Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -15%
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
Voir le deal
509 €
Le deal à ne pas rater :
iPhone 13 Pro : où précommander le nouvel iPhone 13 d’Apple ?
Voir le deal

 

 Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU Empty
MessageSujet: Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU   Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU EmptySam 11 Aoû 2007 - 13:26

Qui a intérêt dans un éventuel départ brusque et prématuré de la MINUSTAH?

Les déclarations se multiplient au sein d'un certain nombre de partis politiques pour réclamer la formation au plus vite d'une nouvelle force armée et le non-renouvellement du mandat de la "mission de l'ONU de stabilisation d'Haïti (MINUSTAH), considérée aujourd'hui comme trouble-fête et brebis galeuse.

D'autres formations potiliques peut-être plus intelligentes, tout en ayant les mêmes objectifs, parlent plutôt de retrait programmé et graduel de la mission onusienne.

Cependant, certains secteurs et personnalités, des responsables de la MINUSTAH en tête, affirment que les partisans d'un retrait immédiat avant même une réelle stabilisation du pays, sont une minorité non représentative qui tient un double language.

Des autorités onusiennes affirment même que la MINUSTAH ne quittera pas Haïti avant la construction d'un avenir solide et que la communauuté internationale ne financera la constitution d'aucune nouvelle force armée puis qu'il y a dejà une police en construction qui sera capable de garantir la sécurité de la population au départ des casques bleus.

Déjà la semaine dernière, lors de la visite du secrétaire général Ban Ki-Moon, le président René Préval déclarait que la présence de la MINUSTAH est encore nécessaire et dénonçait la démagogie de ceux qui réclament le départ de la MINUSTAH sans le vouloir réellement.

Mais le discours des partisans réels ou virtuels d'un départ immédiat apparait tranchant: il ne doit pas y avoir d'autres renouvellements de mandat pour la MINUSTAH après le prochain annoncé qu'ils souhaitent de 6 mois.

Il faut constituer, disent-ils , "une nouvelle force publique capable d'assurer la sécurité du pays pour qu'au départ des casques bleus, les chefs de bande des quartiers populaires ne puissent recommencer à semer la terreur".

Des questions se posent aussitôt:

Quels secteurs disposaient ou disposent encore d'armes de guerre ou d'armes illégales.

Et les réponses énumèrent:

- Les chefs de bandes des quartiers populaires

- Des GNbistes (opposants à Aristide)

- Des chimères ( habitants des quartiers populaires réputés favorables à Lavalas)

- Des anciens militaires ayant gardé leurs armes après la démobilisation des Forces armées d'Haïti en 1995.

- Des secteurs du monde des affaires ayant acquis des armes pour protéger, ont-ils dit, leur business.

- Des responsables et membres du Front ayant pris les armes en janvier 2004 contre le gouvernement Aristide.

- Et des trafiquants et dealers de tous acabits.

Beaucoup estiment que plusieurs de ces secteurs pourraient avoir intérêt à voir changer le cours des choses, en cette période de lutte contre la corruption et la drogue, lutte encore timide, mais qui a l'air de n'épargner personne.

Cependant, de tous les groupes sus-cités, combien ont été désarmés, combien ont remis volontairement leurs armes ou ont commencé à les déposer.

A ce qu'on sache, seuls des chefs de bandes des quartiers populaires ont été désarmés arrêtés ou abattus au cours d'opérations conjointes MINUSTAH/police nationale.

Si toutes les armes des chefs de bandes des quartiers déshérités n'ont pas été récupérées par ces deux institutions, il y a encore pire: des secteurs ont gardé intact leur arsenal. Et si la MINUSTAH leur donne carte blanche, c'est qu'ils doivent, bien sûr, en avoir besoin pour assurer eux-mêmes leur sécurité dans les quartiers résidentiels.

Des soldats de la MINUSTAH sont accusé d'avoir commis de nombreuses violences lors de leurs interventions meurtrières dans les quartiers pauvres, tuant des innocents, femmes et enfants notamment à Cité Soleil. Ils sont accusés d'avoir commis des abus sexuels sur des jeunes filles mineures et detruit de nombreuses habitations.

On reproche aussi à la MINUSTAH son immixion dans les differentes institutions sensibles du pays notamment la police et la justice.

Mais qui a appelé la force étrangère? Qui l'a fait venir en Haïti?

On se souvient que locaux et étrangers s'étaient opposés à la mi- février 2004 à l'envoi, avec l'adhesion de l'ONU, d'un groupe de soldats qui seraient issus de pays de la CARICOM, pour neutraliser des bandes armées qui cherchaient à renverser un gouvernement élu.

Cependant dans la plupart ds milieux qui contestent aujourd'hui la présence de la MINUSTAH, personne ne trouvait scandaleux qu'une force étrangère intervienne en Haïti le jour même du départ forcé d'Aristide pour protéger un gouvernement non-élu, avant tout vote du conseil de sécurité.

De plus, les différents secteurs qui réclament le départ de la MINUSTAH ne le font pas pour les mêmes raisons.

Ce ne sont certainement pas les abus commis par des casques bleus ou "leur présednce sur le sol de Dessalines" qui dérangent. D'aucuns croient que c'est plutôt le peu de latitude laissé par la mission étrangère à certains secteurs qui pourraient encore rêver d'aventures sans lendemain.

Et la question de se poser: à qui pourrait profiter un départ prématuré de la MINUSTAH? Et les réponses suivre: A ceux qui conservent soigneusement leurs armes lourdes ? A ceux qui cherchent à obtenir la reconstitution des forces armées, cette force qui a toujours donné le pouvoir en haïti jusqu'à l'électiopn d'aristide le 16 décembre 1990, cette force qui a toujours protégé les pêcheurs en eau trouble.

Il y a certes des secteurs sncères qui considèrent comme une gifle cette nouvelle présence étrangère en Haïti.

Mais , on récolte ce qu'on a semé. Et c'est toujours ce qui arrive partout où l'on ne croit pas à l'alternance démocratique et aux élections comme voie pour arriver au pouvoir.

La MINUSTAH a encore du pain sur la planche. Et de concert, avec la PNH et la commission nationale de désarmement, elle doit poursuivre le processus de désarmement sans discrimination de zone et de personnalités, pour qu'au noment de son départ, necessaire et incontournable, aucun secteur disoposant d'armes illegales, ne cherchent à les utiliser pour tenter d'imposer sa loi et de s'accaparer du pouvoir.

Editorial de l'AHP, 9 aout 2007


Dernière édition par le Sam 11 Aoû 2007 - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU Empty
MessageSujet: Re: Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU   Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU EmptySam 11 Aoû 2007 - 14:51

Analyse très pertinente.je felicite l'auteur.La force qui doit assurer la securité au depart de la Mission des nations-Unies est deja etablie ,il est nécssaire de l'equiper et de la moderniser.

Tous ceux qui reclament le depart prématuré de cette mission sont des fauteurs en eau trouble qui sont chagrinés par la stabilité du pays. Sachant qu'ils ne peuvent assauter le pouvoir aussi longtemps que les forces onusiennes sont en haiti 'ils se cachent derrière un pseudo nationalisme pour realiser leur dessein .Seul le gouvernement issu d'election honnète a le droit de negocier la presence ou le depart de la mission onusienne au pays ,aucun politicien assoiffé de pouvoir n'a ce droit.

Je suggère au President de la Republique de laisser le soin au gouvernment qui lui succedera d'analyser la situation politique et economique pour savoir si la presence de la mission des nations Unies est encore necessaire pour la stabilite du pays.Et meme au cas il s'averait possible le depart de cette mission ; il devrait etre operé graduellement.

Si après le retablissement d'un climat de paix et de tranquilité, le pays dispose de ressources suffisantes, après la realisation des grands changements et transformations pour satisfaire les besoins essentiels de la population,on pourra toujour s'occuper de former une gendamerie qui,a mon humble avis .est la force la plus appropriée pour aider la PNH en cas de desastre au pays.
Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a intérêt a un départ brusque et prématuré de l'ONU
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: