Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
-130€ sur le Moniteur Gaming LG UltraGear ...
Voir le deal
299.99 €

 

 Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17341
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptySam 24 Juil 2021 - 7:56

https://www.nytimes.com/2021/07/23/world/americas/moises-jovenel-funeral-haiti.html

Tense Funeral for Haiti Leader Exposes Rifts, and U.S. Delegation Departs Early
Angry protests before and during the funeral reflected the nation’s deep divisions, a backdrop to a moment many had hoped would help mend a fractured nation. Shots were reported outside the event.

Martine Moïse laid a hand on her husband’s coffin during the funeral for the assassinated leader on Friday in Cap-Haïtien, Haiti.
Martine Moïse laid a hand on her husband’s coffin during the funeral for the assassinated leader on Friday in Cap-Haïtien, Haiti.Credit...Federico Rios for The New York Times
Catherine Porter
By Catherine Porter
July 23, 2021
CAP-HAÏTIEN, Haiti — Heckled by protesters and surrounded by phalanxes of heavily armed guards, foreign diplomats and Haitian politicians attended the funeral of Haiti’s assassinated president on Friday, a tense event that laid bare a fractured nation’s problems instead of providing an opportunity for healing.

Less than a half-hour into the funeral, foreign dignitaries including an American delegation led by the U.S. ambassador to the United Nations, Linda Thomas-Greenfield, departed over safety concerns set off by gunshots fired outside the event. White House officials said that the delegation members were safe and that they had flown back to the United States, cutting the trip short.

Video

1:05
Haiti Holds Funeral for Assassinated President


Haiti Holds Funeral for Assassinated President

By Reuters

The slain president, Jovenel Moïse, was laid to rest Friday, two weeks after he was killed in his bedroom outside Port-au-Prince. The authorities have blamed a group of Colombian mercenaries for his killing, and have taken others into custody.CreditCredit...Federico Rios for The New York Times
The funeral was held in the family compound of the assassinated president, Jovenel Moïse, just outside the northern city of Cap-Haïtien, with grandstands erected inside an arena around a central stage, dressed with white curtains and flowers, where his coffin was set, covered in a Haitian flag and guarded by four men in military uniforms.

Though the setting was serene, the tensions that had rocked the streets the afternoon before leaked quickly into the ceremony.

A line of Mr. Moïse’s supporters stood by the entrance to the funeral and yelled at arriving politicians: “Justice for Jovenel!”
Image
Soldiers guard the coffin of Jovenel Moïse, the slain president of Haiti.
Soldiers guard the coffin of Jovenel Moïse, the slain president of Haiti.Credit...Federico Rios for The New York Times
When Haiti’s national police chief, Leon Charles, arrived, the crowd surged around him and erupted into shouting and finger pointing. As he passed the grandstand of invited guests, many there also jumped to their feet to shout their displeasure.

“He killed the president!” yelled Marie Michelle Nelcifor, adding she believed Mr. Moïse had telephoned Mr. Charles while assassins attacked his home but that Mr. Charles had not sent police officers to defend him. “Where were the security guards?” she asked.

Others were angry that the investigation into his assassination had not been completed. “They are burying him surrounded by his assassins!” shouted Kettie Compere, a mother of two looking up at the grandstand of diplomats and Haitian politicians where Mr. Charles had settled.

When Martine Moïse, the president’s widow, arrived dressed in black with a large black hat and a mask with a photo of her husband affixed to it, the crowd surged around her, singing “arrest them, arrest them.”

Speaking publicly for the first time since the assassination, which also left her wounded, Ms. Moïse delivered a eulogy that was pointedly political. While telling the mourners that her family is “living in dark days,” she also implied that her husband had been killed by the country’s leading bourgeoise families.

“Is it a crime to want to free the state from the clutches of the corrupt oligarchs?” she said, standing at the podium with her three children surrounding her.

“The raptors are still running the streets with their bloody claws,” she said. “They are still looking for prey. The are not even hiding. They are there watching me and listening to us, hoping to scare me. Their thirst for blood has not been quenched yet.”

Image
Ms. Moïse arriving for the funeral surrounded by bodyguards and security personnel.
Ms. Moïse arriving for the funeral surrounded by bodyguards and security personnel.Credit...Federico Rios for The New York Times
The smell of tear gas wafted over the family compound during the funeral.

Following the ceremony, Cap-Haïtien seemed to descend into lawlessness. The main roads of the city were clogged with burning tires and barricades made from boulders and wood. Roaming packs of men, some masked and armed, stopped motorcyclists and robbed them.

At least one home appliance store was looted, with people carrying away refrigerators and air conditioners. All the businesses along the downtown streets were shuttered.

The American delegation that arrived in the city earlier Friday said its objective was to re-engage with Haiti and help the country overcome a litany of problems compounded by Mr. Moïse’s assassination.

“You deserve democracy, stability, security and prosperity, and we stand with you in this time of crisis,” Ms. Thomas-Greenfield said.

In an interview, a member of the delegation, Juan Gonzalez, President Biden’s top adviser on Latin America, said it wanted to promote cooperation among political factions in Haiti. He also said the White House believed Haiti should proceed with elections, but only when safe to do so.

The White House national security adviser, Jake Sullivan, said after the delegation flew home that the United States remained “deeply concerned” about Haiti.

“We strongly urge all parties to express themselves peacefully, and call on Haiti’s leaders to be clear that their supporters must refrain from violence,” Mr. Sullivan said in a statement. The delegation, he said, had “met with senior Haitian officials and civil society leaders and shared this message directly.”

The July 7 killing of Mr. Moïse, 53, in the bedroom of his home near Port-au-Prince, the capital, has plunged the Caribbean nation of 11 million into a deep crisis. Officials have blamed a group of Colombian mercenaries, but many questions remain unanswered, including who planned the assassination and why no members of the president’s security detail were hurt. Several members of that security detail have been questioned and taken into custody.

Pressured by Western countries led by the United States, Haiti’s other political leaders, jostling for power, have pledged an orderly transition and a democratic process. A new government was installed in the capital this week, and its leaders vowed to get to the bottom of the assassination and to build consensus among the country’s political factions and civic groups.

But it was clear even before the funeral that deep divisions would shape and possibly subvert what many hoped would be a venue for reconciliation.

The night before, Cap-Haïtien burned with anger and frustration, exposing deep divisions in Haitian society that have existed since the former French colony of slaves rebelled and defeated Napoleon’s troops.

The streets billowed with the black smoke of burning tires, a common form of protest in a country split by geography, wealth and power. Large crowds of demonstrators ran through the narrow colonial streets, chanting, “They killed Jovenel, and the police were there!”

Angry men tried to block the arrival of mourners from the country’s south, throwing a concrete block at the lead car of a motorcade that had navigated through fire, and later dragging a concrete telephone pole across a road.

Image
A burning roadblock on the streets of Cap-Haïtien.
A burning roadblock on the streets of Cap-Haïtien.Credit...Federico Rios for The New York Times
“We sent them someone alive, they sent him back a cadaver,” screamed Frantz Atole, a 42-year-old mechanic, promising violence. “This country is not going to be silent.”

The disdain for the country’s economic elite, expressed by Ms. Moïse in her eulogy, was clearly a prevailing emotion among the protesters on Thursday.

Image
Prime Minister Ariel Henry at the funeral for Mr. Moïse on Friday.
Prime Minister Ariel Henry at the funeral for Mr. Moïse on Friday.Credit...Federico Rios for The New York Times
“The bourgeoisie from Port-au-Prince are responsible. They are the reason for all of this,” said Emmanuella Joseph, a 20-year-old secondary school student, crying into a face cloth on the side of the road at the tail end of a running protest.

The Assassination of Haiti’s President
An assassination strikes a troubled nation: The killing of President Jovenel Moïse on July 7 has rocked Haiti, stoking fear and confusion about the future. While there is much we do know about this event, there’s still much we don’t know.
A figure at the center of the plot: Questions are swirling over the arrest of Dr. Christian Emmanuel Sanon, 63, a doctor with ties to Florida described as playing a central role in the death of the president.
More suspects: Two Americans are among at least 20 people who have been detained thus far. Several of the people under investigation met in the months before the killing to discuss rebuilding the country once the president was out of power, Haitian police said.
Years of instability: The assassination of Mr. Moïse comes after years of instability in the country, which has long suffered lawlessness, violence and natural disasters.
She added that the president’s killers were outsiders who had long meddled with the country’s destiny. “What kind of nation comes and kills a president?”

Cap-Haïtien was once the capital of the French colony of St. Domingue, which claimed one of the most brutal slave plantation economies in the world and was later overwhelmed by the world’s most successful slave rebellion. Banners strung across its roads read “Justice for President Jovenel” and “Thank you President Jovenel. You gave your life for the people’s fight and it will continue.”

Just off the city’s main stone square, where rebel leaders were executed more than two centuries ago, mourners lined up on Thursday to sign condolence books and light candles before a large photo of the president in a government building.

“We are living in a time that’s so fragile,” said Maxil Mompremier, standing outside the colonial-era Notre Dame de L’Assomption Cathedral, where Mr. Moïse’s supporters had gathered earlier for a service. “Nobody understands what happened. A lot of people are afraid.”


Image
A mourner during Friday’s funeral. The death of Mr. Moïse, who was from the country’s less-developed north, has highlighted Haiti’s political and economic divisions.
A mourner during Friday’s funeral. The death of Mr. Moïse, who was from the country’s less-developed north, has highlighted Haiti’s political and economic divisions. Credit...Federico Rios for The New York Times
Originally from the north, Mr. Moïse was not well known in the country’s power center of Port-au-Prince when the governing party chose him as its candidate in the 2015 election. He was born in the town of Trou-du-Nord, and later began his entrepreneurial career from Port-de-Paix, where he became president of the Chamber of Commerce.

That he was killed far away in Port-au-Prince inflamed old divisions between the less developed north and the country’s capital and economic center. It also deepened the rifts between the country’s small elite — historically stemming from the descendants of lighter-skinned Blacks who were free before the revolution — and its destitute majority.

“It comes back incessantly in all the history of Haiti,” said Emile Eyma Jr., a historian based in Cap-Haïtien, speaking of the resentment felt by northerners.

“What is dangerous is that both the question of color and the question of regionalism are weaponized for purely political reasons,” he said, distracting from the country’s fundamental problems of inequality, poverty and unemployment.

Harold Isaac, Zachary Montague and Rick Gladstone contributed reporting.




A version of this article appears in print on July 24, 2021, Section A, Page 1 of the New York edition with the headline: As Haitian President Is Buried, Protests Blame Elites in Killing. Order Reprints | Today’s Paper | Subscribe
READ 97 COMMENTS
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17341
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptySam 24 Juil 2021 - 8:15

Tradiksyon ATIK lan par GOOGLE TRANSLATE


Des funérailles tendues pour le leader haïtien révèlent des failles et la délégation américaine part tôt
Les manifestations de colère avant et pendant les funérailles reflétaient les profondes divisions de la nation, une toile de fond à un moment que beaucoup espéraient aider à réparer une nation fracturée. Des coups de feu ont été signalés en dehors de l'événement.

Martine Moïse a posé la main sur le cercueil de son mari lors des funérailles du leader assassiné vendredi à Cap-Haïtien, en Haïti.
Martine Moïse a posé la main sur le cercueil de son mari lors des funérailles du leader assassiné vendredi à Cap-Haïtien, en Haïti.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Catherine Porter
Par Catherine Porter
23 juillet 2021
CAP-HAÏTIEN, Haïti - Chahutés par des manifestants et entourés de phalanges de gardes lourdement armés, des diplomates étrangers et des politiciens haïtiens ont assisté aux funérailles du président haïtien assassiné vendredi, un événement tendu qui a mis à nu les problèmes d'une nation fracturée au lieu de fournir une opportunité de guérison .

Moins d'une demi-heure après les funérailles, des dignitaires étrangers, dont une délégation américaine dirigée par l'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, sont partis pour des raisons de sécurité déclenchées par des coups de feu tirés en dehors de l'événement. Les responsables de la Maison Blanche ont déclaré que les membres de la délégation étaient en sécurité et qu'ils étaient rentrés aux États-Unis, économisant ainsi le voyage.

Le président assassiné, Jovenel Moïse, a été inhumé vendredi, deux semaines après avoir été tué dans sa chambre à l'extérieur de Port-au-Prince. Les autorités ont blâmé un groupe de mercenaires colombiens pour son meurtre et ont placé d'autres en détention.CréditCrédit...Federico Rios pour le New York Times
Les funérailles ont eu lieu dans l'enceinte familiale du président assassiné, Jovenel Moïse, juste à l'extérieur de la ville septentrionale de Cap-Haïtien, avec des tribunes érigées à l'intérieur d'une arène autour d'une scène centrale, vêtue de rideaux blancs et de fleurs, où son cercueil a été placé, couvert d'un drapeau haïtien et gardé par quatre hommes en uniforme militaire.

Bien que le cadre soit serein, les tensions qui avaient secoué les rues l'après-midi précédent se sont rapidement infiltrées dans la cérémonie.

Une file de partisans de M. Moïse se tenait à l'entrée des funérailles et criait aux politiciens qui arrivaient : « Justice pour Jovenel !

Lorsque le chef de la police nationale d'Haïti, Léon Charles, est arrivé, la foule s'est précipitée autour de lui et a éclaté en cris et en pointant du doigt. Alors qu'il passait devant la tribune des invités, beaucoup se sont également levés pour crier leur mécontentement.

« Il a tué le président ! a crié Marie Michelle Nelcifor, ajoutant qu'elle croyait que M. Moïse avait téléphoné à M. Charles pendant que des assassins attaquaient son domicile mais que M. Charles n'avait pas envoyé de policiers pour le défendre. « Où étaient les gardes de sécurité ? » elle a demandé.

D'autres étaient fâchés que l'enquête sur son assassinat n'ait pas été terminée. « Ils l'enterrent entouré de ses assassins ! a crié Kettie Compere, une mère de deux enfants, regardant la tribune des diplomates et des politiciens haïtiens où M. Charles s'était installé.

Lorsque Martine Moïse, la veuve du président, est arrivée vêtue de noir avec un grand chapeau noir et un masque avec une photo de son mari apposée dessus, la foule a déferlé autour d'elle en chantant « Arrestez-les, arrêtez-les ».

S'exprimant publiquement pour la première fois depuis l'assassinat, qui l'a également blessée, Mme Moïse a prononcé un éloge ostensiblement politique. Tout en disant aux personnes en deuil que sa famille « vit des jours sombres », elle a également laissé entendre que son mari avait été tué par les principales familles bourgeoises du pays.

« Est-ce un crime de vouloir libérer l'État des griffes des oligarques corrompus ? » dit-elle, debout sur le podium avec ses trois enfants qui l'entouraient.

« Les raptors courent toujours dans les rues avec leurs griffes sanglantes », a-t-elle déclaré. « Ils sont toujours à la recherche de proies. Ils ne se cachent même pas. Ils sont là à me regarder et à nous écouter, espérant me faire peur. Leur soif de sang n'est pas encore étanchée.

Mme Moïse arrivant pour les funérailles entourée de gardes du corps et du personnel de sécurité.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Une odeur de gaz lacrymogène a flotté sur l'enceinte familiale pendant les funérailles.

Suite à la cérémonie, Cap-Haïtien a semblé sombrer dans l'anarchie. Les routes principales de la ville étaient obstruées par des pneus en feu et des barricades faites de rochers et de bois. Des meutes d'hommes errants, certains masqués et armés, ont arrêté les motocyclistes et les ont dévalisés.

Au moins un magasin d'appareils électroménagers a été pillé, des personnes emportant des réfrigérateurs et des climatiseurs. Tous les commerces des rues du centre-ville ont été fermés.

La délégation américaine arrivée dans la ville plus tôt vendredi a déclaré que son objectif était de renouer avec Haïti et d'aider le pays à surmonter une litanie de problèmes aggravés par l'assassinat de M. Moïse.

« Vous méritez la démocratie, la stabilité, la sécurité et la prospérité, et nous sommes à vos côtés en cette période de crise », a déclaré Mme Thomas-Greenfield.

Dans une interview, un membre de la délégation, Juan Gonzalez, le principal conseiller du président Biden sur l'Amérique latine, a déclaré vouloir promouvoir la coopération entre les factions politiques en Haïti. Il a également déclaré que la Maison Blanche pensait qu'Haïti devrait procéder à des élections, mais seulement lorsqu'il pourrait le faire en toute sécurité.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré après le vol de la délégation que les États-Unis restaient « profondément préoccupés » par Haïti.

« Nous exhortons vivement toutes les parties à s'exprimer pacifiquement et appelons les dirigeants haïtiens à être clairs sur le fait que leurs partisans doivent s'abstenir de toute violence », a déclaré M. Sullivan dans un communiqué. La délégation, a-t-il dit, avait « rencontré de hauts responsables haïtiens et des dirigeants de la société civile et partagé ce message directement ».

Le meurtre, le 7 juillet, de M. Moïse, 53 ans, dans la chambre de sa maison près de Port-au-Prince, la capitale, a plongé la nation caribéenne de 11 millions d'habitants dans une crise profonde. Les responsables ont blâmé un groupe de mercenaires colombiens, mais de nombreuses questions restent sans réponse, notamment qui a planifié l'assassinat et pourquoi aucun membre de la sécurité du président n'a été blessé. Plusieurs membres de ce détachement de sécurité ont été interrogés et placés en garde à vue .

Sous la pression des pays occidentaux dirigés par les États-Unis, les autres dirigeants politiques d'Haïti, se bousculant pour le pouvoir, ont promis une transition ordonnée et un processus démocratique. Un nouveau gouvernement a été installé dans la capitale cette semaine, et ses dirigeants ont promis de faire la lumière sur l'assassinat et de parvenir à un consensus entre les factions politiques et les groupes civiques du pays.

Mais il était clair, même avant les funérailles, que de profondes divisions allaient façonner et éventuellement renverser ce que beaucoup espéraient être un lieu de réconciliation.

La nuit précédente, Cap-Haïtien brûlait de colère et de frustration, révélant de profondes divisions dans la société haïtienne qui existent depuis que l'ancienne colonie française d'esclaves s'est rebellée et a vaincu les troupes de Napoléon.

Les rues gonflaient de la fumée noire des pneus en feu, une forme de protestation courante dans un pays divisé par la géographie, la richesse et le pouvoir. De grandes foules de manifestants ont couru dans les rues coloniales étroites, scandant : « Ils ont tué Jovenel, et la police était là !

Des hommes en colère ont tenté de bloquer l'arrivée de personnes en deuil du sud du pays, jetant un bloc de béton sur la voiture de tête d'un cortège qui avait traversé le feu, puis traînant un poteau téléphonique en béton sur une route.


Image
Un barrage routier en feu dans les rues du Cap-Haïtien.
Un barrage routier en feu dans les rues du Cap-Haïtien.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
"On leur a envoyé quelqu'un vivant, ils lui ont renvoyé un cadavre", a crié Frantz Atole, un mécanicien de 42 ans, promettant la violence. « Ce pays ne va pas se taire. »

Le mépris pour l'élite économique du pays, exprimé par Mme Moïse dans son éloge funèbre, était clairement une émotion dominante parmi les manifestants jeudi.


Image
Le Premier ministre Ariel Henry aux funérailles de M. Moïse vendredi.
Le Premier ministre Ariel Henry aux funérailles de M. Moïse vendredi.Crédit...Federico Rios pour le New York Times
« La bourgeoisie de Port-au-Prince est responsable. Ils sont la raison de tout cela », a déclaré Emmanuella Joseph, une lycéenne de 20 ans, pleurant dans une débarbouillette sur le bord de la route à la fin d'une manifestation en cours.

L'assassinat du président haïtien
Un assassinat frappe une nation troublée : le meurtre du président Jovenel Moïse le 7 juillet a secoué Haïti, attisant la peur et la confusion quant à l'avenir. Bien que nous sachions beaucoup de choses sur cet événement, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas.
Un personnage au centre de l'intrigue : les interrogations tournent autour de l'arrestation du Dr Christian Emmanuel Sanon, 63 ans, un médecin lié à la Floride décrit comme ayant joué un rôle central dans la mort du président.
Plus de suspects : deux Américains font partie d'au moins 20 personnes qui ont été arrêtées jusqu'à présent. Plusieurs des personnes faisant l'objet d'une enquête se sont rencontrées dans les mois qui ont précédé le meurtre pour discuter de la reconstruction du pays après la chute du président, a déclaré la police haïtienne.
Des années d'instabilité : L'assassinat de M. Moïse intervient après des années d'instabilité dans le pays, qui a longtemps souffert de l'anarchie, de la violence et des catastrophes naturelles.
Elle a ajouté que les assassins du président étaient des étrangers qui s'étaient longtemps mêlés du destin du pays. « Quel genre de nation vient tuer un président ?

Cap-Haïtien était autrefois la capitale de la colonie française de Saint-Domingue, qui a revendiqué l'une des économies de plantation d'esclaves les plus brutales au monde et a ensuite été submergée par la rébellion d'esclaves la plus réussie au monde. Des banderoles accrochées sur ses routes lisaient « Justice pour le président Jovenel » et « Merci président Jovenel. Vous avez donné votre vie pour le combat du peuple et cela continuera.

Juste à côté de la principale place de pierre de la ville, où les chefs rebelles ont été exécutés il y a plus de deux siècles, les personnes en deuil se sont alignées jeudi pour signer des livres de condoléances et allumer des bougies devant une grande photo du président dans un bâtiment gouvernemental.

« Nous vivons à une époque si fragile », a déclaré Maxil Mompremier, debout devant la cathédrale Notre-Dame de L'Assomption de l'époque coloniale, où les partisans de M. Moïse s'étaient réunis plus tôt pour un service. « Personne ne comprend ce qui s'est passé. Beaucoup de gens ont peur. »


Image
Une personne en deuil lors des funérailles de vendredi. Le décès de M. Moïse, originaire du nord moins développé du pays, a mis en lumière les divisions politiques et économiques d'Haïti.
Une personne en deuil lors des funérailles de vendredi. Le décès de M. Moïse, originaire du nord moins développé du pays, a mis en lumière les divisions politiques et économiques d'Haïti. Crédit...Federico Rios pour le New York Times
Originaire du nord, M. Moïse n'était pas très connu dans le centre du pouvoir du pays de Port-au-Prince lorsque le parti au pouvoir l'a choisi comme candidat aux élections de 2015. Il est né dans la ville de Trou-du-Nord et a par la suite commencé sa carrière d'entrepreneur à Port-de-Paix, où il est devenu président de la Chambre de commerce.

Le fait qu'il ait été tué loin à Port-au-Prince a attisé les anciennes divisions entre le nord moins développé et la capitale et centre économique du pays. Il a également approfondi les divisions entre la petite élite du pays – historiquement issue des descendants de Noirs à la peau plus claire qui étaient libres avant la révolution – et sa majorité démunie.

« Cela revient sans cesse dans toute l'histoire d'Haïti », a déclaré Emile Eyma Jr., historien basé au Cap-Haïtien, parlant du ressentiment ressenti par les habitants du Nord.

"Ce qui est dangereux, c'est que la question de la couleur et la question du régionalisme sont militarisées pour des raisons purement politiques", a-t-il déclaré, détournant l'attention des problèmes fondamentaux du pays que sont les inégalités, la pauvreté et le chômage.

Harold Isaac, Zachary Montague et Rick Gladstone ont contribué au reportage.


Revenir en haut Aller en bas
Don Karlos
Star
Star
Don Karlos

Masculin
Nombre de messages : 356
Localisation : Paris
Opinion politique : Ni-Ni
Loisirs : Le jeu d'échecs
Date d'inscription : 03/07/2021

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptySam 24 Juil 2021 - 12:18


When Martine Moïse, the president’s widow, arrived dressed in black with a large black hat and a mask with a photo of her husband affixed to it, the crowd surged around her, singing “arrest them, arrest them.”

Speaking publicly for the first time since the assassination, which also left her wounded, Ms. Moïse delivered a eulogy that was pointedly political. While telling the mourners that her family is “living in dark days,” she also implied that her husband had been killed by the country’s leading bourgeoise families.
“Is it a crime to want to free the state from the clutches of the corrupt oligarchs?” she said, standing at the podium with her three children surrounding her.


Here we go.. C'est quand même pas compliqué à comprendre... C'est la femme du Président qui confirme ce que tout le monde sait, pas besoin d'être lnspecteur Colombo..

Seuls les gens de mauvaise foi, les menteurs, les propagandistes, ceux qui ont peur pour leur cul maintenant, nient l'évidence. Qui peut payer des centaines de milliers de dollars à des mercenaires pour commettre un tel crime.. Une police qui ne bouge pas alors que le Président l'appelle, des douaniers qui n'avertissent pas les autorités alors qu'une trentaine d'hommes étrangers rentre sur le territoire, un armement lourd entré dans le pays sans que personne ne voit que du feu... oh oh....Qui a payé tous ces gens pour se taire.... des gens qui ont de l'argent... c'est l'oligarchie salope haitienne dont il est temps qu'elle rende des comptes.

Marc H aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17341
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptySam 24 Juil 2021 - 15:38

MARC;

Qu'est ce que vous aimez a propos de ce message.

Participeriez vous au projet de rehabilitation de JOVENEL?

Avez vous laisse le wagon REGINALD BOULOS?

Des bruits courent que MARTINE MOISE sera la candidate d'une faction des TET KALE dans les prochaines elections,bien que vous savez que je ne me fie pas aux rumeurs.

Messieurs,donnez une chance a la PATRIE exsangue,j'aimerais voir le commencement d'une vie meilleure pour le pays avant que je tourne l'arme a gauche ,comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Don Karlos
Star
Star
Don Karlos

Masculin
Nombre de messages : 356
Localisation : Paris
Opinion politique : Ni-Ni
Loisirs : Le jeu d'échecs
Date d'inscription : 03/07/2021

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptyDim 25 Juil 2021 - 8:18

Des bruits courent que MARTINE MOISE sera la candidate d'une faction des TET KALE dans les prochaines elections,bien que vous savez que je ne me fie pas aux rumeurs.

Martelly est le premier qui doit être accusé dans l'assassinat de Jovenel.. Le mode opératoire de l'assassinat, c'est à dire l'arrachage d'un oeil, des membres fracassés démontrent qu'un des commanditaires du consortium a exercé une vengeance, une violence personnelle.. Le fait que la femme du Président ne soit pas tuée montre qu'elle sera utilisée directement politiquement pour la prochaine élection présidentielle soit en tant que candidate soit en tant qu'appui.. Mais je ne crois pas en aucun cas, qu'elle sera candidate. C'est Martelly qui veut reprendre le pouvoir qu'il avait confié à Jovenel..
Revenir en haut Aller en bas
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6208
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptyDim 25 Juil 2021 - 11:23

Joel a écrit:
MARC;

Qu'est ce que vous aimez a propos de ce message.

Participeriez vous au projet de rehabilitation de JOVENEL?

Avez vous laisse le wagon REGINALD BOULOS?


Joel ,
Je préférais 100 fois vivre une expérience présidentielle de Boulos plutôt   qu'un retour de Martelly ou de la nouvelle recrue du département d'Etat us  Martine Moise ou Moise Jean Charles .

Je vous dirai dans une prochaine interventions les raisons .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
https://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17341
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptyDim 25 Juil 2021 - 13:08

Vous etes familier avec ce dicton "the past is prolog"?

"Le passe est prologue"

Ou byen an KREYOL "Se lan veye ou konnen ki jan LANTEMAN ap ye"

Dapre wou ak DISKOU BOULOS ap pwononse jounen jodi an,ou si ke misye chanje?

Mwen doute ke ou ka konpare BOULOS ak yon ABINADER lan RD pa ekzanp.

Yon sel bagay yo genyen an komen ,yo se desandan ARAB.

Pa gen okenn dout ki jan ABINADER ranmase fotin familyal lan;se pa ak lajan GOUVENMAN DOMINIKEN an.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9952
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. EmptyDim 25 Juil 2021 - 13:39

Joel a écrit:
Vous etes familier avec ce dicton "the past is prolog"?

"Le passe est prologue"

Ou byen an KREYOL "Se lan veye ou konnen ki jan LANTEMAN ap ye"

Dapre wou ak DISKOU BOULOS ap pwononse jounen jodi an,ou si ke misye chanje?

Mwen doute ke ou ka konpare BOULOS ak yon ABINADER lan RD pa ekzanp.

Yon sel bagay yo genyen an komen ,yo se desandan ARAB.

Pa gen okenn dout ki jan ABINADER ranmase fotin familyal lan;se pa ak lajan GOUVENMAN DOMINIKEN an.  


Joel

Map di w anko ke mwen prefere pran on presidans Boulos que de revivre le calvaire de TET Kale PHTK . Au moins Boulos aura des choses à prouver contrairement `MArtelly , Martine ou Moise Jean Charles . Voilà
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty
MessageSujet: Re: Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.   Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Koman NYTIMES kouvri FINERAY JOVENEL lan.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: