Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony MDR-1AM2
129 € 220 €
Voir le deal

 

 Ezili Dantò reponn Kèlens Titus

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

Ezili Dantò reponn Kèlens Titus Empty
MessageSujet: Ezili Dantò reponn Kèlens Titus   Ezili Dantò reponn Kèlens Titus EmptyMar 11 Avr 2017 - 17:49

Subject: Re: Les partis Fanmi Lavalas et PHTK ne font qu'un./ Kerlens Tilus

Mr Kerlens;

You distort the facts beyond recognition and sprinkle in some truths but your spin is reprehensible. PHTK and the movement against dictatorship and exclusion of the masses are NOT one and the same. That just too silly for words, sir.

At the risk of being seen as a apologists for the failures of Aristide, a risk I've always been willing to bear in the name of all that "population" you acknowledge in your piece wanted to see him succeed, allow me to state: Aristide was duly elected twice by a majority of Haiti electorate and attempted to pursue the best interests of the masses. He was taken down because of this while talking heads like you participated in discounting direct democracy. The word "Lavalas" has come to be criminalized and Bill Clinton, IRI-NED, the UN and NGO funds had much to do with that over a period of 20-years.
Martelly's "Lavalas lèd" - "the Lavalas are so ugly" was often played by these colonial brainwashing elements to a purpose that the earthquake provided a platform to bring to application. So yes, I'll carry it here any day in the name of Nèg/Negès Bosal yo.

I've written elsewhere that:
"
According to this lighter-skinned Carnival king, Sweet Mickey, who sometimes wears a thong and no pants on stage, the Pentagon told the US soldiers returning Aristide to power in 1994, to play the music of Sweet Mickey, which, as Martelly admits to journalist Carl Fombrun, only contained hatred for Aristide and the Lavalas movement.

The bawdy entertainer’s raunchy Carnival songs are expletive-laden, and dehumanizes and demeans women and the poor.

His filthy songs and performances romanticized military dictatorship, the thug persona, and pornography. He brags about raping women, homosexually graphic sex like anally raping men he politically hates, obscene sex, being an outlaw, imbiding drugs, making dirty money as the ultimate good, living the celebrity good life. His music celebrated criminality, violence, vulgarity, immorality, Eurocentric beauty standards and most precisely, his music reinforced racial stereotypes associating “ugly,” “ignorant,” “uneducated people” and “backwardness” with the dark skinned Haiti masses and Lavalas.

But “progress,” “opportunity,” “education” and paragons of virtue, desire and prosperity were associated with the Coup d’Etat forces and whiteness. 



In recordings that are on YouTube for all to see, Bill Clinton, the UN, the NGOs used the Aristide return to help folks like Michel Martelly sang a two-century old chorus for two decades that tapped into white supremacy and ended with the current destruction and lack of morality in Haiti today. Sweet Mickey made popular and normalized that: “the Lavalas are so ugly,” “they smell like shit,” “go fuck your mother, Lavalas”, "all those shits were Aristide's faggots,” "I would kill Aristide and stick a dick up his ass,”  “f**k you, Lavalas, f**k you, Jean-Bertrand Aristide."



That deliberate psychological warfare, the US message to demonize Aristide, to scorn the poor majority - the workers, urban poor and peasantry - that are represented by the Lavalas uprising, would continually be played, using music like that of Sweet Mickey to poison Black minds like the BET channel was doing in the US, promoting Black genocide through promoting foul Black music about thug life, cash, hoes luxury cars, the champaign lifestyles and other rap videos fake wealth racial showcasing.
" (Excerpt from Nou Pap Obeyi by Èzili Dantò of HLLN (c) 2027)

Mr. Tilus,
Bill Clinton did not return Aristide but deceptively used a Lavalas cover, in 1994, behind which to return the neoDuvalierists through NGOs and herald forth Martelly after much bloodshed. Martelly and his PHTK criminals are indeed the product of rigged elections, the Clinton-Bush duopoly and Middle Eastern oligarchs who rule Haiti. That being said, there is much to ponder in your piece below about his inability to let the movement grow and that was his downfall in 2016 with Narcisse. But let's not get carried away to infer that PHTK (...) men-in-pink, tchoul of Kenneth Merten/Bill Clinton/Bigio/Abdulla, are in anyway a product of Haiti. PHTK is a product of Bigio who beat Mevs in their funding of Labanye and Drèd Wilmè, respectively. Both lost their lives in a fight that was totally not about Haiti sovereignty but a clash between the Middle Eastern tyrants who took their 3,000 year Eurasian wars to the shores of Haiti. One will be remembered, not for taking Mevs money to beat Bigio's push to own the ports along the shorelines at the Gulf of Port au Prince, but because he stood against the re-colonization of Haiti like Pierre Sully did in 1915. Get a straight. PHTK is NOTHING but a bunch of Petion/Boyer opportunists who aim to oversee the dismantling of Ayiti on behalf of the Eurasian predators who continue the Arab and European slave trades in a different format for 2017. Lavalas was the movement to stop fake elections and dictatorships in Haiti. That legacy has had many names, but it shall never be one with the criminals of PHTK who have swallowed the CIA's managed chaos in Haiti and will implode from it soon. --- Èzili Dantò of HLLN, Li lèd li la, April 11, 2017

(Israeli-HLSI Former Military: New Mercenaries taking over the discredited and downsized UN Troops' Role in Haiti? http://www.ezilidanto.com/2015/10/barbarians-inside-and-at-haiti-gates-israeli-hlsi-and-eva-peled/  
(Managed chaos - The Impending Clash Between the U.S. and Russia http://www.informationclearinghouse.info/46819.htm.)
From: kerlens tilus
Sent: Tuesday, April 11, 2017 1:04 PM
Subject: Les partis Fanmi Lavalas et PHTK ne font qu'un./ Kerlens Tilus

Les partis Fanmi Lavalas et PHTK ne font qu'un

« L’indifférenciation idéologique des partis crée un système dans lequel tous les chats sont gris, ce qui ne permet pas de distinguer un parti d’un autre. Les appellations que se donnent les partis illustrent pourquoi toute tentative de différenciation est, du moins à première vue, vouée à l’échec……On pourrait se demander si de nombreux fondateurs de partis ne cherchent pas à se rapprocher du pouvoir par le seul fait d’avoir créé un parti. Une vision magique du pouvoir semble être ici à l’œuvre : « On ne sait jamais… Il suffit d’être sur la scène politique au bon moment». Justement ce bon moment pourrait être la période électorale…..On passe ainsi allègrement d’un parti à un autre, sans qu’il soit question d’orientation idéologique. Pour créer ces partis présidentiels le pouvoir n’hésite pas à « débaucher » les membres et des parlementaires des autres partis. Fort de ces paramètres l’Exécutif peut s’imaginer s’installer à vie ou commencer très tôt à préparer sa pérennité, d’autant plus qu’il dispose des leviers du pouvoir, très efficaces au moment des joutes électorales. Cette propension à exercer une mainmise sur les élections, explique que de nombreux leaders de partis aient de la peine à croire en la possibilité d’avoir des élections non frauduleuses. » (Laennec Hurbon).

« Piliers de toute démocratie, les partis politiques sont l’expression de la diversité des idées qui traversent et construisent la société. Ils se situent à l’interface entre les citoyens-nes et l’État, articulant les demandes des différents secteurs sociaux afin de les inscrire au cœur des programmes et politiques publiques qui sont véhiculés à travers leurs élus-es. » Pour comprendre et bien appréhender la question des partis politiques en Haïti, je conseille à mes lecteurs de télécharger sur google un livre paru en 2014 sous la direction de Laennec Hurbon, avec la collaboration de Alain Gilles et de Franklin Midy intitule : « Les partis politiques dans la construction de la démocratie en Haïti. » Malgré que les réflexions continues sur le rôle des partis politiques dans la construction d’un état de droit se font rares dans les médias, mais il y a des chercheurs et des penseurs qui se penchent sur la question. Durant ces trois dernières années, le parti PHTK a émergé comme un monstre qui a pris le taureau Fanmi Lavalas qui a dominé la scène politique nationale durant une vingtaine d’années par les cornes. En moins de cinq ans, ce parti politique a pu faire une montée fulgurante pour rafler les élections présidentielles et une quantité considérable de sièges au parlement. Comme le parti Fanmi Lavalas, le PHTK est l’œuvre d’un homme qui n’a aucune vision claire et définie sinon que de contrôler le pouvoir et faire du fric. Si Fanmi Lavalas a eu le support populaire de sa naissance à aujourd’hui, le PHTK en tant que parti n’a aucune assise populaire. Le PHTK s’est appuyé sur l’argent et le marketing politique pour entrer dans l’arène politique.

Le parti Fanmi Lavalas est configuré autour d’un chef suprême Jean Bertrand Aristide qui en est d’ailleurs le président à vie et inamovible. Le parti PHTK bien que fondé par Michel Joseph Martelly, ce dernier dirige par procuration, il n’intervient pas directement ; mais il est en contrôle. Le parti Fanmi Lavalas, bien que vieux d’une vingtaine d’années, n’a jamais pu fonctionner comme un parti politique sérieux. Jean Bertrand Aristide a lui-même choisi des candidats à tous les niveaux pour représenter le parti aux élections et ces derniers, une fois arrivée au parlement ou aux postes élus font avancer les intérêts du chef suprême et non du peuple pour lequel il dit représenter. Michel Joseph Martelly est à son début et n’a pas encore cette mainmise sur le PHTK, mais il est celui qui cherche les moyens de financement et qui donnent le ton. Les prochaines années vont être déterminantes pour comprendre s’il a vraiment le contrôle des élus du PHTK. Jean Betrand Aristide a utilisé l’argent sale du trafic de la drogue pour renforcer le parti Fanmi Lavalas sur le terrain. Michel Joseph Martelly utilise également l’argent du trafic de la drogue, le kidnapping, de la contrebande et du blanchiment d’argent pour renforcer le parti sur le terrain. Le parti Fanmi Lavalas a toujours été et est supporté par une frange de la bourgeoisie, le PHTK est supporté par de puissants hommes d’affaire de la classe dominante. Bill Clinton est celui qui a favorisé le retour de Jean Bertrand Aristide et qui a conclu de multiples deals avec ce dernier au détriment du pays. C’est la femme de Bill Clinton qui a installé Michel Joseph Martelly comme président de la république en 2010. Alors, nos deux chefs de parti ont le même patron. Ils travaillent tous deux pour les intérêts de Washington et leur liaison est ce fameux William Jefferson Clinton.

Il faut rappeler à plus d’un que les théoriciens du mouvement lavalas ont été avant tout des prêtres catholiques et des militants lies au mouvement paysan. L’un des ténors de ce mouvement est le père Jean Marie Vincent qui avait développé un modèle avec l’aide de techniciens chevronnes d’horizons divers base sur l’autodétermination et l’autosuffisance. Ce prêtre a été assassiné en Haïti durant les trois années du coup d’état entre 1991 et 1994 et la lumière sur son assassinat n’a jamais été faite. Toutefois, ses proches collaborateurs et bon nombre de lavalassiens savent qu’il a avait des divergences d’idées non exprimées avec le prêtre président Jean Bertrand Aristide. Jean Marie Vincent était un vrai leader communautaire et un vrai serviteur qui prenait à cœur la lutte du peuple. Il n’attirait pas les projecteurs sur sa personne. Contrairement à Jean Bertrand Aristide qui a un manque de contrôle, qui est imprévisible, qui n’aime pas la nouveauté et qui voit toujours son ego menacé, Jean Marie Vincent était plutôt prévisible, il avait une vision moderne de l’état et n’était pas narcissique. Il représentait un véritable challenge pour Jean Bertrand Aristide qui n’aime pas être dans l’ombre. Ce n’est pas sans raison que le parti Fanmi Lavalas connait un déclin aujourd’hui. Aristide ne veut pas former un parti viable et sérieux. Il utilise le Fanmi Lavalas comme un groupe de pressions pour faire avancer ses intérêts personnels. Les millions que lui et ses acolytes ont récoltés dans le trafic florissant de la drogue doivent pouvoir être dépensés en toute discrétion, et ils veulent s’assurer qu’ils ne seront l’objet d’aucune poursuite. À chaque fois qu’on parle de lutte contre la corruption en Haïti, les ténors lavalassiens sont en état d’alerte. Ils pensent déjà au dossier des coopératives et des caisses populaires, le blanchiment d’argent et les malversations sous les gouvernements lavalas qui n’ont jamais été élucidés.

C’est triste de remarquer que trente ans après le départ de Jean Claude Duvalier, les partis politiques qui sont les piliers de la démocratie n’arrivent pas à se renforcer. Nombre n’a pas de vision et de discours sérieux, d’autres sont montés de toute pièce pour servir les intérêts d’un homme et d’un petit groupe. La démocratie et l’état de droit que nous voulons construire en Haïti ne peuvent avoir lieu en dehors des partis politiques. Si le peuple haïtien est à la recherche d’un mieux-être, il est clair que les partis Fanmi Lavalas et PHTK ne peuvent être les garants de ce mieux être. Jean Bertrand Aristide gère son parti comme une boutique, Michel Joseph Martelly s’entoure d’éléments peu recommandables et mafieux qui le considèrent comme un parrain. L’un a contrôlé la scène politique durant deux décennies, l’autre veut établir une dynastie en Haïti. Entretemps, la majorité silencieuse observe. La grande question aujourd’hui c’est comment faire pour monter deux ou trois grands partis viables et modernes capables de charrier les revendications de toute la population haïtienne et qui peuvent mettre le cap sur le développement endogène durable ? Ce n’est pas sans raison que la presse haïtienne ne soulève pas ces débats de fond. Elle soutient le système d’inaptocratie et est au service de cette bourgeoisie affairiste qui donne le ton. Nul besoin de penser et de croire que le salut d’Haïti et le bien-être du peuple viendront du Fanmi Lavalas et du PHTK. Le Fanmi Lavalas qui avait la chance de se transformer en un parti sérieux et moderne est un ramassis d’affairistes et de réactionnaires. Le PHTK qui est en gestation et qui a censé remporter les dernières élections est un ramassis d’affairistes, de trafiquants de cocaïne, de dilapidateurs de fonds publics, de kidnappeurs et de voleurs de grands chemins. Ces deux partis (l’un dit de gauche et l’autre de droit) « dwategoch » se donnent la main pour faire avancer les intérêts américains dans le pays. Les partis Fanmi Lavalas et PHTK ne font qu'un, ils sont à la même enseigne.


Dernière édition par Sasaye le Mar 11 Avr 2017 - 20:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17121
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Ezili Dantò reponn Kèlens Titus Empty
MessageSujet: Re: Ezili Dantò reponn Kèlens Titus   Ezili Dantò reponn Kèlens Titus EmptyMar 11 Avr 2017 - 18:26

SASAYE;

Mwen gen kek TAN m ap swiv sa NEG sa a ,KERLENS TITUS ap ekri.

Se yon NEG EKSTREM DWAT.Anvan ,NEG sa yo se te konpare ARISTID ak DIVALYE e yo te konn bay "edge" lan ak DIVALYE.

Ou we ,misye vini ak "bugaboo" ke ARISTID ta gen yon bagay kelkonk a we ak lan MO JAN MARI VENSAN.
Mesye wo!
Mwen te konnen JAN MARI ,le l te TIMOUN ,FANMI l te lwe KAY lan men PAPA m lan PETYONVIL ,le sa misye te lekol SEMINE.
Sa pa gen ENPOTANS.
Ou we MISYE ap fe AMALGAM ARISTID ak SWIT MIKI.Se yon TAKTIK EKSTREMDWATIS ,pou montre yon GOUVENMAN pa pi bon pase LOT.

Neg KERLENS TITUS sa a ,se pa 2 AKIZASYON ke yo demanti ,ke l kontinye ap fe kont ARISTID.

WIKILEAKS yo di kleman ,sa ANBASAD AMERIKEN te di de ki les ki te touye JANMARI.
Men KERLENS TITUS ap kontinye voye FRANSE monte pou l BROUYE KAT.

WIKILEAKS lan te di ke le yo t ap touye JANMARI yo te we yon ansyen OFISYE LAME DAYITI ki tou pwisan Jodi an ,lan PARAJ kote yo t ap touye misye an.

Pi fo AKIZASYON ke yo te fe kont ARISTID yo demanti ,men PRES lan ki toujou GNBis koz ke de NEG tankou KERLENS TITUS gen yon ODYANS toujou!
Revenir en haut Aller en bas
 
Ezili Dantò reponn Kèlens Titus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: