Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-8%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
599.99 € 649.99 €
Voir le deal

 

 Pou ZANMI mwen MAK

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 25 Avr 2020 - 17:50

Sa a se denye ATIK NEW YORK TIMES sou ELEKSYON ki lan 6 MWA.

Pati DEMOKRAT 2020 an se pa PATI DEMOKRAT ki te la an 2016 lan.

DEMOKRAT yo vire a GOCH ,yo vin yon vre PATI SOSYAL DEMOKRAT.

Sa koz REPIBLIKEN yo panike e yo PE ke si BIDEN genyen PREZIDANS lan e kaptire SENA a,y ap lan TYOUBOUM.

Nervous Republicans See Trump Sinking, and Taking Senate With Him
The election is still six months away, but a rash of ominous new polls and the president’s erratic briefings have the G.O.P. worried about a Democratic takeover.


Many Republicans believe President Trump’s daily news briefings are inflicting grave damage on his political standing.
Many Republicans believe President Trump’s daily news briefings are inflicting grave damage on his political standing.Credit...Al Drago for The New York Times
Jonathan MartinMaggie Haberman
By Jonathan Martin and Maggie Haberman
April 25, 2020
Updated 1:50 p.m. ET

WASHINGTON — President Trump’s erratic handling of the coronavirus outbreak, the worsening economy and a cascade of ominous public and private polling have Republicans increasingly nervous that they are at risk of losing the presidency and the Senate if Mr. Trump does not put the nation on a radically improved course.

The scale of the G.O.P.’s challenge has crystallized in the last week. With 26 million Americans now having filed for unemployment benefits, Mr. Trump’s standing in states that he carried in 2016 looks increasingly wobbly: New surveys show him trailing significantly in battleground states like Michigan and Pennsylvania, and he is even narrowly behind in must-win Florida.

Democrats raised substantially more money than Republicans did in the first quarter in the most pivotal congressional races, according to recent campaign finance reports. And while Mr. Trump is well ahead in money compared with the presumptive Democratic nominee, Joseph R. Biden Jr., Democratic donors are only beginning to focus on the general election, and several super PACs plan to spend heavily on behalf of him and the party.

Perhaps most significantly, Mr. Trump’s single best advantage as an incumbent — his access to the bully pulpit — has effectively become a platform for self-sabotage.

His daily news briefings on the coronavirus outbreak are inflicting grave damage on his political standing, Republicans believe, and his recent remarks about combating the virus with sunlight and disinfectant were a breaking point for a number of senior party officials.

On Friday evening, Mr. Trump conducted only a short briefing and took no questions, a format that a senior administration official said was being discussed as the best option for the president going forward.

Glen Bolger, a longtime Republican pollster, said the landscape for his party had become far grimmer compared with the pre-virus plan to run almost singularly around the country’s prosperity.

“With the economy in free-fall, Republicans face a very challenging environment and it’s a total shift from where we were a few months ago,” Mr. Bolger said. “Democrats are angry, and now we have the foundation of the campaign yanked out from underneath us.”

Mr. Trump’s advisers and allies have often blamed external events for his most self-destructive acts, such as his repeated outbursts during the two-year investigation into his campaign’s dealings with Russia. Now, there is no such explanation — and, so far, there have been exceedingly few successful interventions regarding Mr. Trump’s behavior at the podium.

Representative Tom Cole, Republican of Oklahoma, said the president had to change his tone and offer more than a campaign of grievance.

“You got to have some hope to sell people,” Mr. Cole said. “But Trump usually sells anger, division and ‘we’re the victim.’”

Latest Updates: Coronavirus Outbreak in the U.S.
Some states are moving to reopen. But the path ahead is far from simple.
Trump amplifies drugs and disinfectants as treatments, even as experts push back.
The U.S. conducted 1.2 million tests in a week, but experts say that is not enough.
See more updates
Updated 13m ago
More live coverage: Global Markets New York
There are still more than six months until the election, and many Republicans are hoping that the dynamics of the race will shift once Mr. Biden is thrust back into the campaign spotlight. At that point, they believe, the race will not simply be the up-or-down referendum on the president it is now, and Mr. Trump will be able to more effectively sell himself as the person to rebuild the economy.

[Read about Joseph R. Biden Jr.’s cloistered mode of campaigning during the coronavirus lockdown.]


ImageThere have been no successful interventions regarding Mr. Trump’s behavior at the podium during his daily coronavirus briefings.
There have been no successful interventions regarding Mr. Trump’s behavior at the podium during his daily coronavirus briefings.Credit...Al Drago for The New York Times
“We built the greatest economy in the world; I’ll do it a second time,” Mr. Trump said earlier this month, road-testing a theme he will deploy in the coming weeks.

Still, a recent wave of polling has fueled Republican anxieties, as Mr. Biden leads in virtually every competitive state.

The surveys also showed Republican senators in Arizona, Colorado, North Carolina and Maine trailing or locked in a dead heat with potential Democratic rivals — in part because their fate is linked to Mr. Trump’s job performance. If incumbents in those states lose, and Republicans pick up only the Senate seat in Alabama, Democrats would take control of the chamber should Mr. Biden win the presidency.


“He’s got to run very close for us to keep the Senate,” Charles R. Black Jr., a veteran Republican consultant, said of Mr. Trump. “I’ve always thought we were favored to, but I can’t say that now with all these cards up in the air.”

Republicans were taken aback this past week by the results of a 17-state survey commissioned by the Republican National Committee. It found the president struggling in the Electoral College battlegrounds and likely to lose without signs of an economic rebound this fall, according to a party strategist outside the R.N.C. who is familiar with the poll’s results.

The Trump campaign’s own surveys have also shown an erosion of support, according to four people familiar with the data, as the coronavirus remains the No. 1 issue worrying voters.

Polling this early is, of course, not determinative: In 2016 Hillary Clinton also enjoyed a wide advantage in many states well before November.

Yet Mr. Trump’s best hope to win a state he lost in 2016, Minnesota, also seems increasingly challenging. A Democratic survey taken by Senator Tina Smith showed the president trailing by 10 percentage points there, according to a Democratic strategist who viewed the poll.

The private data of the two parties is largely mirrored by public surveys. Just last week, three Pennsylvania polls and two Michigan surveys were released showing Mr. Trump losing outside the margin of error. And a pair of Florida polls were released that showed Mr. Biden enjoying a slim advantage in a state that is all but essential for Republicans to retain the presidency.

To some in the party, this feels all too similar to the last time they held the White House.

In 2006, anger at President George W. Bush and unease with the Iraq war propelled Democrats to reclaim Congress; two years later they captured the presidency thanks to the same anti-incumbent themes and an unexpected crisis that accelerated their advantage, the economic collapse of 2008. The two elections were effectively a single continuous rejection of Republican rule, as some in the G.O.P. fear 2018 and 2020 could become in a worst-case scenario.


“It already feels very similar to the 2008 cycle,” said Billy Piper, a Republican lobbyist and former chief of staff to Senator Mitch McConnell.

Significant questions remain that could tilt the outcome of this election: whether Americans experience a second wave of the virus in the fall, the condition of the economy and how well Mr. Biden performs after he emerges from his Wilmington, Del., basement, which many in his party are privately happy to keep him in so long as Mr. Trump is fumbling as he governs amid a crisis.


ImageDefeating Senator Susan Collins, Republican of Maine, has become a cause for national liberal activists.
Defeating Senator Susan Collins, Republican of Maine, has become a cause for national liberal activists.Credit...Anna Moneymaker/The New York Times
But if Republicans are comforted by the uncertainties that remain, they are alarmed by one element of this election that is already abundantly clear: The small-dollar fund-raising energy Democrats enjoyed in the midterms has not abated.

Most of the incumbent House Democrats facing competitive races enjoy a vast financial advantage over Republican challengers, who are struggling to garner attention as the virus overwhelms news coverage.

Still, few officials in either party believed the House was in play this year. There was also similar skepticism about the Senate. Then the virus struck and fund-raising reports covering the first three months of this year were released in mid-April.

Republican senators facing difficult races were not only all outraised by Democrats, they were also overwhelmed.

In Maine, for example, Senator Susan Collins brought in $2.4 million while her little-known rival, the House speaker Sara Gideon, raised more than $7 million. Even more concerning to Republicans is the lesser-known Thom Tillis of North Carolina. Republican officials are especially irritated at Mr. Tillis because he has little small-dollar support and raised only $2.1 million, which was more than doubled by his Democratic opponent.

“These Senate first-quarter fund-raising numbers are a serious wake-up call for the G.O.P.,” said Scott Reed, the top political strategist at the U.S. Chamber of Commerce.

The Republican Senate woes come as anger toward Mr. Trump is rising from some of the party’s most influential figures on Capitol Hill.

After working closely with Senate Republicans at the start of the year, some of the party’s top congressional strategists say the handful of political advisers Mr. Trump retains have communicated little with them since the health crisis began.

In a campaign steered by Mr. Trump, whose rallies drove fund-raising and data harvesting, the center of gravity has of late shifted to the White House. His campaign headquarters will remain closed for another few weeks, and West Wing officials say the president’s campaign manager, Brad Parscale, hasn’t been to the White House since last month, though he is in touch by phone.

Then there is the president’s conduct.

In just the last week, he has undercut the efforts of his campaign and his allies to attack Mr. Biden on China; suddenly proposed a halt on immigration; and said governors should not move too soon to reopen their economies — a week after calling on protesters to “liberate” their states. And that was all before his digression into the potential healing powers of disinfectants.


ImageSenator Thom Tillis, Republican of North Carolina, has little small-dollar support and raised only $2.1 million in the first quarter. 
Senator Thom Tillis, Republican of North Carolina, has little small-dollar support and raised only $2.1 million in the first quarter. Credit...Pete Marovich for The New York Times
Republican lawmakers have gone from watching his lengthy daily briefings with a tight-lipped grimace to looking upon them with horror.

“Any of us can be onstage too much,” said the longtime Representative Greg Walden of Oregon, noting that “there’s a burnout factor no matter who you are, you’ve got to think about that.”

Privately, other party leaders are less restrained about the political damage they believe Mr. Trump is doing to himself and Republican candidates. One prominent G.O.P. senator said the nightly sessions were so painful he could not bear watching any longer.

“I would urge the president to focus on the positive, all that has been done and how we are preparing for a possible renewal of the pandemic in the fall,” said Representative Peter King, Republican of New York.

Asked about concerns over Mr. Trump’s briefings, the White House press secretary, Kayleigh McEnany, said, “Millions and millions of Americans tune in each day to hear directly from President Trump and appreciate his leadership, unprecedented coronavirus response, and confident outlook for America’s future.”

Mr. Trump’s thrashing about partly reflects his frustration with the virus and his inability to slow Mr. Biden’s rise in the polls. It’s also an illustration of his broader inability to shift the public conversation to another topic, something he has almost always been able to do when confronted with negative story lines ranging from impeachment proceedings to payouts to adult film stars.

Mr. Trump is also restless. Administration officials said they were looking to resume his travel in as soon as a week, although campaign rallies remain distant for now.


As they look for ways to regain the advantage, some Republicans believe the party must mount an immediate ad campaign blitzing Mr. Biden, identifying him to their advantage and framing the election as a clear choice.

“If Trump is the issue, he probably loses,” said Mr. Black, the consultant. “If he makes it about Biden and the economy is getting better, he has a chance.”

More on President Trump and the G.O.P.
He Could Have Seen What Was Coming: Behind Trump’s Failure on the VirusApril 11, 2020

Trump Muses About Light as Remedy, but Also Disinfectant, Which Is DangerousApril 24, 2020

Democrats Show Fund-Raising Energy in Key Senate RacesApril 16, 2020

Jonathan Martin is a national political correspondent. He has reported on a range of topics, including the 2016 presidential election and several state and congressional races, while also writing for Sports, Food and the Book Review. He is also a CNN political analyst. @jmartnyt

Maggie Haberman is a White House correspondent. She joined The Times in 2015 as a campaign correspondent and was part of a team that won a Pulitzer Prize in 2018 for reporting on President Trump’s advisers and their connections to Russia. @maggieNYT


A version of this article appears in print on April 26, 2020, Section A, Page 27 of the New York edition with the headline: Some Republicans See Trump Sinking, and Taking Senate With Him. Order Reprints | Today’s Paper | Subscribe

The Coronavirus Outbreak
Frequently Asked Questions and Advice
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 25 Avr 2020 - 22:01

Joel
Ta sanble se pou rezon sa ke gwo tonton konseye Republiken yo mande Trump pa bay konferans de presse anko sou zafe Korona Virus la . Trump a été humilié cette semaine sous les yeux de ses partisans . C'est La grosse panique dans le camps des republicains.
Ann suiv toujou
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 26 Avr 2020 - 7:56

La débâcle des commentaires sur le désinfectant anti-coronavirus de Trump pourrait être un point de basculement
Le président américain prévoit de "réduire" ses briefings quotidiens sur les coronavirus après avoir prétendu à tort que sa suggestion d'injecter des produits de nettoyage avait été "sarcastique"
http://theguardian.com/us-news/2020/apr/25/donald-trump-coronavirus-disinfectant-sarcastic-tipping-point
Coronavirus - dernières mises à jour américaines
C oronavirus - dernières mises à jour mondiales
Voir toute notre couverture coronavirus
David Smith et Kari Paul

Sam 25 avr 2020 09.07 EDTDernière modification: sam.25 avril 2020 16.08 EDT
Actions
5,821
Vendredi, un Donald Trump au visage sinistre arrive avec le vice-président Mike Pence pour aborder et briefer les médias du groupe de travail sur les coronavirus.
Vendredi, un Donald Trump aux visage sinistre arrive avec le vice-président Mike Pence pour aborder et briefer les médias du groupe de travail sur les coronavirus. Photographie: Drew Angerer / Getty Images
Pour Donald Trump , c'était la chose la plus étrange et la plus médiatrice qu'il aurait pu faire: au lieu de répondre aux questions des journalistes, de dominer encore les ondes du pays, le président américain a fait une courte déclaration pré-écrite, puis a filé hors de la scène.

Trois mois et 50 000 morts: les moments clés de Covid-19 aux États-Unis - Chronologie
Lire la suite
La fin brutale de la conférence de presse quotidienne de vendredi soir, qui est devenue un rituel grivois, indiscipliné et souvent choquant en Amérique pendant la pandémie de coronavirus, était probablement le signe le plus clair à ce jour de la façon dont les déclarations bizarres de Trump sur le désinfectant ont secoué son administration.

Au lieu de passer à l'offensive après que le monde a réagi avec choc et horreur à sa suggestion de jeudi soir que le coronavirus pourrait être traité en injectant du désinfectant dans un corps humain, Trump a affirmé qu'il était `` sarcastique '', puis s'est retiré du public.

Le New York Times a rapporté que certains responsables de la Maison Blanche pensaient "que ce fut l'un des pires jours de l'une des pires semaines de sa présidence".

Mais c'est le silence de Trump vendredi soir qui en dit long.

Les séances d'information du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche sont souvent des marathons de deux heures aux heures de grande écoute, mais vendredi, Trump a tourné les talons alors que les journalistes criaient en vain des questions. C'était peut-être une crise de pitié, ou peut-être une vengeance contre les journalistes qu'il considère comme des persécuteurs. Il a peut-être également atteint un point de basculement, ses propres conseillers l'avertissant que les séances d'information télévisées le blessent beaucoup plus qu'elles ne l'aident.

Juste après, le site Web d'Axios a rapporté que Trump prévoyait de "réduire" ses conférences de presse sur les coronavirus, selon quatre de ses sources. La semaine prochaine, a-t-il déclaré, "il peut cesser d'apparaître quotidiennement et faire des apparitions plus courtes quand il le fera".

S'il le fait, les remarques de Trump sur le désinfectant auront été la paille qui a brisé le dos du chameau lors du rituel nocturne des briefings sur le virus. Pendant des semaines, ils ont dominé les gros titres américains alors que le pays se bat pour faire face à une pandémie qui a coûté la vie à 50 000 Américains. Ils ont fourni une toile pour la rage de Trump, une plate-forme à partir de laquelle il peut attaquer ses ennemis et - seulement occasionnellement - un endroit où un président américain peut chercher à rassurer un public effrayé et assiégé qui maintient les ordres de rester à la maison pour lutter contre le virus.


Coronavirus: la semaine expliquée - inscrivez-vous à notre newsletter par e-mail
Lire la suite
Mais les remarques de Trump sur le désinfectant ont changé tout cela.

Jeudi, Trump avait suggéré que les médecins étudient l'idée de personnes recevant des injections de désinfectant pour lutter contre le virus. Il a également vanté les avantages potentiels et non prouvés de la lumière ultraviolette. Des experts médicaux, des politiciens et même des fabricants de désinfectants ont dénoncé cette suggestion et ont mis en garde le public contre la consommation du produit. Les commentaires de Trump ont généré des mèmes et des titres sur Internet dans le monde entier.

Sa vieille rivale de 2016, Hillary Clinton, est intervenue avec un coup rapide sur Twitter. "S'il vous plaît, ne vous empoisonnez pas parce que Donald Trump pense que cela pourrait être une bonne idée", a-t-elle déclaré. Son nouveau rival pour les élections de 2020, l'ancien vice-président Joe Biden, a également participé. "Je ne peux pas croire que je doive dire cela, mais ne buvez pas d'eau de Javel", a-t-il déclaré, mêlant moquerie à une annonce de service public. .

À partir du moment où les mots ont quitté la bouche de Trump, il était clair qu'une sorte de limitation des dégâts était nécessaire.

Mais, alors que le choc et l'étonnement traversaient le globe, ils tardèrent à venir. Quand il est arrivé, vendredi midi, c'était une tentative de nettoyage qui aurait clairement pu aller mieux. Lors d'un événement à la Maison Blanche, Trump a tenté de justifier ses propos dangereux, affirmant à tort qu'il «posait une question sarcastique aux journalistes».

Vendredi, alors même que le nombre de morts aux États-Unis a dépassé les 50 000 morts et que la sombre étape d'un million de cas de coronavirus se rapproche, Trump a essayé de faire de ce que les critiques considéraient comme un demi-tour désespéré et malhonnête.

"Je posais une question sarcastique aux journalistes comme vous juste pour voir ce qui se passerait", a déclaré le président, assis au bureau de Resolute dans le bureau ovale, alors qu'il signait une loi de financement d'urgence.

«Quand je posais un sarcastique - une question très sarcastique - aux journalistes dans la salle au sujet du désinfectant à l'intérieur, mais cela le tue, il le tue sur les mains et cela rendrait les choses beaucoup mieux. Cela a été fait sous la forme d'une question sarcastique à un journaliste. »

Mais la vidéo des briefings a clairement démontré le contraire. Il n'y avait aucune trace de sarcasme et les tentatives de Trump de réécrire le passé immédiat ont été sapées par les preuves à une simple recherche sur Google.

Lorsque Trump a posé la question de l'efficacité des injections de désinfectant, il s'était tourné vers sa droite et regardait en direction de Bill Bryan, le sous-secrétaire par intérim de la sécurité intérieure pour la science et la technologie, et Deborah Birx, la coordinatrice du groupe de travail sur les coronavirus.

Donald Trump se tourne vers le responsable de la sécurité intérieure William Bryan lors du briefing au cours duquel le président a vanté les vertus du désinfectant ingéré.
FacebookTwitterPinterest
Donald Trump se tourne vers le responsable du DHS William Bryan lors du briefing au cours duquel le président a vanté les vertus de l'ingestion de désinfectant. Photographie: Maison Blanche / Zuma Wire / Rex / Shutterstock
Mais Trump - dans sa tentative de limiter les dégâts - a insisté. Le journaliste de Reuters, Jeff Mason, a demandé si Trump voulait clarifier qu'il était sarcastique et s'assurer que personne ne le comprenait mal.

Il a répondu: «Oui. Je pense que le désinfectant sur les mains pourrait avoir un très bon effet. Maintenant, Bill va vérifier cela en laboratoire. Au fait, c'est un laboratoire incroyable. C'est incroyable le travail qu'ils font. »

Une fois de plus, Mason a insisté: "Juste pour clarifier, vous n'encouragez pas les Américains à injecter du désinfectant?"

Trump: «Non. Bien sûr que non. Intérieurement, il a été dit avec sarcasme. Elle a été posée sous forme de question à un groupe de personnes extraordinairement hostiles, à savoir les faux médias. »

Mais le gazon familier de Trump d'attaquer les médias ne fonctionnait pas. Au milieu d'une pandémie, avec des centaines d'Américains qui meurent chaque jour, le chef de l'administration essayant de ramener le pays vers la sécurité et la normalité a mis encore plus de vies en danger. Ses affirmations confuses et inexactes n'ont fait qu'accentuer les inquiétudes concernant l'adoption par Trump d'une science défectueuse qui pourrait mettre en danger la santé publique.

Scott Gottlieb, l'ancien directeur de la Food and Drug Administration de Trump, faisait partie de ces nombreuses personnes désormais obligées d'avertir les Américains de ne pas suivre les conseils de leur propre président. Il a déclaré à un intervieweur de CNBC: «Je pense que nous devons parler très clairement. Il n'y a aucune circonstance dans laquelle vous devriez prendre un désinfectant ou injecter un désinfectant pour le traitement de quoi que ce soit, et certainement pas le traitement du coronavirus. "

Le scandale a explosé juste un jour après qu'un rapport du New York Times a détaillé comment Trump fait face aux pressions et à l'isolement causés par la pandémie de coronavirus. Dans un long article, il a dépeint un président américain qui a été coupé de bon nombre de ses anciens amis et associés alors qu'il vit et travaille à la Maison Blanche, incapable de quitter et de voyager et de tenir les rassemblements électoraux qu'il semble vouloir.

Il a décrit Trump frénétique sur les nouvelles du câble pendant de nombreuses heures chaque matin et souvent jusque tard dans la nuit, examinant l'épave d'une économie en plein essor qu'il avait prévu d'être la principale planche de sa stratégie de réélection.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 26 Avr 2020 - 10:54

C'est quoi la suite Joel ?

Est-ce que Trump pourrait reporter les élections du 3 novembre 2020?
Par ailleurs , j'ai lu que le président Obama ne voyait pas d'un bon oeil la candidature de Biden en 2020; est-ce que tu peux me confirmer ou infirmer cette information ? Bien sur , Obama n'a pas le choix de se mettre derrière Biden . Trump avait-il une information sur le doute du président Obama envers son VP?
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 26 Avr 2020 - 13:26

MARC;

Vous donnez trop de credit a TRUMP.

TRUMP est un "dumbkoff"

Si vous avez lu quelque part que OBAMA avait des doutes a propos de BIDEN.
C'est du "fake news".

Obama n'avait pas voulu endorser BIDEN pendant les PRIMAIRES c'est parce que il n'y avait aucune garantie que BIDEN allait gagner ces dites PRIMAIRES.
Si il avait endorse BIDEN et que quelqu'un d'autre avait gagne les PRIMAIRES,c'est une recette pour de la division parmi les DEMOCRATES.

Quant a TRUMP,vous trouverez peu de DEMOCRATES qui clameraient victoire avant la tenue des ELECTIONS.

Dans le cas de TRUMP,gare a celui qui vendrait la peau de l'ours avant de l'avoir tue.

Ce type est completement AMORAL.Dans un pays du tiers monde il n'hesiterait pas devant un COUP D'ETAT pour rester au POUVOIR.

Il a tant a perdre!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 26 Avr 2020 - 14:09

Non Joel,
Je ne donne pas de crédit à Trump mais je me base sur des informations vérifiables ;

''Le Times rapporte également que la méfiance ou la réserve d’Obama à l’égard de Biden trouverait son origine dans l’attitude condescendante de celui qui allait devenir un allié. Dans une entrevue accordée au New York Observer en 2007, Biden, qui se met régulièrement le pied dans la bouche, avait déclaré qu’Obama était le premier Noir intelligent, éloquent et propre à faire de la politique de manière traditionnelle...

Pendant les huit années qu'il a passées à la Maison-Blanche, le duo Obama-Biden a développé une réelle complicité, leur amitié est solide, mais l’ambition de Biden a toujours contribué à compliquer les choses. Si Obama a appris à aimer et apprécier les qualités de son partenaire, il aurait toujours douté de son potentiel pour une candidature à la présidence.

Biden aurait renoncé à une candidature en 2016 en raison des interventions de son ancien patron. Obama était convaincu que Clinton serait mieux placée pour poursuivre ses politiques et que ses chances de l’emporter étaient supérieures. De plus, Biden ve''

Lire l'article au complet ici :

https://www.journaldequebec.com/2020/04/14/obama-appuie-biden-moins-evident-quil-ny-parait
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 26 Avr 2020 - 19:31

MARC;

Tout ce que OBAMA pense ou pensait de BIDEN ,c'est de l'eau sous les ponts.

OBAMA n'a pas de choix ,c'est d'aller "all in" pour BIDEN.

Oui BIDEN a les defaux d'un vieux ponte DEMOCRATE mais il semble qu'il a appris.

La prochaine election ,c'est entre BIDEN et le candidat ,le president le plus reactionnaire des peut etre 150 dernieres annees.

Trump avait bati sa carriere politique ,s'il en est,sur la base que OBAMA n'etait pas AMERICAIN qu'il etait KENYEN.

Trump a une haine viscerale pour OBAMA,c'est comme si sa mission dans la vie est de demanteler tout ce que OBAMA avait construit.

C'est inedit dans la politique americaine.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyLun 27 Avr 2020 - 7:07

MARC;

Les vieux prononcements de JOE BIDEN a propos de OBAMA etc est du bouillon rechauffe ,amplement discute deja pendant les primaires.
Avant l'endorsement d'OBAMA,lacommunaute noire americaine avait vote massivement pour BIDEN.
On ne gagne pas la nomination DEMOCRATE sans le vote des NOIRS.
voici ce qui se discute a propos de la recherche pour un co-listier pour BIDEN:

http://theguardian.com/us-news/2020/apr/26/joe-biden-running-mate-vice-president-democrats

Biden cherche son propre «Biden» -
Biden a adopté une approche inhabituelle, répondant aux questions sur sa recherche d'un vice-président - un rôle qu'il connaît intimement

Lauren Gambino
Lauren Gambino à Washington

@laurenegambino
Dim 26 avr 2020 06.00 EDTDernière modification le dim 26 avr 2020 13h45 HAE
Actions
86
Joe Biden fait un geste lors d'un arrêt de campagne à St Louis, Missouri, le 7 mars.
Joe Biden fait un geste lors d'un arrêt de campagne à St Louis, Missouri, le 7 mars. Photographie: Brendan McDermid / Reuters
Long avant que Joe Biden ne devienne le candidat démocrate présumé, il accueillait favorablement les recommandations de son vice-président colistier. Lors de rassemblements électoraux, de mairies et, plus récemment, de collectes de fonds virtuelles, Biden a engagé le sujet de manière ludique, répondant à des questions sur sa recherche, nommant des candidats potentiels et décrivant en détail ce qu'il recherche chez un partenaire et, potentiellement, un successeur.

Son approche est inhabituelle. Le processus de sélection d'un colistier est généralement entouré d'un secret profond. Mais, comme Biden aime le rappeler aux électeurs, c'est un rôle qu'il connaît intimement. Ayant servi deux mandats en tant que vice-président de Barack Obama, c'est une décision qui, selon lui, façonnera non seulement sa campagne, mais aussi sa présidence.

Biden courtise Ocasio-Cortez - mais sera-t-il assez audacieux pour gagner son soutien?
Lire la suite
«La première et la plus importante qualité est une personne qui, si je devais quitter immédiatement le bureau pour une raison quelconque, qu’elle pouvait être présidente et que le public pouvait regarder cette personne et dire:« Elle est capable d’être présidente des États-Unis demain », a déclaré Biden la semaine dernière lors d'une apparition sur le Late Late Show de CBS avec James Corden.

Bien que Biden en soit encore aux premiers stades du processus de sélection - il insiste sur le fait qu'il est à des mois de la décision finale - son dialogue public a fourni un aperçu en temps réel de ce que les anciens candidats ont baptisé leur «premier acte présidentiel».

La décision - généralement le résultat d'un vaste processus de vérification qui prend en compte la biographie et la géographie, la chimie personnelle et l'expérience de gouvernance - a été encore compliquée par la pandémie de coronavirus, qui a décimé l'économie et tué plus de 53000 Américains.

"D'ici là, nous serons probablement dans une forme de crise économique ou de reprise et le vice-président sera le partenaire de Joe Biden pour tracer la voie à suivre pour le comté", a déclaré Karen Finney, une stratège démocrate qui était conseillère principale pour Hillary. Campagne présidentielle de Clinton en 2016.

Rompant avec le précédent, Biden s'est engagé à choisir une femme comme colistière.

Il y a un argument politique fort pour mettre une femme sur le ticket. Les femmes sont parmi les adversaires les plus virulents de Donald Trump. Un sondage CNN ce mois-ci a révélé que Biden menait le président par 30 points de pourcentage chez les femmes. Et pendant sa présidence, les femmes démocrates ont voté, organisé et se sont présentées aux élections en nombre historique.

L'engagement de Biden de choisir une femme reflète également une frustration que le domaine le plus diversifié des candidats à la présidentielle de l'histoire américaine ait désigné un homme blanc de 77 ans comme son candidat. Un récent sondage du Pew Research Center a révélé que 41% des électeurs démocrates inscrits se disent dérangés par le fait que le candidat démocrate probable pour les élections de 2020 est un «homme blanc septuagenaire».

Un volontaire accroche des pancartes de campagne avant un événement à Maquoketa, Iowa, le 30 octobre 2019.
FacebookTwitterPinterest
Un volontaire accroche des pancartes de campagne avant un événement à Maquoketa, Iowa, le 30 octobre 2019. Photographie: Daniel Acker / Bloomberg via Getty Images
Biden a reconnu que son âge était un facteur. Il serait le président le plus âgé jamais inauguré, à 78 ans, et a déclaré qu'il choisirait un colistier plus jeune.

Soulignant l'importance de gouverner l'expérience et le leadership, Biden a également déclaré qu'il souhaitait que quelqu'un soit prêt à prendre la présidence le «premier jour» au cas où sa santé se détériorerait ou, selon ses propres mots, «la foudre frappe et je meurs».

Il prévoit d'annoncer un groupe consultatif pour superviser sa recherche d'ici le 1er mai. Cette équipe réduira probablement le bassin à entre deux et cinq candidats, a-t-il déclaré.

Bien que Biden ait été timide au sujet de ses préférences, il a été constant dans son exigence que son colistier soit quelqu'un en qui il «a complètement confiance» pour mener à bien son programme, mais n'a pas peur de le défier sur des décisions importantes.

Dans une interview la semaine dernière, Biden a déclaré à une station de radio de Pittsburgh qu'il choisirait Michelle Obama comme colistière "en un clin d'œil" mais soupçonnait qu'elle n'avait "pas envie de vivre à nouveau près de la Maison Blanche".

Parmi ceux qui ont été mentionnés à plusieurs reprises comme possibilités figurent ses anciens rivaux: les sénateurs Kamala Harris de Californie, Amy Klobuchar du Minnesota et Elizabeth Warren du Massachusetts. Selon les rumeurs, la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a déclaré que Biden avait «fait ma liste» des mois avant qu'elle ne devienne un leader national de premier plan face au coronavirus , et Stacey Abrams, la candidate démocrate 2018 pour le poste de gouverneur en Géorgie.

Kamala Harris endosse Joe Biden lors d'un rassemblement électoral à Détroit, Michigan, le 9 mars.
FacebookTwitterPinterest
Kamala Harris endosse Joe Biden lors d'un rassemblement électoral à Détroit, Michigan, le 9 mars. Photographie: Jeff Kowalsky / AFP via Getty Images
Biden fait face à une pression croissante, y compris de la part de certains de ses alliés les plus éminents, pour choisir une femme de couleur. Il y a une pression particulièrement forte pour qu'il choisisse une femme noire pour dynamiser les électeurs afro-américains en novembre et démontrer que le parti ne tient pas pour acquis sa circonscription la plus fiable.

Le membre du Congrès de Caroline du Sud, Jim Clyburn, dont l'approbation avant la première campagne de l'État de Biden a relancé la campagne de Biden , l'a encouragé à choisir une femme afro-américaine, fournissant même une liste de candidats possibles, parmi lesquels le maire d'Atlanta , Keisha Lance Bottoms . Abrams, qui a remarquablement manifesté son intérêt pour le travail, a récemment déclaré qu'elle aurait des «inquiétudes» si Biden ne choisissait pas une femme de couleur pour être son colistière.

Mais Biden entend également les appels de l'aile gauche du parti pour sélectionner un colistier plus libéral, comme Warren, qui, selon eux, l'aiderait à faire appel aux progressistes et aux jeunes électeurs sceptiques quant à sa candidature.

D'autres encore croient qu'il devrait choisir un candidat ayant des racines dans le Midwest industriel, une région d'une importance cruciale pour gagner le Collège électoral.

Pourtant, il y a peu de preuves pour soutenir la sagesse conventionnelle selon laquelle les candidats à la vice-présidence influencent de manière significative les résultats des élections générales.

Selon une analyse de Chris Devine de l'Université de Dayton et Kyle Kopko de Elizabethtown College, auteurs de Do, la sélection d'une colistière n'a pas eu d'incidence sur le vote des femmes en 2008, lorsque l'ancienne gouverneure de l'Alaska, Sarah Palin, était candidate à la vice-présidence. Courir Mates Matter? De même, leurs recherches ont révélé que Mike Pence n'a pas rendu les conservateurs ou les chrétiens évangéliques plus susceptibles de voter pour Trump en 2016.

Pourtant, le choix d'un candidat de colistier importe, a déclaré Devine, en «façonnant les perceptions du candidat à la présidence». Il a fait référence à 2008, quand Obama, alors un jeune sénateur de l'Illinois au premier mandat, a fait face à John McCain, le sénateur senior de l'Arizona et héros de guerre.

Barack Obama et Joe Biden à la Maison Blanche à Washington DC, le 21 janvier 2010.
FacebookTwitterPinterest
Barack Obama et Joe Biden à la Maison Blanche à Washington DC le 21 janvier 2010. Photographie: Jason Reed / Reuters
"Obama a accru sa perception de sa volonté d'être président en choisissant Joe Biden tandis que McCain s'est blessé en choisissant Sarah Palin", a déclaré Devine, ajoutant: "Vous pouvez vraiment vous blesser en tant que candidat à la présidentielle en choisissant quelqu'un qui n'est pas clairement qualifié."

Stephanie Cutter, une stratège démocrate qui a travaillé sur la campagne présidentielle de John Kerry en 2004, a souligné l'importance de la chimie personnelle.

Elle a rappelé la décision de Kerry de choisir le sénateur de Caroline du Nord John Edwards plutôt que le député du Missouri Dick Gephardt. Kerry aimait Gephardt mais il craignait que le député n'excite pas les électeurs - et qu'il était peu probable qu'il gagne son etat d'origine.

"En fin de compte, on pouvait voir qu'il n'y avait pas de chimie", a déclaré Cutter. «Cela comptait pour la performance du ticket. »

Dans la recherche de Biden pour son propre «Biden», il a cité à plusieurs reprises sa relation étroite avec Obama comme modèle.

Le partenariat directeur entre Obama et Biden était un «mariage fait dans le ciel politique», a déclaré Jules Witcover, un historien qui a beaucoup écrit sur la vice-présidence et est l'auteur de la biographie Joe Biden: une vie de procès et de rédemption.

Au lieu de créer un record pour lui-même, Biden s'est consacré à soutenir l'agenda du président Obama
Jules Witcover
"Au lieu de créer un record pour lui-même, Biden s'est consacré à soutenir l'agenda du président Obama", a-t-il déclaré. "En retour, Obama a fait de lui le partenaire gouvernemental le plus complet possible."

Witcover a noté qu'Obama a chargé Biden de superviser l'effort de 2009 de l'administration pour sauver le pays de ce qui était alors le plus grand effondrement économique depuis la Grande Dépression.

Biden pense que l'ampleur de la crise économique dont il pourrait hériter en janvier 2021 pourrait rivaliser avec celle de Franklin Roosevelt en 1933. En tant que tel, il a clairement indiqué qu'il était à la recherche d'un colistier en qui il pouvait avoir confiance pour mener à bien ses principales fonctions présidentielles. ordre du jour.

"Vous devez pouvoir vous tourner et dire à votre vice-président:" C'est votre responsabilité "", a déclaré Biden l'année dernière. "Parce que le travail est trop gros pour un homme ou une femme."


Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyLun 27 Avr 2020 - 21:35

Joel

Il n'est pas certain que Biden sera le candidat élu du parti démocrate d'ici la convention ... Il semble y avoir trop de doute sur les Agressions sexuelles qu'il aurait commises ,il y a quelques années .

Le gouverneur Como est en réserve de la république .
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyMer 29 Avr 2020 - 8:32

Vous tombez dans le panneau de ces aggressions sexuelles?

La fameuse machine de desinformation republicaine vraiment ne chome pas.
Qui va l'attaquer sur ce sujet ,le "KADEJAKE" TRUMP?

BIDEN sera le candidat du PARTI DEMOCRATE ,a moins que sa sante ne lui permette pas.

Hier avec les primaires de l'OHIO,BIDEN a officiellement scelle la nomination.

Ses delegues devraient voter pour lui au premier ballot.

MARC;
Ne souhaitez pas une victoire de TRUMP en NOVEMBRE.
Les ETATS UNIS,LE MONDE seraient foutus.Un BIDEN diminue est mille fois preferable a TRUMP.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyMer 29 Avr 2020 - 9:00

Je suis 100% avec vous Joel . Il faut se débarrasser de Trump , je n'ai aucun doute la-dessus . Il n'empêche que les accusations d'agressions sexuelles sont la. Je sais que les républicains s'en sortent très bien avec de telles accusations dans le passé (Trump et le juge de la cour suprême ) .
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyMer 29 Avr 2020 - 13:38

Croyez moi,MARC avec les centaines de MILLIONS que les REPUBLICAINS ont dans leur sarcoche et qu'ils depensent dans leur campagne de desinformation;cette affaire d'aggressions sexuelles de BIDEN n'a pas de traction dans le grand public.
Je partage plutot avec vous un dernier commentaire du New YORK TIMES sur l'election a venir:

Joe Biden Is Not Hiding. He’s Lurking.
Never get in the way of an incumbent who is digging his own grave.

Michelle Cottle
By Michelle Cottle
Ms. Cottle is a member of the editorial board.

April 28, 2020

988

In his virtual appearances during the national crisis, Joe Biden is treading lightly.
In his virtual appearances during the national crisis, Joe Biden is treading lightly.Credit...Damon Winter/The New York Times
Rarely has America been in greater need of competent, reassuring leadership. The pandemic has brought out the worst in President Trump, who continues to behave as if he’s presiding over a sick spinoff of “The Apprentice” during sweeps week. His misinformation briefings are such a disgrace that his advisers have sought to downsize them. His hawking of drugs of unproven efficacy and potential lethality is grossly irresponsible. His call for citizens to “LIBERATE” certain (Democratic-led) states from his own administration’s social-distancing policies was nuts. And just when you thought his performance could not get more erratic, there he was, musing about “cleaning” Covid-19 patients with a shot of disinfectant.

A majority of Americans, polling shows, are unimpressed.

For many Democrats, the remedy is obvious: Former Vice President Joe Biden, the party’s presumptive nominee for president, should be elbowing his way into the conversation. He should be doing more interviews, issuing sharper critiques, proffering better plans — basically presenting himself as a smarter, steadier alternative to Mr. Trump. Since the pandemic took hold, there has been much discussion about Mr. Biden’s having become “invisible” and what it will take for him to break through. (Even he is said to be growing twitchy.) Why, frustrated supporters fret, won’t he fight for a higher profile?

There are plenty of good answers to this question. Some speak to the basic political reality of national crises and some to Mr. Biden’s particular quirks.

First, the basics: In times of upheaval — be it a war, terror attack, hurricane or pandemic — the commander in chief commands center stage. No matter how ill equipped a president may be, he is the nation’s daddy figure, and anxious Americans look to him for guidance and action.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

Political challengers must tread carefully. They can offer alternative visions, but they cannot come across as second-guessing the president’s every move from the safety of their rec rooms. If an opponent hits too hard too often, he risks looking as though he’s playing politics while Americans are dying.

Mr. Biden is in an even more delicate spot than some of his former primary rivals. He is not a governor, a member of Congress, a mayor or even a school superintendent. He has a platform but no authority. What he can essentially do is criticize and opine about how things should be done — how he would do things — if only.

Team Biden is in fact doing a lot of this, through statements, surrogates, social media and other avenues. Before Mr. Trump’s briefings, the Biden campaign sends out “Key Questions for Donald Trump” to reporters, focused on the topics du jour: why the head of the agency tasked with finding a coronavirus vaccine was removed; what is being done to address a potential shortage of coronavirus tests; why publicly traded companies are receiving relief funding earmarked for small businesses. Post-briefing, the team sends out Mr. Biden’s response.

But again, the candidate has to pick his moments, especially with personal appearances, to avoid seeming to undermine the president during a national meltdown. Criticisms must be targeted and measured. (Mr. Biden has, for instance, repeatedly called on Mr. Trump to fully utilize the Defense Production Act.) Of course, without a frontal assault, he will have a tough time getting attention. The media respond to heat more than light. But that is Mr. Trump’s turf, and those who try to play on it tend to get burned.

ADVERTISEMENT

Continue reading the main story

It would take a world-class political talent to walk the fine line required here — a communicator on the level of Barack Obama, Ronald Reagan or Bill Clinton. Mr. Biden is not that person. He was a discursive gaffe machine well before questions arose about whether age has made him lose a step. Where he shines is making politics feel personal, with an emphasis on empathy and compassion. He is doing this in his virtual appearances. It’s just not winning him major coverage.

Related
More on the Joe Biden campaign.
A Candidate in Isolation: Inside Joe Biden’s Cloistered CampaignApril 25, 2020

Does the Biden Bump Have More to Do With Trump?April 27, 2020

Biden Is Losing the Internet. Does That Matter?April 16, 2020

The campaign is not slacking. Mr. Biden is doing numerous TV and radio hits, targeting specific audiences with appearances on local stations in swing states, and on Spanish-language radio and the late-night circuit. In recent weeks, he has chatted with Jimmy Fallon, Jimmy Kimmel, James Corden and Desus & Mero. He has also been interviewed by some of the usual suspects, such as Chuck Todd and George Stephanopoulos.

Mr. Biden is also hosting virtual events, such as a happy hour with younger voters and an Earth Day town hall with former Vice President Al Gore. He is putting out plans on issues ranging from “A Clean Energy Revolution” to the pandemic-focused “4-point plan for our essential workers.” In an April 12 Op-Ed in The Times, he outlined his thoughts on how to “safely reopen America.”

And he has started his own podcast, called “Here’s the Deal,” where he can talk about whatever he likes, with whomever he likes, from Amy Klobuchar and Gov. Gretchen Whitmer of Michigan to the presidential historian Jon Meacham and, in a special Easter edition, the Rev. Dr. William J. Barber II.

The campaign could stand to get looser and more creative, upping its social media game in particular. (Close your eyes and picture Joe Biden as a TikTok phenom.) Having essentially secured the nomination, Mr. Biden should move to mine the talent and ideas of former rivals. Now is the time to try out new tricks, while most of the electorate is focused on more pressing matters.

Now is also a prime opportunity for Mr. Biden to do lower-profile coalition building, reaching out to progressive activists and influencers. He has the time and space to woo disappointed Bernie Bros and Elizabeth Warren fans, to let them know he cares.

A new NBC News/Wall Street Journal survey indicates that Mr. Biden’s messaging on the pandemic is not breaking through, but it also gives him an 11-point edge over Mr. Trump in whom voters trust to handle a crisis — and a nine-point edge in whom they trust to handle the coronavirus crisis specifically. As for the election, multiple new polls show Mr. Biden running ahead of the president in battleground states.

Much can happen in six months. But there’s no reason to believe that having Mr. Biden more in the president’s face at this time would help him in November. Better for now to keep the election a referendum on Mr. Trump.

As one former Democratic operative put it, “When a guy is digging his own grave, you don’t fight him for the shovel.”


The Times is committed to publishing a diversity of letters to the editor. We’d like to hear what you think about this or any of our articles. Here are some tips. And here’s our email: letters@nytimes.com.

Follow The New York Times Opinion section on Facebook, Twitter (@NYTopinion) and Instagram.

Michelle Cottle is a member of the editorial board. @mcottle

READ 988 COMMENTS
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyVen 1 Mai 2020 - 8:00

Oui Joel , c'est une excellente analyse du New York Times mais ...
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyVen 1 Mai 2020 - 16:54

Oui,mais ,oui.

La peur est mauvaise conseillere.

Il y a environ 40% de la population americaine qui sont prets a voter pour TRUMP,"no matter what".

Ces gens sont en train de perdre leur statut dominant pendant ces dernieres annees et pour ca ils n'hesitent pas a voter contre leurs interets economiques.

En d'autres temps ,je n'hesiterais pas de dire que TRUMP n'aurait aucune chance de gagner les prochaines elections.
TRUMP traine dans tous les sondages ,meme dans les ETATS CLES ,comme ceux du MIDWEST et LA FLORIDE ou l'election se decide.

Je suis d'accord avec vous

OUI,MAIS!!!!!!!

Et puis le PARTI REPUBLICAIN se dit pret a depenser 1 MILLIARD de DOLLARS pour l'election.
C'est beaucoup d'argent!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 2 Mai 2020 - 11:58

Joel

Voyez-vous que cette affaire continue à mettre la pression sur la candidature de Biden . La question est pourquoi NY Times n'a pas jamais insisté pour enquêter sur Trump ? Pourquoi Trump n'a pas eu autant de problèmes dans ses nombreuses accusations d'agressions sexuelles ?
Voici un édito de NY Times _ Croyez-vous que les démocrates devraient faire enquête ?

https://www.nytimes.com/2020/05/01/opinion/biden-tara-reade.html?action=click&module=Opinion&pgtype=Homepage
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 2 Mai 2020 - 14:49

Ce serait dommage.

Les REPUBLICAINS sont IMPITOYABLES.

Que ces allegations sont vraies ou fausses ,ce n'est pas la ,la question.

C'etait comme les questions sur les e-mails de HILLARY CLINTON.

On n'en n'entend plus parler,mais ca a contribue a nous donner un PRESIDENT ANALPHABETE,dangereux.

C'etait en ce qui nous concerne ,les accusations de "BEBE LAN PILON" contre ARISTIDE.

Les DEMOCRATES sont terrifies avec cette histoire.
Alors que les victimes du CORONAVIRUS approchent 70000 "and counting" BIDEN doit passer son temps a repondre a "un evenement" qui aurait pris place ,il y a 27 ans.

La possibilite d'une reelection de TRUMP est enorme ,pour les ETATS UNIS et pour le monde comme je le disais auparavent.

Revenir en haut Aller en bas
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6070
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 2 Mai 2020 - 20:03

Joël,


Gen. Moun ki koumanse ap mande pou Biden retiré kandidati l pou prezidans la

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
https://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 3 Mai 2020 - 9:46

Se ta garanti pou DEMOKRAT yo pedi.

Li ta retire KANDIDATI l e ranplase l pa kiyes?

BERNIE SANDERS ,ki gen plis delege apre BIDEN.
REPIBLIKEN yo te ap priye pou SANDERS te genyen NOMINASYON an ;yo te deja ap prepare yon KANPAY "KOUPE TET BOULE KAY" pou di ke misye se KOMINIS.

Ou ta gen dwa di pou CUOMO ta ranplase l?

ADYE !!!!

REPIBLIKEN yo ta mennen yon KANPAY "PWENN FE PA" pou peswade patizan SANDERS yo ,ke yo yo volo NOMINASYON an ,lan men yo.

Pa gen chwa ,BIDEN deja ranmase kelke SANTENN DE MILYON DOLA ,se pou l monte KANSON l pou l konfwonte SITIYASYON an.

Lan PEYI 330 MILYON MOUN sa a ,si w pa COJONES,ou pa gen GNB ou pa kouri pou prezidan.


http://theguardian.com/us-news/2020/may/02/tara-reade-joe-biden-accusation-sexual-assault-report

Tara Reade dit qu'elle n'a pas explicitement accusé Biden d'agression dans un rapport du Sénat
Reade a dit qu'elle avait «trop peur d'écrire sur l'agression sexuelle»
AP a interviewé Reade en 2019 après avoir été accusé d'avoir touché
Qui est Tara Reade et quelles sont ses allégations contre Biden?
Opinion: minimiser les allégations de Biden endommagera #MeToo
Associated Press à Washington

Sam.2 mai 2020 15.04 EDTDernière modification: sam.2 mai 2020 19.13 EDT
Actions
403
Joe Biden s'exprime à Wilmington, Delaware, le 12 mars.
Joe Biden s'exprime à Wilmington, Delaware, le 12 mars. Photographie: Drew Angerer / Getty Images
Tara Reade, l'ancienne employée du Sénat qui allègue que Joe Biden l'a agressée sexuellement il y a 27 ans, a déclaré qu'elle avait déposé un rapport limité auprès d'un bureau du personnel du Congrès qui ne l'accusait pas explicitement d'agression sexuelle ou de harcèlement.

"Je me souviens avoir parlé de lui voulant que je sers des boissons parce qu'il aimait mes jambes et pensait que j'étais jolie et cela me mettait mal à l'aise", a déclaré Reade. «Je sais que j'avais trop peur d'écrire sur l'agression sexuelle.»

Reade a dit qu'elle a décrit ses problèmes avec Biden, alors sénateur du Delaware, mais «le mot principal que j'ai utilisé - et je sais que je n'ai pas utilisé le harcèlement sexuel - j'ai utilisé« inconfortable ». Et je me souviens de «représailles». »

Reade a décrit le rapport après que l'AP a découvert les transcriptions et les notes des entretiens avec Reade l'année dernière dans lesquels elle a dit qu'elle "s'était dégonflée" après être allée au bureau du personnel du Sénat.

L'AP a interviewé Reade en 2019 après avoir accusé Biden de contacts inconfortables et inappropriés. Elle n'a soulevé aucune allégation d'agression sexuelle contre Biden avant cette année, au moment où il est devenu le candidat présumé démocrate à la présidentielle.

L'existence du rapport du Sénat est devenue un élément clé des accusations contre Biden, ce qu'il a catégoriquement nié . Reade dit qu'elle n'a pas de copie du rapport, et Biden a déclaré vendredi qu'il n'était au courant d'aucune plainte contre lui. Il a demandé au Sénat et aux Archives nationales de localiser une plainte de Reade.

Reade suggère que même si le rapport fait surface, cela ne corroborerait pas ses allégations d'agression parce qu'elle a choisi de ne pas les détailler à l'époque.

Selon une transcription de son interview de 2019, Reade a déclaré: "Ils ont ce bureau de conseil ou quelque chose comme ça, et je pense que je suis entré une fois, mais j'ai ensuite dégonflé."

Elle a fait une déclaration similaire dans une deuxième interview le même jour, selon des notes écrites.

Vendredi, Reade a déclaré qu'elle faisait référence à avoir «dégonflé» en ne déposant pas d'allégations de harcèlement ou d'agression. Au cours de plusieurs interviews, elle a insisté pour qu'elle dépose un «formulaire d'admission» au bureau du personnel du Sénat, qui comprenait ses coordonnées, le bureau pour lequel elle travaillait et quelques détails sur ses problèmes avec Biden.

Samedi, Reade a déclaré à l'AP qu'il y avait peut-être une case à cocher sur le formulaire notant une plainte de harcèlement sexuel, mais elle ne s'en souvenait pas et ne le savait pas avant d'avoir vu le formulaire. Reade a également déclaré qu'elle avait annulé une interview télévisée prévue avec Fox News dimanche pour des raisons de sécurité.

Reade était l'une des huit femmes qui se sont manifestées l'année dernière avec des allégations selon lesquelles Biden les mettait mal à l'aise avec des manifestations d'affection inappropriées. Biden a promis d'être «plus soucieux de respecter l'espace personnel à l'avenir».

Lors de l'une des interviews d'avril 2019 avec l'AP, Reade a déclaré que Biden se frottait les épaules et le cou et jouait avec ses cheveux. Elle a dit qu'un assistant du bureau du Sénat de Biden lui avait demandé de s'habiller de façon plus conservatrice et avait dit: "Ne sois pas si sexy."

Elle a dit à propos de Biden: «Je n'avais pas peur de lui, qu'il allait m'emmener dans une pièce ou quoi que ce soit. Ce n'était pas ce genre d'ambiance. "

L'AP a examiné les notes de ses entretiens de 2019 après que Reade eut présenté en mars des allégations d'agression sexuelle. Vendredi, les journalistes ont découvert une transcription et des notes supplémentaires.

Un enregistrement d'une interview a été supprimé avant l'émergence de Reade en 2020, conformément à la pratique standard du journaliste. Une partie de cette interview a également été enregistrée sur vidéo, mais pas la partie dans laquelle elle a parlé d'avoir «dégonflé».

L'AP a refusé de publier les détails des entretiens de 2019 à l'époque, car les journalistes n'étaient pas en mesure de corroborer les allégations de Reade, et certains aspects de son histoire étaient en contradiction avec d'autres reportages.

Ces dernières semaines, Reade a déclaré à l'AP et à d'autres organes de presse que Biden l'avait agressée sexuellement, la poussant contre un mur au sous-sol d'un immeuble de bureaux de Capitol Hill en 1993, la tâtonnant et la pénétrant avec ses doigts. Elle dit qu'elle a été licenciée du bureau de Biden après avoir déposé une plainte auprès du Sénat pour harcèlement.

L'accusation a troublé la campagne présidentielle de Biden, suscitant l'anxiété chez les démocrates. Les républicains ont accusé les partisans de Biden d'hypocrisie, affirmant qu'ils avaient rapidement cru les femmes qui avaient accusé Donald Trump et d'autres conservateurs d'agression. Trump a fait face à de multiples accusations d'agression et de harcèlement, ce qu'il nie.

Reade dit qu'elle était réticente à partager les détails de l'agression lors de ses premières conversations avec les journalistes il y a plus d'un an parce qu'elle avait peur des réactions violentes et qu'elle acceptait toujours ce qui lui était arrivé.

Deux des associés de Reade ont déclaré publiquement la semaine dernière que Reade avait eu des conversations avec eux, affirmant qu'ils corroboraient des aspects de son allégation. L'un, un ancien voisin, a déclaré que Reade lui avait parlé de l'agression présumée quelques années après que Reade eut dit que cela s'était produit. L'autre, une ancienne collègue, a déclaré que Reade lui avait dit qu'elle avait été harcelée sexuellement par son patron lors de son précédent emploi à Washington.

L'AP a également parlé à deux autres personnes, qui ont parlé sous couvert d'anonymat pour protéger la vie privée de leurs familles, qui a déclaré que Reade leur avait parlé d'aspects de ses allégations contre Biden il y a des années.

Un ami, qui connaissait Reade en 1993, a déclaré que Reade leur avait parlé de l'agression présumée lorsqu'elle s'est produite. Le deuxième ami a rencontré Reade plus d'une décennie après l'incident présumé et a confirmé que Reade avait eu une conversation avec l'ami en 2007 ou 2008 au sujet du harcèlement sexuel de Biden alors qu'il travaillait dans son bureau du Sénat.


Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyLun 11 Mai 2020 - 11:56

Joel

Nou wè ke ansyen prezidan Obama antre nan batay la pou deloge Trump . Nap gade si Ansyen prezidan Bush ap suiv misye tou memsi misye se repibliken . Il doit garder une certaine dignité quand même
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 16 Mai 2020 - 12:28

Bliye sa MAK!!!!

Pa janm gen tankou e mwen pa kwe ap janm gen tankou TRUMP.

Gen anpil REPIBLIKEN ki ap fe KANPAY ouvetman ou anba CHAL pou BIDEN.
Yo rele yo "NEVER TRUMP".

Si w konprann ke se pou w gade "une certaine dignite" pou w fe kanpay kont TRUMP;men ou men w chire.

Kounye an ,pwogram REPIBLIKEN yo se atake OBAMA 24 SOU 24.

Espwa yo se pa "ricochet" sa y ap di yo ,mas labou y ap voye yo ka sal BIDEN tou.

Ke sa y ap di yo gen verite ou pa gen verite ,sa pa gen okenn enpotans.

Pou retounen lakay,ou sonje ATAK ke GNBis yo te konn ap fe sou ARISTIDE sou RADYO yo ,tankou misye ta responsab LANMO JEAN DOMINIQUE ,ou byen ke SO ANNE te fe yon SEREMONI ,griye yon BEBE lan pilon pou ARISTIDE ra rete sou POUVWA a ?

Ou konn ki jan bagay sa a te fini!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptySam 16 Mai 2020 - 19:43

Wi Joel
Batay sa se gason kanpe red . Mwen swete ke Obama ap kontinye vire loloj Trump jiska la fin . Kanpay prezidansyel sa ap sal anpil
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 17 Mai 2020 - 6:43

Joel

Wou fe yon bel paralel ant konpoteman gnbis yo ak republiken yo . Sel diferans Obama pa Aristide . Misye lib pou l pale contrairemen ak Aristide ki refise konfwonte vye gnbis yo .

Fuck tout gnbis , vive la verité
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16683
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 17 Mai 2020 - 10:10

Sa mwen dako ak ou.

Mwen li anpil sou KOUDETA 2004 lan e m ap eseye konprann pouki sa NEG yo kolabore ak ENPERYALIS yo lan KOUDETA a.

Enperyalis yo pa fe KOUDETA pou benefisye PEYI yo.

Pa menm yon sel fwa.

Fuck GNBis ki detwi e kontinwe ap detwi ti PEYI kote nou soti an.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 17 Mai 2020 - 20:32

Joel
An retounen sou kanpay mereken a . Mwen koumanse renmen duel la . Map tann tankou on pwa tann lekip de kanpay de Biden . Mwen remake anpil jwe sou Obama koumanse ap mobilise yo pou chavire Trump fwa sa .
Definitivman , Trump pa sipose fe 2 manda .
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9555
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  EmptyDim 17 Mai 2020 - 20:33

Obama Satiyet Trump anpil nan diskou graduation eleve 2020  yo . Trump ak Pitit li yo mande anraje .
Obama sanble vle jwe wol leader de l'opposition contre Trump ak akolit li yo .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Pou ZANMI mwen MAK  Empty
MessageSujet: Re: Pou ZANMI mwen MAK    Pou ZANMI mwen MAK  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pou ZANMI mwen MAK
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: