Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -12%
Nintendo Manette Switch Pro
Voir le deal
52.99 €

 

 PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI

Aller en bas 
+4
Rodlam Sans Malice
AnaCreole
piporiko
Rico
8 participants
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 5 Avr 2009 - 16:40

Mwen louvri yon pos sou ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI. Se yon travay kite komanse ak yon seri sou lagè lendepandans Vètye, sou Kristof ak lot detay istorik. Nan sousi pou byen regwoupe tout saki te di mwen pral regwoupe done sayo nan yon sèl pos. Nou pral vini ak tout pasaj istorik e imaj bon moman peyi dAYITI.

Se pral sitou yon pos edikatif, enfomatif, de bèl nosyson distwa ak kilti. Poukwa pa nou gen pou rale sou derapaj ak decheyans peyi dAYITI osi. Alos evite sitou voye monte, fè jwèt pwovokasyon, ou tout tantativ pou chire pit.. Dayè map kanpe sou bit vag si se entansyon yon ti malen


Dernière édition par Rico le Dim 5 Avr 2009 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 5 Avr 2009 - 17:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pikliz.com
Duvalier recevant le sash Présidentiel du Général Antonio Thrasybule Kébreau


Jul. 1, 1957 TIME Archive. The iron fist of Brigadier General Antonio Kebreau, Haiti's new boss, fell on the black republic last week, bringing temporary calm. After a weekend of arson and terror, the sullen followers of exiled provisional President Daniel Fignole went back to work. Kebreau jammed the jails with political prisoners

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Francois Duvalier, Gen. Antonio Thrasybule Kébreau

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
François Duvalier, 1957.

François Duvalier surnommé «Papa Doc» fut élu président d' Haïti en 1957 pour une période de 6 ans. En 1964, il change la constitution et s' autoproclame «Président à vie». Son règne fut empreint de corruption et marqué par l' utilisation de milices privées, les "TONTONS MACOUTES".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Francois & Simone Duvalier

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jean-Claude & Simone Duvalier






Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 5 Avr 2009 - 21:19


FRANÇOIS DUVALIER, 1957-71

- Source: U.S. Library of Congress

FRANÇOIS DUVALIER, 1957-71

Like many Haitian leaders, Duvalier produced a constitution to solidify his power. In 1961 he proceeded to violate the provisions of that constitution, which had gone into effect in 1957. He replaced the bicameral legislature with a unicameral body and decreed presidential and legislative elections. Despite a 1957 prohibition against presidential reelection, Duvalier ran for office and won with an official tally of 1,320,748 votes to zero. Not content with this sham display of democracy, he went on in 1964 to declare himself president for life. For Duvalier, the move was a matter of political tradition; seven heads of state before him had claimed the same title.

An ill-conceived coup attempt in July 1958 spurred Duvalier to act on his conviction that Haiti's independent military threatened the security of his presidency. In December the president sacked the armed forces chief of staff and replaced him with a more reliable officer. This action helped him to expand a Presidential Palace army unit into the Presidential Guard. The Guard became the elite corps of the Haitian army, and its sole purpose was to maintain Duvalier's power. After having established his own power base within the military, Duvalier dismissed the entire general staff and replaced aging Marinetrained officers with younger men who owed their positions, and presumably their loyalty, to Duvalier.

Duvalier also blunted the power of the army through a rural militia formally named the Volunteers for National Security (Volontaires de la Sécurité Nationale--VSN), but more commonly referred to as the tonton makouts (derived from the Creole term for a mythological bogeyman). In 1961, only two years afterDuvalier had established the group, the tonton makouts had more than twice the power of the army. Over time, the group gained even more power. While the Presidential Guard secured Duvalier against his enemies in the capital, the tonton makouts expanded his authority into rural areas. The tonton makouts never became a true militia, but they were more than a mere secret police force. The group's pervasive influence throughout the countryside bolstered recruitment, mobilization, and patronage for the regime.

After Duvalier had displaced the established military with his own security force, he employed corruption and intimidation to create his own elite. Corruption--in the form of government rake-offs of industries, bribery, extortion of domestic businesses, and stolen government funds--enriched the dictator's closest supporters. Most of these supporters held sufficient power to enable them to intimidate the members of the old elite who were gradually co-opted or eliminated (the luckier ones were allowed to emigrate).

Duvalier was an astute observer of Haitian life and a student of his country's history. Although he had been reared in Port-au- Prince, his medical experiences in the provinces had acquainted him with the everyday concerns of the people, their predisposition toward paternalistic authority (his patients referred to him as "Papa Doc," a sobriquet that he relished and often applied to himself), the ease with which their allegiance could be bought, and the central role of voodoo in their lives. Duvalier exploited all of these points, especially voodoo. He studied voodoo practices and beliefs and was rumored to be a houngan. He related effectively to houngan and bokò (voodoo sorcerers) throughout the country and incorporated many of them into his intelligence network and the ranks of the tonton makouts. His public recognition of voodoo and its practitioners and his private adherence to voodoo ritual, combined with his reputed practice of magic and sorcery, enhanced his popular persona among the common people (who hesitated to trifle with a leader who had such dark forces at his command) and served as a peculiar form of legitimization of his rapacious and ignoble rule.

Duvalier weathered a series of foreign-policy crises early in his tenure that ultimately enhanced his power and contributed to his megalomaniacal conviction that he was, in his words, the "personification of the Haitian fatherland." Duvalier's repressive and authoritarian rule seriously disturbed United States president John F. Kennedy. The Kennedy administration registered particular concern over allegations that Duvalier had blatantly misappropriated aid money and that he intended to employ a Marine Corps mission to Haiti not to train the regular army but to strengthen the tonton makouts. Washington acted on these charges and suspended aid in mid-1962. Duvalier refused to accept United States demands for strict accounting procedures as a precondition of aid renewal. Duvalier, claiming to be motivated by nationalism, renounced all aid from Washington. At that time, aid from the United States constituted a substantial portion of the Haitian national budget. The move had little direct impact on the Haitian people because most of the aid had been siphoned off by Duvalierist cronies anyway. Renouncing the aid, however, allowed the incipient dictator to portray himself as a principled and lonely opponent of domination by a great power. Duvalier continued to receive multilateral contributions. After Kennedy's death in November 1963, pressure on Duvalier eased, and the United States adopted a policy of grudging acceptance of the Haitian regime because of the country's strategic location near communist Cuba.

A more tense and confrontational situation developed in April 1963 between Duvalier and Dominican Republic president Juan Bosch Gaviño. Duvalier and Bosch were confirmed adversaries; the Dominican president provided asylum and direct support to Haitian exiles who plotted against the Duvalier regime. Duvalier ordered the Presidential Guard to occupy the Dominican chancery in Pétionville in an effort to apprehend an army officer believed to have been involved in an unsuccessful attempt to kidnap the dictator's son, Jean-Claude Duvalier, and daughter, Simone Duvalier. The Dominican Republic reacted with outrage and indignation. Bosch publicly threatened to invade Haiti, and he ordered army units to the frontier. Although observers throughout the world anticipated military action that would lead to Duvalier's downfall, they saw events turn in the Haitian tyrant's favor. Dominican military commanders, who found Bosch's political leanings too far to the left, expressed little support for an invasion of Haiti. Bosch, because he could not count on his military, decided to let go of his dream to overthrow the neighboring dictatorship. Instead, he allowed the matter to be settled by emissaries of the Organization of American States (OAS).

Resistant to both domestic and foreign challenges, Duvalier entrenched his rule through terror (an estimated 30,000 Haitians were killed for political reasons during his tenure), emigration (which removed the more activist elements of the population along with thousands of purely economic migrants), and limited patronage. At the time of his death in 1971, François Duvalier designated his son, Jean-Claude Duvalier, as Haiti's new leader. To the Haitian elite, who still dominated the economy, the continuation of Duvalierism without "Papa Doc" offered financial gain and a possibility for recapturing some of the political influence lost under the dictatorship.

Source: U.S. Library of Congress
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 5 Avr 2009 - 21:37


Indépendance de Saint-Domingue sous le nom d’Haïti ou 1804


Wednesday, November 16, 2005 - par le prof Pierre Josué Agénor CADET

Document sur 1804 préparé par le prof Pierre Josué Agénor CADET


Indépendance de Saint-Domingue sous le nom d’Haïti ou 1804

Introduction.

La révolution des esclaves de St-Domingue a franchi plusieurs moments : ceux de François Mackandal, de Boukman Dutty, de Geoges Biassou, de Jean-François Papillon, de Toussaint Louverture et de Dessalines. Après avoir contraint la France à proclamer la liberté générale des esclaves , consacré l’autonomie de la colonie par la constitution de 1801, réalisé l’alliance des nouveaux et anciens libres, remporté une éclatante victoire sur les troupes expéditionnaires envoyées par Napoléon Bonaparte, les nègres de St-Domingue ont solennellement proclamé l’Indépendance de la colonie sous le nom d’Haïti le 1er Janvier 1804. Ils ont ainsi créé le premier Etat noir du monde , le 2e Etat en Amérique et la troisième République du monde ( après les USA et la France)

I.- Les circonstances de la victoire des Indigènes : 1804 est rendue possible grace au concours des circonstances internes et externes.

A.- Parmi les facteurs internes, on peut retenir : l’alliance des classes, les effets du marronnage et de la fièvre jaune.
1) l’alliance des anciens et des nouveaux libres

En 1791, les esclaves se révoltent contre les maitres blancs et affranchis. A la faveur de la liberté générale proclamée le 29 août 1793 par Sonthonax et ratifiée le 4 février 1794 par la Convention jacobine ou montagnarde, les esclaves deviennent nouveaux libres et les affranchis anciens libres. Ces deux nouvelles classes entament une lutte pour l’hégémonie de la colonie. Après la victoire des nouveaux libres sur les anciens libres dans l’affaire Villate en 1796 et dans la guerre du Sud (1799-1800), ces derniers abandonnent St-Domingue et partent pour la France. Les membres de cette classe des nouveaux libres particulièrement Rigaud, Villate, Boyer, Petion accompagnent en 1802 les troupes expéditionnaires chargées de rétablir l’esclavage dans la colonie. Mais après l’arrestation et la déportation de Rigaud, les anciens libres finissent par comprendre que la France n’a nullement l’intention de se servir d’eux pour gouverner St-Domingue et que le danger est commun, ils s’allient aux nouveaux libres dont le leader est également arrêté et déporté. Cette alliance des Indigènes conclue entre Dessalines et Pétion permet aux nouveaux et aux anciens libres de remporter sur les forces expéditionnaires la victoire décisive de Vertières.

2) Les effets du marronnage et de la fièvre jaune – Les nouveaux libres ont lutté pour la liberté et en ont fait l’expéricence. Ayant pris gout de la liberté, ils ne sont pas disposés à reprendre les chaines. Ils sont déterminés à vivre libres ou mourir. A la soumission de leurs chefs, ils se marronnent à nouveau pour faire face à l’expédition. Ils pratiquent la guerilla comme tactique de combat. Leur forme de combat effraie Leclerc qui ordonne le désarmement des nouveaux libres et confie la mission à Dessalines. Celui-ci saisit cette occasion pour se débarrasser de certains rivaux, désarme et tue quelques marrons pour montrer à Leclerc qu’il défend la cause française et laisse aux autres, surtout les marrons disciplinés le temps de s’enfuir et de cacher leurs fusils en disant : « je donne au chat un rat pour l’amour, mais soyez sur vos gardes et cachez un fusil dans les bananiers pour vous en servir au besoin ». Cette stratégie lui a permis de tromper Leclerc, de constituer des arsenaux, de capter la confiance des marrons, d’organiser la résistance d’encadrer les marrons par l’armée régulière et de livrer l’assaut final.

A côté du marronnage très positif dans la lutte avec la guérilla meurtrière qui réduit en nombre les troupes de Leclerc, la fièvre jaune qui est la cause d’environ 2/3 des soldats tués a largement contribué à la victoire des indigènes dans leurs luttes pour l’indépendance. Elle a grandement diminué les troupes commandées par le Général Charles Victor Emmanuel Leclerc d’abord, par le Général Donatien Marie-Joseph de Vimeur, Comte de Rochambeau ensuite(après la mort de Leclerc survenue en novembre 1802, de fièvre jaune) . Ces troupes sévèrement touchées par la fièvre jaune, privées de renforts et de médicaments, étaient contraintes de capituler.

B.- Les circonstances externes : les rivalités intercolonialistes

Entre autres rivalités, on peut souligner les rivalités franco-espagnole, franco-anglaise et franco-américaine.

1.- Les rivalités franco-espagnoles.-
Dans leur projet de conquérir St-Domingue, Français et Espagnols utilisent le service des insurgés leur permet alors de s’initier au métier des armes à l’école militaire européenne. En passant d’un camp à l’autre, Toussaint finit, grace au concours des militaires espagnols, par organiser une armée de 4000 hommes qu’il mettra au service d’un idéal : liberté pour tous. Toussaint a donc joué avec maîtrise la carte des rivalités inter-colonialistes en faisant alliance avec l’Espagne et signant des traités avec l’Angleterre et les Etats-Unis d’Amérique, pays ennemis de la France. Toutes les armes utilisées par les combattants de Saint-Domingue lui ont été fournies par ces puissances colonialistes dans le but d’y défendre leurs intérêts. Au moins, on comptait 50.000 fusils d’origine française, 60.000 fusils anglais, 30.000 fusils américains, de la poudre et des centaines de canons.

2.- Rivalités franco-anglaises.-

Napoléon mène une lutte acharnée contre les monarchies semi-féodales à la tête desquelles se trouve l’Angleterre. Cette lutte vise non seulement à soumettre ces vieilles sociétés aux intérêts de la bourgeoisie française, mais encore à résoudre un problème de rivalité économique entre la France qui vient d’entrer dans la voie du devéloppement industriel et l’Angleterre qui s’y est engagée depuis longtemps et qui a déjà obtenu des résultats satisfaisants. Cependant ces deux puissances colonialistes ont signé en 1801 un traité de paix dénommé la paix d’Amiens. Si cette paix en Europe a permis l’organisation de l’expédition de 1802, sa rupture ou la reprise de la guerre le 12 mai 1803 entre l’Angleterre et la France favorisera la lutte des Indigènes pour leur indépendance. Le blocus des ports de St-Domingue par exemple empêchera la France de ravitailler son armée expéditionnaire.

3.- Rivalités franco-américaines.-

Très attachée à l’exclusif, la France interdit à ses colonies de commercer avec les autres pays. Voilà que les Etats-Unis s’intéressent aux denrées agricoles de St-Domingue. Pour cette raison et pour porter aussi Napoléon à leur vendre la Louisiane, les USA décident de ne pas vendre des armes à Toussaint en 1802 pour combattre l’expédition. Mais en avril 1803, Napoléon ne peut plus conserver ses possessions lointaines aux Américains. Ces derniers, jugeant n’avoir plus de raison de laisser leurs intérêts commerciaux en souffrance, vendent aux révolutionnaires de St-Domingue des armes qui les aident, grâce à la volonté et à l’audace de Jean-Jacques Dessalines, à la vaillance et à la détermination des Indigènes, à la conjoncture internationale, à culbuter Rochambeau et ses troupes. Et l’indépendance est enfin conquise.

1804 : une remise en question de l’ordre International de l’époque

L’ordre international de l’époque est un ordre colonialiste, esclavagiste et raciste (voir les caractères du système de St-Domingue, programme de 2e et de 1ere ). Or 1804 est anti-colonialiste, anti-esclavagiste, anti-ségrégationniste ou anti-raciste.

a) Caractère anti-colonialiste de 1804

Depuis la fin du XVe siècle, le système de colonisation est instauré dans le nouveau monde par les Etats européens. Ce système leur permet d’exploiter les richesses naturelles des pays colonisés, de s’enrichir, de développer leur industrie et d’augmenter leur bien-être matériel. Au XVIIIe siècle, La colonisation est le moyen employé par les Etats européens pour asseoir leur puissance économique.

Au XIXe siècle, au lieu de penser à la décolonisation, les Etats industrialisés de l’Europe cherchent à renforcer la colonisation. Ils se lancent à la conquête des régions inexploitées du globe terrestre pour créer de nouvelles colonies appelées à ravitailler leur industrie en matières premières. Alors qu’ils accélèrent cette politique en Afrique et en Asie pour augmenter leurs possessions coloniales, les insurgés de St-Domingue privent la France de sa plus riche colonie et donnent naissance à l’Etat libre et souverain d’Haïti. Donc, la colonie de St-Domingue disparaît au profit de l’Etat haïtien.
b) caractère anti-ségrégationniste de 1804

Dans la colonie de St-Domingue, le système ségrégatif représente pour le blanc une soupape de sûreté et la couleur de la peau un grand critère social. Il existe dans la colonie, une société ségréguée, hiérachisée. L’élément blanc occupe la première place dans l’échelle sociale, l’élément sang-mêlé la 2e et le noir placé au bas est jugé inférieur aux deux premiers. Alors que le code noir de 1685 reconnaît dans son article 59 à l’élément affranchi le droit à l’égalité avec le Blanc, l’article 58 exige de l’Affranchi le respect envers le Blanc qui lui est supérieur. A St-Domingue, nous dit l’historien Moreau de St-Méry, le préjugé de couleur était le ressort caché de toute la machine coloniale.

1804 a fait voler en éclats le spectre grimaçant du préjugé de couleur et du racisme. Elle est faite au nom du principe de l’égalité des races. Elle porte un coup au principe d’infériorité du nègre en vigueur au XVIIIe siècle. C’est tout cela qui porte le Docteur Jean Price Mars à considérer 1804 comme une dérogation à l’ordre colonial esclavagiste. Avec 1804, disparaît la thèse de l’infériorité de la race noire.

b) Caractère anti-esclavagiste de 1804

Les colononisateurs européens, en prenant le contrôle politique de l’Amérique, ont asservi ses populations. L’adaptation difficile des indigènes au travail forcé porte les colons à tourner leurs regards vers l’Afrique aussi. La traité négrière inaugurée par les Portugais au XVIe siècle leur permet de bénéficier d’une main-d’œuvre abondante et gratuite. Grâce à l’exploitation musculaire des nègres, les colonies prospèrent et font des puissances esclavagistes comme la France, l’Espagne, l’Angleterre, des puissances économiques.

A un moment où l’esclavage est considéré comme le moteur de l’économie des grandes puissances esclavagistes, les nègres de St-Domingue secouent le joug de leur servitude et apportent ainsi un démenti catégorique à la pérennité de l’esclavage. Les nègres de St-Domingue ont fait une révolution. Les anciens esclavage ont dit non à l’esclavage. Et c’est la première grande victoire sur l’esclavage consacrée par l’histoire.


Haïti au lendemain de 1804

La Geste de 1804 marque la victoire éclatante d’une masse d’anciens esclaves sur une puissante armée : celle de l’Europe, bien équipée, aguerrie. Elle marque en même temps le rejet de l’esclavage et de la colonisation en Amérique. Cependant, cette indépendance n’a libéré que le territoire ; le nouvel Etat allait faire face à de nombreux problèmes tant sur le plan national qu’international. C’est d’ailleurs ce qui a porté l’historien français Jacques Barros à écrire dans « Haïti de 1804 à nos jours : » Haïti naquit et il fallait édifier une société, définir un contrat qui concilierait les aspirations de l’élite minoritaire et des masses analphabètes ; vains tâtonnements, toujours recommencés. Sur le planc externe, les grandes puissances colonialistes voient, dans l’indépendance de St-Domingue sous le nom d’Haïti, une gifle à l’histoire du monde civilisé, une anomalie, une menace, un défi.

1.- 1804 : une gifle à l’histoire du monde civilisé

Le monde civilisé n’est rien que le monde européen qui, mettant à profit ses avancements technologiques et sa supérioté ehnologique, s’est réservé des droits particuliers sur les autres parties du monde. La France occidentale et l’Europe (Espagne, Portugal, Hollande, Angleterre, France) organisent à la fin du 15ème siècle l’exploitation de certaines régions de la planète. La gifle, c’est que la « Révolution » qui a conduit à 1804 s’est faite contre le pacte colonial, contre l’oppression esclavagiste et contre la discrimination raciale.

2.- 1804 : une anomalie (hostilité)

Qu’est-ce qu’une anomalie ?

Une anomalie présume quelque chose d’exceptionnel qui s’écarte du fait habituel, quelque chose d’irrégulier qui ne s’applique pas à ce qui est conforme aux règles et aux normes établies, quelque chose de bizarre qui s’éloigne de l’ordre commun, quelque chose qui paraît étrange parce que contraire aux principes établis.
Au 18ème siècle, étaient conformes aux normes : l’esclavage, la colonisation et l’infériorité de la race noire. Or 1804 s’est faite contre tous ces pricipes. Elle est anti-colonialiste, anti-esclavagiste et anti-ségrégationniste. Puisque ce fait haïtien est anormal, les grandes puissances colonialistes ont établi autour du pays un véritable cordon sanitaire. Elles isolent Haïti des autres colonies, la mettent en quarantaine et refusent de reconnaître son indépendance. Elles mettent un embargo sur le jeune État. C’est dans ce contexte que se situe le mot de Tallerrand, ministre français des affaires étrangères, « il faut laisser Haïti cuire dans son jus ».

3.- 1804 : une menace (peur) pour les Grandes Puissances Esclavagistes.
Qu’est-qu’une menace ?
Une menace est une parole ou un acte par lequel on veut faire craindre. 1804 apparaît comme un exemple dangereux. Elle peut bien gagner les autres pays colonisés et les autres peuples vivant encore dans l’esclavage. C’est un exemple dangereux pour les autres colonies anglaises (notamment la Jamaïque séparée d’Haïti par un bras de mer de 195 km.), pour les colonies espagnoles, pour les autres colonies françaises telles la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe, pour les esclaves du Sud des Etats-Unis, pour les colonies Hollandaises situées au Nord-Est d’Haïti et à proximité de la Guyane Française. Reconnaître 1804, c’est accepter automatiquement les principes pour les colonies de se débarasser de leur Métropole et de mettre fin à l’esclavage. Les puissances esclavagistes ont donc pris conscience de cette menace. Elles refusent catégoriquement de reconnaître cette indépendance. Leur crainte est donc fondée, car en dépit des propos rassurants de Boisrond Tonnerre dans le texte de la proclamation au peuple, les Haïtiens chercheront à exporter la prétendue révolution dans toute la caraïbe et en Amérique latine. Dessalines aidera Miranda et Pétion Bolivar.

Suite.........
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 5 Avr 2009 - 21:41

Suite et fin


Indépendance de Saint-Domingue sous le nom d’Haïti ou 1804

4.- 1804 : un défi (indignation)

Qu’est-ce qu’un défi ?

Un défi est une provocation selon laquelle on juge l’adversaire incapable de faire quelque chose. Sur tous les plans (géographique, démographique, militaire, politique) on ne saurait mesurer St-Domingue à l’aune de la France. On peut parler de défi aux yeux des puissances colonialistes lorsqu’on considère les rapports de force en présence : un petit pays de moins de 20.000 km2, un peiti peuple de moins de 500.000 habitants aux possibilités économiques et techniques inexistantes, face à la France, à l’Espagne, à la Hollande, aux Etats-Unis et à l’Angleterre. Et, puisque c’est un défi, ces puissances organiseront contre Haïti une conspiration permanente. Le véto américain explique pourquoi en 1826,. Simon Bolivar n’a pas invité Haïti au congrès de Panama. Qui pis est, ces puissances colonialistes saisiront la moindre occasion pour humilier Haïti (affaires du capitaine Batsch, Lazarre et Pelletier, Maunder Peters, Luders pour ne citer que ces affaires) lui réclamer d’injustes indemnités. Les intimidations françaises, les incursions anglaises, les rapts espagnols et allemands au 19ème siècle préluderont à l’occupation américaine de 1915.

B.- 1804 : Vue sur le plan interne

a. Situation politique du pays.

Les revendications des colons ont ouvert l’ère de la révolution à St-Domingue. Mais à partir de la grande révolte générale des esclaves, ils seront progressivement éliminés. Le retour de Toussaint dans le camp français divise anciens et nouveaux libres (affaire Villate, guerre du Sud). Cependant la menace de l’expédition française les pousse à rechercher une alliance en vue de mener ensemble la guerre de libération nationale. L’alliance n’était que le fruit d’une conjoncture. L’indépendance une fois conquise, le danger une fois disparu, l’ennemi commun une fois éliminé, elle sera rompue. En 1804, il y a eu certes un transfert de pouvoir qui a permis aux noirs et aux mulâtres de devenir les responsables à part entière de la nouvelle administration. Néanmoins nous pouvons dire que c’est seulement une aristocratie de couleur qui succède à une aristocratie blanche. La mentalité politique n’a pas changé. Elle porte encore l’empreinte du régime colonial. Les grands chefs militaires sont divisés par ambition, par jalousie et par convoitise du pouvoir suprême. Christophe critique ouvertement le chef de la jeune nation, Jean Jacques Dessalines, pour se moquer de lui. Le ragot était de la partie. Mentor, ancien député à Paris, poussera l’empereur contre Christophe, Géffrard et Pétion. C’est donc une véritable conjuration des généraux qui conduira à l’assassinat du fondateur de la patrie le 17 octobre 1806.

b.- Situation économique.

La guerre de l’Indépendance a ruiné le pays. Au lendemain de 1804, il ne restait presque rien de ces nombreuses et belles habitations qui faisaient la prospérité de Saint-Domingue. Seule la terre restait brûlée et les moyens de la mettre en valeur étaient inexistants. Il n’y a pas moyen de parler de révolution sur le plan économique. 1804 n’avait pas amélioré les conditions économiques des nouveaux libres qui allaient croupir pendant longtemps dans la misère et l’ignorance. Leur profil économique n’était pas différent de celui des anciens esclaves. Il n’y a pas de doute, les luttes meurtrières ont rendu précaire 1804. La terre était presque nue, Géffrard l’a compris en décrivant dans un rapport à Dessalines : « J’ai parcouru les habitations et je les ai trouvées abandonnées ; tous les cafés sont sous les lianes ».
« Parmi tant d’autres, la sucrerie Galbaud Dufort avait cessé d’exister en tant qu’unité de travail », note Gabriel Debien. Puis un espion envoyé en Haïti poussait ce cri : « En moins de temps, je crains que ce pays soit perdu, l’indépendance est assise sur des ruines ».

c.- Situation sociale

Au lendemainde 1804, les catégories sociales en présence n’étaient pas prêtes à assumer la tâche qui les attend. Elles n’avaient pas la formation et la préparation nécessaires. Dantes Bellegarde l’a expliqué en ce sens : « Sans éducation politique, sans cadres sociaux, sans organisation économique, sans richesse, sans direction morale et religieuse, sans idéal intellectuel, la jeune nation allait immédiatement se trouver en butte à l’hostilité des Etats possesseurs d’esclaves en Amérique ».

Après 1804, le nouvel Etat avait besoin de cadres valables. Or d’environ 380.000 indigènes composant la nouvelle société haïtienne, les neuf dixièmes (9/10) formés d’anciens esclaves n’ont aucune tradition nationale et l’autre dixième (1/10) détenteur du pouvoir est composé en majeur partie d’analphabètes et d’un faible noyau d’éléments cultivés. Certains d’entr’eux, n’ayant pris aucune part à la guerre de libération nationale, mais appelés à jouer le rôle de leadership, étaient pour la plupart prêts à toutes les compromissions et à toutes les trahisons. De plus, le caporalisme agraire de Toussaint, le système des ateliers, le fouet, les sanctions corporelles, la corvée seront remis en vigueur après 1804. Bref, le colon français est parti, le colon haïtien le remplace avantageusement.



Professeur Pierre Josué Agénor CADET
Email :pijac02@yahoo.fr


Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 10:07

THE UNITED STATES OCCUPATION, 1915-34
- Source: U.S. Library of Congres

THE UNITED STATES OCCUPATION, 1915-34

Representatives from the United States wielded veto power over all governmental decisions in Haiti, and Marine Corps commanders served as administrators in the provinces. Local institutions, however, continued to be run by Haitians, as was required under policies put in place during the presidency of Woodrow Wilson. In line with these policies, Admiral William Caperton, the initial commander of United States forces, instructed Bobo to refrain from offering himself to the legislature as a presidential candidate. Philippe Sudre Dartiguenave, the mulatto president of the Senate, agreed to accept the presidency of Haiti after several other candidates had refused on principle.

With a figurehead installed in the National Palace and other institutions maintained in form if not in function, Caperton declared martial law, a condition that persisted until 1929. A treaty passed by the Haitian legislature in November 1915 granted further authority to the United States. The treaty allowed Washington to assume complete control of Haiti's finances, and it gave the United States sole authority over the appointment of advisers and receivers. The treaty also gave the United States responsibility for establishing and running public-health and public-works programs and for supervising routine governmental affairs. The treaty also established the Gendarmerie d'Haïti (Haitian Constabulary), a step later replicated in the Dominican Republic and Nicaragua. The Gendarmerie was Haiti's first professional military force, and it was eventually to play an important political role in the country. In 1917 President Dartiguenave dissolved the legislature after its members refused to approve a constitution purportedly authored by United States assistant secretary of the navy Franklin D. Roosevelt. A referendum subsequently approved the new constitution (by a vote of 98,225 to 768), however, in 1918. Generally a liberal document, the constitution allowed foreigners to purchase land. Dessalines had forbidden land ownership by foreigners, and since 1804 most Haitians had viewed foreign ownership as anathema.

The occupation by the United States had several effects on Haiti. An early period of unrest culminated in a 1918 rebellion by up to 40,000 former cacos and other disgruntled people. The scale of the uprising overwhelmed the Gendarmerie, but marine reinforcements helped put down the revolt at the estimated cost of 2,000 Haitian lives. Thereafter, order prevailed to a degree that most Haitians had never witnessed. The order, however, was imposed largely by white foreigners with deep-seated racial prejudices and a disdain for the notion of self-determination by inhabitants of less-developed nations. These attitudes particularly dismayed the mulatto elite, who had heretofore believed in their innate superiority over the black masses. The whites from North America, however, did not distinguish among Haitians, regardless of their skin tone, level of education, or sophistication. This intolerance caused indignation, resentment, and eventually a racial pride that was reflected in the work of a new generation of Haitian historians, ethnologists, writers, artists, and others, many of whom later became active in politics and government. Still, as Haitians united in their reaction to the racism of the occupying forces, the mulatto elite managed to dominate the country's bureaucracy and to strengthen its role in national affairs.

The occupation had several positive aspects. It greatly improved Haiti's infrastructure. Roads were improved and expanded. Almost all roads, however, led to Port-au-Prince, resulting in a gradual concentration of economic activity in the capital. Bridges went up throughout the country; a telephone system began to function; several towns gained access to clean water; and a construction boom (in some cases employing forced labor) helped restore wharves, lighthouses, schools, and hospitals. Public health improved, partially because of United States-directed campaigns against malaria and yaws (a crippling disease caused by a spirochete). Sound fiscal management kept Haiti current on its foreign-debt payments at a time when default among Latin American nations was common. By that time, United States banks were Haiti's main creditors, an important incentive for Haiti to make timely payments.

In 1922 Louis Borno replaced Dartiguenave, who was forced out of office for temporizing over the approval of a debtconsolidation loan. Borno ruled without the benefit of a legislature (dissolved in 1917 under Dartiguenave) until elections were again permitted in 1930. The legislature, after several ballots, elected mulatto Sténio Vincent to the presidency.

The occupation of Haiti continued after World War I, despite the embarrassment that it caused Woodrow Wilson at the Paris peace conference in 1919 and the scrutiny of a congressional inquiry in 1922. By 1930 President Herbert Hoover had become concerned about the effects of the occupation, particularly after a December 1929 incident in Les Cayes in which marines killed at least ten Haitian peasants during a march to protest local economic conditions. Hoover appointed two commissions to study the situation. A former governor general of the Philippines, W. Cameron Forbes, headed the more prominent of the two. The Forbes Commission praised the material improvements that the United States administration had wrought, but it criticized the exclusion of Haitians from positions of real authority in the government and the constabulary, which had come to be known as the Garde d'Haïti. In more general terms, the commission further asserted that "the social forces that created [instability] still remain--poverty, ignorance, and the lack of a tradition or desire for orderly free government."

The Hoover administration did not implement fully the recommendations of the Forbes Commission, but United States withdrawal was well under way by 1932, when Hoover lost the presidency to Roosevelt, the presumed author of the most recent Haitian constitution. On a visit to Cap Haïtien in July 1934, Roosevelt reaffirmed an August 1933 disengagement agreement. The last contingent of marines departed in mid-August, after a formal transfer of authority to the Garde. As in other countries occupied by the United States in the early twentieth century, the local military was often the only cohesive and effective institution left in the wake of withdrawal.


Source: U.S. Library of Congress
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 10:25

U.S. Occupation of Haiti (1915).


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Admiral Caperton
Commanding Officer of the invading forces.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Charlemagne Péralte



CHARLEMAGNE PERALTE Chef des cacos (troisième en commençant de la droite avec chapeau et rosette) On le voit en compagnie de quelques gardes de corps .



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Marines à Philadelphia se préparant pour l' invasion (1915).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Navire Americain : Connecticut ayant à son bord l'amiral Caperton
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 12:31

Rico a écrit:
Suite et fin


Indépendance de Saint-Domingue sous le nom d’Haïti ou 1804

4.- 1804 : un défi (indignation)

Qu’est-ce qu’un défi ?

Un défi est une provocation selon laquelle on juge l’adversaire incapable de faire quelque chose. Sur tous les plans (géographique, démographique, militaire, politique) on ne saurait mesurer St-Domingue à l’aune de la France. On peut parler de défi aux yeux des puissances colonialistes lorsqu’on considère les rapports de force en présence : un petit pays de moins de 20.000 km2, un peiti peuple de moins de 500.000 habitants aux possibilités économiques et techniques inexistantes, face à la France, à l’Espagne, à la Hollande, aux Etats-Unis et à l’Angleterre. Et, puisque c’est un défi, ces puissances organiseront contre Haïti une conspiration permanente. Le véto américain explique pourquoi en 1826,. Simon Bolivar n’a pas invité Haïti au congrès de Panama. Qui pis est, ces puissances colonialistes saisiront la moindre occasion pour humilier Haïti (affaires du capitaine Batsch, Lazarre et Pelletier, Maunder Peters, Luders pour ne citer que ces affaires) lui réclamer d’injustes indemnités. Les intimidations françaises, les incursions anglaises, les rapts espagnols et allemands au 19ème siècle préluderont à l’occupation américaine de 1915.

B.- 1804 : Vue sur le plan interne

a. Situation politique du pays.

Les revendications des colons ont ouvert l’ère de la révolution à St-Domingue. Mais à partir de la grande révolte générale des esclaves, ils seront progressivement éliminés. Le retour de Toussaint dans le camp français divise anciens et nouveaux libres (affaire Villate, guerre du Sud). Cependant la menace de l’expédition française les pousse à rechercher une alliance en vue de mener ensemble la guerre de libération nationale. L’alliance n’était que le fruit d’une conjoncture. L’indépendance une fois conquise, le danger une fois disparu, l’ennemi commun une fois éliminé, elle sera rompue. En 1804, il y a eu certes un transfert de pouvoir qui a permis aux noirs et aux mulâtres de devenir les responsables à part entière de la nouvelle administration. Néanmoins nous pouvons dire que c’est seulement une aristocratie de couleur qui succède à une aristocratie blanche. La mentalité politique n’a pas changé. Elle porte encore l’empreinte du régime colonial. Les grands chefs militaires sont divisés par ambition, par jalousie et par convoitise du pouvoir suprême. Christophe critique ouvertement le chef de la jeune nation, Jean Jacques Dessalines, pour se moquer de lui. Le ragot était de la partie. Mentor, ancien député à Paris, poussera l’empereur contre Christophe, Géffrard et Pétion. C’est donc une véritable conjuration des généraux qui conduira à l’assassinat du fondateur de la patrie le 17 octobre 1806.

b.- Situation économique.

La guerre de l’Indépendance a ruiné le pays. Au lendemain de 1804, il ne restait presque rien de ces nombreuses et belles habitations qui faisaient la prospérité de Saint-Domingue. Seule la terre restait brûlée et les moyens de la mettre en valeur étaient inexistants. Il n’y a pas moyen de parler de révolution sur le plan économique. 1804 n’avait pas amélioré les conditions économiques des nouveaux libres qui allaient croupir pendant longtemps dans la misère et l’ignorance. Leur profil économique n’était pas différent de celui des anciens esclaves. Il n’y a pas de doute, les luttes meurtrières ont rendu précaire 1804. La terre était presque nue, Géffrard l’a compris en décrivant dans un rapport à Dessalines : « J’ai parcouru les habitations et je les ai trouvées abandonnées ; tous les cafés sont sous les lianes ».
« Parmi tant d’autres, la sucrerie Galbaud Dufort avait cessé d’exister en tant qu’unité de travail », note Gabriel Debien. Puis un espion envoyé en Haïti poussait ce cri : « En moins de temps, je crains que ce pays soit perdu, l’indépendance est assise sur des ruines ».

c.- Situation sociale

Au lendemainde 1804, les catégories sociales en présence n’étaient pas prêtes à assumer la tâche qui les attend. Elles n’avaient pas la formation et la préparation nécessaires. Dantes Bellegarde l’a expliqué en ce sens : « Sans éducation politique, sans cadres sociaux, sans organisation économique, sans richesse, sans direction morale et religieuse, sans idéal intellectuel, la jeune nation allait immédiatement se trouver en butte à l’hostilité des Etats possesseurs d’esclaves en Amérique ».

Après 1804, le nouvel Etat avait besoin de cadres valables. Or d’environ 380.000 indigènes composant la nouvelle société haïtienne, les neuf dixièmes (9/10) formés d’anciens esclaves n’ont aucune tradition nationale et l’autre dixième (1/10) détenteur du pouvoir est composé en majeur partie d’analphabètes et d’un faible noyau d’éléments cultivés. Certains d’entr’eux, n’ayant pris aucune part à la guerre de libération nationale, mais appelés à jouer le rôle de leadership, étaient pour la plupart prêts à toutes les compromissions et à toutes les trahisons. De plus, le caporalisme agraire de Toussaint, le système des ateliers, le fouet, les sanctions corporelles, la corvée seront remis en vigueur après 1804. Bref, le colon français est parti, le colon haïtien le remplace avantageusement.



Professeur Pierre Josué Agénor CADET
Email :pijac02@yahoo.fr


RICO PA VINN MASKE MOUN SOU FORUM NAN KI PA KONN MOUN NAN PEYI A.TICADET ,C'EST LE MOINS INDIQUE POU TA VINN PREZANTE KOM "ISTWARYEN".SE YOUN NAN MOUN KI PI NUL.PALE DE PIERRE BUTEAU ANTRE AUTRES,MALGRE SE MINIS EDIKASYON SOU LATORTUE ,MEN SA PA ENLVE MERIT LI.


Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 13:14

RICO PA VINN MASKE MOUN SOU FORUM NAN KI PA KONN MOUN NAN PEYI A.TICADET ,C'EST LE MOINS INDIQUE POU TA VINN PREZANTE KOM "ISTWARYEN".SE YOUN NAN MOUN KI PI NUL.PALE DE PIERRE BUTEAU ANTRE AUTRES,MALGRE SE MINIS EDIKASYON SOU LATORTUE ,MEN SA PA ENLVE MERIT LI. Piporiko

Pa vinn joure sou yon pos ki pa gen ryen annafè. Mwen pa istoryen ni gen foli istoryen. Kanta nul pou tesk Cadet, konpliman pou kritik konèsko Pipo . Mwen vle senpleman pataje imaj ak dokimantasyon pa telman koni sou istwa nou.

Alos mwen pa gen foli jwe istoryen, men senpleman mesaje nan mete sou paj forom la tout dokimantasyon sou istwa dantan . Mwen envite w patisipe ak tout lot patisipan forom haiti. Pa tonbe fè vye jalouzi, jwe ti moun malapri.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 15:01

  1. PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Peralte_body


Charlemagne Péralte
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 15:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1957 - Daniel Fignolé au palais national
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1957 - Inauguration de Daniel Fignolé.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1957- Daniel Fignolé président de la République d' Haiti & son épouse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1957- La maison de Daniel Fignolé le jour qu' il est nommé président.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 16:03

26e Anniversaire de la création des macoutes



Dernière édition par T-NEG le Lun 6 Avr 2009 - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 16:06



Papa doc, 1968
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 16:12

Adyero jan Michelle Bennet se yon frekan, koman l fè lese Janklod degize ti Nikola piti li ak gwo ble milisyen .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyLun 6 Avr 2009 - 16:14

Rico a écrit:
Adyero jan Michelle Bennet se yon frekan, koman l fè lese Janklod degize ti Nikola piti li ak gwo ble milisyen .

bagay lan te dous nan tan saa

http://cache1.asset-cache.net/xc/82583664.jpg?v=1&c=NewsMaker&k=2&d=17A4AD9FDB9CF19368FFB0B613D6DEB0D95973D91C8A0629E30A760B0D811297
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyMer 8 Avr 2009 - 20:38




Haiti il y a un demi-siècle
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyMer 8 Avr 2009 - 20:42

L'ère de Papa Doc Duvalier.


SUITE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cortege de Francois Duvalier, de dos Msgr Constant.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Msgr Constant & Breton Claude
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tontons Macoutes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tontons Macoutes.


Mme Max Adolphe.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyMer 8 Avr 2009 - 20:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Francois Duvalier.


Breton Claude a gauche de Duvalier, Khoury à sa droite.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Francois Duvalier, Gen Constant, Antoine Khoury, Gracia Jacques & Jean Thomas..

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Francois Duvalier. (carabine à la main).



Revenir en haut Aller en bas
AnaCreole
animatrice
animatrice
AnaCreole

Féminin
Nombre de messages : 363
Localisation : USA
Loisirs : Danser, Lire, Voyager
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyJeu 9 Avr 2009 - 19:23

Rico, tu me rends nostalgique. C’est l’époque, ou notre pays avait encore un peu de dignité. Il savait comment clouer le bec des sangsues nationales et internationales. C’est malheureux qu’il n’ait pas pu transformer notre pays, il avait la poigne pour le faire. Il n’aurait jamais accepté des soldats étranger sur le sol de Dessalines, quoi qu’on dise de lui, mais il faut l’admettre François Duvalier était un nationaliste, il aimait son pays. Oui, il a été un fléau pour Haïti, mais Je me demande s’il n’avait pas à devenir le diable incarne pour protéger son pouvoir, si notre histoire n’aurait pas été différente.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyVen 10 Avr 2009 - 11:58

AnaCreole a écrit:
Rico, tu me rends nostalgique. C’est l’époque, ou notre pays avait encore un peu de dignité. Il savait comment clouer le bec des sangsues nationales et internationales. C’est malheureux qu’il n’ait pas pu transformer notre pays, il avait la poigne pour le faire. Il n’aurait jamais accepté des soldats étranger sur le sol de Dessalines, quoi qu’on dise de lui, mais il faut l’admettre François Duvalier était un nationaliste, il aimait son pays. Oui, il a été un fléau pour Haïti, mais Je me demande s’il n’avait pas à devenir le diable incarne pour protéger son pouvoir, si notre histoire n’aurait pas été différente.

Ana se la wi mwen di mesye sayo ki te obarikad kont mouche Francois pa gen yon prèlyèm sou kote karaktè. Li te yon modi asasen ki te responsab zak li. Men lot yo se move ipokrit, move mekreyan ki vle pase pou bon moun.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyVen 10 Avr 2009 - 12:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tontons macoutes au Cap-Haitien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
TONTONS MACOUTES
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 12 Avr 2009 - 13:54


L'église catholique et le clergé Haitien




Archidiocèse de Port-au-Prince

Créé le 3 octobre 1861 par division du diocèse de Santo Domingo, puis divisé à son tour, le 25 février 1988, pour former le diocèse de Jacmel, l'Archidiocèse de Port-au-Prince s'étend sur une superficie de 5800 km2 englobant le département de l'Ouest et la partie sud du département du Centre. L'Archidiocèse de Port-au-Prince comprend 57 paroisses avec quelque 2.500.000 de catholiques (2002). L'Archidiocèse a pour titulaire Mgr François Wolf Ligondé, sacré le 28 octobre 1966. Il est le 8ème archevêque de Port-au-Prince. L'Archidiocèse est administré actuellement par Mgr Joseph Serge Miot, archevêque coadjuteur sede plena, depuis le 12 octobre 1997. Mgr Joseph Lafontant est évêque auxiliaire de cet archidiocèse depuis le 25 janvier 1987, tandis que Mgr Simon Saint-Hillien et Mgr Pierre Dumas sont ordonnés évêques auxiliaires le 22 février 2003.


Archidiocèse du Cap-Haïtien



Crée le 3 octobre 1861 par division du diocèse de Santo Domingo, puis divisé à son tour successivement les 20 avril 1972 et 31 janvier 1991 pour former les diocèses de Hinche et de Fort-Liberté, le diocèse du Cap- Haïtien qui est devenu archidiocèse le 7 avril 1988 couvre tout le département du Nord. Avec ses 39 paroisses, l'Archidiocèse du Cap- Haïtien couvre une superficie de 2200 km2 desservant une population estimée à 1.300.000 d'âmes environ (2002). L'Archidiocèse a pour titulaire Mgr Hubert Constant. Né le 18 septembre 1931 à Camp-Perrin, il fut sacré prête le 15 septembre 1958, puis élu deuxième Archevêque du Cap-Haïtien le 7 avril 1991. Son installation à la tête de l'Archidiocèse du Cap-Haïtien eut lieu le 18 janvier 2004.


Diocèse de Cayes



Fondé le 3 octobre 1861 par division du diocèse de Saint-Domingue, le diocèse des Cayes fut à son tour le 20 avril 1972 pour former le diocèse de Jérémie. Le diocèse des Cayes comprend le département du Sud et les arrondissements de Anse-à-Veau et de Miragoâne dans le département de la Grand'Anse. Le diocèse des Cayes s'étend sur une superficie de 4,649 km2 et administre 43 paroisses d'un million de fidèles environ (2002). Monseigneur Alix Verrier est actuellement le titulaire du diocèse des Cayes. Né le 9 mars 1931 á Latibolière (Diocèse de Jérémie), il fut sacré prêtre le 13 juillet 1958, puis évêque, coadjuteur des Cayes le 21 décembre 1985, et enfin cinquième évêque des Cayes le 9 avril 1988.


Diocèse de Jacmel



Créé le 25 février 1988 par division de l'archidiocèse de Port-au-Prince, le diocèse de Jacmel est formé de 22 paroisses avec une population de 300,000 catholiques environ (2002). Le jeune diocèse de Jacmel est dirigé par Monseigneur Guy Poulard. Né le 6 janvier 1942 à Delattes (Petit Goâve), diocèse de Port-au-Prince, Guy Poulard fut sacre prêtre le 25 juin 1972, puis élu premier Evêque de Jacmel le 25 février 1988 et ordonné le 15 mai 1988 par le Nonce Apostolique Paolo Romeo.


Diocèse de Fort-Liberté


Le diocèse de Fort-Liberté est le benjamin des diocèses d'Haïti. Créé le 31 janvier 1991, ce diocèse fut formé par division de l'archidiocèse du Cap-Haïtien. Le diocèse de Fort-Liberté comprend le département du Nord'Est couvrant environ 1800 km2. Ce diocèse est formé de 22 paroisses pour une population de près de 300,000 catholiques (2002). Mgr Hubert Constant, OMI, fut le premier évêque du diocèse de Fort-Liberté le 7 avril 1991. Après son transfert au Cap-Haïtien comme Archevêque, Mgr Chibly Langlois lui succéda comme évêque de Fort-Liberté, est Mgr. né à La Vallée de Jacmel, dans le Sud'Est, il fut ordonné prêtre le 22 septembre 1991 et reçut l'ordination épiscopale le 6 juin 2004.


Diocèse de Gonaïves


Le diocèse de Gonaïves est fondé le 3 octobre 1861 par division du diocèse de Santo Domingo. Il fut divisé à son tour le 20 avril 1972, pour former une partie du diocèse de Hinche. Le diocèse des Gonaïves comprend tout le département d l'Artibonite. Il est formé de 28 paroisses pour une population catholique de un million d'âmes environ (2002). Le titulaire du diocèse est Mgr. Yves Marie Péan, CSC. Né le 25 mai 1954 à Pilate dans l'Archidiocèse du Cap-Haïtien. Il fut ordonné prêtre le 16 octobre 1983. Il devint le quatrième évêque des Gonaïves le 21 mai 2002 et sacré le 13 octobre de la même année aux Gonaïves par Mgr. François Gayot, S.M.M.


Diocèse de Hinche



Créé le 20 avril 1972, par division des diocèses des Gonaïves et du Cap-Haïtien, le diocèse de Hinche comprend la partie nord du département du Centre qui couvre environ 3000 km2. Le diocèse de Hinche est composé de 18 paroisses totalisant près de 300,000 catholiques environ (2002). Le titulaire actuel du diocèse est Mgr. Louis Kébreau. Né le 8 novembre 1938 à Jérémie, il fut profès salésien le 14 août 1969, et ordonné prêtre le 11 mai 1974; évêque titulaire de Selindita et auxiliaire à Port-au-Prince le 25 novembre 1986, il fut ordonné évêque le 25 janvier 1987 à Port-au- Prince par le Cardinal Gantin, puis intronisé le 2 août 1998, troisième Evêque du diocèse de Hinche.


Diocèse de Port-de-Paix



Le diocèse de Port-de-Paix fut crée le 3 octobre 1861 par division du diocèse de Saint-Domingue. Couvre tout le départament du Nord-Ouest qui s étend sur 4500 km2. Le diocèse de Port-de-Paix comprend 12 paroisses pour une population de 300,000 catholiques environ. Le titulaire actuel du diocèse est Mgr Frantz Colimon. Né le 10 juillet 1934 aux Gonaives, il fut ordonné prête le 11 février 1962. Il devint évêque coadjuteur de Port-de-Paix le 18 septembre 1978, sacré le 8 décembre à Port-de-Paix par le Nonce Apostolique Mgr L.Conte. Mgr Frantz Colimon devint le quatrième évêque de Port-de-Paix le 22 février 1982.
FIN
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 12 Avr 2009 - 15:19

Pape BENOIT XVI - Les Eveques D'Haiti - ROME- Mar

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Clergé Haitien, 2007
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 12 Avr 2009 - 15:24

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Haiti-Pape-17-potomkowie
Descendants des polonais ayant été alliés à la cause des Haitiens durant la guerre d'independance duranc la visite du pape Jean-Paul II
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI EmptyDim 12 Avr 2009 - 18:03

Ti Neg li ta sanble mwen rankontre vizaj desandan Polonè sayo nan rejyon Cazale. Anpil jenn nan yo mouri nan represyon ane 69.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: