Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
0.48 €
Voir le deal

 

 Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17130
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES EmptyMar 15 Juin 2021 - 7:15

Atik lan eksplike koman gen yon gwo danje pou AYITI ki ak yon GOUVENMAN enkonpetan e manfouben ki te refize konstwi enfrasrikti ospitalye pou PEP li ,kapab rive lan le pou yo peye fakti an:

https://www.nytimes.com/2021/06/13/world/haiti-covid-cases-vaccine.html

Without vaccines, Haiti struggles to contain its latest Covid wave.

A hospital worker wheeling an oxygen tank in Port-au-Prince this month. After mostly sparing Haiti last year, the coronavirus has returned with a vengeance.
A hospital worker wheeling an oxygen tank in Port-au-Prince this month. After mostly sparing Haiti last year, the coronavirus has returned with a vengeance.Credit...Joseph Odelyn/Associated Press
Catherine Porter
By Catherine Porter
June 13, 2021
Haiti was spared the worst of the pandemic last year, but the coronavirus has returned to the poorest country in the Western Hemisphere with a fury. The nation’s leading newspaper is full of obituaries and hospitals are turning away patients.

The average number of new daily cases has more than doubled in the past two weeks to 153, according to data collected by The New York Times. For a population of about 11.5 million, that’s still relatively low, but many experts believe the number is an undercount because testing capacity is severely limited and many cases remain unreported.

And Haiti’s government has yet to administer a single dose of any vaccine.

Carissa Etienne, the director of the Pan American Health Organization, described the situation in Haiti as “a cautionary tale in just how quickly things can change with this virus.” At a news conference this month, she called for rapid escalation of treatment and preventive measures.

After adding more hospital beds and ramping up emergency plans last year, Haiti relaxed measures to combat the virus as new cases fell. The government mothballed its presidential coronavirus panel, eased enforcement of its curfew and mask policy and held Carnival celebrations.

The surge has forced the Haitian government to re-establish a Covid-19 task force and request 130,000 doses of the vaccine from Covax, the global vaccine-sharing initiative, after previously refusing an offer.

At St. Luke Hospital outside Port-au-Prince, the capital, administrators issued an alert this month telling patients not to come because its wards were full. Over the past month, the hospital dusted off and restocked its Covid center, expanding from a handful of beds to 115. But there is only enough oxygen to treat 75 of the people who arrive gasping at the gates.

“You can’t let people have beds and have them staring at you with oxygen-starved eyes,” said the Rev. Richard Frechette, a Catholic priest and medical doctor who founded the hospital. “Our trouble is, we tell them to go somewhere else, when we know damn well there is nowhere else to go.”

Father Frechette said that perhaps 20 percent of patients were dying at the hospital. Two hours away, the University Hospital of Mirebalais has also seen a higher mortality rate, said Elizabeth Campa, a senior adviser to Zanmi Lasante, the nonprofit organization that supports the hospital. About 50 of its 75 Covid beds are full, she said.

“Everyone’s greatest fear is the surge will continue to grow,” Ms. Campa said.

A deteriorating political situation is further complicating the response to the virus. The capital has increasingly been clogged with protests demanding the removal of President Jovenel Moïse, who has ruled by decree for more than a year. Kidnappings and gang violence are on the rise, with one recent skirmish blocking the delivery of oxygen, according to the newspaper Le Nouvelliste.





Sans vaccins, Haïti peine à contenir sa dernière vague de Covid.

Un employé d'un hôpital fait rouler une bouteille d'oxygène à Port-au-Prince ce mois-ci. Après avoir principalement épargné Haïti l'année dernière, le coronavirus est revenu en force.
Un employé d'un hôpital fait rouler une bouteille d'oxygène à Port-au-Prince ce mois-ci. Après avoir principalement épargné Haïti l'année dernière, le coronavirus est revenu en force.Crédit...Joseph Odelyn/Presse associée
Catherine Porter
Par Catherine Porter
13 juin 2021
Haïti a été épargné du pire de la pandémie l'année dernière, mais le coronavirus est revenu dans le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental avec une fureur. Le premier journal du pays regorge de notices nécrologiques et les hôpitaux refusent des patients.

Le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens a plus que doublé au cours des deux dernières semaines pour atteindre 153, selon les données recueillies par le New York Times. Pour une population d'environ 11,5 millions d'habitants, c'est encore relativement faible, mais de nombreux experts pensent que ce nombre est sous-estimé car la capacité de test est très limitée et de nombreux cas ne sont pas signalés.

Et le gouvernement haïtien n'a pas encore administré une seule dose de vaccin.

Carissa Etienne, directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé, a décrit la situation en Haïti comme « une mise en garde sur la rapidité avec laquelle les choses peuvent changer avec ce virus ». Lors d'une conférence de presse ce mois-ci, elle a appelé à une escalade rapide du traitement et des mesures préventives.

Après avoir ajouté plus de lits d'hôpitaux et intensifié les plans d'urgence l'année dernière, Haïti a assoupli les mesures de lutte contre le virus alors que de nouveaux cas diminuaient. Le gouvernement a mis en veilleuse son panel présidentiel sur les coronavirus, assoupli l'application de sa politique de couvre-feu et de masques et a organisé des célébrations du carnaval.

La vague a contraint le gouvernement haïtien à rétablir un groupe de travail Covid-19 et à demander 130 000 doses de vaccin à Covax, l'initiative mondiale de partage de vaccins, après avoir précédemment refusé une offre.

À l'hôpital Saint-Luc, à l'extérieur de Port-au-Prince, la capitale, les administrateurs ont émis une alerte ce mois-ci disant aux patients de ne pas venir car ses salles étaient pleines. Au cours du mois dernier, l'hôpital a dépoussiéré et réapprovisionné son centre Covid, passant d'une poignée de lits à 115. Mais il n'y a que suffisamment d'oxygène pour traiter 75 des personnes qui arrivent haletant aux portes.

"Vous ne pouvez pas laisser les gens avoir des lits et les laisser vous regarder avec des yeux assoiffés d'oxygène", a déclaré le révérend Richard Frechette , prêtre catholique et médecin qui a fondé l'hôpital. "Notre problème, c'est que nous leur disons d'aller ailleurs, alors que nous savons très bien qu'il n'y a nulle part où aller."

Le père Frechette a déclaré que peut-être 20 pour cent des patients mouraient à l'hôpital. À deux heures de route, l'hôpital universitaire de Mirebalais a également enregistré un taux de mortalité plus élevé, a déclaré Elizabeth Campa, conseillère principale de Zanmi Lasante, l'organisation à but non lucratif qui soutient l'hôpital. Environ 50 de ses 75 lits Covid sont pleins, a-t-elle déclaré.

« La plus grande crainte de tout le monde est que la poussée continue de croître », a déclaré Mme Campa.

La détérioration de la situation politique complique encore la réponse au virus. La capitale est de plus en plus encombrée de manifestations exigeant la destitution du président Jovenel Moïse, qui règne par décret depuis plus d'un an. Les enlèvements et la violence des gangs sont en augmentation, avec une récente escarmouche bloquant l'approvisionnement en oxygène, selon le journal Le Nouvelliste .

Les Nations Unies ont dénombré quelque 10 000 personnes déplacées par la violence des gangs dans la grande région de Port-au-Prince depuis août dernier, a déclaré Bruno Lemarquis, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU en Haïti.

« La grande question est, quelle est la prochaine étape ? » dit M. Lemarquis. Il a ajouté que la saison des ouragans, qui s'est souvent avérée dévastatrice en Haïti, a officiellement commencé ce mois-ci.

Jacques Richard Miguel et Harold Isaac ont contribué aux recherches de Port-au-Prince.

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17130
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Re: Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES EmptyMar 15 Juin 2021 - 8:58

A lokazyon disparisyon gran KREYOLIS AYISYEN an Dr ERNST MIRVILLE,men ki jan GOOGLE tradwi atik sa a.M ap repwodwi tradiksyon an "verbatim" mo pou mo.

Kom nou  ka we,anpil pwogre ap fet;VAGABON 19em syek ki kontinye ap di ke KREYOL ap izole nou;mete PYE lan BOUNDA yo.

San vaksen, Ayiti ap lite pou kenbe dènye vag Covid li yo.

Yon travayè lopital ap woule yon tank oksijèn nan Pòtoprens mwa sa a.  Aprè sitou li te epaye Ayiti ane pase a, koronavirus la te retounen ak yon vanjans.
Yon travayè lopital ap woule yon tank oksijèn nan Pòtoprens mwa sa a. Aprè sitou li te epaye Ayiti ane pase a, koronavirus la te retounen ak yon vanjans.Kredi ...Joseph Odelyn / Associated Press
Catherine Porter
Pa Catherine Porter
13 jen 2021
Ayiti te epaye pi move pandemi an ane pase a, men koronaviris la te retounen nan peyi ki pi pòv nan Emisfè Lwès la ak yon kòlè. Jounal dirijan nan peyi a plen ak obituaries ak lopital yo vire do pasyan yo.

Nimewo an mwayèn nan nouvo ka chak jou gen plis pase double nan de semèn ki sot pase yo a 153, dapre done kolekte pa New York Times la. Pou yon popilasyon apeprè 11.5 milyon , sa a toujou relativman ba, men anpil ekspè kwè ke nimewo a se yon undercount paske kapasite tès la limite anpil ak anpil ka ki pa rapòte.

E gouvènman Ayiti a poko administre yon sèl dòz nan okenn vaksen.

Carissa Etienne, direktè Organizationganizasyon Panameriken pou Sante, dekri sitiyasyon an ann Ayiti kòm "yon istwa avètisman nan jis ki jan bagay yo ka chanje avèk viris sa a." Nan yon konferans pou laprès mwa sa a, li te rele pou eskalasyon rapid nan tretman ak mezi prevantif.

Apre li te ajoute plis kabann lopital ak ranfòse plan ijans ane pase a, Ayiti dekontrakte mezi sa yo konbat viris la kòm nouvo ka tonbe. Gouvènman an mothballed panèl prezidansyèl koronaviris li yo, fasilite ranfòsman nan kouvrefe li yo ak politik mask ak ki te fèt selebrasyon kanaval.

Vag la te fòse gouvènman ayisyen an re-etabli yon fòs travay Covid-19 epi mande 130,000 dòz vaksen an nan men Covax, inisyativ mondyal pataje vaksen an, apre li te deja refize yon òf.

Nan lopital Sen Lik andeyò Pòtoprens, kapital la, administratè yo te pibliye yon alèt mwa sa a pou di pasyan yo pa vini paske pawas li yo te plen. Plis pase mwa ki sot pase a, lopital la pousye koupe ak restocked sant Covid li yo, agrandi soti nan yon ti ponyen nan kabann nan 115. Men, gen sèlman ase oksijèn pou trete 75 nan moun ki rive gasping nan pòtay yo.

Rev. Richard Frechette , yon prèt Katolik ak doktè medikal ki te fonde lopital la , di: "Ou pa ka kite moun gen kabann epi fè yo fikse sou ou ak je oksijèn grangou." "Pwoblèm nou an se, nou di yo ale yon lòt kote, lè nou konnen byen pa gen okenn lòt kote yo ka ale."

Papa Frechette te di ke petèt 20 pousan nan pasyan yo te mouri nan lopital la. De zè de tan lwen, Lopital Inivèsite a nan Mirebalais te wè tou yon to mòtalite ki pi wo, te di Elizabeth Campa, yon konseye ansyen nan Zanmi Lasante, òganizasyon san bi likratif ki sipòte lopital la. Li te di 50 nan 75 kabann Covid li yo plen.

Madam Campa te di: "Pi gwo pè tout moun se vag la ap kontinye grandi."

Yon sitiyasyon politik deteryore se plis konplike repons lan nan viris la. Kapital la de pli zan pli bouche ak manifestasyon ki mande pou yo retire Prezidan Jovenel Moïse, ki te dirije pa dekrè pou plis pase yon ane. Kidnapin ak vyolans gang yo ap monte, ak yon sèl akrochaj ki sot pase bloke livrezon an nan oksijèn, dapre jounal Le Nouvelliste la .

Nasyonzini te konte anviwon 10 000 moun ki te deplase akoz vyolans gang nan pi gwo rejyon Pòtoprens la depi mwa Out pase a, te di Bruno Lemarquis, depite reprezantan espesyal sekretè jeneral Nasyonzini an ann Ayiti.

"Gwo Kesyon an , ki sa ki nan pwochen?" Mesye Lemarquis te di. Li te ajoute ke sezon siklòn nan, ki te souvan pwouve devastatè an Ayiti, ofisyèlman te kòmanse mwa sa a.

Jacques Richard Miguel ak Harold Isaac kontribye rechèch nan Pòtoprens.

REKLAM
Revenir en haut Aller en bas
 
Le coronavirus et HAITI d'apres le NEW YORK TIMES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: