Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16505
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa Empty
MessageSujet: Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa   Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa EmptyJeu 16 Mai 2019 - 14:58

Kek AKTIVIS de GOCH okipe ANBASAD VENEZUELA a.

Yo di depi JOHN BOLTON ak ELLIOT ABRAMS lan yon GOUVENMAN ;MANYAK sa yo se LA GE ,se KOUDETA.
Depi komansman AVRIL,AKTIVIS yo okipe ANBASAD VENEZUELA e y ap eksplike-la tres populaire DEMOCRACY NOW- pouki sa yo okipe ANBASAD lan e yo kont KOUDETA kont MADURO an:
http://democracynow.org/2019/5/15/despite_threats_no_electricity_anti_coup

Malgré les menaces et l'absence d'électricité, des militants anti-coup d'État demeurent à l'intérieur de l'ambassade du Venezuela à Washington

Histoire du 15 mai 2019
Regarder l'icône Regarder le spectacle complet

Venezuela

Invités

Médée Benjamin
co-fondateur de CodePink.

Liens
CodePink sur Twitter

À Washington, quatre activistes sont restés à l'ambassade du Venezuela après que la police ait effectué une descente dans l'immeuble lundi soir.  Des activistes de CodePink, de la coalition ANSWER et de la résistance populaire sont présents dans l'ambassade depuis fin avril sur l'invitation du gouvernement vénézuélien afin d'empêcher sa prise en charge par l'opposition vénézuélienne soutenue par Juan Guaidó et soutenue par les États-Unis.  La semaine dernière, les autorités ont coupé l'eau et l'électricité à l'ambassade.  Nous nous entretenons avec la cofondatrice de CodePink, Medea Benjamin, au sujet de l'impasse actuelle à l'ambassade.



AMY GOODMAN : C'est la democracy now maintenant!  Je suis Amy Goodman avec Juan González.

JUAN GONZÁLEZ: À Washington, quatre activistes sont restés à l'ambassade du Venezuela après l'attaque de la police contre l'immeuble lundi soir.  Des militants de CODEPINK , de la coalition ANSWER et de la résistance populaire sont dans l'édifice depuis fin avril sur l'invitation du gouvernement vénézuélien, afin d'empêcher qu'il ne soit repris par l'opposition vénézuélienne soutenue par Juan Guaidó et soutenue par les États-Unis.

AMY GOODMAN : La semaine dernière, les autorités ont coupé l'eau et l'électricité à l'ambassade du Venezuela.  Alors qu'ils étaient sur le point de faire une perquisition lundi, les activistes ont publié une déclaration vidéo, s'engageant à poursuivre le combat.


ACTIVISTE : Nous ne partirons pas volontairement.  Nous sommes venus ici pour protéger l'ambassade.  Nous sommes ici depuis 34 jours.  Nous resterons plus longtemps si nécessaire.  Nous espérons que cela aboutira toujours à un accord entre le Venezuela et les États-Unis pour protéger cette ambassade du faux gouvernement, le faux coup d'Etat non gouvernemental que les États-Unis poussent.  Donc, nous sommes là.  Nous résistons toujours.

AMY GOODMAN : Pour en savoir plus, nous allons à Washington, DC, pour parler à Medea Benjamin, cofondatrice de CODEPINK , l'un des militants vivant à l'intérieur de l'ambassade du Venezuela à Washington, DC, exigeant que l'ambassade ne soit pas cédée. aux leaders de l'opposition vénézuélienne.  Medea, bienvenue dans Democracy Now!  Expliquez l'impasse en ce moment.

MEDEA BENJAMIN : C'est une situation remarquable, Amy.  Il y a deux jours, la police est arrivée avec un faux avis d'expulsion.  C'était écrit sur un morceau de papier qui n'avait pas d'en-tête, pas de sceau, pas de signature.  Nous ne savions pas de qui cela venait.  Et la police a lu ceci comme s'il s'agissait d'un avis d'expulsion officiel.  Notre avocate, Mara Verheyden-Hilliard, qui a été fantastique, est allée parler aux personnes qui restaient à l'ambassade. Elles ont discuté de la situation et ont déclaré qu'elles n'allaient pas partir.  La seule façon de partir serait une fois que le Venezuela et les États-Unis seraient parvenus à un accord sur ce qu'il adviendrait des deux ambassades, en respectant la Convention de Vienne.

La police a donc coupé les serrures des portes et a lu l'avis d'expulsion. Nos braves héros à l'intérieur de l'ambassade ont déclaré qu'ils ne partiraient pas.  Nous pensions tous que c'était la fin, qu'ils allaient être réalisés.  Les supporters de Guaidó à l’extérieur étaient enthousiastes.  Et au lieu de cela, la police s'est retournée, a fermé les portes, a remis le verrou et est partie.

Et telle est la situation aujourd'hui.  Rien n'est arrivé hier.  Nous pensions qu'ils reviendraient avec une sorte d'ordonnance du tribunal.  Ils n'ont pas.  Et l'impasse reste.  C’est un chapitre tout à fait remarquable de l’histoire où des citoyens américains courageux et courageux, tous deux à l’ambassade avec l’autorisation du gouvernement légal du Venezuela, ainsi que des personnes extérieures victimes de harcèlement, arrêtés pour avoir tenté d’apporter de la nourriture à cette ambassade depuis maintenant cinq semaines et continue de le faire.

JUAN GONZÁLEZ: Medea, je veux lire l'avis d'expulsion.  Il a lu en partie,
«Les ambassadeurs Vecchio et [Gustavo] Tarre ont demandé et ordonné à quiconque se trouvant sur cette propriété de s'en retirer immédiatement et de ne pas y revenir sans l'autorisation expresse de ces ambassadeurs.  Toute personne qui refuse de se conformer à ces demandes et aux ordres de quitter cette propriété commettra une violation de la loi fédérale et du district fédéral de Columbia et pourrait être arrêtée et poursuivie pénalement. »Eh bien, il n’ya qu’un seul problème, Medea.  La plupart des ambassades sont en vigueur, n'est-ce pas un territoire international?  Donc, toute la question de la participation même de la police de DC est discutable, pour le moins?

MEDEA BENJAMIN : Absolument, Juan.  Nous avons la loi de notre côté, invitée par le gouvernement au pouvoir, le gouvernement reconnu par les Nations Unies.  L'article 45 de la Convention de Vienne sur les conventions de Vienne stipule très clairement que, même en cas de rupture des relations entre deux États, le pays d'accueil doit respecter l'intégrité des locaux diplomatiques.  Les États-Unis le savent très bien, le département d'État le sait très bien et nous avons clairement indiqué que quiconque entre illégalement dans l'ambassade pour tenter de nous expulser commet un acte illégal et sera tenu pour responsable.  Le gouvernement des États-Unis reconnaît également le grave précédent que cela créerait.  Cela aurait des répercussions sur les ambassades américaines dans le monde entier.  Nous voulons protéger non seulement l'ambassade du Venezuela de la prise de contrôle par un groupe illégal, mais également empêcher le gouvernement Maduro de prendre le contrôle de l'ambassade américaine à Caracas.

Et il existe une réponse très simple à tout ce qui a été utilisé depuis les années 1800, ce que l’on appelle l’autonomisation - c’est l’accord de protection.  Que nous obtenions un pays extérieur, un tiers, et que ce parti devienne alors le responsable du bâtiment.  Cela s'est produit dans le cas de l'Iran, de Cuba et de la Corée du Nord.  Les États-Unis ont souvent fait appel à des pays tels que la Suède et la Suisse pour protéger leurs ambassades.  Et cela pourrait être facilement fait dans le cas des États-Unis et du Venezuela actuellement.  En fait, il y a des pourparlers entre les deux pays pour le faire.

Et c'est pourquoi il est si important de rester dans cette ambassade jusqu'à ce qu'un accord soit conclu.  Et une fois que cet accord de protection aura été conclu, les États-Unis et le Venezuela pourraient éventuellement aborder d'autres questions également, afin de tenter de mettre fin à cette crise qui pourrait autrement conduire à une prise de contrôle de cette ambassade et à une prise de contrôle de l'ambassade américaine à Caracas. , mais pourrait conduire à une intervention militaire américaine, une guerre civile au Venezuela qui pourrait faire rage pendant des décennies.  Nous agissons donc pour faire respecter le droit international et empêcher une guerre.

JUAN GONZÁLEZ: Et Medea, je voulais vous demander, en ce qui concerne toute cette question du gouvernement légitime du Venezuela d'inviter ces manifestants dans l'ambassade pour le protéger, le Washington Post avait un article très intéressant il y a quelques jours censé aller derrière les scènes de la dernière tentative de coup d'Etat manqué.  Parce qu'il y en a déjà eu trois cette année contre Maduro.  Mais il mentionne notamment que le président Trump est de plus en plus en colère.  Qu'il croyait avoir été induit en erreur quant à la facilité avec laquelle il serait possible de se débarrasser de Maduro, et il est maintenant en colère contre ses propres conseillers.

Et puis, je crois que c'était hier, Mauricio Claver-Carone, l'un des principaux responsables de la sécurité nationale, a déclaré lors d'une réunion en Colombie qu'il pensait que Maduro était totalement paranoïaque et ne pouvait faire confiance à personne et qu'il pouvait compter sur lui. remettre le nombre de personnes qui soutiennent Maduro.  C'est assez en contradiction avec la réalité des faits sur le terrain, mais je me demande votre avis sur ces récents développements.

MEDEA BENJAMIN : Je pense que le président comprend qu'il a reçu de mauvaises informations.  Le très mauvais acteur dans tout cela est John Bolton, qui désire ardemment une intervention.  Et il faut revenir sur la position américaine parce que les États-Unis se sont maintenant appuyés contre le mur, reconnaissant ainsi une personne qui n’a pas la capacité de susciter le type de soulèvement que Trump a été informé.  Une partie de notre raisonnement à l'ambassade est donc d'aider à faciliter ce retour en arrière.

Je tiens également à mentionner que le révérend Jesse Jackson se rendra à l'ambassade aujourd'hui, cet après-midi à 14 h 30, avec un groupe de chefs religieux pour dire qu'il faut acheminer de la nourriture et de l'eau dans l'ambassade.  Nous tiendrons également une conférence de presse à l'ONU avec le gouvernement vénézuélien, aujourd'hui à 16 heures, pour parler des violations de leur ambassade et du respect des conventions de Vienne par les États-Unis.

Le contenu original de ce programme est distribué sous licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 3.0 États-Unis .  Veuillez attribuer des copies conformes de cette œuvre à democracynow.org.  Certains travaux incorporés à ce programme peuvent toutefois faire l’objet d’une licence distincte.  Pour de plus amples informations ou des autorisations supplémentaires, contactez-nous.




Prochaine histoire de cette émission quotidienne

Medea Benjamin: Nous devons renforcer le mouvement anti-guerre pour nous opposer à la guerre contre l'Iran
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9469
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa Empty
MessageSujet: Re: Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa   Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa EmptyJeu 16 Mai 2019 - 23:47

2 neg sa yo ap chache pwovoke yon ge avec Iran . Ta sanble ke Trump pa vinn dako ak yo . Ann suiv .
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16505
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa Empty
MessageSujet: Re: Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa   Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa EmptyVen 17 Mai 2019 - 7:29

MAK;

Y ap manipile TRUMP.

TRUMP pa konprann anyen lan anyen.

Se BOLTON ki te manipile DATA ,ki te di ke SADAM HUSSEIN te gen "ARMES A DESTRUCTION MASSIVE" ki te ANGAJE ETAZINI lan yon GE ki pa fe okenn sans e koute ETAZINI 2 MIL MILYA DOLA "and counting".

IRAN pa IRAK.IRAN se yon peyi SOFISTIKE ki pwodwi pwop ZAM yo,se yon PEYI ak yon kominote SYANTIFIK AVANSE.

POPILASYON IRAN se 90 MILYON.ETAZINI pa p genyen yon GE kont IRAN ,pa avek yon AME de TE.
Anpil MOUN ap mete 2 MEN lan TET ,yo PE pou TET VID yo rele TRUMP lan pa kite BOLTON angaje yo lan yon lot AVANTI ki kapab yon DEZAS ki pi MAL ke dezas IRAK lan.

Men tou,IZRAEL ak ARABI SAOUDIT pe IRAN kou chat ,y ap pouse ETAZINI lan yon GE EKSTRA STIPID ,tankou yon PREZANTATE ETWAL sou MSNBC di l.

JOHN BOLTON ak ELLIOT ABRAMS se "chicken hawks" ,yo toujou ap rele pou la GE,paske se pa yo oubyen pitit yo k ap mouri
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa Empty
MessageSujet: Re: Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa   Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aktivis okipe ANBASAD VENEZUELA lan WASHINGTON-yo di KOUDETA pa
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rene Preval en visite au Venezuela et ensuite aux USA
» Les 4 trios des Capitals de Washington
» Sarah Washington
» Portugal 2 - 0 Venezuela
» DG Washington Capitals

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: