Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

 

 HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17419
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES   HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES EmptyMer 27 Oct 2021 - 8:44

https://www.nytimes.com/2021/10/27/world/americas/haiti-gangs-fuel-shortage.html

Les gangs gouvernent une grande partie d'Haïti. Pour beaucoup, cela signifie pas de carburant, pas d'électricité, pas de nourriture.
Un pays en crise est confronté à une grave pénurie de carburant qui le pousse au bord de l'effondrement.

Des personnes tentent de franchir une barricade à Cabaret, en Haïti.
Des personnes tentent de franchir une barricade à Cabaret, en Haïti.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Nathalie KitreffMaria Abi-Habib
Par Nathalie Kitreff et Maria Abi-Habib
27 octobre 2021
Mis à jour à 7 h 38 HE
PORT-AU-PRINCE, Haïti — Des gangs bloquent les ports d'Haïti, étouffant les expéditions de carburant. Les hôpitaux sont sur le point de fermer car les générateurs s'épuisent, mettant en danger la vie de centaines d'enfants. Des tours de téléphonie mobile sans électricité, laissant des pans du pays isolés. Et une crise alimentaire aiguë s'aggrave chaque jour.

Après un assassinat présidentiel, un tremblement de terre et une tempête tropicale, une nouvelle crise s'empare d'Haïti : une grave pénurie de carburant pousse la nation au bord de l'effondrement parce que les gangs, et non le gouvernement, règnent sur environ la moitié de la capitale nationale.

Avec des gangs qui retiennent à volonté les camions-citernes, les chauffeurs de camions ont refusé d'aller travailler, déclenchant une grève nationale des travailleurs des transports et paralysant une nation dépendante des générateurs pour une grande partie de son électricité.

Ce n'est que le dernier reflet du vide sécuritaire qui a enveloppé Haïti, où 16 Américains et un Canadien avec un groupe de missionnaires américains ont été kidnappés ce mois-ci par un gang exigeant une rançon de 17 millions de dollars . Les autorités savent où sont détenus les otages - mais ne peuvent pas entrer dans le quartier contrôlé par les gangs parce que la police est tellement dépassée.

Dans une démonstration frappante de la fréquence des enlèvements, un pasteur haïtien-américain a récemment été enlevé et libéré lundi. Pire encore, disent les militants des droits humains, le ministre de la Justice du pays est accusé de s'être entendu avec un gang pour kidnapper le pasteur – un exemple extrême du rôle du gouvernement dans le déclin violent du pays.

« J'espère un meilleur Haïti, mais je sais que ça ne s'améliorera pas », a déclaré Rousleau Desrosiers, en regardant son nouveau-né respirer à l'aide de machines dans un hôpital dont le générateur est à quelques jours de manquer de carburant. « Haïti ne fait que reculer. La seule vitesse que nous ayons est la marche arrière.

La police haïtienne près de l'aéroport international de Port-au-Prince lors de manifestations contre les pénuries de carburant et l'insécurité généralisée.
La police haïtienne près de l'aéroport international de Port-au-Prince lors de manifestations contre les pénuries de carburant et l'insécurité généralisée.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Lors d'une conférence de presse mardi, Jimmy Cherizier, l'un des chefs de gangs les plus redoutés du pays, a reconnu que son réseau criminel bloquait la livraison de carburant. Son intention, a déclaré M. Cherizier, n'était pas de blesser les gens ordinaires, mais de faire pression sur l'élite politique et commerciale d'Haïti et de pousser à la démission du Premier ministre.

Mais la pénurie de carburant se joue déjà de la manière la plus cruelle parmi les Haïtiens les plus vulnérables.

Il y a une semaine, M. Desrosiers, le père du nouveau-né, est tombé en panne d'essence pour conduire sa moto-taxi. En quelques jours, lui et sa femme enceinte étaient à court de nourriture. Puis dimanche, sa femme a accouché de leur fils, un mois plus tôt et ayant besoin de soins spécialisés que l'hôpital de naissance n'offrait pas.

M. Desrosiers a transporté son nouveau-né dans cinq hôpitaux avant d'en rejoindre un qui l'a accueilli : l'hôpital pédiatrique Saint-Damien, le principal établissement de soins pédiatriques d'Haïti.

« Je suis inquiet », a déclaré M. Desrosiers à propos de son fils, dont les minuscules narines sont remplies de tubes à oxygène qui soutiennent ses respirations laborieuses. Une lampe chauffante réchauffait le cadre de la taille d'une paume de l'enfant. « Il ne respire pas correctement.

Les générateurs de l'hôpital ont juste assez de carburant pour durer jusqu'à vendredi. Sans plus, les machines qui assurent la vie de l'enfant cesseront de fonctionner et tout l'hôpital devra fermer.

Les médecins et les infirmières sont à court de carburant pour leurs voitures et les quelques taxis qui restent dans les rues sont devenus trop chers, alors l'hôpital utilise des ambulances pour amener les membres du personnel au travail et achète des matelas pour qu'ils puissent dormir par terre. Pour économiser du carburant, les membres du personnel éteignent les lumières aussi souvent que possible.

« C'est le chaos pour Haïti », a déclaré Jacqueline Gautier, directrice générale de l'hôpital.


Image
Kimberly Jean Claude, 12 ans, à l'hôpital pédiatrique St. Damien de Port-au-Prince. L'hôpital est à quelques jours de devoir fermer en raison d'un manque de carburant pour alimenter son générateur.
Kimberly Jean Claude, 12 ans, à l'hôpital pédiatrique St. Damien de Port-au-Prince. L'hôpital est à quelques jours de devoir fermer en raison d'un manque de carburant pour alimenter son générateur.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Lors de sa conférence de presse, le chef de gang, M. Cherizier, a déclaré qu'« en tant que chef responsable et amoureux de ce pays », il allait permettre au gaz d'atteindre les hôpitaux.

Nous « venons des gens les plus mal lotis et défavorisés », a-t-il déclaré sur le ton d'un homme d'État, faisant allusion à ses ambitions politiques plus larges dans un pays où des trafiquants de drogue présumés occupent les sièges du Parlement. «Nous cherchons à voir comment nous pouvons ouvrir une voie pour que le carburant puisse être livré aux hôpitaux.»

Attisant les tensions de classe, M. Cherizier a appelé les Haïtiens à se retourner contre les affaires et l'élite politique, les qualifiant de « voyous ».

Dans de nombreux pays, une pénurie de carburant signifierait que le transport est perturbé. En Haïti, où le réseau électrique n'est pas fiable, tous les services et institutions qui assurent le fonctionnement du pays — banques, hôpitaux, tours de téléphonie cellulaire, entreprises — tirent leur électricité de générateurs, a déclaré Maarten Boute, directeur général de Digicel Haïti, la plus grande entreprise du pays. fournisseur de réseau mobile et haut débit.

Sans carburant, "tout s'arrête", a déclaré M. Boute, ajoutant qu'une tour cellulaire Digicel sur quatre est éteinte, sans carburant pour fonctionner.


Image
Des pneus en feu sont partis après une manifestation à Pétionville.
Des pneus en feu sont partis après une manifestation à Pétionville.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Le gouvernement a tenté de lever la grève en offrant de l'argent aux syndicats des transports, mais ils ont refusé. Ce dont ils ont besoin, ont déclaré plusieurs dirigeants syndicaux, c'est que les responsables rétablissent le contrôle des quartiers pauvres entourant les ports maritimes de Port-au-Prince, la capitale, où les gangs sont les plus puissants, avec un accès à des armes à feu, des motos et du carburant. - la police n'en a pas.

"Nous avons besoin d'une présence policière", a déclaré Marc André Deriphonse, qui dirige l'Association nationale des propriétaires de stations-service et a récemment rencontré le ministre de la Défense.

M. Deriphonse, qui gère également une flotte de transport de carburant, a déclaré qu'il ne renverrait pas ses chauffeurs au port tant que le gouvernement n'aura pas assuré l'application de la loi 24 heures sur 24 le long de la route. « Il n'y a pas d'autorités dans ces régions.

La crise du carburant se joue à travers Haïti, les habitants des villes éloignées entourant les véhicules alors qu'ils traversent et insistant pour siphonner le carburant des réservoirs avant de les laisser continuer. Dans le nord du pays, une foule de villageois a attaqué un camion-citerne et contraint le chauffeur à détourner une partie de son transport dans de grands fûts.


Image
Delicia Jean Phillipe et son fils David Charles Ceus en attente de transport à Port-au-Prince. Mme Phillipe a manqué un rendez-vous au tribunal pour son dossier de pension alimentaire pour enfants en raison de la longue attente.
Delicia Jean Phillipe et son fils David Charles Ceus en attente de transport à Port-au-Prince. Mme Phillipe a manqué un rendez-vous au tribunal pour son dossier de pension alimentaire pour enfants en raison de la longue attente.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
La crise a paralysé la capacité de chacun à travailler et à vivre. Les stations-service sont barricadées depuis des semaines. Lorsque les propriétaires se présentent aux stations, des émeutes éclatent souvent parmi les résidents qui sont convaincus que les stations accumulent du carburant.

Trois crises récentes saisissent Haïti
Carte 1 de 3
L'enlèvement de missionnaires américains. Dix-sept personnes, dont cinq enfants, associées à un groupe d'aide chrétien américain ont été kidnappées le 16 octobre par un gang haïtien alors qu'elles visitaient un orphelinat. L'effronterie des enlèvements a choqué les responsables . Le sort et l'identité des otages restent inconnus.

The aftermath of a deadly earthquake. On Aug. 14, a 7.2 magnitude earthquake struck Haiti, killing more than 2,100 people and leaving thousands injured. A severe storm — Grace, then a tropical depression — drenched the nation with heavy rain days later, delaying the recovery. Many survivors said they expected no help from officials.

L'assassinat du Président Jovenel Moïse. Un groupe d'assaillants a pris d'assaut la résidence de M. Moïse le 7 juillet, le tuant et blessant sa femme dans ce que les autorités ont qualifié d'opération bien planifiée. Le complot a laissé un vide politique qui a aggravé la tourmente du pays alors que l' enquête se poursuit . Les élections prévues pour cette année devraient être reportées à 2022.

David Turnier, le président de l'Association nationale des distributeurs de produits pétroliers d'Haïti, reçoit normalement 35 000 gallons d'essence, de diesel et de kérosène par semaine pour les stations qu'il possède à Port-au-Prince. Il a reçu 9 000 gallons pour tout le mois d'octobre.

"Ces gars disent:" C'est ça, nous n'allons pas risquer notre vie en coupant le gaz "", a-t-il déclaré à propos des chauffeurs de camion. "Les gens fonctionnent avec des vapeurs."

Les rues de la capitale se sont vidées cette semaine, les transports publics s'arrêtant et la plupart des taxis privés étant à court de carburant. Les succursales bancaires ont fermé car les caissiers ne pouvaient pas se rendre au travail. Les hôtels ont commencé à fermer ou à couper la climatisation pour économiser de l'énergie. De grandes épiceries fermées dans la capitale, incapables de garder la viande fraîche. Mardi, le chef du centre ambulancier national d'Haïti a déclaré que la pénurie de carburant signifiait que seules 30 des 90 ambulances du pays fonctionnaient.

L'autorité flétrie du gouvernement est une conséquence de sa propre stratégie à courte vue consistant à utiliser les gangs pour atteindre ses objectifs, affirment les défenseurs des droits humains.

Au début du mois, le pasteur Jean Ferrer Michel s'était garé devant son église lorsque des hommes armés et masqués ont sauté d'un véhicule du ministère de la Justice et l'ont emmené, a déclaré sa fille, Farah Michel. Il a ensuite été remis à un gang et n'a été libéré que lundi soir après que sa famille eut payé plusieurs rançons.

Des organisations de défense des droits humains ont accusé le ministre de la Justice Liszt Quitel d'avoir utilisé à la fois les ressources du gouvernement et un gang haïtien pour kidnapper le pasteur après une dispute personnelle.

« La voiture qui l'a kidnappé venait du ministère de la justice, et c'est tout ce que je peux dire », a déclaré Mme Michel, la fille du pasteur. « Si le ministère de la justice a quelque chose à voir avec cela, c'est entre eux, Dieu et leurs mères. »

Sa famille est menacée, a-t-elle dit, et envisage de quitter Haïti bientôt.

"Vous ne pouvez pas élever un enfant dans cette atmosphère, vous ne pouvez pas accoucher, aller travailler, élever une famille", a-t-elle déclaré. « C'est un vrai cauchemar. Tu ne dors pas, mais tu es dans un cauchemar.

Le ministre de la Justice, M. Quitel, n'a pas répondu aux multiples demandes de commentaires, mais il a nié les allégations à une station de radio locale.

Aux urgences de l'hôpital Saint-Damien, les mères, cousines et grands-mères des patients passent la nuit ensemble sur des fauteuils bleus car il n'y a aucun moyen de rentrer chez eux. Même là-bas, ils souffrent de la faim, la pénurie de carburant augmentant le coût de la nourriture.

Sur les 11 millions d'habitants d'Haïti, 4,4 millions ont besoin d'une aide alimentaire, selon les Nations Unies.

Sylvania Pierre, 53 ans, a veillé sur trois petits-enfants malnutris et leur mère à l'hôpital.

« Les prix montent comme des escaliers », a déclaré Mme Pierre en tendant la main par-dessus un lit d'hôpital pour redresser la robe de sa petite-fille d'un an. « Nous n'avons pas d'argent pour acheter du lait.

De l'autre côté de la pièce, M. Desrosiers a posé sa main sur son nouveau-né dans une sorte d'étreinte, essayant de faire taire les pleurs de l'enfant et d'apaiser le garçon pour qu'il s'endorme.

« J'espère, a dit M. Desrosiers en regardant son fils, que son avenir ne va pas comme mon avenir.

André Paultre et Jacques Richard Miguel ont contribué au reportage.


Alors que le pouvoir des gangs augmente, la police haïtienne est sous-payée et sous-payée
26 octobre 2021
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star



Masculin
Nombre de messages : 17419
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES Empty
MessageSujet: La POLICE et les GANGS-NEW YORK TIMES   HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES EmptyMer 27 Oct 2021 - 9:22

https://www.nytimes.com/2021/10/26/world/americas/haiti-police-gangs.html


Alors que le pouvoir des gangs augmente, la police haïtienne est sous-payée et sous-financee
La police, dépendante d'un État de plus en plus appauvri, se retrouve sous-financée, sous-équipée et gravement sous-payée, alors même qu'elle fait face à des opposants plus forts.

Un poste de contrôle de la police à Port-au-Prince, en Haïti, dans une zone contrôlée par le gang des 400 Mawozo. Le pouvoir des gangs n'a fait que croître, tandis que celui de la police, dépendant d'un État de plus en plus appauvri, a diminué.
Un poste de contrôle de la police à Port-au-Prince, en Haïti, dans une zone contrôlée par le gang des 400 Mawozo. Le pouvoir des gangs n'a fait que croître, tandis que celui de la police, dépendant d'un État de plus en plus appauvri, a diminué.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Maria Abi-Habib
Par Maria Abi-Habib
Publié le 26 octobre 2021
Mis à jour le 27 octobre 2021 à 8 h 24 HE
PORT-AU-PRINCE, Haïti - Deux officiers de la force de réaction rapide d'Haïti se sont arrêtés sur un pont de la capitale, Port-au-Prince, pour mettre en place un poste de contrôle et effectuer un après-midi de travail à la recherche d'armes à feu, de drogue, recherchés criminels et victimes d'enlèvements.

De chaque côté du pont se trouvaient des quartiers assiégés par des gangs . Dans l'un d'eux, des responsables haïtiens pensent qu'un gang puissant, 400 Mawozo, tient en otage un groupe de missionnaires américains et canadiens contre rançon. Mais les policiers ne pouvaient pas s'aventurer dans les rues avoisinantes : les organisations criminelles qui les entouraient ont de meilleurs fusils, de meilleures motos et plus de carburant.

Les officiers sont donc restés sur le pont, frustrés par le déséquilibre du pouvoir qui les laisse sans défense et une grande partie de la capitale, Port-au-Prince, et de la nation sous le contrôle d'organisations criminelles comme 400 Mawozo.

«Nous avons pris ce travail en connaissant les risques», a déclaré Edvie Boursiquot, 41 ans, un officier de la force d'intervention rapide qui a rejoint la police il y a 14 ans. «Mais nous devons nous mettre au travail en sachant que nous avons un gouvernement qui nous soutient, qu'il veille sur nous. Qu'on nous donne ce dont nous avons besoin pour combattre les gangs, de meilleures armes, de meilleures motos.

Les gangs ont longtemps été puissants en Haïti, servant souvent de muscle aux politiciens qui, à leur tour, leur ont fourni des armes et des véhicules. Mais sous le dernier président élu d'Haïti, Jovenel Moïse, et depuis son assassinat en juillet , le pouvoir des gangs n'a fait que croître, tandis que celui de la police, dépendant d'un État de plus en plus appauvri, a diminué, laissant les officiers encore plus sous-financés, sous-équipés et sévèrement sous-payés.

L'écart de puissance était évident un matin récent, alors que la force de réaction rapide de la police haïtienne, connue sous le nom d'Unité d'intervention motorisée, a installé un poste de contrôle sur un pont. De chaque côté se trouvaient des quartiers contrôlés par des gangs qui avaient été presque vidés car les résidents appauvris préféraient abandonner leurs maisons et leurs biens plutôt que de vivre sous l'emprise d'un gang qui tue et vole à volonté.

La police sait que dans l'un des quartiers, Croix-des-Bouquets, le gang dominant des 400 Mawozo retient 16 Américains et un Canadien en otage , menaçant leur vie si l'organisation d'aide religieuse à laquelle ils appartiennent ne verse pas une rançon de 1 million de dollars par personne. tête .

Mais il est hors de question d'entrer dans le quartier. Les officiers ont donc plutôt travaillé sur le pont, vérifiant les voitures qui passaient pour des armes à feu, de la drogue et des criminels recherchés, frustrés par leur incapacité à faire plus.

« Les conditions ont changé », a déclaré Mme Boursiquot, qui s'est rendue au poste de contrôle à l'arrière de la moto d'un collègue car il n'y en avait pas d'autre pour elle. "Ils empirent chaque année."


Image
«Nous avons pris ce travail en connaissant les risques», a déclaré Edvie Boursiquot, un officier de la force de réaction rapide qui a rejoint la police il y a 14 ans. « Mais nous devons nous mettre au travail en sachant que nous avons un gouvernement qui nous soutient. »
«Nous avons pris ce travail en connaissant les risques», a déclaré Edvie Boursiquot, un officier de la force de réaction rapide qui a rejoint la police il y a 14 ans. « Mais nous devons nous mettre au travail en sachant que nous avons un gouvernement qui nous soutient. »Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
Le collègue de Mme Boursiquot, Ulrick Jacques, 40 ans, est intervenu, tirant vers le bas la cagoule qu'il porte pour protéger son identité des membres de gangs afin que les journalistes puissent voir la colère sur son visage.

« Je suis prêt à me battre, mais j'ai besoin de la tranquillité d'esprit que ce gouvernement me soutient », a déclaré M. Jacques. « Que chaque jour je vais au travail, que personne ne mourra de faim à la maison, que je puisse nourrir mes enfants. »

Au lieu de cela, ont dit M. Jacques et Mme Boursiquot, ils n'ont pas reçu d'augmentation depuis des années alors que les gangs grossissent leurs rangs et s'arment d'armes plus sophistiquées qu'eux.

Les deux policiers avaient rejoint la police il y a 14 ans et avaient été promus il y a plus d'un an, gravissant un échelon, ont-ils dit, mais ils n'avaient pas encore reçu l'augmentation qui accompagne la promotion et peuvent à peine subvenir aux besoins de leur famille avec les 220 $ qu'ils gagnent. mois.

Le peu d'avantages accordés par le gouvernement, comme la nourriture ou les soins de santé, est récupéré.

Lorsque sa fille s'est cassée le genou l'année dernière, Mme Boursiquot l'a emmenée à l'hôpital, seulement pour découvrir que le gouvernement avait retiré ses trois enfants de son assurance. Elle a dû payer 90 $ — près de la moitié de son revenu mensuel — pour réparer le genou de sa fille et pour des médicaments. Son mari, parti il ​​y a des années, n'aide pas à subvenir aux besoins de leur famille.


Image
"Je suis prêt à me battre mais j'ai besoin de la tranquillité d'esprit que ce gouvernement me soutient", a déclaré Ulrick Jacques, 40 ans, à droite. « Que chaque jour je vais au travail, que personne ne mourra de faim à la maison, que je puisse nourrir mes enfants. »
"Je suis prêt à me battre mais j'ai besoin de la tranquillité d'esprit que ce gouvernement me soutient", a déclaré Ulrick Jacques, 40 ans, à droite. « Que chaque jour je vais au travail, que personne ne mourra de faim à la maison, que je puisse nourrir mes enfants. »Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
La faim est désormais un aspect régulier de la vie, leurs familles rejoignant les rangs des personnes sous-alimentées en Haïti, a déclaré M. Jacques. Les agents reçoivent une carte de débit spéciale qui leur permet d'acheter de la nourriture dans les épiceries, a-t-il déclaré, mais le gouvernement ne l'a pas rechargée depuis plus de deux mois.

Sur les 11 millions d'habitants d'Haïti, 4,4 millions ont besoin d'une aide alimentaire, selon les Nations Unies.

« Nous en sommes à nos ongles », a déclaré M. Jacques, la voix tremblante de rage. « Comment pouvez-vous expliquer que les écoles sont ouvertes et que nous ne pouvons pas payer les frais de scolarité ? Que les épiceries sont pleines et que nous ne pouvons regarder la nourriture que de l'extérieur ? »

Les deux policiers craignaient qu'eux aussi ne rejoignent bientôt le nombre croissant de citoyens haïtiens déplacés à l'intérieur du pays par des gangs.

À quelques kilomètres au sud du poste de contrôle de la police sur le pont, à deux pas de l'ambassade des États-Unis, se trouve le quartier de Tabarre Issa, où plus de 3 000 personnes ont fui cette année après que des gangs ont tiré sur leurs maisons et les ont avertis de partir ou d'être tués.

Au nord se trouve la Croix-des-Bouquets, où le gang des 400 Mawozo détient les missionnaires kidnappés avec Christian Aid Ministries et leurs enfants, le plus jeune âgé de 8 mois.

Dans une démonstration effrontée d'autorité, lorsque le chef des 400 Mawozo a menacé d'exécution contre les otages, il l'a fait dans les rues de Croix-des-Bouquet, entouré de centaines de membres de gangs alors que des responsables américains et haïtiens surveillaient la zone.


Image
Le pont séparant deux quartiers contrôlés par les gangs. Plus de 3 000 personnes ont fui le quartier de Tabarre Issa cette année après que des gangs ont tiré sur leurs maisons et les ont avertis de partir ou d'être tués.
Le pont séparant deux quartiers contrôlés par les gangs. Plus de 3 000 personnes ont fui le quartier de Tabarre Issa cette année après que des gangs ont tiré sur leurs maisons et les ont avertis de partir ou d'être tués.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
L'Unité d'intervention motorisée, ou BIM comme on l'appelle, a été lancée en 2007 sous le président René Préval, destinée à être une unité d'intervention rapide de la police, capable de se mobiliser rapidement sur des motos et des quads, naviguant avec agilité dans les rues embouteillées. de Port-au-Prince.

La force, considérée presque comme une unité d'élite avec une formation et un financement spéciaux, était considérée comme l'une des unités les plus efficaces et les plus efficaces de la police haïtienne jusqu'à ce que le président Michel Martelly prête serment en 2011.

Trois crises récentes saisissent Haïti
Carte 1 de 3
L'enlèvement de missionnaires américains. Dix-sept personnes, dont cinq enfants, associées à un groupe d'aide chrétien américain ont été kidnappées le 16 octobre par un gang haïtien alors qu'elles visitaient un orphelinat. L'effronterie des enlèvements a choqué les responsables . Le sort et l'identité des otages restent inconnus.

The aftermath of a deadly earthquake. On Aug. 14, a 7.2 magnitude earthquake struck Haiti, killing more than 2,100 people and leaving thousands injured. A severe storm — Grace, then a tropical depression — drenched the nation with heavy rain days later, delaying the recovery. Many survivors said they expected no help from officials.

L'assassinat du Président Jovenel Moïse. Un groupe d'assaillants a pris d'assaut la résidence de M. Moïse le 7 juillet, le tuant et blessant sa femme dans ce que les autorités ont qualifié d'opération bien planifiée. Le complot a laissé un vide politique qui a aggravé la tourmente du pays alors que l' enquête se poursuit . Les élections prévues pour cette année devraient être reportées à 2022.

L'unité s'est atrophiée sous la présidence de M. Martelly, le gouvernement utilisant le BIM pour assurer la protection personnelle des fonctionnaires et des membres de leur famille et pour garder les bâtiments gouvernementaux. Une grosse commande de motos destinées à remplacer le parc vieillissant de la police a été passée et payée sous le gouvernement de M. Martelly, mais les véhicules n'ont jamais été livrés, provoquant un scandale.

Maintenant, la force utilise des vélos chinois moins chers appelés Loncin, qui, selon les policiers, ont tendance à s'effondrer.

Sur le pont de la Croix-des-Bouquets, la police a continué à contrôler les véhicules et les Haïtiens qui passaient à pied, parmi lesquels Nahomie Bauvais, 25 ans, qui tenait son bébé de 2 mois dans les bras.

Elle déteste l'insécurité qui règne dans son quartier, mais estime qu'elle n'a pas d'autre choix que d'espérer que les gangs la laissent tranquilles, elle et ses deux enfants, et que le gouvernement reprenne et exerce à nouveau le contrôle sur Croix-des-Bouquet.


Image
Un poste de contrôle de police ce mois-ci à Port-au-Prince.
Un poste de contrôle de police ce mois-ci à Port-au-Prince.Crédit...Adriana Zehbrauskas pour le New York Times
C'est loin, elle le sait. Et cela ne résoudrait pas tous ses problèmes. Si le gouvernement est incapable de fournir les éléments de base – électricité, sécurité, collecte des ordures – même dans les quartiers riches où vivent des politiciens puissants, il y a peu de raisons de croire qu'il le fera dans des quartiers pauvres comme le sien.

"Il n'y a pas d'État ici", a déclaré Mme Bauvais. « Je vis au jour le jour. Que pouvez-vous faire d'autre lorsque vous entendez des coups de feu pendant la nuit et que vous vous réveillez en espérant le meilleur ? »

Elle s'inquiétait de l'attrait croissant des gangs pour les anciens camarades de classe et amis qui tournent au ralenti sur les trottoirs, jouant jeu après jeu de dominos, sans travail ni nourriture à manger.

« Nous devons faire attention et nous protéger », a déclaré Mme Bauvais.

Des commentaires comme celui-là agacent M. Jacques, qui soutient que lui et ses collègues font de leur mieux, même s'ils se sentent aussi impuissants que des civils comme Mme Bauvais.

« Nous travaillons ici, mais pouvez-vous vraiment travailler ? Quand tu n'as pas de motos, pas de carburant pour aller de quartier en quartier ? demanda M. Jacques. « La population nous voit d'un mauvais œil, ils pensent que nous ne faisons rien. Ils ne savent pas que nous essayons, mais nous ne pouvons pas.


Revenir en haut Aller en bas
 
HAITI sous le regne des gangs-NEW YORK TIMES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: