Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Support Téléphone Voiture à Fente ...
Voir le deal
12.99 €

 

 Le leadership de CUBA s'emBRUNize

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16695
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le leadership de CUBA s'emBRUNize Empty
MessageSujet: Le leadership de CUBA s'emBRUNize   Le leadership de CUBA s'emBRUNize EmptyMer 17 Juin 2020 - 10:24

Il y avait toujours la reproche que CUBA qui se dit pas avoir de discrimination raciale mais le leadership avait tendance d'avoir la peau "claire"
CUBA ou 2/3 de la population est d'origine africaine.
http://negracubanateniaqueser.com/2018/04/25/por-que-no-es-noticia-que-cuba-tenga-tres-personas-negras-en-la-vicepresidencia-del-pais

La mieux connue est INES MARIA WAUGH  responsable de RISQUES et DESASTRES a CUBA.Elle est d'une abilite exemplaire (world class)

Il y a quelques jours à peine, la République de Cuba a elue un nouveau président et, la neuvième législature de l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, la plus haute instance dirigeante de l'archipel, a élu un nouveau Conseil d'État.

Les attentes concernant la nomination de l'ancien professeur d'université  Miguel Díaz-Canel Bermúdez , en dépit du fait qu'il s'agissait d'un secret de polichinelle, et de l'euphorie et de l'incertitude suscitées par un supposé Cuba sans Castro, entre autres, ont rendu évident un silence presque retentissant. à ce sujet, quatre Noirs (deux hommes et deux femmes) feront partie, jusqu'en 2023, du sommet du gouvernement cubain.

D'un autre côté, plusieurs personnes ont écrit pour m'interroger sur ce «noircissement» du pouvoir à Cuba. Lors de la précédente législature, nous avions déjà des postes de haut niveau pour les deux hommes, Juan Esteban Lazo Hernández et Salvador Valdés Mesa et, avec la sélection d'Inés María Chapman Waugh et Beatriz Jhonson Urrutia comme vice-présidents, le gouvernement "prend plus de couleur", pour l'appeler en quelque sorte,

Avant de parler de ces Afro-Cubains, je voudrais m'arrêter sur la nomination de l'ingénieur agronome Salvador Valdés Mesa au poste de premier vice-président et la ratification de Juan Esteban Lazo Hernández , président de l'Assemblée nationale du pouvoir populaire.

Salvador Valdés Mesa, qui était autrefois secrétaire général de l'Union nationale des travailleurs cubains, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, secrétaire général des travailleurs agricoles, entre autres, n'est pas de la génération des "historiques", il est entendu, ceux qu'en 1959, ils ont dirigé la Révolution, mais plus tard. C'est pourquoi sa nomination en tant que premier vice-président revêt une certaine importance, compte tenu également du fait que les historiens quittent le pouvoir, pour la plupart, lorsqu'ils «empiyaman» (défenestrate) ou meurent.

Esteban Lazo non plus, comme il est connu, a ratifié en tant que président de l'Assemblée nationale dans cette législature, un poste qu'il occupait depuis 5 ans, auquel s'ajouteront les cinq qui viennent de commencer et, si tout va bien, Il devra partir en 2023, à l'âge de 79 ans.

Avant d'atteindre le moment actuel, Lazo a accumulé une trajectoire large et diversifiée dans le pouvoir politique de Cuba, parmi eux ayant occupé consécutivement le secrétariat du Parti communiste de Cuba dans les provinces de Matanzas, Santiago de Cuba et La Havane. Depuis 1981, il est député et depuis 1992 vice-président du Conseil d'État.

Il était également connu pour représenter l'État dans les questions liées aux relations bilatérales avec les pays des Caraïbes, d'Afrique et d'Asie. Le 25 février 2013, il a été élu président de l'Assemblée nationale du pouvoir populaire de Cuba.

LES NOIRS CUBAINS DOIVENT ÊTRE
Comme je le disais plus tôt, à Cuba, deux femmes noires viennent d'être choisies parmi les sept personnes pour occuper des postes à la vice-présidence du pays. Les jeunes femmes, en passant, compte tenu du vieillissement du Parlement cubain (un peu plus de 13% des députés de moins de 35 ans).

Elles sont:


Tiré de Cubadebate.
Ines María Chapman Waugh est une femme de Holguin, ingénieur de profession, maître en génie hydraulique et président de l'Institut national des ressources hydrauliques. Comme je l'ai dit à un ami, il n'y a pas de Cubain ou de Cubaine qui ne la connaisse pas, puisqu'elle a été le visage de l'Institut qu'elle dirige, pour offrir des informations pertinentes et fiables, pendant la saison cyclonique qui secoue chaque année les îles cubaines.

Chapman Waugh était député à l'Assemblée nationale pour sa VII législature et depuis 2008 est membre du Conseil d'État. En 2011, elle a été élue membre du Comité central du Parti communiste de Cuba.

Également ingénieur de profession, Beatriz Jhonson Urrutia de Santiago a  été élue vice-présidente de l'Assemblée provinciale du pouvoir populaire à Santiago de Cuba, en 2011. Depuis juillet 2016, elle est présidente de cet organe gouvernemental.

En 2013, Jhonson Urrutia est arrivé comme député au Parlement cubain. Au septième Congrès du Parti, elle a été élue membre du Comité central.

Toutes deux sont des femmes issues de la base, qui ont développé une carrière professionnelle avant d'atteindre le poste qu'elles occupent actuellement ou parallèlement à leur carrière politique.

Comme je l'ai dit récemment dans un texte consacré à la politique costaricienne  Epsy Campbell , personne ne leur a rien donné, bien au contraire; précisément parce que ce sont des femmes noires, elles doivent avoir partagé leur vie en étudiant et en travaillant pour arriver là où elles sont aujourd'hui; qui ne se termine pas avec l'arrivée, commence maintenant une sorte de "test" juste parce qu'ils sont noirs, c'est-à-dire "ils le font à l'entrée ou à la sortie".

LE SILENCE EST AUSSI RACISME
Maintenant, pourquoi ces désignations n'ont-elles pas été prises avec enthousiasme, ou même suffisamment soulignées, par la presse et les gens en général? Cela me rend suspect étant donné que, dans la législature actuelle, c'est une nouveauté retentissante; Díaz-Canel était un morceau de gâteau. En outre, la presse se concentre désormais sur la "Première Dame" et d'autres frivolités et elle ne prête toujours aucune attention à cette question.

Le premier point est que l'invisibilité est l'un des modes de fonctionnement du racisme, le silence le dit aussi et parfois plus que le mot. À mon avis, ce qui se passe est la conjonction de la «peur du noir» ontologique avec le néo-racisme de tous les jours, qui inclut également la considération que parler de noirceur, de racisme et de discrimination raciale divise la nation.

Concernant ce dernier en particulier, je tiens à ajouter que même parmi les personnes les plus engagées dans d'autres causes politiques et activistes, on continue de penser que la question raciale, dans toutes ses dimensions, dilue un objectif suprême, quel qu'il soit, se questionnant de l'utilisation de termes tels que « afro-cubain » à l'existence d' un racisme structurel à Cuba.

Bien que l'on ait tendance à considérer que le thème racial ne subira aucun changement, il est important de noter que l'élection de ces personnes, et notamment des deux vice-présidents, plaide en faveur de l'inclusion ou du moins de preuves qui ont été prises en compte. le sujet dans les hautes sphères de pouvoir de l'île

De toute évidence, aucune personne occupant un siège à l'Assemblée nationale n'a un programme antiraciste. Je veux aller plus loin en veillant à ce qu'ils ne puissent pas le faire siéger au Parlement cubain et je le comprends comme une preuve du racisme en soi, avec les particularités du système électoral cubain et comment il devient "politique" à Cuba, pays où l'activisme indépendant est en dehors des espaces légitimes du pouvoir, et qui inclut des personnes sans intérêts politiques ou aucune reconnaissance publique, peut siéger pendant cinq ans dans la plus haute instance gouvernementale de l'archipel.

Il serait également nécessaire de convaincre les dirigeants du gouvernement cubain que le racisme est le problème le plus urgent que la société cubaine connaît aujourd'hui; dans la mesure où elle est liée à d'autres, comme la pauvreté, et entrave la jouissance des droits fondamentaux et universels, par exemple, l'accès à l'enseignement universitaire.

Une partie de cette crainte concernant la question raciale est également mise en évidence par le fait que de nombreux livres, recherches, thèses de doctorat, doctorats de maîtrise, etc. Ils n'ont pas encore eu un impact décisif sur les décideurs à Cuba. Je ne sais pas ce qu'il faudrait pour que le problème soit ouvertement reconnu, avec tout ce que cela implique, et pour proposer des politiques publiques de lutte contre le racisme.

La question raciale n'apparaît également comme un objectif explicite d'aucune des dix commissions de travail permanentes de l'Assemblée du pouvoir populaire, dont au moins trois d'entre elles me concernent: la Commission pour la protection des enfants, des jeunes et des Égalité pour les droits des femmes, les affaires économiques et l'éducation, la culture, la science, la technologie et l'environnement.

À CUBA, IL N'Y A PAS DE RACISME, VRAIMENT?
S'il y a un problème dans lequel les Cubains antagonistes s'unissent, c'est bien celui de la discrimination raciale. Les gens, pour et contre le gouvernement de Cuba, défendent à tout prix l'idée qu'à Cuba «les Noirs et les Blancs sont égaux», pour certains, tout aussi heureux, pour d'autres, tout comme les «escachaos».

Ce qui précède détourne la discussion à un point où nous devrions déjà mettre en œuvre des solutions aux problèmes, qui parviennent à diminuer, par exemple, la surreprésentation des Noirs et des Métis dans la population carcérale ou à permettre la mise en place d'actions positives dans le domaine de la Je travaille de mon propre gré.

De plus, certains qui s'opposent catégoriquement au gouvernement cubain de l'exil sur cette question reconsidèrent même leur position. Comme je l'ai dit il y a plus d'un an, les Noirs n'ont rien à attendre de certains secteurs de l'exil cubain .

Bildschirmfoto 2018-04-25 um 10.25.41
Image partagée sur FB par un internaute.
À l'époque, quelqu'un m'a demandé s'il y avait des politiques de quotas à Cuba. Je ne pouvais ni l'assurer ni la contredire; cependant, le fait qu'il y ait plus de Noirs dans cette représentation (imparfaite) du peuple cubain me remplit d'optimisme.

Aussi, comme je l'ai dit récemment pour Campbell, je ne demande rien à notre vice-président et à nos vice-présidents -attention à la couleur de la peau-, pas à d'autres députés; Le problème du racisme et de la discrimination à Cuba a besoin de l’aide de la société en général et de chacun, des espaces d’action et des quotas de pouvoir et de privilèges qu’elle détient.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le leadership de CUBA s'emBRUNize
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: