Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -41%
-41% sur le Pack enceintes Home Cinéma JAMO PACK
Voir le deal
649 €

 

 Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys Empty
MessageSujet: Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys   Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys EmptyDim 21 Déc 2008 - 23:41

NEO-LIBERALISME</B>

Oui, nous avons aussi nos golden boys!

FURCY, 13 Décembre - Nous avons nous aussi nos " golden boys. " Ou ceux qui ont profité du système économique aujourd'hui déclinant et communément appelé " néo-libéralisme. "

L'économie néo-libérale ou toute puissance de la haute finance sur tous les autres secteurs de la vie, y compris le pouvoir politique, n'a pas créé chez nous de grandes fortunes particulières - nous n'avons pas connu en Haïti de bulles spéculatives qui éclatent tous les quatre ans et dont les retombées font à chaque fois de nouveaux milliardaires par brassées et en toute impunité (à part l'expérience des coopératives au taux d'intérêt jusqu'à 150% qui n'avait pas tardé à être démasquée).

Ni nous n'avons connu de " parachutes dorés ". Ni des " raiders " ou piranhas du genre du personnage joué par Michael Douglas dans " Wall Street ". Leurs rares homologues en Haïti doivent être recherchés du côté de l'argent de la drogue et la plupart de ces derniers pourrissent aujourd'hui derrière les barreaux en Floride.

La voix de son maître...

Cependant ce néo-capitalisme qui vaut aujourd'hui tant de malheurs au monde entier n'en a pas moins fait quelques heureux également chez nous. Signe particulier: non la richesse mais l'arrogance de la jeunesse et l'ardeur des néophytes. Nous parlons d'une petite camarilla de jeunes cadres, frais émoulus de certaines universités étrangères triées sur le volet, et qu'ils soient détachés auprès d'organisations gouvernementales ou non gouvernementales c'est du pareil au même car ils ont un seul évangile et c'est la voix de son maître!

Pendant les deux dernières décennies, ils ont détenu le monopole des dons, bourses d'études, subventions, voyages aux frais de la princesse, récompenses et décorations. Ce sont nos golden boys à nous.

Dans un milieu réputé pour son passéisme (il a fallu les " pèpè " ou vêtements usagés importés pour que les Haïtiens se mettent à découvrir les dernières modes), ils ont symbolisé la nouveauté, que disons-nous, le changement. Mot magique parce qu'il n'est pas difficile de tout amalgamer par exemple avec les " nouvelles technologies " et de faire croire que l'Internet (première coïncidence) c'est aussi leur création.

Un pays aux vues aussi étriquées...

Voici donc ces golden boys-and-girls bien armés pour imposer leurs vues partout et dans tous les domaines de l'activité humaine dans un pays aux vues aussi étriquées qu'Haïti.

A commencer par les médias (l'immense creux qui caractérise ces derniers est un avantage pour toute entreprise de " décervelement ")...

Ensuite les dîners en ville, jamais les restaurants n'avaient été aussi bondés à l'heure du lunch.

Et pour finir tous les centres de pouvoir.

Mais plus que changement, il faudrait dire agents de change. Le tout est de savoir aujourd'hui ce que nous avons gagné au change.

Sous l'étiquette générale d'économiste, ces " coming men " ou jeunes pleins d'avenir auront été, pour être plus précis, des propagandistes de ce qu'on appelle la pensée dominante.

Enfin l'ex-pensée dominante, pour ceux qui ont entendu le discours de Toulon du président Nicolas Sarkozy: " L'économie toute-puissante, c'est fini! "

Monsieur Jourdain...

En attendant les nôtres ont bien fait leur job. Le tout Port-au-Prince qui se respecte n'avait plus qu'un mot à la bouche: macro-économie. De notre dernière ministre du commerce, pourtant poète à ses heures perdues, au chef de l'Etat, tout le pouvoir devait reprendre à son compte cette logomachie et jouer à son petit monsieur Jourdain qui sait tout sans avoir rien appris.

En face, c'est-à-dire comme on le voit aujourd'hui: tout le reste de l'humanité, à commencer par tous ceux qui se refusent à prendre pour argent comptant ce " fast food " pré-mâché, les voici tous rejetés dans les ténèbres de l'histoire.

L'insulte suprême c'est nationaliste. Le nationalisme qui opprime face au globalisme qui libère. Saddam Hussein, Hugo Chavez, Fidel Castro, les présidents iranien et nord-coréen, tous des nationalistes.

Alors on voit nos présidents à nous aussi en Haïti se battre pour ne pas être taxés de nationalisme. Ainsi le président Aristide ne choisit-il pas une compagnie américaine de sécurité (des ex-U.S. Marines) pour assurer sa protection au palais national de Port-au-Prince!

Tous des " chimères "...

Mais on ne peut pas tricher avec un système aussi sûr de lui et conquérant. Que Aristide ait été le démolisseur de la compagnie nationale de télécommunications (Teleco) réduite en miettes au profit de firmes internationales privées de l'intérieur et de l'extérieur... tous des " chimères. "

Est-ce aussi ce qui motive René Préval quand il refuse d'admettre que ce sont les masses Lavalas qui l'ont fait gagner son second mandat le 7 février 2006! La peur des mots nationalisme et/ou populisme qui ont été les plus vilipendés ces 20 dernières années.

Mais aujourd'hui que le nom le plus honni dans le monde est devenu celui de George W. Bush et que les golden boys partout sont aux abois, si ce n'est au chômage (le système financier a déjà liquidé plus de 300.000 emplois seulement aux Etats-Unis), aujourd'hui que l'heure du bilan a sonné: qu'est-ce que nos jeunes loups ont à leur actif?

Pas un emploi créé durant les deux décennies écoulées. Pas un seul. Bien au contraire.

Mais en Haïti, rien à craindre. On a vu pire. We are family.

Toutefois cela servira-t-il de leçon? Au moins pour les prochaines années?...

Haïti en Marche, 13 Décembre 2008
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys Empty
MessageSujet: Re: Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys   Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys EmptyLun 22 Déc 2008 - 16:17

Comme d'habitude, Marcus est un bon observateur et un analyste clairvoyant.

Mais à bien regarder, Haiti a toujours produit des "Fils a papa" qui ressemblent 'Tèt koupe" à ceux, décrit par Marcus.

C'étaient les "Golden Boys" avant la lettre.
Ou Haiti a-t-elle inventé ce phenomène?
Revenir en haut Aller en bas
 
Haiti en Marche - Neo-liberalisme: Oui, nous avons aussi nos golden boys
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: