Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Marc
Technicien


Masculin
Nombre de messages : 65
Localisation : Aquin-Haiti
Loisirs : culture de pitimi
Date d'inscription : 30/12/2007

Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty
MessageSujet: Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan   Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan EmptyDim 15 Mar 2009 - 0:47

Vous allez voir que tout ce qu'a dit l'éminent professeur, on en a déjà parlé dans les forums haïtiens.


Du Journal Le Nouvelliste Haiti

Un agenda à court terme pour soulager le pays


L'éminent professeur de l'Université d'Oxford, Paul Collier, en visite
en Haïti sur invitation de la Minustah et du Centre pour la libre
entreprise et la démocratie (CLED) a présenté le jeudi 12 mars à
l'Hôtel Montana devant une assistance composée de représentants du
secteur privé des affaires, du secteur public, du Corps diplomatique,
de la communauté internationale et de la classe politique, son rapport
intitulé « Haïti : des catastrophes naturelles à la sécurité économique
».

Cette présentation qui rentre dans le cadre de la série Ralph Auguste,
en hommage à cet ex président du CLED, a été l'occasion pour l'illustre
invité de parcourir le paysage accablant de la réalité socioéconomique
d'Haïti, ce pays que même les catastrophes naturelles n'épargnent. «
L'héritage des crises de 2008 et la récession mondiale se conjuguent
pour faire de 2009 une année peu propice », lit-on dans l'introduction
de ce rapport d'une vingtaine de pages.

Cependant, en dépit de l'apparence agonisante de l'ancienne perle des
Antilles et des difficultés graves auxquelles elle est confrontée, Paul
Collier croit fermement qu'il y a lieu pour les Haïtiens d'espérer des
lendemains meilleurs. « Haïti n'est pas dans une situation désespérée
», a fait valoir le professeur d'Oxford soulignant que ce pays est
assis sur une mine de potentialités qui ne demandent qu'à être
exploitées.

Parmi les potentialités jouant en faveur d'Haïti, le rapport de
Collier cite la position géographique de ce pays qui se trouve dans une
région pacifique, prospère. Le pays dispose d'une diaspora considérable
qui non seulement, fournit un apport de fonds massif a Haïti, constitue
également un réservoir de compétences. Les débouchés commerciaux et
économiques que la loi HOPE II procure à Haïti la garantie d'une
d'accès au marché américain sans taxes et sans contrainte de quotas.

« Du point de vue de l'accès au marché - élément important - Haïti est
aujourd'hui le lieu de production le plus sùr au monde dans le secteur
de l'habillement » indique le rapport qui a aussi mis en relief la
proximité d'Haïti par rapport à son marché cible, les Etas Unis.

L'illustre invité du CLED dit malheureusement, avoir détecté un manque
de confiance en soi chez l'Haïtien l'empêchant de mettre à profit ces
potentialités qui peuvent apporter des changements à long terme. A ceux
qui brandissent la carte des faiblesses et des problèmes d'Haïti pour
justifier leur inaction, l'invité du CLED et de la Minustah rétorque
que ce n'est pas la peine de ressasser les erreurs passées et de parler
de ce qui ne marche pas. Il est préférable et plus utile de converger
vos efforts à rechercher le minimum à faire pour démarrer le pays.

Dans la quête d'une amélioration des conditions de vie, Paul Collier
lance une mise en garde contre les projets trop vastes, complexes, car
trop couteux et difficilement applicables. L'approche privilégiée par
le professeur Collier dans le cas d'Haïti est celle des petites
victoires dans des secteurs clés, notamment l'instauration de la règle
du droit, la révision de notre mode de production agricole, la
réhabilitation de l'environnement et le développement des services de
base. « On doit se concentrer sur un agenda clair et à court terme pour
soulager le pays ».

D'un autre côté, l'intervenant invite les Haïtiens à la vigilance, car
soutient-il, les potentialités dont jouit Haïti sont limitées dans le
temps. Il a énuméré, ce qu'il appelle trois fenêtres d'opportunités qui
ne sont pas éternelles et que nous devrions exploiter au maximum
pendant que nous en avons l'occasion. Parmi ces fenêtres, il cite le
nouveau climat de sécurité auquel la Minustah a grandement contribué.
Un tel climat est propice à l'investissement et à la création d'emplois.

Autre fenêtre d'opportunités, l'accès d'Haïti au plus grand marché du
monde à travers la loi HOPE. Cette législation qui a une durée de vie
limitée (10 ans) représente une chance énorme du point de vue
économique pour Haïti et offre un potentiel de plusieurs milliers
d'emplois sur quelques années seulement. Il importe de saisir cette
chance, conseille l'auteur du rapport qui met l'accent sur la nécessité
pour un pays comme le notre d'avancer progressivement sur la voie du
développement.

Remplie comme un oeuf, la salle Horizon qui a accueilli cette rencontre
vibrait sous les salves d'applaudissements de l'assistance qui,
pourtant ne faisaient pas connaissance pour la première fois avec ces
vérités déjà révélées par certains analystes locaux. Des personnalités
notoires ayant pris part à cette conférence-débats ont donné leur point
par rapport à l'exposé de Paul Collier. Et aucune d'elles n'a pris le
contre-pied des affirmations du professeur.


Le secrétaire d'Etat à la Sécurité, M. Luc Eucher Joseph pense que le
rapport de Paul Collier est très encourageant du fait qu'il véhicule un
discours positif contrairement à beaucoup d'autres documents de ce
genre sur Haïti. « C'est un rapport porteur d'espoir qui doit porter
l'Haïtien à être plus confiant dans l'avenir de son pays. Selon M.
Eucher, ce rapport est d'autant plus important qu'il 'il a pointé du
doigt certains problèmes déjà identifiés par les élites locales dans le
domaine de la sécurité notamment.

« Nous risquons de perdre le fruit des efforts consentis depuis 2006
dans le domaine de l'amélioration. Il faut commencer à créer des
emplois pour les jeunes et améliorer la situation socioéconomique du
pays et la sécurité est une condition sine qua nun à la création de
l'emploi».

Mme Rousseau de l'AGERCA dit souscrire à la stratégie « des petits pas
» vers le développement proposé par Paul Collier. Cependant, elle
sollicite la nécessité d'un leadership capable d'insuffler l'énergie
nécessaire au reste de la collectivité dans la réalisation des
objectifs.

Selon Max Romain de l'ANADIPP, les propos de Paul Collier sont
tellement simples que dès demain, les secteurs public et privé du pays
devraient commencer à se mettre ensemble et travailler. Ce sont des
choses que nous entendons tous les jours, mais le professeur Collier
les présente avec une telle simplicité qu'il n'y a aucune raison pour
ne pas les mettre en pratique, et déraper.

Cyprien L. Gary
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Technicien


Masculin
Nombre de messages : 65
Localisation : Aquin-Haiti
Loisirs : culture de pitimi
Date d'inscription : 30/12/2007

Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty
MessageSujet: Re: Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan   Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan EmptyDim 15 Mar 2009 - 0:58

Citation :
Dans la quête d'une amélioration des conditions de vie, Paul Collier
lance une mise en garde contre les projets trop vastes, complexes, car
trop couteux et difficilement applicables. L'approche privilégiée par
le professeur Collier dans le cas d'Haïti est celle des petites
victoires dans des secteurs clés, notamment l'instauration de la règle
du droit, la révision de notre mode de production agricole, la
réhabilitation de l'environnement et le développement des services de
base. « On doit se concentrer sur un agenda clair et à court terme pour
soulager le pays ».

Qu'entend le professeur par des projets trop vastes, complexes , couteux et difficilement applicables? Comme quoi on est trop pauvres, trop petits pour penser grand.

Malheureusement je ne peux pas être d'accord avec le professeur sur ce point . Il va donc de soi que nous avons aussi besoin de grands projets d'infrastructures touristiques pour lancer cette industrie comme ont fait les voisins limitrophes d'Haiti. Je pense que nous avons tout ce qu'il faut pour lancer de grands projets en même temps pour réaliser des petits projets de base pour soulager la misère de la population.

De plus , je crois que nous avons le devoir d'aller chercher de nouveaux investissements et de partenariats étrangers pour investir dans le tourisme, l'électricité , le transport et les communications. Haïti est un pays touristique et il faut développer cette industrie.

Somme toute , ce n'est pas parce que nous sommes petits que nous devrons seulement penser petit . Si nous voulons prendre notre place dans ce monde , nous devrions être très ambitieux pour percer dans ce monde qui ne laisse pas toujours de place aux plus petits.
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty
MessageSujet: Re: Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan   Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan EmptyDim 15 Mar 2009 - 17:25

Rien d'etonnant ;ce sont les carcans de l'esclavage qui se manifestent dans cette hosana a l'éminent professeur :on aurait cru qu'il venait d'annoncer l'arrivée du Sauveur.Nous preferons les dictées de nos anciens oppresseurs au lieu d'adopter ou de rechercher des solutions à nos problèmes sans l'ingerence des étrangers.l'occupation du pays en plusieurs occasions est le corrollaire de cette mentalité.

Comme nous l'avions deja dit il faut reeduquer cette elite.On condamne l'analphabetisme du peuple pour son adherence ou sa preference envers certains politiciens ,mais quand on constate la conduite de cette "elite"on doit questionner la valeur de cette education de pacotille qu'elle vante tant.
Revenir en haut Aller en bas
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6208
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty
MessageSujet: Re: Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan   Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan EmptyLun 16 Mar 2009 - 9:47

Au moins le professeur a dit une chose véridique; On n'a pas confiance en nous , haitien, haitienne.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.forumhaiti.com
Contenu sponsorisé




Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty
MessageSujet: Re: Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan   Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Paske se yon blan ki di sa , tout moun kontan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: