Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -15%
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
Voir le deal
509 €

 

 Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES EmptyDim 18 Juil 2021 - 7:26

Le NEW YORK TIMES le journal le plus influent au monde d'apres un autre journal prise par les HAITIENS:LEMONDE disent que les ETATS UNIS avec leur habitude d'appuyer des "hommes forts" .des DICTATEURS sont directement responsables de ce qui se passe en HAITI.
D'apres le NEW YORK TIMES,quand le peuple haitien protestait dans la rue et accusait MOISE d'etablir une dictature ,le gouvernement americain devait l'avoir ecouter.
Il est temps d'apres le NEW YORK TIMES que le gouvernement americain passe un trait sur cette habitude commencee avec FRANKLIN ROOSEVELT qui avait dit d'un DICTATEUR LATINO AMERICAIN "Cet homme est un salaud mais c'est notre salaud"
https://www.nytimes.com/2021/07/18/world/americas/haiti-united-states-jovenel-moise.html


L'habitude des États-Unis de soutenir  des homme forts comme allies a alimenté la tourmente en Haïti
Washington a rejeté les avertissements selon lesquels la démocratie s'effilochait sous le président Jovenel Moïse, laissant un vide béant de leadership après son assassinat.



Tenant une copie de la Constitution haïtienne et drapé du drapeau haïtien, un manifestant a exigé la démission du président Jovenel Moïse en 2019.
Tenant une copie de la Constitution haïtienne et drapé du drapeau haïtien, un manifestant a exigé la démission du président Jovenel Moïse en 2019.Crédit...Dieu Nalio Chery/Presse associée
Nathalie KitreffMichael Crowley
Par Nathalie Kitreff et Michael Crowley
18 juillet 2021, 3 h HE
Leer en español
Alors que les manifestants jetaient des pierres devant le palais national d'Haïti et incendiaient les rues pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, le président Trump l'a invité à Mar-a-Lago en 2019, posant joyeusement avec lui dans l'une des entrées ornées du club.

Après que les membres du Congrès eurent averti que les « abus anti-démocratiques » de M. Moïse leur rappelaient la période qui a précédé la dictature qui a terrorisé Haïti au cours des dernières décennies, l'administration Biden a publiquement appuyé la revendication de M. Moïse au pouvoir.

Et lorsque les responsables américains ont exhorté l'administration Biden à changer de cap, alarmés par le fait que les institutions démocratiques d'Haïti étaient en train d'être démantelées, ils ont déclaré que leurs appels étaient restés lettre morte - et parfois n'ont jamais obtenu de réponse du tout.

Pendant le mandat de M. Moïse, les États-Unis ont soutenu son régime de plus en plus autocratique, le considérant comme le moyen le plus simple de maintenir la stabilité dans un pays en difficulté qui figurait à peine dans les priorités des administrations successives à Washington, selon des responsables actuels et anciens.

Même alors qu'Haïti s'enfonçait dans la violence et les bouleversements politiques, disent-ils, peu de membres de l'administration Trump ont pris au sérieux les avertissements répétés de M. Moïse selon lesquels il faisait face à des complots contre sa vie. Et alors que les avertissements contre son autoritarisme s'intensifiaient, l'administration Biden a maintenu son soutien public à la revendication de M. Moïse au pouvoir, même après que le Parlement haïtien se soit vidé en l'absence d'élections et que M. Moïse ait gouverné par décret.


Image
Le président Donald Trump a accueilli M. Moïse et d'autres dirigeants caribéens dans sa station balnéaire de Mar-a-Lago en mars 2019.
Le président Donald Trump a accueilli M. Moïse et d'autres dirigeants caribéens dans sa station balnéaire de Mar-a-Lago en mars 2019.Crédit...Tom Brenner pour le New York Times
Lorsque M. Moïse a été assassiné ce mois-ci, cela a laissé un vide béant de leadership qui a déclenché une course au pouvoir avec les quelques élus restants . Les États-Unis, qui ont exercé une influence énorme sur Haïti depuis qu'ils ont envahi le pays il y a plus de 100 ans, ont été soudainement invités à envoyer des troupes et à aider à réparer le désordre.

Mais lors d'entretiens avec plus d'une douzaine de responsables actuels et anciens, un refrain commun a émergé : Washington portait une partie du blâme, après avoir balayé ou prêté peu d'attention aux avertissements clairs selon lesquels Haïti se dirigeait vers le chaos et aggravait peut-être les choses en soutenant M. Moïse.

« Il était prévisible que quelque chose se produise », a déclaré le sénateur Patrick Leahy, du Vermont. « Le message que nous envoyons en nous tenant aux côtés de ces personnes est que nous pensons qu'elles sont des représentants légitimes du peuple haïtien. Ils ne sont pas."

Les critiques disent que l'approche américaine de M. Moïse a suivi un manuel que les États-Unis utilisent dans le monde entier depuis des décennies, souvent avec des conséquences majeures pour la démocratie et les droits de l'homme : se ranger par réflexe ou tolérer des dirigeants accusés de régime autoritaire parce qu'ils font avancer les intérêts américains, parce que les fonctionnaires craignent l'instabilité en leur absence.

L'emprise de M. Moïse sur le pouvoir s'est notamment resserrée sous M. Trump, qui a parlé avec admiration d'une série d'autocrates étrangers. M. Trump était également déterminé à empêcher les migrants haïtiens d'entrer aux États-Unis (ils " ont tous le sida ", ont déclaré des responsables américains). Dans la mesure où les responsables de Trump se sont concentrés sur la politique haïtienne, disent les responsables, c'était principalement pour enrôler le pays dans la campagne de M. Trump pour évincer son ennemi juré dans la région : le leader du Venezuela, Nicolás Maduro.


Image
Le président Nicolas Maduro du Venezuela à Caracas en 2018.
Le président Nicolas Maduro du Venezuela à Caracas en 2018.Crédit...Palais de Miraflores, via Reuters
L'administration Biden est arrivée en janvier consumée par la pandémie et un afflux de migrants à la frontière avec le Mexique, laissant peu de bande passante pour le tumulte qui secoue Haïti, selon des responsables. Il a poursuivi publiquement la politique de l'administration Trump selon laquelle M. Moïse était le leader légitime, exaspérant certains membres du Congrès avec une position qu'un haut responsable de Biden qualifie maintenant d'erreur.

"Moïse poursuit une ligne de conduite de plus en plus autoritaire", a déclaré le représentant Gregory Meeks, aujourd'hui président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, dans une déclaration conjointe avec deux autres démocrates fin décembre, mettant en garde contre une répétition du " abus que le peuple haïtien a endurés » dans le passé.

« Nous ne resterons pas les bras croisés pendant qu'Haïti sombre dans le chaos », ont-ils déclaré.

Dans une lettre de février au secrétaire d'État Antony J. Blinken, eux et d'autres législateurs ont appelé les États-Unis à « rejeter sans ambiguïté » la poussée de M. Moïse, qui avait déjà statué par décret depuis un an, pour rester au pouvoir. Ils ont exhorté l'administration Biden à faire pression pour «un gouvernement de transition légitime» pour aider les Haïtiens à déterminer leur propre avenir et à sortir «d'une cascade de crises économiques, de santé publique et politiques».

Mais le principal conseiller de M. Biden pour l'Amérique latine, Juan Gonzalez, a déclaré qu'à l'époque, l'administration ne voulait pas donner l'impression de dicter la manière dont les troubles devraient être résolus.


Image
Le représentant Gregory Meeks lors d'une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre après le témoignage du secrétaire d'État Antony Blinken en mars.
Le représentant Gregory Meeks lors d'une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre après le témoignage du secrétaire d'État Antony Blinken en mars.Crédit...Photo de la piscine par Ken Cedeno
« Pointer le doigt sur la balance de cette manière pourrait envoyer un pays qui se trouvait déjà dans une situation très instable en crise », a déclaré M. Gonzalez.

Les interventions politiques et militaires américaines passées en Haïti n'ont pas fait grand-chose pour résoudre les problèmes du pays, et les ont parfois créés ou aggravés. « La solution aux problèmes d'Haïti n'est pas à Washington ; ils sont à Port-au-Prince », a déclaré M. Gonzalez, la capitale d'Haïti, alors l'administration Biden a appelé à la tenue d'élections avant que M. Moïse ne quitte ses fonctions.

"Le calcul que nous avons fait était la meilleure décision était de se concentrer sur les élections pour essayer d'utiliser cela comme un moyen de faire pression pour une plus grande liberté", a-t-il ajouté.

En réalité, disent les critiques, l'administration Biden faisait déjà pencher la balance en soutenant publiquement l'affirmation de M. Moïse selon laquelle il avait une autre année au pouvoir, lui permettant de présider à la rédaction d'une nouvelle Constitution qui pourrait renforcer considérablement les pouvoirs du président.

M. Moïse n'était certainement pas le premier leader accusé d'autocratie à bénéficier du soutien de Washington ; il n'était même pas le premier en Haïti. Deux générations de dictateurs haïtiens brutaux de la famille Duvalier faisaient partie d'une longue liste d'hommes forts dans les Caraïbes, en Amérique latine, au Moyen-Orient et ailleurs qui ont reçu un soutien américain résolu, en particulier en tant qu'alliés contre le communisme.

"C'est peut-être un fils de pute, mais c'est notre fils de pute", aurait déclaré le président Franklin Delano Roosevelt à propos de l'un d'entre eux (bien que les comptes varient quant à savoir si le président faisait référence à des dictateurs soutenus par les États-Unis au Nicaragua ou dans le République Dominicaine).


Image
Les partisans des anciens dictateurs ont tenu des photos de François « Papa Doc » Duvalier et Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier lors d'une audience à Port-au-Prince en 2013.
Les partisans des anciens dictateurs ont tenu des photos de François « Papa Doc » Duvalier et Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier lors d'une audience à Port-au-Prince en 2013.Crédit...Dieu Nalio Chery/Presse associée
Le débat s'est poursuivi dans les administrations démocrate et républicaine sur la difficulté de pousser les alliés autoritaires à des réformes démocratiques. Une fois la menace de l'expansionnisme communiste disparue, les administrations américaines se sont davantage inquiétées de l'instabilité créant des crises pour les États-Unis, comme une vague de migrants affluant vers ses côtes ou la montée de l'extrémisme violent.

Elliott Abrams , responsable de la politique étrangère dans plusieurs administrations républicaines et représentant spécial pour le Venezuela dans l'administration Trump, a fait valoir que Washington devrait soutenir la démocratie dans la mesure du possible, mais a parfois peu d'alternatives à travailler avec des hommes forts.

« En Haïti, personne n'a développé une bonne formule pour construire une démocratie stable, et les États-Unis essaient depuis que les Marines y ont débarqué il y a cent ans », a-t-il déclaré.

Au début de l'administration Trump, Omarosa Manigault Newman, ancienne co-vedette de « L'apprenti » et nouveau conseiller du président, a commencé à faire pression sur M. Trump et ses collaborateurs pour qu'ils s'engagent avec Haïti et soutiennent M. Moïse.

Les fonctionnaires étaient méfiants. Haïti a soutenu le Venezuela lors de deux réunions de l'Organisation des États américains en 2017, faisant de M. Moïse ce qu'un responsable a qualifié d'ennemi des États-Unis et sapant ses efforts pour organiser une visite d'État de sa part.

L'assassinat du président haïtien
Un assassinat frappe une nation troublée : le meurtre du président Jovenel Moïse le 7 juillet a secoué Haïti, attisant la peur et la confusion quant à l'avenir. Bien que nous sachions beaucoup de choses sur cet événement, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas.
Un personnage au centre de l'intrigue : les interrogations tournent autour de l'arrestation du Dr Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, un médecin lié à la Floride décrit comme ayant joué un rôle central  dans la mort du président.
Plus de suspects : deux Américains font partie d'au moins 20 personnes qui ont été arrêtées jusqu'à présent. Plusieurs des personnes faisant l'objet d'une enquête se sont rencontrées dans les mois qui ont précédé le meurtre pour discuter de la reconstruction du pays  après la chute du président, a déclaré la police haïtienne.
Des années d'instabilité : L'assassinat de M. Moïse intervient après des années d'instabilité dans le pays, qui a longtemps souffert de l'anarchie, de la violence et des catastrophes naturelles.
« Je pensais qu'une visite d'État entre M. Trump et M. Moïse aurait été une forte démonstration de soutien à Haïti de la part des États-Unis pendant une période de troubles civils », a déclaré Mme Newman, ajoutant dans un communiqué séparé : « Jovenel était un ami cher et il s'est engagé à être un agent de changement pour son Haïti bien-aimé.


Image
M. Moïse juste après avoir prêté serment comme président d'Haïti en février 2017.
M. Moïse juste après avoir prêté serment comme président d'Haïti en février 2017.Crédit...Dieu Nalio Chery/Presse associée
L'épisode a souligné à quel point certains hauts responsables de Trump considéraient Haïti comme un élément de sa stratégie envers le Venezuela. Et aux yeux de certains législateurs, M. Trump n'allait pas ressentir d'empathie pour les problèmes d'Haïti.

"Nous sommes tous conscients de sa perception de la nation - en ce sens qu'il a parlé des pays" sans issue "", a déclaré la représentante Yvette Clarke de New York, coprésidente du House Haiti Caucus.

En 2019, les manifestations à l'échelle nationale sont devenues violentes en Haïti alors que les manifestants exigeant l'éviction de M. Moïse se sont affrontés avec la police, ont brûlé des voitures et ont marché sur le palais national. L'activité des gangs est devenue de plus en plus effrontée et les enlèvements ont atteint une moyenne de quatre par semaine.

M. Trump et ses collaborateurs ont montré peu de signes publics d'inquiétude. Début 2019, M. Trump a accueilli M. Moïse dans son club Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride, dans le cadre d'une réunion avec des dirigeants caribéens qui s'étaient alignés contre M. Maduro du Venezuela.

L'année suivante, les pratiques antidémocratiques de M. Moïse sont devenues suffisamment sérieuses pour attirer l'attention du secrétaire d'État Mike Pompeo, qui a publiquement mis en garde M. Moïse contre le report des élections législatives.


Image
Un policier haïtien a pointé son arme sur des manifestants qui appelaient à la démission du président Moïse à Port-au-Prince en 2019.
Un policier haïtien a pointé son arme sur des manifestants qui appelaient à la démission du président Moïse à Port-au-Prince en 2019.Crédit...Rebecca Blackwell/Presse associée
Mais au-delà de quelques déclarations, l'administration Trump n'a pas fait grand-chose pour forcer le problème, ont déclaré des responsables.

« Personne n'a rien fait pour remédier aux faiblesses sous-jacentes, sur le plan institutionnel et démocratique », au cours des dernières années, a déclaré Peter Mulrean, qui a été ambassadeur des États-Unis en Haïti de 2105 à 2017. « Et donc nous ne devrions pas vraiment être surpris que le couvercle a de nouveau explosé.

Après l'élection de M. Biden, les législateurs et les responsables à Washington ont abordé la question avec une nouvelle urgence. M. Moïse, qui est arrivé au pouvoir après un vote entaché d'une faible participation et d'allégations de fraude, régnait par décret depuis un an car les mandats de presque tous les députés étaient arrivés à expiration et les élections pour les remplacer n'avaient jamais eu lieu.

M. Moïse a remporté un mandat de cinq ans en 2016, mais n'a pris ses fonctions qu'en 2017 au milieu des allégations de fraude, alors il a fait valoir qu'il devrait rester jusqu'en 2022. Les défenseurs de la démocratie en Haïti et à l'étranger ont crié au scandale, mais le 5 février, l'administration Biden a pesé, soutenant la revendication de M. Moïses au pouvoir pour une autre année. Et ce n'était pas le seul : des organismes internationaux comme l'Organisation des États américains ont pris la même position.


Image
Port-au-Prince au crépuscule la semaine dernière.
Port-au-Prince au crépuscule la semaine dernière.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
M. Blinken a par la suite critiqué le régime de M. Moïse par décret et a appelé à des « élections véritablement libres et équitables cette année ». Mais l'administration Biden n'a jamais retiré sa position publique soutenant la revendication de M. Moïse de rester au pouvoir, une décision que le représentant Andy Levin, coprésident du House Haiti Caucus, a blâmé pour l'avoir aidé à conserver son emprise sur le pays et à poursuivre son glissement antidémocratique.

« C'est une tragédie qu'il ait pu rester là-bas », a déclaré M. Levin.

L'administration Biden a rejeté les appels des responsables haïtiens à envoyer des troupes pour aider à stabiliser le pays et empêcher encore plus de bouleversements. Un groupe de responsables américains s'est récemment rendu pour rencontrer diverses factions en lice pour le pouvoir et les exhorter à « se réunir, dans un large dialogue politique », a déclaré M. Gonzalez.

Les Américains avaient prévu de visiter le port pour évaluer ses besoins en matière de sécurité, mais ont décidé de ne pas le faire après avoir appris que des gangs occupaient la zone, bloquant la livraison de carburant.

« Comment pouvons-nous avoir des élections en Haïti alors que les membres de gangs contrôlent 60 % du territoire ? » a déclaré Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national haïtien de défense des droits humains. «Ce seront des gangs qui organiseront les élections.»

David Kirkpatrick a contribué au reportage.

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Re: Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES EmptyLun 19 Juil 2021 - 13:59

Un article du grand journal britannique   THE GUARDIAN de ce lundi 19 juillet

https://www.theguardian.com/global-development/2021/jul/19/guns-gangs-and-bad-aid-haitis-crisis-reaches-full-throttle


Armes à feu, gangs et ingérence étrangère : comment la vie en Haïti est allée de mal en pis
Des élites corrompues et une aide mal gérée ont fait en sorte que la vie des Haïtiens reste embourbée dans la violence et la pauvreté. L'assassinat du président Moïse marque une escalade de la catastrophe

La police se tient devant une peinture murale du président haïtien Jovenel Moïse, qui a été assassiné la semaine dernière, quelques jours après que 15 autres Haïtiens ont été abattus.
La police se tient devant une peinture murale du président haïtien Jovenel Moïse, qui a été assassiné la semaine dernière, quelques jours après que 15 autres Haïtiens ont été abattus. Photographie : Joseph Odelyn/AP
Le développement mondial est soutenu par
Fondation Bill et Melinda Gates
À propos de ce contenu
Pierre Beaumont
lun. 19 juil. 2021 02.01 HAE

La militante politique haïtienne Marie-Antoinette Duclair semble ignorer que deux hommes à moto suivaient sa voiture dans les rues mal éclairées de Port-au-Prince.

Son passager dans la nuit du 29 juin était un journaliste, Diego Charles. Ils assistaient à une réunion et elle était maintenant, à 11 heures du soir, à le déposer chez lui dans le quartier Christ-Roi de la capitale haïtienne.

Alors que Charles se dirigeait vers sa porte, les hommes armés à moto ont ouvert le feu, le tuant d'abord avant d'assassiner Duclair alors qu'elle était assise dans sa voiture.

Antoinette Duclair, qui a été assassinée le mois dernier dans la capitale haïtienne, dénonçant le soutien international au président Jovenel Moïse lors d'une manifestation à Port-au-Prince en février.
Antoinette Duclair, qui a été assassinée le mois dernier dans la capitale haïtienne, dénonçant le soutien international au président Jovenel Moïse lors d'une manifestation à Port-au-Prince en février. Photographie : Reginald Louissaint Jr/AFP/Getty
Au total, 15 Haïtiens sont morts dans des assassinats ciblés cette nuit-là, dont Charles et Duclair. Ce n'était pas une histoire qui a fait beaucoup de gros titres internationaux. Du moins pas très longtemps.

Un peu plus d'une semaine plus tard, un autre assassinat a noyé l'intérêt pour cette sanglante nuit de violence : celui du président haïtien, Jovenel Moïse , qui a été abattu dans sa maison dans les collines au-dessus de Port-au-Prince par des mercenaires lors d'une apparente tentative de coup d'État.

S'il y a un lien entre les deux événements, c'est qu'ils sont tous les deux brutalement représentatifs de la situation en Haïti, la nation la plus appauvrie de l'hémisphère occidental, un pays qui depuis 2018 est secoué par les protestations et la violence, où les armes - et celles qui sont prêtes à les utiliser - sont la monnaie dans une crise qui s'aggrave.

Un instantané de cette crise a été illustré en décembre 2019 par une rencontre que le Guardian a eue avec Wandy Drelien, un Haïtien qui tenait une barricade de manifestants près de l'aéroport de la capitale , un pistolet bombé à la ceinture sous sa chemise.

À cette époque, quelques semaines avant l'avènement de la pandémie mondiale de coronavirus, la longue crise politique d'Haïti avait provoqué des manifestations et des violences dans les rues, même si peu de gens savaient alors où cela mènerait.

« Nous nous battons contre un système où nous ne pouvons pas manger et nous ne sommes pas payés. C'est pourquoi nous sommes descendus dans la rue », expliqua alors Drelien. « Le président [Moïse] ne travaille pas pour nous. Il n'est pas l'ami du peuple – seulement de la bourgeoisie et des hommes d'affaires, alors que nous vivons dans la pauvreté. »

Des gens portent un cercueil à des funérailles organisées par l'opposition à Port-au-Prince en octobre 2019 après des semaines de manifestations anti-corruption exigeant la démission de Moïse.
Des gens portent un cercueil à des funérailles organisées par l'opposition à Port-au-Prince en octobre 2019 après des semaines de manifestations anti-corruption exigeant la démission de Moïse. Photographie : Chandan Khanna/AFP/Getty
Maintenant, Moïse est mort, assassiné dans sa résidence privée du quartier Pelerin 5 de Pétion-Ville, la riche enclave où l'élite politique et commerciale d'Haïti vit dans les collines au-dessus de la capitale. Et la crise de longue date d'Haïti a atteint son plein régime.

Il est devenu courant de voir l'un des États les plus corrompus et les plus mal gouvernés du monde basculer de catastrophe en catastrophe, au milieu de coups d'État, de gouvernements défaillants et de catastrophes naturelles. Mais cette crise actuelle amène une question particulière au premier plan – comment, bien qu'ayant reçu 13 milliards de dollars (9,5 milliards de livres sterling) d'aide internationale depuis le tremblement de terre dévastateur de 2010 qui a tué environ 220 000 personnes , la situation des Haïtiens, selon la plupart des indicateurs , a continué à empirer?

Les gains très modestes de la réduction de la pauvreté en Haïti, selon la Banque mondiale, se sont inversés, avec 60% du pays vivant dans la pauvreté et les 20% les plus riches de la population détenant plus de 64% de ses revenus.

Haïti est inhabituel parmi les nations défaillantes et fragiles. Ce n'est pas seulement un « État d'aide », très dépendant de l'aide extérieure au développement et des envois de fonds des Haïtiens vivant à l'étranger, mais un État où l'aide et l'intervention étrangère, loin d'aider, ont contribué à saper une administration presque inexistante.

Peu de ceux qui n'ont pas visité Haïti peuvent pleinement comprendre l'absence de services et d'institutions, de planification ou de direction de l'État.

Cabanes dans le quartier Fort National de Port-au-Prince.  Près des deux tiers de la population vivent dans la pauvreté.
Cabanes dans le quartier Fort National de Port-au-Prince. Près des deux tiers de la population haïtienne vivent dans la pauvreté. Photographie : Héctor Retamal/AFP/Getty
Alors même que la crise actuelle commençait, dans une interview il y a trois ans, Joël Boutrue, alors représentant spécial adjoint de la mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti, était franc. « Haïti se porterait mieux sans aide », a-t-il déclaré. « Ou du moins, sans les mauvaises aides qui permettent à l'administration et aux élites de continuer sans changer.

"Il vaudrait mieux créer les conditions dans lesquelles le changement pourrait se produire", a-t-il ajouté. « Si nous nous impliquons, nous devons le faire de manière intelligente, même si cela est moins visible au regard de la valeur que cela apporte. »

Et même s'il ne s'agit que d'une partie du tableau, il s'agit d'un élément important. Première république noire au monde et premier pays fondé par d'anciens esclaves, Haïti a déclaré son indépendance de la France en 1804. La nouvelle nation a été confrontée à des blocus, à l'isolement et à des ingérences prolongées pendant deux siècles de la part des puissances à majorité blanche, dont la France, qui a imposé un siècle de réparations appauvrissantes pour la perte de ses esclaves, payées seulement en 1947, en échange d'une reconnaissance.

Alors que certaines des conséquences toxiques de l'intervention ont été évidentes, d'autres ont été plus subtiles. Comme l'a écrit l' historien américain Robert Taber dans le Washington Post la semaine dernière, certains ont été bien documentés, « y compris l'administration Clinton qui a creusé le marché du riz haïtien au milieu des années 90 et une force de maintien de la paix de l'ONU qui a réintroduit le choléra au milieu des années 2000 ».

« La notion d'Haïti en tant qu'État d'aide est un correctif à l'idée d'État défaillant », explique Jake Johnston, chercheur au Center for Economic and Policy Research à Washington, qui a inventé le terme et est revenu d'Haïti quelques jours avant la mort de Moïse. assassinat. « Il ne s'agit pas seulement d'aide elle-même, mais d'ingérence et d'intervention étrangères.

Des parachutistes de l'armée américaine devant le Palais national d'Haïti après le séisme de 2010.
Des parachutistes de l'armée américaine devant le Palais national d'Haïti après le séisme de 2010. Plus de 13 milliards de dollars d'aide ont été versés dans le pays après la catastrophe naturelle, mais il y a eu peu de développement à montrer. Photographie : Ramón Espinosa/AP
« Et quand vous parlez de « l'État de l'aide », c'est un pays [dans lequel] les institutions actuelles ont été davantage façonnées par des acteurs extérieurs qu'internes. Cela s'est manifesté de différentes manières, notamment par le fait que depuis les années de la dictature [Baby Doc] Duvalier (qui a pris fin en 1986), l'aide a contourné le gouvernement, ce qui a eu un effet profondément corrosif.

« Plutôt que de renforcer les institutions, les mécanismes par lesquels il a été mis en œuvre sapent intrinsèquement ces mêmes institutions, en particulier au cours des dernières décennies, qui ont vu l'externalisation de l'État », a déclaré Johnston.

« Des politiques économiques ont été imposées par des banques multilatérales, comme le FMI, qui a vu ses subventions agricoles sabrées. Les systèmes d'éducation et de santé ont été confiés à des acteurs privés comme les ONG. Tout cela a créé une séparation entre le peuple et un gouvernement qui ne gouverne pas. »

Si cela a vidé les institutions d'Haïti, les interventions étrangères, y compris la politique d'aide, ont eu, selon Johnston, un effet plus insidieux.

« L'aide à Haïti a été utilisée à des fins politiques depuis des années. C'est transactionnel. Il a augmenté sous certains dirigeants et il a baissé quand quelqu'un n'est pas aimé, ou il va à une organisation qui partage l'intérêt du pays donateur », a-t-il déclaré.

Des fonctionnaires et des journalistes à côté de meubles cassés au parlement haïtien après avoir été vandalisé par des députés de l'opposition en 2019.
Des fonctionnaires et des journalistes à côté de meubles cassés au parlement haïtien après avoir été vandalisé par des députés de l'opposition en 2019. Photographie : Chandan Khanna/AFP/Getty
Cette profonde déconnexion entre une classe dirigeante à peine gouvernante, issue d'une élite riche, et la classe à peine gouvernée, laisse peu d'incitation à ceux qui sont théoriquement en charge de lutter contre les nombreux problèmes d'Haïti - de la criminalité violente représentée par ses gangs à son manque de services, endémique la pauvreté et la spoliation dévastatrice de l'environnement.

Dans une Haïti où les politiciens et les criminels jouissent de l'impunité, la politique s'est historiquement appuyée sur les gangs armés - opérant comme des paramilitaires - plutôt que sur la responsabilité électorale pour rester au pouvoir, des Tontons Macoutes de Papa Doc Duvalier aux Chimères [ou fantômes] des Jean- L'ère Bertrand Aristide, et les gangs utilisés par les deux camps sous Jovenel Moïse.

Jonathan M Katz, un journaliste américain qui a rendu compte du tremblement de terre de 2010 a analysé comment 3,5 milliards de dollars d'aide étrangère n'ont pas réussi à améliorer Haïti dans son livre The Big Truck That Went By: How the World Came to Save Haiti and Left Behind a Disaster .

« Le fait est que je ne pense pas que beaucoup de gens réalisent à quel point l'aide a été utilisée intentionnellement pour affaiblir l'État haïtien. Il existe une longue trace écrite, bien que méconnue, qui remonte à la fin de la dictature des Duvalier, impliquant en particulier les États-Unis », a-t-il déclaré.

« Il existe des documents qui parlent très spécifiquement de l'utilisation d'organisations privées et bénévoles – maintenant connues sous le nom d'ONG – pour détourner de l'argent du gouvernement haïtien afin de recréer ses fonctions ailleurs.

"Cela s'est reproduit explicitement pendant la période du gouvernement Aristide [le président de gauche qui a été victime d'un coup d'État et a été rétabli par une intervention militaire américaine] et il existe des documents publics de l'USAid et d'autres agences gouvernementales disant que nous retenions de l'argent et que nous le donnions. aux organisations privées pour affaiblir la politique d'Aristide.


Haïtiens déplacés internes vivant dans un centre sportif à Port-au-Prince le mois dernier après avoir fui la violence des gangs
Des Haïtiens déplacés internes vivant dans un centre sportif à Port-au-Prince le mois dernier après avoir fui les violences entre deux gangs luttant pour le contrôle des quartiers de Martissant et Fontamara. Photographie : Jean-Marc Hervé Abélard/EPA
La conséquence, comme l'ont souligné les critiques ces dernières années, a été d'aggraver la crise démocratique de longue date en Haïti, avec une participation électorale en chute libre depuis qu'Aristide est devenu le premier dirigeant démocratiquement élu d'Haïti dans les années 1990 jusqu'aux premières élections post-séisme, qui ont vu moins de 25 % de la population vote.

Les gouvernements récents ont été largement séparés de la vie de pauvreté des Haïtiens, nommés au sein du même cercle étroit d'oligarques politiquement connectés avec la bénédiction de puissances étrangères, notamment Washington, qui ont recherché la stabilité à court terme plutôt que la durabilité à long terme.


Tout cela a atteint son paroxysme dans le scandale PetroCaribe qui a débuté sous la présidence de Michel Martelly et dans lequel Moïse s'est mêlé lorsqu'il a succédé à Martelly.

La police haïtienne montait la garde à Port-au-Prince lundi alors que des manifestations étaient prévues après l'assassinat du président Jovenel Moïse.
Un ex-sénateur parmi trois nouveaux suspects après le meurtre du président haïtien
Lire la suite
Le programme PetroCaribe de 3,2 milliards de dollars – dont environ 2 milliards de dollars auraient été volés – était un modèle alternatif pour améliorer la situation haïtienne, dans lequel les fonds libérés par un programme de crédit à paiement différé pour l'énergie vénézuélienne devaient ensuite être distribués par le gouvernement haïtien. pour des projets de développement à grande échelle.

Là où le scandale PetroCaribe était différent – ​​sinon dans la corruption – était la capacité des Haïtiens ordinaires et des institutions haïtiennes à demander ce qui était arrivé aux milliards manquants.

« Le problème avec PetroCaribe », dit Katz, « c'est que c'était censé être ce que la reconstruction post-séisme n'était pas. Le Venezuela dans sa munificence allait libérer tout cet argent pour qu'Haïti le dépense pour lui-même.

"S'il y avait eu un meilleur leader, plus responsable devant le peuple, plutôt que Martelly, cela aurait pu faire du bien."

Le marché de Pétion-Ville à Port-au-Prince cette semaine
Le marché de Pétion-Ville à Port-au-Prince cette semaine, quelques jours après l'assassinat du président Jovenel Moïse. Photographie : Matias Delacroix/AP
Jean Marc Brissau, un jeune Haïtien qui a fait ses études d'avocat à Port-au-Prince avant de partir pour les États-Unis, identifie un autre problème critique qui a contribué aux problèmes d'Haïti : l'exode des gens bien éduqués du pays, qui ont été rebutés à devenir impliqués dans la politique problématique.

« Les gangs contrôlent le pays, donc les gens instruits comme moi ne peuvent pas trouver une place en Haïti », a-t-il déclaré. « Nous ne nous sentons pas les bienvenus. Vous n'avez pas l'impression que vous voudriez être impliqué dans la politique et être étiqueté comme corrompu, tué ou kidnappé.

« Alors tu te dis que je peux mieux changer les choses depuis l'étranger. Ce n'est pas comme ça que ça devrait être, mais c'est comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Re: Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES EmptyMer 21 Juil 2021 - 9:54

Un nouveau gouvernement en HAITI?
Beaucoup d'HAITIENS ont des doutes-NEW YORK TIMES.

https://www.nytimes.com/2021/07/20/world/americas/haiti-new-government-moise.html

Un nouveau jour en Haïti ? Beaucoup d'Haïtiens ont des doutes.
Mardi était une journée pour rendre hommage à son président assassiné et installer de nouveaux dirigeants. Mais pour de nombreux Haïtiens en difficulté, ils semblaient plus que familiers.

Catherine Porter
Par Catherine Porter
20 juillet 2021
PORT-AU-PRINCE, Haïti — Gerard Lovius s'endort la nuit sur le sol d'une salle de classe vide au son des coups de feu. Lui et ses voisins choqués ont commencé à y vivre il y a un mois, après que des membres de gangs aient envahi sa maison, envoyant sa femme terrifiée et ses trois enfants courir dans les rues et le laissant sans rien : pas d'argent, pas de biens, pas même un téléphone portable.

Mardi matin, M. Lovius était de retour à son travail de nettoyeur de rue, faisant le ménage devant le mémorial majestueux du jour pour le leader assassiné d' Haïti sur le Champs de Mars, la place principale de la capitale. Le président Jovenel Moïse allait bientôt être enterré, et les membres sparring de son gouvernement venaient de conclure une trêve , jurant de diriger à nouveau le pays.

Mais il y avait peu de paix dans la vie de M. Lovius. "Nous n'avons d'espoir qu'en Dieu", a-t-il déclaré en traînant une brouette de déchets dans la rue.


Image
Gerard Lovius travaille comme nettoyeur de rue, mais n'a pas été payé depuis des mois.
Gerard Lovius travaille comme nettoyeur de rue, mais n'a pas été payé depuis des mois.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Les dirigeants haïtiens ont appelé la trêve politique un nouveau chapitre, un tournant historique de la page qui, selon les mots du Premier ministre par intérim, montre « que nous pouvons réellement travailler ensemble, même si nous sommes différents, même si nous avons des visions différentes du monde. . "

Mais pour beaucoup dans le pays, cela ne semble pas être un changement. La liste des ministres du cabinet publiée dans le journal officiel du gouvernement comportait plusieurs noms familiers du parti au pouvoir de M. Moïse, dont le nouveau Premier ministre et le nouveau ministre des Affaires étrangères, qui cherchaient tous deux à prendre la relève depuis l'assassinat du président.

« C'est une provocation », a déclaré Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national haïtien de défense des droits humains, à propos du contrôle du parti sur le nouveau gouvernement. "Cela signifie que la crise va continuer, l'insécurité va continuer et les gangs vont continuer."

Il a fait valoir que M. Moïse était une victime de son propre régime, un leader qui « est mort à cause de l'insécurité créée par son parti ». Il y a deux ans, la violence et des manifestants furieux condamnant la corruption et exigeant la destitution du président ont verrouillé le pays – empêchant les malades des hôpitaux, les enfants de l'école, les travailleurs d'emplois rares et les personnes dans le noir dans les zones où l'électricité a cessé de couler.

Les gangs sont devenus plus effrontés depuis lors, contrôlant de grandes parties de la capitale, attaquant à volonté, kidnappant des enfants sur le chemin de l'école et des pasteurs en train de fournir leurs services.

"Le pays va rester dans le même état, à moins qu'ils ne s'entendent", a déclaré Rosemane Jean Louis, peu de temps avant le début du mémorial et l'entrée en fonction du nouveau gouvernement. « Nous n'avons aucune sécurité. Nous avons faim. Nous sommes dans la misère.

Mme Jean Louis a raconté comment elle avait dit au revoir à son fils, 24 ans, un jour l'année dernière, ne sachant pas que ce serait la dernière fois. Avec un sourire, il avait attrapé un bonbon dans le tas de friandises qu'elle vendait devant leur maison, puis avait continué son chemin pour rencontrer un ami. Il a fait un bloc, a-t-elle dit, avant d'être abattu par des membres de gangs devant une église.

"Je n'ai même pas retrouvé son corps", a déclaré Mme Jean Louis, 61 ans, les larmes coulant. "Ils l'ont emporté avec eux."

Crime, enlèvements, gangs, sécurité : les mots affluaient des Haïtiens à travers la capitale alors que les dignitaires rendaient hommage au président assassiné mardi et que ses successeurs prenaient la barre. Alors même que des politiciens rivaux faisaient des réclamations et des demandes reconventionnelles pour remplacer M. Moïse, les résidents étaient toujours dans les rues pour protester – souvent parce qu'ils étaient convaincus que leurs nouveaux dirigeants, quel que soit le vainqueur, ne se soucieraient pas d'eux.

"Il y a trop d'enlèvements dans ce pays", a déclaré avec désespoir Steve Madden, debout dans un groupe d'hommes la semaine dernière dans un regard fixe avec la police.

Là où l'avenue John Brown déborde d'une vallée luxuriante dans les rues sablonneuses du centre-ville, des pneus ont brûlé le long de la route alors que M. Madden et d'autres résidents se rassemblaient. Un employé du port local avait été kidnappé la veille et ses voisins effrayés exigeaient son retour, a déclaré M. Madden. Une phalange de policiers se tenait à proximité avec de gros fusils.


Image
Les rues de Port-au-Prince restent tendues.
Les rues de Port-au-Prince restent tendues.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Des quartiers entiers de la capitale sont trop dangereux pour être traversés.

Le Champs de Mars, autrefois un endroit où les gens dansaient en masse pendant le carnaval et se réunissaient les nuits chaudes pour manger une glace ou partager une bière avec des amis, est en grande partie désolé depuis l'assassinat. En face du palais présidentiel, toujours pas remplacé après le tremblement de terre il y a plus d'une décennie, une petite poignée de fleurs fanées et de bougies était assise en bouquet pour M. Moïse. Un grand portrait de lui, avec des larmes coulant sur son visage, était tombé sur le sol. Les mots « J'ai essayé, n'abandonnez pas, continuez le combat » y étaient imprimés.

Kim Baptiste Jean-Louis, 32 ans, s'est précipité pour poser la photo sur un chevalet. Lorsqu'on lui a demandé s'il avait été un fan de M. Moïse, il a haussé les épaules. "Mais", a-t-il dit, "il était le président."

Le mémorial de M. Moïse a eu lieu dans le jardin du Musée du Panthéon national haïtien, où est exposée l'ancre du navire de Christophe Colomb, le Santa Maria, ainsi que les chaînes d'anciens esclaves.

Les invités sont entrés lentement, dont les deux hommes qui se sont battus pour succéder au président : Ariel Henry, le neurochirurgien nommé Premier ministre juste avant que M. Moïse ne soit tué, et Claude Joseph, le Premier ministre par intérim qui a été remplacé cette semaine-là mais a rapidement pris le contrôle. du gouvernement et a imposé un « état de siège ».

Les éloges de M. Moïse, dont le régime « de plus en plus autoritaire » avait alarmé de nombreuses personnes à Haïti et à l'extérieur, l'ont décrit comme un guerrier de la justice sociale qui a combattu les oligarques du pays, un croisé dont la réputation avait été assassinée avant lui. Des diplomates et des ministres de son gouvernement se sont rassemblés sous un treillis recouvert de bougainvilliers, dont au moins un responsable de l'administration Moïse qui avait été sanctionné par les États-Unis dans le cadre d'un massacre de 2018.

« Vous pouvez tuer un révolutionnaire, mais vous ne pouvez pas assassiner la révolution », a déclaré M. Joseph au mémorial.

La lutte pour le pouvoir entre M. Joseph et M. Henry était officiellement réglée. M. Joseph a déclaré lundi qu'il avait accepté de démissionner et de servir de ministre des Affaires étrangères et de la Religion, tandis que M. Henry devenait Premier ministre, ouvrant la voie à des élections à l'avenir. Les deux hommes se tenaient côte à côte au début de la cérémonie, épaule contre épaule, flanqués de membres du cabinet de M. Moïse.


Image
Un mémorial mardi pour le président assassiné d'Haïti. Le premier ministre sortant, Claude Joseph, est au centre, et le nouveau, Ariel Henri, est à droite.
Un mémorial mardi pour le président assassiné d'Haïti. Le premier ministre sortant, Claude Joseph, est au centre, et le nouveau, Ariel Henri, est à droite.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Peu de temps après le mémorial, le nouveau gouvernement a été installé sous un auvent devant le bureau du Premier ministre. M. Joseph a dit qu'il passait le relais à M. Henry, qui a longuement parlé des terreurs qui s'étaient emparées de la nation, des personnes qui avaient été tuées et volées, des maisons et des entreprises pillées et incendiées. Il a promis de rétablir la stabilité et de préparer les élections. Les deux hommes s'embrassèrent brièvement.

La démonstration d'unité de mardi a fait suite à une course au pouvoir controversée. Les législateurs et les défenseurs de la démocratie ont condamné la prise rapide par M. Joseph des rênes nationales et son imposition de l'état de siège juste après le meurtre, certains le comparant à un coup d'État.

L'assassinat du président haïtien
Un assassinat frappe une nation troublée : le meurtre du président Jovenel Moïse le 7 juillet a secoué Haïti, attisant la peur et la confusion quant à l'avenir. Bien que nous sachions beaucoup de choses sur cet événement, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas.
Un personnage au centre de l'intrigue : les interrogations tournent autour de l'arrestation du Dr Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, un médecin lié à la Floride décrit comme ayant joué un rôle central dans la mort du président.
Plus de suspects : deux Américains font partie d'au moins 20 personnes qui ont été arrêtées jusqu'à présent. Plusieurs des personnes faisant l'objet d'une enquête se sont rencontrées dans les mois qui ont précédé le meurtre pour discuter de la reconstruction du pays après la chute du président, a déclaré la police haïtienne.
Des années d'instabilité : L'assassinat de M. Moïse intervient après des années d'instabilité dans le pays, qui a longtemps souffert de l'anarchie, de la violence et des catastrophes naturelles.
Le président du Sénat, Joseph Lambert, a déclaré qu'il allait plutôt prêter serment en tant que nouveau dirigeant d'Haïti. Puis il a brusquement reporté cette décision, expliquant plus tard dans une interview que les responsables américains, qui ont exercé une énorme influence sur la politique haïtienne depuis qu'ils ont envahi le pays il y a plus de 100 ans, l'avaient exhorté à se retirer .

M. Henry avait également tenté d'affirmer son autorité la semaine dernière, sans grand succès. Il a publié un communiqué de presse promettant de dévoiler son nouveau cabinet à l'hôtel Karibe, un repère de l'élite bordé de palmiers qui a été un lieu privilégié pour les annonces politiques dans le passé.

Mais juste au moment où la conférence de presse de M. Henry était censée commencer la semaine dernière, le directeur de l'hôtel a fermé les lourdes portes métalliques du bâtiment, empêchant les organes de presse d'entrer. Il n'avait pas été informé de la conférence de presse à l'avance, a-t-il dit, et ne voulait pas être vu en train de soutenir une faction politique plutôt qu'une autre.

"Vous savez à quel point les choses sont sensibles ici", a expliqué le manager Patrice Jacquet. « Je dois prendre des mesures pour protéger l'hôtel.

Pour de nombreux Haïtiens, la manœuvre politique n'était que cela – un jeu de pouvoir par des membres de l'élite et du parti au pouvoir qui leur promettait peu de soulagement. Certains se sont souvenus affectueusement du président et ont pleuré la perte d'un homme politique qui s'est présenté comme un ennemi des intérêts bien établis de la nation.


Image
Un portrait nouvellement peint du président Möise à Port-au-Prince.
Un portrait nouvellement peint du président Möise à Port-au-Prince.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Sur un mur à quelques pâtés de maisons du domicile de l'ancien président, un groupe d'artistes a terminé lundi soir une fresque de M. Moïse. « C'est le seul président qui s'en souciait », a déclaré John Alfrena, 42 ans, admirant le travail qui avait été fait par ses amis, tout en spéculant que M. Moïse avait été tué pour s'être attaqué aux oligarques du pays, le petit groupe de familles qui contrôle une grande partie de l'économie haïtienne.

Maintenant, il espérait que l'épouse du président, Martine Moïse, poursuivrait son héritage politique.

« Nous nous battrons pour que Martine Moïse devienne candidate en 2022 », a-t-il déclaré.

Mme Moïse a surpris le pays en rentrant samedi de Miami, où elle avait été soignée pour les blessures qu'elle avait subies lors de l'attaque contre son mari. Elle est sortie de l'avion portant une écharpe pour son bras droit bandé et un gilet pare-balles. Depuis lors, elle est largement restée hors de vue, bien qu'un message déchirant ait été publié sur son compte Twitter vérifié trois jours après le meurtre, pleurant sa mort et encourageant le pays à continuer sur sa lancée.

"Vingt-cinq ans de vie commune : en une seule nuit, les mercenaires me l'ont arraché", a déclaré l'enregistrement. « Les larmes ne se tariront jamais dans mes yeux. Mon cœur saignera toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: Re: Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES   Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ETATS UNIS responsable du chaos en HAITI d'apres le NEW YORK TIMES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: