Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
ASOS : -20% sur TOUT dès 30€ d’achat
Voir le deal

 

 Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs Empty
MessageSujet: Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs   Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs EmptyMer 30 Juil 2008 - 19:03

La politique des grands mangeurs!</B>

PORT-AU-PRINCE, 23 Juillet - Pour ceux qui n'ont pas suivi d'assez près l'actualité, il n'est plus question de la " moralité " du Premier ministre désigné mais des postes ministériels dans le prochain gouvernement que le président de la république n'entend plus laisser aussi librement à la disposition des leaders politiques dits de l'ex-opposition.

Aussitôt on est revenu à des critères plus terre à terre. La prochaine bataille politique au Sénat - qui doit se prononcer à son tour sur la nomination de Mme Michèle Pierre-Louis qui a reçu le jeudi 17 juillet l'aval de la Chambre des députés - portera, ont annoncé des sénateurs et les leaders de leurs partis respectifs, sur des questions de fond, entendez par là, oui, le fond de la caisse publique. Autrement dit, le partage des postes au prochain cabinet ministériel.

C'est le cas de dire que (paraphrasant la ministre sortante à la Condition féminine, Marie Laurence Lassègue) " nan pwen benyen toutouni kache nonbril ". Nos décideurs sont obligés d'abattre leurs cartes, au risque de se retrouver sur le pavé. Car on s'habitue vite au pouvoir, ses richesses, ses pompes et ses œuvres. D'autant que les Transparency International et consorts soudain ne sont plus aussi intéressés qu'autrefois, se sont mis très stratégiquement aux abonnés absents!

Soudain on en oublie qu'on a passé trois mois à nous répéter que le vote d'acceptation ou non de la personne choisie comme Premier ministre, est un vote purement " technique. "

Qui n'a rien à voir avec aucun critère d'ordre subjectif ou politique.

Sinon c'est contraire aux prescrits constitutionnels.

Mais voici les mêmes qui la semaine dernière encore tiraient à boulets rouges sur la CPP (Concertation des parlementaires progressistes), groupe majoritaire à la chambre basse, les voici qui sont prêts à se renier, déclarant que le prochain vote tant attendu au Sénat sera politique ou ne sera pas.

Pas de carte blanche non plus...

Des leaders politiques bien connus, mais ne se contrôlant plus, déclarent aux agences de presse locales qu'à moins que Michèle Pierre-Louis ne les rencontre pour dresser le profil du prochain gouvernement, elle ne franchira pas la barre de la ratification sénatoriale.

Au diable tous les votes " techniques ", au diable la Constitution!

Selon un bulletin de l'AHP, c'est qu'on prête également au Président René Préval l'intention de mettre en place le nouveau gouvernement une fois la nomination de Michèle Pierre-Louis reconnue par les sénateurs, et sans attendre que cette dernière ait présenté la " déclaration de politique générale " qui doit également être mise au vote (à la majorité absolue svp) devant les deux chambres séparément, autre étape capitale dans le processus de nomination du Premier ministre et de l'installation du nouveau gouvernement.

Cependant notre intention n'est pas de dire qu'il faut faire confiance au seul Exécutif et lui laisser carte blanche pour l'installation de la nouvelle équipe gouvernementale.

D'autant plus que la Constitution est formelle dans son principe de séparation des 3 pouvoirs entre le législatif, l'exécutif et le judiciaire. Le législatif devant contrôler les actes de l'exécutif.

Une sorte de mafia législativo-politico-exécutive...

Cependant quand des sénateurs se mettent à dicter ceux qui doivent faire partie du gouvernement (comme cela s'annonce lors du prochain vote), il n'y a plus de séparation entre législatif et exécutif. On n'est pas loin de considérer que le pays est sous la coupe d'une espèce de mafia législativo-politico-exécutive.

Ce n'est pas seulement l'obligation de vote purement " technique " qui est violé, c'est tout l'esprit de la Constitution.

Mais nous disions qu'il ne s'agit pas non plus de laisser le pouvoir exécutif faire ses quatre volontés. Et que le Président et le Premier ministre soient seuls maîtres à bord dans la formation du prochain gouvernement.

Même quand la Constitution les y autoriserait que ce n'est pas recommandé dans les circonstances actuelles. On a déjà constaté que le Président Préval a tendance à faire ses choix au sein de son petit cercle personnel.

L'excès d'intimité tue le dynamisme...

Et quant à Mme Michèle Pierre-Louis il n'est pas nécessaire de démontrer que c'est une personne déjà très " entourée. " Et par des gens très intéressés. Ce n'est plus un secret.

Au contraire le chef de l'Etat a intérêt à aller voir ailleurs que dans les cercles intimes si tant est qu'il ait l'intention d'introduire un souffle nouveau dans la machine gouvernementale, plus d'ouverture et plus d'efficacité comme il le souhaiterait (et comme tous les citoyens vraiment conscients de la gravité de la situation et des lacunes de toutes sortes qui affectent notre milieu, ardemment le souhaitent). Or rien ne tue davantage le dynamisme que l'excès d'intimité. Le froti frota. Le tuti fruti. Le scratch my back. Bref les petits cercles fermés. GNB. Lavalas. Ou autres.

De l'autre côté, on n'est pas en juin 2006 quand avait été concocté le gouvernement aujourd'hui sortant du Premier ministre Jacques Edouard Alexis.

On a vu ce qui a fait ses faiblesses. Or voici les mêmes sénateurs qui ont pris le vote de censure du 12 avril 2008 afin de remédier auxdites faiblesses et qui viendraient nous raconter à présent que c'était la formule de gouvernement idéale.

C'est exactement ce qu'on entend pratiquement cette semaine. Exit Alexis, gardons le gouvernement. Du moins tous ceux-là qui seraient les protégés des sénateurs du 12 avril, qui sont passés depuis vendredi sous un autre label, " le groupe des 10. " Pour barrer la route au Premier ministre de Préval si celui-ci se met en tête de vouloir changer de formule gouvernementale.

Nous ne savons pas ce que fera M. Préval. Il aurait tort aussi de s'enfermer dans sa position comme dans une citadelle ou une tour d'ivoire. Il ne détient pas plus qu'un autre la solution à tous les problèmes du pays. A bien y réfléchir, il a toute une gamme de choix qu'il pourrait explorer. Sans revenir au modèle précédent, il peut partager les fonctions ministérielles entre celles qui sont stratégiques pour une véritable relance du pays, et celles pouvant être considérées comme des ministères à caractère " politique " (oui, entre guillemets) et qui pourraient être concédés sur cette base plus ou moins clientéliste.

Mais d'abord quel agenda sera celui du prochain gouvernement?...

Mais ce qui est plus important (et dont on ne parle pas - on ne parle de rien d'ailleurs et c'est l'une des causes de cette confusion qui permet à tout un chacun de faire comme bon lui semble car le pays ne sait pas où on en est, qu'est-ce qui se règle, qu'est-ce qui se passe, à quoi rime tout ce bordel), oui le plus important et longtemps avant la formation du gouvernement et quelle que soit la formule qui sera adoptée c'est quel agenda sera celui de ce prochain gouvernement. Un gouvernement pour quoi faire? Quel programme? DSNCRP. Celui-ci a bon dos.

Or pas un mot jusqu'à présent. Dès lors pourquoi n'importe qui ne se considérerait capable de faire n'importe quoi. Dekilakyèl! En français: et alors! Plus on est de fous, plus on rit.

Il ne reste donc que d'attendre quelle voie choisiront ces excellences, puisqu'il n'existe aucun contrôle par-dessus leur tête.

Fais ce que veux!...

Le scandale chez nous ne tue personne. On voit les candidats Barak Obama et John McCain devoir changer mille fois les membres de leur équipe de campagne, il suffit que le moindre soupçon soit émis à leur endroit.

On voit en France un chef d'état-major se sentir obligé de démissionner après qu'un soldat eut commis l'erreur de charger son fusil de balles réelles et non à blanc.

En Haïti, le politicien peut se mettre à poil en pleine rue, physiquement ou pis moralement (ou même sortir son pistolet en pleine séance et faire feu sur un collègue) que cela n'émeut plus personne.

Arrive au pouvoir et fais ce que veux. La caisse publique y pourvoira.

Et le comble de la moralité tournée en ridicule, n'est-ce pas seulement la semaine dernière que le débat politique n'avait qu'un seul thème: vive la moralité!

Or quoi de plus immoral dans un pays où le citoyen ne peut se payer même un tout petit morceau de cassave, que ce spectacle de goinfrerie autour des parts du gâteau national.

Mélodie 103.3 FM, Port-au-Prince
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs Empty
MessageSujet: Re: Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs   Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs EmptyJeu 31 Juil 2008 - 9:39

Preval

Ba Aloufa yo youn ti moso tomtom pou yo debloke peyi ya.tout kritik yo tap fè kont Alexis ya se te sa yo te beswen pou yo jwen youn ti moso lam veritab ak kalalou.ba yo li pou nou wè si madanm la a fome youn gouvenman ak moun serye ki pou retire nou nan grangou kloroks la ,nou bouke.
Revenir en haut Aller en bas
ed428
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 359
Localisation : USA
Loisirs : Reading
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs Empty
MessageSujet: Re: Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs   Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs EmptyJeu 31 Juil 2008 - 18:40

Our beloved Haiti defies all logic. First, we defeated the most powerful army during the 17th century, and now we have foreign soldiers on our soil. Secondly, we were called "The pearl of the Antilles" and now our people are eating dirt. Lastly, we are called the poorest country in the western hemisphere, yet our leaders past and present are able to purchase million dollar mansions in other countries. Kidnapping, and elected officials must be the most profitable business in the country. Grand manjeurs, beware!!! You shall reap what you have sown.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs Empty
MessageSujet: Re: Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs   Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Haiti en Marche: La politique des grands mangeurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: