Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Pokémon EB06 : chez quels marchands trouver des ...
Voir le deal

 

 AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17050
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI Empty
MessageSujet: AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI   AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI EmptyMer 9 Juin 2021 - 9:13

AMY WILENTZ se yon JOUNALIS koni OZETAZINI .Li abitye ekri pou tout gwo JOUNAL AMERIKEN yo:NYTIMES,WASHINGTON POST,li se edite an chef REVI AMERIKEN ki rele THE NATION lan.

AMY WILENTZ konnen AYITI byen,li gen preske 40 an l ap ekri sou AYITI.

Sa a se yon opinyon AMY WILENTZ ki paret aye sou JOUNAL LATIMES .Li mande eske fwa sa ETAZINI ak OEA ap resi we REZON:
https://www.latimes.com/opinion/story/2021-06-08/haiti-moise-organization-of-american-states-joe-biden-oas
Op-Ed : Les États-Unis vont-ils enfin corriger leur cap en Haïti ?
Des policiers armés et masqués avancent à moto lors d'une manifestation en Haïti
Une manifestation à Port-au-Prince, en Haïti, par des policiers exigeant que les corps de cinq policiers tués lors d'un raid soient récupérés du gang qui les détient. (Dieu Nalio Chery / Associated Press)
Par  AMY WILENTZ
8 JUIN 2021 3 H 00 PT
Ce mois pourrait s'avérer crucial pour l'avenir d'Haïti.

Les Américains pensaient que les problèmes politiques de n'importe quel pays – et donc toutes ses autres difficultés – pouvaient être résolus avec une bonne, solide, démocratique, élection soutenue par les États-Unis.

Mais dans de nombreux pays où nous avons proposé et soutenu de telles élections, les problèmes ont continué ou même été exacerbés. Haïti est un exemple extrême.

L'une des raisons à cela, en Haïti comme ailleurs, est que lorsque les États-Unis veulent aider à soutenir et à certifier des élections démocratiques, ils ont généralement déjà un chien préféré dans la course.


Et ce chien n'est pas toujours un bon chien.

En Haïti aujourd'hui, le chien a également de nombreux maîtres, qui sont collectivement connus sous le nom de Core Group, qui se compose de puissants conseillers extérieurs, notamment les États-Unis, la France, le Canada, l'Organisation des États américains et l'ONU. Ensemble, ils ont soutenu des candidats spécifiques dans le passé. élections, les considérant comme des véhicules de changement pour Haïti. Malheureusement, deux choses sont vraies : ces véhicules ont tendance à tomber en panne. Et aucun gouvernement haïtien ne peut exister sans le soutien continu du Core Group.

Le président d'Haïti, Jovenel Moise, dont l'élection entachée a été certifiée par l'OEA en 2016, a été l'un de ces échecs, et à grande échelle. Après de nombreuses controverses, il a finalement été nommé président en 2017, avec le soutien du Core Group.

Mais au fil du temps, Moise, théoriquement choisi pour amener Haïti sur la voie de la démocratie, s'est révélé être un autocrate naturel. Depuis début 2020, il règne par décret . Il n'a pas organisé d'élections législatives , laissant l'organe législatif d' Haïti se dépeupler complètement à cause de l'attrition de la durée du mandat et de la résiliation par Moise lui-même. Il a également remplacé les maires de tout le pays par ses propres choix à chaque terme, consolidant son emprise sur le gouvernement central et sur les campagnes.

Il a envoyé des troupes contre la Cour suprême d'Haïti et l'a fermée. Il a arrêté et emprisonné ses opposants politiques et les membres de leur famille, a présidé à une corruption grotesque qui a encore appauvri Haïti et n'a pas réussi à lutter - et aurait encouragé - l'escalade de la violence à Port-au-Prince et ailleurs.

Il a ignoré la crise du COVID-19 , tout en acceptant des fonds internationaux pour y faire face. Aucun vaccin n'a été administré dans le pays.

Les meurtres de gangs et les enlèvements ont entraîné la fermeture d'entreprises et d'écoles. Les gens ont peur de sortir et la police a été intimidée par la passivité des meurtres brutaux d'officiers.

En effet, ces gangs — lourdement armés et bien organisés — parcourent les rues d'Haïti. Ils forment une cohorte rivale et vicieuse, plusieurs ayant des liens avérés avec le gouvernement Moise et divers hommes d'affaires haïtiens infâmes.

Les gangs attaquent les infirmières, les médecins, les avocats, les commerçants, les prêtres, les ministres, les religieuses, les visiteurs étrangers occasionnels et divers professionnels, ainsi que les policiers – il peut sembler qu'ils visent l'avenir d'Haïti.

Souvent, après un attentat, un enlèvement, un assassinat, un massacre, le gouvernement ne fait aucune déclaration, ne donne aucune réponse. Au fil des semaines, les gangs se renforcent.

Au milieu de cette sombre situation, Moise est resté au pouvoir malgré des affirmations raisonnables de l'opposition selon lesquelles son mandat a pris fin par la loi en février. Il dit que sa présidence arrivera à sa grande finale en février 2022. Certes, il a dépassé son accueil avec le peuple haïtien.

Moise a également annoncé qu'il organiserait des élections présidentielles et législatives, mais seulement après un référendum national qui apporterait des changements autocratiques à la Constitution haïtienne. Le référendum et les élections seraient sous le contrôle de Moise et se dérouleraient dans le climat actuel d'extrême instabilité et de danger dans lequel la sécurité des électeurs ne peut être assurée.

Jusqu'à présent, les États-Unis, ainsi que le Core Group, ont soutenu la revendication de Moise de son année supplémentaire de règne. Et jusqu'à présent, les conseillers internationaux traditionnels d'Haïti n'ont pas publiquement suggéré que le gouvernement de Moise était corrompu et violent.

Ayez pitié des membres du Core Group, car la seule explication de leur comportement est la peur ; ils n'ont pas eu l'imagination d'imaginer une Haïti sans despote au volant. La croyance parmi ceux qui conseillent Haïti a souvent été que, comme le dit le proverbe, vous prenez Haïti et cela vous explose au visage.

Le mois dernier, l' administration Biden a rétabli le statut de protection temporaire pour environ 100 000 migrants haïtiens aux États-Unis, citant "de graves problèmes de sécurité, des troubles sociaux, une augmentation des violations des droits de l'homme" parmi d'autres problèmes empêchant leur retour en toute sécurité.

La réintégration du TPS, avec son jugement implicite du régime de Moise, a redonné espoir à de nombreux Haïtiens. Ces derniers jours, l'ONU a également semblé prendre ses distances avec Moise. Peut-être que les États-Unis changent de cap et que les changements constitutionnels et les votes proposés par Moise ne se réaliseront jamais. Peut-être que sa vision ruineuse pour Haïti est finalement allée trop loin, même pour ses amis et sympathisants du Core Group.

Un petit murmure d'espoir flotte autour de Port-au-Prince, avec la nouvelle que dans les prochains jours, une équipe de cinq membres de l'OEA se rendra en Haïti pour discuter de la crise actuelle et des solutions possibles. Les rumeurs vont et viennent sur WhatsApp, et du coup parmi les partis d'opposition et les organisateurs de terrain, la perspective d'une délégation de l'OEA Haïti est accueillie moins avec méfiance qu'avec un certain optimisme. On se demande cependant comment les gangs accueilleront l'équipe.

Si rien ne sort de cette visite, on ne sait pas vers quelle étoile noire Moise dirigera ensuite la proue de son navire d'État en train de couler.

Amy Wilentz est l'auteur de « La saison des pluies : Haïti depuis Duvalier » et « Adieu, Fred Voodoo : Une lettre d'Haïti », entre autres livres.




8 juin 2021[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17050
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI Empty
MessageSujet: Re: AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI   AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI EmptyLun 14 Juin 2021 - 10:43

L'un des derniers articles de AMY WILENTZ sur le prestigieux (intellectuel) magazine THE NATION.Un magazine qui acommence de publier depuis 1868
https://www.thenation.com/article/world/jovenel-moise-haiti-police


Les gangs règnent dans les rues d'Haïti de Jovenel Moïse
Un pays entier a été kidnappé par une cabale assoiffée de sang et avide d'argent. Et comment réagit le département d'État américain ? En appelant au « dialogue ».
Par Amy Wilentz22 MARS 2021
facebook sharing buttontwitter sharing buttonflipboard sharing buttonpocket sharing buttonemail sharing button
Haïti proteste
Un manifestant porte un masque lors d'une manifestation pour exiger la démission du président haïtien Jovenel Moise à Port-au-Prince, Haïti, le mercredi 10 février 2021. (Dieu Nalio Chery / AP Photo)

Abonnez-Vous À La Nation

Il serait difficile de prétendre que Jovenel Moïse, l'actuel président d'Haïti, a maîtrisé la situation dans son pays, mais d'une certaine manière, il l'a fait. Bien que les images de violence et les scènes de chaos s'opposent à lui, il semble que le dernier homme fort d'Haïti ne puisse faire de mal assez grandiose ou cruel pour remettre son régime en question, du moins pas selon la communauté internationale, dont l'acquiescement de la tête, avec l'approbation d'un roi rançon en aide, maintient la mainmise de Moise sur le pouvoir.

La semaine dernière seulement, il a salué l'envoi de la Police nationale d'Haïti (PNH) au Village de Dieu, un bidonville contrôlé par G9, un consortium de gangs de rue qui soutiennent le président et lui ont souvent rendu service, afin que la PNH être considérée par la communauté internationale comme une élimination des gangs. Au lieu de cela, la police a été attaquée par un groupe massivement armé ; les officiers ont été débordés (y compris ceux dans un véhicule blindé comme un char) et vicieusement massacrés. Le char a été incendié, et des rumeurs ont circulé les jours suivants selon lesquelles le régime négociait le paiement de la libération d'un deuxième char par les gangs, comme si le char lui-même était une autre victime du terrible fléau des enlèvements en Haïti sous ce président, mais seulement cette victime avait assez de valeur pour être rançonnée.(Il est possible que certains officiers blessés se trouvaient encore dans le bidonville et que leur libération faisait partie de l'accord pour le char.) Selon une transcription de leurs messages téléphoniques, les officiers décédés ont plaidé pourbakòp du quartier général pendant environ deux heures alors qu'il était assiégé, mais aucun bakòp n'est jamais venu.

Au moins quatre policiers - qui ressemblent aussi aux habitants des bidonvilles - sont morts brutalement au Village de Dieu, et de nombreux autres ont été blessés. Les écoles ont alors fermé par peur de ce qui pourrait arriver. Quelques jours après la défaite totale et très publique de la brigade de police, une bande d'hommes armés de G9 a attaqué les bureaux et le garage d'Universal Motors, qui est dirigé par un critique éminent et virulent du régime dans un quartier d'affaires de Port- au-Prince très différent du bidonville où la police était prise en embuscade. Les bureaux ont été incendiés et de nombreux véhicules détruits ou volés, sans apparemment craindre d'être arrêtés ou poursuivis.

L'histoire d'origine du G9 est qu'il a été fondé par d'anciens policiers et des gens du quartier qui étaient dégoûtés par la gestion inefficace de la sécurité en Haïti, et qui ont maintenant pris les choses en main pour aider les habitants des bidonvilles et les personnes souffrant de la pauvreté, en faisant des distributions de nourriture et d'autres services communautaires. Pour les pauvres d'Haïti, il y a un certain frisson à voir des gens qui leur ressemblent, maigres et bruns, oser entrer dans les quartiers des riches, dodus et à la peau claire pour voler de belles voitures et motos comme ça. La violence des gangs, cependant, est si profonde et omniprésente maintenant que tous les niveaux de la société ont été touchés et que n'importe qui peut être kidnappé ou tué. Toute maison, qu'il s'agisse d'un manoir fermé ou d'une cabane, peut être cambriolée ou incendiée. N'importe quelle femme peut être violée.

Plutôt que d'assumer la responsabilité de la mort de ses policiers ou de prendre des mesures pour freiner les gangs, Moïse a fait arrêter et emprisonner Carl Henry Boucher, inspecteur général de la police de la PNH et vétéran respecté de la force de 30 ans, arrêté et emprisonné à l'isolement avant d'être confronté à un juge qui présentera des charges. Boucher, la seule personne blâmée par le régime pour la débâcle policière du Village de Dieu, rejoint maintenant l'autre vingtaine de prisonniers politiques en Haïti que Moise a récemment jetés derrière les barreaux pour consolider son emprise sur le pouvoir, bien que la seule responsabilité de Boucher dans l'affaire semble avoir été d' aider à diriger un drone pour surveiller le site de l'attaque .

Les opposants à Moïse disent que la raison pour laquelle Boucher est détenu à l'isolement - étrange pour un officier de son rang - est qu'il pourrait témoigner de l'implication d'autres personnes dans l'intervention ratée, dont le directeur de la PNH. who was appointed by Moise in November to replace a director he had fired. Another theory is that Moïse supporters orchestrated the disaster in order to convince friends in the OAS to intervene in Haiti with a military force, stabilize the situation, and help conduct new elections that will keep Moïse’s party, if not Moïse himself or his mentor, compas musician and former president Michel Martelly, in power. It’s not difficult, given the level of this regime’s cynicism, to imagine that the police team might have been deliberately sacrificed to make a point: The gangs are now in charge of Haiti. The 15,000-strong PNH is funded by the United States.

Pendant ce temps, Moïse tente d'orchestrer un référendum pour modifier la constitution afin de lui permettre de briguer un deuxième mandat consécutif. Moïse pourrait-il faire quelque chose de plus transparent ? Un clip vidéo récent de lui avec une salle remplie de partisans le montre gesticulant et arrogant : « Peu importe les élections qui se déroulent dans ce pays », dit-il, « ils ne nous prendront jamais le pouvoir ». Cela ne peut s'empêcher de vous rappeler François (Papa Doc) Duvalier disant à un journaliste de CBS : « Je viens d'être élu président à vie.

Voir notre numéro actuel
Abonnez-vous aujourd'hui et économisez jusqu'à 129 $.

Il y a une raison pour laquelle Haïti est un tel désastre en ce moment – ​​et ce depuis un certain temps. Le comportement politique criminel de Martelly et Moïse a été soutenu et même encouragé et encadré par les États-Unis et d'autres acteurs étrangers : la France, le Canada, l'ONU et l'OEA. Alors que les Haïtiens ont plongé de plus en plus dans l'extrême pauvreté et l'insécurité, les gouvernements corrompus et de plus en plus anarchiques de Martelly et de Moïse ont été soutenus financièrement par trois présidents américains successifs : Obama, Trump et maintenant Biden. Pendant le traumatisme du tremblement de terre de 2010, le secrétaire général de l'ONU de l'époque, Ban Ki Moon, a nommé Bill Clinton envoyé spécial de l'ONU pour Haïti ; Bill et Hillary Clinton, à l'époque secrétaire d'État américaine, ont tous deux donné une crédibilité médiatique et électorale à Martelly, qui a préparé le terrain pour l'élection de Moïse cinq ans plus tard.

Depuis 2010, Haïti a reçu cinq fois plus d'aide internationale que tous les autres pays des Caraïbes réunis, en partie parce que le tremblement de terre a pratiquement anéanti Port-au-Prince. Mais comme Warren Everson Alarick Hull, le représentant permanent de Saint-Kitts-et-Nevis auprès de l'OEA, l'a dit récemment lors d'une réunion de cette organisation : « Alors que ces demandes [de financement] sont renouvelées, nous nous demandons ce qu'Haïti a fait de cette aide considérable. ?" Comme dans le cas de PetroCaribe d'Hugo Chavez, un programme social basé sur le pétrole à prix réduit pour Haïti (et d'autres pays des Caraïbes), très peu d'Haïtiens ont récolté les fruits de l'aide étrangère. En effet, personne ne sait vraiment où est passé tout l'argent, bien que certains des vols de fonds de PetroCaribe par le régime Martelly et ses cohortes aient été documentés.. Nul doute qu'une partie de l'aide internationale est passée des poches de l'État au financement des gangs, que Jacques Léon Emile, le président de l'Association haïtienne pour la mémoire et la culture, a récemment appelé « le bras armé des autorités politiques ».

Alors que le régime de Moise a encore appauvri le peuple haïtien et provoqué l'exode habituel de ceux qui ont les moyens de partir, les gangs ont été favorisés par toutes sortes d'avancées et d'énormes caches d'armes lourdes - soi-disant interdites en vertu d'un embargo américain sur les armes. - ainsi que des véhicules blindés de qualité militaire. Après le meurtre des policiers au Village de Dieu, les gangs se sont partagé les vêtements, les armes et les équipements de protection des hommes qu'ils venaient de tuer.

Pour lire la page d'accueil du département d'État de l'administration Biden sur les relations entre Haïti et les États-Unis, c'est d'avoir une rencontre orwellienne avec l'absolument irréel. Plus les gouvernements Martelly et Moise ont échoué, plus les États-Unis sont devenus généreux. La page répertorie tout l'argent donné à la suite du tremblement de terre, puis poursuit en disant qu'Haïti échoue néanmoins. Voici une citation typique : « En réponse à la détérioration de la situation humanitaire en Haïti et aux demandes d'assistance internationale du gouvernement d'Haïti et des partenaires des Nations Unies, l'ambassadeur des États-Unis en Haïti a déclaré une catastrophe en raison de l'urgence complexe en Haïti. En réponse,le Bureau d'aide à l'étranger en cas de catastrophe de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) fournit un million de dollars par l'intermédiaire du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies pour soutenir le transport de produits et de personnel humanitaires pour les efforts de secours immédiats. Traduit dans ce que les Haïtiens comprennent que cela signifie : alors que les politiciens et leurs laquais volent l'aide internationale destinée à la population haïtienne et font échouer le pays à chaque tour, l'USAID paie l'addition pour le vol et l'échec, en envoyant juste assez pour empêcher les Haïtiens de une véritable révolte explosive.L'USAID paie la note pour le vol et l'échec, en envoyant juste assez pour empêcher les Haïtiens d'une révolte explosive pure et simple.L'USAID paie la note pour le vol et l'échec, en envoyant juste assez pour empêcher les Haïtiens d'une révolte explosive pure et simple.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17050
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI Empty
MessageSujet: Re: AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI   AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI EmptyMar 15 Juin 2021 - 13:43

https://www.theguardian.com/world/2021/jun/15/haiti-gang-violence-women-children-port-au-prince-unicef-flee-homes


GOOGLE TRANSLATE




Dè milye de fanm ak timoun kouri kite vyolans gang an Ayiti, Unicef ​​di
Ajans Nasyonzini di 8.500 abandone kay nan Pòtoprens

Fanmi yo 'kenbe nan feu' ap dòmi sou planche konkrè

Yon manifestan kenbe yon siy ak yon mesaj pou sispann sipòte gang pandan yon manifestasyon pou mande demisyon Prezidan Ayiti a Jovenel Moïse nan Pòtoprens nan mwa desanm.
Yon manifestan kenbe yon siy ak yon mesaj pou sispann sipòte gang pandan yon manifestasyon ki mande pou demisyon Prezidan Ayiti a Jovenel Moïse nan Pòtoprens nan mwa desanm. Foto: Dieu Nalio Chery / AP
Yon P mwen n P o r t - yon u - P r m n c e
Madi 15 jen 2021 11.18 EDT

Daprè Unicef, vyolans gang eskalade te pouse prèske 8,500 fanm ak timoun nan kay yo nan kapital Ayiti nan de semèn ki sot pase yo.

Otorite yo di batay gang yo sou teritwa nan Pòtoprens te fòse dè santèn de fanmi yo abandone kay boule oswa sakaje nan kominote pòv yo, ak anpil nan yo rete nan jimnazyòm ak lòt abri tanporè ki ap fini soti nan dlo, manje ak atik. tankou dra ak rad.

Bruno Maes, reprezantan Ayiti pou ajans timoun Nasyonzini an ki te pibliye rapò a byen ta nan Lendi, konpare efè a ak lagè geriya, "ak dè milye de timoun ak fanm kenbe nan feu kwaze a".


Asasen kachèt nan lonbraj yo kòm dezòd Ayiti pran yon vire dezas
Li piplis
Prèske 14,000 moun nan Pòtoprens te deplase pa vyolans nan nèf mwa ki sot pase yo, dapre biwo Nasyonzini ki sipèvize kowòdinasyon imanitè a. Fanmi ki gen timoun piti yo te dòmi sou planche konkrè nan yon jimnazyòm nan katye a Carrefour, ak sèlman yon fèy sèvi kòm yon kabann ak bagay sa yo ensifizan boure nan sache ki tou pre.

Anpil moun atann vyolans la ap ogmante pandan Ayiti ap prepare pou eleksyon jeneral ki pwograme pou septanm ak novanm: yo akize gang yo pou yo eseye ranfòse sipò pou sèten kandida ak vize katye ki òganize manifestasyon kont prezidan Jovenel Moïse .

Pierre Espérance, direktè egzekitif Rezo Nasyonal Defans Dwa Moun ayisyen an, di gang kontwole apeprè 60% nan teritwa peyi a e ke 12 masak yo te rapòte depi 2018 nan kominote defavorize yo. Sepandan, li te di ke li te espesyalman enkyete w pou kesyon ki pi resan nan vyolans.

"Li se pi move a nou te wè," li te di. "Gang yo gen anpil pouvwa, e yo tolere ... Chak jou ki pase ak Jovenel sou pouvwa a, sitiyasyon an pral deteryore."

Yon pòtpawòl pou Moïse pa t 'kapab jwenn imedyatman pou fè kòmantè.

Semèn pase a, Léon Charles, direktè jeneral polis nasyonal Ayiti a, te di gang yo t ap goumen sou teritwa yo e yo te mande moun yo pou yo leve kont yo: "Moman an rive pou kolaborasyon tout sektè yo."

Anplis de sa nan enfiltrasyon bidonvil rival li, gang te vize estasyon polis nan semèn ki sot pase yo, touye plizyè ofisye yo. Yo te anvayi biznis yo epi yo te tire sou yon konsesyonè machin nan Lendi kòm kliyan ak anplwaye kouri met deyò. Kèk èdtan apre, polis nasyonal Ayiti a te di ke yo te gen sitiyasyon an anba kontwòl e yo te kolabore ak sitwayen yo "pou bloke tantativ gang ame sa yo ki vle a tout pri kreye yon klima laterè nan peyi a".

Biznis yo ak lekòl yo te fèmen epi transpò piblik yo te sispann nan kominote ki pi afekte nan vyolans lan, tankou Matisan ak kèk pati nan Delmas, ak kèk antre oswa travèse zòn nan pou yo te mouri.

Doktè san fwontyè te di ke sant ijans li nan Matisan te resevwa plis pase 40 pasyan ki te gen blesi nan bal ant 2 ak 4 jen pou kont li, e ke anplwaye li yo te oblije pran kouvèti nan bal pèdi.


Ayiti pa gen okenn dòz vaksen Covid kòm vyolans tise pi gwo pase pandemi
Li piplis
"Nou ap temwen yon deteryorasyon trè enkyete nan sitiyasyon sekirite a," misyon an te di. "Nan yon moman kote nou ta dwe ogmante akòz Covid-19 ak lòt bezwen, nou ap konbat kenbe enstalasyon ki egziste deja nou yo louvri akòz ensekirite."

Misyon an ak lòt ekspè nan sante yo di ke yo enkyete moun yo pa ap chèche èd medikal nan krentif pou yo te blese oswa mouri si yo kite kay yo pandan Ayiti ap lite ak yon Spike nan ka Covid-19 pandan y ap toujou ap tann premye chajman vaksen li yo.

Pandan se tan, Espérance, aktivis dwa moun, te di ke li pa prevwa yon solisyon rapid: "Li pral absoliman enposib pou fè eleksyon an Ayiti an 2021."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI Empty
MessageSujet: Re: AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI   AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
AMY WILENTZ mande eske ETAZINI ap resi we REZON ann AYITI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: