Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Codes promo Cdiscount : -25€ dès 299€ ...
Voir le deal

 

 New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17424
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  Empty
MessageSujet: New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT    New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  EmptyJeu 22 Juil 2021 - 4:42

NEW YORK TIMES di ke anyen pa p fonksyone ann AYITI.Grangou ap TOUYE MOUN ,MIZE alos ke POLITISYEN AYISYEN yo ,pwoch GOUVENMAN an ,ap depanse MILYON pou "lobby".
Eske "the newspaper of record" detemine pou fini ou byen diminye "influence nefaste" ke AMERIKEN yo gen sou ti peyi ki ap KOUKOUMAN anba mize ki se AYITI.
Pa bliye ke se NEW YORK TIMES ki te fose administrasyon RICHARD NIXON lan chanje politik sou la GE VYETNAM ,le yo te pibliye ""THE PENTAGON PAPERS" sa gen 50 an de sa.

Battle for Power in Haiti Extends to Lobbying in Washington
Rival political figures and interests are doling out big sums to the influence industry to win support from the United States even as problems in Haiti remain unsolved.

The Haitian government had been ramping up its spending on Washington lobbying in the months before the assassination of President Jovenel Moïse.
The Haitian government had been ramping up its spending on Washington lobbying in the months before the assassination of President Jovenel Moïse.Credit...Federico Rios for The New York Times
Kenneth P. VogelNatalie Kitroeff
By Kenneth P. Vogel and Natalie Kitroeff
July 21, 2021
WASHINGTON — The struggle for power in Haiti after the assassination of the country’s president has spilled onto K Street, where rival Haitian politicians, business leaders and interest groups are turning to lobbyists to wage an expensive and escalating proxy battle for influence with the United States.

Documents, interviews and communications among Haitian politicians and officials show a scramble across a wide spectrum of Haitian interests to hire lobbyists and consultants in Washington and use those already on their payrolls in the hopes of winning American backing in a period of leadership turmoil in Haiti.

A group text chat in the days after the killing of President Jovenel Moïse that included Haitian officials, political figures and American lobbyists showed them strategizing about countering American critics and potential rivals for the presidency and looking for ways to cast blame for the killing, according to copies of the messages obtained by The New York Times and confirmed by some of the participants. The chat began before the assassination and originally included Mr. Moïse, though it appeared to take on a more frenetic tone after he was gunned down in his home this month.

The texts and other documents help bring to life how lobbyists from firms including Mercury Public Affairs — which was paid at least $285,000 in the second half of last year by the Haitian government — are working with allied politicians to position successors in the wake of the assassination.

In addition to Mercury, lobbying filings show that Haiti’s government is paying a total of $67,000 a month to three other lobbyists or their firms, some of which have retained additional lobbyists under subcontracts.

At the same time, competing political factions are looking for ways to develop backing in Washington for their own candidates. One former Haitian lawmaker had a series of discussions about hiring a lobbyist to push the United States to recognize Haiti’s Senate president as the country’s interim leader. A different would-be leader expanded the American political team he assembled to seek support in Congress and from wealthy donors for a possible presidential campaign.

Several other Haitian politicians and interest groups approached lobbyists, political consultants and fixers offering fees as high as $10 million or more for their help.

One prominent lobbyist, Robert Stryk, signed a contract in the days after the assassination to represent a prominent Haitian business interest.

Mr. Stryk — who has worked as a fixer of sorts for foreign clients from whom other lobbyists keep their distance, including targets of sanctions and criminal inquiries in Angola, the Democratic Republican of Congo and Venezuela — would not identify his client in Haiti. But he said he was helping the client attract private investment from the United States to Haiti in an effort to shape the debate about the country’s future.

“All of the various personalities are jockeying for position, in the hopes that the United States could elevate their stature in some way,” said Christopher Harvin, a former Bush administration official who works as a lobbyist and political consultant for clients around the world.

It is not clear yet how much effect the influence campaigns might have. But the lobbying push is the latest example of the scale and reach of Washington’s influence industry and its role in seeking to sway foreign policy. Especially in countries heavily reliant on the United States for financial aid and other backing, governments and deep-pocketed interests have long paid handsomely for help winning support in Washington — or at least the appearance of it — sometimes leading to criticism that they are more focused on currying favor in Washington than addressing problems at home.

The dynamic is stark in Haiti, where a quarter of the population is acutely hungry, despite billions in international assistance since an earthquake devastated the country in 2010.

The Haitian government had been ramping up its spending on Washington lobbying in the months before the assassination as Mr. Moïse faced mounting criticism over his efforts to write a new Constitution and hold elections while the country was convulsed by violence, with thousands of protesters demanding he leave office.
as Haiti’s prime minister by Ariel Henry, center, a neurosurgeon and politician.Credit...Federico Rios for The New York Times
As members of Congress voiced criticism, a lobbyist for the Haitian government recommended in the group text chat days before the assassination that “we should make a formal request” for Haiti’s prime minister “to visit and meet with Blinken in DC,” referring to Secretary of State Antony J. Blinken.

The chaotic power struggle created by the killing of Mr. Moïse has only intensified the drive for United States government support.


The United States initially recognized as Haiti’s interim leader, Claude Joseph, Mr. Moïse’s prime minister, whose claim to leadership was being promoted by the country’s embassy in Washington and Mercury, its lead lobbying firm.

But the 10 remaining senators in Haiti challenged Mr. Joseph’s legitimacy almost immediately, saying they wanted to form a new government. They argued that Mr. Joseph had already been replaced as prime minister through the nomination of Ariel Henry, a neurosurgeon, and said that the head of the Senate, Joseph Lambert, should become president.

Last weekend, the United States switched its support to Mr. Henry from Mr. Joseph, who stepped down as prime minister on Monday and said he would become the foreign minister. The moves drew praise from the State Department, but criticism from Mr. Lambert.


Mr. Harvin said he had been approached by three prospective Haitian clients since the assassination but had not signed any of them. He said the mystery around the still-unsolved murder of Mr. Moïse heightened the risk around the lobbying derby.

“What happens if you spend six weeks positioning a candidate as credible, and then it turns out they had something to do with this?” Mr. Harvin said.

The text chat obtained by The Times provides insight into the ways in which various players in Haitian politics are thinking about influencing opinion in the United States.

One participant was Laurent Lamothe, a former prime minister of Haiti, who had hired a public relations firm to promote a book he published last month that cast him as among the most effective Haitian leaders in recent years.

Another was Damian M. Merlo, a lobbyist and consultant who had worked on the presidential campaigns of both Mr. Moïse and his predecessor as president, Michel Martelly, who is seen as among those jockeying for control. Mr. Merlo had accompanied Mr. Martelly during a trip to Washington in late June to interview other lobbyists, and he also has a contract of $25,000 a month to lobby for the Haitian Embassy in Washington.

They were joined in the group chat by a pair of lobbyists from Mercury as well as an influential Haitian politician and the country’s ambassador to Washington.



Bocchit Edmond, the ambassador, sent a clip to the group chat of a video interview in which Representative Andy Levin, Democrat of Michigan, was asked whether his opposition to the United States’ supporting Haitian armed forces may have contributed to the circumstances that caused the assassination.

“He deflected and was obviously caught off guard,” Mr. Edmond wrote. “We should really use this clip to show how much he is undermining the country’s security.”

Mr. Levin, who is co-chairman of the House Haiti Caucus, criticized the lobbying effort. “The funds of the Haitian government should be spent on lifting up the Haitian people and not arguing in Washington,” he said in an interview.

The Assassination of Haiti’s President
An assassination strikes a troubled nation: The killing of President Jovenel Moïse on July 7 has rocked Haiti, stoking fear and confusion about the future. While there is much we do know about this event, there’s still much we don’t know.
A figure at the center of the plot: Questions are swirling over the arrest of Dr. Christian Emmanuel Sanon, 63, a doctor with ties to Florida described as playing a central role in the death of the president.
More suspects: Two Americans are among at least 20 people who have been detained thus far. Several of the people under investigation met in the months before the killing to discuss rebuilding the country once the president was out of power, Haitian police said.
Years of instability: The assassination of Mr. Moïse comes after years of instability in the country, which has long suffered lawlessness, violence and natural disasters.
Stanley Lucas, a political operative who was a close ally of Mr. Moïse, wrote in the chat that an opposition political party, Inite, “seems to be the political arm of the assassination and the plot,” and called Mr. Lambert “the Coordinator of Inite” and Mr. Henry “a member of Inite.”


Mr. Lamothe appeared to pin the blame for the assassination on a handful of politicians and wealthy businessmen, including Reginald Boulos, a doctor turned businessman who had been openly preparing for a presidential campaign of his own for months before the assassination.

In a voice message sent to the chat, Mr. Lamothe noted that Mr. Boulos, who already had lobbyists and consultants working for him, had added a lobbyist around the time of the assassination to promote an agreement under which Mr. Lambert would become president.

Pressing in the group chat for a public-relations campaign to demand action to find the “masterminds” of the assassination — one of whom he claimed was Mr. Boulos — he asked the lobbyists, “Can we get the plan going quickly.”

“Let’s discuss tonight when I see you,” responded Morris L. Reid, a partner in Mercury Public Affairs.


Image
The 10 remaining members of Haiti’s Senate said that Joseph Lambert, above, their leader, should become president.
The 10 remaining members of Haiti’s Senate said that Joseph Lambert, above, their leader, should become president.Credit...Federico Rios for The New York Times
In an interview, Mr. Lamothe said he “cannot go public and name anyone” as being behind the assassination and claimed his comments in the chat were being taken out of context. But neither he nor Mr. Reid responded to questions about the meeting or in the group chat. Mr. Lucas, who years ago was accused of undermining American policy in Haiti, said in text messages that he “firmly” stood by his comments and again pointed to what he characterized as possible links between the sitting prime minister, Mr. Henry, and the plot to assassinate the president.

Mr. Edmond, the Haitian ambassador, brushed aside questions about the efforts by Mr. Lamothe and Mr. Lucas to blame opposition politicians for the assassination.

“Everyone in the group is free to write something, to write their feelings,” he said in an interview. “As you see, I did not write it.”

He also defended his country’s lobbying spending and activity.

“Many countries are paying for lobbyists here in Washington. That’s the Washington culture,” he said.

In a news release issued by an American public relations firm he retained for $5,000 a month starting in May, Mr. Boulos said the assassination was “a dark day for Haiti,” while also calling for free and fair elections. The lobbyist with whom Mr. Boulos entered into a $5,000-a-month contract the day after the assassination, Arthur Estopinan, released a statement expressing shock about the killing and suggested it could be linked to “increasing violence around the drug trade.”

Mr. Boulos had also hired Joe Miklosi, a former Democratic politician in Colorado, to a $10,000-a-month contract in May to raise money and awareness in the United States for a prospective presidential campaign.

A week after the assassination, though, Mr. Boulos held an emotional call with some of his American consultants to ask them to stand down, explaining he was suspending his presidential efforts out of concern for his safety, according to Mr. Miklosi and others familiar with the call.

Mr. Miklosi said that Mr. Boulos’s political party “is moving forward,” and predicted that whoever holds power in Port-au-Prince was likely to devote significant energy to Washington.

Haitian politicians, he said, believe “that whoever the U.S. blesses, regardless of whether it’s a Republican or Democratic administration, that’s who’s going to win.”


Ken Vogel covers the confluence of money, politics and influence from Washington. He is also the author of “Big Money: 2.5 Billion Dollars, One Suspicious Vehicle, and a Pimp — on the Trail of the Ultra-Rich Hijacking American Politics.” @kenvogel •


Dernière édition par Joel le Jeu 22 Juil 2021 - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17424
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  Empty
MessageSujet: Re: New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT    New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  EmptyJeu 22 Juil 2021 - 5:16

GOOGLE TRANSLATE
TRADIKSYON ATIK lan:

https://www.nytimes.com/2021/07/21/us/politics/haiti-lobbying-washington.html

La bataille pour le pouvoir en Haïti s'étend au lobbying à Washington
Des personnalités politiques et des intérêts rivaux distribuent de grosses sommes à l'industrie de l'influence pour gagner le soutien des États-Unis alors même que les problèmes en Haïti restent non résolus.

Le gouvernement haïtien avait augmenté ses dépenses de lobbying auprès de Washington au cours des mois précédant l'assassinat du président Jovenel Moïse.
Le gouvernement haïtien avait augmenté ses dépenses de lobbying auprès de Washington au cours des mois précédant l'assassinat du président Jovenel Moïse.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Kenneth P. VogelNathalie Kitreff
Par Kenneth P. Vogel et Nathalie Kitreff
21 juillet 2021
WASHINGTON – La lutte pour le pouvoir en Haïti après l'assassinat du président du pays a débordé sur K Street, où des politiciens haïtiens rivaux, des chefs d'entreprise et des groupes d'intérêt se tournent vers les lobbyistes pour mener une bataille par procuration coûteuse et croissante pour influencer les États-Unis.

Des documents, des entretiens et des communications entre les politiciens et les responsables haïtiens montrent une ruée sur un large éventail d'intérêts haïtiens pour embaucher des lobbyistes et des consultants à Washington et utiliser ceux qui sont déjà sur leur liste de paie dans l'espoir de gagner le soutien américain dans une période de troubles du leadership en Haïti.

Une discussion textuelle de groupe dans les jours qui ont suivi le meurtre du président Jovenel Moïse, qui comprenait des responsables haïtiens, des personnalités politiques et des lobbyistes américains, leur a montré des stratégies pour contrer les critiques américains et les rivaux potentiels pour la présidence et chercher des moyens de rejeter la responsabilité du meurtre, selon copies des messages obtenus par le New York Times et confirmés par certains des participants. La conversation a commencé avant l'assassinat et comprenait à l'origine M. Moïse, bien qu'elle ait semblé prendre un ton plus frénétique après qu'il a été abattu à son domicile ce mois-ci .

Les textes et autres documents aident à montrer comment les lobbyistes d'entreprises telles que Mercury Public Affairs - qui a été payé au moins 285 000 $ au second semestre de l'année dernière par le gouvernement haïtien - travaillent avec des politiciens alliés pour positionner leurs successeurs à la suite de l'assassinat. .

En plus de Mercury, les dossiers de lobbying montrent que le gouvernement haïtien paie un total de 67 000 $ par mois à trois autres lobbyistes ou à leurs entreprises, dont certains ont retenu des lobbyistes supplémentaires dans le cadre de sous-contrats.

Dans le même temps, les factions politiques concurrentes cherchent des moyens de développer un soutien à Washington pour leurs propres candidats. Un ancien législateur haïtien a eu une série de discussions sur l'embauche d'un lobbyiste pour pousser les États-Unis à reconnaître le président du Sénat d'Haïti comme le leader par intérim du pays. Un autre dirigeant potentiel a élargi l'équipe politique américaine qu'il a constituée pour rechercher le soutien du Congrès et de riches donateurs pour une éventuelle campagne présidentielle.

Plusieurs autres politiciens et groupes d'intérêt haïtiens ont approché des lobbyistes, des consultants politiques et des truqueurs offrant des honoraires pouvant atteindre 10 millions de dollars ou plus pour leur aide.


Un lobbyiste de premier plan, Robert Stryk, a signé un contrat dans les jours qui ont suivi l'assassinat pour représenter un important intérêt commercial haïtien.

M. Stryk – qui a travaillé en quelque sorte comme arrangeur pour des clients étrangers dont d'autres lobbyistes gardent leurs distances, y compris des cibles de sanctions et d'enquêtes criminelles en Angola, en République démocratique du Congo et au Venezuela – n'a pas voulu identifier son client en Haïti. Mais il a dit qu'il aidait le client à attirer des investissements privés des États-Unis en Haïti dans le but de façonner le débat sur l'avenir du pays.

"Toutes les différentes personnalités se disputent un poste, dans l'espoir que les États-Unis pourraient élever leur stature d'une manière ou d'une autre", a déclaré Christopher Harvin, un ancien responsable de l'administration Bush qui travaille comme lobbyiste et consultant politique pour des clients du monde entier.

On ne sait pas encore quel effet les campagnes d'influence pourraient avoir. Mais la poussée du lobbying est le dernier exemple de l'ampleur et de la portée de l'industrie d'influence de Washington et de son rôle dans la recherche d'influence sur la politique étrangère. Surtout dans les pays fortement tributaires des États-Unis pour l'aide financière et d'autres soutiens, les gouvernements et les intérêts aux poches profondes ont longtemps payé généreusement pour obtenir de l'aide à Washington - ou du moins l'apparence de celui-ci - conduisant parfois à des critiques selon lesquelles ils sont plus concentrés à gagner les faveurs de Washington plutôt qu'à régler les problèmes à la maison.

La dynamique est brutale en Haïti, où un quart de la population souffre de la faim aiguë , malgré des milliards d'aide internationale depuis qu'un tremblement de terre a dévasté le pays en 2010 .

Le gouvernement haïtien avait augmenté ses dépenses de lobbying auprès de Washington au cours des mois précédant l'assassinat, alors que M. Moïse faisait face à des critiques croissantes concernant ses efforts pour rédiger une nouvelle Constitution et organiser des élections alors que le pays était en proie à la violence, avec des milliers de manifestants exigeant qu'il quitter le bureau .

Alors que les membres du Congrès exprimaient leurs critiques, un lobbyiste du gouvernement haïtien a recommandé dans le groupe de discussion par SMS quelques jours avant l'assassinat que « nous devrions faire une demande formelle » pour que le Premier ministre haïtien « visite et rencontre Blinken à Washington », se référant au secrétaire d'État Antony J. Blinken.

La lutte pour le pouvoir chaotique créée par le meurtre de M. Moïse n'a fait qu'intensifier la campagne pour le soutien du gouvernement des États-Unis.

Les États-Unis ont initialement reconnu comme chef par intérim d'Haïti, Claude Joseph, le Premier ministre de M. Moïse, dont la revendication de leadership était promue par l'ambassade du pays à Washington et Mercury, son principal cabinet de lobbying.

Mais les 10 sénateurs restants en Haïti ont remis en cause la légitimité de M. Joseph presque immédiatement, affirmant qu'ils voulaient former un nouveau gouvernement. Ils ont fait valoir que M. Joseph avait déjà été remplacé en tant que Premier ministre par la nomination d'Ariel Henry, un neurochirurgien, et ont déclaré que le chef du Sénat, Joseph Lambert, devrait devenir président.

Le week-end dernier, les États-Unis ont transféré leur soutien à M. Henry de M. Joseph, qui a quitté ses fonctions de Premier ministre lundi et a déclaré qu'il deviendrait ministre des Affaires étrangères. Ces mesures ont attiré les éloges du Département d'État, mais les critiques de M. Lambert.

M. Harvin a déclaré qu'il avait été approché par trois clients haïtiens potentiels depuis l'assassinat mais qu'il n'avait signé aucun d'entre eux. Il a déclaré que le mystère entourant le meurtre toujours non résolu de M. Moïse augmentait le risque autour du derby de lobbying.

« Que se passe-t-il si vous passez six semaines à positionner un candidat comme crédible, et qu'ensuite il s'avère qu'il y est pour quelque chose ? » a dit M. Harvin.

Le chat textuel obtenu par The Times donne un aperçu de la manière dont divers acteurs de la politique haïtienne envisagent d'influencer l'opinion aux États-Unis.

L'un des participants était Laurent Lamothe, un ancien Premier ministre d'Haïti, qui avait engagé une société de relations publiques pour promouvoir un livre qu'il a publié le mois dernier et qui le place parmi les dirigeants haïtiens les plus efficaces de ces dernières années.

Un autre était Damian M. Merlo, un lobbyiste et consultant qui avait travaillé sur les campagnes présidentielles de M. Moïse et de son prédécesseur à la présidence, Michel Martelly, qui est considéré comme faisant partie de ceux qui se battent pour le contrôle . M. Merlo avait accompagné M. Martelly lors d'un voyage à Washington fin juin pour interviewer d'autres lobbyistes, et il a également un contrat de 25 000 $ par mois pour faire du lobbying pour l'ambassade d'Haïti à Washington.

Ils ont été rejoints dans la discussion de groupe par une paire de lobbyistes de Mercury ainsi qu'un homme politique haïtien influent et l'ambassadeur du pays à Washington.



Bocchit Edmond, l'ambassadeur, a envoyé un clip sur le chat de groupe d'une interview vidéo dans laquelle on a demandé au représentant Andy Levin, démocrate du Michigan, si son opposition au soutien des États-Unis aux forces armées haïtiennes pouvait avoir contribué aux circonstances qui ont causé le assassinat.

« Il a dévié et a manifestement été pris au dépourvu », a écrit M. Edmond. "Nous devrions vraiment utiliser ce clip pour montrer à quel point il sape la sécurité du pays."

M. Levin, qui est coprésident du House Haiti Caucus, a critiqué l'effort de lobbying. « Les fonds du gouvernement haïtien devraient être dépensés pour élever le peuple haïtien et non pour se disputer à Washington », a-t-il déclaré dans une interview.

L'assassinat du président haïtien
Un assassinat frappe une nation troublée : le meurtre du président Jovenel Moïse le 7 juillet a secoué Haïti, attisant la peur et la confusion quant à l'avenir. Bien que nous sachions beaucoup de choses sur cet événement, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas.
Un personnage au centre de l'intrigue : les interrogations tournent autour de l'arrestation du Dr Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, un médecin lié à la Floride décrit comme ayant joué un rôle central dans la mort du président.
Plus de suspects : deux Américains font partie d'au moins 20 personnes arrêtées jusqu'à présent. Plusieurs des personnes faisant l'objet d'une enquête se sont rencontrées dans les mois qui ont précédé le meurtre pour discuter de la reconstruction du pays après la chute du président, a déclaré la police haïtienne.
Des années d'instabilité : L'assassinat de M. Moïse intervient après des années d'instabilité dans le pays, qui a longtemps souffert de l'anarchie, de la violence et des catastrophes naturelles.
Stanley Lucas, un agent politique qui était un proche allié de M. Moïse, a écrit dans le chat qu'un parti politique d'opposition, Inite, "semble être le bras politique de l'assassinat et du complot", et a appelé M. Lambert "le Coordinateur d'Inite » et M. Henry « membre d'Inite ».

M. Lamothe a semblé rejeter la responsabilité de l'assassinat sur une poignée de politiciens et de riches hommes d'affaires, dont Reginald Boulos, un médecin devenu homme d'affaires qui se préparait ouvertement à sa propre campagne présidentielle pendant des mois avant l'assassinat.

Dans un message vocal envoyé sur le chat, M. Lamothe a noté que M. Boulos, qui avait déjà des lobbyistes et des consultants travaillant pour lui, avait ajouté un lobbyiste au moment de l'assassinat pour promouvoir un accord en vertu duquel M. Lambert deviendrait président. .

Insistant dans le chat de groupe pour une campagne de relations publiques pour exiger une action pour trouver les « cerveaux » de l'assassinat – dont l'un selon lui était M. Boulos – il a demandé aux lobbyistes : « Pouvons-nous mettre le plan en marche rapidement.

"Parlons-en ce soir quand je vous verrai", a répondu Morris L. Reid, partenaire de Mercury Public Affairs.


Les 10 membres restants du Sénat d'Haïti ont déclaré que Joseph Lambert, ci-dessus, leur chef, devrait devenir président.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Dans une interview, M. Lamothe a déclaré qu'il "ne peut pas rendre public et nommer qui que ce soit" comme étant à l'origine de l'assassinat et a affirmé que ses commentaires dans le chat étaient sortis de leur contexte. Mais ni lui ni M. Reid n'ont répondu aux questions sur la réunion ou dans la discussion de groupe. M. Lucas, qui a été accusé il y a des années de saper la politique américaine en Haïti, a déclaré dans des messages texte qu'il soutenait "fermement" ses commentaires et a de nouveau souligné ce qu'il a qualifié de liens possibles entre le Premier ministre en exercice, M. Henry, et le complot visant à assassiner le président.

M. Edmond, l'ambassadeur d'Haïti, a écarté les questions sur les efforts de M. Lamothe et de M. Lucas pour blâmer les politiciens de l'opposition pour l'assassinat.

"Chacun dans le groupe est libre d'écrire quelque chose, d'écrire ses sentiments", a-t-il déclaré dans une interview. "Comme vous le voyez, je ne l'ai pas écrit."

Il a également défendu les dépenses et les activités de lobbying de son pays.

« De nombreux pays paient pour des lobbyistes ici à Washington. C'est la culture de Washington », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué de presse publié par une société américaine de relations publiques qu'il a retenue pour 5 000 $ par mois à partir de mai, M. Boulos a déclaré que l'assassinat était « un jour sombre pour Haïti », tout en appelant à des élections libres et équitables. Le lobbyiste avec lequel M. Boulos a conclu un contrat de 5 000 $ par mois le lendemain de l'assassinat, Arthur Estopinan, a publié une déclaration exprimant le choc de l'assassinat et a suggéré qu'il pourrait être lié à « une violence croissante autour du trafic de drogue ».

M. Boulos avait également embauché Joe Miklosi, un ancien politicien démocrate du Colorado, pour un contrat de 10 000 $ par mois en mai afin de collecter des fonds et de sensibiliser les États-Unis à une future campagne présidentielle.

Une semaine après l'assassinat, cependant, M. Boulos a tenu un appel émotionnel avec certains de ses consultants américains pour leur demander de se retirer, expliquant qu'il suspendait ses efforts présidentiels par souci de sa sécurité, selon M. Miklosi et d'autres proches. avec l'appel.

M. Miklosi a déclaré que le parti politique de M. Boulos « allait de l'avant », et a prédit que celui qui détient le pouvoir à Port-au-Prince consacrerait probablement une énergie importante à Washington.

Les politiciens haïtiens, a-t-il dit, croient « que quiconque bénit par les États-Unis, qu'il s'agisse d'une administration républicaine ou démocrate, c'est lui qui va gagner ».
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H


Masculin
Nombre de messages : 9998
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  Empty
MessageSujet: Re: New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT    New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  EmptyJeu 22 Juil 2021 - 21:26

Joel

Je ne savais pas que la lutte pour le pouvoir était si féroce dans le camp de Tèt Kale et en Haiti en general . Cet article m'a permis de comprendre pourquoi Jean Bertrand Aristide se taisait depuis son retour d'exil . C'est une question de vie ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  Empty
MessageSujet: Re: New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT    New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
New York Times ap pale de LAJAN ki ap depanse lan LOBBY lan WASHINGTON pa POLIT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: