Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -36%
Nike Air Max 270 React – Chaussure pour Homme
Voir le deal
102 €

 

 Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes

Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes Empty
MessageSujet: Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes   Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes EmptyVen 3 Nov 2006 - 22:27

Nos mornes crient, nos dirigeants se taisent!

Le phénomène de bidonvillisation de nos mornes, véritable catastrophe écologique et sanitaire en gestation, n'a jamais intéressé nos multiples dirigeants qui étaient toujours en transit sur leur propre territoire. Alors, messieurs, faites quelque chose car nos mornes crient.

Empruntez la route de l'Avenue Charles Summer, levez les yeux et regardez le Morne l"hopital, spectacle hideux d'une bidonvillisation accélérée. Longez l'avenue Panaméricaine en direction de Pétion-Ville, fixez la montagne à moitié remplie, image dégradante de constructions anarchiques ( Moun anba ap rankontre moun anwo). Dirigez-vous vers l'avenue Magloire Ambroise à hauteur de Carrefour Feuilles, jetez un regard en l'air, véritable course vers le sommet de la montagne. Roulez sur la route nationale # 2 juste après le marché de Carrefour, contemplez tristement le déboisement des mornes au profit de maisonnettes et maisons ici et là, scène pitoyable. Port-au-Prince, ville conçue pour 300.000 habitants, marche aujourd'hui vers ses 3 millions. Quid de ce phénoméne ?

ORIGINE

Tout a commençé aux premières heures de la dictature de papa Doc. Pour fêter en grande pompe certaines dâtes mémorables, le régime d'alors faisait venir, chaque année, à la Capitale, des milliers d'habitants des quatre (4) coins du pays pour exhiber sa popularité. Certains d'entre eux, après avoir joui de cette journée délirante, élisaient domicile dans la métropole croyant avoir trouvé l'El Dorado d'Haiti. Graduellement ,ce phénomène s'amplifiait jusqu'à donner naissance au premier bidonville, « Cité Simone », connu aujourd'hui sous le nom de Cité Soleil.
Après le départ des Duvalier, la migration vers Port-au-Prince, conséquence immédiate de l'appauvrissement de nos villes de province, était devenue sauvage. La soi-disant période de transition démocratique instaurée à partir de 1991 a donné lieu à toutes les libertés : spoliation, squattérisation, occupation arbitraire de domaines censés protégés par l'Etat. Et comme si de rien n'était, on assiste chaque jour à la multiplication de ces actes dont les conséquences sur l'écosystème à court, moyen et long terme seront fatales pour Port-au-Prince

QUI FAIT QUOI ?

La dégradation de l'environnement, l'occupation anarchique de nos montagnes transformées en lieu de résidence, devaient être un souci constant pour nos dirigeants. Mais hélas ! On se rappelle encore l'Office National du Cadastre, il y a quelques années, qui manifestait une velléité d'agir. Les responsables avaient beau envoyer des employés pour freiner le sacrilège fait à nos montagnes, mais, piqués par le venin de la corruption, ces délégués, quand ils n'étaient pas menacés, fort souvent se faisaient monnayer pour fermer l'oeil et laisser faire. Peut-être, se disaient-ils : « Si on autorise à construire au sommet, il peut en être de même au flanc et partout puisqu'à la limite, les dégâts seront pareils ». Maintenant, devant un tel constat, on peut se demander : Que fait l'Etat ? Nos décideurs ont-ils une politique orientée vers des objectifs précis ? Ont-ils établi des priorités qui tiennent compte des urgences de l'heure ?. La bidonvillisation des montagnes qui contournent Port-au-Prince devrait interpeller particulièrement nos ministres de la Santé publique, de l'Environnement, des TPTC et de l'Intérieur, chacun en ce qui le concerne.
Le Ministre de la Santé publique doit tirer la sonnette d'alarme, incapable qu'il est financièrement d'orchestrer une campagne de vaccination contre un retour en force du choléra, de la typhoïde et d'autres maladies qui pourraient résulter de la consommation par la grande majorité de la population d'une eau polluée.
Le Ministre de l'Environnement doit agir pour freiner l'érosion massive de ces espaces aux retombées néfastes pour la biosphère. Il évitera également la fuite ou la disparition de certaines espèces déjà menacées.
Le Ministre des TPTC doit agir pour freiner la pollution de l'eau captée sous les montagnes par ces centaines de fosses d'aisance qui drainent tant d'excréments porteurs de maladies infectieuses et mortelles. Il interviendra aussi pour que les routes de Débrosse (Pétion-Ville/Canapé-vert), de Martissant, de Mariani ne se détériorent davantage par les eaux et alluvions qui proviennent de ces espaces dénudés en temps de pluie.
Le ministre de l'Intérieur doit agir pour rétablir l'autorité de l'Etat par une action diligente pour ne pas avoir à décréter des jours de deuil national suite à un éventuel cataclysme naturel dans ce pays déjà très vulnérable.

IL FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE

Messieurs, les responsables, vous n'ignorez pas que « la ruée vers l'or de Port-au-Prince » qui se perpétue a grandement contribué à l'effritement de notre économie jadis basée sur l'agriculture, à la bidonvillisation de la Capitale et à l'occupation des montagnes. Il faut faire quelque chose. Il faut une décentralisation effective pour garder chez eux les potentiels migrateurs qui viendront grossir davantage les mornes et pulluler les rues de la métropole en vendant des noix de coco, du citron, de la banane et même des sachets d'eau, tous importés de la République Dominicaine. Il faut faire quelque chose au bénéfice de ces millions d'enfants, d'adolescents et de jeunes qui n'ont d'autre alternative que d'affronter les dures réalités d'un pays où tout espoir d'un lendemain meilleur disparaît. Il faut faire quelque chose pour cette Capitale pour ne pas repousser les touristes qu'on cherche à attirer rien qu'en leur offrant le spectacle aérien d'une ville qui exprime la désolation de tout un pays. Alors, messieurs, cessez de vous taire. Répondez à nos montagnes.


SUPRI Arnold
supa_1266@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes Empty
MessageSujet: Re: Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes   Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes EmptySam 4 Nov 2006 - 14:50

Reponse à cette catastrophe :Revaloriser l'agriculture et nos campagnes en construisant des cites pour nos ouvriers agricoles.
Revenir en haut Aller en bas
 
Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: