Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Grosses remises sur le calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Dragon Ball ...
43.99 € 69.91 €
Voir le deal

 

 Depatman DETA gen le voye siy ke yo lage JOVNEL

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17257
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Depatman DETA gen le voye siy ke yo lage JOVNEL Empty
MessageSujet: Depatman DETA gen le voye siy ke yo lage JOVNEL   Depatman DETA gen le voye siy ke yo lage JOVNEL EmptyMer 10 Fév 2021 - 13:29

http://theguardian.com/world/2021/feb/10/haiti-coup-attempt-allegations-jovenel-moise-president-term


Haïti dans une nouvelle crise au milieu des revendications de coup d'État et du différend sur le mandat du président
Jovenel Moïse a déclaré qu'il n'était `` pas un dictateur '' quelques heures après avoir ordonné l'arrestation de 23 personnes, ouvrant la voie à de nouvelles troubles

Des manifestants manifestent à Port-au-Prince, en Haïti, pour exiger la démission de Jovenel Moïse, le 7 février.
Des manifestants manifestent à Port-au-Prince, en Haïti, pour exiger la démission de Jovenel Moïse, le 7 février. Photographie: Valerie Baeriswyl / AFP / Getty Images
Peter Beaumont et Julian Borger
Mer 10 fév 2021 12.12 EST

11
Haïti a plongé dans une nouvelle crise politique au milieu d'allégations de tentative de coup d'État et d'un différend croissant sur la fin du mandat présidentiel de Jovenel Moïse.

Déclarant qu'il n'était «pas un dictateur» quelques heures après avoir ordonné l'arrestation de 23 personnes - dont un juge de la Cour suprême et un haut responsable de la police - Moïse a préparé le terrain pour de nouvelles turbulences.

Mardi, les États-Unis ont semblé commencer à se distancer de Moïse, se disant «profondément préoccupés» par les institutions fragiles d'Haïti - bien qu'ils se soient arrêtés avant de réprimander le président.


Les allégations de tentative de coup d'État - qui, selon Moïse, comprenaient des plans pour l'assassiner - ont marqué le dernier épisode de sa période controversée au pouvoir qui a été caractérisée par des élections frauduleuses, des manifestations, des difficultés économiques, la répression et une corruption endémique.


Des tueurs se cachent dans l'ombre alors que le chaos en Haïti prend une tournure sinistre
Lire la suite
Le pays des Caraïbes - la première république noire du monde après sa révolution contre la domination française - a une histoire marquée par la pauvreté, le régime autoritaire, l'instabilité politique et l'ingérence extérieure, y compris une longue occupation américaine. Il a du mal à se reconstruire depuis le tremblement de terre dévastateur de 2010 et l' ouragan Matthew en 2016 .

Sous le règne de Moïse au pouvoir, cependant, le pays est retombé dans la violence chaotique alors que Moïse a tenté de faire pression pour un référendum sur une nouvelle constitution qui, selon lui, facilitera le gouvernement du pays - une affirmation contestée par les critiques.

Au centre de la crise actuelle se trouve la question de savoir quand le mandat présidentiel de Moïse doit prendre fin - et s'il gouverne de manière inconstitutionnelle.

L'opposition haïtienne affirme que Moïse aurait dû démissionner le 7 février pour coïncider avec le cinquième anniversaire des élections de 2015 qui ont été annulées puis relancées un an plus tard en raison d'allégations de fraude.

Ils allèguent en outre que parce que Moise n'a pas tenu d'élections législatives en 2019 - et a depuis statué par décret après que le Parlement a été laissé sans législateurs - il a violé la constitution de 1987 du pays.

Moise et ses partisans rejettent cet argument, affirmant qu'il n'a pris le pouvoir qu'en 2017 après avoir remporté les élections à nouveau.

Police haïtienne à Port-au-Prince le 7 février.
Police haïtienne à Port-au-Prince le 7 février. Photographie: Valerie Baeriswyl / AFP / Getty Images
L'opposition avait contacté les trois juges de la Cour suprême pour nommer un président par intérim en attendant la tenue d'élections. Tous les trois ont été retirés de force par décret dimanche, alors que Moïse a annoncé que la police avait déjoué une tentative de coup d'État.

«Il y a eu une tentative d'assassinat contre ma vie», a-t-il déclaré lors d'un discours national en direct sur Facebook quelques heures plus tard. «Je remercie mon chef de la sécurité du palais. Le but de ces gens était de tenter ma vie. Ce plan a été abandonné.

Les détails du prétendu complot de coup d'État ont été fournis aux médias haïtiens - y compris l'implication présumée d'un ancien responsable du département d'État américain - et dans une vidéo prétendant inclure des conversations téléphoniques enregistrées entre les comploteurs présumés.

Les critiques de Moïse, y compris plusieurs membres du Congrès américain, l'ont accusé d'avoir fait ces allégations comme couverture de ses propres actions antidémocratiques.

Une lettre envoyée au secrétaire d'État américain, Antony Blinken, par les membres du Congrès démocrate Gregory Meeks et Yvette Clarke, a appelé l'administration Biden «à condamner« les actions antidémocratiques de Moise en Haïti, appelant à une transition démocratique du pouvoir dirigée par les Haïtiens ».

La semaine dernière, Washington a semblé soutenir l'argument de Moise selon lequel il devrait rester en fonction jusqu'en février 2022, mais l'ambassade des États-Unis en Haïti a précisé plus tard que «tous les acteurs politiques devraient se concentrer sur la restauration du peuple haïtien le droit de choisir ses législateurs en organisant des élections législatives en retard. dès que techniquement possible et des élections présidentielles peu après ».

«Nous sommes profondément préoccupés par toute action qui risque de nuire aux institutions démocratiques haïtiennes. Le décret est maintenant examiné pour déterminer s'il est conforme aux constitutions et aux lois d'Haïti », a déclaré l'ambassade.

Le mandat de Moise a vu Haïti secoué par des crises successives.

Une combinaison de la décision de Moise de mettre fin aux subventions aux carburants - et d' allégations sur l'utilisation abusive de quelque 2 milliards de dollars qui avaient été affectés à des programmes sociaux - a déclenché de grandes manifestations de rue contre lui, qui ont à leur tour alimenté une montée de la violence politique avec des allégations selon lesquelles la police et les gangs criminels avait été déployé.

Brocchit Edmond, ambassadeur haïtien aux États-Unis a déclaré au Guardian: «La plupart de l'attention est sur la situation actuelle après le 7 février, mais en même temps, nous ne voulons tout simplement pas que la communauté internationale perde son attention sur le grand projet alors que nous poussons , pour une nouvelle constitution.

«C'est un projet qui existe depuis 15 ans, mais le président Moïse veut l'avoir fait au moment où il quittera ses fonctions le 7 février 2022. Il veut partir pour avoir cela comme héritage.
Revenir en haut Aller en bas
 
Depatman DETA gen le voye siy ke yo lage JOVNEL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: