Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-29%
Le deal à ne pas rater :
Les Apple Airpods 2 avec boîtier de recharge en soldes sur Cdiscount
127 € 179 €
Voir le deal

 

 Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17139
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA Empty
MessageSujet: Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA   Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA EmptyMar 11 Avr 2017 - 1:13

2 FANM POTOMITAN LAVALAS yo lan VIRE WON.

Madan ARISTIDE ap bay KONFERANS ,li te lan MIDWES lan ,lan WAYNE STATE UNIVERSITY lan DETROIT.
Li te lan RADYO INIVESITE an ,anvan l te pwononse yon KONFERANS lan yon MIZE AFRIKEN AMERIKEN.

Medam yo AKTIF ,Madan ARISTID ap bay KONFERANS lan INIVESITE yo ;MARIZ NASIS menm ap lan OAKLAND ak SAN FRANCISCO lan fen MWA a (23 AVRIL)
http://wdet.org/posts/2017/03/31/84945-former-haitian-first-lady-visits-detroit-on-friday-with-rep-maxine-waters
Klike sou 2 BA BLE yo pou nou tande VWA MILDRED ARISTIDE


Former Haitian First Lady Visits Detroit On Friday with Rep. Maxine Waters

March 31, 2017


Mildred T. Aristide describes the intersection between the struggles of African Americans and Haitians.


Jake Neher/WDET


Mildred Aristide

Few countries in the world have faced as much hardship as Haiti. The Haitian people had been forced to deal with one disaster after another, whether caused by nature or by human hands.

It is a country that reminds us that inequality and institutional racism, subjects that are talked about frequently on Detroit Today, are not confined to the borders of the United States.

Former first lady of Haiti, Mildred T. Aristide, joins Congresswomen Maxine Waters Friday night in Detroit for a discussion about race at the Charles H. Wright Museum of African American History at 7 p.m.

Aristide joins Stephen Henderson on Detroit Today to talk about Haiti’s people and history.

“The foundational concept that links African Americans, Haitian Americans, and blacks and Africans all over the world,” Aristide says, “is the basis of slavery.”

She also addresses her husband’s controversial legacy as former president of Haiti — including accusations of corruption and human rights violations — and the hardships that Haitians have faced in recent years.

Click on the audio player above to hear the full conversation.




WDET is proudly supported by

Become a WDET sponsor

    




Image credit: Jake Neher/WDET
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17139
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA Empty
MessageSujet: Re: Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA   Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA EmptyMar 11 Avr 2017 - 13:41

Sa a se yon ENTEVYOU ke COUNTERPUNCH yon MAGAZIN sou PAPYE ak ENTENET te fe ak madan ARISTIDE ,SA GEN 2 ZAN de sa.

COUNTERPUNCH te fe ENTEVYOU an ak KOLABORASYON HAITI-SOLIDARITY.

GOOGLE-TRANSLATE ,ENTEVYOU AN

http://counterpunch.org/2015/03/04/an-interview-with-mildred-aristide


.


Mildred Aristide est un avocat qui, en tant qu'ancienne Dame d'Haïti, a dirigé la Commission nationale du sida du pays et a rédigé un livre sur les causes profondes du service domestique pour enfants. Depuis le retour de sa famille à partir de l'exil forcé en 2011, Mme Aristide et son mari, l'ancien président Jean-Bertrand Aristide (connu en Haïti comme Titide) ont concentré leurs efforts sur le développement de la Fondation Université de l'Aristide.

Le travail de construction de l'UNIFA a eu lieu au milieu d'une répression croissante dans le pays. Des élections déjà en retard ont eu lieu. La police et les troupes de l'ONU utilisant des munitions en direct, des agents chimiques et des clubs ont attaqué des manifestants protestant contre le gouvernement Martelly. Le président Aristide, le premier président démocratiquement élu d'Haïti, a été menacé à maintes reprises avec des arrestations, avec une police fortement armée entourant la maison des Aristides.

Pourtant, l'UNIFA a persévéré. Dans cette nouvelle interview, Mme Aristide détaille les progrès réalisés par cette université révolutionnaire au cours des dernières années. Forgé dans la lutte pour la démocratie et l'inclusion, l'UNIFA est un véritable exemple d'éducation populaire en action.

Solidarité d'Haïti: Tout d'abord, merci beaucoup pour votre temps. C'est un honneur pour nous à Haiti Solidarity de mener cette interview.

En revenant il y a quatre ans, jusqu'au 18 mars 2011, date du retour de votre famille de l'exil en Afrique du Sud, vous souvenez-vous de ce moment?

Mme Aristide : Sans aucun doute, notre accompagnement à la maison de l'aéroport à la porte d'entrée de la maison - où nous nous sommes assis dans la voiture pendant 15 minutes jusqu'à ce qu'un passage puisse être dégagé dans la foule pour entrer!  C'est un moment et un sentiment que je n'oublierai jamais.  Les quatre d'entre nous aiment se référer à cela comme un «tsunami d'amour».

Q: Pourquoi la réouverture de l'UNIFA était-elle la priorité centrale du travail du président Aristide lors de votre retour en Haïti? Pourquoi l'UNIFA est-elle si essentielle au mouvement de démocratie réelle en Haïti?

Mme Aristide : Permettez-moi de commencer par un peu de fond.  Titide a créé l'Université de la Fondation Aristide (UNIFA) en 2001. Il s'agissait d'une extension de la coopération Haïti-Cuba en matière de soins de santé.  Au lieu d'envoyer des étudiants haïtiens à l'école de médecine à Cuba, nous formerions davantage de médecins et de professionnels de la santé dans le pays.  Nous avons entaché le terrain sur le campus en 2002. En 2003, la première phase de construction a été achevée;  Environ 247 étudiants en médecine ont commencé leurs cours.  Au début de février 2004, l' hôpital universitaire , hopital universitaire de la paix, a ouvert ses portes.  Ensuite, il y avait le coup d'état.  Alors que Titide et moi avons été forcés de notre maison et du pays, les étudiants de l'UNIFA ont été forcés du campus.  Les salles de classe universitaires et les salles de dortoir ont été transformées en caserne militaire par des soldats de la force multinationale déployée en Haïti.  Remarquablement, la plupart des élèves se sont rendus à Cuba et ont complété leur formation.  Lorsque le tremblement de terre a frappé le 12 janvier 2010, certains de ces jeunes médecins ont formé des cliniques d'urgence à l'auditorium de la Fondation;  Deux font partie de notre personnel à l'UNIFA.

Au cours du mois précédant notre retour en Haïti, Titide a écrit: «Une année sur le tremblement de terre, les jeunes et les étudiants se tournent vers l'Université de la Fondation pour retourner à sa vocation éducative et aider à combler le trou national béant laissé le jour de la terre Secoué en Haïti ... Je reviens en Haïti sur le terrain que je connais le mieux et l'amour: l'éducation. "L'éducation a toujours été au centre de son travail de vie - en tant que professeur / prêtre, créant Lafanmi Selavi (centre pour les enfants de la rue), ses écrits , L'activisme de la justice sociale, le mandat de premier président démocratiquement élu d'Haïti, sa bourse d'études en Afrique du Sud.  Et aujourd'hui, il apporte tout cela à l'UNIFA.

À l'heure actuelle, au moment où Haïti vit, l'université est essentielle.  En Haïti, il est vital d'avoir un espace sûr où les jeunes peuvent se réunir, penser pays et construire un avenir dans des circonstances très difficiles.  Un endroit où ils peuvent apprendre et interagir avec des professionnels nationaux et internationaux.  Une institution qui abordera les problèmes nationaux et cherchera des solutions viables aux problèmes nationaux.  Rêves de travailler, prospérer et changer Haïti - ne pas poursuivre un visa étranger ou un emploi avec une ONG étrangère.  C'est l'engagement de l'UNIFA.

Q : Pourriez-vous décrire la croissance de l'UNIFA au cours des quatre dernières années, et l'impact qu'elle a fait en Haïti pendant cette période?

Mme Aristide : Le premier examen d'admission de l'UNIFA en 2011 a attiré plus de 1 000 candidats - alors que nous ne pouvions accepter que 126 étudiants pour cette première classe!  Cent vingt six est une fraction minuscule des quelque 50 000 étudiants qui terminent leurs études secondaires chaque année en Haïti;  Il parle du besoin urgent d'accès à une éducation universitaire de qualité en Haïti.  L'année dernière, il a été signalé qu'il y a environ 30 000 haïtiens qui fréquentent l'université en République dominicaine pour un coût de 80 à 90 millions de dollars par an.  Un impact immédiat, quoique limité, que l'UNIFA a eu a pour but d'offrir aux parents haïtiens plus d'options dans l'éducation de leurs filles et de leurs fils.

Chaque année, nous travaillons à étendre ces options.  Depuis le début de l'école de médecine, nous avons ajouté une école de sciences infirmières, de droit et de septembre, en partenariat avec l'Université Stony Brook à New York, la première école de physiothérapie d'Haïti.  Notre population étudiante s'élève à environ 1 200.  Nous sommes passés d'une poignée d'instructeurs à plus de 65 instructeurs dans les 4 écoles différentes.  Nos instructeurs haïtiens sont complétés par un programme d'instructeurs invités.  Des professionnels américains et haïtiens-américains qui passent jusqu'à une semaine enseignant sur le campus.  L'année dernière, nous avons eu le privilège d'accueillir Jeffrey Brand, ancien doyen de l'Université de San Francisco Law School.  De même que le Dr Henri Ford, chef de l'orthophoniste pédiatrique haïtien-américain à l'hôpital pour enfants de Los Angeles.  Nos étudiants en médecine 3 e et 4 e année sont inscrits à une formation clinique dans les hôpitaux de la région, plus l'hôpital Mirbalais créé par Partners in Health.  Troisième année, les étudiants en sciences infirmières.

En ce qui concerne les services aux étudiants, nous avons maintenant une cafétéria entièrement fonctionnelle pour les étudiants et le personnel, nous avons augmenté notre largeur large bande - bien que ce ne soit toujours pas suffisant - et travaillons activement avec nos partenaires de Rosalind Franklin University of Medical Sciences (Illinois) pour avoir Accès à leur bibliothèque en ligne et au programme d'anatomie humaine.  La rénovation partielle du campus résidentiel a permis de loger des instructeurs invités.  Et cette année, 10 étudiants résident sur le campus.

Q : Pouvez-vous discuter des problèmes de soins de santé en Haïti en ce moment - et le rôle de l'UNIFA pour aider à relever ces défis ?

Mme Aristide : Bien sûr, le choléra reste une crise de santé publique très grave.  À la fin de 2014, plusieurs rapports indiquaient des pics dans le nombre d'infections et de décès attribuables au choléra dans différentes régions du pays.  Je ne serais pas surpris si nous passions déjà 9 000 morts.  Cela, ajouté aux maladies infectieuses chroniques comme le sida et la tuberculose, offre une vision de santé très difficile.  Tout cela dans le contexte d'un nombre extrêmement insuffisant de médecins pour la population.  Les hôpitaux existants et nouveaux construits depuis le tremblement de terre fonctionnent bien en dessous de 100% en raison de la pénurie de personnel.  Le soutien clinique qui a répondu au tremblement de terre est resté.  Haïti ne compte qu'une poignée de physiothérapeutes qualifiés, lorsque le besoin de thérapie a grimpé en flèche après le tremblement de terre.  L'Hôpital général de la capitale n'a pas de morgue qui fonctionne correctement.  Il existe un besoin urgent pour les fournisseurs de soins de santé, les infirmières, les techniciens, les pharmaciens et les administrateurs qualifiés haïtiens à tous les niveaux.  L'éducation et la formation aux sciences de la santé doivent être prioritaires dans un plan national de santé viable.

Q : En Haïti, l'enseignement universitaire est traditionnellement la province de l'élite. Comment l'UNIFA a-t-elle commencé à casser ce moule?

Mme Aristide : Lorsque l'UNIFA a ouvert ses portes en 2001, le soutien du gouvernement nous a permis d'être sans frais de scolarité.  Lorsque nous avons rouvert en septembre 2011 (sans soutien financier du gouvernement), il était clair que nous ne pourrions pas survivre sans frais de scolarité.  Les frais de scolarité actuellement offerts à l'UNIFA (moins de 1 500 USD par année) sont inférieurs à ce que d'autres universités privées facturent.  Cela élargit déjà l'accès.  Pourtant, nous savons que pour Haïti, dans ces temps économiques les plus difficiles, ces cours sont encore très importants.  Et la solution peut-être de rendre disponibles plus de bourses d'études nécessaires;  Pour ce faire, nous devons augmenter l'argent.  Au-delà du facteur économique, il existe une barrière psychologique et sociale que l'UNIFA s'engage à surmonter: la notion que certaines personnes peuvent être médecins ou aller à l'université.  Et en fait, le corps étudiant de l'UNIFA est représentatif d'un éventail plus large de la société haïtienne que vous ne le verrez dans d'autres universités haïtiennes.  Les étudiants et leurs familles savent que les portes de l'UNIFA sont ouvertes à tous.  La Fondation et l'UNIFA s'appuient sur ce principe directeur: "Tout moun se moun" .  Chaque personne est un être humain.  Tout jeune doit pouvoir aller à l'université, chaque personne a droit à des soins de santé.  #BlackLivesMatter.

IMG_6898-2


Mildred Aristide. Photo: UNIFA .

Q: L'une des caractéristiques impressionnantes de l'Université est l'équilibre entre les sexes. Chacune des écoles - droit, médecine, soins infirmiers et physiothérapie - compte au moins 50% de femmes étudiantes. Pourriez-vous en discuter l'importance pour Haïti et comment cela a-t-il été réalisé?

Mme Aristide : Une autre barrière sociale à détruire: que l'université est le domaine des hommes.  Nous commençons l'année avec un équilibre de 50 à 50 (sauf en soins infirmiers où le bassin de candidats est féminin accablant) et nous n'avons aucune difficulté à trouver des candidates féminines qualifiées.  Une chose que nous avons vu, c'est qu'il y a une certaine quantité d'attrition en cours de route, et l'attrition chez les étudiantes est légèrement plus élevée, ce qui signifie que l'équilibre n'est pas toujours maintenu.  Donc, voici quelque chose que nous examinons, en demandant quels obstacles supplémentaires pour compléter leurs études, les étudiantes font-elles face?  Comment pouvons-nous, en tant qu'adresse de l'Université, le faire?  Notre engagement est toujours pour la parité entre les sexes .

Q: Au cours de la période écoulée, il y a eu une croissance des mesures répressives contre l'expression politique en Haïti, y compris les menaces d'arrestation du président Aristide. Comment cela a-t-il eu impact sur vous et votre famille? Comment a-t-il eu une incidence sur l'UNIFA?

Mme Aristide : inquiétant, mais pas surprenant.  Malheureusement, l'absence de la règle de droit signifie que tout est possible;  Tout peut être dit.  Les droits de l'homme sont systématiquement violés, comme ce qui est arrivé à Titide.  Il y a une expression créole: l'écorce des chiens, la caravane roule par.  En août, alors que la machine politique lançait ses mensonges, voici ce qu'il faisait: Préparer une 4ème année à l'UNIFA;  Inscription des étudiants;  Superviser la construction de l'école de physiothérapie (qui est maintenant complétée à 95%);  Travailler avec le nouveau doyen de l'école de médecine;  En évaluant l'achèvement de la deuxième classe internationale d'été de médecine sociale internationale de 3 semaines.  Engagé comme il a été toute sa vie à travailler avec le peuple d'Haïti.

Il y a des gens qui sont visiblement surpris lorsqu'ils visitent notre campus.  Ils voient des élèves dans des blouses blanches qui se dirigent vers et en classe.  Ils regardent ces jeunes femmes et hommes assis sur des bancs, étudient, déjeunent, sortent, vérifient leur courrier électronique.  Un sourcil est élevé lorsqu'ils voient un médecin ou un avocat praticien bien connu en classe.  Événements normaux et quotidiens pour nous, mais l'UNIFA doit repousser les fausses perceptions.  La roue tourne.  J'aime dire aux visiteurs qu'ils sont debout sur un terrain sacré.  Ce n'est pas une hyperbole.  Les enjeux et les besoins du pays sont trop élevés.  L'UNIFA ne peut pas être un pion dans les combats politiques.  Il ne devrait pas être tenté d'utiliser ou de manipuler nos étudiants pour atteindre les objectifs politiques.  L'UNIFA est un projet national qui se révèle lentement comme une institution nationale au service du pays.

Nous avons 3 objectifs: (1) préparer les médecins à prendre soin des plus démunis (2) pour augmenter le nombre de médecins exerçant dans les zones rurales et (3) détruire une longue tradition d'exclusion de la majorité pauvre en Haïti de L'accès à l'enseignement supérieur.

Q : Quels sont les objectifs de l'UNIFA pour les prochaines années? Comment aimeriez-vous que la portée de l'Université s'élargisse?

Mme Aristide : Il n'y a pas de priorités moindres, mais dans mon livre, il s'agit de cinq priorités: d'abord, l'hôpital d'enseignement de l'UNIFA.  Deuxièmement, une dotation importante qui nous permet de réduire ou de mieux éliminer les frais de scolarité.  Troisièmement, une école de science (biologie, chimie, mathématiques et ingénierie).  Quatrième, rénovation complète du campus résidentiel afin que nous puissions accueillir des étudiants de partout au pays.  Et cinquième, une bibliothèque autonome.

Q : Nous savons que l'UNIFA a fait tout ce travail avec des ressources si limitées. Quelles sont les façons dont les personnes et les organisations en dehors d'Haïti peuvent aider à améliorer le travail de l'UNIFA? Comment les personnes ayant des liens avec les universités et les institutions médicales peuvent-elles aider?

Mme Aristide : Eh bien, la coopération la plus simple est financière.  Bien qu'une partie du budget provienne des frais de scolarité, nous dépendons du soutien international et national pour le reste.  Nous encourageons également les dons / contributions du matériel pédagogique, comme les modèles anatomiques et les tableaux, les équipements de laboratoire, etc. J'ai récemment rencontré un article en ligne intitulé «La chirurgie d'apprentissage en Haïti».  Un groupe de chirurgiens et 2 étudiants américains en médecine est venu "en Haïti" (aucun hôpital ou école de médecine n'est mentionné) pendant 5 jours et effectué 46 chirurgies.  Ce fut un événement merveilleux et très probable pour les 46 patients traités.  Selon l'article, les étudiants avaient «des occasions qui n'étaient pas disponibles pour leur retour à la maison». Pour effectuer les interventions chirurgicales, «l'équipe a expédié 18, 50 livres d'instruments et de matériel». Imaginez maintenant que ce groupe ait été un peu plus loin et S'est associée à une école de médecine haïtienne pour former aussi des étudiants haïtiens.  C'est le genre de coopération engagée et de soutien que l'UNIFA cherche à renforcer.

Cette interview a été menée par une équipe de Solidarité d'Haïti .


- Sabino Romero: un leader indigène qui a conservé ses yeux sur le prix,

 et précise
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17139
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA Empty
MessageSujet: Re: Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA   Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA EmptyMar 11 Avr 2017 - 21:42

MOUN NWA OZETAZINI ki ap swiv MOUVMAN AFROSANTRIK lan FAMILYE ak Dr MOLEFI ASANTE.
Misye ekri plis ke 70 LIV sou AFROSANTRISITE.
Men KEK ladan yo

http://asante.net/books

Dr MOLEFI ASANTE ki se ZANMI FANMI ARISTID lan ,te ekri PREFAS denye LIV ARISTIDE lan:

Men li:
http://asante.net/articles/49/preface-to-president-jean-bertrand-aristide8217s-ha239ti-haitii.

Men GOOGLE TRANSLATE lan ,an FRANSE:


Préface au président Haïti du président Jean-Bertrand Aristide - Haïti

Molefi Kete Asante

Publié le 22/06/2011

Dans un rapport, on dit que Toussaint L'Ouverture avait souhaité que son concurrent Dessalines rejoigne la révolution et soutienne la lutte pour la libération.  Comme Toussaint s'est engagé dans la bataille après la bataille contre les ennemis d'Haïti, en vainquant les Espagnols et les Britanniques, il a été appelé à une négociation par les Français, mais avec la gêne, ils l'ont piégé, l'ont arrêté et l'ont transporté en exil.  Cependant, quand il a appris que Dessalines s'était engagé à lutter pour la liberté d'Haïti, on dit que L'Ouverture, ancien chef d'Haïti, a déclaré: "Enfin!" Maintenant que le président Jean-Bertrand Aristide, le premier démocratiquement Élu président d'Haïti, a écrit ce magnifique traité poétique de dignité et de noblesse en l'honneur de son peuple, notre peuple, l'humanité, on peut dire ce que des millions d'haïtiens ont attendu pour dire: «enfin!

Enfin, le chef organique du peuple haïtien, exilé forcément et forcément en Afrique du Sud, a parlé de la parole gentille, de la préoccupation sincère, de l'appel éloquent au sacrifice et à la sainteté que les gens ont voulu entendre.  L'ancien président d'Haïti a écrit le livre fascinant et instructif, Haïti-Haïtien?

Qui préfère écrire un livre aussi révélateur sur la culture et le peuple d'Haïti que l'une des personnes les plus fascinantes et les plus intéressantes de l'histoire moderne?  Jean-Bertrand Aristide, prêtre catholique charismatique, a été élu pour la présidence d'Haïti le 16 décembre 1990 en levant le voile de l'arène politique en Haïti où les Duvalieristes se préparaient à revenir au pouvoir.  Aristide a été le premier président élu démocratiquement dans l'histoire du pays, succédant à l'époque brutale de Duvalierist.  Sa victoire historique, avec Aristide gagnant 75% des voix, a été célébrée par les masses haïtiennes comme un appel à la réforme.  Aristide est allé travailler immédiatement pour atténuer les souffrances des pauvres, pour éradiquer la corruption, pour renvoyer Haïti à la famille des nations en tant que nation mature, digne et capable.

Accrosé par l'effusion de soutien populaire à Aristide, le puissant secteur économique a cherché à ralentir la transformation sociale dans le pays.  Aristide avait démontré que les problèmes de racines du pauvre et de la communauté de son église, le Ti Legliz, étaient au coeur de la vie politique d'Haïti.  Ils savaient aussi qu'Aristide avait été un critique franc du gouvernement précédent et que sa stature avait augmenté lorsqu'un groupe armé, avec les militaires regardant, a attaqué son église, saint Jean Bosco, en septembre 1988.  Treize membres de l'église ont été tués et 70 ont été blessés dans l'attaque alors que des gangs armés ont pris d'assaut l'église.  Ils savaient donc que le prêtre qui défiait les géants traditionnels de la société n'avait pas peur.  Il s'est penché sur son travail de débarrasser le pays des préjugés ethniques, raciaux et des couleurs;  Promettant de niveler le terrain de jeu économique pour les masses;  Réduire les abus militaires contre la population;  L'interruption du trafic de drogue et la lutte contre toutes les formes de violations des droits de l'homme.  En effet, il a également équilibré le budget fédéral pour la première fois que tout le monde pouvait s'en souvenir.

En dépit de ces réalisations et peut-être à cause d'eux, sept mois après son premier mandat, en septembre 1991, un coup d'Etat dirigé par des éléments du Duvalierist dans l'armée a jeté la nation en turbulence avec plus de 1000 personnes tuées et le président a finalement envoyé En exil.  L'élite dirigeante traditionnelle, les lions de Petionville, les restes de Ton Ton Macoute et les classes supérieures, ne défendaient pas une réforme qui comprenait l'autonomisation des masses.  Aristide était en exil de 1991 à 1994, cependant, pendant le temps de son absence et alors que le pays était dirigé par des chefs militaires, des milliers d'Haïtiens se sont réfugiés aux États-Unis, risquant leur vie pour traverser l'océan dans divers navires, certains À peine navigable, pour atteindre la Floride.

En 1994, après une diplomatie politique, des sanctions et des boycottages considérables, les Nations Unies et l'armée américaine ont renvoyé le président Aristide en Haïti.  Les forces des Nations Unies sont restées dans le pays pour assurer que le président ait la paix dans le pays.  Les coupables haïtiens inconstitutionnels ont eu l'occasion de laisser l'amnistie au pays.  Le général Raoul Cedras, chef du gouvernement militaire, a pris l'initiative alors que le président Bill Clinton avait envoyé des troupes en Haïti.  Le président Aristide est retourné dans le pays et, le 15 octobre 1994, a adressé à des milliers de haïtiens en plein air dans un discours émouvant de sa vision du futur.  Aristide a terminé son premier mandat en l996 et a été élu à nouveau en l'an 2000, gagnant majoritairement avec 80% des bureaux locaux et parlementaires!

En 2004, le peuple haïtien a célébré son bicentenaire de liberté.  Le président Aristide a conduit des millions d'Haïtiens à reconnaître la liberté du pays.  Pourtant, alors que la célébration se produisait, à la frontière du pays avec la République dominicaine, des bandits armés se préparaient à envahir le pays.  Le président Aristide avait été démilitarisé la nation en raison des abus de l'armée et en jetant une telle vision élevée, il avait désarmé par inadvertance la nation et l'avait rendu vulnérable à ce qui semblait être un groupe de voyous parrainé qui est entré dans le pays avec des armes automatiques et Balayé d'une ville à l'autre surpassant la police locale.  Le 25 février 2004, le président Jean Bertrand Aristide a été essentiellement kidnappé, prélevé sur le palais présidentiel et placé sur un avion américain, accompagné d'agents militaires et de sécurité américains.  La confusion régnait pendant des heures alors que les Haïtiens et la communauté mondiale cherchaient à préciser si Aristide avait volontairement abandonné la présidence ou s'il avait été forcé de quitter le pays par le gouvernement américain.  En fin de compte, les experts politiques aux États-Unis et en Haïti et en Afrique du Sud ont vu le retrait du président comme exil forcé parce que les prisonniers avaient occupé une grande partie d'Haïti.  Le président et la famille ont été envoyés directement à Bangui, en République centrafricaine, puis à l'Afrique du Sud.  Un gouvernement intérimaire a été installé en Haïti sous la direction de Gérard Latortue (retour des États-Unis) et du président Boniface Alexandre, qui avait été chef de la Cour suprême.  Comme l'a déclaré Mildred Aristide au congressiste Maxine Waters, de Californie et au congressiste Charles Rangel de New York, "le coup d'Etat a été complété".


Depuis que le président Aristide a été enlevé en 2004, au début du troisième siècle d'indépendance d'Haïti, il a travaillé fort sur plusieurs projets.  Jamais un pour laisser passer le temps sans capter efficacement son esprit, le Président Aristide a acquis un Docteur en littérature et philosophie en langues africaines, a maîtrisé plusieurs langues africaines et a enseigné aux étudiants en Afrique du Sud à surmonter les difficultés et les vicissitudes de la vie.  Un homme du peuple depuis avant ses jours en tant que prophète de La Saline, le président Aristide a réveillé chaque jour avec Haïti et chaque jour il a cherché à se perfectionner et à se préparer au service.

Ce livre Haïti -Haitii?  Est un portrait de deux âmes, l'âme d'un homme et l'âme d'une nation.  Aristide est un homme en service;  Cela a toujours été son appel, et ce livre, plus que tout autre chose, démontre comment il a appliqué ce tempérament pendant son temps en exil.  Alors qu'il n'a pas engagé de politique, il a été le principal promoteur des droits de l'homme, de la décence systémique et de la solidarité sociale avec les négligés et non protégés.  Essentiellement, il a parcouru le chemin de la dévotion profonde envers ses semblables, ouvrant ses portes aux portes fermées des ténèbres afin d'apporter la lumière du service.  Nous voyons cela dans son style pénétrant, ses vers élégamment construits et sa prose poignante.  Mais ce livre n'est pas seulement un accomplissement esthétique, mais il est profondément descriptif de la douleur, de la souffrance et de la conscience victorieuse qu'Aristide incorpore.  Bien sûr, c'est le point;  L'homme et Haïti, Haïti et Aristide sont unis dans une étreinte historique pour l'éternité.

L'âme de la nation, souvent exposée, violée et ridiculisée, est également un sujet de ce livre.  Haïti est l'épopée d'Afrique contre le colonialisme.  C'est le modèle, le modèle, la possibilité de la victoire sur l'oppression;  Il nous montre que les opprimés ne doivent pas rester opprimés pour toujours, et après près de trois cents ans du 16ème siècle au 19ème siècle, un peuple qui a été réduit à chattel s'est élevé avec une intense aversion pour leur situation et a vaincu le plus Armées modernes de l'ère.  C'est pourquoi l'auteur est confiant dans sa célébration de la langue qui nous donne le mot «Haiiti» et le mot «Haïti». L'Amérique est confrontée à l'Afrique en face.  C'est la signification, le sens plus profond du titre de ce livre.  Je ne suis pas sûr que l'auteur ait pu écrire ce livre sans être touché par la vie des Africains et respirer l'air du continent à tous égards.  Sa poésie parle de son amour pour la Mère Afrique.

À la bataille de Vertières, les hommes et les femmes africains déterminés qui se sont précipités au front de la lutte pour mettre fin à leur souffrance savaient qu'ils l'avaient fait pour la postérité.  Ceux qui ont sacrifié leur vie, et il y en avait beaucoup, étaient également les vainqueurs de ceux qui revendiquaient l'indépendance.  C'est la signification de toute épopée;  Et moi, Haïti-Haïtien?  A tous les éléments d'une épopée.  Quand Heru a vaincu Set à Edfu et bien surmonté le mal dans l'ancien récit de Kemet, c'était le prologue de la défaite d'Haïti sur l'asservissement et la brutalité.

Haïti, la perle de l'histoire africaine, a été abattu par plusieurs événements tragiques au cours de notre vie.  Les événements qui ont changé Haïti et ont défié (en français, interpellé), les États-Unis, l'Afrique et l'Europe sont le renversement du président Aristide par la tyrannie et la guilde, le tremblement de terre de janvier 2010 et l'épidémie de choléra découlant de la Beaucoup de troupes étrangères dans le pays.  Bien sûr, Haïti a reçu sa part des ouragans, de la sécheresse, des inondations et de petites activités criminelles, mais les trois grands événements sont ceux qui doivent être perçus comme déchirant toutes les attentes dans un gouvernement moderne.  Pour moi, le dépôt d'un président populairement élu avec une majorité écrasante par des forces extérieures en raison de ses politiques progressistes et des appels à la justice pour son peuple est le plus grave des événements.  Le tremblement de terre est quelque chose qu'aucun d'entre nous n'aurait pu empêcher;  C'était une catastrophe naturelle de la plus grande ampleur.  Cependant, le choléra n'a pas dû être présenté à la nation.  Haïti était exempt de choléra depuis près d'une centaine d'années et la preuve suggère maintenant que les troupes bangladaises des forces des Nations Unies ont provoqué par inadvertance l'épidémie.  Le fil de choléra en Haïti a été identifié comme asiatique.  Néanmoins, je suggère que le président Aristide, l'amoureux chef de la nation, était prêt à servir la nation lors de la reconstruction du tremblement de terre et de l'épidémie de choléra.  Qui aurait pu rassembler les gens?  Qui aurait pu organiser les agences et les ONG?  Qui aurait pu arrêter le pillage massif des ressources de la nation?  Il n'y a qu'une seule voix que les Haïtiens, en général, croient pouvoir électrifier les masses pour faire pour elles ce que les autres ne peuvent pas faire pour elles.  L'auteur a montré dans ce livre incroyablement dynamique que son écriture est aussi passionnée que sa parole.  Considéré par les spécialistes du discours moderne comme l'un des meilleurs orateurs de sa génération, l'auteur a apporté son amour des mots, de la grammaire, de l'étymologie et de la structure à son travail littéraire.

Le livre d'Aristide est écrit dans son Kreyol natal, avec des sections traduites par lui dans Kiswahili, puis traduites en anglais par Mildred Aristide, sa brillante épouse, qui est un savant juridique accompli elle-même.  À propos, le livre n'est pas traduit en français.  Lorsque l'auteur écrit: «De 1804 à aujourd'hui,
Qui continue de sucer de sécher la sève du pays? "Il pose une question qui embarrasse à ceux qui ne se rendent pas compte que la France doit Haïti plus de 21 milliards de dollars.  Ce n'est pas une question rhétorique, mais qui établit la gravité du fardeau que le peuple haïtien a dû supporter.  Il ne pouvait y avoir d'approche littéraire plus sensible à l'horrible situation que les êtres humains ont imaginé que dans le style de questionnement d'Aristide: «Qui a orchestré le coup d'état militaire en 1991, plus le coup d'état présidentiel en 2004,
Afin d'enterrer le plan néolibéral de la mort plus profond
Dans les entrailles d'Haïti? "

La réponse à cette question poétique et d'autres conduit le lecteur à conclure que le sort de Haïti est qu'il a rarement été exempt des doigts interventionnistes collants de ceux qui ont maintenu un animus constant vers la première république noire libre au monde.  De nombreux politiciens ont gouverné Haïti pour l'intérêt de leur propre famille ou pour des intérêts extérieurs.  Lorsque le président Aristide a créé et dirigé le Fanmi Lavalas au pouvoir, il avait réalisé quelque chose qui était considéré comme impossible;  Il a ressuscité l'esprit des classes les plus basses et les a fait les maîtres de leur destinée.

Haïti n'a jamais vu un démocrate plus vrai que Jean-Bertrand Aristide.  Aucun leader depuis les jours où Mackendal et Boukman ont cherché à organiser des masses a été tellement engagé à la liberté des gens qu'Aristide.  En effet, le problème avec les classes dirigeantes, comme le président Barack Obama l'a vu aux États-Unis, c'est qu'ils refusent d'abandonner le privilège au profit des masses.  Malheureusement, cette situation crée toujours le conflit inévitable entre la justice et l'injustice, entre le bien et le mal, entre la liberté et l'oppression.  Aristide a jeté son sort avec la majorité des gens et ils l'ont récompensé en l'élisant deux fois au plus haut bureau de la terre.  Pourtant, dans aucun cas, la classe minoritaire riche et ses partisans étrangers voulaient lui permettre de compléter son mandat.

Le président-poète a écrit: "Condamnant la petite fourmi à se cacher
À l'intérieur d'une noix de coco alors qu'il faut une pause nécessaire
Est populaire dans les tribunaux ici. "

Et nous pensons que cela pourrait être n'importe où, car partout où il y a du mal, de l'injustice et de l'oppression on voit les petits, les pauvres, les non privilégiés et les masses se cacher dans la noix de coco.  Aristide nomme cette section «les ciseaux de la défense légitime» et nous pouvons lire clairement le sentiment de résistance de l'auteur à la destruction totale.  Haïti-Haïtien est un documentaire révélateur écrit en poésie, en proverbes, en aphorismes et en prose, en style africain d'écriture, indirectement, tout est tout, afin de venir à la question des quatre points cardinaux de l'univers.

Enfin, dans un pays de centaines d'artistes, aucun n'a tiré une image aussi magnifique des racines africaines d'Haïti que Aristide.  Dans une terre connue pour ses poètes, ses voyants, ses mystiques et ses chefs religieux, aucune vérité n'a été plus impressionnante sur les pages que les mots d'Aristide en Haïti-Haïti.  Si ce n'est pas l'épopée d'Haïti, ou l'Afrique, c'est sûrement l'épopée d'une lutte contre toutes les chances auxquelles sont confrontés les Haïtiens.  Ce que le Dr Aristide nous a donné, c'est le mot exigeant de l'homme réfléchi et passionné qui voit que ce bien surmonte inévitablement le mal.



Molefi Kete Asante, auteur de The History of Africa
Symbole africain


Dans les nouvelles

Le nouveau livre de Molefi Kete Asante, les pyramides africaines de


 Le nouveau livre de Molefi Kete Asante, les pyramides africaines de

Pyramides africaines de la connaissance
L'éditeur académique dynamique Universal Write a récemment publié le livre d'Asante, The African Pyramids of Knowledge.  En utilisant l'histoire, le langage, la communication, la théorie sociale et la philosophie, l'auteur démontre la centralité de la création des pyramides comme base de la connaissance ancienne.  Asante soutient que, avec les pyramides, on a eu la biologie, l'anatomie, la géométrie, l'art, la littérature et les mathématiques dans la construction et la finition des pyramides et, par conséquent, Imhotep doit être considéré comme un génie ancien qui a organisé l'Afrique ancienne comme le premier et le plus complet lieu de connaissance humaine .

Sur film

Asante répond aux problèmes pan africains et afrocentriques


 Asante répond aux problèmes pan africains et afrocentriques
Ceux qui s'intéressent aux commentaires d'Asante peuvent trouver une petite liste de vidéos YouTube sur plusieurs sujets.  Plusieurs des vidéos ont été utilisées comme sources primaires pour les cours et les séminaires.  Beaucoup de discours, conférences et commentaires de Asante ont été enregistrés au cours des cinq dernières années.

StatCounter - Free Web Tracker and Counter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA Empty
MessageSujet: Re: Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA   Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Medam LAVALAS yo lan vire won-AYISYEN ak AFRIKEN-AMERIKEN menm KONBA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: