Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Fanm NWA lan BREZIL ap afime AFRIKANITE yo

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16537
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Fanm NWA lan BREZIL ap afime AFRIKANITE yo Empty
MessageSujet: Fanm NWA lan BREZIL ap afime AFRIKANITE yo   Fanm NWA lan BREZIL ap afime AFRIKANITE yo EmptySam 27 Juil 2019 - 8:14

Pou MOUN ki ap swiv sa k ap pase lan BREZIL,se preske yon MIRAK.
Se yon bagay ki ap gen anpil ENPLIKASYON POLITIK E pa selman pou BREZIL.

Sa gen selman anviwon 25 an,pa menm 20% POPILASYON te rekonet ORIJIN AFRIKEN yo,kounye an anviwon 56% BREZILYEN rekonet sa.
Mwen sonje LULA limenm te di ke anviwon 80% BREZILYEN gen san AFRIKEN lan venn yo.
http://listindiario.com/la-vida/2019/07/25/575487/apropiacion-cultural-que-hay-detras-del-pelo-afro-de-las-negras-en-brasil



Cheveux AFRO

Appropriation culturelle: que cachent les cheveux "afro" des femmes noires au Brésil?

Laura Lopez

EFE

Sao Paulo, Brésil


Porter des cheveux «afro», tressé de couleurs ou un turban avec une impression sur la tête sont des caractéristiques qui discriminent aujourd'hui les femmes noires au Brésil, où la Journée internationale de la femme noire en Amérique latine et dans les Caraïbes est célébrée ce jeudi. .

"C’est comme s’ils vous disaient:" N’est-ce pas assez que vous soyez noir, vous devez en plus prouver que vous l'êtes? "" Tais Souza explique-t-il le varapalo du racisme voilé qu'il a reçu quand, il y a deux ans, il a perdu Opportunité d'emploi pour apparaître dans l'entretien avec un turban africain.

Souza, 31 ans, est enseignante et avait parlé la veille au téléphone avec la coordinatrice d'une école qui a fait l'éloge de son curriculum vitae et a applaudi son recrutement.

Cependant, quand il est allé au centre en personne, tout a changé en trois mots: "Ah, êtes-vous Tais?", A paraphrasé le professeur, qui a dit que le regard de son interlocuteur "disait tout".

Bien qu’il soit un pays à majorité féminine (51,7% de la population) et afro-descendants (55,7%), le racisme et le machisme laissent les femmes noires du Brésil hors du champ de la vie publique ou des positions de pouvoir et les marque également comme cibles de la violence.

Dans le cinquième pays du monde où le taux de féminicides est le plus élevé, le nombre de meurtres de femmes non noires a augmenté de 1,7% entre 2007 et 2017, contre 60,5% pour les femmes noires.

Cette journée de revendication est une raison pour la célébration à Sao Paulo de la XIIe édition du festival Latinidades, qui aborde des questions comme l’activisme politique par le biais d’éléments esthétiques «afro» ou l’appropriation culturelle de ces traits.

"J'ai grandi en apprenant que mes cheveux étaient laids quand ils étaient naturels", explique Tais, qui porte maintenant les cheveux bouclés et parle à EFE dans un fauteuil de "Lizafrica", un petit salon de beauté du centre-ville de Sao Paulo spécialisé dans les coiffures "afro". .

Tandis qu'elle parle, sa coiffeuse et amie, Liza Tavares, lui passe les cheveux au fil d'un fil rose.  Elle a maintenant 33 ans. Elle a monté sa propre chambre il y a 11 ans et 12 ans, elle est noire.

"Je me suis découvert en noir avec 21 ans", raconte la coiffeuse EFE, qui s'est immergée dans le monde de l'esthétique. "Afro" lui a fait changer d'avis: "Je me suis dit 'Maintenant je peux faire des tresses, maintenant je peux m'approprier ce que c'est. le mien. "

Plus tôt ce mois-ci, une controverse est devenue virale au Brésil après que des internautes eurent partagé les images obtenues en cherchant sur Google les mots "jolies tresses", qui donnaient des photos de femmes blanches et de "laides tresses". combinaison qui a montré les noirs.

"Pourquoi est-ce beau en eux et pourquoi en nous est-il laid ou mal vu?"  Liza dit: "Un rasta chez une personne blanche ... ma mère! C'est super élégant ... Dans un noir, c'est mal entretenu ... Ce sont des looks très différents", se lamente le coiffeur.

C’est ce scénario qui a suscité le débat au sein des réseaux sur le point de savoir si c’est offensant ou non qu'une femme blanche, inconsciente de ces préjugés, porte des cheveux "afro" ou un turban à imprimé africain au Brésil.

Face à cette question, le silence règne dans le salon de beauté pendant environ trois secondes, puis la réconciliation suit: "Tout le monde utilise ce qui est bon pour eux et s’il ya respect pour la culture, rien n’est mal," dit Tais.

Mais cela avertit également que "vous devez vous arrêter pour penser": "Pourquoi portez-vous cela? Admirez-vous cette culture ou est-ce juste une" lubie "? Respectez-vous cette culture ou utilisez-vous-la parce qu'elle est belle et que vous êtes alors raciste, maltraité aux Noirs, et pour vous, ils ne servent que d’être vos employés? ", demande-t-il rhétoriquement.

Sa thèse de doctorat est menée par Carol Barreto, créatrice de mode et professeur d'études sur le genre et le féminisme à l'Université fédérale de Bahia, où il dirige également des projets de production de mode avec des femmes noires et LGBT de l'intérieur de Bahia (nord-est). .

Face à la question controversée qui semble ne pas avoir de réponse monosyllabe, Barreto, qui participera vendredi à l’un des entretiens du festival "Latinidades", donne quelques indices pour ne pas tomber dans "l’appropriation": avoir une conscience critique, payer équitablement Essayer de réduire le prix du produit et d’éviter de prendre en charge le processus de travail lui-même en fait partie.

"Pour le reste, je ne veux ni ne peux pas définir qui achète et paye mes pièces", explique Barreto, qui confesse: "De plus, j'ai besoin d'argent pour rémunérer les femmes qui cousent et leur donnent le pouvoir."

"Qui va payer pour cet argent, être juste, ne m'intéresse pas."


Revenir en haut Aller en bas
 
Fanm NWA lan BREZIL ap afime AFRIKANITE yo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: