Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

 

 Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16633
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN Empty
MessageSujet: Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN   Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN EmptyMer 11 Déc 2019 - 9:28

Pierre BUTEAU ke yo di se yon ISTORYEN ap di pran prekosyon ak MIT.
Si gen yon pesonaj MITIK se DESSALINES.
MADISON SMATT BELL yon ISTORYEN AMERIKEN di ke l doute ke si NAPOLEON te debake ann AYITI pou l te pran TET TWOUP FRANSE yo,li doute ke l t ka defet DESSALINES.

THE GUARDIAN pibliye atik sa a le 7 DESANM pou yo pale de "DESSALINES RISING"
http://theguardian.com/world/2019/dec/07/haiti-looks-to-revolutionary-hero-dessalines

Sick of corruption, Haiti looks back to its revolutionary hero for hope
Observer dispatch
Haiti
As conflict racks the nation and anger at a political scandal grows, Haitians are rallying to the country’s founding father more than 200 years after his assassination
Peter Beaumont

Sat 7 Dec 2019 15.54 ESTLast modified on Sun 8 Dec 2019 04.18 EST

A man jumps over a fire during a voudou ceremony to grant protection to the people, as protesters called for the resignation of President Jovenel Moïse.
A man jumps over a fire during a voudou ceremony to grant protection to the people, as protesters called for the resignation of President Jovenel Moïse. Photograph: Rebecca Blackwell/AP
On the walls across Haiti’s capital, Port-au-Prince, a stencilled image can be found. Depicting a figure in a Napoleonic-era cocked hat and military frock coat, it first emerged amid the country’s long-running political and security crisis that began last year.

The man portrayed is Jean-Jacques Dessalines – Emperor Jacques I of Haiti – the rebel general who defeated French forces at the battle of Vertières to found the state of Haiti in 1804. And it is not only in graffiti that Dessalines’s two centuries-old legacy has been seen in the recent months of political turmoil that has gripped the country.

At the mass street protests that have flared intermittently throughout this year against the government of president Jovenel Moïse, roiled by allegations of a multibillion-dollar corruption scandal, Haitians have appeared in the streets dressed as Dessalines – not least during the huge demonstrations on 17 October that coincided with the national day marking the anniversary of his assassination in 1806.

Advertisement
That commemoration saw Moïse forced to mark the usually public events at the National Pantheon Museum in private as hundreds of armed police officers closed down the surrounding area. Protesters demanding his resignation were gathered nearby.

But above all, it is in the national conversation around the continuing crisis that the spirit of Dessalines has been most starkly in evidence.

In the almost endless and sometimes heated exchanges on the country’s news and talk radio stations, discussion will inevitably turn to the modèle Dessalines – the ideal Dessalines model – a nostalgic idea of the different path Haiti might have taken but for his assassination.

The reality is that the current evocation of Dessalines is one that speaks to Haiti’s myriad social woes and is a powerful critique of the failure of its political system over generations and centuries through dictatorship, chronic inequality and grinding poverty.

Haiti’s President Jovenel Moïse at a ceremony marking the death of Jean-Jacques Dessalines, in Port-au-Prince earlier this year.

Haiti’s President Jovenel Moïse at a ceremony marking the death of Jean-Jacques Dessalines, in Port-au-Prince earlier this year. Photograph: Andrés Martínez Casares/Reuters
And the intractability of Haiti’s current crisis – which has rumbled on since Moïse’s contested election two years ago – appears custom-made for an appeal to an almost mythological figure amid widespread popular distrust of the political elite.

Implicated in the loss of about $2bn to corruption in a controversial scheme to buy cheap energy on credit from Venezuela, a deal that would free up funds for social development, the security forces in Moïse’s government have responded by firing on demonstrators, even as he has refused repeatedly to resign.

Opposition figures, too, have been implicated in political violence, often involving the arming of criminal gangs, some touched by the same scandal as Moïse. All of this has elevated the status of a figure from the distant past who appears untainted by the current failure of Haiti’s political system.


Sitting on the lawn of a cultural centre in Port-au-Prince’s Delmas neighbourhood, Lyonel Trouillot, one of Haiti’s most celebrated novelists, considers the importance of Dessalines – not least in comparison with Toussaint Louverture, the anti-colonial leader who is far better known elsewhere in the world through his depiction in CLR James’s 1938 account of rebellion in Haiti, The Black Jacobins.

“For Haitians, Dessalines is practically the only figure in our history who has attained this mystical status,” he says. As he points out, Dessalines’ standing is such that he is the only figure to have been incorporated into the vodou pantheon as Ogou Desalin, a warrior associated with defending liberty.

“He was a slave from the fields originally. And he was the leader who founded the state. He wanted a society that was based on equality and a common sphere of citizenship.”

Central to all this is the radical constitution of 1805, signed by Dessalines, which held up the equality of both the newly emancipated nouveaux libres, slaves of direct African heritage, and the anciens libres caste of mixed heritage [called mulattos] who would come to dominate Haiti’s political and economic system.

“The modèle Dessalines was the idea of a country for all of us, based on a common destiny in which everyone had the same chance. The murder of Dessalines in 1806 put an end to that process,” says Trouillot.

“Since then,” he adds, “there has been an informal alliance between the mulatto bourgeoisie and those occupying political power.

“The meaning of Dessalines in the current context is the desire in Haitian society for a new beginning. That’s what people in the streets are fighting for. It is a response to domination, exploitation and exclusion.”

And Dessalines has meant very different things at different times.

He was written out of Haiti’s history for four decades after his murder amid the country’s early diplomatic isolation. For its centenary in 1904, however, an anthem commemorating him was commissioned, La Dessalinienne, popularised during the two decades of US occupation that began in 1915.


The close association with the Duvaliers’ rule (1957-1986) was followed by another period when Dessalines and his red-and-black flag became seen as difficult. Anyone flying the flag was suspected of supporting the former dictatorship. And Dessalines, the historical figure, as historians point out, is not without problems. He ordered the massacre of between 1,000 and 5,000 French citizens, including women and children in the “Haiti massacre” – prompted by fears of a French plot against the new republic – although he notably protected other non-French white people living in Haiti.

And while Dessalines abolished slavery, he supported a restrictive labour system that tied workers to plantations even if they were paid for their efforts.

Julia Gaffield, an academic at Georgia State University who is writing a book on Dessalines, sees appeals to his memory in Haitian politics as a reaction to both anxiety over the country’s sovereignty, faced with perceptions of foreign interference including from the US, and in appeals to a fairer society.

“When the memory and legacy of Dessalines is called upon it is to serve contemporary needs, often when a very radical shift happens. When a revolution needs to happen. When there needs to be a complete overhaul of the system.”


In his home, high in the hills above Port-au-Prince, the Haitian historian Pierre Buteau cautions against elevating the myth of Dessalines above the reality of a complex historical figure.

“Every time we have difficulties,” he explains, “Haitians think of Dessalines. During the period of the US occupation. During the Aristides era. Now in the 21st century that emotion is becoming stronger and more intense amid all the political battles.

“I think what is surprising for us as historians is how the myth has become mixed with the truth.” He adds that the problem confronting Jovenel Moïse is that he cannot talk about or ally himself with the historical figure because he is viewed as having abandoned many of the things Dessalines stood for.

But perhaps the last word should go to Félix Morisseau-Leroy, whose 1979 Creole poem Mèsi Papa Desalin [“Thank you Father Dessalines”] long prefigured the current mood, not least his almost messianic assertion of the founding father’s legacy and transformative return . “The day will come when Dessalines will rise [again],” wrote Morisseau-Leroy. “That day everyone will know.”
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16633
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN Empty
MessageSujet: Tradiksyon atik THE GUARDIAN an   Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN EmptyMer 11 Déc 2019 - 17:29



Fatigue avec la corruption, Haïti se tourne vers son héros révolutionnaire pour espérer
Envoi d'observateurs
Haïti
Alors que le conflit ravage la nation et que la colère face à un scandale politique grandit, les Haïtiens se rallient au père fondateur du pays plus de 200 ans après son assassinat
Peter Beaumont

Sam.7 déc.2019 15.54 ESTDernière modification le dim.8 déc.2019 04.18 EST

Un homme saute par-dessus un feu lors d'une cérémonie voudou pour protéger le peuple, alors que les manifestants ont appelé à la démission du président Jovenel Moïse.
Un homme saute par-dessus un feu lors d'une cérémonie voudou pour protéger le peuple, alors que les manifestants ont appelé à la démission du président Jovenel Moïse. Photographie: Rebecca Blackwell / AP
Sur les murs de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti, une image au pochoir se trouve. Représentant une figure d'un chapeau armé de l'époque napoléonienne et d'une redingote militaire, il est apparu pour la première fois au milieu de la crise politique et sécuritaire de longue date qui a débuté l'année dernière.

L'homme représenté est Jean-Jacques Dessalines - l'empereur Jacques I d'Haïti - le général rebelle qui a vaincu les forces françaises à la bataille de Vertières pour fonder l'État d'Haïti en 1804. Et ce n'est pas seulement dans les graffitis que l'héritage séculaire de Dessalines a été vu dans les derniers mois de troubles politiques qui ont saisi le pays.

Lors des manifestations de masse qui ont éclaté par intermittence tout au long de cette année contre le gouvernement du président Jovenel Moïse, entaché d'allégations d'un scandale de corruption de plusieurs milliards de dollars, des Haïtiens sont apparus dans les rues déguisés en Dessalines - notamment lors des grandes manifestations du 17 octobre. qui a coïncidé avec la fête nationale marquant l'anniversaire de son assassinat en 1806.

Publicité
Cette commémoration a vu Moïse contraint de marquer les événements habituellement publics au Musée du Panthéon national en privé alors que des centaines d'officiers de police armés fermaient les environs. Des manifestants réclamant sa démission ont été rassemblés à proximité.

Mais surtout, c'est dans la conversation nationale autour de la crise persistante que l'esprit de Dessalines a été le plus clairement mis en évidence.

Dans les échanges presque sans fin et parfois houleux sur les stations de radio d'information et de discussion du pays, la discussion se tournera inévitablement vers le modèle Dessalines - le modèle idéal de Dessalines - une idée nostalgique de la voie différente qu'aurait pu suivre Haïti sans son assassinat.

La réalité est que l’évocation actuelle de Dessalines parle de la myriade de malheurs sociaux d’Haïti et est une critique puissante de l’échec de son système politique au fil des générations et des siècles à travers la dictature, les inégalités chroniques et la pauvreté écrasante.

Le président haïtien Jovenel Moïse lors d’une cérémonie marquant le décès de Jean-Jacques Dessalines, à Port-au-Prince au début de l’année.

Le président haïtien Jovenel Moïse lors d’une cérémonie marquant le décès de Jean-Jacques Dessalines, à Port-au-Prince au début de l’année. Photographie: Andrés Martínez Casares / Reuters
Et le caractère insoluble de la crise actuelle en Haïti - qui gronde depuis les élections contestées de Moïse il y a deux ans - semble être fait sur mesure pour faire appel à une figure presque mythologique au milieu de la méfiance généralisée de l'élite politique.

Impliqués dans la perte d'environ 2 milliards de dollars de la corruption dans un stratagème controversé pour acheter de l'énergie bon marché à crédit au Venezuela, un accord qui libérerait des fonds pour le développement social, les forces de sécurité du gouvernement de Moïse ont réagi en tirant sur des manifestants, alors même qu'il a refusé à plusieurs reprises de démissionner.

Des personnalités de l'opposition ont également été impliquées dans des violences politiques, impliquant souvent l'armement de gangs criminels, certains touchés par le même scandale que Moïse. Tout cela a élevé le statut d’une figure d’un passé lointain qui ne semble pas souillée par l’échec actuel du système politique haïtien.


Assis sur la pelouse d'un centre culturel du quartier Delmas de Port-au-Prince, Lyonel Trouillot, l'un des romanciers les plus célèbres d'Haïti, considère l'importance de Dessalines - notamment en comparaison avec Toussaint Louverture, le leader anti-colonial qui est bien meilleur connu ailleurs dans le monde par sa représentation dans le récit de CLR James de 1938 sur la rébellion en Haïti, The Black Jacobins.

«Pour les Haïtiens, Dessalines est pratiquement la seule figure de notre histoire à avoir atteint ce statut mystique», dit-il. Comme il le fait remarquer, la position de Dessalines est telle qu'il est le seul personnage à avoir été incorporé au panthéon vodou en tant qu'Ogou Desalin, un guerrier associé à la défense de la liberté.

«Il était à l'origine un esclave des champs. Et c'est lui qui a fondé l'État. Il voulait une société fondée sur l'égalité et une sphère commune de citoyenneté. »

Au cœur de tout cela se trouve la constitution radicale de 1805, signée par Dessalines, qui a maintenu l'égalité à la fois des nouveaux libres nouvellement émancipés, esclaves du patrimoine africain direct, et de la caste des anciens libres du patrimoine mixte [appelé mulâtres] qui viendraient à dominer la politique haïtienne et Malade de corruption, Haïti se tourne vers son héros révolutionnaire pour espérer
Envoi d'observateurs
Haïti
Alors que le conflit ravage la nation et que la colère face à un scandale politique grandit, les Haïtiens se rallient au père fondateur du pays plus de 200 ans après son assassinat
Peter Beaumont

Sam.7 déc.2019 15.54 ESTDernière modification le dim.8 déc.2019 04.18 EST

Un homme saute par-dessus un feu lors d'une cérémonie voudou pour protéger le peuple, alors que les manifestants ont appelé à la démission du président Jovenel Moïse.
Un homme saute par-dessus un feu lors d'une cérémonie voudou pour protéger le peuple, alors que les manifestants ont appelé à la démission du président Jovenel Moïse. Photographie: Rebecca Blackwell / AP
Sur les murs de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti, une image au pochoir se trouve. Représentant une figure d'un chapeau armé de l'époque napoléonienne et d'une redingote militaire, il est apparu pour la première fois au milieu de la crise politique et sécuritaire de longue date qui a débuté l'année dernière.

L'homme représenté est Jean-Jacques Dessalines - l'empereur Jacques I d'Haïti - le général rebelle qui a vaincu les forces françaises à la bataille de Vertières pour fonder l'État d'Haïti en 1804. Et ce n'est pas seulement dans les graffitis que l'héritage séculaire de Dessalines a été vu dans les derniers mois de troubles politiques qui ont saisi le pays.

Lors des manifestations de masse qui ont éclaté par intermittence tout au long de cette année contre le gouvernement du président Jovenel Moïse, entaché d'allégations d'un scandale de corruption de plusieurs milliards de dollars, des Haïtiens sont apparus dans les rues déguisés en Dessalines - notamment lors des grandes manifestations du 17 octobre. qui a coïncidé avec la fête nationale marquant l'anniversaire de son assassinat en 1806.

Publicité
Cette commémoration a vu Moïse contraint de marquer les événements habituellement publics au Musée du Panthéon national en privé alors que des centaines d'officiers de police armés fermaient les environs. Des manifestants réclamant sa démission ont été rassemblés à proximité.

Mais surtout, c'est dans la conversation nationale autour de la crise persistante que l'esprit de Dessalines a été le plus clairement mis en évidence.

Dans les échanges presque sans fin et parfois houleux sur les stations de radio d'information et de discussion du pays, la discussion se tournera inévitablement vers le modèle Dessalines - le modèle idéal de Dessalines - une idée nostalgique de la voie différente qu'aurait pu suivre Haïti sans son assassinat.

La réalité est que l’évocation actuelle de Dessalines parle de la myriade de malheurs sociaux d’Haïti et est une critique puissante de l’échec de son système politique au fil des générations et des siècles à travers la dictature, les inégalités chroniques et la pauvreté écrasante.

Le président haïtien Jovenel Moïse lors d’une cérémonie marquant le décès de Jean-Jacques Dessalines, à Port-au-Prince au début de l’année.

Le président haïtien Jovenel Moïse lors d’une cérémonie marquant le décès de Jean-Jacques Dessalines, à Port-au-Prince au début de l’année. Photographie: Andrés Martínez Casares / Reuters
Et le caractère insoluble de la crise actuelle en Haïti - qui gronde depuis les élections contestées de Moïse il y a deux ans - semble être fait sur mesure pour faire appel à une figure presque mythologique au milieu de la méfiance généralisée de l'élite politique.

Impliqués dans la perte d'environ 2 milliards de dollars de la corruption dans un stratagème controversé pour acheter de l'énergie bon marché à crédit au Venezuela, un accord qui libérerait des fonds pour le développement social, les forces de sécurité du gouvernement de Moïse ont réagi en tirant sur des manifestants, alors même qu'il a refusé à plusieurs reprises de démissionner.

Des personnalités de l'opposition ont également été impliquées dans des violences politiques, impliquant souvent l'armement de gangs criminels, certains touchés par le même scandale que Moïse. Tout cela a élevé le statut d’une figure d’un passé lointain qui ne semble pas souillée par l’échec actuel du système politique haïtien.


Assis sur la pelouse d'un centre culturel du quartier Delmas de Port-au-Prince, Lyonel Trouillot, l'un des romanciers les plus célèbres d'Haïti, considère l'importance de Dessalines - notamment en comparaison avec Toussaint Louverture, le leader anti-colonial qui est bien meilleur connu ailleurs dans le monde par sa représentation dans le récit de CLR James de 1938 sur la rébellion en Haïti, The Black Jacobins.

«Pour les Haïtiens, Dessalines est pratiquement la seule figure de notre histoire à avoir atteint ce statut mystique», dit-il. Comme il le fait remarquer, la position de Dessalines est telle qu'il est le seul personnage à avoir été incorporé au panthéon vodou en tant qu'Ogou Desalin, un guerrier associé à la défense de la liberté.

«Il était à l'origine un esclave des champs. Et c'est lui qui a fondé l'État. Il voulait une société fondée sur l'égalité et une sphère commune de citoyenneté. »

Au cœur de tout cela se trouve la constitution radicale de 1805, signée par Dessalines, qui a maintenu l'égalité à la fois des nouveaux libres nouvellement émancipés, esclaves du patrimoine africain direct, et de la caste des anciens libres du patrimoine mixte [appelé mulâtres] qui viendraient à dominer la politique haïtienne et Malade de corruption, Haïti se tourne vers son héros révolutionnaire pour espérer...[/b]
Revenir en haut Aller en bas
 
Dessalines ap kanpe anko-dapre THE GUARDIAN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: