Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Philips EP2220/10 Machine Espresso automatique avec mousseur à lait
269.99 € 399.99 €
Voir le deal

 

 di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole

Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole Empty
MessageSujet: di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole   di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole EmptyJeu 7 Mai 2009 - 12:15

di 4 mai 2009




Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole




di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole Chriss
L.P. P-
Me Bell, bonjour, tout le plaisir est pour le staff de Le Porte Parole
en nous accordant cette interview. Dites nous comment vous vous sentez
en Haïti actuellement?.

Me Bell- Bonjour cher
ami, bonjour à toute l’équipe du journal Le Porte Parole... Au point de
vue personnel je me sens très bien, je me retrouve dans mon pays depuis
deux ans. Mais en ma qualité de citoyen Haïtien, l’état du pays me rend
malade chaque jour. La déception est généralisée, l’incohérence rime
avec l’incompétence et l’insouciance. Le gouvernement n’a aucun
programme, n’inspire aucune confiance et ne donne aucun espoir. Et qui
pis est on ne voit pas à l’horizon une nouvelle équipe qui s’émerge
pour gérer les dégâts après le passage de ce désastre.

L.P.P- Les élections sont programmées pour le 19 Avril 2009, quelles sont vos impressions?

Me Bell-
je parle très peu de ces élections depuis l’expulsion arbitraire de
Fanmi Lavalas de la course. Mais mes observations me font comprendre
que ces élections seront organisées dans l’indifférence et seront très
pauvres en participation populaire. Deux faits expliquent ceci, la non
participation de Fanmi Lavalas et la déception de la population.
L’équipe gouvernementale est vraiment décevante: les ressources de
l’Etat sont gaspillées, les caisses de l’Etat sont pillées. Rien n’est
fait. Entre cette équipe et celle de Latortue c’est toujours « la même
eau qui coule ». Pour le 19 avril comme cette date coïncide avec celle
de mon retour d’exil, elle sera pour moi un jour de méditation, le
moment de revivre les périodes les plus lamentables de mon existence.

L.P.P- Par contre quelles sont vos activités professionnelles et politiques?

Me Bell –
Bon j’ai repris deux semaines après mon retour au pays mon bâton de
craie à mon collège, et j’assume aussi une chaire de droit
international et de droit constitutionnel à la faculté de droit du Cap
Haïtien et à l’Université polytechnique d’Haïti. J’anime des séminaires
sur le Tourisme et développement endogène à travers l’Institut de
Formation Administrative et Commerciale (IFAC) fondé depuis 1994, et
l’année dernière j’ai créé un centre de Recherches dénommé Centre
Haïtien de Recherches et d’Investigations en sciences Sociales (CHRISS)
dans l’objectif d’encadrer les jeunes en leur inculquant des
notions
de civisme, de politique, d’histoire et de littérature contemporaine.
Je viens de clôturer mon deuxième séminaire à l’IFAC.

L.P.P- Comment les jeunes ont accueilli cette initiative et qu’est ce qui vous a motivé à prendre cette initiative?

Me Bell-
L’accueil est scandaleux en Vérité. Il y a tout un vide dans ce pays,
la génération de trente ans qui représente plus de soixante pourcents
de la population est une jeunesse sacrifiée. Ils ne connaissent ni la
dictature ni la démocratie. Ils sont affamés de savoir, ils cherchent
avec la lanterne de Diogène en plein jour un modèle. Lors du premier
séminaire avec une cinquantaine de participants, il fallait voir avec
quel appétit ils dévoraient les notions d’histoire et de littérature
contemporaines, ils étaient fous d’apprendre de Duvalier, Fignolé,
Déjoie, Jumelle, Trujillo, Kennedy Castro, Batista, Jean Price Mars,
Roumain, J. S. Alexis.. et tous les acteurs de 1957.

L.P.P- Et le deuxième séminaire Cher Maître?

Me Bell-
Ah mon ami on a eu la même sensation, le même taux de satisfaction.
C’était sur la constitution du 6 au 10 Avril 2009. Vous voyez, la
constitution vient d’avoir 22 ans. Ce qui signifie à la publication de
cette charte ces jeunes ne pouvaient rien comprendre. Et puisqu’il y a
un projet d’amender la constitution, donc il faut apprendre à ces
jeunes la constitution. Et il faut les motiver à faire la politique et
à aimer le pays autrement. L’engouement est tellement fort, ils me
demandent d’organiser ces séminaires pour plusieurs autres groupes et
dans d’autres localités du pays.

L.P.P- Avez-vous accepté ? Si oui à quel prix?

Me Bell
- Pourquoi refuser? A quel prix, bon je suis en train de rembourser ma
dette au pays, je suis un ancien lycéen et étudiant d’une faculté de
l’état, donc je paie ma dette. Le Centre Haïtien de Recherches et
d’Investigations en Sciences Sociales est à but non lucratif et cible
surtout les jeunes.

L.P.P- Êtes-vous seul dans cette initiative?

Me Bell-
Non, je ne saurais être seul, car j’ai toujours cru qu’ensemble c’est
possible, il y a les membres fondateurs qui sont des professeurs, des
agronomes, médecins, industriels etc. Pour l’animation des séminaires,
Dr jean Claude Alcazar vient de me rejoindre et je suis en négociation
avec un professeur dominicanohaïtien pour un jumelage avec un centre
dominicain. Et le centre n’organise pas seulement des séminaires, mais
aussi des promenades historiques, des investigations sur l’écologie,
l’éducation etc. Il y a un volet touristique ou l’on accueille des
jeunes de la diaspora etc.

L.P.P- Me Bell quelle est votre position sur le projet d’amendement de la constitution?

Me Bell-
Je me suis déjà opiné là-dessus. L’amendement est une nécessité, mais
pas une urgence. Et si nos hommes et nos femmes politiques continuent à
gérer le pays avec cette même méthodologie de « manfoubins », à
concevoir la nation comme une vache à lait où l’État est une confrérie
de médiocres, de coquins et de corrompus, à quoi bon changer la
constitution ? Mais si l’on veut faire les choses autrement, il faut
l’amender, le peuple haïtien doit se prononcer sur son système de
défense nationale sans lequel il n’y aura pas de développement, sur
l’intégration des haïtiens jouissant de la nationalité étrangère. «
Ayiti pa ka gen pitit deyò ».

L.P.P- Continuez-vous à écrire, Me Bell

Me Bell-
Oui mon cher, j’ai un deuxième ouvrage qui doit paraître sous peu, il
s’intitule: Deux siècles de deuil et de conflits et comme sous titre «
Pèp debout, dirijan ajenou ».

L.P.P- Me Bell,
au cours de votre exil aux USA les jeunes haïtiens de Broward ont
bénéficié beaucoup de vous, et ils témoignent chaque jour leur
reconnaissance à votre égard, donc ils seront très contents de lire
cette interview. Quel est votre dernier mot?

Me Bell-
Mon dernier, c’est mon indignation sur ce qui se passe à la citadelle
cette semaine. Un groupe de cinéastes français utilisent la citadelle
pour dérouler un film. Ils utilisent l’espace non seulement pour leur
projet cinématographique, mais aussi comme lieu de séjour. Ils dorment,
couchent et vivent à la citadelle comme dans un ménage ou un
appartement avec toutes les pratiques qui ne s’accommodent à un lieu
sacré, telles les batteries de cuisines, exposition des linges etc. La
haut le marché de la prostitution va à merveille, voilà un choc pour
les habitants de la zone. Pour visiter, c’est une faible portion qui
est réservée pour seulement trente minutes. Donc on ne s’oppose pas au
projet en soi, mais les cinéastes pourraient dormir à Milot, et monter
chaque jour à la citadelle. Transformer la Citadelle en Motel est
inadmissible, et je pense que le cinéaste haïtien M. Raoul Peck, ancien
ministre de la culture, qui accompagne ces gens pourrait avoir un
comportement plus patriotique.
Haïti avant tout et malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
 
di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: