term.

A source close to the police, during a conversation on the issue with SOS Journalistes and the Commission working on cases of murdered journalists, favored the theory of an assassination that has nothing to do with the fact that Oriel Jean had previously done a transaction at a bank. It would be question of an assassination hidden in a holdup to blur or cloud the origin of the crime, according to information collected by security experts right after the perpetration of the crime.

The murder, which is added to other eliminations of determining and unwanted witnesses in the case of Jean Dominique, is a big blow to the case that is being examined at the Supreme Court, after some close allies of Aristide -- including Mirlande Libérus pointed out, over a year ago, by judge Ivickel Dabrézil as the intellectual or material authors of the crime -- decided to challenge all the magistrates of the Court of Appeal, in the context of a delaying tactic.

SOS Journalistes and the Commission working on cases of murdered journalists, the CIAPEAJ, has expressed appreciation for the diligence with which the Central Department of the Judicial Police (DCPJ) initiated the investigation into the murder of Oriel Jean and the deployment of a significant number of agents who are engaged in pursuit of the murderers of the key witness.

SOS Journalistes and the CIAPEAJ call on the authorities and the whole society in general to do everything in their power to ensure that the double murder, on 3 April 2000, of journalist Jean Dominique and his gatekeeper Jean-Claude Louissant, as well as the murder of Oriel Jean, do not go unpunished.



An pasan ,se pou nou note ke e SOS JOURNALISTES e CIAPEAJ se OGANIZASYON GUYLER DELVA yo ye
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty
MessageSujet: Re: REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK   REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
REVELASYON SONOR ORIEL ANSYEN SEKRITE JAN BERTAND ARISTIDE SOU LANMO JAN DOMINIK
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: