Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI

Aller en bas 
+4
Rodlam Sans Malice
AnaCreole
piporiko
Rico
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyDim 5 Avr 2009 - 16:40

Rappel du premier message :

Mwen louvri yon pos sou ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI. Se yon travay kite komanse ak yon seri sou lagè lendepandans Vètye, sou Kristof ak lot detay istorik. Nan sousi pou byen regwoupe tout saki te di mwen pral regwoupe done sayo nan yon sèl pos. Nou pral vini ak tout pasaj istorik e imaj bon moman peyi dAYITI.

Se pral sitou yon pos edikatif, enfomatif, de bèl nosyson distwa ak kilti. Poukwa pa nou gen pou rale sou derapaj ak decheyans peyi dAYITI osi. Alos evite sitou voye monte, fè jwèt pwovokasyon, ou tout tantativ pou chire pit.. Dayè map kanpe sou bit vag si se entansyon yon ti malen


Dernière édition par Rico le Dim 5 Avr 2009 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyDim 23 Jan 2011 - 18:39

T-NEG a écrit:
Eske se mwen menm ou la frans fè Jean Claude vin grimo?


Les 2....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 24 Jan 2011 - 9:32

Mon bon ami rico ecrit,

Deza.

Il a fallu du temps pour faire taire cet abruti qui se croyait tout permis. Marc-Henry et surtout ses anciens conseillers étaient pris au piège par le jeu misérable de celui-ci. Il ne pouvait pas participer sans ses attaques et ses provocations.

Il lui fallait à tout prix se faire une réputation sur le dos des autres participants. Sans ses jeux macabres il était un triste personnage isolé. Il ne pouvait plus s'arrêter dans ses bouffoneries.

Le temps nous a finalement donné raison. Il est temps de reprendre toutes mes activités sur le forum en profitant de ce nouveau climat de détente.


Je me le demande avec tristesse au coeur ,c'est à quand l'heure d'une nouvelle détente qui permettra au forum abuse d'évoluer selon les règles établies du discours public entre gens sains et de même protocole familial ?

[b][i][size=18]Marc,

C'est à quand cette promesse de modérer le forum avec ce gant de velours qui cacherait une main de fer ? Forumhaiti doit pouvoir prospérer vers le meilleur des idées qui faciliterait notre réunion sous une même tente du consensus et de l'l'union même quand nos projets de solution et nos perceptions de l'avenir ensemble sont différents en ce moment.

Le dialogue respectueux et droit affranchit l'homme de la soumission aux idéologies instables , permet de suppléer aux lacunes inherentes a’un état intellectuel déficitaire et les incompétences de l’ immaturité psychologique .Un seul homme ,un seul cénacle de l’anhélation culturelle ne peut décider de l'avenir de ce forum que vous voulez conserver comme une place ou les échanges d'opinions se font en dehors du carcan du vulgaire acariâtre et des tanières de la misanthropie
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 24 Jan 2011 - 13:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 24 Jan 2011 - 13:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Rico le Lun 24 Jan 2011 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 24 Jan 2011 - 13:51


  1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 24 Jan 2011 - 14:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Duvalier, Claude Raymond et consort
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyMer 26 Jan 2011 - 13:21

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Billet10

Rico mwen mete yun piece rare pou wou.
yun billet 10cts ce pa 10gdes non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyMer 26 Jan 2011 - 20:33

GINLE CLAUDE RAYMOND TE GINTAN GINYEN bbm.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyJeu 27 Jan 2011 - 11:31

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Cinema11

18 sal cinema nou te ginyen !!!


Dernière édition par zouke le Jeu 27 Jan 2011 - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyJeu 27 Jan 2011 - 11:38

ZOUKE SE PA YON PAJ RADOT NI POLITIK KI PA NAN KONT NI POU.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyJeu 27 Jan 2011 - 11:47

sa ou vle mwe fe retire jounal la kite 10cts la.
exkize mwen man min jounal ta bon ce komante pou mwen ta retire ou a dim ki sa pou mwen fe.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyDim 22 Mai 2011 - 18:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Canot-taxi du lac de Péligre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Canots sur le lac de Péligre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dans cette photo du lac de Peligre, l'eau est à son plus haut niveau

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vue du lac de Peligre
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vu du barrage de Peligre
]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Barrage du Peligre
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyJeu 9 Juin 2011 - 10:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Splendeur du patrimoine du roi Henry 1er: L'Armorial Général du Royaume d'Hayti, qui comprend 86 blasonnements et 91 planches gouachées,conservé depuis 1858 au College of Arms de Londres (manuscrit JP 177).



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le 28 mars 1811, Henry 1er s'est proclamé roi sous le nom de Henri Ier (1811-1820). L'Empereur conserva les couleurs de l'étendard impérial du Royaume du Nord (1805) mais en glissant la bande rouge du côté du mât avec au milieu, un écusson muni d'un phénix surmonté de cinq étoiles d'or sur fond bleu. Une couronne est disposée au dessus du phénix et dans le cercle, une inscription latine 'ex cinerebus nascitur' "des cendres, je renaîtrai".








[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ordre Royal et Militaire de Saint-Henri









[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'envers de la médaille représente une vue de la forteresse. On peut y lire : Haïti La Citadelle, UNESCO 1981


Le revers, quant à lui, porte l’inscription Les armoiries du Roi Henry Christophe, 1767-1820, Bâtisseur de La Citadelle.



Au centre, on peut voir ces armoiries : un phénix couronné surgissant des flammes sur un fond de ciel étoilé, et au-dessous, la légende « Je renais de mes cendres ». La médaille a été éditée en 1981


Disponible en or, argent et bronze.








ARMORIAL GÉNÉRAL DU ROYAUME D'HAÏTI




Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyVen 10 Juin 2011 - 0:47


Le tremblement de Terre du Cap Haïtien de 1842




Une tranche d'histoire d'Haiti, (L'Evénement de 1842)


Courtoisie de Fabrice Rouzier

Le samedi 7 mai 1842, un violent tremblement de terre que l'on considère comme la plus grande catastrophe naturelle de son histoire, frappait la République d'Haïti. Cet épouvantable séisme allait détruire toutes les villes de sa côte atlantique et anéantir en un moment, des agglomérations comme le Môle Saint-Nicolas, Port-de-Paix et Fort-Liberté. Parmi les villes touchées se trouvait aussi le Cap-Haïtien, l'ancienne capitale de Saint-Domingue qui, d'un seul coup, fut réduit en cendres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'était alors une cité florissante qui prospérait par son négoce maritime, une ville pleine de vie et de mouvement dominée par une classe de grands planteurs opulents et une non moins fastueuse bourgeoisie d'affaires. Juste avant la catastrophe, le Cap était encore considéré, avec New Orléans et Québec, comme l'un des trois principaux centres commerciaux et culturels de l'Amérique francophone. John Candler, l'auteur de « Brief notices of Hayti », un ouvrage publié peu de temps avant la destruction de la ville, rapporte que le Cap lui paraissait assez semblable à Saint-Pierre de la Martinique avec 27 rues orientées d'est en ouest et coupées à angle droit par 19 autres allant du nord au sud. Candler décrit aussi les maisons, d'immenses battisses dont les rez-de-chaussée sont occupés par des commerces, des étables ou des entrepôts alors que les familles résident dans les deux ou trois étages supérieurs.

Dans ses Mémoires encore inédits, mais dont quelques extraits ont été publiés en 1942 grâce aux soins de son neveu, Elie Lambert, l'écrivain et homme d'État haïtien, Demesvar Delorme, un témoin direct de la catastrophe, parle du Cap comme d'une "ville de politesse, de manières recherchées, quintessenciées mime, raffolant du roman, du chevaleresque, aimant les épiques récits de galantes aventures, comme l'Espagne de Cervantès. Même après la chute du royaume de Christophe, le Cap-Haïtien qui disputait encore à Port-au-Prince l'hégémonie financière et intellectuelle d'Haïti, ne le cédera vraiment à sa rivale qu'après le tremblement de terre de 1842. En un moment, cette ravissante cité de pierre avec ses édifices, ses belles demeures, ses vastes entrepôts, ses riches commerces et tous ses superbes monuments coloniaux qui en faisaient le Paris de Saint-Domingue, (si finement décrit par Victor Hugo dans Bug-Jargal) se trouvèrent anéantis. On estime généralement à cinq mille le nombre des victimes ensevelis sous les décombres, soit presque la moitié de la population de la ville.


Demesvar Delorme jouait aux billes avec son frère, lorsqu'il remarqua que certains des soldats qui défilaient lors de la parade du samedi trébuchaient et tombaient de façon assez grotesque. « Un bruit sourd. nous dit-il, un grondement lointain, lugubre, comme sortant d'un gouffre profond se fait entendre du coté de l'est. [...] Nous chancelons, mon frère et moi tombons aussi. Le mur de la caserne au nord s'ébranle et tombe presque en même temps que nous. [...] Le clocher de la cathédrale que j'avais en face se mit à balancer dans l'air, les cloches sonnant à route volée en carillon sans rythme, sinistre, un glas horrible. Le clocher s'écroule, les parties hautes les premières. Puis l'église s'abat, et toutes les maisons environnantes, et toutes les maisons que je voyais, et enfin la ville entière. Tout cela avec un bruit sans nom, grondant au milieu d'une buée épaisse sortie des murailles brisées et qui s'épaississent de plus en plus était devenu un nuage noir, lugubre, comme ceux des grosses tempête sur mer, et bientôt sillonnée comme eux de lueurs rouges, ardentes, agitées en tous les sens ».


Après la catastrophe, Delorme nous dit comment il se rendit en vitesse chez ses parents où l'on commençait à peine à se réjouir du fait que personne n'avait périt, lorsqu'un de ses oncles maternels vint aux nouvelles avec ses vêtements maculés de sang. L'oncle s'empressa de leur expliquer qu'il s'agissait du sang d'une infortunée marchande du marché communal qu'il venait d'aider à dégager des décombres après qu'elle eût reçu une poutre sur les jambes. Peu après, tous les membres de la famille Delorme se rendaient au Champ-de-Mars. C'est sur cette grande place ou cinquante ans auparavant Sonthonax proclamait la liberté des esclaves de Saint-Domingue, qu' ils passèrent la nuit à la belle étoile pendant que les incendies faisaient rougeoyer la ville tout autour d'eux. En effet, comme le séisme était survenu à l'heure où l'on préparait le repas du soir, les feux de cuisine n'avaient pas tardé à transformer les ruines en un immense brasier.


La population, épouvantée par les répliques intermittentes qui durèrent au-delà d'un mois, ne dormait plus que dans la rue, sur les places publiques ou encore dans l'édifice miraculeusement épargné abritant l'ancien opéra royal de Christophe. (Aujourd'hui loge maçonnique l' Haïtienne). Le petit Demesvar, il était alors âgé de 11 ans, nous dit qu'à son réveil, au lendemain du cataclysme, il vit arriver le gérant de l'habitation de ses parents sur un cabrouet tiré par des boeufs. Il venait les chercher dans cet équipage pour les conduire avec armes et bagages à la campagne ou ils allaient vivre désormais.
Un autre rescapé de la catastrophe, un jeune commerçant allemand de nom de Peter Gottlieb Buhrow, nous a, lui aussi, laissé un récit touchant de ses aventures sous la forme d'une lettre datée du 15 mai 1842 expédiée à ses parents vivant à Hambourg. Surpris dans son lit par le séisme, Buhrow (il est le fondateur de la future Maison Schutt et Co du Cap) raconte comment il est resté pendant un temps interminable enseveli sous les décombres. Après des heures d'angoisse et de souffrance, il parvient enfin, dit-il, « à ramper sur les mains à travers les décombres ne reconnaissant plus rien des lieux où j'avais habité et me retrouvant enfin sous une table de billard [..] J'arrivai enfin vers quatre heures du matin au bord de la mer où se trouvait une foule de gens dons certains priaient et d'autres pleuraient ou hurlaient de douleur du fait de leurs graves blessures. La ville est totalement en ruines et ce qui n'a pas été brûlé est pillé. En effet, dès le premier jour apparurent des bandits de l'intérieur du pays qui dérobèrent tout ce qu'ils pouvaient trouver puisque l'ordre militaire avait disparu ». En fait, pendant les jours qui suivirent, la ville sera parcourue par de sinistres bandes de pillards en maraude, de chenapans patibulaires qui remuaient les pierres, fourrageaient les ruines fumantes, dévalisant les cadavres et terrorisant les survivants qui voulaient se ménager un abri parmi les vestiges.


En plus du tremblement de terre, un raz de marée avait envahi les rues commerciales du front de mer laissant une épaisse et nauséabonde vase noire après son passage. Dans son Histoire religieuse du Cap, Mgr. Jean-Marie Jan nous apprend que « le ciel fut tellement obscurci par les tourbillons de poussière que l'on aurait dit une nuit complète. La mer se précipita sur la ville, jusque dans les maisons qui bordent le quai et se retira aussitôt, fort heureusement. [...] Durant toute la nuit, il y eut de fréquentes oscillations et de violentes commotions.Bien plus, les trépidations du sol se répétèrent chaque jour et, quelquefois, à plusieurs reprises, pendant près d'un mois ".


Le Cap-Haïtien porte aujourd'hui encore les nombreux stigmates de cet affreux tremblement de terre que par euphémisme, ses habitants appelleront "l'événement ". La cathédrale du Cap, un imposant édifice de style neo-classique, ne sera entièrement restaurée que cent ans après son écroulement, en 1942, sous le gouvernement d'Elie Lescot. Le séisme n'épargna pas la Citadelle Laferrière et infligea des dommages irrémédiables au palais de Sans-Souci, dont la chapelle sera cependant fidèlement reconstruite sous l'administration de Stenio Vincent.


Il n'est peut-être pas inutile de rappeler que les Capois affrontèrent seuls toutes ces grandes épreuves morales et matérielles qui les accablaient. Après "l'événement " en effet, aucun secours ne fut organisé par les autorités haïtiennes et aucune assistance ne parvint non plus de l'étranger. Il faudra attendre 1844, pour que le gouvernement haïtien, après une visite du président Philippe Guerrier, accorde cinquante mille gourdes à la ville qui serviront à reconstruire le quai et à déblayer les rues de leurs décombres. Ce n'est que vingt-cinq ans plus tard qu'une nouvelle prospérité allait permettre la lente reconstruction du Cap, mais en 1842, Haïti perdait une ville brillante, un centre économique florissant qu'elle ne retrouvera peut-être jamais... « En sera t’il ainsi pour Port-au-Prince ?
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyVen 10 Juin 2011 - 1:14

Faustin Soulouque ne vaut-il pas Napoléon III?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Depêches d’un correspondant de presse:

Port-au-Prince, 20 juin 1850
Aujourd'hui l'empereur Soulouque a fait procéder à l'arrestation du consul américain en Haïti. Selon mes sources, Viad un américain capitaine de bateau fut, pour des raisons inconnues, arrêté par l'empereur. Le consul américain s’empressa de commencer des démarches auprès de Soulouque pour la libération de son compatriote. L’empereur dit au consul qu’il lui ferait couper la tête s’il continuait dans ses démarches. Le téméraire consul à l’aide de pots de vins aux gardes de la prison fit évader le capitaine. L’empereur ayant eu vent de l’affaire fit immédiatement jeter le diplomate en prison. Déjà il est bruit que deux navires de guerre américains rodent en vue des côtes du Cap-Haïtien.

Port-au-Prince, 24 juillet 1858

Les empereurs: un noir et un blanc.
La presse britannique semble s’intéresser à l’empereur d’Haïti. On y relate qu’un Irlandais se demandait si un homme ne valait pas un autre et un empereur noir ne valait-il pas mieux qu’un empereur blanc? La dynastie impériale d'Haïti ne vaut-elle pas celle de la France ? Faustin Soulouque ne vaut-il pas Napoléon III?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

D’autant que l’empereur haïtien a quatre ans d’expérience de plus que son homologue impériale des Tuileries. Il est empereur depuis avril 1848, alors que Napoléon n'a obtenu la dignité impériale qu’en 1852. En outre, l'empereur haïtien a été régulièrement couronné, tandis que Louis-Napoléon a renvoyé son couronnement en attendant le moment propice. Par exemple, il le ferait lorsque le pape viendrait à Paris pour officier à Notre-Dame comme Pie VII l’avait fait, il y a en moyenne un demi-siècle, à l'invitation de l'aîné des Napoléon.

Napoléon III a la réputation de savoir comment dessiner un programme efficace. Son frère noir d'Haïti semble être un adepte de la même discipline, comme nous le verrons bientôt. Les revenus que tire Napoléon de «l'État» se chiffrent à près de $ 5,000,000 par an, le dirigeant d'Haïti ne reçoit que $15,000 par an pour lui-même et 5,000 dollars pour son Impératrice, alors qu'il entretient une cour formée d'un pair, un cabinet, un État, des ménages. Parmi ses pairs, se distinguent le duc de Limonade, le marquis de Gelée, le comte de Marmelade et le comte de Terrier Rouge, qui est ministre de l'intérieur et de l'agriculture.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chacun des ministres du Cabinet est payé $ 600 par année. Parmi les collaborateurs de Faustin, figurent un grand aumônier, un grand maître de l'office, un grand maréchal du palais, un quartier-maître, et ses hommes d'honneur, les gouverneurs des palais royaux et châteaux, des pages, des maîtres de cérémonies, des bibliothécaires, des hérauts d'armes, etc. Il semble également que l'impératrice Adelina a son propre ménage, qui est composé d'un grand aumônier, de deux dames d'honneur, cinquante-six dames du palais, vingt-deux dames de la chapelle, toutes duchesses, comtesses, baronnes, dames de chevaliers ou marquises, chambellans, pages, valets, etc.

Faustin Soulouque disposait d'une Assemblée législative de même que Napoléon III. Cependant, le monarque noir permettait à sa Chambre des représentants de prendre la parole, de voter et d'avoir des propos délibérés tandis qu'il n'en était pas de même pour le monarque français. Dans l'Empire haïtien, on organisait de grandes réceptions, des discours du Trône, mais la plus belle de toutes les célébrations était celle de la journée de mai, la fête du travail et de l'agriculture, célébrée par les Haïtiens à la manière des peuples anciens, en honneur de Cérès.

La fête commençait au lever du jour, le premier du mois de mai, avec une salve de vingt et un coups de canon.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Deux heures étaient attribuées pour le rassemblement de la garde impériale et des troupes, du corps d'artillerie impériale, des agriculteurs propriétaires, des organismes de la constitution, des consuls et des fonctionnaires, qui devaient, tous se rencontrer au palais impérial. Le protocole prévoyait que «L'autel de la patrie » serait occupé par Sa majesté, les princesses impériales, les ministres, le Grand Chancelier, le grand Chambellan, le Grand maître de cérémonie de l'Empire, le président du Sénat, le Président de la Chambre des représentants et les membres du Conseil des Notables.

Et ce n'est pas tout, le protocole donnait l’ordre de la grande parade: Faustin Soulouque, sa cavalerie et ses fantassins suivi des élèves du Collège Faustin 1er et les écoles primaires, les généraux, les juges du Conseil des Notables, les ministres du Cabinet, le vice-amiral Lord Chancelier et le Sénat et la Chambre des représentants et ainsi de suite.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le comte de Terrier Rouge rédigeait le programme, qui probablement était révisé par Sa Majesté Impériale. Il préparait un beau discours pour l'occasion et à la clôture de la fête, les agriculteurs étaient solennellement décorés et leurs noms publiés le lendemain dans le journal officiel « Le Moniteur ».

L’empereur noir, selon le journal britannique, semblait avoir beaucoup plus de temps heureux que son homologue français. Il faisait librement confiance à ses «gens». Il semblait qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre l’empire d’Haïti et celui de France. Le solde serait décidément en faveur de la souveraineté noire, car des machines infernales n’étaient pas spécialement inventées pour assassiner Faustin Soulouque. Le coût était minime, dans la mesure où tout le revenu annuel de l'Empire d'Haïti se chiffrait à seulement $ 2,070,000 ou un cinquième de ce que Napoléon III daignait accepter de la France, pour soutenir lui et sa famille. Telles étaient à l’époque les préoccupations
de certains journaux européens. Naturellement en tenant compte de la rivalité de toujours entre l’Angleterre et la France, chaque occasion était la bonne pour se tirer dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyVen 10 Juin 2011 - 17:18

Excellent poste Rico
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptySam 11 Juin 2011 - 0:22

T-NEG a écrit:
Excellent poste Rico

C'est surtout pour des jeunes comme vous que je m'adresse mon cher Tneg.

Un peuple sans histoire est un peuple sans mémoire.

Et pourtant malgré notre descente aux enfers.

Ce pays malgre ses graves crises mérite que son passé

soit bien connu par la génération montante.

Peut être là vous pourriez trouver l'inspiration pour sortir de cette léthargie.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptySam 11 Juin 2011 - 20:56

Découvrez les Richesses et Merveilles d’Haïti à travers Haiti-Culture

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Haiti: Une Vision Différente

Haiti, stéréotypée de noms les plus insultants ou farfelus: pays le plus pauvre de la terre, pays du VIH Sida, du Vodou ou de la sorcellerie, terre des zombies, alors que Haiti est un pays multi-culturel, multi-racial, un « melting pot » à l’instar des Etats Unis d’ Amérique.
Insulter la culture haitienne, c’est insulter les cultures de 4 continents: l’Amérique, l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

La culture haitienne a commencé avec les Tainos, Arrawacs, peuples amerindiens venus des côtes de l’Amérique du Sud. Elle a débuté son metissage avec l’arrivée de Christophe Colomb et des Espagnols. C’est à l’ile de la Tortue, où sont venus s’installer les français chassés de l’ile Sainte-Croix, que commencera la création de la colonie de Saint-Domingue qui deviendra plus tard la République d’Haiti.

L’esclavage, cette ignominie, permettra l’arrivée en force de ressortissants de plusieurs royaumes d’Afrique qui viendront, par leurs apports culturels déterminants, forger cette culture créole que nous chérissons tous et qui est et devrait être l’objet de la fierté haitienne.
L’arrivée en Haiti, dès le début du XIXème siècle, d’ immigrants allemands, polonais, italiens, juifs, palestiniens, syriens et Libanais, ne manquera pas d’ ajouter à ce brassage culturel.

L’occupation du pays par les Etats Unis d’Amérique de 1914 à 1935, l’arrivée en masse de missionaires protestants et l’influence des médias modernes américains, viennent encore renforcer ce brassage.

Le site HAITI-CULTURE.com essaye le plus possible de montrer une face et une vision différente de ce petit pays, mais de cette grande nation.


(Haiti-Culture)

Haiti a inauguré, en 1791, le cycle des abolitions de l’esclavage. C’est son armée d’esclaves noirs qui a infligé aux troupes de Napoléon Bonaparte l’une de leurs plus cuisantes défaites. Ces deux événements suffiraient à lui conférer sa grandeur historique. Mais celle-ci lui vient surtout du caractère universel de la Révolution haitienne que l’occident n’a eu de cesse d’occulter.
[size=16]Une Révolution Exportatrice de Liberté

1- Tout de suite après l’indépendance en 1804, Dessalines entreprit en Mai 1806, le projet de libérer la Martinique, la Guadeloupe et Marie Galante. Il commençait à armer au cours de l’année 1805 de nombreux petits bâtiments et déléguait des émissaires pour provoquer des révoltes d’esclaves dans les colonies françaises, anglaises et espagnoles.

Roberjot Lartigue, agent français en service à Saint-Thomas, en témoigne.

2- En 1805, le fondateur de l’indépendance haïtienne a reçu, conseillé et aidé MIRANDA pour libérer la Bolivie.


3- Alexandre PETION a reçu à deux reprises (1815 et 1816) Bolivar, l’a aidé en hommes et en munitions dans sa lutte pour libérer le Venezuela : "En 1815, Haiti se convertit non seulement en important fournisseur d’approvisionnement mais aussi en première base navale. Le gouvernement d’Haiti s’engagea à accorder toutes aides et facilités à la condition que soit proclamée la liberté générale des esclaves au Venezuela. Pétion s’engagea à dépêcher le "Wilber force", puissant navire de guerre haïtien en assistance aux patriotes pour patrouiller devant les côtes vénézuéliennes;

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Une Révolution Profondément Humaniste

1- La constitution haïtienne de 1816, en son article 44, reconnait la nationalité Haïtienne à quiconque, africain ou asiatique, viendrait s’établir en Haiti.

2- Haiti a accueilli comme haitiens les polonais enrôlés dans le corps expéditionnaire de Bonaparte et qui se fondent dans la population haïtienne comme citoyens à part entière.
On les retrouve surtout à Casale.

3- Haiti a offert l’asile politique aux anciens "Montagnards" de la Convention Française à partir de la réaction Thermidorienne. Leurs descendants vivent encore à Jacmel. Ainsi, Billaud-Varenne est venu se réfugier en Haiti où il est mort, entouré de la considération générale. Il en fut de même du fils de Camille DESM0ULIN et de plusieurs membres de sa famille.

4-Haiti a accueilli des américains noirs au XIXe siècle en deux vagues successives.

5- Haiti a pris fait et cause pour la Grèce et manifesté publiquement " à la face de l’univers" la solidarité nationale haitienne avec la lutte des grecs pour leur liberté et leur indépendance en 1821, 1822.

6-Haiti a défendu à la Société Des Nations (SDN) l’Abyssinie (l’Ethiopie du Négus) agressée par l’Italie fasciste de Mussolini.
Tout a été fait pour gommer de l’histoire les avancées positives rendues possibles par la libération autant que les initiatives visionnaires des gouvernants haitiens après l’Indépendance.

Dessalines :Socialiste avant l’heure.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Après avoir annulé tous les titres de propriété frauduleux et douteux des affranchis qui prétendaient avoir des filiations aux colons chassés ou assassinés, l’empereur s’écria:

"Et les pauvres nègres dont les pères sont en Afrique, ils n’auront rien ?"
Plus tard, il imposa que la constitution de 1806 stipule:
"la propriété appartient à la nation haitienne."

Et ,sentant venir la conspiration, il met en garde:

"Avant la prise contre Leclerc, les hommes de couleur, fils de blancs, ne recueillaient point la succession de leurs pères ; comment se fait-il que depuis qu’on a chassé les colons, leurs enfants réclament leurs biens... Prenez garde à vous nègres et mulâtres. Nous avons combattu contre les blancs. Les biens que nous avons acquis en versant notre sang appartiennent à nous tous ; j’entends qu’ils soient partagés avec équité."

Christophe:Promoteur de l’Education.

1- Il est comparé a un Frédéric II de Prusse. Bâtisseur, il fait construire l’extraordinaire palais "Sans Souci" et la citadelle Laferrière, fierté du peuple Haitien, considérée comme la huitième merveille du monde, classée par l’UNESCO comme patrimoine de l’humanité.

2- Il mena avec succès une politique d’extension systématique de l’instruction publique et a beaucoup mis l’accent sur la discipline et l’éducation avec l’aide de ses amis anglais Wilberforce et Clarkson.

3- Sous le règne de Christophe, des petits haitiens allaient déjà à l’école de médecine. Et le royaume fabriquait ses propres armes.

4- Il fit introduire dans son royaume des charrues modernes à titre expérimental. vers 1818. Il avait foi dans l’indépendance économique et favorisa ainsi un idéal d’auto suffisance. Son secrétaire, Vastey, écrit :" Une nation doit être capable de suppléer elle-même à tous ses besoins principaux. Si elle dépend pour sa subsistance de marchés étrangers, elle n’a plus dans ses mains le contrôle de son indépendance."

Le développement de l’autosuffisance alimentaire.

1- De l’indépendance à l’occupation américaine, Haiti demeurait, en dépit de tout, un pays essentiellement riche de son agriculture: une agriculture qui misait sur la qualité des produits. La preuve le café haïtien, variété des Matheux dite café de Saint-Marc, réputé le meilleur du monde pendant longtemps, servait à bonifier les autres cafés, comme cela était enseigné à l’Ecole Coloniale de Paris en 1901 par le professeur C. Raoul. Le Rhum Barbancourt étant considéré par les connaisseurs comme le meilleur du monde.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
2- L’économie haitienne reposant sur la paysannerie (75% d’agriculteurs) a toujours été jusqu’à l’occupation américaine, voire un peu après, tout-à -fait autosuffisante.

3- Les riz haïtiens ( "la crête", "riz jaune","madan gougousse") cultivés dans les plaines de l’Artibonite, de grande qualité, ont été supplantés par les riz de Miami, imposés par les états-uniens, le plus souvent sous couvert d’aide.

4- Haiti, jusqu’à tout récemment, a été le premier exportateur de mangues de qualité vers les USA.

5- Haiti est le premier pays de la région à inaugurer (1949- 1950) le tourisme de qualité, avec ses grands hôtels de luxe, ainsi que le tourisme historico-culturel avec ses monuments et son folklore. C’était " Vive la différence" sous la présidence de Dumarsais Estimé.

Le génie du peuple haitien.

Qui connait réellement la société haitienne admettra surement que sa population a toujours su faire preuve d’un formidable génie pour résister aux épreuves: On pense à sa capacité à optimiser le rendement des cultures diversifiées sur les parcelles de terre, on pense aux capacités inventives dans l’artisanat et la production de biens nécessaires à la vie quotidienne. D’autre part, il serait intéressant d’étudier les facteurs qui expliquent comment un peuple à qui l’on refuse le droit à l’instruction puisse produire une telle préthore d’intellectuels de très haut niveau. La haute conscience de son identité et un héritage culturel cultivant la dignité y sont certainement pour quelque chose.


L’art haitien (littérature, peinture, sculpture, ferronnerie, musique, théâtre) se passe de présentation. Une chose est sure est qu’il a largement influencé la culture de l’ensemble caribéen et même au-delà.

1-Littérature : Citons quelques noms illustrant la littérature haitienne qui s’exprime en quatre langues (français, créole, anglais, espagnol)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Anténor Firmin(De l’égalité des races humaines, réponse à Gobineau, qui a défrayé la chronique en France lors de sa parution) ; Hannibal Price ( Programme : "La réhabilitation de la race noire par la République d’Haiti") ; Demesvar Delorme; Louis Joseph Janvier("Aimer son pays et sa race de furieuse amour") ; Etzer Villaire, Jean Price Mars (précurseur de la négritude) ; Jacques Roumain Jacques Stephen Alexis, Marie Chauvet, René Depestre ; Magloire Saint-Aude, Edwige Danticat ; Dany Laferrière ; Gary Victor, Maurice Sixto (maitre de l’audience, genre typiquement haitien).
2- Peinture : La peinture "naïve" haïtienne est internationalement connue. Outre qu’il convient de s’interroger sur le choix de ce qualificatif manifestement connoté, il faut insister sur le fait qu’elle ne représente qu’un pan de la peinture Haitienne.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Entre l’école du Cap-Haitien avec les frères 0bin et le mouvement Saint-Soleil avec les paysans de Kenskoff menés par Tiga et dont André Malraux a largement fait la publicité à travers le monde, il y a tellement de variantes, de recherches, d’invention, de modernité et d’originalité!

Citons quelques noms remarquables : Bernard Wah; Préfète Duffaut; André Pierre; Bernard Séjourné; Valcin I et II; Stevenson Magloire; Jean Michel Basquiat; Hervé Télémaque; Jacques Enguerand Gourgue; Jean René Jérôme; Marie-Rose Desruisseau.

Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyDim 12 Juin 2011 - 18:27


FAITS HISTORIQUES D’HAITI



Au XVIIe siècle les Français réussirent un formidable exploit: diminuer l’influence de L’Espagne sur l’île de la Tortue.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mais ils le firent aussi sur une grande partie de l’île Quiskeya. La France s’y est incrustée pendant cent ans et Saint-Domingue devint sa colonie la plus prospère du monde.

Annuellement le commerce extérieur de la reine des Antilles dépassait 140 millions de dollars. Ce chiffre dépassait celui des Etats-Unis d’ Amérique.

Les profits générés par le commerce de sucre, de cacao, d’indigo, de café et de coton construisirent maints châteaux dans la Loire, à Paris et dans d’autres régions d’Europe. Depuis le début du XVIe siècle, les hispaniques, après les pieux conseils du prêtre Las Casas, faisaient chercher des esclaves d'Afrique. La France a donc suivi l’exemple de l’Espagne. Pendant les chaudes nuits, aux senteurs de jasmin, les planteurs blancs d'Ayiti visitaient les belles Africaines aux corps de déesse et donnèrent naissance aux mulâtres.
Les mulâtres étaient adulés par leurs mères noires et jalousés par leurs pères blancs. Il ne fallait pas moins de 250 noms pour désigner les différentes combinaisons de sang qui les faisaient naître: griffes, mulâtres, quarterons, etc. Entre temps la Révolution française éclata et pendant que l’assemblée française déclarait les droits de l’homme, ils étaient déjà au nombre de 28,000.
Dans la colonie pour chaque blanc, il fallait compter dix noirs qu’il faisait travailler dans des conditions les plus abjectes.
r][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Nul ne prévoyait que plus tard à l’aide de leurs machettes, de leurs fourches et autres instruments aratoires, ces fils de l’Afrique massacreraient en une seule journée 2,000 planteurs. Leurs femmes, leurs enfants, leurs cousins et tous ceux qui paraissaient blancs ne furent épargnés.

Le Corse envoya contre Saint-Domingue 90 navires et 40,000 hommes de troupe. Napoléon recrutait beaucoup d'entre eux parmi les vétérans de la guerre qu'il venait de mener en Égypte.

Les troupes créoles noires et mulâtres aidées des Africains et de leurs armes bactériologiques, entre autres le fameux virus de la fièvre jaune, mirent fin à cette guerre. Une nouvelle nation naissait sous le nom indien arawak Ayiti et ainsi Haïti devint l’une des rares nations indépendantes du monde.
cen
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyDim 12 Juin 2011 - 23:31

Ou est ce que RICO a t-il trouvé ces références.
Quand est ce que 2000 colons ,femmes et enfants avaient ils été massacrés?
Quand est ce que les insurgés avaient ils usé des instruments aratoires pour combattre les blancs.
Peut ètre au début de la révolution ;pendant les années 1790s mais pas pendant la guerre dite de l'indépendance;ce qui ne manquait aux révolutionnaires c'était les armes.
TOUSSAINT s'était approvisionné en armements de toutes sortes des américains.
Quand LECLERC avait débarqué ,il avait trouvé une ile armée jusqu'aux dents
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyLun 13 Juin 2011 - 18:31

Joel a écrit:
Ou est ce que RICO a t-il trouvé ces références.
Quand est ce que 2000 colons ,femmes et enfants avaient ils été massacrés?
Quand est ce que les insurgés avaient ils usé des instruments aratoires pour combattre les blancs.
Peut ètre au début de la révolution ;pendant les années 1790s mais pas pendant la guerre dite de l'indépendance;ce qui ne manquait aux révolutionnaires c'était les armes.

TOUSSAINT s'était approvisionné en armements de toutes sortes des américains.
Quand LECLERC avait débarqué ,il avait trouvé une ile armée jusqu'aux dents

Vous avez posé la question et pourtant la reponse est bien dans le texte. Parlant de massacre pourquoi vous etes aussi chatouilleux? On peut appeler cela comme on veut. Après l'independance il y a en avait aussi. Avec les conditions infrahumaines ces pauvres insurgés ont connu le pire, il y avait une explication ....
Revenir en haut Aller en bas
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 24/10/2006

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: GUACANAGARIC   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyMer 29 Juin 2011 - 11:44

INDIEN AUTOCHTONE CACIQUE HENRI :

RENONCEZ À NOUS PRENDRE, CAR JAMAIS PLUS NOUS NE SERVIRONS LES BLANCS… Nous avons juré de vivre libres ou de mourir. Allez remercier Dieu, de ce que je vous laisse la vie.

DÉCRET DU 18 AOUT 1789
TOUS LES HOMMES NAISSENT ET DEMEURENT ÉGAUX EN DROIT

DÉCRET DU 4 AVRIL 1792
TOUS LES HOMMES DE COULEURS ET NOIRS LIBRES SONT ADMIS À VOTER DANS LES ASSEMBLÉES PAROISSIALES, ILS ÉTAIENT ÉLIGIBLES À TOUTES LES PLACES

DECRET DU 29 AOUT 1793
PROCLAMATION DE LA LIBERTÉ GÉNÉRALE

ART 3 DE LA CONSTITUTION DE 1801
…LA SERVITUDE EST ABOLIE, QUE TOUS LES HOMMES NAISSENT, VIVENT ET DEMEURENT LIBRES….


TOUSSAINT LOUVERTURE
LA LIBERTÉ SEULE NE SUFFIT PAS, IL FAUT UN HOMME RESPONSABLE POUR EDUQUER LES MASSES, LES PLIER AUX EXIGENCES REVOLUTIONNAIRES.

ANTOINE DUPRÉ
SI UN JOUR SUR TES RIVES
REPARAISSENT NOS TYRANS
QUE LEUR HORDE FUGITIVE
SERVE D’ANGRAIS À NOS CHAMPS

EMPEREUR FAUSTIN SOULOUQUE
À LA FORCE, JE RÉPONDRAI PAR LA FORCE


ÉTAT
1) RENDRE JUSTICE À TOUS INDISTICTEMENT 2) ATTRIBUER LES CHARGES AUX SEULS TALENTS ET MÉRITE SANS TENIR COMPTE DE LA DATE DE NAISSANCE, DU SEXE, DE LA RICHESSE 3) PROTECTION ET SÉCURITÉ À TOUS





PRINCIPE DE RÉVOLUTION
EN PÉRIODE RÉVOLUTIONNAIRE L’ACTION A PRÉSÉANCE SUR LE DROIT, EN PÉRIODE DE PAIX LE DROIT DOIT GUIDER L’ACTION








Share
*Cinq territoires, cinq Caciquats*
5 Mai 2011 - *Cinq territoires, cinq Caciquats*






Le HIGUEY, la MAGUA, la MAGUANA, le MARYEN et le XARAGUA.

Les limites de chaque caciquat étaient claires et précises, les 1ers habitants de l'île utilisaient les éléments naturels comme références, par exemple les grands cours d'eau, les hautes montagnes, les vallées et les plaines notables. Ceci permettait d'établir exactement jusqu'où s'étendait chaque territoire.
Le Caciquat du HIGUEY (aussi connu sous le nom de Higüanamo) était gouverné par le cacique CAYACOA. La déeesse-mère de ce Caciquat est "Atabeira", qui signifie “la Mère de la Pierre Originale”.

Le Caciquat de la MAGUA était gouverné par le c...acique GUARIONEX et était l'une des régions les plus riches de l'île. Magua signifie “la Pierre” et sa déesse-mère était "Guacar" ou la Pierre Mère.

Le Caciquat de la MAGUANA était gouverné par le cacique CAONABO, époux d'Anacaona. Il était le principal de l'île et était représenté par “la Pierre”, dont le terme Maguana signifie: “la première pierre, la pierre unique”. Sa déesse-mère était "Apito", qui signifie “Mère de la Pierre”. Le cacique Caonabo fut le premier à opposer résistance à l'occupation espagnole.

Le Caciquat du MARYEN était gouverné par le cacique GUACANAGARIC. Il fut le premier à accueillir Christophe Colomb. La déesse-mère de ce caciquat était la "Mère Iermao"qui signifie “Corps de pierre”. ACCUEIL AVEC HOSPITALITÉ

Le Caciquat de XARAGUA était gouverné par le cacique BOHECHIO, frère d'Anacaona. Il était le plus étendu de l'île. La déesse-mère du Caciquat de Xaragua était "Zuimaco", dérivé de l'union de Xaragua (Zui) et Yaquimo (Maco).






Au moment de l'arrivée européenne sur cette île, Haïti était principalement peuplée par des migrants arawaks débarqués de l'Amazonie sud-américaine (bassins de l'Orénoque et du Rio Negro-Venezuela) vers la fin du 1er millénaire de notre ère.
Cette civilisation agricole sédentarisée qui, à Puerto Rico, Haïti et dans l'Est de Cuba, avait atteint un niveau de culture assez avancé, se distingue par un ensemble bien défini d'éléments linguistiques, religieux, artistiques, économiques et politiques, connu sous le terme "classique" Taïno (Chican-Ostinoide). Son centre le plus évolué sur l'île d'Haiti se trouvait situé dans la province fortement peuplée du Xaragua.

Prolongeant et remplaçant des établissements humains qui remontaient à quatre millénaires avant notre ère (successivement lithique, archaique, ostinoïde et meillacoide), la population Taïno d'Española, forte d'environ un million d'habitants, a été décimée en quinze ans.
De la "découverte" au début du XVIème siècle, l'île d'Hayti est occupée par les Espagnols qui, progressivement s'implantent à l'Est du territoire, alors que les Français, dont la présence est reconnue officiellement par le Traité de Ryswick en 1697, s'installent à l'Ouest de l'île. Ce traité, entre l'Espagne et la France, révisé en 1777 par celui d'Araniuez, délimite la première frontière qui partage l'île en deux parties: espagnole (Hispañola) et française (Saint-Domingue).
Par le traité de Bâle en juillet 1795, l'Espagne cède la partie orientale de l'île à la France. En janvier 1801, Toussaint Louverture, conformément a ce traité, occupe, au nom de la France, la partie Est qui restera sous son autorité jusqu'à l'arrivée de l'expédition Leclerc.
Par le traité de Paris de 1814, la France rétrocède à l'Espagne l'ancienne partie espagnole, amputée des territoires occupés en 1809 par Henri Christophe.
De 1822 à 1844, avec la fusion des deux peuples de l'île, Haïti n'a plus de frontières. Elles sont rétablies à la création de la République Dominicaine en 1844, telles qu'elles existaient en 1822.
Les tentatives de réoccupation de Rivière Hérard, de Pierrot et de Soulouque n'apportent aucune modification à cette situation. Le tracé des frontières demeure imprécis, favorisant des incursions de citoyens haïtiens en territoire dominicain. Ce n'est qu'en 1929, par le traité conclu entre la République d'Haïti et la République Dominicaine, et rectifié par celui de 1935, que le tracé de la ligne frontière haïtiano-dominicaine se trouvera définitivement fixé.



1 MÔLE SAINT NICOLAS
1492 (6 décembre) Christophe Colomb découvre l'île "Hayti" et passe la nuit dans la baie qu'il nomme "St Nicolas".
1764 Installation au Môle Saint-Nicolas de ses premiers habitants, les Acadiens, qui fuyaient la proscription anglaise. Français et Anglais y établissent successivement d'importantes fortifications à la fin du XVIIIe siècle, le Môle est alors le théâtre de luttes incessantes entre ces deux puissances pour le contrôle de Saint-Domingue.
1791 C'est dans la rade du Môle que les 300 esclaves, surnommés "Suisses", qui avaient pris les armes avec les affranchis de l'Ouest furent égorgés et jetés à la mer.
1799 Toussaint Louverture rentre au Môle pour mater la ville gagnée à la cause de Rigaud.
1810 (10 juillet) Mort du général Lamarre, héros de la guerre de l'Indépendance, au cours de la lutte opposant la République du Sud au Royaume du Nord.
1887 Le gouvernement du président Salomon signe un contrat avec le comte d'Ockza pour l'établissement d'un câble sous-marin permettant les communications avec l'Europe et l'Amérique.


2 BAIE DES MOUSTIQUES
1492 (7 décembre) Christophe Colomb mouille dans cette baie et la baptise Port de la Conception.
1492 (9 décembre) La région rappelle à l'Amiral les plaines de Castille: il choisit pour l'île le nom d'Hispañola.
1492 (12 décembre) Colomb consacre l'île à Dieu et à leurs altesses. Sur une éminence à l'entrée ouest de la baie, il plante la "croix du Sauveur".


3 ILE DE LA TORTUE
1492 (6 décembre) Christophe Colomb navigue au large d'une île au nord de la grande terre qu'il désigne du nom d'Ile de la Tortue en raison de son profil.
1630 Arrivée des premiers boucaniers.
1641 François Levasseur, gouverneur de l'Ile de la Tortue par droit de conquête.
Arrivée des premiers engagés. On désignait sous ce vocable les européens qui vendaient leur travail à un patron pour une durée de trente six mois.
1651 Louis XIV signe la concession de plusieurs îles dont l'île de la Tortue à l'ordre Hospitalier de Saint Jean de Jérusalem ou Ordre de Malte. Louis d'Ache chevalier de Fontenay est nommé gouverneur.
1656 Nomination de Du Rausset, premier gouverneur de l'île de la Tortue par commission royale.
1664 Louis XIV nomme Bertrand d'Ogeron gouverneur de La Tortue. Le siège du gouvernement restera sur l'île jusqu'à sa mort en 1676.
1697 Le Traité de Ryswick établit la souveraineté définitive de la France sur la partie occidentale de l'île d'Hispañola.
1802 L'île est un lieu de villégiature. Les Français s'y réfugient pour échapper à la fièvre jaune. La dépouille de Leclerc y est transportée pour être rapatriée en France.


4 PORT DE PAIX
1492 (16 décembre) Christophe Colomb explore cette région et la baptise "Vallée des délices" (Val Paraiso). Il désigne sous le nom de Puerto Paix le site de la ville actuelle.
1676 Le siège du gouvernement est transféré de l'Ile de la Tortue à Port de Paix qui devient la première capitale française de la grande île. Première révolte des marrons dirigée par Padre Jean.
1766 Naissance à l'habitation Delaunay, non loin de Port de Paix, du général Cappoix, héros de la guerre de l'Indépendance.
1794 Toussaint signe un traité avec le gouverneur Laveaux. Abandonnant l'Espagne, il se rallie à la République française avec ses 5000 hommes de troupe.
1802 (17 octobre) Cappoix extermine les Européens à Port de Paix et se montre si impitoyable qu'il y gagna son surnom de Cappoix la Mort.
Pendant le règne de Christophe, Port de Paix est une ville rebelle. Elle s'oppose au monarque sous le commandement de Rébécca, officier que le roi Christophe avait dégradé et qu'il décapite en 1807, mettant fin à la résistance de la ville.


5 BAIE DE L'ACUL
1492 (21 décembre) Jour de Saint Thomas. Christophe Colomb pénètre dans une baie magnifique qu'il baptise Port Saint Thomas.
1492 (22 décembre) Première rencontre entre Colomb et Guacanagaric, cacique du Marien.
La baie gardera jusqu'en 1740 son nom de Port Camp Louise donné par les français.
1740 Elle prend le nom de Baie de l'Acul.


6 CAP HAÏTIEN
1492 (24 décembre) Christophe Colomb traverse la baie du Cap-Haïtien et longe les rives du Marien, le caciquat de Guacanagaric.
Les Espagnols désignent sous le nom de Guarico le site où sera bâtie la ville du Cap.
1670 Les flibustiers français venus de La Tortue sous le gouvernement de Bertrand d'Ogeron, s'établissent au Haut du Cap.
1711 Fondation de la ville du Cap-Français par décret royal . Elle deviendra la plus prospère de la colonie.
1743 Naissance de Toussaint Louverture sur l'habitation Bréda non loin du Cap-Français.
1758 Naissance de Dessalines sur l'habitation Cormier près du Cap.
1758 (20 janvier) Makandal est brûlé vif sur la place d'armes du Cap.
1774 L'église paroissiale du Cap-Français est achevée.
1791 (25 février) Vincent Ogé et Jean-Baptiste Chavannes, chefs du mouvement de revendication des affranchis et leurs compagnons meurent roués sur la place du Cap-Français.
1791 (22 août) La grande révolte des esclaves éclate dans la région du Cap Français.
1793 (29 août) Proclamation de l'affranchissement des esclaves du Nord par Sonthonax.
1802 (janvier) Arrivée dans la baie du Cap-Français des vaisseaux de guerre de l'expédition Leclerc. La ville est incendiée par Henri Christophe, commandant du Cap-Français.
1802 (7 juin) Toussaint Louverture est embarqué sur le vaisseau "Le Héros" et déporté au Fort de Joux dans le Jura où il meurt.
1802 (2 novembre) Le général Leclerc succombe à la fièvre jaune. Il est enterré au Panthéon à Paris.
1803 (18 novembre) Les troupes françaises subissent une cuisante défaite à la bataille de Vertières qui met fin à la colonie française de Saint Domingue.
1804 Proclamation de l'Indépendance aux Gonaïves, le Cap Français devient Cap Haïtien.
1804 (8 octobre) Couronnement de Dessalines, premier empereur d'Haïti.
1811 (2 juin) Couronnement du Roi Christophe sous le nom d'Henry 1er en l'église paroissiale du Cap Haïtien. Le Cap Haïtien devient Cap Henry, nom qu'elle gardera jusqu'à la mort du roi Christophe.
1820 Boyer lui redonne son nom de Cap Haïtien.
1840 Naissance du poète Oswald Durand, un des plus grands poètes de la literature haïtienne du XIXe siècle.
1842 Un tremblement de terre détruit presque toute la ville. Les deux tiers de ses habitant périssent sous les décombres.
1843 Le Cap Haïtien est décrété par le président Pierrot, capitale d'Haïti. Durée éphémère.
1867 Soulèvement populaire dirigé par le Général Sylvain Salnave contre le gouvernement Geffrard. Il devait durer près de sept mois. La tombe de Salnave jusqu'à l'occupation américaine de 1915 se trouvait sur la place d'Armes du Cap en face de la statue de Jean Jacques Dessalines.
1891 (20 juillet) Philomé Obin, le peintre le plus célèbre de "I'Ecole du Nord", naquit, vécut et mourut au Cap Haïtien.
1893 Premier voyage du poète et homme politique cubain José Marti en Haïti.
La ville du Cap pour la première fois est éclairée par des lampes au kérosène. Un phare et un réseau hydraulique sont installés.
1895 Fondation de l'école libre de Droit du Cap-Haïtien par l'écrivain Tertulien Guilbaud.
1896 Achèvement officiel du pont Hyppolite et inauguration du premier marché couvert.
1898 Fondation de l'école Sainte Marie par Edmond Etienne devenue plus tard, le collège Notre-Dame.
1899 Démarrage des travaux pour la construction d'un important réseau ferroviaire devant relier la ville du Cap à plusieurs autres localités du Nord.


7 BORD DE MER LIMONADE
1492 (25 décembre) La Santa Maria échoue dans la baie du Cap. Le fort Navidad, première implantation européenne dans le Nouveau Monde est érigé avec les restes de la nef amirale, près du lieu connu de nos jours sous le nom de Bord de Mer Limonade.
1493 (4 janvier) Colomb reprend la mer pour l'Europe.
1503 Rodrigo de Mexia, I'un des lieutenants du gouverneur espagnol Nicolas Ovando, fonde la ville de Puerto Réal.
1578 La ville est incendiée puis abandonnée. Elle sera redécouverte en 1975 par William Hodges.
1787 Moreau de Saint-Méry, historien et géographe français, explore des vestiges connus sous le nom de "château Colomb". Il croit découvrir les restes du fort de la Navidad. Il s'agit en réalité des ruines de Puerto Réal. Le site fut successivement occupé par les indiens, les Espagnols et les Français.


8 LIMONADE
1707 (26 juillet) Consécration de la première église de Limonade à Sainte Anne.
1806 (19 octobre) Cappoix la Mort périt dans une embuscade à l'entrée de Limonade.
1820 (15 août) Au cours des offices de l'Assomption à l'église de Limonade, le roi Christophe s'écroule, frappé d'apoplexie.
Natifs célèbres de la ville: Chabanon du Maugris de l'Académie française, le général Prévost, lieutenant-général des armées, secrétaire d'Etat, ministre des Affaires Etrangères du roi Christophe, comte de Limonade.


9 FORT LIBERTÉ
1578 Fondation de la ville espagnole de Bayaha après l'abandon de Puerto Réal.
1725 Fondation de la ville française qui garde son nom espagnol de Bayaha.
1731 La ville change de nom pour s'appeler Fort Dauphin.
1792 Sous la République française, la ville prend le nom de Fort Liberté.
1803 (28 novembre) Proclamation de l'Indépendance. Le texte signé par Dessalines, Christophe et Clerveaux sera publié le 4 janvier 1804 dans la gazette de Philadelphie.
1811 (26 mars) Au cours d'une réception à Fort Liberté, Christophe se fait nommer roi sous le nom de Henry 1er. La ville prend le nom de Fort Royal, dénomination qu'elle gardera toute la durée du royaume.
Autour de la baie de Fort Liberté on peut encore admirer les vestiges d'un système défensif colonial très élaboré: Fort Labouque, Batterie de l'Anse, Fort Saint Charles, Fort Saint Frédérique et Fort Dauphin (également appelé Fort Saint Joseph ou Fort Liberté) - Ile Bayau, lieu de prédilection des flibustiers.
Zone d'influence privilégiée des cacos de 1870 à l'Occupation américaine en 1915.


10 RIVIERE DU MASSACRE
Les Indiens désignaient cette rivière du nom de Guatapana.
1728 Des colons espagnols massacrent 30 boucaniers français qui tentaient de franchir la frontière chargés de butin. Depuis lors, la rivière Guatapana porte le nom de Massacre.


11 MILOT
1806 Henry Christophe choisit cette bourgade située à 25 Km du Cap Henry (Ancien Cap Français, qui deviendra le Cap Haïtien) pour en faire sa capitale administrative. Il construisit le Palais de Sans Souci et ses dépendances et, proche de Milot, sur la chaîne du Bonnet à l'Evêque, la Citadelle et le site fortifié des Ramiers qu'englobent aujourd'hui les limites du Parc national Historique. Le roi se suicida dans son Palais le 8 octobre 1820. Depuis 1982, l'ensemble monumental et le Parc sont classés par l'UNESCO Patrimoine Mondial.
1842 Violent tremblement de terre qui endommage gravement le Palais de Sans Souci et la Citadelle.


12 DONDON
Aux environs du Dondon se trouve un sanctuaire précolombien appelé Voûte à Minguet. Les caciques et leurs sujets s'y réunissaient chaque année pour rendre hommage à leurs dieux.
1776 (28 octobre) Naissance du général Gabart, compagnon et arni de Dessalines, héros de la bataille de la Butte Charrier (Vertières).
1803 L'abbé de la Haye, confesseur et ami de Jean-François et de Biassou, curé du Dondon, est noyé dans la rade du Cap sur l'ordre de Rochambeau.
1804 Mort de Clerveaux, signataire de l'Acte de l'Indépendance. Dondon est la ville natale de Vincent Ogé.


13 HINCHE
1790 (20 novembre) Capture de Vincent Ogé et de ses 23 compagnons.
1844 Hinche est rattachée à la République d'Haïti lors de la fondation de la République Dominicaine.
1886 Naissance de Charlemagne Péralte, héros de la résistance contre l'occupation américaine. Haut lieu de la résistance contre l'occupant américain de 1915 à 1919.


14 LIMBÉ
1715 Fondation de la ville, consacrée par l'inauguration d'une chapelle dédiée à Saint Pierre.
La région du Limbé, très fertile, abrite d'importantes habitations coloniales dont l'habitation Dufresne où fut arrêté le célèbre marron Makandal.
1824 Le Président Boyer y fait établir une colonie de cultivateurs Noirs américains.
Lamartine évoque le Limbé dans son poème à Toussaint Louverture: "O mornes du Limbé, vallons, anses profondes".
1902 Au cours de la guerre civile, le Limbé est un bastion du Firminisme.


15 PLAISANCE
1802 Plaisance est le foyer d'insurrections dirigées par le marron Sylla.
1802 (7 août) Rencontre historique entre Dessalines et Pétion, au cours de laquelle, un pacte scelle l'union sacrée entre les nouveaux libres et les hommes de couleur. C'est ce pacte qui conduira à l'Indépendance d'Haïti.


16 ENNERY
1776 Fondation de la ville qui porte le nom d'un célèbre gouverneur de Saint Domingue, le comte d'Ennery.
1802 (février) Isaac et Placide, les deux fils de Toussaint Louverture, arrivés avec l'expédition Leclerc, rejoignent leur pére à Ennery, munis d'une lettre de Bonaparte pour négocier sa soumission.


17 GONAÏVES
La ville tire son nom du vocable indien Gonaubo qui désignait une localité du caciquat de la Maguana.
1802 (février) Bataille de la Ravine à Couleuvre aux environs des Gonaives. Cette bataille illustre marque la première confrontation entre l'armée de Toussaint Louverture et les troupes de Rochambeau.
1804 (ler janvier) Proclamation de l'Indépendance d'Haïti par Dessalines sur la place d'armes des Gonaïves.
1902 (6 septembre) L'amiral firministe Hammerton Killick, pour ne pas livrer son aviso "La Crête à Pierrot" au "Panthef', canonnière allemande, le fait sauter et sombre avec lui dans la rade des Gonaïves.
1904 (1er janvier) Commémoration grandiose par Nord Alexis du premier centenaire de l'indépendance nationale.
Gonaïves est la ville natale de J. B. Damier, ministre de l'Instruction Publique sous Geffrard.


18 MARCHAND DESSALINES
Il reste peu de vestiges de l'époque où la ville fut créée par Dessalines et qui devint la première capitale d'Haïti. Elle est défendue par cinq forts construits par Dessalines sur les crêtes dominant la ville: forts Doco, Culbuté, La Source, Innocent et Fin du Monde. On y voit encore les vestiges des résidences de l'impératrice et de Charlotin Marcadieu.
1804 (22 septembre) Dessalines est proclamé empereur par son état major sous le nom de Jacques 1er.
1805 (20 mai) Publication de la Constitution Impériale.
Lamour Dérance, marron qui avait pris les armes contre Leclerc, y meurt en prison.


19 PETITE RIVIÈRE DE L'ARTIBONITE
1802 (4 au 24 mars) Bataille de la Crète à Pierrot. Le fort de la Crète à Pierrot est le théâtre d'une des batailles les plus glorieuses de la guerre de l'Indépendance. Un millier de soldats de l'armée indigène y subissent un siège de vingt jours face à l'armée expéditionnaire de Leclerc.
Le roi Henri Christophe construit le Palais aux 365 Portes dans cette ville.


20 SAINT MARC
1716 Une chapelle consacrée à Saint Marc est inaugurée sur le site de la ville actuelle.
Saint Marc devient par la suite une ville coloniale prospère, et le deuxième port de Saint Domingue.
1779 Départ des volontaires de Saint Domingue pour assister le peuple des Etats Unis dans sa lutte pour l'Indépendance. Henri Christophe agé de 12 ans faisait partie du corps expéditionnaire.
1790 (25 mars) Création de l'Assemblée de Saint Marc. 212 députés élus par les blancs des paroisses de Saint Domingue se constituent en Assemblée Générale de la partie française de Saint Domingue et manifestent leur adhésion à la Révolution, contre le pouvoir royal.
1802 (24 février) Dessalines incendie Saint Marc, fait enlever les pierres de taille des ruines de la ville pour construire Marchand dont il fait en 1804 sa capitale sous le nom de Dessalines.
1805 (30 octobre) Le général Gabart, héros de la guerre de l'Indépendance, mort à 29 ans, est enterré à Saint Marc. Les présidents Philippe Guerrier et Nissage Saget y reposent.


21 ARCAHAIE
L'Arcahaie, ville frontière entre le Royaume d'Henry 1er et la République de l'Ouest et du Sud, tire son nom de la province Taïno de Cayaha dépendant du caciquat de Xaragua.
1803 (18 mai) Congrès de l'Arcahaie sous la présidence de Dessalines, au cours duquel aurait été créé le drapeau haïtien bleu et rouge. L'impératrice Adélina, femme de l'empereur Faustin 1er, est née à I'Arcahaie sur l'habitation Manègue.


22 ILE DE LA GONÂVE
1502 Les survivants du massacre de la cour de la reine Anacaona se réfugient sur l'île de la Gonâve. Ils appellent cette île Guanabo ou Guanarana (corossol).
La Gonave est considérée par de nombreuses personnalités étrangères du monde culturel qui l'ont visitée, comme une richesse v inexploitée.


23 PORT AU PRINCE
Suivant une tradition rapportée par Charlevoix, le nom de Port-auPrince vient du vaisseau "Le Prince" qui mouilla dans ce port en 1706.
1749 (7 juin) Fondation de la ville par ordonnance du gouverneur de la colonie. Son premier site est l'habitation Randot qui s'étendait du Bel Air à l'actuelle rue Pavée.
Port Au Prince est proclamée par Louis XV, capitale de Saint Domingue.
1793 Port-au-Prince devient Port-Républicain pendant la Révolution Française.
1798 Rencontre historique entre Toussaint Louverture et André Rigaud.
1799 (21 juin) Célèbre discours de Toussaint Louverture prononcé du haut de la chaire de l'église paroissiale de Port au Prince. Ce discours déclenchera la terrible guerre du Sud.
1802 La ville est occupée par la division Boudet (française), malgré la vigoureuse opposition de Lamartinière.
1803 (septembre) Dessalines assiège Port-au-Prince.
1803 (10 octobre) L'armée indigène est victorieuse. Les généraux français Lavalette et Lux, vaincus s'embarquent pour la France.
1804 A la proclamation de l'Indépendance, le Port Républicain redevient Port au Prince.
1804 (16 mars) Dessalines ordonne le massacre des Français.
1806 (17 octobre) Assassinat de Dessalines au Pont Rouge, à l'entrée Nord de la ville. Il était âgé de 48 ans.
1812 (25 mars) Deuxième siège de Port-au-Prince par Christophe à la tête d'une armée de 25,000 hommes. Le général Magny, commandant de l'avant garde du Roi, fit défection avec ses troupes ce qui força Christophe à lever le siège de la ville.
1818 (29 mars) Alexandre Pétion, président de la partie sud d'Haïti, meurt des suites d'une fièvre maligne. Il était âgé de 48 ans. Son coeur est enterré au Fort National.
1849 Proclamation de l'Empire d'Haiti au bénéfice de Faustin Soulouque.
1859 Abolition de l'Empire et rétablissement de la République.
1860 Apparition de l'architecture de fer qui connaîtra son plein épanouissement sous Hyppolite.
1890 Apparition du style gingerbread.
1915 (28 juillet) Débarquement américain. Le pays restera occupé jusqu'en 1934.
Le lieu-dit Portail Saint Joseph, à l'entrée Nord de la ville, voit à travers l'histoire passer plusieurs invasions militaires, toutes destinées à conquérir le pouvoir: 1869, les troupes qui renversèrent Sylvain Salnave, 1888, celles dirigées par Séide Télémaque pour tenter de prendre le pouvoir après la chute de Salomon, 1889, Florvil Hippolyte à la tête de l'armée du Nord,1902, les troupes du général Nord Alexis, les hordes de cacos, venues installer leurs présidents (Cincinnatus Leconte, 1911,Oreste Zamor, 1914, Davilmar Théodore, 1914, Vilbrun Guillaume Sam,1915)...
La ville ayant subi de nombreux tremblements de terre et incendies porte peu de traces de son passé. Citons cependant: le fort National construit par les Anglais en 1794/1796, le mausolée du comte d'Ennery à l'ancien cimetière Sainte-Anne et la Terrasse de l'Intendance qui fait face à la nouvelle cathédrale.
Natifs célèbres de la ville: Alexandre Pétion (2 mars 1770), Jean Pierre Boyer (15 février 1773) Nissage Saget (6 janvier 1800) Louis Borno, présidents de la République. Coriolan Ardouin (1812) historien, Jean-Pierre Boyer Bazelais, homme politique, Thomas Madiou (1814), historien, Frédéric Marcelin (1848) romancier et essayiste, Massillon Coicou, poète et dramaturge, Justin Lhérisson (1873) auteur des paroles de l'hymne national d'Haïti, la Desssalinienne.


24 PÉTIONVILLE
1831 Le président Boyer fonde cette ville en l'honneur de Pétion ancien président de la République d'Haïti, dans les hauteurs de l'habitation La Coupe. Cette ville, protégée par les forts Jacques et Alexandre, était destinée à être la capitale d'Haïti.
Pétionville fut le lieu de résidence entre autres, de Boisrond Canal, président en retraite et de Léon Laleau, diplomate, journaliste, écrivain, couronné Prince des Poètes.


25 CROIX DES BOUQUETS
1710 Dès cette date, se développe dans la plaine du Cul de Sac, sous la direction du chef marron Michel un foyer de marronnage très actif.
1749 Fondation de la petite ville de la Croix des Bouquets dans la plaine du Cul de Sac.
1790 Les hommes de couleur, sous la conduite de Pinchinat, Beauvais et Lambert, partent, les armes à la main, à la conquête de leurs droits civils et politiques.
1792 (30-31 mars) 1500 esclaves insurgés, sous la direction du marron Yacinthe, s'emparent du bourg de la Croix des Bouquets.
1794 (9 février) Mort au combat du célèbre marron Halaou.


26 LÉOGÂNE
1502 Capitale du caciquat du Xaragua, Yaguana, la ville d'Anacaona, samba et souveraine, est le théâtre d'un des épisodes les plus tristes de la colonisation espagnole dans le Nouveau Monde: la capture de la reine et le massacre de ses sujets par Nicolas Ovando.
Jusqu'a la fondation de Port-au-Prince en 1749, Léogâne et Petit Goâve se disputent le titre de capitale de Saint-Domingue.
1792 Le chef marron, Romaine la Prophétesse, séme la terreur dans la plaine de Léogâne jusqu'à sa mort en 1795.
1915 Charlemagne Péralte y est commandant d'arrondissement. Il refuse de livrer la ville aux troupes américaines, ce qui marque le début de sa résistance à l'occupation.
Léogane est la ville natale d'Inginac, secrétaire de Dessalines, du général Bonnet, signataire de l'Acte de l'indépendance, des généraux Gédéon, Cangé et Marion, du poète Ignace Nau, de Larnartinière, héros de la Crète à Pierrot, de Marie Claire Heureuse, épouse de l'empereur Dessalines.


27 MIRAGOÂNE
1799 Objet d'un litige entre Toussaint et Rigaud, elle a été à l'origine de la guerre du Sud en 1799.
1883 (27 mars) Boyer Bazelais et une centaine de ses amis s'emparent de la ville. Ils y subissent un siège de prés d'un an au cours duquel la population meurt en grand nombre de faim, de maladies et de privations. Les survivants sont impitoyablement exécutés le 9 janvier 1884. Une longue lutte fratricide entre le Parti National, ayant à sa tête le président Salomon et le Parti Libéral, ayant à sa tête Boyer Bazelais, s'achève ainsi dans le sang.


28 JÉRÉMIE
1756 Les plans de la ville actuelle de Jérémie sont tracés. C'était auparavant un petit village de pécheurs nommé Trou Jérémie, du nom d'un pécheur qui y habitait.
A l'époque de la colonie française, les marrons Plymouth et Macaya, (qui portent des noms de montagnes de la région) sillonnent la région avec leurs bandes.
1807
-1819 Goman, chef d'un mouvement paysan, édifie dans les montagnes de la Hotte à 14 lieues de Jérémie, un "Etat", le Grand Doco, qui résiste avec succès au pouvoir central.
Jérémie est appelée "Ville des Poètes": Antoine Laforest, Etzer Vilaire (1872), Emile Roumer, Othello Bayard, compositeur "d'Haïti Chérie", sont parmi les plus connus.
Jérémie a donné naissance à François D. Légitime, président d'Haïti (1887), et à d'autres Haïtiens remarquables comme le juriste Linstant de Pradines et Calisthènes Fouchard (1840).


29 TIBURON
1800 (29 juillet) Rigaud, aprés sa défaite face aux armées de Toussaint, s'embarque à Tiburon avec sa famille pour la Guadeloupe.
1802 Les troupes du major Lozinsky de la Légion polonaise débarquent à Tiburon.


30 PORT SALUT
1805 Un contingent de la Légion polonaise s'est établi à Port-Salut. C'est dans cette ville que commence l'insurrection qui conduit à l'attentat du Pont Rouge au cours duquel périra l'empereur Dessalines le 17 octobre 1806.


31 TORBECK
1776 Naissance à Torbeck de Boisrond Tonnerre, rédacteur de 1' Acte de l'lndépendance.
Jean-Jacques Acaau, chef de "L'Armée Souffrante", y voit le jour.
1843 (13 mars) À l'habitation Praslin, dans la plaine de Torbeck, débute le soulèvement qui renversera le président Boyer.


32 LES CAYES
1720 Approbation par le roi de l'établissement du bourg des Cayes.
1726 Le plan du bourg est dressé par M. de la Lance.
1803 (juillet) Réunion tenue au Camp Gérard, à quelques kilomètres des Cayes, au cours de laquelle les généraux de l'armée indigène du Sud sous le commandement de Geffrard, concluent avec Dessalines le pacte d'union qui conduira à la victoire contre la France.
1810
-1812 La ville est la capitale du gouvernement départemental du Sud lors de la scission du Sud et de l'Ouest.
1816 Séjour de Simon Bolivar. Il part des Cayes pour le Vénézuéla avec son expedition fournie et armée par Pétion.
1911 Destruction presque complète de la ville par un violent incendie Sont nés aux Cayes: le général Geffrard (1761), signataire de l'Acte de l'lndépendance, André Rigaud (1761), chef des hommes de couleur du Sud, les présidents Charles (Rivière) Hérard âîné, Michel Domingue, Lysius Félicité Salomon jeune (1815), Boisrond Canal (1832), Antoine Simon (1843).


33 CAMP PERRIN
1844 Départ de la grande jacquerie paysanne dirigée par Jean-Jacques Acaau. Les combattants de son "Armée Souffrante" sont appelés piquets à cause de leur arme: une pique en bois. Acaau est l'auteur de la fommule célèbre: "Le nègre riche est un mulâtre, le mulâtre pauvre est un nègre."


34 SAINT LOUIS DU SUD
1655 Cette baie est nommée baie de Cromwell du nom du vaisseau qui y mouilla en route pour conquérir la Jamaique.
1677 La ville prend le nom de Saint Louis.
1698 La "Compagnie de Saint Domingue" ou "Compagnie Royale des Indes" y établit ses bâtiments et entrepôts.
Au XVIIIe siècle, d'après des plans revus par Vauban, le Fort Saint Louis est édifié sur l'îlet commandant l'accès à la baie.
1748 Destruction partielle du fort par les Anglais.
1753 Construction du fort des Oliviers et du fort St Eloi pour assurer la protection de la baie.
Le port de Saint Louis du Sud sera délaissé au profit de celui des Cayes.


35 AQUIN
1494 Christophe Colomb mouille dans le port d'Aquin que les Indiens appelaient Yaquimo.
1499
/1502 A deux reprises, Amerigo Vespucci visite l'endroit.
Au début du 16ème siècle les Espagnols fondent Villa Nueva de Yaquimo.
1660 Les boucaniers français investissent la ville espagnole abandonnée et la nomment Aquin. Ils fondent aussi le Bourg d'Aquin à quelques lieues de distance.
Aquin est la ville natale de Julien Raymond, homme de couleur, riche propriétaire et érudit, lié à la Société des Amis des Noirs et du Citoyen. En 1796, il est membre de la troisième Commission Civile avec Sonthonax, Roume, Giraud et Leblanc.
David Saint-Preux, brillant tribun, natif d'Aquin, représente sa ville à la Chambre des Communes en 1832.


36 JACMEL
La région de Jacmel, réputée impénétrable, a constitué un sanctuaire du marronage au XVle siècle (guérilla précoce du cacique Henry, 1510) et au XVllle siècle (zone de domination du chef de bande Yacinthe). Dans ses hautes montagnes pousse en abondance le meilleur café de l'île.
1698 La "Compagnie de Saint Domingue" construit ses magasins et entrepôts dans le très petit bourg de Jacmel. La ville connaîtra un essor considérable grâce à son port ouvert au commerce extérieur. Francisco de Miranda, venu demander de l'aide à la jeune nation haïtienne, séjourne à Jacmel.
1816 Séjour de Simon Bolivar.
1890 L'architecture de fer est adoptée par les propriétaires aises pour la construction de leur résidence et de leur magasin pour éviter les risques d'incendie.
1908
-1910 Electrification de la ville, la première de l'île à bénéficier de cette nouvelle technique.
Jacmel est célèbre pour son Carnaval et son artisanat.
Eaux "étagées" des Bassins Bleus du morne Laporte, aux environs de Jacmel, d'une exaltante beauté.
Elle a donné naissance à de nombreux poètes, écrivains, artistes: Juste Chanlatte, Alcibiade de Pommeyrac, Hannibal Price, Préfette Duffaut, Charles Moravia, Seymour Pradel.




Christophe Colomb atteint le Nouveau Monde

Ce document existe en version intégrale pour les Amis d'Hérodote

Le vendredi 12 octobre 1492, après deux longs mois de mer, Christophe Colomb pose le pied sur une île des Bahamas.
Le navigateur génois croit de bonne foi avoir atteint l'Asie des épices et pour cette raison appelle «Indiens» (habitants de l'Inde) les premiers indigènes de rencontre.
Le voyage de l'imprévu
Six mois plus tôt, Christophe Colomb (en espagnol, Cristobal Colón) a convaincu les souverains espagnols de le soutenir dans son projet fou d'atteindre l'Asie des épices en navigant vers l'Ouest, à travers l'Océan Atlantique.
Fort de leur soutien et grâce à l'aide matérielle de deux armateurs, les frères Pinzón, il a pu armer une caraque, la Santa Maria, et deux caravelles, la Niña et la Pinta. Le départ a lieu le 3 août 1492.
Après une escale dans l'archipel des Canaries, possession espagnole, la flotille fonce vers le sud-ouest en suivant les alizés.
Les équipages s'inquiètent bientôt de l'absence de terre. Le 10 octobre, ils sont à bout et sur le point de se mutiner. Enfin, après 36 jours de navigation (au lieu des 15 escomptés), la vigie de la Pinta crie pour de bon : «Tierra»!...
Les navires accostent sur une petite île. Elle est comme de juste baptisée «San Salvador»(Saint Sauveur) par les Espagnols. Les marins, quand ils descendent à terre, sont bouleversés par... la nudité des pacifiques Taïnos, des Indiens du groupe des Arawaks.
Malgré ou à cause de leur nudité, les femmes indigènes les attirent. Cela leur vaudra de ramener en Europe, sans le savoir, une terrible maladie vénérienne, la syphilis. En contrepartie, les Européens amènent aux habitants de ce Nouveau Monde des maladies comme la rougeole qui vont les décimer en quelques années, plus sûrement que les arquebuses et les épées.
Les navires ne s'attardent pas et poursuivent vers ce qui sera plus tard connu comme l'île de Cuba. Une homonymie des noms convainc Christophe Colomb qu'il est aux portes de l'empire chinois du Grand Khan.
Découverte d'Haïti

Le 6 décembre 1492, Christophe Colomb et les deux bateaux qui lui restent arrivent en vue d'une nouvelle île que les indigènes appellent Ayiti (Haïti) ou Quisqueya.
Les Espagnols la rebaptisent Isla española (dont on fera Hispaniola). L'île séduit les Européens par sa beauté et recèle quelques ressources aurifères dans le sous-sol et les rivières.
Dans la nuit de Noël, la lourde Santa Maria s'échoue sur la grève, au nord de l'île.
Faute de pouvoir ramener tous les hommes en Espagne, l'Amiral fait construire un fort avec les débris du navire et laisse sur place 39 hommes.
Le 4 janvier 1493, enfin, il prend le chemin du retour avec la Niña. Après une difficile traversée, le 31 mars, c'est l'entrée triomphale à Palos puis à Séville, où les habitants se pressent pour voir et toucher les sept Taïnos que Colomb a ramené des îles et que l'on qualifie aussitôt d'«Indiens» (car chacun croit que leur terre d'origine fait partie des Indes).
À Haïti, les choses tournent très mal pour les hommes restés sur place. Plutôt que de se


tenir tranquilles, ils tentent de soumettre leurs voisins indiens. Ces derniers ripostent en attaquant le fort et massacrant ses habitants. Mauvais début pour la colonisation. -

Histoire de la colonisation, l'île Hispaniola

C'est Christophe Colomb qui nomma ainsi cette île lorsqu'il y posa pour la première fois le pied le 6 décembre 1492 ; Hispaniola, " la petite Espagne " était peuplée par les indiens Tainos qui accueillirent d'abord pacifiquement les navires européens, aidant même les explorateurs à construire le fort de la Nativité à Saint-Domingue.

Le 25 décembre 1492, l'une des trois caravelles de l'expédition espagnole sombra au large des côtes de l'actuelle Haïti, entre la frontière dominicaine et le cap haïtien. La " Santa Maria " constituait le joyau de la flotte de Colomb, longue de 26 mètres et lourde de plus de cent tonnes. L'équipage ne parvint qu'à sauver sa cargaison d'or et d'argent avant que la caravelle ne disparaisse. Elle gît toujours sous la mer des Caraïbes, récemment découverte par des plongeurs ; son ancre est aujourd'hui exposée au Phare de Colomb, à la capitale Santo Domingo.

Christophe Colomb eut un véritable coup de cœur pour les lagons et la végétation de cette île sauvage et accueillante. Il écrivit à Luis de Santangel : " C'est une terre à désirer et, une fois vue, à ne jamais quitter. "




Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptySam 2 Juil 2011 - 23:21


La participation d'Haïti à la création de l'Etat d'Israel Le Roméo syrien avait de beaux yeux

par Elie Kling
jeudi 13 décembre 2007 - 22:44


Il y a 60 ans presque jour pour jour, la secrétaire de Mr. Eliahou Epstein en frappant à la porte de son bureau, avait du mal à masquer l'inquiétude que lui inspirait l'aspect du visiteur qu'elle devait annoncer.


Eliahou, il y a quelqu'un qui désire absolument vous parler. Il dit qu'il sait que vous êtes occupé par le vote mais que, précisément, c'est de ce sujet qu'il désire vous entretenir. Il prétend que c'est très important.
- Eh bien, faites-le entrer. Vous m'avez l'air préoccupée?
- C'est que… il n'a pas l'aspect très… diplomate.


En effet, l'homme qui vient de faire irruption dans le bureau de l'Agence Juive occupé par Eliahou Epstein (qui hébraïsera plus tard son nom en Eilat) et situé dans la 66e rue de New York, ressemble d'avantage à un homme de la mafia, directement sorti d'un de ces films hollywoodiens consacrés à l'organisation sicilienne de sinistre réputation, qu'à l'un de ces diplomates distingués qu'Eliahou a l'habitude de recevoir.

En fait, la ressemblance n'est pas fortuite. Il s'agit en effet de l'un des chefs de la redoutable mafia juive new-yorkaise.

- Ecoutez-moi bien Epstein: nos méthodes ne sont peut-être pas toujours à votre goût. Il n'empêche que nous sommes de "good jews". J'ai appris que le vote s'annonce très serré. Si ce sont 4 ou 5 délégués étrangers qui vous posent problème, on peut sans doute vous aider.
- Je vous demande pardon? fit Epstein interloqué.
- Vous m'avez bien compris. Mais "don't worry" nous n'allons pas les… neutraliser définitivement. On les retrouvera sains et saufs, juste après le vote.

Apres un court instant d'hésitation, Epstein déclina bien entendu l'offre quelque peu expéditive proposée par l'inconnu. Mais cette authentique anecdote montre bien l'état de tension dans lequel se trouvait le monde juif en général et celui de New York en particulier, en ce mardi 25 novembre 1947, veille de la réunion extraordinaire de l'assemblée générale de l'ONU qui devait se prononcer sur l'établissement d'un Etat juif sur une partie d'Eretz Israël. La veille, lundi, la commission ad hoc dans laquelle chaque membre de l'organisation était représenté, avait bien voté à une large majorité de 25 voix contre 13 et 17 abstentions le transfert de la proposition à l'assemblée générale. Mais cette majorité n'était pas suffisante pour créer de toute pièce un nouvel état membre: il fallait pour cela une majorité des deux tiers. Autrement dit, si mercredi les chiffres resteraient ce qu'ils avaient été lundi, l'Etat juif ne verra pas le jour, à une voix près.

Mercredi midi, à l'heure de l'ouverture de la séance, la situation semble plus désespérée encore pour la délégation sioniste. Le représentant philippin absent deux jours plus tôt, annonce qu'il votera "non". Celui de Haïti annonce qu'il transformera son vote favorable en vote défavorable. La France et le Paraguay ne se sont toujours pas prononcés et la Grèce a fait savoir qu'elle ne changera pas d'avis: non c'est non. Le camp du "non" compte maintenant au moins 16 membres et il faut donc 32 "oui" pour créer l'Etat juif! Mission impossible, même pour les Juifs les plus optimistes. L'un d'eux dira: "nous avions l'impression d'être des naufragés qui, après avoir nagé des jours durant, se mettent à couler à quelques mètres du rivage"

Le délégué de l'Agence Juive, à qui l'on vient de passer la parole décide donc de gagner du temps. Parler est une très ancienne spécialité juive. Il parlera donc. Et le voici qui se met à raconter dans le détail, l'histoire des souffrances du Peuple juif depuis la chute de Bétar en l'an 135, jusqu'à l'enfer nazi, sans oublier le récit des Croisades, de l'Inquisition, et des pogroms qui frappèrent les fils d'Israël à toutes les époques et sous toutes les latitudes. Le soir tombé, le délégué brésilien, président de séance, est bien obligé de clôturer les débats et de repousser le vote à une prochaine fois. Or le lendemain, jeudi, est le Thanksgiving Day, jour férié aux Etats Unis. Les Juifs obtiennent donc 24 heures d'un précieux répit. C'est le délégué français qui leur donnera 48 heures supplémentaires, exigeant vendredi à la reprise des débats, que l'on tente une fois encore de trouver un ultime et invraisemblable compromis. En fait, Paris tentait une manoeuvre (déjà?) pour montrer aux Musulmans que tout avait bien été tenté pour parvenir à un accord.

En attendant, Epstein mettra à contribution le réseau des agents secrets américains dont il avait fait la connaissance pendant la guerre. Des micros judicieusement posés lui apprendront ainsi qu'une belle déléguée Sud-Américaine tombée amoureuse du représentant syrien lui avait juré de voter "non" contre les consignes reçues, quitte à devoir renoncer à son poste après le vote. Un coup de téléphone à la bonne personne et voici notre jolie Juliette remplacée par un représentant moins sensible au charme du Roméo syrien.

Une promesse de prêt de 5 millions de dollars aidera Haïti à revenir à de plus sages résolutions. L'homme d'affaires Robert Nathan menacera par ailleurs de retirer toutes ses actions au géant du pneu 'Firestone' si le PDG de la célèbre firme ne parvenait pas à influencer dans le bon sens le vote du Liberia. Harvey Firestone, qui possédait dans ce pays près de 90% des plantations d'hévéas, sut trouver les mots justes. Il faut dire que l'économie toute entière du Libéria dépendait de ces plantations là.

Pour finir, une révolution éclata au Siam obligeant son représentant à rentrer d'urgence au pays. Ce qui l'empêchera de voter le 29 novembre. Ce n'était pas plus mal: il comptait bien voter "non". Finalement, le 29 novembre, après 1877 ans d'attente et 48 heures d'angoisse supplémentaires, le naufragé atteindra le rivage de la Terre Promise: 33 pour, 13 contre et 10 absentions.


L'Etat juif était né.


Et dire que certains ne croient pas au miracle…



Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 EmptyJeu 28 Juil 2011 - 20:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]








[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Portrait de Paul E Magloire fait par un artiste





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Portrait de Madame Paul Magloire fait par un artiste
née Yolette Leconte




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]











[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le 1er Janvier 1954 aux Gonaives




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le Président Paul Eugène Magloire

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]







[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI   PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PAJ ISTWA AK IMAJ DANTAN PEYI DAYITI
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: