Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Comment THE NATION la vieille revue dont la fondation date de 1868 voit la crise

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16525
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Comment THE NATION la vieille revue dont la fondation date de 1868 voit la crise Empty
MessageSujet: Comment THE NATION la vieille revue dont la fondation date de 1868 voit la crise   Comment THE NATION la vieille revue dont la fondation date de 1868 voit la crise EmptyMer 6 Nov 2019 - 8:33

http://thenation.com/article/haiti-protests-petrocaribe
Haïti dans les rues pour réclamer un chef d’État intègre, honnête et crédible! par Amy Wilentz, The Nation
By Rezo Nodwes -5 novembre 20191107

C’est  la  conclusion à laquelle est pavenue la journaliste américaine Amy Wilentz, rédactrice en chef du journal en ligne  » The Nation  » , au terme d’une visite  effectuée durant cette période tumultueuse que vit Haiti.

Au moment où les missions ou ambassades étrangères semblent vouloir prendre le devant de la scène et de l’actualité en Haïti : l’Ambassade américaine avec la publication du dernier communiqué du  Département d’État, l’ambassade de  France avec l’arrestation des quatre étudiants, l’ambassade du Canada avec le signal envoyé avec la remise des lettres de créance du nouvel ambassadeur du Canada à un Président dont de larges secteurs du pays refusent même de rencontrer et réclament la démission, il est important d’offrir à nos lecteurs d’autres regards et lectures  de la situation politique en Haïti provenant d’autres étrangers.

Aussi nous vous invitons à prendre connaissance de la traduction de cet important texte publié dans le journal  américain cité plus haut sous le titre « Haïti is in the street » et où  la journaliste résume en une seule phrase  cette contestation qui a pris corps depuis plus d’un an en Haïti :

« Exploités par des entreprises prédatrices, pressés par le FMI, protégés par les élites internationales et saignés par un gouvernement corrompu, les Haïtiens refusent de cesser de se battre pour un nouveau système ».

Par Amy Wilentz

En Haïti, les troubles se poursuivent sans relâche. Ce matin encore, les manifestants de rue haïtiens ont prévu de se réunir en un vaste groupe et de marcher sur l’aéroport international Toussaint L’ouverture de Port-au-Prince. L’appel à la protestation des médias sociaux («Operation Airport Lockdown») incluait une suggestion selon laquelle les marcheurs apporteraient «ti chez» ou «petites chaises» avec eux, de sorte qu’une fois qu’ils auraient pris possession des pistes, qui sont peu nombreuses, tenir un sit-in confortable pour la journée. L’image numérique de la marche montre un avion en vol au-dessus d’une piste, avec la devise: «Le seul avion qui atterrira est celui qui emportera Jovenel», faisant référence à Jovenel Moise, président du pays et qui fait face à la colère populaire et l’insatisfaction générale.

Alors que vous regardez ce qui se passe en Haïti aujourd’hui et lisez la couverture en première page, il est important de vous rappeler que les troubles énormes dans les rues ne sont pas alimentés par l’émotion. Les personnes que vous voyez là-bas ne sont pas irréfléchies et ne sont pas simplement en colère. Il y a une logique à ce qui se passe; il y a une histoire et tant de raisons pour lesquelles. Il y a un plan, un espoir. Il y a des idées. Il y a un besoin et du désespoir, définitivement. Mais ce qui se passe implique implicitement le rejet d’un système existant de longue date et le rêve de ce à quoi un autre Haïti pourrait ressembler.

Je  ne dis pas cela comme un romantique. Je ne dis pas qu’il n’ya pas de forces subtiles au travail en coulisse. Bien sûr, l’argent change de mains quelque part pour influencer le moment et son issue. Il y a toujours de l’argent qui coule à travers les manifestations, en particulier dans les pays pauvres. Mais rappelons qu’Haïti a toujours été un chef de file des changements sismiques dans le fonctionnement du monde. Vous souvenez-vous de la révolution de 1791-1804 qui a assuré que le capitalisme basé sur d’esclavage serait finalement condamné sur toute la planète? Je me souviens maintenant de cette révolution, qui a pris beaucoup de temps. Rappelez-vous qu’Haïti a été le premier pays à avoir mis fin à une occupation militaire américaine en 1929. Outre la frustration liée à la corruption infinie et à l’absence de leadership en Haïti, de nombreuses réflexions sont actuellement en cours sur la manière dont le pays pourrait survivre en dehors des marchés mondialisés. revenir à un système agricole de petites exploitations mises à jour, modernisées et autosuffisantes. De tels changements prennent beaucoup de temps et nécessitent l’appui d’énormes majorités prêtes à travailler pour atteindre ces objectifs ou d’autres grands changements. C’est un travail exigeant de fatiguer un ennemi qui a tous les avantages. Mais cela peut être fait – et l’a déjà été en Haïti.

La situation qui s’est déroulée au cours de l’année écoulée est le résultat long et tortueux d’une attaque concertée contre la démocratie populaire et de la réticence de l’élite haïtienne à laisser aux masses un espace politique ou économique enraciné dans des générations de pauvreté. La communauté internationale a emboîté le pas aux élites politiques haïtiennes anglophones et francophones – dont la parole sur Haïti est interprétée comme un évangile par des responsables étrangers qui ne parlent pas le créole – et qui ont souvent pris les devants. Cette stratégie visant avant tout l’élite haïtienne a fonctionné aussi longtemps que les gens pouvaient toujours vivre dans la campagne haïtienne. Mais, alors qu’Haïti rejoignait l’économie mondiale et que son système agricole ne parvenait pas à être compétitif à l’étranger et était en chute libre en Haïti, la migration urbaine, accompagnée de tous les maux qui en résultaient, commençait à nuire à la facilité de l’élite de Port-au-Prince.

Maintenant, avec un chômage réel atteignant des sommets historiques et un gouvernement corrompu, complètement en ruine, le système prédateur, ayant volé tout ce qu’il peut voler, montre son illogisme radical. À moins de diriger une nation esclavagiste, vous ne pouvez pas diriger sans fin un État en dehors de la volonté d’un peuple à qui vous avez tout pris, un peuple qui n’a rien. Essayez de voir Haïti comme les États-Unis d’aujourd’hui, dirigés par Trump, mais concentrés dans un dé à coudre. L’inégalité des revenus est beaucoup plus visible et insensée qu’aux États-Unis, car le pays ne dispose pas de protection suffisante pour la classe ouvrière ou moyenne. La classe moyenne haïtienne vit maintenant là où la classe moyenne aime vivre: aux États-Unis, au Canada, en France et ailleurs , dans les derniers vestiges de la fin de l’empire francophone – des endroits où il reste encore au moins encore quelques moyens économiques qui fonctionnent pour la majorité de la population et où un réfugié haïtien peut trouver un emploi.



Sans sa classe moyenne ouvrière (certains subsistent encore, mais très peu), Haïti est devenue une terre de millions de sans-abri vivant dans des bidonvilles construits de leurs propres mains, ainsi que quelques familles d’élite millionnaires et même milliardaires qui vivent derrière des barrières en fer forgé au sommet de la montagne qui surplombe la capitale, maintenant le pouvoir politique et toutes les richesses du pays – une richesse qui provient en grande partie d’une population de bidonvilles démoralisée, malmenée et très mal payée, ainsi que d’un tourisme persistant, l’agriculture, l’extraction minière internationale, le trafic de drogue et la corruption. Pour le peuple haïtien, il n’y a presque pas d’éducation publique, pas d’assainissement public, pas de sécurité incendie. Il n’y a pas non plus de sécurité sociale, pas de soins de santé subventionnés. De plus, à l’heure actuelle, il n’y a souvent pas dei carburant, ni d’électricité, ni eau, ni nourriture.

Le système judiciaire est inepte, corrompu, inefficace et injuste. Les prisons sont dégoûtantes, surpeuplées et non financées. L’inflation est élevée. Le pouvoir d’achat est faible. Les élections sont corrompues par l’argent et l’influence étrangère. Attendez, ça commence à vous paraître familier.

Je dis cela d’un pays que j’aime et d’un peuple que je respecte. Mais le capitalisme extractif, une sorte de racisme et l’ordre mondial ont conspiré pour saper l’espoir en Haïti. Cela n’a pas empêché que nombre des cerveaux les plus brillants d’Haïti se  retrouvent dans les quartiers haïtiens de New York, du New Jersey, de Miami, de Boston et de Montréal. Qui reste-t-il pour diriger le pays? Moïse, un grotesque, corrompu et profondément incompétent – un ancien producteur et exportateur de bananes du nord-ouest démuni  en Haïti, qui s’est finalement rendu à Port-au-Prince et aujourd’hui est en charge de la machine à créer la corruption qu’est le gouvernement haïtien.

Regardons l’histoire qui a conduit à cela. En plus de quelques bosses et de béguin, la même élite, principalement composée de peaux claires et de métis, domine Haïti depuis 1804, lorsque les Haïtiens, conduits à cette victoire par l’ancien esclave Toussaint L’ouverture, ont conquis l’indépendance de leur pays vis-à-vis de la France de Napoléon. Pendant l’occupation américaine de 1915-1929, le boujwazi (mot haïtien désignant l’élite), protégé par les Marines d’une rébellion persistante à la campagne, de même que les banques et les entreprises américaines, continuait à assécher le pays.

Ainsi jusqu’à l’arrivée au pouvoir de François Duvalier en 1957. Impitoyable, brutal, un assassin, mais un ami de la classe moyenne noire haïtienne, Papa Doc – au début du mouvement Black Power à travers le monde – s’appelait un noiriste. Malheureusement, il croyait que le seul moyen de soulever cette classe moyenne grandissante en Haïti était littéralement de détruire la vieille classe d’élite, ce qu’il a fait avec une cruauté stupéfiante. Les décents de la classe moyenne qui gênaient ont également été exterminés, ainsi que des familles entières d’élites. Si vous gardiez la tête baissée, vous pourriez manger et vivre. Même si Papa Doc représentait une tache inacceptable sur les Caraïbes, les États-Unis n’ont pas essayé de le renvoyer, car ils considéraient que sa domination était un contrepoids à Cuba. Il a compris que ce statut lui donnait le feu vert complet pour poursuivre ses déprédations. Pendant ce temps, il a laissé les entreprises américaines implantées en Haïti s’occuper de leurs affaires.

En 1971, Papa Doc mourut d’une mort naturelle  et son fils, Jean-Claude, assuma les fonctions de président à vie, continuant ainsi la dictature – avec une violence moins visible mais souvent aussi violente et repoussante et beaucoup moins idéologique. Même s’il avait de meilleures relations avec l’élite, Baby Doc n’a pas pu gérer les contractions accablantes du pouvoir haïtien et, à un moment où les troubles populaires en Haïti semblaient pouvoir réellement pousser le jeune dictateur en faveur de quelqu’un de plus utiles pour le peuple haïtien, les États-Unis sont venus le chercher et lui ont assuré une transition qui répondrait à son besoin de stabilité dans la région. C’est-à-dire: assurer la continuation du même système sous un nouveau dirigeant. Les États-Unis ont toujours craint ce que signifierait une véritable règle populaire en Haïti.

Mais les personnes choisies par les États-Unis pour diriger Haïti après Duvalier ont été des échecs catastrophiques. En réaction, au lendemain de la chute de Baby Doc, l’ancien prêtre et dirigeant du peuple Jean-Bertrand Aristide a été élu président avec un mandat électoral accablant. L’élite haïtienne et les États-Unis étaient complètement paniqués, c’est le terme artistique par excellence.

Des plans ont été élaborés pour détruire la présidence d’Aristide, car elle risquait d’annoncer l’ascension au pouvoir de la population haïtienne – véritable régime populaire – et cela menacerait sans aucun doute le contrôle de l’élite sur, fondamentalement, tout en Haïti. Mais Aristide, bien que intelligent et vigilant, ne pouvait pas gérer les nombreux secteurs puissants contre lui: la communauté internationale, l’élite, les narcotrafiquants, l’armée haïtienne, d’autres agents politiques, et meme s’il s’est montré, tout au long de sa vie, plus intelligent que ses ennemis  il  a été renversé du pouvoir par un coup d’État..


Papa Bush était président à l’époque. Ensuite, Bill Clinton a été élu. Aristide était à Washington, préparant  son retour au fauteuil présidentiel. Incroyablement, il a réussi, il a été transporté dans les bras d’une intervention militaire de Clinton pour le réinstaller. Il était de retour au pouvoir, brièvement. Ensuite, pour s’assurer que la leçon de sa première éviction n’échappait à personne, Aristide a été expulsé du pouvoir et du pays à nouveau, cette fois sous le règne de Baby Bush. Le message était clair: les républicains aux États-Unis n’accepteraient pas un dirigeant populaire à la présidence d’Haïti, en particulier un dirigeant qui ne semblait pas maîtriser totalement la situation.

Aristide, bien que spécial à bien des égards, n’était pas unique en tant qu’échec. De mémoire récente, aucun président haïtien n’a été capable de faire le strict minimum: nourrir, héberger, soigner et éduquer le peuple. Mais peu ont même essayé.

C’est à la fois étrange et familier de regarder les troubles actuels en Haïti. C’est comme si les vieilles manifestations contre les Duvalier et d’autres manifestations sur le coût de la vie, le prix de l’essence et les méfaits des autres dirigeants au cours des années s’étaient magnifiés jusqu’à devenir des géants. Les pneus  enflammés, érigés par les manifestants sont plus gros qu’auparavant; ils comprennent des bennes à ordures et des pièces de véhicules déjà brûlés, ainsi que des pneus et des branches, et parfois des tas de gravats laissés par le tremblement de terre de 2010. Les propriétés incendiées sont également plus nombreuses et plus vastes. Les manifestations se sont poursuivies pendant un mois et, cette fois-ci, elles se sont répandues dans tout le pays, dans toutes les grandes villes. Comme toujours, la police est armée pour les affrontements, mais au lieu des fusils qui portaient ceux qui datent apparemment de la Première Guerre mondiale, elle est désormais équipée d’armes automatiques et de boucliers antiémeute. Elle porte également un casque, un camouflage de combat et des pare-balles. des gilets au lieu de pantalons pressés, de chemises boutonnées et de casquettes de flic. De nombreux manifestants se déplacent à moto et se couvrent le visage, non seulement pour se protéger des gaz lacrymogènes de la police, mais aussi pour cacher leur identité. C’est nouveau. Parfois, ils ont aussi des armes à feu. Il y a plus de gens dans la rue parce qu’il y a plus de gens en Haïti, surtout les jeunes, et que tout le monde a un téléphone portable qui peut être utilisé comme un appel à l’action.



La violence exercée contre les manifestants et l a population est grave. À la fin de l’année dernière, en 2018, des forces obscures, certaines liées à des gangs, d’autres au régime, ont attaqué l’un des plus importants marchés en plein air de la capitale, laissant des dizaines d’hommes, de femmes, d’enfants et de bébés violés, abattus, machettés et brûlés. Au moins quatre manifestants ont été tués dans les troubles récents et deux journalistes blessés par les autorités haïtiennes. La police, qui est intervenue pour maintenir l’ordre après que les forces de maintien de la paix de l’ONU dangereuses et propageant le choléra aient finalement quitté Haïti en 2017, n’est pas compétente.

Au-delà de tous ces extrêmes, il y a la simple durée des manifestations. Ils existent depuis presque un an, pas toujours au même niveau, mais à l’échelle nationale. L’intensité et l’apparence infinie des manifestations sont motivées par deux raisons. Colère et espoir. Colère: depuis plus de 15 ans, toute la population est confrontée à une vie sans infrastructures, sans ordre ni avenir prévisible. Certains manifestants n’ont jamais eu de mode de vie fiable. Espoir: la croyance ou le souhait qu’il pourrait y avoir une autre vision de cette terre verte fabuleuse, tropicale et onirique, aujourd’hui dévastée, démunie, déboisée et détruite par les systèmes humains et climatiques.

Voici la plus grande différence entre l’ancien et le nouveau trouble. Normalement, lorsque la situation dans la rue devient trop grave en Haïti, les États-Unis et d’autres «amis d’Haïti» (le Canada, la France et l’ONU) interviennent pour choisir un nouveau régime qui réponde à leurs exigences et permette aux dirigeants rejetés de quitter le pays.

Les raisons du soutien du Président Trump à Jovenel Moïse ?

Mais aujourd’hui, l’administration Trump semble soutenir le régime menacé de Jovenel Moïse. Ils ne soutiennent pas Moïse parce qu’il est un grand démocrate haïtien et bon pour Haïti (à peine), ou parce qu’il est un formidable contre balance à Cuba. Au lieu de cela, ils soutiennent Moïse car, en janvier, afin de gagner leur faveur, il a voté pour conseil permanent de l’OEA avec le parti gagnant, rejetant la légitimité du nouveau mandat de Nicolás Maduro en tant que président du Venezuela. Le Président Trump apprécie également la reconnaissance de Taiwan par Haïti; Haïti est l’un des 18 pays à considérer Taiwan comme une nation souveraine. L’année dernière, le gouvernement de Moïse a reçu de Taiwan un programme d’aide économique de 150 millions de dollars. Moïse a visité Taiwan et Tsai Ing-Wen, président de Taiwan, a visité Haïti. D’autres pays de la région ont commencé à se détacher de Taïwan afin d’obtenir une relation plus lucrative avec la République populaire.

Le vote de Moïse sur le Venezuela était important pour deux raisons. L’un est historique. En 1815 (il faut souvent recourir au XIXe siècle pour comprendre la situation en Haïti), le président Alexandre Pétion, qui avait contribué à diriger la révolution haïtienne, accueillit Simón Bolívar sur les côtes haïtiennes et réarma «le Libérateur» pour son attaque continue contre la domination espagnole en  Amérique latine.  En échange de la protection de Bolívar et de sa cohorte, de son armement et de ses conseils en matière de stratégie militaire, Pétion demandait que Bolívar libère les esclaves de tous les pays qu’il avait libérés d’Espagne. Les deux pays partagent une histoire de révolution contre les puissances extérieures et un sentiment de solidarité entre leurs peuples. Le défunt président vénézuélien Hugo Chávez et son successeur Maduro sont considérés par de nombreux Haïtiens comme faisant partie de cette tradition révolutionnaire. Pour les Haïtiens, le vote de Moïse a été un choc et ressemblait à une trahison des valeurs haïtiennes de la part des maîtres blancs du nord. Cela donnait au président une apparence non haïtienne, un outil des États-Unis.

La deuxième raison pour laquelle le vote de Moïse au sein de l’OEA importait beaucoup était que le Venezuela était un élément important, voire crucial, de l’histoire politique et économique haïtienne récente. En 2005, Chavez – rivalisant avec les sociétés pétrolières américaines pour dominer le marché régional – a lancé un programme appelé PetroCaribe, qui permettait à Haïti d’acheter du pétrole vénézuélien, mais ne payait que 60% de ses achats, en différant les 40% restant jusqu’à 25 ans à un taux d’intérêt de 1%. Les fonds reportés – essentiellement un prêt de développement de plus de 2 milliards de dollars du Venezuela de Chavez au Venezuela – étaient censés être versés au Fonds PetroCaribe au profit du peuple haïtien.

Au lieu de cela, on estime qu’environ 75% des fonds du Fonds PetroCaribe ont disparu ou ont été dépensés pour des projets et des contrats qui n’ont jamais profité aux personnes pour lesquelles PetroCaribe a été créé. Une grande partie de l’argent a disparu après l’élection de 2011, après le séisme, au cours de laquelle un président de droite soutenu par les États-Unis, Michel Martelly, a remplacé le gouvernement plus socialiste du président René Préval. Sous l’administration de Martelly, on estime qu’environ 1,3 milliard de dollars du Fonds PetroCaribe ont tout simplement disparu. Martelly a ensuite demandé à son associé Moïse de se présenter à la présidence en 2016, la dernière d’une série d’élections douteuses en Haïti supervisées par les États-Unis et l’OEA.

Bien que le Venezuela ait annulé une grande partie de la dette haïtienne en 2010, au lendemain du séisme, Haïti lui doit toujours des milliards, des milliards qui sont maintenant dans les poches de tous les acteurs corrompus impliqués dans le vol qui dure maintenant depuis près de 10 ans. En 2017, au milieu des sanctions économiques imposées au Venezuela par l’équipe Trump, Maduro a mis fin au programme pétrolier. De graves pénuries de carburant se sont ensuivies, paralysant l’économie déjà stagnante d’Haïti. Ainsi, le peuple haïtien, qui n’a jamais rien gagné d’un programme vénézuélien censé les aider, est désormais prisonnier du Venezuela, alors que ceux qui ont volé cet argent s’enrichissent en toute impunité.

Moïse n’arrive pas  augmenter le prix du carburant. Avant que le scandale PetroCaribe ne soit pleinement apparu, son gouvernement avait annoncé une réduction des subventions gouvernementales au carburant, ce qui ferait monter les prix aux consommateurs d’environ 50% dans le cas du kérosène, qui revêt une importance cruciale pour les pauvres, qu’il s’agisse de lumière ou de cuisson. cela faisait partie d’un plan d’austérité conçu par le Fonds monétaire international en échange d’une promesse de 96 millions de dollars de prêts et de dons à faible taux d’intérêt. Nul doute que Moïse et son équipe ont vu une nouvelle occasion de corruption. Quand la population outragée a descendu dans la rue en masse, Moïse a dû se retirer de la réduction des subventions. Plus tard, un mouvement appelé  » Kot Kob PetwoKaribe-a « ?, Ou Où est l’argent PetroCaribe?, est apparu dans  les manifestations en cours.

Les pénuries de gaz liées à l’incapacité du gouvernement de payer les expéditions ont touché le pays depuis la fin de PetroCaribe et se poursuivent aujourd’hui. Quand il n’ya pas de carburant, les hôpitaux ne peuvent pas fournir de soins médicaux, les corps ne peuvent pas être transportés pour l’enterrement et les morgues commencent les transports en commun, les arrêts des transports en commun, les marchés languissent, les écoles fermées, toutes les industries s’effondrent et les générateurs alimentés au gaz que les petites entreprises et les propriétaires plus aisés utilisent pour l’électricité pendant les longues coupures de courant quotidiennes.

Pendant ce temps, en moins d’un an, la gourde, la monnaie nationale d’Haïti, a perdu un tiers de sa valeur, avec une inflation en hausse de 20%. Grâce à l’inflation galopante, le pouvoir d’achat  l de la majorité du peuple Haïtien ne représente désormais que la moitié de ce qu’il valait il y a quatre ans. Le prix du poulet a doublé au cours des dernières années. Un litre de lait peut coûter jusqu’à la moitié du salaire minimum journalier de 2,50 dollars – ce que la plupart des gens ne gagnent même pas car ils opèrent dans l’économie «parallèle», où le salaire minimum est souvent presque nul. Le revenu annuel par habitant est d’environ 350 dollars à la campagne et de 410 dollars en ville, et le prix d’une coupe de riz, l’aliment de base national, augmente d’environ 10% tous les 10 mois. Pendant ce temps, les familles ont déjà payé leurs frais de scolarité cette année, mais à cause des manifestations et du manque d’essence, elles n’ont pas pu envoyer leurs enfants à l’école. Dans un monde sans carburant et sans travail, il n’ya rien à faire. Sauf protestation. Chaque semaine, les protestations grandissent. Ils sont organisés aussi. Un groupe important organisant des marches en Haïti et dans la diaspora haïtienne s’appelle, à juste titre, Nou pap domi, ou Nous ne dormirons pas.

Lors de mon dernier voyage, juste avant le début des manifestations, je pouvais déjà sentir quelque chose sur le point d’éclater et ce n’est pas un recul. Port-au-Prince est passée de 800 000 habitants à la fin de la dynastie des Duvalier en 1986 à une vaste cité poussiéreuse de quatre millions d’habitants d’environ  aujourd’hui. Les décombres du tremblement de terre n’ont toujours pas été entièrement nettoyés et c’est presque une décennie après le séisme. Les gens ramassent encore les vestiges de la cathédrale au centre-ville. Le palais présidentiel a été rasé mais, à juste titre, rien n’a été construit pour le remplacer au cœur du Champs de Mars.

Le changement climatique a également eu des conséquences néfastes. Haïti est l’un des pays les plus menacés par la hausse des températures et les changements climatiques. L’ouragan Matthew, par exemple, a détruit le sud-ouest du pays, détruisant le couvert forestier restant et détruit environ 80% des bâtiments de la région. Deux méga-tempêtes précédentes ont détruit de vastes étendues de la fertile vallée de l’Artibonite. Plus grands et plus puissants qu’avant, les ouragans ont frappé Haïti, qui traverse leur chemin habituel à travers les Caraïbes, plus durement et plus brutalement à chaque passage. L’agriculture domestique en porte le poids. Lorsque les ouragans cessent, la sécheresse s’installe: les réserves d’eau municipales peuvent être très faibles et les populations urbaines finissent par boire de l’eau coûteuse et acheminée par camion. Les gens vendent de l’eau dans de petits sacs en plastique au bord des routes et au coin des rues; ils vendent du riz dans des sacs encore plus minces. En ville, il semble que toute la nourriture soit importée, principalement de la République dominicaine voisine.

Les choses avaient semblé un peu meilleures et plus encourageantes lors de ma visite en Haïti quelques mois seulement après le séisme. Les gens essayaient de reconstruire de nouvelles vies avec les décombres et n’avaient pas tout abandonné, PetroCaribe était toujours en activité et le gouvernement, alors qu’il était impuissant face à une catastrophe géologique massive et au rouleau compresseur Bill Clinton qui avait suivi, n’avait fait le choix d’être corrompu à plein régime. Clinton et son successeur George Bush ont constitué un fonds qui a permis de collecter environ 55 millions de dollars pour la reconstruction après le séisme. En fin de compte, une grande partie de l’argent a disparu; le reste est allé à des projets créés et dirigés par l’élite et la classe d’affaires haïtienne. Les hôtels construits après le séisme à l’intention des responsables de l’aide et de la reconstruction à Port-au-Prince, dont certains avec des prêts du fonds Clinton-Bush, ferment actuellement à cause des troubles.

L’ambiance était plus calme et engagée à l’époque, mais c’est nihiliste à présent, et cela se voit dans les rues. Les manifestants jouent le jeu à somme nulle que l’élite leur a confié. Les épaisses émanations des minibikes des organisateurs des manifestations et la fumée des pneus en feu et des panaches de gaz lacrymogène recouvrent la manifestation. Les incendies se propagent dans les banques et les entreprises, les foules parcourent les décombres; les familles se recroquevillent à l’intérieur. Les rues ressemblent parfois à des écrans de Battle Tech: Urban Warfare, des policiers en tenue de camouflage tirant en direction de jeunes hommes jetant des pierres, le visage recouvert de bandanas. Après plus d’un mois, les gens sont toujours engagés dans les manifestations, même si celles-ci ont encore érodé une économie presque inexistante. Presque tous les jours, ils défilent dans les rues, appelant Moïse à partir.

Mais si Moïse part, qui le suivra et quel type de gouvernement est susceptible de prendre le pouvoir? Des groupes comme Nou Pap Domi ont suggéré une sorte de gouvernement coopératif. D’autres proposent de nouvelles personnalités politiques et des personnalités du passé. Comme le retour des refoulés, Nicolas Duvalier, petit-fils de Papa Doc, fils de Baby Doc

Nicolas Duvalier menait une campagne discrète mais significative, visitant des groupes susceptibles de le soutenir, hantant les restaurants des quartiers chics le soir et travaillant sur sa future carrière politique en annonçant ses aspirations à la présidence haïtienne lors d’un récent événement dans le Connecticut.

Autre signe de la dégradation économique de la situation depuis le départ de son père du pays en 1986, beaucoup de personnes âgées semblent un peu nostalgiques des jours cruels  des Duvaliers. Je me souviens de ces jours; à l’exception de la possibilité d’être battu à mort dans la rue par la police secrète, ou laissé pour mourir de faim dans une cellule de prison, ou brûlé vif avec toute votre famille, ou exécuté par peloton d’exécution, et (cela va sans dire) ne pas pouvoir pour dénoncer le gouvernement, ou pour protester n’importe où, jamais, les choses allaient un peu mieux.

Mais il n’y a aucune raison de penser que Nicolas Duvalier pourrait diriger le pays avec une quelconque autorité, compte tenu de son manque total d’expérience politique et d’une jeunesse passée en exil – sans parler des forces qui profitent du type de faiblesse gouvernementale, de corruption et d’anarchie sur lequel son père a présidé. En fait, personne n’a présenté une voie plausible vers un nouveau gouvernement, bien que, comme nous l’avons vu aux États-Unis, des choses parfois invraisemblables se réalisent. Les jeunes ont repris le combat dans les rues, comme ils le font habituellement, car ils ont des rêves et du temps, ils peuvent imaginer de nouvelles choses et croire au changement. Mais après des vies menées dans une pauvreté extrême, la négligence et la méfiance, auront-ils la capacité de rester fermes contre la corruption? Nombreux sont ceux qui pensent que les manifestations finiront par s’arrêter et que Moïse restera en poste pendant les trois années qui restent de son mandat de cinq ans prévu par la Constitution. Alors que ce journaliste pense qu’il devrait probablement aller en prison pour corruption. Dommage qu’il n’existe guère de législature ni de système judiciaire à l’heure actuelle, en partie grâce à Moïse lui-même.

Haïti réclame un chef honnête, intègre et crédible, avec une réelle crédibilité au sein de la majorité pauvre, quelqu’un qui réponde aux besoins du public et crée des institutions incorruptibles qui agissent pour le bien public. Ce n’est pas difficile à comprendre – ou du moins, pas difficile à écrire. Au cours des années, j’ai rencontré des personnes qui semblaient vraiment être bonnes pour le poste, mais comment un étranger peut-il mesurer cela? Nous savons où mène ce genre de réflexion.

Quoi qu’il en soit, il est difficile de voir où se trouvent les groupes sociaux et civils puissants qui soutiendraient un tel personnage – un Gandhi, un Mandela, ou l’une des femmes dirigeantes exceptionnelles d’Haïti – et empêcheraient un bon gouvernement d »être renversé. Certes, il y a beaucoup de gens honnêtes dans ce qu’on appelle la classe politique d’Haïti. Mais il a été difficile d’être fort et organisé après tant d’années d’attaque et tant d’années ignorées. Les groupes sociaux et civils ici aux États-Unis ne nous ont pas donné un tel leader. Faible et en désordre, il n’est pas clair que leurs homologues puissent le faire en Haïti. En regardant les manifestations de l’autre jour, un ami haïtien a commenté la politique dans ce pays: «Au fait, ils sont tous foutus, alors je ne suis pour personne. »

Amy Wilentz, 24 octobre 2019, The Nation

https://www.thenation.com/article/haiti-protests-petrocaribe/
Amy Wilentz, rédactrice en chef de Nation, est l’auteur de La saison des pluies: Haïti depuis Duvalier; Adieu,
Revenir en haut Aller en bas
 
Comment THE NATION la vieille revue dont la fondation date de 1868 voit la crise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment appelle-t-on ?
» Comment éviter de délocaliser
» Comment comptabiliser son armée en points
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]
» comment on refait l' histoire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: