Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16511
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique Empty
MessageSujet: La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique   La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique EmptyVen 23 Fév 2018 - 7:02

Mwen konn li kek KOMANTE sou RAS sou de JOUNAL tankou LE NOUVELLISTE w ap mande w pafwa NOUVELLISTE ki konn sansire kek KOMANTE pa sansire bagay sa yo.
Mwen kwe ke seten lan nou ap twouve ATIK sa a sou DOUGLASS ke ANE sa a se ap 200em ANIVESE li ap twouve enteresan.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Byen ke lan milye syantifik yo ,gen yon KONSANSIS ke MOUN te soti ann AFRIK pou yo al kolonize res MONN lan,men se yon lot ISTWA.
FREDERICK DOUGLASS yon ANSYEN ESKLAV:

Opinion | Op-Ed Contributeur

La lutte de Frederick Douglass contre le racisme scientifique


Par ERIC HERSCHTHAL  FÉV.  22, 2018

Frederick Douglass, vers 1870-1875. Crédit Corbis, via Getty Images

 Le 200e anniversaire de l'un des plus grands penseurs américains, Frederick Douglass, est célébré ce mois-ci.  Chaque mois de février, il se souvient de tant de choses: un esclave fugitif qui a gagné sa liberté, un abolitionniste, un défenseur des droits des femmes, un écrivain et un orateur talentueux.  Mais nous devrions aussi nous souvenir de lui comme quelqu'un dont les idées sur les théories scientifiques de la race sont tout aussi pertinentes aujourd'hui.

Lorsque Douglass a pris de l'importance, dans les années 1840, il vivait dans un monde tout aussi excité et anxieux à l'égard des nouvelles inventions de son époque, comme le chemin de fer et le télégraphe.  Mais il comprenait que les fins auxquelles la science pouvait être utilisée étaient à jamais liées aux choix moraux de ses praticiens.  «Les écrivains scientifiques, pas moins que les autres, écrivent pour plaire, aussi bien que pour instruire, écrivait-il en 1854, et même inconsciemment à eux-mêmes, (parfois) sacrifier ce qui est vrai à ce qui est populaire.

Cette déclaration faisait partie d'une conférence dans laquelle il a attaqué l'un des domaines scientifiques les plus importants de l'ère d'avant-guerre: l'ethnologie, ou ce qu'on appelait parfois la «science de la race». , c'était considéré comme légitime.  Les scientifiques les plus accomplis s'y sont engagés et le public l'a consommé avec empressement.

L'ethnologie n'a pas été adoptée seulement par les Sudistes proslaviers.  Ses théoriciens les plus importants vivaient dans le Nord: l'un, Louis Agassiz, enseignait à Harvard;  l'autre, Samuel George Morton, était président de l'une des principales sociétés scientifiques du pays, à Philadelphie.  Agassiz et Morton ont rejeté la vision de la race du XVIIIe siècle, selon laquelle tous les êtres humains descendaient d'une seule paire et que les différences physiques apparaissaient en raison des changements dans l'environnement naturel.  Au lieu de cela, ils ont soutenu que les gens noirs et blancs ont été créés séparément et que les noirs étaient inférieurs, une théorie appelée polygénisme.  En tant que résidants du Nord, Agassiz et Morton se sont mis en quatre pour dire que le polygénisme ne justifiait en rien l'esclavage.  Mais ils n'avaient pas à le faire: les savants du Sud l'utilisaient avidement pour tolérer l'esclavage, et même les Blancs du Nord opposés à l'esclavage trouvaient cela utile.  Certains l'utilisaient pour promouvoir la ségrégation dans le Nord, d'autres pour plaider en faveur de l'émancipation associée à la colonisation - en éliminant les Américains noirs une fois libres.

En préparation de la conférence de 1854, Douglass a lu des dizaines de livres sur l'ethnologie, puis a démantelé les revendications des polygénistes un par un.  Parmi les plus importants à Douglass, il y avait l'affirmation de Morton selon laquelle les anciens Egyptiens étaient blancs.  Pour que cette théorie fonctionne, Morton avait besoin d'expliquer le fait que les anciens Egyptiens étaient des Africains, car s'ils l'étaient, cela signifiait que les personnes d'ascendance africaine avaient le potentiel d'une grandeur de civilisation égale.  Pour preuve, Morton a noté que la Bible ne faisait aucune mention de la couleur des Egyptiens.


Douglass n'en aurait rien.  Il a cité texte après texte, tous écrits par des scientifiques européens respectés, qui ont noté que les anciens Egyptiens ressemblaient de façon frappante aux Africains des temps modernes.  Mais plus important, il a soutenu que les descripteurs raciaux n'étaient pas mentionnés dans la Bible parce que, à ce moment historique, la race n'existait pas.  C'était, comme nous le disons maintenant, une construction sociale, quelque chose de mieux compris comme un produit de l'histoire plutôt que de la science.

Quand Morton a supposé que les anciens Israélites, qu'il croyait être blancs, n'auraient jamais épousé des anciens Egyptiens s'ils étaient noirs, il n'a pas réalisé que les préjugés raciaux étaient un "véritable sentiment américain", a écrit Douglass.  "Il suppose qu'une peau noire à l' Est suscite le même préjugé que nous voyons ici en Occident." Douglass disait que nous apprenons le racisme plutôt que d'être né avec elle.

Bien sûr, s'engager dans l'ethnologie selon ses propres termes était un jeu dangereux.  Cela signifiait parfois que Douglass perpétuait des façons scientifiques de penser la race plutôt que de simplement démanteler sa logique et insister sur la race en tant que produit de l'histoire.  Il a emprunté aux théories ethnologiques de son ami James McCune Smith, un autre abolitionniste noir et premier médecin noir accrédité du pays, pour affirmer que les gens noirs et blancs seraient améliorés par le mélange racial.  Pourtant, il serait faux de rejeter ces idées comme étant simplement le résultat de l'héritage racial mixte de Douglass - son père, peut-être son propriétaire, était blanc - ou comme une insulte de l'histoire noire, de la culture noire.  Ils ont toujours été écrits au service d'un agenda politique clair, radical pour son temps: intégration noire complète plutôt que ségrégation.

En 1887, Douglass a voyagé en Egypte et a publié un autre essai prouvant que les Égyptiens étaient, en fait, africains.  «Je m'intéresse depuis longtemps à l'ethnologie», écrit-il, et «j'ai voulu que l'évidence de la grandeur, sous la peau colorée, se rencontre et repousse l'accusation d'infériorité naturelle, originelle et permanente.» Il l'a trouvée dans l'antiquité les pyramides et les sphinx majestueux, avec leurs traits indéniablement africains.

Mais même si Douglass a refusé de laisser les théories scientifiques racistes ne pas être contestées, il a toujours compris que la science n'était pas l'antidote au racisme des Blancs.  Il y avait seulement tant de faits que vous pouviez donner pour prouver l'humanité des Noirs.

En 1893, deux ans avant sa mort, il avait honte de la façon dont l'élite scientifique blanche de la nation avait représenté des personnes d'ascendance africaine à l'Exposition universelle de Chicago.  Les scientifiques de Harvard et du Smithsonian ont aidé à concevoir l'exposition, qui reflétait ce qu'ils considéraient comme le progrès racial de l'humanité, du sauvage au civilisé.  Les pavillons pour Haïti et pour les nations africaines, conçus comme des huttes primitives, sont arrivés en premier.  En avançant, vous avez finalement traversé un pont dans la «ville blanche», qui abritait des pavillons en marbre pour les nations blanches, mettant en valeur leurs merveilleuses inventions scientifiques.
 Une journée a été réservée aux Noirs américains pour présenter leur propre culture, et la presse est prête à méditer l'événement.  Les vendeurs blancs se sont aussi amusés, apportant des pastèques par le charriot.  Certains dirigeants noirs ont appelé au boycott, mais Douglass a insisté sur le fait que les Noirs s'engagent - après tout, c'était une chance de montrer l'excellence noire.  Mais Douglass voulait aussi rétablir la vérité sur la race, ou plutôt sur le racisme.  Cette fois, dans l'un de ses derniers discours, il n'a pas pris la peine de faire un argument scientifique sur l'égalité des noirs.  Au lieu de cela, il est allé au cœur de la question et a voulu que l'embrayage des reporters blancs écoute de très près, pour l'imprimer dans tous leurs papiers.

Le problème n'était pas avec les Noirs, disait-il, c'était avec les Blancs.  S'ils aimaient leur démocratie autant qu'ils le disaient, ils cesseraient de se tourner vers la science pour trouver des excuses à leur propre incapacité à traiter les Noirs américains comme des citoyens égaux.  Comme il l'a dit: "Nous entendons de nos jours un problème épouvantable appelé un problème noir.  Quel est ce problème?  Comme d'habitude, le Nord est bousculé.  Le problème des Noirs est un dispositif du Sud pour tromper et tromper.  En fait, il n'y a pas de problème de ce genre.  Le vrai problème a reçu un faux nom.  Il est appelé Nègre dans un but.  Il a substitué le nègre à la nation, parce que l'un est haï et méprisé, et l'autre est aimé et honoré.  Le vrai problème est un problème national.  Il n'y a pas de problème noir.  Le problème est de savoir si le peuple américain a assez d'honnêteté, assez de loyauté, assez d'honneur, assez de patriotisme pour être à la hauteur de sa propre Constitution. "


Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16511
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique Empty
MessageSujet: Re: La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique   La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique EmptyVen 23 Fév 2018 - 13:05

Frederick DOUGLASS re renmen AYITI A MO.Sa a se KONFERANS li te pwononse lan FWA MONDYAL 1893 lan sou AYITI,lan CHICAGO.
Se te 2 ZAN anvan l mouri.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Men yon PASAJ lan DISKOU an.Eske ak kek ti VARYASYON se pa yon bagay ke yo te ka di lan 21em syek lan?


Les gens ordinaires d'Haïti sont assez pacifiques. Ils n'ont aucun goût pour les révolutions. La faute n'est pas avec les ignorants, mais avec les peu instruits et ambitieux. Trop fiers de travailler et peu disposés à faire du commerce, ils font de la politique une affaire de leur pays. Ne gouvernant ni par l'amour ni par la miséricorde pour leur pays, ils ne se soucient pas de savoir à quelle profondeur elle peut être plongée. Aucun président, pourtant vertueux, sage et patriotique, ne leur convient jamais quand ils sont eux-mêmes hors du pouvoir.

J'aimerais pouvoir dire que ce sont les seuls conspirateurs contre la paix en Haïti, mais je ne peux pas. Ils ont des alliés aux États-Unis. Des développements récents ont montré que même un ancien ministre des États-Unis, résident et consul général à ce pays a conspiré contre le gouvernement actuel d'Haïti. Il se trouve que nous avons des hommes dans ce pays qui, pour accomplir leurs fins personnelles et égoïstes, attiseront la flamme de la passion entre les factions en Haïti et contribueront autrement à établir des révolutions. A leur honte soit-elle parlée, des hommes dans les hauts quartiers américains se sont vantés de leur capacité à déclencher une révolution en Haïti à plaisir. Ils n'ont qu'à réunir suffisamment d'argent, disent-ils, pour armer et équiper d'une autre manière les mécontents, de l'une ou l'autre faction, pour réaliser leur but. Les hommes qui ont de vieilles munitions de guerre ou de vieux navires à vendre; les navires qui vont descendre dans la première tempête, ont un intérêt à attiser les conflits en Haïti. Cela leur donne un marché pour leurs marchandises sans valeur. D'autres d'un esprit spéculatif et qui ont de l'argent à prêter à des taux d'intérêt élevés sont heureux de conspirer avec les chefs révolutionnaires de l'une ou l'autre faction, pour leur permettre de commencer une insurrection sanglante. Pour eux, le bien-être d'Haïti n'est rien; l'effusion du sang humain n'est rien; le succès des institutions libres n'est rien, et la ruine du pays voisin n'est rien. Ce sont des requins, des pirates et des Shylocks, avides d'argent, peu importe le coût de la vie et la misère de l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
 
La lutte de DOUGLASS contre le racisme scientifique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» La privatisation de l’État
» Levée partielle de l’embargo contre la mangue haïtienne
» Lettre ouverte du sénateur Latortue au PM Jacques Alexis
» Rapport de bataille Eldars d'Iyander contre Korsairs Orks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: