Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -64%
TACKLIFE T8 800A – Démarreur de Batterie ...
Voir le deal
35.99 €

 

 UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
kakakok
Super Star
Super Star
kakakok

Féminin
Nombre de messages : 5234
Localisation : USA
Opinion politique : Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites,mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit à le dire"
Loisirs : DEMOCRATE DU CENTRE GAUCHE !
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Vision politique , NOE DES TEMPS MODERNES !

UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty
MessageSujet: UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !   UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! EmptyMer 11 Juil 2007 - 13:23

HISTORIQUE DE L'Armée

Survol Historique des FADH


“RIEN N’EST PLUS TENACE QU’UNE TRADITION MILITAIRE”


L’histoire de l’Armée haïtienne compte 4 grands moments

1. De l’affaire Galbaud à la guerre de l’indépendance
2. De l’indépendance à la première occupation
3. De 1915 à la deuxième occupation 1994
4. La nouvelle page à écrire à partir du renvoi de 1995
5.

LE PREMIER MOMENT

Des historiens font remonter la naissance de notre armée, quelles que furent ses différentes appellations , à partir de l’Affaire Galbaud en 1793 où les esclaves furent appelés au secours des commissaires civils pour faire échec aux troupes blanches du gouverneur de la colonie L’année d’après les esclaves reçurent la liberté et la citoyenneté françaises, statut que confirma l’Assemblée Nationale française par un décret en date du 4 février 1794. A partir de ce moment , les troupes coloniales furent incorporées dans l’armée française qui, sous le commandement de divers chefs indigenes dont Toussaint Louverture , pourchassait Anglais et Espagnols. A l’arrivée de Leclerc, l’armée coloniale comptait 14 demi-brigades .


LE DEUXIEME MOMENT

L’indépendance nouvellement conquise était fragile, préoccupés par un retour éventuel des français, nos dirgeants d’alors priorisèrent l’option défense au détriement des réalisations sociales. Dessalines créa 15 nouvelles demi-brigades pour la guerre de l’indépendance qui porta l’effectif de l’armée de l’indépendance à 51000 hommes jusqu’aux environs de 1930. Cette préoccupation , un instant apaisée par la reconnaissance de notre indépendance par la France, Boyer réduisit à 30000 l’effectif de l’armée. Pour les mêmes raisons renforcée de motivations économiques, Geffrard le portera à 15000 hommes.

Depuis, Geffrard, Salomon, Florvil Hyppoloite, Nord Alexis et Leconte ont tour à tour essayé de renouveller la composition de l’armée ou d’améliorer son fonctionnement. Salomon créa une école militaire, les régiments 33 et 34 et acheta plusieurs bateaux de guerre dont le USS Pequot , il s’intéressa à la formation des officiers haïtiens qu’il envoya se perfectionner dans des écoles militaires françaises. .Neuf (9) nouveaux régiments ont été créés de l’indépendance à Hyppolite, ce qui en porta le nombre à 38 , il augmenta qualitativement et quantitativement l’armement par l’achat de canons Bange et de quelques 3 navires de guerre , la construction de la base Amiral Killick inaugurée le 20 octobre 1895.

Nord Alexis encouragea également la formation des officiers en créant des compagnies d’instructions pilotes d’infanterie, d’artillerie et de cavalerie, il acheta aussi 4 navires de guerre. Leconte fit voter une loi en 1912 qui l’autorisait à renvoyer les 38 régiments de ligne et les 4 régiments d’artillerie pour ne garder qu’un effectif de 5000 hommes, cependant cette loi ne sera pas mise à exécution.

A partir de 1870 et jusqu’en 1916, les bataillons étaient de service un mois sur deux, pendant le mois de relache, tout militaire du grade de simple soldat à celui de chef de bataillon était obligé d’avoir un travail dans le civil, on était pas encore dans l’armée de métier. Issue du modèle de l’armée de 1803, fonctionnant dans des conditions précaires avec une organisation plutot souple et moins disciplinée, les composantes de cette armée ont été utilisées comme instrument de pouvoir aux mains des commandants locaux, virtuels présidents de la république.

Contrairement à ce a qu’on a tendance à raconter, il n’y a eu que 2 coups d’état militaire classiques au cours de la période allant de 1804 à 1915; d’abord le complot des généraux Christophe, Pétion, Yayou, Christophe Vaval contre Dessalines en 1806 et le coup d’état du Gnl Richelieu Duperval en 1879 contre le gvnt provisoire présidé par la junte militaire composée elle-même des Généraux Heriston et Lamothe Joseph au profit du gvnt provisoire du Salomon Lysius. La rébellion d’Antoine Simon contre Nord Alexis et la guerre civile contre Légitime n’étaient que des mouvements politiques basés sur le mécontentement populaire et soutenus par l’armée. Il faut ajouter à cela la tentative manquée des tirailleurs de la garde contre Geffrard en 1867


LE TROSIEME MOMENT

Jusqu’en 1916, l’armée haïtienne avait trois composantes qui reproduisaient le modèle français : forces de terre, de mer, gendarmerie chargée de police rurale et une police urbaine subdivisée en police administrative armée et police municipale non armée. Au moment de la première occupation le 28 juillet 1915, l’armée indigène comptait 20000 hommes. Pendant un premier temps, les américains y laissèrent un noyau, mais aussitot après tous les régiments d’artillerie et d’infanterie de ligne étaient dissous, soit le 27 septembre 1915.

Un loi publiée au moniteur du 4 decembre 1916 réorganisa la garde du Gouvernement qui fut placée sous le commandement du Général Justin Salgado. Le 9 janvier 1916, cette garde du gouvernement est renvoyée. Le 29 janvier 1916, la police et la gendarmerie sont renvoyées. Le 1er février 1916, la nouvelle gendarmerie formée par les occupants prend fonction.

Le 2 février 1916, les commandants d’arrondissement et de place sont supprimés, en mars 1916 ce fut le tour des services de santé, du corps du génie et des arsenaux. En avril 1916, la marine haïtienne est supprimée. Le Ministère de la guerre et de la Marine disparait le 9 novembre 1916

La 2eme armée sera à la fois armée-police, composée de sous-officiers américains qui seront considérés comme des officiers haïtiens et de supplétifs locaux. La gendarmerie d’Haïti devenue garde d’Haïti en 1928, sera formée par les américains pour faire régner l’ordre américain. Composée de sous-officiers américains et de supplétifs locaux, cette armée ne sera jamais acceptée par le corps social.

De l’insurrection de Charlemagne Péralte en 1917 à la grève des étudiants en 1929 , les revendications pour demander la fin de l’occupation se firent de plus en plus pressantes, la Commission Forbes, dépéchée en Haïti par le Président américain Hoover en 1930, mit sur pied le plan de désoccupation. Ainsi de 1930 à 1934, le processus d’haïtianisation des cadres de l’armée sera accélérée : une école militaire fut ouverte et comptait au nombre des premiers cadets : Paul Eugène Magloire, Paret Timoléon pour ne citer que ceux-là. Au départ de l’occupant en 1934, c’est une armée légaliste qui prend la commande, une armée qui n’a pas fait le coup d’Etat contre Vincent , mais une armée de substitution de l’occupant..

La force de 1915-1995 laissée par les américains n’aura jamais l’esprit d’une armée nationale et restera fidèle à l’esprit d’une armée de supplétifs, elle comptait 2200 hommes au moment de sa création et se stabilisa à 7500 hommes répartis en 55 compagnies de ligne avec la numérotation et l’ordre d’affectation de l’ocupant jusqu’en 1995 : 1ere Cie Cap-Haïtien, 2eme Cie Pétion-Ville, 3eme Cie Cap-Haïtien, 4eme Cie P-au-P, ainsi de suite.

Au départ de l’occupant, prenant rapidement conscience de ses pouvoirs, l’armée ne tardera pas à intervenir pour influencer le cours politique. Ainsi, de 1946 à 1991, souvent sur fond de mécontentement de populaire , l’armée interviendra dans la vie politique par 8 coups d’état réussis et trois tentatives manquées . La plus longue période d’inactivité polique de l’armée se situe entre 1964 et 1986 où les deux gvnts successifs de Duvalier père et fils lui ajoingnirent la milice comme contre-balance, “ lui enlevant son role d’arbitre”. Au départ de Jean-Claude Duvalier en 1986, l’armée reprit du service et organisa 3 coups d’états :
1. Contre Leslie F. Manigat en 1988 par le Gnl Henry Namphy
2. Contre Henry Namphy par le Gnl Prosper Avril en 1988
3. Contre le président Aristide Jn-Bertrand en 1991 par le Colonel Michel François

N’ayant pu jamais assumer le renversement d’Aristidue comme un coup d’état militaire, ils lui donnèrent ttes sortes de noms. Très mal préparés pour la gestion du pouvoir, le Gnl Cédras et le colonel Michel François, s’emmêlèrent dans un embroglio où la hiérarchie militaire n’était plus de mise………et après 3 ans de tergiversation , d’incohérence, c’est logiquement que la communauté internationale conduite par le Venezuela, la France et les Etats-Unis ramena Aristide au pouvoir le 20 octobre 1994. L’une de ses toutes premières mesures fut le renvoi de l’armée en 1995

Les américains dans leur volonté de pousser l’humiliation du peuple haïtien dans ses extrêmes limites firent signer à Aristide la demande de la deuxième intervention militaire du pays exactement le 28 juillet 1994, 79 ans jour pour après l’occupation de 1915


L’armée renvoyée en 1916 était une institution authentiquement nationale qui était rattachée au corps social par un lien organique viscéral que les américains n’ont pas su établir entre la nvelle force armée et la société.


LA NOUVELLE PAGE A ECRIRE

L’historien Geoges Michel, spécialiste des questions militaires, a dit dans un de ses nombreux articles sur l’institution militaire que le renvoi de la 2eme armee est une tres bonne chose pour le pays, il lui permettra de se reconstituer à partir d’une page blanche. C’est une demi-vérité, pourquoi tjrs recommencer, que faire des millions de dollars des contribuables haitiens dépensés pour former ces militaires, l’exemple de la Bolivie, du Nicaragua et même de l’Iraq ne devrait-elle pas nous inspirer?
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty
MessageSujet: Re: UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !   UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! EmptyMer 11 Juil 2007 - 14:06

Yo fè konplo ak etranje yo sote Palè ak tout Leconte.lajan ke ayisyen peye pou fome yo pa servi anyen ke a maltrete pep la ki peye pou edikatyon yo. Ekzanp sa yo fè an 57 apre yo arete Fignolé e sa ki pase ant 1991-1994 prouve ke se yon lajan ke pep ayisyen depanse pou ryen.

Wi ekzanp sa ki pase an Irak la dwe ba nou ekzanp se pa lame tradityionel san ekipman ke nou pa ka achte koulyè ya ke peyi ya beswen ;si lame irakyen pat ka anpeche ti emperè ya anvayi peyi ya ke dire pou ti lame rachitik ke nostaljik yo vle kreye anko tandis ke ayisyen ap mouri ak malarya ,tiberkiloz ak sida, ti moun paka ale lekol.lopital jeneral pa genyen aprey ,nou paka ranmase fatra nan la ri. la polis pa ka pote moun sekou anba malandren ,peyi ya finn tounnen yon dezer. kote menm dlo rar.Se pou nou finn mete peyi ya nan yon pwen kote li ka genyen e ekipe yon lame ak yon lot traDITYON E YON LOT STRATEJI DE DEFANS KI KONPRAN KONTEX KE NAP VIV JODYA E KI POU PREPARE YON FOS DE DEFANS KI APWOPRIYE A MOYEN E BESWEN NOU.sI GENYEN EKZANP POU NOU IMITE SE PEP PALESTINYEN KI KREYE YON FOS POPILè KOTE YO PA Pè MONTE NAN BIS KA MOUN EPI Fè YO Wè KOULè SAN YO TOU.
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty
MessageSujet: Re: UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !   UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! EmptyMer 11 Juil 2007 - 16:38

nan nouvel fos de defans la na genyen yon General tankou General Russ kite di lè panzouyis yo te arete Gorbachev e ke pep russ la te leve kanpe kont kou deta saa. Genreal russ la te di :L'armee Russe ne tirera pas sur le peuple Russe."Men moun nou beswen se pa tret tankou Raoul Cedras ak Michel Francois.nou beswen moun tankou Beliotte nan nouvel lame popilè kote tout ayisyen se militè ki pret a bay vi yo pou ti bout tè saa ke dessalines te sakrifye tet li pou li te ba nou ,General Boucicaut moun ki genyen kolonn vertebral ki ka di yon diktatè mwen pa ka fè sa ,moun tankou Octave Cayard pa souflantyou tankou Pierre Merceron ni Gerard Constant ni Jacques Gracia.Wi na beswen moun tankou Astrel Roland ki te pito pran ekzil lè Magloire te arete Dumarsais Estime paske li pat dako ak kou deta 10 mai 50 lan.
Revenir en haut Aller en bas
grenadye16
Senior


Féminin
Nombre de messages : 40
Localisation : HAITI
Opinion politique : DEMOCRATE
Loisirs : INTERNET
Date d'inscription : 09/04/2011

UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty
MessageSujet: Re: UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !   UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! EmptyMer 6 Juil 2011 - 18:36

ò
Rodlam Sans Malice a écrit:
nan nouvel fos de defans la na genyen yon General tankou General Russ kite di lè panzouyis yo te arete Gorbachev e ke pep russ la te leve kanpe kont kou deta saa. Genreal russ la te di :L'armee Russe ne tirera pas sur le peuple Russe."Men moun nou beswen se pa tret tankou Raoul Cedras ak Michel Francois.nou beswen moun tankou Beliotte nan nouvel lame popilè kote tout ayisyen se militè ki pret a bay vi yo pou ti bout tè saa ke dessalines te sakrifye tet li pou li te ba nou ,General Boucicaut moun ki genyen kolonn vertebral ki ka di yon diktatè mwen pa ka fè sa ,moun tankou Octave Cayard pa souflantyou tankou Pierre Merceron ni Gerard Constant ni Jacques Gracia.Wi na beswen moun tankou Astrel Roland ki te pito pran ekzil lè Magloire te arete Dumarsais Estime paske li pat dako ak kou deta 10 mai 50 lan.
Mwen ta dwe moun ki pou pran pozisyon mwen kont fòmasyon yon nouvèl lame nan peyi a paske malgre timoun mwen te ye nan epòk egzèsis li mwen se yon viktim fizik, sikolojik ak vèbal inite yo rele lame a, poutan, kòm yon Ayisyen nasyonalis ki renmen peyi mwen, lè mwen ape obsève mwen wè nesesite pou peyi a genyen yon lame, non byen si pa sa nou te genyen ke ameriken te fòme pou nou an ki te sèlman o sèvis li men pite youn tankou sa jeneral Desalin te kreye a. Se yon tandans pou nou elimine panse ke lame ya pa bon. Pa bliye lame a se ayisyen ki ladan kèlke swa fòm li kapab pran. Si bagay yo pap mache sa vle di ayisyen ape mal fonsyone. An nou gade pou nou wè. Ki lès ki nan tèt polis nasyonal la? Ankò menm ansyen militè yo. Se pou nou koumanse chanje konsepsyon nou sou sa ayiti reprezante pou nou. Peyi a pa kapab rete san yon fòs ki pou pwoteje li. Si non nou ape rete tankou pitimi san gadò nenpòt sa moun vle fè ak nou yo kapab jan yo vle tankou le ka de repiblik dominiken ki mennen nou jan yo pi pito. Yo deplase bòn limit teritwa yo chak fwa yo deside san pèsòn pa di yo anyen. Sa ki fè sa? Paske pa genyen yon kò ki pou kanpe anfas yo. Se pa lame a pou nou pè men pito fòmasyon ti moun nou yo pou nou koumanse fè pou yo aprann renemen peyi a anvan enterè pè sònèl yo.
Revenir en haut Aller en bas
http://bit.ly/hOt3Nl
Contenu sponsorisé




UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty
MessageSujet: Re: UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !   UN GENERAL  FADH DEMOBILISE REVOLTE ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
UN GENERAL FADH DEMOBILISE REVOLTE !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: