Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-41%
Le deal à ne pas rater :
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à 9.99€ – Livraison ...
9.99 € 16.99 €
Voir le deal

 

 Sous la rubrique-la politique francaise vue par le NEW YORK TIMES

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17121
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Sous la rubrique-la politique francaise vue par le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Sous la rubrique-la politique francaise vue par le NEW YORK TIMES   Sous la rubrique-la politique francaise vue par le NEW YORK TIMES EmptyDim 14 Mar 2021 - 13:39


http://nytimes.com/fr/2021/03/13/world/europe/perpignan-aliot-le-pen-macron.html

À Perpignan, l’extrême-droite rallie ‘les castors’
Dans cette ville méridionale, des électeurs qui avaient longtemps fait barrage à l’extrême-droite ont basculé aux dernières municipales. Un signe avant-coureur pour la prochaine présidentielle?

Perpignan est devenue l’an dernier la plus grande ville de France à passer sous contrôle  du Rassemblement National, le parti d’extrême-droite dirigé par Marine Le Pen.
Perpignan est devenue l’an dernier la plus grande ville de France à passer sous contrôle  du Rassemblement National, le parti d’extrême-droite dirigé par Marine Le Pen.Credit...Dmitry Kostyukov pour The New York Times
By Norimitsu Onishi and Constant Méheut
March 13, 2021
Read in English
PERPIGNAN, France — Forts de bons sondages en amont de la prochaine élection présidentielle, estimant avoir gagné la bataille des idées et sentant le vent tourner à l’Élysée, les leaders de l’extrême-droite française n’ont peut-être plus qu’un obstacle entre eux et le pouvoir: les castors.

C’est ainsi que certains en France surnomment ceux qui, d’un scrutin à l’autre, laissant de côté leurs différences politiques, choisissent d’élire n’importe qui plutôt que les candidats d’extrême-droite — érigeant un barrage contre ces derniers comme le font les vrais castors pour se protéger des prédateurs. C’est précisément ce qu’ont fait, aux municipales de 2014, les électeurs de Perpignan, cette ville médiévale méditerranéenne aux bâtisses couleur pastel située non loin de la frontière espagnole.

Mais l’année dernière le barrage a cédé, et Perpignan est devenue la plus grande ville à passer sous contrôle du Rassemblement National d’extrême-droite que dirige Marine Le Pen. Aujourd’hui, cette ville de plus de 120 000 habitants est scrutée avec attention : elle est un incubateur de la stratégie de l’extrême-droite et un potentiel signe avant-coureur de ce à quoi pourrait ressembler le deuxième match présidentiel opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron.

Une victoire de Mme Le Pen bouleverserait la France et l’Europe entière. Il a longtemps été considéré comme un principe acquis qu’un parti dont la direction a montré des signes d’antisémitisme, de nostalgie du nazisme et d’intolérance anti-immigrés n’arriverait jamais à remporter l’élection présidentielle.

Mais petit à petit, son parti a progressé bien plus que beaucoup de Français n’étaient prêts à l’admettre. L’arrivée de Mme Le Pen au second tour de la dernière présidentielle française, en 2017, a été un électrochoc pour le système.

Son combat est loin d’être gagné, vu l’historique de son parti en France, mais peut–être s’est-elle rapprochée de la ligne d’arrivée. Un sondage récent lui attribue un score égal à celui de M. Macron au premier tour de l’élection présidentielle de l’année prochaine, et une défaite par quelques points seulement au second. D’après un sondage publié jeudi dernier, 48% des Français estiment probable la victoire de Marine Le Pen à la présidentielle, soit 7% de plus qu’il y a six mois.

“Ils ont fait barrage depuis 2002 maintenant”, dit Louis Aliot, maire de Perpignan et cacique de longue date du Rassemblement National. “Alors leur redemander de faire barrage avec Macron, mais qu’est-ce qui a changé? Rien du tout.” Les barrages des électeurs ne sont plus efficaces, contrairement à ceux de l’animal, estime-t-il. “Les castors, quand ils construisent des barrages, ça marche.”

ImageLe maire de Perpignan, Louis Aliot, a réussi à modérer l’image de son parti  à Perpignan.
Le maire de Perpignan, Louis Aliot, a réussi à modérer l’image de son parti  à Perpignan.Credit...Dmitry Kostyukov pour The New York Times
En 2014, de nombreux électeurs de gauche comme de droite avaient formé avec succès un “front républicain” contre M. Aliot — de la même manière qu’ils avaient fait barrage à Mme Le Pen pour l’élection présidentielle de 2017 remportée par M. Macron.

Mais depuis lors, M. Aliot a réussi à adoucir l’image du parti à Perpignan et à convertir de nouveaux électeurs, tandis que certains castors désabusés sont restés chez eux ou ont voté blanc le jour de l’élection en 2020. M. Aliot a gagné haut la main — une forme de revanche contre le même adversaire qu’en 2014 qui, comme M. Macron, avait viré à droite et s’était présenté comme le meilleur rempart contre l’extrême-droite.

Qu’est-ce que la laïcité, concept si particulier à la France? Roger Cohen, chef du bureau New York Times à Paris, s’est penché sur cette question qui agite le pays.
Des idées nouvelles font bouger les lignes de la société française, qu’il s’agisse de féminisme, des questions d’identité et de race, des violences policières, de la liberté d’expression ou de la place de l’islam en France.
Après son interview avec l’écrivain Gabriel Matzneff, les reportages de Nori Onishi, du New York Times à Paris, ont enclenché une série de questionnements sur l’entre-soi du milieu littéraire parisien  et les abus sexuels longtemps passés sous silence.
Des jeunes Français actifs sur les réseaux sociaux réinventent des pratiques ancestrales comme la pêche à la ligne.

À l’échelle nationale, Mme Le Pen, qui fut pendant dix ans, jusqu’en 2019, la partenaire au civil de M. Aliot, adopte la même tactique d’assainissement de l’image de son parti, même si des questions demeurent quant à la réalité et la sincérité de ses efforts.

Elle a modéré le programme économique longtemps populiste de son parti — en renonçant par exemple à la proposition d’abandonner l’euro et en promouvant la réindustrialisation verte — tout en perpétuant, voire en durcissant, les positions-clés et fermes du parti sur l’immigration, l’islam et la sécurité.

Les efforts que déploie le parti pour se fondre dans les courants politiques traditionnels mettent M. Macron face à un dilemme. Sentant le danger politique à droite et sans réel challenger à sa gauche, il tente de combattre le Rassemblement National sur son propre terrain — en opérant un glissement vers la droite pour disputer à ce dernier les électeurs tentés de changer de camp. Ce faisant, M. Macron espère tenir l’extrême-droite à distance.

Mais ce changement a aussi contribué à destigmatiser l’extrême-droite, tout du moins nombre de ses propositions, selon les leaders du Rassemblement National, des membres du propre parti de M. Macron, et des politologues. La stratégie de M. Macron pourrait avoir la conséquence imprévue d’aider le Rassemblement National dans son combat de plusieurs décennies pour devenir un parti normal, préviennent-ils.

“Ça légitime ce qu’on dit”, dit M Aliot. “C’est des gens qui vous ont dit pendant 30 ans : attention, ceux-là ils sont méchants, ce sont des fachos, parce qu’ils s’en prennent aux musulmans. Tout d’un coup ils parlent comme nous.”

Ces derniers mois, M. Macron et ses ministres ont tenté de s’approprier des thèmes chers à l’extrême-droite au moyen de politiques et d’expressions nouvelles. Ils ont adopté une posture ferme sur la criminalité, proposé des lois pour limiter la diffusion des images de policiers — abandonnées suite à des manifestations — et sévi sur ce qu’ils nomment le séparatisme islamiste. Lors d’un récent débat télévisé face à Marine Le Pen, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin accusait celle-ci d’être “branlante” et “plus molle” sur l’islamisme que le gouvernement.
Emmanuel Macron entreprend de combattre le Rassemblement National sur son propre terrain — glissant vers la droite pour disputer à ce dernier les électeurs tentés de faire défection.
Emmanuel Macron entreprend de combattre le Rassemblement National sur son propre terrain — glissant vers la droite pour disputer à ce dernier les électeurs tentés de faire défection.Credit...Pool photo by Thomas Coex

Image
Marine Le Pen tente d’assainissement l’image de son parti, même si des questions demeurent quant à la réalité et la sincérité de ses efforts.<a href="https://www.nytimes.com/2017/04/13/world/europe/marine-le-pen-national-front-party.html?searchResultPosition=14"><br /></a>
Marine Le Pen tente d’assainissement l’image de son parti, même si des questions demeurent quant à la réalité et la sincérité de ses efforts.
Credit...Alain Jocard/Agence France-Presse — Getty Images
Ils ont adopté une stratégie identitaire, commandant une enquête sur “l’islamo-gauchisme” dans les universités françaises et d’autres idées supposées d’inspiration américaine qu’ils accusent de saper les valeurs françaises.

“Plus on va sur leur terrain, plus on les renforce”, estime Jean-Michel Mis, un député de La République En Marche, au sujet du Rassemblement National. “Donc leurs dirigeants sont très contents parce que finalement on légitime leurs thèmes de campagne.”

Pour Nicolas Lebourg, un politologue spécialiste du Rassemblement National, l’adoption des thèmes de l’extrême-droite est souvent contre-productive. “Ce qu’ils sont en train de faire, c’est faire la campagne de Marine Le Pen,” explique-t-il.

Alors que M. Macron se présente comme le meilleur candidat pour protéger la France de l’extrême-droite, les sondages démontrent que les électeurs sont de plus en plus las d’être toujours appelés à voter contre, plutôt que pour, un candidat.

Jacques et Régine Talau comptent parmi les anciens castors de Perpignan. Ce couple de retraités avait toujours voté pour la droite classique et avait contribué au barrage contre l’extrême-droite lors des municipales de 2014, puis des élections présidentielles de 2017.

Historiquement à droite et en proie aux difficultés économiques, Perpignan était sans doute un terrain naturel pour le parti de Mme Le Pen qui, ces dernières années, avait remporté de petites villes sinistrées dans le sud et le nord du pays. Mais le ralliement du couple Talau a marqué un tournant.

Leur quartier, le Mas Llaro, une succession de demeures cossues construites sur de larges parcelles au milieu des vignobles, à la périphérie est de la ville, est la plus riche de Perpignan. En 2020, plus de 60% de ses résidents ont voté pour M Aliot — 7 points de plus que sa moyenne dans la ville et 10 de plus qu’en 2014.


Image
Parmi les anciens castors de Perpignan, il y a Jacques Talau, à gauche, et sa femme Régine, des retraités qui votaient toujours pour la droite classique.
Parmi les anciens castors de Perpignan, il y a Jacques Talau, à gauche, et sa femme Régine, des retraités qui votaient toujours pour la droite classique.Credit...Dmitry Kostyukov pour The New York Times
Le Mas Llaro a toujours voté pour la droite traditionnelle.

Mais, désabusés et lassés du statu quo, les Talaus, comme bien d’autres, ont voté pour la première fois pour l’extrême-droite l’année dernière, séduits par l’accent mis par M. Aliot sur la propreté et la criminalité. Leur maison a été cambriolée deux fois, disent-ils.

Bien que satisfait du bilan du maire, M. Talau indique qu’il se ralliera quand même au barrage contre l’extrême-droite pour la prochaine présidentielle et votera Macron en se bouchant le nez. En revanche, Mme Talau envisage désormais de voter pour Marine Le Pen.

“Elle a mis de l’eau dans son vin”, estime Mme Talau, ajoutant que M. Macron n’est “pas assez dur”.

L’adversaire de M. Aliot en 2014 et 2020, Jean-Marc Pujol, candidate du centre-droit, avait viré davantage vers la droite pour tenter, sans succès, de contrer l’extrême-droite. Il avait gonflé les effectifs de la police, d’après les statistiques gouvernementales, faisant de Perpignan la grande ville de France avec le plus grand nombre de policiers par habitant.

Malgré cela, nombre de ses partisans historiques semblent avoir davantage fait confiance à l’extrême droite sur le sujet de la criminalité, et fait défection. De nombreux de castors à gauche se sont plaints d’avoir été ignorés et ont refusé de participer une nouvelle fois à la construction de barrages, dit Agnès Langevine, la candidate des Verts et des Socialistes aux municipales de 2020.

“Et ils nous disaient : en 2022, si c’est un Macron-Le Pen, je ne ferai pas plus,” ajoute-t-elle.

M. Lebourg, le politologue, estime que M. Aliot a aussi gagné le vote des riches électeurs conservateurs comme les Talaus en adoptant un message économique classique — la même stratégie qu’adopte Mme Le Pen.

. Depuis qu’elle a pris les rênes du parti il y a dix ans, Mme Le Pen travaille dur pour “dédiaboliser” le parti.

Image
Un monument aux morts à Perpignan, une ville historiquement à droite, en proie à des difficultés économiques, et sensible à la rhétorique du Ralliement National.
Un monument aux morts à Perpignan, une ville historiquement à droite, en proie à des difficultés économiques, et sensible à la rhétorique du Ralliement National. Credit...Dmitry Kostyukov for The New York Times
En 2015, elle a expulsé son propre père, Jean-Marie Le Pen, qui avait fondé le parti et a longtemps minimisé l’Holocauste.

Tout en popularisant des expressions comme “l’ensauvagement”, elle a consciemment évité tout langage explosif évoquant un supposé “grand remplacement” de la population française blanche par les immigrants africains et musulmans. En 2018, elle a rebaptisé le Front National du nom plus inclusif de “Rassemblement”.

Le parti veut cependant durcir les politiques migratoires pour les étudiants étrangers et diviser le solde migratoire par vingt.

Il veut aussi interdire le port du voile musulman en public et limiter la “présence d’éléments ostentatoires” à l’extérieur des lieux de culte s’ils ne s’accordent pas avec l’environnement, dans une référence apparente aux minarets.

À Perpignan, M. Aliot s’est concentré sur la criminalité, dépensant 8 millions d’euros pour l’embauche de 30 nouveaux policiers, l’ouverture de nouveaux commissariats et la mise en place de patrouilles à vélo et nocturnes, en réponse à une augmentation du trafic de drogues.

Jeanne Mercier, une électrice de gauche âgée de 24 ans, dit que beaucoup gens autour d’elle ont été “séduits” par le maire d’extrême-droite.


Image
Camille Rosa, à gauche, vote à gauche, mais ne sait pas si elle fera de nouveau barrage contre Marine Le Pen lors des élections présidentielles de 2022.
Camille Rosa, à gauche, vote à gauche, mais ne sait pas si elle fera de nouveau barrage contre Marine Le Pen lors des élections présidentielles de 2022.Credit...Dmitry Kostyukov pour The New York Times
“On est le test pour montrer à la France que le FN fonctionne et les gens adhèrent et sont contents”, dit-t-elle, utilisant l’ancien nom du parti. “Finalement c’est pas tant le diable que ça.”

Camille Rosa, 35 ans, ne sait pas si elle fera à nouveau barrage contre Mme Le Pen l’année prochaine. Les attaques des ministres du président contre “l’islamo-gauchisme” et les universitaires spécialistes du féminisme, du genre ou des questions raciales ont changé son regard sur le gouvernement de M Macron.

“J’ai l’impression que leurs ennemis, ce n’est plus du tout l’extrême-droite”, dit-elle, “mais c’est nous, les personnes de gauche”.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sous la rubrique-la politique francaise vue par le NEW YORK TIMES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: