Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -37%
Fire TV Stick Lite avec télécommande ...
Voir le deal
18.99 €

 

 Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17419
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  EmptyVen 22 Oct 2021 - 13:37

Eh!KARLOS .Ce n'est pas un article du NEW YORK TIMES,cette fois ci,c'est de la revue THE NATION.

THE NATION a une longue HISTOIRE avec HAITI.Elle avait exposee les massacres des OCCUPANTS AMERICAINS durant les annees 1920s.

AMY WILENTZ est maintenant la REDACTRICE EN CHEF de THE NATION

Les récents enlèvements en Haïti étaient-ils des affaires, de la politique ou les deux ?
L'assassinat de Jovenel Moïse et le récent enlèvement des missionnaires chrétiens doivent être considérés comme une sorte de retour de flamme – un retour de flamme qui a révélé notre politique déplorable et ratée en Haïti.
Par Amy WilentzHIER 11H27
bouton de partage facebookbouton de partage twitterbouton de partage flipboardbouton de partage de pochebouton de partage d'e-mails
Signe des missionnaires d'Haïti
Les gens protestent pour la libération des missionnaires kidnappés près du siège des missionnaires à Titanyen, au nord de Port-au-Prince, Haïti. (Joseph Odelyn / Associated Press)

Abonnez-Vous À La Nation
Abonnez-vous maintenant pour aussi peu que 2 $ par mois!
LRegardons de plus près l'enlèvement en Haïti qui fait l'actualité cette semaine. Seize Américains, dont plusieurs enfants, plus un Canadien, tous membres de Christian Aid Ministries, ont été emmenés le 16 octobre par l'un des plus grands gangs d'Haïti, 400 Mawozo , alors que le groupe étranger terminait une visite dans un orphelinat.

Chaque semaine en Haïti, il y a de nombreux enlèvements – enlèvements non seulement d'infirmières, d'enseignants ou de pédiatres, mais aussi de gens ordinaires. De plus, tous les mois environ, il y a un assassinat de sang-froid d'un bienfaiteur ou d'un militant des droits ou d'un journaliste, d'un médecin ou d'un avocat. Il y a eu plusieurs massacres au cours des 10 dernières années, principalement dans des quartiers « d'opposition », dont un dans lequel plus de 70 personnes ont été tuées.

Mais jusqu'à présent, presque toutes ces victimes ont été haïtiennes, ou haïtiano-américaines (quelques-unes), et peut-être parce que les deux présidents haïtiens de la décennie, qui auraient dû s'occuper de ces choses, ont servi au bon plaisir du Département d'État, ni le gouvernement américain ni les médias américains n'ont prêté attention aux maux qui se sont produits sous ces régimes. Ce qui se passe en Haïti reste en Haïti, si possible. Là, pour les Américains, la vie des Noirs n'a pas d'importance.

Et pourtant, Dorval était un avocat respecté, un constitutionnaliste et le chef du barreau d'Haïti. Duclaire était l'un des défenseurs des droits humains les plus connus et les plus virulents d'Haïti, et Diego Charles était un journaliste d'investigation à la radio et sur des sites Web et critique du gouvernement qui travaillait avec Duclaire. Chacun d'eux a été assassiné de sang-froid.

On s'en fout? Ni le gouvernement américain, ni les médias américains.

J'ai déjà écrit cette pièce. Juste un jour avant que le président haïtien Jovenel Moïse ne soit tué, j'ai écrit sur la façon dont les Américains ignoraient, apparemment volontairement, la destruction de la classe moyenne haïtienne, de son intelligentsia, de ses patriotes et de sa population en général. Au cours des neuf premiers mois de 2021, au moins 628 enlèvements documentés ont eu lieu, presque tous non signalés par les médias américains (à l'exception, notamment , du Miami Herald ) et ignorés par le département d'État. C'était normal pour le gouvernement américain, mais surprenant (un peu) de la part des médias.

Voir notre numéro actuel
Abonnez-vous aujourd'hui et économisez jusqu'à 129 $.

Puis, aux petites heures du matin du 7 juillet, Moïse a été assassiné – un leader qui avait présidé, avec un soutien américain indéfectible , à une grande partie de cette violence, et qui avait délibérément détruit les principales branches de la démocratie haïtienne. Il jubilait alors que la législature était décimée par l'attrition et il a licencié et emprisonné des juges, ne remplaçant que quelques-uns de choix par ses propres copains. Les maires de tout le pays ont également été remplacés par des Moïse, et aucune élection de quelque nature que ce soit n'a eu lieu au cours de ses presque cinq années au pouvoir. Au moment de sa mort, il ne restait plus que 10 législateurs en fonction.

Le meurtre du président haïtien a en fait attiré l'attention ici aux États-Unis… parce que Moïse était notre homme. En 2011, un an après un tremblement de terre désastreux en Haïti qui a tué plus de 200 000 personnes, le prédécesseur et mentor de Moïse, Michel Martelly, un chanteur et musicien de boussole bien connu , a été lutté pour le deuxième tour d'une élection peu concluante à l'époque – les États-Unis La secrétaire d'État Hillary Clinton et son mari , à l'époque envoyé spécial de l'ONU. Martelly a remporté cette élection, bien que la fraude ait été alléguée par la plupart des observateurs, y compris les membres du groupe restreint des « amis d'Haïti », des acteurs organisationnels et nationaux qui s'ingèrent dans les affaires haïtiennes depuis des années.. Néanmoins, les États-Unis et le Core Group ont continué à soutenir Martelly puis Moïse, malgré le manquement absolu des deux politiciens à leurs devoirs envers le peuple haïtien, et aussi malgré la preuve définitive d'une corruption extrême au cours de leurs administrations. Alors que tout ce mal était fait à l'État haïtien, Moïse a accepté de faire voter par Haïti une résolution de l'OEA condamnant l'élection du gouvernement Maduro au Venezuela, ce qui l'a fait aimer de Trump.

Sous Obama, Trump et maintenant Biden, le Département d'État a soutenu Martelly puis Moïse jusqu'au moment où Moïse a été abattu dans la chambre principale de l'hôtel présidentiel par des personnages encore inconnus et obscurs. Maintenant, alors qu'il a peut-être changé de vitesse, Washington continue de soutenir Moïse même dans la mort sous la forme de l'homme qu'il a nommé son cinquième Premier ministre dans les jours qui ont précédé son assassinat, Ariel Henry, aujourd'hui Premier ministre de facto et leader d'Haïti. .

Les enlèvements en Haïti sont devenus si courants et non signalés que la belle-fille d'Henry a été kidnappée récemment, puis relâchée, sans que les médias américains en fassent mention.

Ne les appelons pas des marionnettes, mais vous ne pouvez pas éviter le fait que le gouvernement américain a été exceptionnellement tolérant envers les régimes Martelly et Moïse. Jean-Claude (Baby Doc) Duvalier a sans doute fait moins de mal à Haïti – et pourtant les États-Unis ont donné leur feu vert à son départ en 1986, après plusieurs énormes manifestations contre lui et le meurtre de trois étudiants dans une ville périphérique. Les récents meurtres dépassent maintenant de loin ce qui s'est passé vers la fin du temps de Baby Doc, et les manifestations contre le gouvernement ont été plus importantes et plus soutenues, mais les Américains restent impassibles.

Voici les règles pour être président d'Haïti (peut-être aimeriez-vous le poste ?) :


1. N'interférez pas avec les hommes d'affaires haïtiens qui sont de vieux amis de l'ambassade américaine , quelle que soit la corruption dans laquelle ils sont : douanes, ports, énergie, protection, banque, drogue, etc. Ce sont nos vieux amis.
2. Comprenez que vous pouvez être président, mais que les hommes d'affaires dirigent réellement Haïti, comme ils le souhaitent, comme nous le souhaitons.
3. Vous aussi, vous pouvez voler et laisser vos amis voler. Vous aussi, vous pouvez assassiner et laisser vos amis assassiner. Massacrer de même. S'il vous plaît, essayez de le faire tranquillement, mais, franchement, tant que vous respectez la règle 1, nous ne nous en soucions pas. Nous ne vous arrêterons jamais. Peu nous importe si vous avez des millions de dollars de sources inconnues cachés en espèces dans votre maison, comme Moïse l'aurait fait lorsqu'il a été tué.
4. Si vous avez besoin de gangs pour diriger le pays parce que vous avez détruit toutes les institutions démocratiques et toutes les forces de l'ordre par l'usure, les licenciements et la corruption, OK. Nous ne nous soucions pas vraiment de ce qu'ils font (cependant, voir la règle 9).
5. Ne vous inquiétez pas pour le peuple haïtien. Ils sont longanimes, philosophiques, fatalistes. Ils sont fiers et ne se plaignent pas et ils savent comment gagner de l'argent par jour dans une économie en faillite. Ils peuvent supporter votre négligence. S'ils meurent de Covid parce que vous n'avez pas fourni de vaccins… ne vous inquiétez pas. Ils ne mourront pas de faim – et s'ils le font… nous nous en fichons.
6. Mais ne les laissez pas quitter le pays. Nous vous aiderons à les arrêter. Si vous les laissez partir, nous vous les renverrons.
7. Ne pensez jamais que simplement parce que vous êtes le président d'Haïti, nous vous respectons ou vous protégerons. Nous ne le faisons pas, et nous ne le ferons pas, mais faites ce que nous disons ou vous êtes dehors. Vous n'êtes pas indépendant. Vous n'êtes pas le chef d'une nation souveraine. Ne vous leurrez pas.
8. N'oubliez pas : seules certaines vies noires comptent. Vies noires américaines.
9. Ainsi : Ne laissez jamais les gangs kidnapper des Américains blancs. Jamais.
10. N'admettez jamais que ce sont nos règles pour vous.

Mais maintenant, il y a un problème. La règle numéro 9 a été violée, hardiment et, bien sûr, publiquement. Selon certaines sources, 17 millions de dollars auraient été demandés en rançon pour les otages américains et canadiens.

Bâtiment des ministères de l'aide chrétienne
Le bureau du Christian Aid Ministries à Berlin, Ohio. Un groupe de 17 missionnaires dont des enfants a été kidnappé par un gang en Haïti, selon un message vocal envoyé à diverses missions religieuses par l'organisation. (Tom E. Puskar / Associated Press)
Le dernier enlèvement est la première fois qu'un grand groupe d'Américains est kidnappé en même temps. Il y a eu très peu d'enlèvements d'étrangers blancs auparavant, mais rien d'aussi audacieux et important que celui-ci.

Voici ce que le cinéaste haïtien Raoul Peck, réalisateur de I Am Not Your Negro et de Lumumba, a à dire à propos du dernier enlèvement : « Nous perdons chaque jour des gens – des femmes, des hommes et même des enfants, des ouvriers, des marchandes, des écoliers, des journalistes et des pasteurs, kidnappés, torturés, violés et parfois assassinés. Nous sommes une population forcée de vivre dans la peur, jour et nuit. Des milliers d'Haïtiens ont dû fuir leurs quartiers en raison de la violence continue des gangs. Ce n'est pas une situation nouvelle pour le peuple haïtien, qui doit combattre à la fois l'entêtement de l'ambassade américaine en Haïti et du Bureau des Nations Unies en Haïti, ainsi qu'un gouvernement incompétent et illégal installé par les États-Unis. À cause de l'enlèvement des missionnaires américains, cette situation est soudainement visible pour le grand public américain, mais c'est ainsi pour nous quotidiennement depuis trois ans.L'actuel Premier ministre invisible n'a pas fait grand-chose pour remédier à cette situation. »

L'assassinat de Moïse et l'enlèvement des missionnaires américains (et d'un Canadien !) sont une sorte de retour de flamme, retour de flamme qui a exposé notre politique déplorable et ratée en Haïti. La récente démission de l'envoyé spécial de Biden en Haïti, le diplomate chevronné Daniel Foote, avait déjà fait la lumière sur nos politiques immorales là-bas, en particulier les récentes déportations de centaines de migrants haïtiens à Del Rio à la frontière du Texas.

Pendant ce temps, les gangs ont étendu leur contrôle sur le pays et la danse politique continue.

Alors qui est vraiment responsable en Haïti ? Certainement pas Ariel Henry, qui n'arrive même pas à poursuivre les assassins de son mentor. La semaine dernière, Henry a tenté de déposer une gerbe à Pont Rouge, au mémorial annuel de Jean-Jacques Dessalines, l'un des fondateurs de l'État haïtien et un combattant et leader engagé pendant la révolution haïtienne de 1791-1804.

Chaque année, le 17 octobre, jour anniversaire de l'assassinat de Dessalines par des rivaux, le président haïtien dépose une telle gerbe. Mais cette année, quand Henry est arrivé avec son paquet de feuilles et de fleurs, G9, l'un des plus gros gangs de la région de la capitale, l'a fait fuir en tirant sur ou autour de sa caravane. Il est parti précipitamment. La police sur place a regardé les événements les bras croisés. Selon l'avocat des droits humains Pierre Esperance, Henry a arrangé un paiement de 200 000 $au gang pour permettre à l'événement de se dérouler en douceur. L'argent a été remis, selon Esperance, et le gang a toujours bloqué son chemin (Henry a publiquement nié ces accusations). Toujours selon Espérance, la police a refusé d'aider parce que… le gouvernement ne leur a pas payé les primes de risque élevé qui leur sont dues.

Après que son gang ait chassé le premier ministre de facto, le leader notoire et franc du G9 , Jimmy (alias Barbecue) Cherizier, officiait à la cérémonie en costume-cravate blanc, assumant pleinement le rôle présidentiel que, depuis plus d'un an, il s'apprêtait apparemment à assumer. C'est un homme qui porte des treillis à la Castro ou se drape dans le drapeau haïtien - littéralement - tout en donnant de fréquentes conférences de presse aux médias haïtiens et à tous les médias internationaux qu'il peut trouver, affirmant dans un langage révolutionnaire enflammé représenter le peuple haïtien. Il existe de nombreuses allégations concernant son implication dans certaines des pires violences de ces dernières années, y compris le pire des massacres. Si Cherizier n'est pas la cible d'un assassinat au milieu du chaos qui enveloppe le pays, il pourrait un jour - peut-être pas trop loin - accomplir le destin qu'il se voit si clairement.

Stoïquement, au milieu de tout cela, les seuls adultes de la pièce continuent de continuer. La Commission pour une solution haïtienne, un groupe-cadre important et respecté d'organisations de la société civile haïtienne, a proposé une sortie étape par étape de la crise politique actuelle. Ils ont commencé leur travail sur ce qui est maintenant connu sous le nom d'accord du Montana (après l'hôtel Montana, où il a été façonné) des mois avant l'assassinat de Moïse, et ont persisté face aux menaces, aux ingérences et aux perturbations. Parmi eux se trouvent des étudiants, des travailleurs, des organisateurs de bidonvilles, des groupes de défense des droits humains, des éducateurs, des artisans, des groupes de femmes, des partis politiques et des personnalités progressistes du secteur privé. Ils ont parlé à tout le monde à travers l'éventail politique et ont passé beaucoup de temps,des heures et des jours douloureux à élaborer un accord politique qui trace la voie vers un gouvernement intérimaire qui travaillerait avec les forces de l'ordre pour freiner et apaiser les gangs et les réintégrer dans une économie revitalisée. La direction élue du groupe travaille à des élections nationales auxquelles les électeurs, libérés de la terreur quotidienne dans les rues, pourraient réellement se sentir capables de participer. Au lieu de la fuite en avant vers le genre d'élections-spectacles que les États-Unis ont soutenues avec Martelly, Moïse – et maintenant Henry.Au lieu de la fuite en avant vers le genre d'élections-spectacles que les États-Unis ont soutenues avec Martelly, Moïse – et maintenant Henry.Au lieu de la fuite en avant vers le genre d'élections-spectacles que les États-Unis ont soutenues avec Martelly, Moïse – et maintenant Henry.

Mais ceux qui souhaitent maintenir le statu quo en Haïti, y compris le Département d'État américain et le bureau de l'ONU en Haïti, continuent de soutenir la nouvelle coalition truquée par un jury d'Ariel Henry, qui n'a été constituée que lorsque Henry et le Département d'État ont réalisé que ils devaient présenter une alternative « populaire » aux travaux de la commission. Le bras long de l'ambassade semblait très présent dans l'accord rapidement rédigé et signé présenté par Henry, qui venait d'être inculpé par le procureur président d'implication dans l'assassinat de Moïse. (Henry a rapidement renvoyé le procureur.)

Ensuite, l'envoyé spécial Foote a démissionné et, dans sa lettre de démission, a lancé une attaque explicite contre la politique américaine en Haïti. Soudainement, le département d'État a dû faire face à un révélateur de la vérité parmi eux. En Haïti, cela semblait être une grosse affaire : un diplomate américain attaquant la politique américaine dans un pays au bord du chaos. Mais aux États-Unis, presque personne n'a remarqué, à l'exception du Haïti Caucus au Congrès et de la communauté de la diaspora haïtienne. Pourtant, il y avait une crise.

Les derniers enlèvements représentent un véritable défi au règne faible et imprudent d'Ariel Henry. Qui dirigera Haïti à l'approche d'une nouvelle série d'élections ? Sera-ce Henry, après tout, avec le soutien des États-Unis ? Ou la commission avec l'accord général du Montana ? Ou quelqu'un comme Cherizier, qui n'a pas vraiment l'air d'être un homme dédié aux élections démocratiques ?

L'avenir du pays étant en jeu, 400 Mawozo ont kidnappé 16 citoyens américains non d'origine haïtienne. (Par ce que je veux dire blanc, bien que certains d'entre eux puissent être non blancs.) Maintenant, pourquoi un gang ferait-il cela ?

Peut-être que Mawozo, qui a déjà kidnappé de grands groupes de personnes, est simplement tombé sur les missionnaires et a décidé qu'ils étaient une cible de grande valeur. Cela semble peu probable, puisque c'est la toute première fois qu'un groupe d'Américains est pris comme ça. Il existe de nombreuses bandes de missionnaires et de travailleurs humanitaires américains et même occasionnellement de journalistes en Haïti, encore aujourd'hui, circulant dans des bus et des SUV. Aucun groupe comme celui-ci n'a été pris jusqu'à présent.

Les ressources les plus fiables disent que Mawozo est un groupe criminel sans objectifs politiques. Pourtant, le moment semblait peut-être venu d'utiliser ces otages comme un moyen de pousser la politique haïtienne de l'administration Biden d' une manière ou d'une autre . Que les otages soient un groupe chrétien pourrait bien être la cerise sur le gâteau, car si Biden ne peut pas protéger un tel groupe, cela pourrait fournir du fourrage à ses opposants politiques nationaux.

Quelques jours seulement avant l'enlèvement des missionnaires, les États-Unis avaient envoyé de hauts responsables pour évaluer la situation sécuritaire en Haïti. L'ONU venait de menacer d'arrestation les chefs de gangs haïtiens (très tard dans la partie). Dans ce scénario, l'enlèvement pourrait être considéré comme un défi lancé face aux groupes extérieurs qui contrôlent le gouvernement nominal d'Haïti, en particulier les États-Unis. Une question est de savoir si Biden pourrait être tenté d'utiliser l'enlèvement comme excuse pour une intervention militaire limitée dans un Haïti instable, ou si un accord pour libérer les otages pourrait déterminer le sort du règne d'Ariel Henry.

En guise de réponse immédiate, en tout cas, Washington vient de voler dans un avion plein d'officiers du FBI pour travailler avec le gouvernement haïtien sur les négociations d'otages et d'autres questions liées à l'enlèvement. Afin de juger du bon fonctionnement de ce plan, il est utile de rappeler que la dernière équipe du FBI envoyée en Haïti était censée découvrir qui a tué Jovenel Moïse.

Près de quatre mois plus tard, ils n'ont fait aucun progrès digne d'être signalé.


Amy Wilentz Amy Wilentz,rédactrice en chef de Nation et membre du Guggenheim, est l'auteur de La saison des pluies : Haïti depuis Duvalier ; Adieu, Fred Voodoo : Une lettre d'Haïti ; et le roman Traversée des martyrs ; entre autres livres. Elle enseigne le journalisme littéraire à l'Université de Californie à Irvine.



Revenir en haut Aller en bas
Don Karlos
Star
Star
Don Karlos


Masculin
Nombre de messages : 405
Localisation : Paris
Opinion politique : Ni-Ni
Loisirs : Le jeu d'échecs
Date d'inscription : 03/07/2021

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Re: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  EmptySam 23 Oct 2021 - 10:17

Ben Alors, une fois n'est pas coutume, le doyen Jojo nous a pondu un article réaliste.. Vous avez remarqué qu'il n'est pas publié par le New york ni un pigiste du New york times...

Et ben voilà, cet article dit  exactement ce que je répète depuis mon retour sur le site.

Comme je l'ai dit dans un autre post " une occupation d'Haiti se prépare".....Ce kidnapping des américains est un prétexte pour une intervention américaine.. Le problème est que la situation du Covid ne le permet pas pour le moment et l'administration Biden va devoir faire quelque chose pour faire face à cette provocation.

Si vous voulez la situation d'Haiti ne sera plus la même.. Comme j'ai dit c'est soit c'est le chaos total ou une reprise en main des choses... Seule la diaspora insuffisamment organisée peut faire quelquechose, ce n'est pas barbecue dans son costume blanc et tous ses symboles maçonniques qui feront quelquechose.. De toute façon, Barbecue n'en a pas pour longtemps... C'est une certitude.. Le systéme ne peut pas se regenerer avec des types pareils... Ce serait encore pire que sous Martelly..

Joel quand je disais le regime de Duvalier ne pouvait pas être pire, tu m'as brocardé en me traitant de Duvaliériste et presque De Nazi, mais maintenant qu'une juive le dit, tu n'as rien dit..... voilà ce qu'Amy dit " Ne les appelons pas des marionnettes, mais vous ne pouvez pas éviter le fait que le gouvernement américain a été exceptionnellement tolérant envers les régimes Martelly et Moïse. Jean-Claude (Baby Doc) Duvalier a sans doute fait moins de mal à Haïti – et pourtant les États-Unis ont donné leur feu vert à son départ en 1986, après plusieurs énormes manifestations contre lui et le meurtre de trois étudiants dans une ville périphérique. Les récents meurtres dépassent maintenant de loin ce qui s'est passé vers la fin du temps de Baby Doc, et les manifestations contre le gouvernement ont été plus importantes et plus soutenues, mais les Américains restent impassibles."


Par ailleurs, elle constate que le New york times n'a pas denoncé tous ces crimes. De plus elle dénonce le rôle de l'oligarchie complice des américains..


Joel tu n'as rien dit... et pourtant elle dit exactement la même chose que moi et c'est pas une question de race.. Pire, Elle ajoute que pour les americains la vie d'un noir n'aucune valeur...
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17419
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Re: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  EmptyDim 24 Oct 2021 - 7:30

Vous perorez.

AMY WILENTZ connait HAITI mille fois mieux que vous .

Elle a toujours denonce les COUPS D'ETAT CRIMINELS contre JEAN BERTRAND D'ARISTIDE.

Elle fait du va et vient en HAITI depuis le commencement des annees 1980s.

Ce n'est pas qu'elle approuve BABY DOC DUVALIER ;ce qu'elle a remarque c'est que les TET KALE sont pires que BABY DOK.

Voici l'une des dernieres entrevues de AMY WILENTZ.

En passant ,elle parle CREOLE sans faute,je l'ai entendu:

Revenir en haut Aller en bas
Don Karlos
Star
Star
Don Karlos


Masculin
Nombre de messages : 405
Localisation : Paris
Opinion politique : Ni-Ni
Loisirs : Le jeu d'échecs
Date d'inscription : 03/07/2021

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Re: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  EmptyDim 24 Oct 2021 - 10:08

Amy connait Haiti 1 million de fois plus que moi..Et parle mieux créole que moi... Tu as raison Joel...
Nul n'est prophète dans sans pays...  Tu peux donc porter au pinacle ta reine Kahina...
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17419
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Re: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  EmptyLun 25 Oct 2021 - 4:48

N'osez pas vous comparer a AMY WILENTZ.Elle est vraiment une experte sur HAITI,s'il en est.

Elle connait HAITI,mieux que vous.

Elle connait sa culture,sa politique,sa facon de vivre.

Vous avez pris un " snippet" de son article pensant qu'elle absout "la presidence a vie n'est pas negotiable" JEAN CLAUDE DUVALIER.

Pourqouoi ne pas discuter plutot "les regles pour gouverner HAITI"qu'elle a plaque a la face du gouvernement americain.

Voici ses 10 regles,reflechissez sur ce qu'elle dit:

Voici les règles pour être président d'Haïti (peut-être aimeriez-vous le poste ?) :


1. N'interférez pas avec les hommes d'affaires haïtiens qui sont de vieux amis de l'ambassade américaine , quelle que soit la corruption dans laquelle ils sont : douanes, ports, énergie, protection, banque, drogue, etc. Ce sont nos vieux amis.
2. Comprenez que vous pouvez être président, mais que les hommes d'affaires dirigent réellement Haïti, comme ils le souhaitent, comme nous le souhaitons.
3. Vous aussi, vous pouvez voler et laisser vos amis voler. Vous aussi, vous pouvez assassiner et laisser vos amis assassiner. Massacrer de même. S'il vous plaît, essayez de le faire tranquillement, mais, franchement, tant que vous respectez la règle 1, nous ne nous en soucions pas. Nous ne vous arrêterons jamais. Peu nous importe si vous avez des millions de dollars de sources inconnues cachés en espèces dans votre maison, comme Moïse l'aurait fait lorsqu'il a été tué.
4. Si vous avez besoin de gangs pour diriger le pays parce que vous avez détruit toutes les institutions démocratiques et toutes les forces de l'ordre par l'usure, les licenciements et la corruption, OK. Nous ne nous soucions pas vraiment de ce qu'ils font (cependant, voir la règle 9).
5. Ne vous inquiétez pas pour le peuple haïtien. Ils sont longanimes, philosophiques, fatalistes. Ils sont fiers et ne se plaignent pas et ils savent comment gagner de l'argent par jour dans une économie en faillite. Ils peuvent supporter votre négligence. S'ils meurent de Covid parce que vous n'avez pas fourni de vaccins… ne vous inquiétez pas. Ils ne mourront pas de faim – et s'ils le font… nous nous en fichons.
6. Mais ne les laissez pas quitter le pays. Nous vous aiderons à les arrêter. Si vous les laissez partir, nous vous les renverrons.
7. Ne pensez jamais que simplement parce que vous êtes le président d'Haïti, nous vous respectons ou vous protégerons. Nous ne le faisons pas, et nous ne le ferons pas, mais faites ce que nous disons ou vous êtes dehors. Vous n'êtes pas indépendant. Vous n'êtes pas le chef d'une nation souveraine. Ne vous leurrez pas.
8. N'oubliez pas : seules certaines vies noires comptent. Vies noires américaines.
9. Ainsi : Ne laissez jamais les gangs kidnapper des Américains blancs. Jamais.
10. N'admettez jamais que ce sont nos règles pour vous.

Mais maintenant, il y a un problème. La règle numéro 9 a été violée, hardiment et, bien sûr, publiquement. Selon certaines sources, 17 millions de dollars auraient été demandés en rançon pour les otages américains et canadiens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty
MessageSujet: Re: Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI    Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un article de la tres connue AMY WILENTZ sur ce qui se passe en HAITI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Tribune Libre-
Sauter vers: