Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-79%
Le deal à ne pas rater :
DCL : Drone Championship League – Jeu PS4
6.99 € 32.90 €
Voir le deal

 

 Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah Empty
MessageSujet: Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah   Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah EmptyMar 7 Aoû 2007 - 21:35

RENOUVELLEMENT MANDAT MINUSTAH

Préval et Ban : à chacun ses propres intérêts !


PORT-AU-PRINCE, 5 Août - Qu'est-ce qui unit René Préval et Ban Ki-moon ? Un même souhait pour le renouvellement du mandat de la Minustah par-devant le conseil de sécurité de l'ONU en octobre prochain.

Les deux dirigeants (haïtien et onusien) se sont prononcés pour que la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti soit reconduite lors du prochain vote de l'organisme suprême de l'ONU au mois d'octobre prochain.

Ban Ki-moon recherche un nouveau mandat d'une année (l'actuel est de 8 mois, deux mois de plus que d'ordinaire).

Le président Préval n'a pour sa part fixé aucune durée.

Par contre, de hauts responsables internationaux ont recommandé que l'ONU demeure en Haïti pour encore au moins 4 années, pour parachever la stabilisation. Du moins, jusqu'au lendemain des prochaines élections présidentielles en 2011.

Le renouvellement du mandat de la force internationale tient donc autant à cœur au président Préval qu'aux différentes puissances qui influencent les décisions au conseil de sécurité.

Préval trouve dans la présence internationale la garantie d'achever son mandat de 5 ans et de pouvoir accomplir son programme de gouvernement. Celui-ci démarre sous la forme d'une lutte sans merci contre la corruption : trafic de drogue, contrebande, évasion fiscale, tout y passe.

Absence des forces armées d'Haïti !...

Or à chaque fois qu'un gouvernement haïtien s'était frotté à ce genre de défis ces dernières décennies, il n'en avait plus pour très longtemps. Les forces armées d'Haïti avaient tôt fait de l'envoyer promener. Y compris celui (le défi) posé par la drogue qui a été à la base des coups d'état successifs qui ont émaillé les décennies 80 et 90 (contre Namphy 1, Manigat, Namphy 2, Avril et à nouveau dans le renversement d'Aristide par la soldatesque de Cédras et Michel François en 1991).

Si René Préval paraît vouloir mettre tellement les bouchées doubles, comme son administration en laisse actuellement l'impression, c'est parce que chaque jour de la présence internationale compte.

Tout comme il est évident qu'il compte davantage sur cette dernière pour faire avancer son agenda que sur la police nationale d'Haïti (PNH) et sur la justice, deux institutions qu'il s'agit de réformer et qui d'autre en a la tâche, sinon encore la mission internationale.

Les résultats sont à ce jour indéniables. La violence quotidienne des rues a baissé de beaucoup. Le gouvernement se montre intraitable dans la chasse aux contrebandiers et aux suspects de corruption.

La lutte contre la drogue a été marquée par quelques coups d'éclat depuis le sommet régional au printemps dernier à Santo Domingo (dans la république voisine). Plus de 420 kilos de cocaïne saisis d'un seul coup et les transporteurs emprisonnés (dont des colombiens et des policiers haïtiens en service actif) ; puis l'opération en juillet dernier contre le quartier général de l'ex-chef paramilitaire Guy Philippe dans le sud du pays. Celui-ci a réussi " miraculeusement " à s'échapper, mais plusieurs autres présumés trafiquants ont été appréhendés puis dans les jours qui suivent, extradés aux Etats-Unis.

Aussi on n'entend que félicitations pour l'actuel gouvernement de la part des grandes chancelleries et des institutions de crédit internationales.

L'impossibilité de coordonner qui fait défaut...

Mais il y a l'autre versant, celui des réformes économiques, et celui-ci ne cesse de marquer sérieusement le pas. Malgré les performances macro-économiques (contrôle de l'inflation, de la balance des paiements et de la réserve de devises), aucun emploi créé à date.

Qui pis est, on est entré dans une sorte de nouveau cycle infernal du sous-développement où ce ne sont pas les ressources régulières qui manquent pour créer des centaines de petits emplois, mais c'est l'impossibilité de coordonner qui fait défaut. Le blocage absolu.

Comme les habitants de Cité Soleil, criant lors de la visite jeudi dernier (2 août) du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon au bidonville (dont on estime la population à pas moins de 300.000 habitants) : " désarmement, oui mais où sont les emplois et le mieux-être qui devaient l'accompagner ? "

Bref, where is the beef ?

Finir par paraître uniquement répressif...

Or justement, à défaut de certaines avancées sociales visibles et palpables, tout ce qui a été réalisé jusqu'ici peut finir par paraître uniquement répressif. Surtout lorsqu'on en vient aux licenciements massifs comme ceux survenus à la Téléco (compagnie nationale de téléphone et télécommunications) destinés à remettre cette importante entreprise d'Etat à niveau pour en refaire la rentabilité à travers de nouvelles percées technologiques et commerciales. Du moins à ce qu'affirme le gouvernement...

On parle en ce moment de la douane de Port-au-Prince comme la prochaine étape sur l'agenda des " modernisateurs. "

Or même s'il ne le dit pas, nul doute que c'est sur la présence dans le pays de la force internationale (9.000 militaires et policiers du monde entier) que compte également le gouvernement pour maintenir l'ordre public au cas où la grogne que toutes ces mesures brutales ne peuvent manquer de susciter - vu l'absence jusqu'à présent de toute contrepartie sociale, de toute mesure d'accompagnement, de tout filet protecteur - menacerait de provoquer un soulèvement proprement dit.

Mais il n'y a pas que le gouvernement haïtien à être en cause. L'année fiscale s'achève. Que devient le milliard et poussière qui a été voté par les bailleurs ? La Minustah fait bonne garde. Ou est-ce plutôt le gouvernement Préval ? On ne sait trop lequel, étant donné que ce sont plus probablement les anciens liens " lavalas " de Préval qui retiennent le peuple de Cité Soleil que les blindés de la Minustah !

La porte est désormais grand ouverte !...

La Minustah une force répressive même virtuelle. Disons dissuasive...

Officiellement son renouvellement garantit à la communauté internationale de continuer à avoir un contrôle plus direct sur notre pays, empêchant celui-ci de continuer à projeter des métastases sur toute la région à la ronde jusqu'en Floride, mettant en danger les nations alentour (réfugiés faméliques, pollution du fond océanique, trafic de drogue et d'armes etc).

Ça c'est la thèse officielle.

Mais en ces temps de campagne mèche allumée contre le terrorisme international, comment résister à la tentation d'ajouter quelque 27.000 kilomètres carrés à son bouclier naturel, de repousser sa première ligne frontalière aussi loin que possible. Le mot backyard (arrière-cour) prend alors tout son sens. Mais ce n'est pas un vain mot comme on le verra lorsqu'une armada de 4 hélicoptères Blackhawk et deux jets chargés d'agents de la DEA en cagoule laissa récemment la base de Guantanamo (Cuba), entrant directement - et sans frapper - en territoire haïtien pour une opération anti-drogue pour on ne sait combien de temps.

C'est la première fois que les forces américaines firent une incursion aussi directe et aussi percutante (que certains trouvèrent choquante, la dénonçant comme anti-constitutionnelle). Cependant la dernière fois, mais oui, c'était l'embarquement de l'ex-président Aristide par un commando des forces spéciales américaines au petit jour du 29 février 2004.

La porte est désormais grand ouverte. Aucune hésitation. La lutte contre la drogue et contre le terrorisme international n'en faisant plus qu'une.

Nos dirigeants prennent-ils toujours le temps de réfléchir sur jusqu'où peuvent aller les conséquences de leur signature ?

Editorial, Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah Empty
MessageSujet: Re: Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah   Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah EmptyMar 7 Aoû 2007 - 22:31

Mon pragmatisme m'empèche d'etre objectif dans ce débat pour le renouvellement du mandat de la minustah.Comme je l'ai deja dit elle est un mal nécéssaire vu les faibleses des insttutions du pays pour garantir l'ordre social.Qu'on soit epouvanté par le debarquement des agents de la DEA a bord des helicoptères en haiti pour poursuivre les delinquants est incomprehensible ,car si on reconnait les maux causés au pays par ce traffic et si on admet les faibles moyens de la PNH pour contrecarrer ce commerce alors en toute honnèteté on doit reconnaitre la validite de l'accord avec les Etats-unis signé par President Preval .

L'editorialiste reconnait les ampleurs de ce commerce pour desatabiliser le pays et les consequences pour les autres petits pays de la region sans moyens adequats pour combattre le fleau ;C'est le mois dernier que les presidents haitiens et dominicains fustigeaint le manque d'actions des americains pour combattre le traffic des stupefiants alors pourquoi condamne-t-il la signature de cet acord par le president haitien.Top be or not to be.ou bien on condamne les trafficants en reconnaissant le droit accorde par l'accord ou bien cette reconnaissance du danger que represente ce commerce pour la stabilité du pays est une hypocrisie;comme l'a dit un politicien republicain durant le debat la semaine derniere:"You feed and fuel yourself you're independant."
Revenir en haut Aller en bas
 
Haiti en Marche: Renouvellement du mandat de la Minustah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: