Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -24%
LG OLED55CX6 – TV OLED UHD 4K – 55″ ...
Voir le deal
1099 €

 

 Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? EmptyVen 22 Mai 2009 - 11:20

Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?





vendredi 22 mai 2009http://www.alterpresse.org Jean Claude Chérubin
Soumis à AlterPresse le 22 mai 2009


Le secrétaire général de l’ONU M. Ban Ki-moon s’est invité chez nous
flanqué de l’ancien président américain Bill Clinton. Ils sont
officiellement en mission d’évaluation de la capacité de la
« communauté internationale » à faire face au défi haïtien. Abordé
semble-t-il avec un regain soudain et insolite d’optimisme en pleine
crise financière internationale sur fond de récession économique.


Pour cette
« expédition » diplomatique, les membres du Conseil de sécurité ne
seront pas en reste. Ils viendront examiner d’eux-mêmes cette curiosité
des relations internationales que constitue décidément Haïti. Et en
même temps évaluer le piétinement de la Mission des Nations Unies pour
la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) sur le terrain. Dans la foulée des
rapports « alarmants » et d’une détérioration évidente de la situation
catastrophique du pays et la corruption qui gangrène ce qu’il lui reste
d’appareil gouvernemental, qu’est ce qui peut bien raviver l’espoir de
la communauté internationale ?[/size][/font][/b]


Tout esprit
pour le moins lucide est porté à se questionner sinon à s’inquiéter de
cette brusque sollicitude et ce changement de vitesse dans le
traitement du dossier de cette île des caraïbes. Quand l’ONU et l’oncle
Sam se donnent la main, on peut être sur que le laboratoire va
soumettre le cobaye haïtien à une de ces expérimentations dont il a le
secret. Tel un lapin sorti du chapeau d’un magicien on nous assène de
manières récurrentes des fausses sorties de crise dont la seule vertu
est de nous rendre plus dépendante, plus déchirée, plus misérable.[/size][/font][/b]


Que nous réserve de neuf le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?


Le
journaliste canadien Jocely Coulon a découvert, sans rire, dans ce
qu’il faudra appeler désormais "le plan Collier" « une lueur d’espoir
pour Haïti ». Très sérieusement, qui pourrait avaler que tout ce paquet
de puissantes personnalités se soit mis ensemble pour nous indiquer
comment exploiter nos mangues et construire des routes !!! Grotesque
insulte à l’intelligence, mais bien méritée pour nos pseudos élites qui
ont préféré opter pour l’ignominie au lieu d’embrasser la mission
historique du peuple. La meute politicienne obnubilée par un os de
pouvoir à saliver perd tout sens de l’intérêt national. Elle (s’en)
fonce tête baissée, s’entredéchirant, sniffant un poste ministériel ou
électif présenté comme un appât par l’internationale et/ou l’équipe
locale mise en scelle…


Pendant que
se poursuit cette politique spectacle alimentée de scandales en écran
de fumée, les décisions sérieuses sont prises en hauts et obscurs lieux
à l’insu de la nation. La courageuse gesticulation de notre
modélisateur national apparaît comme un baroud d’honneur « kabrit fin
pase l ap rele fèmen baryè » (voir sa note de protestation Le
Nouvelliste mercredi 4 mars). D’autant que son fameux "PRAIS" s’inscrit
lui aussi dans cette dynamique de liquidation de la dignité nationale.
Pour ne pas sombrer dans le ridicule en qualifiant ces propositions de
plan pour Haïti, il est impératif de découvrir ce qu’il ne dit pas.
Sous quel régime juridique international sera-t-il implémenté ? La
fameuse question que tout un chacun essaye maladroitement d’occulter et
qui est au centre du débat : le statut d’Haïti.[/size][/font][/b]


En fait le
rapport Collier à regarder de près est un constat d’échec de l’ONU via
la MINUSTAH. Après cinq ans de mandat, doté d’énormes moyens
techniques, financiers, humains, cette intervention ne peut présenter
comme résultat que d’avoir soumis des bandes de bandits armés prêts à
tout moment à refaire surface. La situation socioéconomique est de plus
en plus alarmante. L’instabilité politique est loin d’être résolue. Les
institutions sont plus que jamais défaillantes. La menace migratoire et
le trafic de la drogue qui constituent le véritable dada de notre
puissant voisin demeurent une grande préoccupation. Même la tenue des
élections régulières qui sert à présenter une façade démocratique n’a
pu être assurée. Les émeutes de la faim d’une rare violence sont venues
ébranler le fameux processus de stabilisation cher au président et
emporter le gouvernement qui ne sera remplacé qu’après plusieurs mois
de tergiversations.[/size][/font][/b]


Le ras le
bol envers les troupes onusiennes a franchi à l’occasion une phase
sensible. En effet, la MINUSTAH a gagné en discrédit et en hostilité
suite à son implication répressive dans les immenses manifestations
populaires, ce qui a finit par salir complètement ce qui lui restait
d’image dans le pays et confirmer sa posture de force d’occupation.
Enfin la nature s’est mise de la partie avec quatre ouragans
dévastateurs mettant à nu la situation catastrophique du pays.[/size][/font][/b]


Bref tous
les indicateurs sont au rouge. Force est de constater que la plupart
des facteurs qui militent en faveur d’Haïti en rapport avec les autres
états faibles (Collier) sont historiques et non liés à la présence de
l’internationale. Proximité avec la république dominicaine ; absence de
guerres tribales ou de tensions ethniques, pour ne citer que ceux-là.
Ce qui devrait indiquer la capacité des Haïtiens à se prendre en charge
en toute souveraineté dans le cadre d’une solidarité internationale
bien comprise.[/size][/font][/b]


En outre on
doit se résoudre en toute probité à reconnaître que toute critique de
la situation actuelle d’Haïti s’adresse aussi à l’internationale.
Malgré les tentatives maladroites pour l’en dissocier, l’échec est
autant imputable à l’ONU qu’aux autorités locales. Les rapports qui
font état de la corruption généralisée qui gangrène l’appareil
judiciaire par exemple épinglent autant sinon plus des pays étrangers
et des institutions internationales que les "dirigeants" haïtiens. Sans
même devoir relever l’ingérence des forces extérieures dans le choix de
ces derniers qui sont en fait l’instrument de leur politique.[/size][/font][/b]


Avec le
débarquement de cette énième « commission Civile » on peut augurer
qu’une forme ou une autre d’accélération de notre « prise en charge »
est décidée dans la foulée de l’arrivée de l’administration Obama -
Clinton. Du genre de ce qu’on appelle dans le jargon international
actuel, colonialisme de troisième type ou « colonialisme de
nécessité » : « C’est-à-dire la prise en charge ou la mise sous tutelle
internationale d’États faibles dont le désordre politique ou l’absence
de gouvernance interne menacent la stabilité régionale ou tout
simplement la vie des populations…. » (Benoit D’Abeville). N’est ce pas
ce que suggèrent les fameux rapports précédant comme par hasard
l’arrivée de nos chers « amis protecteurs » en plein « welewele »
électoral ?[/size][/font][/b]


A bon entendeur salut


Restons malgré tout réalistes. Visons l’impossible.6 Mars 09
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Re: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? EmptyVen 22 Mai 2009 - 11:51

Voyez aussi:

«Que fait vraiment le Canada en Haïti?». Il est publié dans LML du 20 mai 2009.
http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2009/Q39098.htm

L'anglais est également publié dans le TMLD:
http://www.cpcml.ca/Tmld2009/D39100.htm

Le LML et le TMLD du 19 mai 2009 sont aussi consacrés à Haiti:

Non à l'ingérence étrangère! Canada, hors d'Haïti!
http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2009/Q39097.htm#1

No to Foreign Interference in Haiti!Get Canada Out of Haiti!
http://www.cpcml.ca/Tmld2009/D39099.htm#1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Re: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? EmptyVen 22 Mai 2009 - 15:38

Merci des liens intéressants
Revenir en haut Aller en bas
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 24/08/2006

Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Re: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? EmptyVen 22 Mai 2009 - 16:09

Ti Chérubin wap byen mennen !!!









Amoph
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Re: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? EmptySam 23 Mai 2009 - 2:07

Haïti sous haute surveillance



<BLOCKQUOTE>
vendredi 22 mai 2009
</BLOCKQUOTE>
<BLOCKQUOTE>
Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Rubon13
Par Nancy Roc
Soumis à AlterPresse le 22 mai 2009
Quatre sujets ont dominé l’actualité en Haïti cette semaine : la nomination de Bill Clinton comme envoyé spécial de l’Organisation des Nations Unies (Onu), le message du 18 mai du président René Préval, les intempéries et le salaire minimum qui continue à faire des vagues.
Le 19 mai écoulé, l’ancien président américain William Jefferson Clinton a été nommé envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, a annoncé Michèle Montas.
Selon la porte-parole du Secrétaire général de l’Onu, Clinton aura pour mission « d’appuyer les efforts des autorités haïtiennes visant un développement économique et social durable, de sensibiliser les donateurs à l’extérieur » à honorer leurs promesses envers Haïti et de « promouvoir le renforcement des capacités locales et la création d’un avenir meilleur » pour notre pays.
Pour éviter tout malentendu, elle a tenu à souligner que la mission de l’ancien président américain n’a rien à voir avec le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
Un communiqué des Nations Unies, daté du 18 mai 2009, indique qu’en apprenant la nouvelle de sa nomination comme émissaire de l’Onu pour Haïti, Clinton a déclaré que « le bilan des catastrophes naturelles survenues l’année dernière est lourd mais le gouvernement et le peuple haïtien ont la détermination et la capacité de « mieux reconstruire » non seulement en vue de réparer les dégâts subis mais de jeter les bases du développement durable auquel ils aspirent depuis si longtemps » [1]
Clinton au gouvernail
L’annonce de cette nomination crée une nouvelle donne politique en Haïti : la reprise en main du dossier haïtien par Washington, via l’Onu. Cette nomination consacre l’éviction des Latino-Américains et représente la réponse de l’administration Obama à l’impuissance et à l’irresponsabilité des dirigeants haïtiens, concrétisant du même coup la déclaration faite par Ban Ki Moon le 10 mars dernier, lors d’une visite de 24h en Haïti avec Clinton. Cette visite s’inscrivait dans le cadre des préparatifs nécessaires à la mise en œuvre du rapport de Paul Collier, rédigé à la demande du Secrétaire général de l’Onu.
Avec cette nomination, Haïti a un nouveau patron, même si son salaire annuel ne sera que d’un dollar ! Ainsi, Heidi Annabi et René Garcia Préval sont relégués au second plan et devront exécuter à la lettre les instructions de leur supérieur hiérarchique.
Au-delà de la nomination de Clinton
Vingt quatre heures avant la nomination de Clinton comme nouvel émissaire des Nations unies pour Haïti, une dépêche de l’agence Associated Press annonçait l’événement en soulignant « Bill Clinton est populaire chez nombre d’habitants d’Haïti, pour avoir brandi la menace d’une action militaire quand il était président en 1994 pour permettre la fin de la dictature et rétablir le président élu Jean-Bertrand Aristide au pouvoir ».
Faisons le point sur cette question : la popularité de Clinton en Haïti a été sérieusement érodée au cours des dernières années, principalement pour deux raisons :
• la première est que nombreux sont les Haïtiens qui n’ont pas pardonné à Clinton d’avoir rétabli Aristide dans ses fonctions et, surtout, d’avoir renforcé l’embargo décrété par l’Organisation des Etats américains (Oea) et l’Onu contre le pays et dont le bilan, notamment sur la santé des enfants, n’a jamais été dressé. Personne n’a oublié non plus la fermeture unilatérale des comptes bancaires détenus aux États-Unis d’Amérique par des milliers de simples citoyens haïtiens qui n’étaient mêlés ni de près ni de loin au coup d’État de 1991 ;
• la seconde relève du désenchantement régnant dans le camp de La Fanmi Lavalas. En effet, alors même que les partisans d’Aristide faisaient croire que la venue de Clinton faciliterait le retour de leur chef, l’ex-président américain avait déclaré à Cité Soleil qu’il fallait regarder vers l’avenir. Pour Clinton, la page d’Aristide était donc clairement tournée. Cette volte-face n’a certainement pas plu aux lavalassiens. D’autre part, ceux qui pensent encore que la nomination de Clinton pourrait avantager le retour d’Aristide ne comprennent rien à la politique internationale et encore moins à la nouvelle politique américaine.
Enfin, n’oublions pas que le camp Démocrate américain a été soupçonné, sous la présidence de Clinton, de tremper dans plusieurs dossiers de corruption, notamment au niveau de la compagnie nationale de télécommunications (TÉLÉCO). Ainsi, comment Clinton pourra-t-il convaincre la Communauté internationale d’aider un pays classé parmi les trois États les plus corrompus de la planète ? Or sans une lutte farouche contre la corruption, on ne peut envisager le développement d’Haïti.
Michèle Montas, elle, a bien eu raison de souligner que la mission de Clinton n’avait rien à voir avec celle de la Minustah. En effet, Obama - bien plus fin que Georges W. Bush - est passé par le biais des Nations Unies pour avancer sur le terrain politique haïtien, mais c’est bien la politique américaine qui prend ainsi un nouveau tournant dans notre pays et non celle des Nations Unies.
De l’inutilité des gouvernants
À l’occasion du 206e anniversaire du drapeau national, le président René Préval a plaidé pour une indépendance économique.
« Aujourd’hui, nous devons mener une autre forme de lutte afin d’aboutir à notre indépendance économique, dont l’inexistence rend fragile notre indépendance politique », a-t-il déclaré à l’Arcahaie le 18 mai dernier.
« Nous dépendons trop de l’aide étrangère », a-t-il ajouté.
Comment sortir de l’assistanat international ?
« Répondre à cette question n’est pas chose facile, estime Préval qui appelle la population au dialogue et à la solidarité. Mais c’est un devoir pour nous de protéger notre indépendance politique par une indépendance économique ».
Selon Préval, la stabilité politique et la sécurité nationale sont déjà réunies. Il faut désormais créer des emplois en redynamisant surtout le secteur agricole et augmenter également le prix de la main-d’œuvre.
Le locataire du Palais national a annoncé la poursuite et le démarrage d’un ensemble de travaux d’infrastructures routières, l’augmentation de 60 mégawatts de courant électrique, la récupération de plus de 100 millions de dollars dont bénéficiait l’Électricité d’Haïti en termes de subvention et l’annulation probable en juillet prochain de la dette externe estimée à plus de 1 milliard de dollars américains. Malgré ces annonces, l’accueil de la foule présente a été plutôt froid.
Et pour cause !
Trois ans après son retour au pouvoir, le bilan du président est bien maigre. Mis à part le retour à une certaine sécurité -principalement due aux forces de la Minustah-, René Préval tire inexorablement le pays vers le bas. En l’absence d’un Parlement efficace, de partis politiques structurés, d’une véritable opposition et d’une société civile active, il est seul à la tête d’un pouvoir de pacotille qu’il essaye de renforcer en plaçant ses hommes au Parlement.
Le chef de l’État prône une indépendance économique sans y croire lui-même. Idem pour la production agricole qu’il brandit dans tous ses discours du 18 mai, sans apporter les fonds ou la modernisation nécessaire à la dynamisation de ce secteur vital pour le pays.
Comment parler décemment de redynamiser l’agriculture alors que le nettoyage et la réhabilitation de certaines régions, durement affectées par le passage des derniers cyclones, n’ont toujours pas été effectués ? D’autre part, comment prôner une indépendance économique sans une lutte féroce contre la corruption et l’intégration de la diaspora dans le développement d’Haïti ?
La Communauté internationale n’est pas dupe et la nomination de Clinton en est la preuve. Lors de la conférence de presse du 19 mai écoulé, la porte-parole de Ban Ki Moon a souligné que « le mandat du président Clinton s’adresserait strictement à des problèmes économiques et sociaux ».
Les dés sont donc jetés : face à l’impuissance et à l’irresponsabilité des dirigeants, la Minustah continuera de garantir une certaine stabilité politique en Haïti alors que Clinton servira d’avocat international pour Haïti, comme précisé par Mme Montas, afin d’assurer le développement économique et social d’Haïti.
Devant un tel schéma tout tracé pour notre République, la question suivante se pose désormais : quelle est l’utilité de nos gouvernants aujourd’hui ?
Si, il y a 50 ans, Graham Green utilisait le terme de comédiens pour qualifier les autorités haïtiennes, aujourd’hui elles sont devenues tout simplement des marionnettes.
Le plus ancien quotidien d’Haïti s’interroge aussi sur la nomination de Bill Clinton, « présenté comme « un avocat international pour Haïti », même quand les nationalistes modérés voient déjà en lui le « nouveau gouverneur général ». Il aura « la lourde tâche d’appuyer les efforts des autorités haïtiennes en vue du développement économique et social durable du pays et de promouvoir le renforcement des capacités locales et un avenir meilleur pour Haïti . Qui va appuyer qui ? Qui va orienter quoi ? », se demande Le Nouvelliste dans son éditorial du 20 mai dernier, en ajoutant : « Qui faudra-t-il blâmer quand on s’apercevra que « plus ça change, plus c’est la même chose » ? Qui sera responsable du sous-développement ou du mal-développement du pays ? Comment des responsables d’un pays peuvent-ils accepter qu’un étranger, qui perçoit un salaire symbolique d’un dollar US annuellement, fasse le travail de développement économique et social à leur place ? ».n [2]
En fait, la nomination de Clinton n’est finalement que l’aboutissement logique de 18 ans d’incurie lavalassienne et de la démission des élites politiques, économiques et sociales haïtiennes, ce qui fait d’Haïti une honte et une menace pour la région.
Une situation alarmante
À l’approche de la saison cyclonique, et malheureusement comme nous l’avions prévu, la dégradation environnementale du pays s’accentue. L’alerte rouge a été lancée dans plusieurs départements du pays, alors que 10 morts sont déjà recensés suite aux inondations dans les villes de St Marc (Artibonite, Nord), Les Cayes (Sud), Léogane (Ouest) et Gonaïves (Artibonite, Nord).
Les boat people continuent de quitter le pays et sont automatiquement rapatriés quand ils ne périssent pas au cours du trajet Haïti-Floride, comme le 16 mai dernier où 10 de nos compatriotes sont décédés suite au naufrage d’une embarcation surchargée.
Face au scénario catastrophe qui s’annonce pour la prochaine saison cyclonique, force est de constater l’incapacité des autorités haïtiennes à assumer leurs responsabilités, alors que des millions ont été investis dans des élections-sélections pour des sénateurs dont certains sont ou quasiment analphabètes ou proches des milieux de la drogue et/ou du crime organisé.
Selon nos dernières informations, Préval serait non seulement embarrassé par la nomination de Clinton, mais encore aurait renoncé à son projet de réviser la Constitution de 1987 en vue de briguer un troisième mandat.
Sans création d’emplois et avec la menace que fait peser le vote de la Loi sur le salaire minimum, René Préval a raison de dire qu’à présent « Gouvènman an sòti nan dodo meya pou pase nan jamè dodo ». [3]
En effet, comment trouver le sommeil lorsqu’en prônant le populisme, il n’a fait qu’augmenter la misère et la précarité du peuple haïtien ?
Nancy Roc, Montréal, 20 mai 2009




[1] Nations Unies, Communiqué nommant (Nomination) du Président Clinton au Poste d’envoyé Spécial des Nations unies en Haïti, New York / Port-au-Prince, le 18 mai 2009.

[2] Le Nouvelliste, L’actualité en question, 20 mai 2009.

[3] Le gouvernement est sorti de sa léthargie et a décidé de ne plus jamais dormir.




</BLOCKQUOTE>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty
MessageSujet: Re: Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?   Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Haïti : Que nous réserve le quartet « Jan, Obama, Ban, Clinton » ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: