Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Men sa ki ap tann JOVNEL MOYIZ

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16962
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Men sa ki ap tann JOVNEL MOYIZ Empty
MessageSujet: Men sa ki ap tann JOVNEL MOYIZ   Men sa ki ap tann JOVNEL MOYIZ EmptyMar 23 Fév 2021 - 15:13

An 2009,AMERIKEN yo te repete lan ONDIRAS sa yo te fe an 2004 ann AYITI an.

Yon KOUDETA kont yon gouvenman nasyonalis sant-GOCH,eleksyon malatyong ke OLIGACHI an te patwonne.

Mesye ONDIRAS yo gen plis bagay lan men yo,paske yo genyen yon LAME SOLID anba PONYET yo.

TRUMP pa reyeli,SENATE DEMOKRAT yo ap sere BOULON mesyedam HERNANDEZ yo,tankou retire VIZA lan men tout NEG ak NEGES lan GOUVENMAN HERNANDEZ yo,elt...elt...

http://theguardian.com/world/2021/feb/23/us-democratic-senators-honduras-sanction-president-bill


Deeply alarming corruption': US bill would sanction Honduran president
Group of Democratic senators introducing legislation that would suspend certain US assistance

Juan Orlando Hernández, center, speaks as the national police chief, Orbin Galo, and the armed forces chief, Tito Livio Moreno, listen at the presidential palace in Tegucigalpa, on 16 February.
Juan Orlando Hernández, center, speaks as the national police chief, Orbin Galo, and the armed forces chief, Tito Livio Moreno, listen at the presidential palace in Tegucigalpa, on 16 February. Photograph: Orlando Sierra/AFP/Getty Images
Nina Lakhani
Tue 23 Feb 2021 11.46 EST

315
A group of influential Democratic senators are introducing legislation which would sanction the president of Honduras – an alleged drug trafficker and key US ally – and cut off financial aid and ammunition sales to the country’s security forces which are implicated in widespread human rights abuses and criminal activities.

The Honduras Human Rights and Anti-Corruption Act, co-sponsored by Senators Jeff Merkley, Bernie Sanders, Patrick Leahy, Ed Markey, Elizabeth Warren, Dick Durbin, Sheldon Whitehouse and Chris Van Hollen, would suspend certain US assistance to the Central American country until corruption and human rights violations are no longer systemic, and the perpetrators of these crimes start facing justice.

Joe Biden has vowed to tackle the root causes of migration from Central America’s northern triangle – Honduras, Guatemala and El Salvador – the most violent region in the world outside an official war zone, which accounts for most migrants and refugees seeking safety and economic opportunities in the US.

This bill makes clear that tackling migration from Honduras will be impossible if the US continues to prop up the president, Juan Orlando Hernández, and the security forces.

It lays bare the violence and abuses perpetrated since the 2009 military-backed coup, as a result of widespread collusion between government officials, state and private security forces, organized crime and business leaders.


Death of nurse detained over Covid curfew highlights violence faced by Honduran women
Read more
It also catalogues the systematic use of force against civilians, a clampdown on the freedom of speech and protest, and targeted attacks such as arbitrary arrests, assassinations, forced disappearances and fabricated criminal charges against human rights and environmental defenders, political opponents and journalists.

Advertisement
In the past year alone, at least 34,000 citizens have been detained for violating curfew and lockdown restrictions including nurse Kelya Martinez, who earlier this month was killed in police custody.

“The United States cannot remain silent in the face of deeply alarming corruption and human rights abuses being committed at the highest levels of the Honduran government,” said Merkley, who serves on the Senate foreign relations committee. “A failure to hold President Hernández, national officials and the police and military accountable for these crimes will fuel widespread poverty and violence and force more families to flee their communities in search of safety.”

This is the first time the Senate has proposed legislation which could genuinely threaten the post-coup regime, which has used drug money, stolen public funds and fraud to maintain its grip on power with few consequences from the international community.

Hernández, who has been identified as a co-conspirator in three major drug trafficking and corruption cases brought by New York prosecutors, would be investigated under the Kingpin Act to determine whether he is a designated narcotics trafficker – a criminal status given to drug bosses like Joaquín “El Chapo” Guzmán.

Hernández has repeatedly denied any links to drug trafficking including prior knowledge about his younger brother’s cocaine and arms deals for which he was convicted in New York last year.


Honduras elites blamed for violence against environmental activists
Read more
The bill also details Hernández’s role in the demise of the rule of law in the country: as a congressman, he supported the 2009 coup, and later created the militarized police force which is implicated in extrajudicial killings, oversaw a purge of the judiciary and pushed through unconstitutional reforms in order to stay in power and shield corrupt officials from prosecution.

Hernández, who has so far enjoyed a close relationship with key military and political leaders, would have his US visa revoked and assets frozen as part of the proposed sanctions.

The bill would also ban the export of munitions including teargas, pepper spray, rubber bullets, water cannons, handcuffs, stun guns, Tasers and semi-automatic firearms until the security forces manage 12 months without committing human rights violations. Financial assistance including equipment and training would also be suspended, though waivers in the national interest would remain possible. The US would also vote against multilateral development bank loans to the security forces.

“This legislation is designed to send a clear message to Biden that it will be impossible to tackle the root causes of migration without getting rid of Hernández and withdrawing support from the security forces which have a long track record of corruption, organised crime and repression,” said Dana Frank, professor of history at the University of California and author of The Long Honduran Night: Resistance, Terror, and the United States in the Aftermath of the Coup


What links a prison murder, a New York drug trial and the Honduras president?
Read more
In order for the restrictions to be lifted, Honduran authorities would need to demonstrate that it had pursued all legal avenues to prosecute those who ordered, carried out and covered up high-profile crimes including the assassination of indigenous environmentalist Berta Cáceres, the killing of more than 100 campesinos in the Bajo Aguán, the extrajudicial killings of anti-election fraud protesters, and the forced disappearance of Afro-indigenous Garifuna land defenders.





Corruption profondément alarmante '': un projet de loi américain sanctionnerait le président hondurien
Groupe de sénateurs démocrates présentant un projet de loi qui suspendrait certaines aides américaines

Juan Orlando Hernández, au centre, prend la parole pendant que le chef de la police nationale, Orbin Galo, et le chef des forces armées, Tito Livio Moreno, écoutent au palais présidentiel de Tegucigalpa, le 16 février.
Juan Orlando Hernández, au centre, prend la parole pendant que le chef de la police nationale, Orbin Galo, et le chef des forces armées, Tito Livio Moreno, écoutent au palais présidentiel de Tegucigalpa, le 16 février. Photographie: Orlando Sierra / AFP / Getty Images
Nina Lakhani
Mar.23 févr.2021 à 11h46 EST
[b]Un groupe de sénateurs démocrates influents présente une législation qui sanctionnerait le président du Honduras - un trafiquant de drogue présumé et un allié clé des États-Unis - et couperait l'aide financière et la vente de munitions aux forces de sécurité du pays, impliquées dans des violations généralisées des droits de l'homme et des activités criminelles. .

Le Honduras Human Rights and Anti-Corruption Act , coparrainé par les sénateurs Jeff Merkley, Bernie Sanders, Patrick Leahy, Ed Markey, Elizabeth Warren, Dick Durbin, Sheldon Whitehouse et Chris Van Hollen, suspendrait certaines aides américaines au pays d'Amérique centrale. jusqu'à ce que la corruption et les violations des droits de l'homme ne soient plus systémiques et que les auteurs de ces crimes commencent à être jugés.

Joe Biden a promis de s'attaquer aux causes profondes de la migration du triangle nord de l'Amérique centrale - Honduras , Guatemala et El Salvador - la région la plus violente du monde en dehors d'une zone de guerre officielle, qui représente la plupart des migrants et des réfugiés à la recherche de sécurité et d'opportunités économiques en les Etats Unis.

Ce projet de loi indique clairement qu'il sera impossible de lutter contre la migration en provenance du Honduras si les États-Unis continuent de soutenir le président, Juan Orlando Hernández, et les forces de sécurité.

Il met à nu la violence et les exactions perpétrées depuis le coup d'État de 2009 soutenu par l'armée, à la suite d'une collusion généralisée entre les représentants du gouvernement, les forces de sécurité étatiques et privées, le crime organisé et les chefs d'entreprise.


La mort d'une infirmière détenue à la suite du couvre-feu de Covid met en lumière la violence à laquelle sont confrontées les femmes honduriennes
Lire la suite
Il répertorie également le recours systématique à la force contre les civils, une répression de la liberté d'expression et de protestation, et des attaques ciblées telles que des arrestations arbitraires, des assassinats, des disparitions forcées et des accusations criminelles fabriquées contre des défenseurs des droits de l'homme et de l'environnement, des opposants politiques et des journalistes.

Au cours de la seule année écoulée, au moins 34 000 citoyens ont été détenus pour avoir violé le couvre-feu et les restrictions de verrouillage, y compris l'infirmière Kelya Martinez, qui a été tuée au début du mois en garde à vue .

«Les États-Unis ne peuvent pas garder le silence face à la corruption profondément alarmante et aux violations des droits de l'homme commises aux plus hauts niveaux du gouvernement hondurien», a déclaré Merkley, qui siège au comité des relations étrangères du Sénat. «Le fait de ne pas tenir le président Hernández, les responsables nationaux, la police et l'armée pour responsables de ces crimes alimentera la pauvreté et la violence généralisées et forcera davantage de familles à fuir leurs communautés à la recherche de sécurité.»

C'est la première fois que le Sénat propose un projet de loi qui pourrait véritablement menacer le régime post-coup d'État, qui a utilisé l'argent de la drogue, volé des fonds publics et la fraude pour maintenir son emprise sur le pouvoir avec peu de conséquences pour la communauté internationale.


Hernández, qui a été identifié comme co-conspirateur dans trois grandes affaires de trafic de drogue et de corruption portées par les procureurs de New York, ferait l'objet d'une enquête en vertu de la Kingpin Act pour déterminer s'il est un trafiquant de stupéfiants désigné - un statut criminel accordé aux chefs de la drogue comme Joaquín «El Chapo» Guzmán .

Hernández a nié à plusieurs reprises tout lien avec le trafic de drogue, y compris la connaissance préalable de la cocaïne de son jeune frère et des ventes d'armes pour lesquelles il avait été condamné à New York l'année dernière .


Les élites honduriennes accusées de violence contre les militants écologistes

Le projet de loi détaille également le rôle de Hernández dans l'effondrement de l'état de droit dans le pays: en tant que membre du Congrès, il a soutenu le coup d'État de 2009, puis a créé la force de police militarisée impliquée dans des exécutions extrajudiciaires, a supervisé une purge du pouvoir judiciaire et a poussé par des réformes inconstitutionnelles afin de rester au pouvoir et de protéger les fonctionnaires corrompus contre les poursuites.


Hernández, qui a jusqu'ici entretenu des relations étroites avec les principaux dirigeants militaires et politiques, verrait son visa américain révoqué et ses avoirs gelés dans le cadre des sanctions proposées.

Le projet de loi interdirait également l'exportation de munitions, notamment des gaz lacrymogènes, du gaz poivré, des balles en caoutchouc, des canons à eau, des menottes, des pistolets paralysants, des Taser et des armes à feu semi-automatiques jusqu'à ce que les forces de sécurité parviennent à gérer 12 mois sans commettre de violations des droits humains. L'aide financière, y compris l'équipement et la formation, serait également suspendue, bien que des dérogations dans l'intérêt national restent possibles. Les États-Unis voteraient également contre les prêts des banques multilatérales de développement aux forces de sécurité.

«Cette législation est conçue pour envoyer un message clair à Biden selon lequel il sera impossible de s'attaquer aux causes profondes de la migration sans se débarrasser d'Hernández et sans retirer le soutien des forces de sécurité qui ont une longue expérience de corruption, de crime organisé et de répression, »A déclaré Dana Frank, professeur d'histoire à l'Université de Californie et auteur de The Long Honduran Night: Resistance, Terror, and the United States in the Aftermath of the Coup.


Qu'est-ce qui lie un meurtre en prison, un procès pour drogue à New York et le président du Honduras?

Pour que les restrictions soient levées, les autorités honduriennes devraient démontrer qu'elles ont utilisé toutes les voies légales pour poursuivre ceux qui ont ordonné, commis et dissimulé des crimes de grande envergure, y compris l'assassinat de l'écologiste autochtone Berta Cáceres , le meurtre de plus plus de 100 campesinos dans le Bajo Aguán, les exécutions extrajudiciaires de manifestants contre la fraude électorale et la disparition forcée de défenseurs fonciers afro-indigènes garifuna .


Revenir en haut Aller en bas
 
Men sa ki ap tann JOVNEL MOYIZ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: