Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-47%
Le deal à ne pas rater :
Souris Razer Lancehead Wireless (version 2019)
79 € 150 €
Voir le deal

Partagez
 

 Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16547
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN Empty
MessageSujet: Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN   Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN EmptyVen 22 Nov 2019 - 7:28

Ekstrem dwat yo kelkelanswa kote yo pran pouvwa ,keseswa ann AYITI,ONDIRAS,BREZIL BOLIVI sitisyasyon EKONOMIK lan toujou ANPIRE.
Yon bagay yo konn fe byen,se REPRESYON:

http://theguardian.com/world/nov/20/bolivia-el-alto-violence-death-protest

«Ce qui s'est passé était un massacre»: chagrin et rage en Bolivie après une journée de violences meurtrières
Huit jeunes Boliviens ont été tués à El Alto mardi, et les habitants disent que le gouvernement intérimaire de Jeanine Áñez est à blâmer

Tom Phillips
Tom Phillips à El Alto

Mer. 20 nov. 2019 17h38 HNEDernière modification le Jeu 21 Nov 2019 13h15 HNE

Des personnes en deuil pleurent Juan Tenorio, tué lors d’affrontements entre les forces de sécurité et des partisans de l’ancien président Evo Morales.
Des personnes en deuil pleurent Juan Tenorio, tué lors d’affrontements entre les forces de sécurité et des partisans de l’ancien président Evo Morales. Photo: Natacha Pisarenko / AP
LESoreilles injectées de sang de Primitivo Quisbert contemplèrent le visage gonflé et sans vie de son fils - et la raison pour laquelle la lutte d'un tiers pour la suprématie politique avait condamné son enfant à une tombe précoce.

«C'est si douloureux, señor . C'est très douloureux », a sangloté le menuisier de 61 ans. "Regarde ce qu'ils ont fait à mon garçon."

Evo Morales: dirigeant autochtone qui a changé la Bolivie mais est resté trop longtemps
Lire la suite
Devant lui, sur le banc de bois d'une église, repose le corps de Pedro Quisbert Mamani, ouvrier d'usine et père de deux enfants, âgé de 37 ans - et l'un des huit jeunes Boliviens au moins tués mardi lorsque la crise politique du pays a éclaté dans une violence meurtrière dans la ville de El Alto .

À proximité se trouvent cinq autres corps, les pieds écarquillés par des couvertures ou des drapeaux, leurs noms et leurs âges imprimés sur des feuilles A4 placées sur les cadavres. «Joel Colque Patty, 22 ans»; «Devi Posto Cusi, 34 ans»; «Antonio Ronald Quispe Ticona, 23 ans»; «Clemente Eloy Mamani Santander, 23 ans»; “Juan Jose Tenorio Mamani, 23 ans”.

Trois coupes jetables avaient été placées sur le sol carrelé sous le cadavre de Mamani pour attraper les gouttes de sang constantes provenant d'une blessure par balle à l'arrière de la tête.

«C’était un coup dans la nuque - regardez comment il saigne», a déclaré son père alors que des médecins légistes portaient un costume blanc et un masque facial et se préparaient à pratiquer des autopsies sur les corps, juste devant l’autel.

Un homme montre des cartouches après des affrontements à El Alto, dans la banlieue de La Paz.
Facebook GazouillementPinterest
Un homme montre des cartouches après des affrontements à El Alto, dans la banlieue de La Paz. Photographie: David Mercado / Reuters
«J'ai élevé mon fils avec tellement d'amour - et maintenant je dois l'enterrer. Savez-vous à quoi ça ressemble pour moi? »Demanda Quisbert. «Élever, éduquer - puis enterrer?


Evo Morales - l'ex-président exilé du pays - a qualifié les événements d'El Alto de "massacre".

"En Bolivie , ils tuent mes frères et mes soeurs", a-t-il déclaré à la presse mercredi à Mexico. "C'est le genre de chose que faisaient les anciennes dictatures militaires."

Le gouvernement intérimaire de droite qui a pris le pouvoir après le renversement de Morales le 10 novembre a rejeté les affirmations selon lesquelles l'armée était à l'origine des assassinats de mardi, survenus lors d'affrontements entre les troupes et les loyalistes de Morales devant un réservoir de carburant. dépôt de stockage de ce dernier avait été bloqué.

Le ministre bolivien de la Défense, Fernando López, a déclaré à la presse que "pas une seule balle" n'avait été tirée par ses forces et qualifiait les manifestants de "terroristes" agissant sous les ordres de Morales.

Mais à El Alto - une ville de haute altitude fourmillante près de La Paz longtemps considérée comme une forteresse de Morales - les habitants sont catégoriques: le gouvernement est responsable du massacre de ce qu'ils appellent un massacre de travailleurs innocents.

«Nous ne pouvons pas leur permettre de nous massacrer de la sorte», a crié Joana Quispe, 40 ans, parmi des milliers de manifestants pour la plupart indigènes qui avaient envahi les rues autour de l'église Saint-François d'Assise mercredi pour dénoncer les meurtres.

En dehors de la simple église en brique rouge, l'ambiance était à la fureur et au défi alors que les locaux attaquaient la présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Áñez, et sa coalition de droite.

Une femme proteste devant le personnel de sécurité contre le gouvernement intérimaire de Jeanine Ánez.
Facebook GazouillementPinterest
Une femme proteste devant le personnel de sécurité contre le gouvernement intérimaire de Jeanine Ánez. Photographie: Rodrigo Sura / EPA
Advertisement

«Notre gouvernement est raciste», a déclaré Ricardo Benito Mamani, 56 ans, «Ils piétinent notre démocratie. Cette présidente doit partir.

Les barrages routiers constitués de dalles de béton, de panneaux de signalisation, de pneus en feu et de pièces de voiture - ainsi que de la présence de forces de sécurité boliviennes lourdement armées - ont donné à cette étonnante communauté encerclée de montagnes l'air d'une zone de guerre.

Le vice-président exilé accuse la "réaction raciste" d'être à l'origine du départ forcé d'Evo Morales
Lire la suite
À l'intérieur de l'église, il y avait aussi de la rage.

"Le monde doit connaître la vérité", a insisté Aurelio Miranda, 54 ans.

«Ce qui est arrivé est un massacre… Ils ont utilisé des armes comme vous le faites pendant une guerre. Ils n'ont pas pensé aux conséquences. C'est pourquoi tant sont morts. "

«Je ressens tellement de douleur en tant que Bolivien que des Boliviens massacrent leurs propres frères», a ajouté Miranda.

Le Primitivo Quisbert semblait encore trop abasourdi par sa perte à pointer du doigt.

Comme des cris de «justice! Justice! Justice! »A rempli l'église, il a raconté comment sa famille s'était préparée à une nouvelle arrivée, pas à des funérailles. La femme de son fils décédé était enceinte de huit mois d'un enfant qui ne rencontrera plus jamais son père.

«Nous ne sommes membres d'aucun parti. Cela ne nous intéresse pas. Nous sommes des personnes humbles qui savons comment travailler », a déclaré Quisbert. "Comment peuvent-ils juste te tuer comme si tu étais un chien?"

Les gens réclament justice pour les défunts à l'église San Antonio de Asis.
Facebook GazouillementPinterest
Les gens réclament justice pour les défunts à l'église San Antonio de Asis. Photo: Getty Images
Sur le mur au-dessus du père en deuil et de la morgue improvisée à côté de l'autel, d'élégantes lettres métalliques soulignaient la prière de saint François.

"Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix
Là où il y a de la haine, laisse-moi semer l'amour
Là où il y a blessure, pardon
Là où il y a le doute, la foi
Là où il y a du désespoir, de l'espoir
Où il y a les ténèbres, la lumière
Et là où il y a de la tristesse, de la joie."

«Je suis resté toute la nuit ici avec mon fils, a déclaré Quisbert. "Je ne peux pas le laisser partir."

Reportages supplémentaires: Cindy Jimenez Becerra à El Alto et Jo Tuckman à Mexico

Les sujets
Bolivie

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16547
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN Empty
MessageSujet: 850 ENTELEKTYEL AMERIKEN mande BOYKOTAJ REJIM ANEZ lan   Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN EmptyLun 25 Nov 2019 - 9:46

http://theguardian.com/commentisfree/2019/nov/24/bolivia-anez-regime-violence


Les violences répressives balayent la Bolivie. Le régime Áñez doit être tenu pour responsable
Nous appelons la communauté internationale à cesser de soutenir ce gouvernement qui commet des violations alarmantes des droits de l'homme

Angela Davis , Noam Chomsky , Molly Crabapple , John Pilger et autres

Dim. 24 nov. 2019 03.04 HNEDernière modification le dim. 24 nov. 2019 03h10 HNE

BOLIVIE-CRISE-ANEZ-ELECTIONS <br> La présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Anez, a annoncé lors d'une conférence de presse que le Sénat avait approuvé un projet de loi qui pourrait ouvrir la porte à de nouvelles élections sans l'ex-président Evo Morales, alors que le gouvernement par intérim se préparait à se réunir. avec des manifestants pour mettre fin à des semaines de troubles à La Paz le 23 novembre 2019. - Anez a rejeté la tentative des sénateurs de l'opposition d'accorder l'amnistie à Evo Morales, un jour après que l'ancien dirigeant du pays ait été accusé de sédition et de terrorisme. (Photo de JORGE BERNAL / AFP) (Photo de JORGE BERNAL / AFP via Getty Images)
"Nous dénonçons la violence d'Etat répressive qui se déroule en Bolivie." Photographie: Jorge Bernal / AFP via Getty Images
Evo Morales - Président de la Bolivie du parti MAS (Movimiento al Socialismo, Mouvement pour le socialisme) - a été contraint de démissionner le 10 novembre, ce que de nombreux observateurs considèrent comme un coup d'Etat. Suite à la démission de Morales, le chaos et la violence se sont multipliés. La situation en Bolivie est extrêmement antidémocratique et nous assistons à certaines des pires violations des droits de l’homme commises par l’armée et la police depuis la transition du gouvernement civil au début des années 80. Nous condamnons la violence avec la plus grande fermeté et appelons les gouvernements des États-Unis et d'autres gouvernements étrangers à cesser immédiatement de reconnaître et de fournir tout soutien à ce régime. Nous exhortons les médias à faire davantage pour documenter les violations croissantes des droits de l'homme perpétrées par l'État bolivien.

Le 10 novembre, le vice-président de M. Morales et les présidents des deux chambres du Congrès ont également démissionné devant des menaces de violence à l'encontre de hauts responsables du MAS, à moins qu'ils ne quittent leurs fonctions. La campagne de pression comprenait l'incendie de maisons de responsables du MAS et l'enlèvement de parents. Cela a ouvert la voie à l'ascension à la présidence de Jeanine Áñez (chef de l'opposition conservatrice catholique du nord-est de la Bolivie, largement accusée de tenir des propos racistes) le mardi 12 novembre.

Les circonstances entourant les démissions à tir rapide rendent très incertaine la prise de pouvoir de Áñez. Il existe de sérieux doutes quant à la légitimité constitutionnelle de sa succession. Sans la démission forcée des responsables du MAS, Áñez n'aurait pas eu la moindre voie constitutionnelle plausible pour accéder à la présidence, car elle occupait le poste de vice-présidente du Sénat, position qui ne fait pas partie de la succession présidentielle au sein de la constitution. De plus, Áñez, dont le parti n’a recueilli que 4% des suffrages lors de la dernière élection du 20 octobre, s’est déclarée présidente lors d’une séance du Sénat manquant de quorum, les sénateurs du MAS représentant la majorité des députés votant partiellement pour craindre pour leur sécurité physique.

Áñez représente le secteur d'extrême droite de l'opposition bolivienne, qui a tiré parti du vide de pouvoir créé par le limogeage de Morales pour consolider le contrôle de l'État. Áñez semble bénéficier du soutien total de l'armée et de la police boliviennes. Au cours de la semaine écoulée, l’armée et la police se sont livrées à une répression importante et croissante contre les manifestations, qui ont été en grande partie, mais pas entièrement, pacifiques. Dans la nuit du 13 novembre, les rues du centre-ville de La Paz et de Cochabamba étaient vides de tous, à l'exception de la police, de l'armée et des milices de quartier autoproclamées. Des pillages, des incendies de bâtiments et des actes de violence ont été perpétrés et les manifestants ont fait l'objet d'une grande répression. Dans un geste extrêmement troublant, Áñez a publié un décret le 15 novembre exemptant l'armée des responsabilités pénales liées au recours à la force. Áñez a déclaré que Morales ferait l'objet de poursuites s'il retournait en Bolivie. Et elle a également lancé l'idée d'interdire au parti du MAS - qui reste sans aucun doute la force politique la plus importante et la plus populaire de la Bolivie - de participer aux futures élections.

La reprise du racisme public anti-autochtone au cours de la semaine dernière est tout aussi troublante. Peu de temps après sa désignation à la présidence, Áñez a lancé une énorme Bible dans les airs et proclamé "La Bible est revenue au palais!" Trois jours plus tôt, le jour de l'éviction de Morales, Luis Fernando Camacho, un homme d'affaires d'extrême droite de Santa Cruz allié d'Áñez, s'est rendu au palais présidentiel et s'est agenouillé devant une Bible placée au-dessus du drapeau bolivien. Un pasteur l'accompagnant a annoncé à la presse: «La Pachamama ne reviendra jamais au palais.» Des militants de l'opposition ont brûlé le drapeau wiphala (un symbole important de l'identité autochtone) à diverses occasions. Ces opinions extrémistes menacent d’annuler des décennies de progrès en matière d’inclusion ethnique et culturelle en Bolivie.

Malgré l'intensification de la violence et de la répression, diverses forces sociales ont manifesté dans le pays pour condamner le gouvernement d'Áñez. Il est important de noter qu'ils incluent non seulement des partisans du MAS, mais également un large éventail de secteurs populaires qui répudient la saisie de l'État par la droite. Des milliers de manifestants en grande partie non armés, principalement des cultivateurs de feuilles de coca, se sont rassemblés pacifiquement à Sacaba, une ville du département de Cochabamba, le matin du 15 novembre. Après des négociations infructueuses pour se rendre sur la place de la ville, les manifestants ont tenté de traverser ville de Cochabamba, fortement gardée par la police et les troupes militaires. Les soldats et la police ont tiré des grenades lacrymogènes et ont tiré des balles dans la foule. Au cours de la confrontation qui a duré deux heures, neuf manifestants ont été abattus et au moins 122 blessés. La plupart des morts et des blessés à Sacaba ont été blessés par balle. Guadalberto Lara, directeur de l'hôpital de la ville à Mexico, a déclaré à l'Associated Press que c'était la pire violence qu'il ait vue au cours de ses 30 ans de carrière. Les familles des victimes ont tenu une veillée aux chandelles vendredi soir à Sacaba. Une femme en pleurs a posé sa main sur un cercueil et a demandé: «Est-ce ce que vous appelez la démocratie? En nous tuant comme si on ne comptait pour rien?

Nous dénonçons la violence d’État répressive qui se déroule en Bolivie. Nous exprimons également notre préoccupation devant le fait que les médias internationaux n'ont pas été en mesure de couvrir efficacement les violations des droits de l'homme en Bolivie, qui ont également été victimes de la violence de l'armée. Le 15 novembre, un journaliste d'Al Jazeera couvrant les manifestations à La Paz a été gazé par la police dans les rues et ne pouvait plus tenir son micro ni sa caméra. Bien qu’elle ait ensuite cédé, le nouveau ministre des Communications d’Áñez a déclaré à la presse que le gouvernement ne tolérerait pas les médias «séditieux». Cet environnement, dans lequel non seulement la liberté de la presse n'est pas garantie, mais également menacée par le gouvernement, a entraîné un manque alarmant de couverture des violations flagrantes des droits humains commises par les forces armées contre des manifestants civils non armés.

Nous sommes scandalisés par les violations des droits politiques, civils et des droits de l'homme commises par les Boliviens par le régime Áñez, ainsi que par le recours déplorable à la violence meurtrière qui a fait de nombreuses victimes parmi les manifestants et causé d'innombrables blessés graves. Nous appelons la communauté internationale à condamner immédiatement et publiquement ces actes de violence. Nous demandons aux organismes et organisations internationaux des droits de l'homme de mener une enquête impartiale et de documenter les actes de violence commis par des agents de l'État. Nous demandons à la communauté internationale de veiller à ce que ce régime de facto, qui est au mieux hautement douteux et considéré par beaucoup comme dépourvu de légitimité, protège la vie des manifestants pacifiques, respecte les droits de tous à la liberté de réunion et d'expression et respecte scrupuleusement normes internationales sur le recours à la force dans des situations de violence civile. Nous exigeons que les États-Unis et les autres gouvernements étrangers cessent d'appuyer ce régime et restent en dehors de la reconnaissance internationale jusqu'à la tenue d'élections libres et équitables - y compris de tous les partis politiques -, de la cessation de la violence répressive et du respect des droits fondamentaux de tous les Boliviens.

Cette lettre ouverte a été signée par plus de 850 personnalités. Pour une liste complète des signataires, cliquez ici.

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16547
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN Empty
MessageSujet: Re: Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN   Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN EmptyMar 26 Nov 2019 - 9:11

http://theguardian.com/commentisfree/2019/nov/26/bolivia-rightwing-military-dictatorship


La Bolivie est-elle en train de devenir une dictature militaire de droite?
Nick Estes
Les événements en Bolivie - y compris l'assassinat de manifestants indigènes - contiennent des échos des dictatures passées de la Bolivie

@nick_w_estes
Mar 26 nov. 2019 06h42 HNEDernière modification le Mar 26 Nov 2019 06.49 HNE

BOLIVIE-CRISE-MORALES-DÉMISSION-MARS-AFP PHOTOS DE L'AVENIR YEA - AFP PHOTOS DE L'ANNÉE 2019 - La police anti-émeute tire des gaz lacrymogènes pour disperser les partisans de l'ancien président bolivien Evo Morales et des habitants mécontents de la situation politique Manifestation à La Paz le 13 novembre 2019. - L'ancien président bolivien en exil, Evo Morales, a déclaré mercredi qu'il était prêt à revenir pour «pacifier» son pays après des semaines d'agitation qui ont conduit à sa démission. (Photo de RONALDO SCHEMIDT / AFP) (Photo de RONALDO SCHEMIDT / AFP via Getty Images)
"Il y a aussi des échos des dictatures passées de la Bolivie." Photo: Ronaldo Schemidt / AFP via Getty Images
LESmassacres indiens sont revenus en Bolivie . Il y a une histoire - une vendetta, pour être précis - derrière cette tragédie. La «présidence» autoproclamée de Jeanine Áñez a ravivé la haine raciale de la vieille oligarchie et la pratique barbare de l'abattage des Indiens, punition collective de la majorité autochtone du pays pour avoir osé défier un ordre racial centenaire d'apartheid et d'oppression. Depuis l'éviction du premier président autochtone bolivien, Evo Morales, les forces de sécurité ont perpétré au moins deux massacres d'Indigènes protestant contre le coup d'État militaire.

Deux semaines seulement après avoir pris le pouvoir, les preuves sont claires: il s'agit d'une droite, d'une dictature militaire. Le signe révélateur pour un pays comme la Bolivie est le massacre purement indien.

Advertisement
Le 15 novembre, l'armée a ouvert le feu sur une manifestation pacifique à Cochabamba, faisant huit morts et des dizaines de blessés. Le 16 novembre, au lendemain du massacre de Cochabamba, Áñez a publié un décret exemptant la police et l'armée de toute responsabilité pénale dans le cadre d'opérations de «rétablissement de l'ordre et de la stabilité publique». La carte blanche à tuer à volonté, les forces de sécurité ont obligé la directive avec une cruauté croissante.

Mardi dernier, des gaz lacrymogènes et des balles ont plu lors du blocus de la centrale à gaz Senkata à El Alto. Huit ont été tués et des dizaines d'autres blessés. Et ce n'était que la première semaine de la présidence d'Áñez.

Deux jours plus tard, à La Paz, derrière les véhicules blindés, les forces de sécurité ont organisé un cortège funèbre avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. Les cercueils des victimes du massacre de Senkata sont tombés à terre alors que les gens se dispersaient dans la panique, ajoutant de l'humiliation aux familles et aux communautés déjà affligées par le chagrin.

Le nombre officiel de morts depuis le début des manifestations est estimé à plus de 30 , avec des dizaines de disparus, plus de 700 blessés et près d'un millier d'arrestations. La majorité autochtone de la Bolivie est la cible principale de cette violence raciste sanctionnée par l'État.

La dernière fois que l'État a tué un Indien de cette ampleur, le chef actuel de l'opposition bolivienne, Carlos Mesa, était vice-président. En 2003, plus de 60 Indigènes Aymara ont été tués au cours de la «guerre du gaz». Le projet du président Gonzalo Sanchez de Lozada de vendre aux États-Unis des exportations de pétrole et de gaz naturel - en perpétuant une tradition séculaire de pillage de la les ressources de la nation pour des intérêts extérieurs - ont conduit à un soulèvement populaire exigeant la nationalisation des hydrocarbures de la Bolivie, forçant la démission du président.

«Je ne peux pas accepter que le meurtre soit une réponse à la pression populaire», a déclaré Mesa en 2003 après les massacres. Mais il semble avoir changé d'avis.

Après avoir perdu face à Evo Morales lors de l'élection présidentielle du 20 octobre de cette année, Mesa a été la première à reconnaître le coup d'Etat de Áñez, tout en gardant le silence sur ses actions autoritaires, son alignement sur l'extrême droite chrétienne comme le millionnaire Luis Fernando Camacho et les massacres. des peuples autochtones participant à des manifestants populaires. D'autres trouvent des leçons dans le chaos et l'acquiescement libéral orchestrés par la droite.

"Derrière chaque libéral modéré, il y a un fasciste", a déclaré le vice-président déchu de la Bolivie, Álvaro Garcia Linera, à propos de Mesa et de ses semblables dans une récente interview .

Il y a aussi des échos des dictatures passées de la Bolivie, montrant que Áñez ne tire pas son autorité du pouvoir populaire mais de la fin d'un canon de fusil. Contrairement au président autochtone qu'elle a déposé, elle n’a pas été élue et aucun couronnement civil n’a eu lieu pour sa présidence. L'Assemblée législative plurinationale, qui nomme normalement le président, comme ils l'ont fait trois fois auparavant avec Evo Morales, était presque absente. Au lieu de cela, un général militaire a placé l'écharpe présidentielle sur Áñez.

La dernière fois qu’un général a infligé un coup de fouet à un président après un coup d’État militaire, c’était en 1980. Le général Luis García Meza avait instauré une dictature militaire en assassinant le leader socialiste Marcelo Quiroga Santa Cruz et en massacrant des dizaines de mineurs autochtones.

Le désir de renverser Evo Morales et les mouvements sociaux autochtones qui l’ont amené au pouvoir existe depuis des années. La première tentative de coup d'Etat a eu lieu en 2008, lorsque le Media Luna, composé des quatre régions de l'Est dominées par l'opposition et concentrant l'essentiel de la population d'origine européenne, a tenté de se séparer du pays. Le mouvement séparatiste raciste a émergé lors de la rédaction d'une nouvelle constitution qui reconnaissait la Bolivie en tant qu'État plurinational doté du même statut que les peuples autochtones et du contrôle de ses ressources naturelles. La région a déclenché une rébellion ouverte, tentant de diviser le pays en deux États: un État riche dominé par les descendants d’Européens possédant une grande industrie pétrolière et gazière et un secteur agroalimentaire, et un autre à majorité autochtone pauvre. Les manifestations de droite contre le nationalisme des ressources et la fin de l'apartheid ont coûté la vie à 20 personnes.

Le rôle des États-Unis dans la fomentation des divisions raciales est indiscutable .

La dernière vague de violence anti-indienne ressemble à de la légitime défense. Le ministre de l'Intérieur, Arturo Murillo, nommé par Áñez, veut poursuivre et emprisonner Evo Morales pour terrorisme et sédition pour avoir prétendument ordonné le blocus de villes boliviennes. Mais les témoignages de survivants du massacre de Senkata racontent une histoire différente. Lors d'une audience de la Commission interaméricaine des droits de l'homme qui s'est tenue dimanche à La Paz, la sœur de l'un des hommes tués par les forces de sécurité a déclaré que c'est Jeanine Añez, Carlos Mesa, Luis Fernando Camacho et Arturo Murillo qui appartiennent à la prison. Son frère a été abattu alors qu'il se rendait au travail à pied, a-t-elle déclaré.

Justice pour les morts et les blessés reste une question ouverte.

Bien que le corps législatif ait approuvé de nouvelles élections , la décision s'accompagne de compromis sérieux et d'une faible promesse de réduction de l'emprise de Áñez sur le pouvoir. En bref, la perspective «d'élections libres et équitables» est mince sous le contrôle actuel d'un gouvernement autoritaire qui massacre les peuples autochtones en toute impunité, emprisonne les dirigeants des mouvements sociaux et accuse quiconque s'y opposant de sédition ou de terrorisme.

En effet, une dictature brutale règne.

Pendant 14 ans, les mouvements indigènes boliviens ont brisé le charme d'invulnérabilité autour de l'oligarchie coloniale et de l'élite d'origine européenne - et ils constituent toujours un défi de taille. Un président autochtone était la preuve que les humbles de la terre pouvaient gouverner. C'est leur péché impardonnable.

Nick Estes est un citoyen de la tribu Lower Brule Sioux. Il est professeur adjoint au département d'études américaines de l'Université du Nouveau-Mexique et cofondateur de The Red Nation , une organisation de résistance des peuples autochtones.
Les sujets
Bolivie

Amériques
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN Empty
MessageSujet: Re: Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN   Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Yon sel bagay EKSTREM DWAT bon ladan yo-se touye MOUN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: