Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal

 

 Pour la grande politique

Aller en bas 
AuteurMessage
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Pour la grande politique Empty
MessageSujet: Pour la grande politique   Pour la grande politique EmptyLun 27 Avr 2015 - 11:02

Charles Castel : pour la « grande politique »


Le Nouvelliste | Publié le : 24 avril 2015

Charles Castel
Archives

 Charles Castel parle politique par ces temps où le pays a le nez dans le guidon des élections. Ses mots, scalpel, tranchent froidement la pomme de nos faiblesses, de nos incapacités à initier, sur la base d’un consensus national entre les élites et les forces vives, les réformes indispensables pour sortir du trou du sous-développement. « Il y a des réformes censées et urgentes que nous devons faire », a appelé Charles Castel, gouverneur de la BRH, pendant la causerie des banquiers sur le crédit et les freins, jeudi, à la cinquième édition du Sommet de la finance du Group Croissance, à Karibe Convention Center.  

« Nous ne pouvons pas faire l’économie de ces réformes », a-t-il insisté avant de préciser que celles-ci sont « fondamentalement politiques ». « Je ne parle pas de la petite politique politicienne … qui va être candidat, qui va être président dans le même contexte. Très vraisemblablement, les mêmes causes produisant les mêmes effets dans  les mêmes conditions de température et de pression vont donner la même chose », a précisé Charles Castel, sous les yeux d’autres banquiers, dont Franck Helmcke, de la Unibank, Philippe Vixamar, numéro un de la BNC, et Maxime Charles, président de l’Association professionnelle des banques (APB).

« Nous parlons de la grande politique où l’on puisse dégager un consensus national au lieu d’une cacophonie de mauvaise foi sur les politiques publiques cohérentes, tenant compte de nos forces, de nos faiblesses, de nos opportunités et de nos contraintes pour arriver quelque part », a souligné Charles Castel, sans langue de bois, qui, au passage, a mis en lumière d’autres déséquilibres. Parce qu’il y a eu l’embargo, imposé après le coup d’Etat de 1991, Haïti a perdu 30 % de son PIB en trois ans. « Cela nous a pris 13 ans pour retrouver en 2007 ce niveau de PIB. Entre-temps, la population est passée de 8 millions à 9.5 millions pour le même petit gâteau », a expliqué Charles Castel, qui plaide en faveur de crédit pour l’agriculture, 25 % du PIB, source d’emploi de 40 % de la population dont le niveau de crédit ne dépasse pas 1 % contre plus de 60 % pour le commerce.

« Il faut mettre le système bancaire et financier en général en état de faire du crédit par la mitigation systématique des risques. C’est ça le plus gros combat. Nous devons nous battre pour mitiger les risques», a insisté le gouverneur de la BRH, soulignant la nécessité que ces crédits à accorder à des activités productives soient solvables et capables, de booster la croissance et l’emploi. En 2010, le ratio prêt sur crédit était de 26 %. En 2015, cinq ans après, il a fait un bond de 16 % en passant à 43 %, a expliqué Charles Castel, souhaitant qu’Haïti rejoigne les pays de la Caraïbe avec une moyenne de 60 %. Le système bancaire est assis sur 700 millions de dollars de liquidité mobilisable, a expliqué Charles Castel, qui comprend la prudence des banquiers.  

2 029 candidats se sont inscrits pour 20 postes de sénateurs et de 119 députés à pourvoir en attendant le « carnet », l’exercice consistant à mettre à l’écart des postulants n’ayant pas rempli les conditions exigées par la Constitution et le décret électoral. Tout ou presque est relégué au second plan dans ce pays où il y a de fortes probabilités que la croissance du PIB pour 2015 soit plus faible que le maigre 2,8 % de l’exercice précédent alors que les dons officiels, 1,8 milliard de dollars en 2010, sont tombés à 563 millions en 2015. Avec le déficit de la balance commerciale qui se creuse à hauteur de 3 milliards de dollars en 2014, la paupérisation du milieu rural qui se poursuit et le chômage qui fait rage, la Banque mondiale a révélé dans une étude qu’Haïti compte 6 millions de pauvres, soit la moitié de la population haïtienne. Plus que des chiffres, c’est dans la glaise du réel, dans les dents de la mer que se manifeste le désespoir, le projet noyé d’aller ailleurs, de vivre sous des cieux plus cléments. Il y a deux semaines, une vingtaine de personnes ont payé de leurs vies le refus de vivre dans l’enfer construit, entretenu. Pour déconstruire, il faut le dire, que les langues se délient.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour la grande politique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: