Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
-43% sur la carte mémoire microSD SanDisk Extreme PRO 400 Go
104.66 € 184.99 €
Voir le deal

 

 Sa w mande pou belme w se manman w li rive

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17047
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Sa w mande pou belme w se manman w li rive Empty
MessageSujet: Sa w mande pou belme w se manman w li rive   Sa w mande pou belme w se manman w li rive EmptyMer 17 Mar 2021 - 8:43

Apre KOUDETA 2004 lan ,te gen yon pwopagann pwenn fe pa kont ARISTIDE sou RADYO yo ann AYITI.

Yo te akize l de tout bagay,san fondman,bagay te vin pwovoke MASAK de MILYE de PATIZAN misye yo lan KATYE POPILE yo.

Chans pou GNBis yo,se PREVAL yon neo GNBis ki te eli an 2006 ,mas popile yo te konprann ke PREVAL te yon LAVALAS toujou.

Anti EVO MORALES yo pa gen CHANS sa a lan BOLIVI;LUIS ARCE ki eli sou banye MAS (PATI EVO MORALES lan) ap mande pou mete moun ki te fe KOUDETA kont li yo,anbakod pou komanse JEANINE ARCE ki te pi cho devan bann e pran PREZIDANS.

http://theguardian.com/world/2021/mar/17/bolivia-jeanine-anez-cycle-of-retribution

Un cycle de rétribution fait passer l'ex-président bolivien d'un palais à une cellule de prison
Le gouvernement de Jeanine Áñez a déjà cherché à emprisonner l'ancien dirigeant du pays Evo Morales pour terrorisme et sédition - elle fait maintenant face aux mêmes accusations

par Tom Phillips correspondant Amérique latine
Mer 17 mars 2021 05h00 HAE

C'était en novembre 2019, quelques jours à peine après qu'Evo Morales eut abandonné la présidence bolivienne et fui en exil, et le nouveau ministre de l'Intérieur du pays ne faisait aucun effort pour cacher sa joie.

«Tout terroriste devrait passer le reste de sa vie en prison», a jubilé Arturo Murillo lors d'une interview dans ses appartements récemment occupés , jurant de mettre le gauchiste en fuite derrière les barreaux pour les 30 prochaines années.

«Il ne s'agit pas de savoir si vous êtes un ancien président», a insisté le pugnace hôtelier devenu politicien. «En fait, c'est encore pire quand c'est un ancien président. Un ex-président devrait être condamné deux fois parce que les gens font confiance à leur président.

Arturo Murillo, alors nouveau ministre de l'Intérieur, dans son bureau en 2019.
Arturo Murillo, alors nouveau ministre de l'Intérieur, dans son bureau en 2019. Photographie: Aizar Raldes / AFP via Getty Images
Cette semaine, un ex-président a effectivement été emprisonné en Bolivie - mais pas  Morales. Au lieu de cela, c'est l'ancienne patronne de Murillo, Jeanine Áñez, qui s'est retrouvée languissante dans une cellule de la prison de La Paz après avoir été saisie par les forces de sécurité tôt samedi . «Nous demandons une peine de 30 ans», a annoncé le nouveau ministre bolivien de la Justice, Iván Lima, alors qu'Áñez était accusé de terrorisme et de sédition - les mêmes accusations que Murillo avait portées contre Morales .

L'emprisonnement d'Áñez, un conservateur qui déclamait la Bible et qui devint chef par intérim après que Morales se soit enfui sous la pression de l'armée, a suscité la joie de certains. Beaucoup de membres de la gauche d'Amérique latine ont célébré la chute d'un homme politique qui, selon eux, a joué un rôle central dans le coup d'État qui, selon eux, a forcé le premier président indigène de Bolivie à quitter le pouvoir.

«Les coupables appartiennent à la prison!» a tweeté le gauchiste brésilien Guilherme Boulos alors que la nouvelle qu'Áñez avait été retrouvé recroquevillé dans un lit de stockage était parvenue au voisin de la Bolivie. Elle passera les quatre prochains mois en détention provisoire, dont 15 jours isolés des autres prisonniers par mesure de précaution contre Covid-19.


Comment la gauche bolivienne est revenue au pouvoir des mois après le départ de Morales
Lire la suite
D'autres, cependant, ont décrit l'arrestation comme une évolution alarmante dans un pays déjà profondément divisé que le nouveau président de gauche, Luis Arce, s'était engagé à unifier après la reprise du pouvoir par le parti du Mouvement pour le socialisme (Mas) de Morales en octobre dernier. Cette semaine, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de villes comme La Paz, Cochabamba, Sucre et Santa Cruz pour protester contre le traitement d'Áñez, suggérant qu'une telle guérison devrait attendre.

«Nous sommes dans un cycle de représailles», a averti Jim Shultz, le fondateur du Centre de la démocratie axé sur la Bolivie. «Si vous êtes dans un gouvernement et que le gouvernement change à ce stade, vous pouvez à peu près compter sur eux qui viendront après vous ... [Cela] ressemble moins à un processus juridique et plus comme s'ils essayaient à tour de rôle de se détruire.»

Il ne fait aucun doute qu'Áñez a de sérieuses questions à répondre sur la persécution des rivaux politiques et les violations des droits de l'homme qui ont eu lieu au cours de son mandat d'un an en tant que présidente par intérim, qui a commencé après la fuite de Morales au Mexique et s'est terminée en novembre dernier après la riposte électorale sensationnelle qui a rendu son parti au pouvoir et lui a permis de rentrer chez lui .

Les manifestants assistent à un rassemblement pour protester contre le gouvernement du président Luis Arce après la détention de l'ancien président par intérim Jeanine Áñez, dans la ville de Santa Cruz, dans les basses terres, lundi.
Les manifestants assistent à un rassemblement pour protester contre le gouvernement du président Luis Arce après la détention de l'ancien président par intérim Jeanine Áñez, dans la ville de Santa Cruz, dans les basses terres, lundi. Photographie: Reuters
«Alors qu'elle était présidente, au moins 20 partisans du Mas ont été tués dans deux massacres», a déclaré José Miguel Vivanco, directeur de Human Rights Watch pour les Amériques . «Des témoins nous ont dit que les forces de l’État avaient ouvert le feu contre des manifestants.»

Shultz s'est souvenu qu'après avoir pris le pouvoir en novembre 2019, Áñez s'était mis à l'abri des poursuites contre les membres des forces armées qui tentaient de réprimer les troubles qui balayaient la Bolivie. Quelques jours plus tard, le 19 novembre, des soldats ont été accusés d'avoir ouvert le feu sur des partisans non armés de Morales dans la ville d'El Alto, faisant au moins huit morts.


`` Ce qui s'est passé était un massacre '': chagrin et rage en Bolivie après une journée de violence meurtrière
Lire la suite
Shultz a déclaré: «Quand vous avez un président qui dit à l'armée et à la police avant une action: 'Quoi que vous fassiez, vous ne serez pas poursuivi', ce message est à peu près aussi clair que possible: 'Tuez qui vous veux tuer ». C'est pour cela qu'elle devrait être poursuivie.

Cela pourrait bien arriver. Lundi, le ministre de la Justice d'Arce a annoncé qu'une enquête sur ces «massacres sanglants» serait terminée d'ici juin et a déclaré que les mères des victimes réclamaient justice.

Pour l'instant, cependant, les accusations portées contre Áñez ne concernent pas ces fusillades, mais les affirmations selon lesquelles l'ancien sénateur était impliqué dans la préparation du coup d'État de droite qui, selon le gouvernement bolivien actuel, l'a amenée au pouvoir. Vivanco a déclaré que son groupe avait examiné l'acte d'accusation d'Áñez et n'avait trouvé aucune preuve de crimes. Ce qui semblait plutôt se dérouler était «l'abus du système judiciaire contre des opposants politiques».

Des femmes détiennent des photos de victimes tuées lors d'affrontements qui ont eu lieu entre les forces de sécurité et les partisans de l'ancien président Evo Morales lorsque l'ancienne présidente par intérim de la Bolivie Jeanine Áñez était au pouvoir, devant le poste de police où elle est détenue à La Paz, en Bolivie, ce week-end.
Des femmes détiennent des photos des victimes tuées lors d'affrontements qui ont eu lieu entre les forces de sécurité et des partisans de Morales lorsque Jeanine Áñez était au pouvoir, devant le poste de police où elle est détenue à La Paz, en Bolivie, ce week-end. Photographie: Juan Karita / AP
Shultz a déclaré qu'il avait également trouvé des affirmations que Áñez avait orchestré le renversement de Morales "un bout droit". Plusieurs politiciens du Mas avaient été constitutionnellement en ligne pour occuper la présidence avant Áñez après sa démission, mais ont refusé de le faire, a-t-il noté. «Elle vient d'attraper le ballon», a déclaré Shultz à propos d'Áñez. «Elle ne l'a pas jeté.

Áñez, qui prétend être victime d'une campagne de persécution politique, n'est pas le seul membre de son administration à être visé par le nouveau gouvernement bolivien. Deux anciens membres du cabinet - l'ancien ministre de la Justice Álvaro Coímbra et l'ancien ministre de l'Énergie Álvaro Rodrigo Guzmán - ont également été arrêtés. Son ancienne ministre des Communications, Roxana Lizárraga, demande l'asile au Pérou. Lundi, l'ancien commandant de l'armée, le général Jorge Pastor Mendieta Ferrufino, s'est rendu aux autorités au cours de la même enquête.

Pendant ce temps, Murillo, âgé de 57 ans, a quitté le pays à la veille des élections de l'année dernière, passant par São Paulo et Panama City en route vers les États-Unis. Un mandat d'arrêt a également été émis pour son arrestation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sa w mande pou belme w se manman w li rive
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: