Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-12%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Manette Switch Pro
52.99 € 59.95 €
Voir le deal
-42%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Extreme PRO 128 Go
39.99 € 68.99 €
Voir le deal

 

 Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.

Aller en bas 
+5
Marc H
ed428
revelation
piporiko
Joel
9 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyDim 28 Juin 2009 - 10:46

Rappel du premier message :

Gen yon bagay ki ap devlope la a ,lan ONDIRAS.

lame fè prezidan an prizonye lan palè an.
Si se te BUSH ki te o pouvwa ,pa t ap gen dout ,misye t ap bay f e vèt ak tantativ koudeta sa a.
Sa t ap fasil anpil ,paske ZELAYA SE se yon gochis,se yon alye HUGO CHAVEZ e misye ap chache chanje konstitisyon an ,pou l pran yon lòt manda.
Swivan jan OBAMA reyaji ,jwèt lan ap vin pi klè pou apranti pouchis yo ann ayiti!:

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39713561@7-37,0.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 9:57

elephant


Dernière édition par lent=slow le Lun 7 Sep 2009 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 10:25

Chavez deja akize Etazini ke li dèyè kou an.
Se sa k fè OBAMA pran lan yon angrenay.Zelaya se yon alye pwòch CHAVEZ,kididonk se lan enterè Etazini koudeta a ye .

Men tou si reyaksyon Etazini an tyèd ,y ap ba Chavez rezon ke Etazini dèyè kou an.

Tankou Fidel di l ,koudeta a pa p siviv san apwi Etazini ,paske lòt peyi lan Amerik lan pa gen okenn enterè pou koudeta a triyonfe ,apske tankou pwovèb lan di l "Lè bab vwazen an pran di fe....."

Nou gen dwa di tou se fòt gouvènman sa yo tou ,byen ke ZELAYA pa t ko o pouvwa.Mesyedam yo pa t pwoteste ase kont koudeta BUSH ann Ayiti an ,an 2004.

Men sa NYTIMES di de koudeta a:
http://www.nytimes.com/2009/06/29/world/americas/29honduras.html?_r=1&hp=&pagewanted=all
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9902
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 10:36

Citation :

«Si je suis encore ici, c’est grâce aux États-Unis qui n’ont pas soutenu le coup d’État.»



Citation :

«Si les États-Unis ne sont pas derrière ce coup d’État, les putschistes ne pourront pas conserver le pouvoir.»

Manuel Zelaya, Président déchu du Honduras
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 11:08

Mwen pa kwè koudeta sa ap reyisi.
Mpa konn si nou wè nan nouvel ki jan pep Onduryen tap pwoteste e menm MASPINEN solda yo. An nou suiv e mwen swete ke prezidan ap tounnen lakay li.
De toute façon,Chavez a déjà donné son avertissement qu'il donnerait un coup d'état à son remplacent.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9902
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 11:36

Je suis très intéressé par ce coup d'état. Si on accepte que le président peut modifier la constitution par référendum, cela facilitera un réféerendum haitien sur une nouvelle constitution. C'est ce qui m'intéresse dans ce coup d'État. Le reste appartient au peuple du Honduras.
Revenir en haut Aller en bas
revelation
Super Star
Super Star
revelation

Masculin
Nombre de messages : 3086
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 11:42

Que le gouvernement américain soit Républicain ou Démocrate l’intérêt de la nation a priorité.

Si le président d’Honduras Manuel Zelaya regagne son poste, se serait une victoire pour la gauche.

Chavez, Castro et les autres penseraient avoir feu vert et profiteront de la faiblesse de l’administration d’Obama pour propager leur agenda en Amérique Centrale et dans les Caraïbes.

Apparemment, la situation parait similaire que celui du Président Aristide en 1991.
Mais pas semblable en Février 2004 parce que, a l’époque l’armée était dissoudre.

Si sete sou gouvenman Bush la ke coup sa te fet, nou tout tap mande anraje.

Kom se sou yon gouvenman Demokrat ki o pouvwa, tout moun fe silans!!

Donk nou kap di ke se pa Repibliken selman ki fe coup Deta!!

Si gouvenman Obama fe Zelaya tounen avek 20,000 troup marines avek li.

Sa kap yon sign prekurse ke Zelaya kap disoud Lanmee Honduryenn nan e fe peyi'l la vinn menm jan ak Costa Rica.

Chavez pap vle disoud lamee Venezuela paske Chavez se yon ansyen militer tou.

Aristide e Zelaya se 2 sivil, yo kab mande pou yo kwaze lamee.

Kelkeswa rezilta sitiasyon sa, Obama ap gen anpil travay pou'l fe.

Se la ke nou pral we si misye gen taktik diplomatik pou rezoud problem sa.

Eske yo pral voye troup OAS ou byen l'ONU o Honduras???

Paske sanble ke tout neg ki eli demokratikman vle chanje constitisyon an e vle fe yon referandum pou yo kontinue ak pouvwa nan men yo indefiniman!!

Kandida popilist pa renmen remet pouvwa dapre la lwa!

Yo toujou pran kom pretex ke si pep la mande pou yo rete, fok yo rete paske se pep la ki mete yo!

E se laaa ke nou gen pwoblem ak sa.

Revelasyon
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9902
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 11:44

Citation :
Kandida popilist pa renmen remet pouvwa dapre la lwa!


Il se déclare à vie à certains égards...
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 12:42

Mwen pa konn [poukisa nèg kontinye ap repete zafè popilis sa a.

3/4 gouvènman ki opouvwa aktyèlman lan Amerik Latin yo ,jodi an se sa ou gen dwa rele gouvènman popilis yo.
Mwen t ap tande prezidan Ekwatè an CORREIA ,misye limenm di lli se yon sosyalis ,anti-kapitalis..
Donk si se koudeta ameriken yo ta renmen fè pou jete gouvènman sa yo,li fèt tanmen fè koudeta .
Diferans ki genyen kounye an ak tan lontan ,sè ke rapò de fòs yo pa menm jan li te ye anvan .
Revenir en haut Aller en bas
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 24/08/2006

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 14:32

Nan ane kap vini yo, si nou ta reyusi bay pèp ayisyen an posibilite manje, bwè, loje, swen de sante, lekol, la polis ranforse (pwen sa yo trè abordabl e mê'm trè elemantèr).

Pa gen anpil peyi nan Amerik la, ki tap kapabl rivalize avèk nou. An Ayiti, li tap fè bon vivr.

Larme Dayiti, prezidan Aristide kraze a, "du point de vue de la stabilité politique" permèt nou pran pluzyeur longueur davanse sou anpil lo't peyi. Gade sak pase "HONDURAS" !!!

Kou Deta militèr, jodya w plu tar, se nan lo't peyi pou nap tande sa.

Pou moun ki tap plenyen o sujè de disolusyon Larme Dayiti, depwi kelke tan, nou supoze ke yo kom'manse repran'n espri yo.

Yo konpran'n pou byen êtr peyi a, pou la pè, la stabilite, an gwo la sekurite se te finalman yon trè bo'n rezolusyon.









Amoph
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 18:19

Marc a écrit:
Citation :
Kandida popilist pa renmen remet pouvwa dapre la lwa!


Il se déclare à vie à certains égards...

POU KI SA PEP TOUJOU REELI YO?POZE TET OU KESYON AN.
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 18:21

Amoph a écrit:
Nan ane kap vini yo, si nou ta reyusi bay pèp ayisyen an posibilite manje, bwè, loje, swen de sante, lekol, la polis ranforse (pwen sa yo trè abordabl e mê'm trè elemantèr).

Pa gen anpil peyi nan Amerik la, ki tap kapabl rivalize avèk nou. An Ayiti, li tap fè bon vivr.

Larme Dayiti, prezidan Aristide kraze a, "du point de vue de la stabilité politique" permèt nou pran pluzyeur longueur davanse sou anpil lo't peyi. Gade sak pase "HONDURAS" !!!

Kou Deta militèr, jodya w plu tar, se nan lo't peyi pou nap tande sa.

Pou moun ki tap plenyen o sujè de disolusyon Larme Dayiti, depwi kelke tan, nou supoze ke yo kom'manse repran'n espri yo.

Yo konpran'n pou byen êtr peyi a, pou la pè, la stabilite, an gwo la sekurite se te finalman yon trè bo'n rezolusyon.









Amoph



POLITICHEN LAKAY NOU PA JANM PRAN LESON.LI SIFI BLAN AN DI YO AL MODE POU WE DEGENN YO.
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 19:10

Le peuple a le droit de s'insurger!
Article 3 de la Constitution Hondurienne: "Personne ne doit obéissance à un gouvernement usurpateur ni à qui exercerait des fonctions ou emplois publics par la force des armes, ou encore en utilisant des moyens et procédés qui brisent ou nient ce que cette Constitution et les lois établissent. Les actes établis par de telles autorités sont nuls. Le peuple a le droit de S'INSURGER en défense de l'ordre constitutionnel".
Lundi 29 juin à 22h56(LIBERATION.FR)
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyLun 29 Juin 2009 - 19:16

..
..je crois que tu confonds tout, il ne s'agit pas ici de Chavez, mais d'un président légitime qui est chassé du pouvoir par un coup d'état. On peut être de droite et rester objectif. Que dirais-tu si demain Sarko était viré par l'armée au seul prétexte qu'il veut organiser un référendum ?

La paix et l'équilibre du monde peuvent être mis en danger à cause de tels comportements. Et concernant Chavez, il me semble normal qu'un état se porte au secours d'un de ses alliés. Souviens qu'il y a 60 ans, on a laissé hitler envahir la Pologne avec les conséquences qu'on sait. Mais ça bien sûr à droite, beaucoup l'ont cautionné comme aujourd'hui ils cautionnent la situation au Honduras...
Lundi 29 juin à 19h06
...tu as raison lorsque tu parles de "fanfaronnade" de Chavez, mais il est ainsi, prompt à venir jouer les Zorro dès qu'on s'en prend à ses mais. Mais tu exagères à ton tour (je reconnais y être allé un peu fort), car en le traitant comme tu le fais, tu le sous-estimes vraiment. Il n'a assurément pas les moyens militaires de se frotter aus US, puisque ce sont les vrais responsables de cette situation.

Mais pour le reste, je veux dire au niveau politique et économique, les pays occidentaux dans leur ensemble devraient prendre exemple sur lui, ce qu'ils ont du reste commencé à faire, puisque même les USA nationalisent. Il se bat contre un système dont nous venons de voir les limites, et qui à mon sens à vécu. Ne vas pas croire non plus que je suis partisan d'un communisme tel que nous l'avons connu par le passé. Mais un état doit être fort, et pour ça il doit maîtriser certains secteurs de son économie, ceux qu'on ne peut pas laisser aux spéculateurs.
Lundi 29 juin à 20h21


Les EUA et les bananes (entre autre)
Visiblement les EUA commencent à ne plus supporter de voir les anciens pays d'Amérique Centrale et/ou Latine passer les uns après les autres de la tutelle de la CIA à des régimes de gauche.
Le plus drôle est quand même de voir les réactions outragées des bien-pensants à sens unique. Quand un ultra-libéral déguisé en social-démocrate ou, pire, en socialiste, se fait élire après une campagne bien à gauche et appliquer, une fois au pouvoir, une politique de casse-sociale qui ruine et précarise ceux qui ont cru aux sirènes, les bien-pensants à sens unique crient au génie, à la modernité, au "courage politique".
Et, les mêmes bien-pensants à sens unique, crient au dictateur, à l'escroc quand le schéma inverse se produit. Quand un politique se fait élire avec un programme libéral et vire, une fois élu, à gauche, cela ils ne le supportent pas.
Quoi qu'en dise la CIA, qui est, sans nul doute derrière ce coup d'État, la population hondurienne, celle qui habituellement est la première victime des politiques menées par les fantoches des EUA, soutient le Président débarqué.
Les EUA ont-ils décidés que la récréation était finie et qu'il était temps de reprendre la main ? Ce qui s'est passé au Mexique, même si a position géographique de ce pays n'est pas comparable, et ce qui se passe dans plusieurs pays d'Amérique Latine semble l'indiquer. Les EUA sont toujours aussi peu enclins à voir le peuple d'Amérique prendre son destin en main. Surtout si cela va à l'encontre des intérêts étazuniens.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 7:31

Yè ,mwen t ap tande yon spesyalis sou politik ak istwa Amerik Latin (New York Univ.) ki t ap etabli paralèl ant koudeta 2004 ann Ayiti an ak koudeta Ondiras lan.Se te sou "Democracy Now"

Mesye yo kopye sa k te pase ann Ayiti an ,a la diferans ke Ann Ayiti se te yon lame mèsenè.
Yo menm di ke ZELAYA te siyen yon lèt demisyon e menm jan te gen nèg lavalas ki te al jwenn GNBis ,gen moun lan pati Zelaya yo ki rejwenn poutchis yo.
Ayiti se te yon presedan,gòch Amerik Latin lan pa t kanpe kont koudeta ann Ayiti an;si yo pa veye zo yo ,koudeta fèt kòmanse!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 10:00

elephant


Dernière édition par lent=slow le Lun 7 Sep 2009 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 10:38

Mwen wè ou remake sa tou.

Moun yo ap voye pataswèl,kalòt sou militè yo e yo pa reyaji?

Ann Ayiti ,mwen pa bezwen konnen,menm si yo ta ba yo lòd ,militè ou polisye nou yo t ap blayi moun sa yo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 11:58

Joel a écrit:
Yè ,mwen t ap tande yon spesyalis sou politik ak istwa Amerik Latin (New York Univ.) ki t ap etabli paralèl ant koudeta 2004 ann Ayiti an ak koudeta Ondiras lan.Se te sou "Democracy Now"

Mesye yo kopye sa k te pase ann Ayiti an ,a la diferans ke Ann Ayiti se te yon lame mèsenè.
Yo menm di ke ZELAYA te siyen yon lèt demisyon e menm jan te gen nèg lavalas ki te al jwenn GNBis ,gen moun lan pati Zelaya yo ki rejwenn poutchis yo.
Ayiti se te yon presedan,gòch Amerik Latin lan pa t kanpe kont koudeta ann Ayiti an;si yo pa veye zo yo ,koudeta fèt kòmanse!

En excluant Chavez.
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 17:27

White House Won't Apply Haiti Precedent To Honduras by John Gizzi (more by this author)
Posted 06/30/2009 ET
Updated 06/30/2009 ET

In the wake of the weekend uprising in Honduras that drove President Manuel Zelaya into exile and the Honduran Congress’s subsequent election of congressional leader Roberto Micheletti as interim president, the Obama Administration refuses to recognize the new regime -- even though the succession to the presidency is in total accordance with Honduran law.

In not recognizing Micheletti (who was elected to serve until the end of Zelaya’s term in January), the Obama Administration demonstrated a sharp difference from the response of the Bush Administration to the last coup in the Carribbean. That was in February 2004, when Haiti’s President Jean-Bertrand Arisitide was overthrown following widespread reports of his government’s intimidation of opponents. After weeks of trying to convince Aristide to have a dialogue with opposition leaders, the Bush Administration promptly recognized newly-minted President Boniface Alexandre. As Alexandre was chief justice of Haiti and next in line to the presidency, his succession was fully in line with the Haitian Constitution. (Alexandre served the remainder of Aristide’s term until February 2006, when current President Rene Preval was elected).

At the White House press briefing Monday (June 29th), I noted the similarities between the coup and succession in Haiti five years ago and those in Honduras over the weekend and asked why the Administration did not follow precedent and recognize Micheletti as president.

“Because I think what we saw over the course of the weekend was a severe disruption in any sort of democratic norm,” Press Secretary Robert Gibbs told me, not offering any specifics as to how it differed from that in Haiti in 2004, “We're seeking to restore that democratic norm in Honduras and haven't changed the recognition of who we believe is the President of that country.”

Since the ’04 succession of Haiti’s Alexandre was fully constitutional, it did not violate the Inter-American Democratic Charter, signed in Lima, Peru on September 11, 2001 by the 34 member nations of the Organization of American States. The Charter condemns what it calls “an unconstitutional [italics added] interruption of the democratic order or an unconstitutional aleration of the constitutional regime that seriously impairs the democratic state.”

Although President Obama has said that the coup against Zelaya was “not legal,” there is no solid evidence that Honduran law or the rules of the OAS have been violated.

Noting that Zelaya himself defied the Honduran Supreme Court by attempting to hold a referendum that might have led to his being able to run for re-election, Mary Anastasias O’Grady wrote in today’s (June 29th) Wall Street Journal: “Honduras is fighting back by strictly following the constitution.

The Honduran Congress met in emergency session yesterday and designated its president as the interim executive as stipulated in Honduran law. It also said that presidential elections set for November will go forward. The Supreme Court said that the military acted on its orders.”
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMar 30 Juin 2009 - 23:37

Zelaya annonce son retour au Honduras, escorté de chefs d'Etat






Fort d'un solide soutien au sein de la communauté internationale, le président du Honduras, Manuel Zelaya, annonce qu'il retournera dans son pays jeudi en tant que chef de l'Etat et escorté par plusieurs dirigeants sud-américains.
Il a précisé que le président de l'Assemblée général des Nations unies, Miguel D'Escoto, la présidente argentine Cristina Fernandez, le président équatorien Rafael Correa et le président de l'Organisation des Etats américains (OEA) Jose Miguel Insulza avaient promis de l'accompagner.

Le ministre par intérim des Affaires étrangères du Honduras, Enrique Ortez, a affirmé mardi que Zelaya serait arrêté s'il revenait dans son pays.
Enrique Ortez a précisé que le président déchu était sous le coup de poursuites judiciaires pour violation de la Constitution et pour d'autres délits.
Invité à s'exprimer devant l'assemblée générale de l'ONU, Zelaya a précisé qu'il entendait retourner au Honduras pour achever son mandat, mais a annoncé qu'il ne briguerait pas de réélection.
Acteur majeur sur l'échiquier du continent, les Etats-Unis ont annoncé que le président hondurien déchu allait probablement rencontrer des responsables du département d'Etat s'il se rend à Washington.
En revanche, aucune rencontre n'a été organisée avec Barack Obama.
APPEL DE L'ONU
Zelaya doit prendre part à un sommet extraordinaire de l'OEA qui est prévu à Washington mardi en fin d'après-midi, après s'être exprimé devant les Nations unies.
"Il veut se rendre à Washington et participer à l'assemblée générale extraordinaire de l'Organisation des Etats américains", a précisé Ian Kelly, porte-parole du département d'Etat. "S'il vient ici et, cela est probable, des responsables du département d'Etat envisagent de le rencontrer."
L'assemblée générale des Nations unies a adopté mardi une résolution par consensus condamnant ce qu'elle a qualifié de coup d'Etat et a demandé "le rétablissement immédiat et sans conditions du gouvernement légitime et constitutionnel" du Honduras.
L'assemblée générale a également appelé "de manière ferme et catégorique" ses 192 membres à ne reconnaître aucun autre gouvernement que celui du président Zelaya.
Aux pressions politiques se sont ajoutées des pressions économiques avec l'annonce par la Banque mondiale qu'elle "gelait" tous les prêts pour les programmes de développement dans le pays.
"Nous travaillons en étroite collaboration avec l'OEA et nous souhaitons que l'OEA gère cette crise conformément à sa charte démocratique", a déclaré Robert Zoellick, président de la Banque mondiale. "De fait, nous avons gelé nos prêts."
Le Honduras devait recevoir une allocation de 80 millions de dollars pour la prochaine année fiscale.
La crise entre Zelaya et les militaires s'était exacerbée avec la destitution du chef d'état-major, le général Romeo Vasquez, qui s'opposait à la tenue d'un référendum sur une modification constitutionnelle visant à permettre au président de briguer un second mandat de quatre ans.
La Cour suprême du Honduras s'était prononcée contre le limogeage du général Vasquez et avait demandé au chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2006, de le rétablir dans ses fonctions. Elle a indiqué avoir elle-même demandé à l'armée de l'évincer en raison de son intention d'organiser un référendum "illégal".
Manuel Zelaya a été arrêté dimanche à l'aube par des militaires qui l'ont envoyé au Costa Rica.
Version française Pierre Sérisier et Nicole Dupont
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 0:11

La bonne réputation


30/06/2009 - Faits et commentaires

Il y a 2 commentaire(s) associé(s) a cet article. Vous pouvez le(s) consulter et réagir à votre tour.

La bonne réputation


30 juin 2009 — Quand on a une réputation, comme dit le proverbe, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Ainsi raisonne-t-on à propos de la noble tradition des coups d’Etat en Amérique du Sud; dès que le bruit en raisonne, coup d’œil torve vers Washington. Celui du Honduras est le premier depuis la fin de la Guerre froide. Il n’empêche, le nerf est vif; on vous dit “coup d’Etat” en Amérique Latine, et vous répondez: “CIA!”. C’est presque, fort bienheureusement, pavlovien, – Pavlov, pas si bête après tout… Même le président des Etats-Unis, c’est-à-dire l’actuel, a dû réagir de la sorte, en apprenant la chose, avec cette question affreuse : “et si c’était vrai?”.
Il est vrai que l’affaire du Honduras est un bon cas fascinant, parce qu’il contient tout et son contraire, et permet à toutes les hypothèses de fleurir. C’est peut-être un coup de la CIA, mais pour quel avantage, et avec quelle maladresse, sinon l’effet d’obliger le président des USA et “la communauté internationale”, notre vertueuse UE comprise, à “s’aligner” sur Hugo Chavez? C’est peut-être un “coup” des militaires honduriens eux-mêmes, comme des grands, soutenus disons par l’oligarchie, selon le commentaire de circonstance, et un retour aux pratiques d’époques honteuses qui étaient, paraît-il, révolues dans notre époque vertueuse. C’est peut-être aussi un bienfait pour la démocratie puisque, vous dit-on également, le président exilé de force, s’apprêtait à faire une sorte de “coup d’Etat démocratique” pour conserver le pouvoir, contre l’avis de la Cour Suprême, le Parlement et la lettre de la Constitution.
Passons en revue l’exposé de ces diverses hypothèses qui ont pour elles, toutes, la vertu de la cohérence et le commentaire qui va avec.
• Hier 29 juin 2009, Antiwar.com résumait les observations peu favorables aux USA. (On peut aussi consulter le New York Times de ce 29 juin 2009, qui frissonne en constatant que l’affaire hondurienne peut faire ressurgir de mauvaises pensées à propos des USA, – qui, on le sait et on l’a vu avec Bush-Cheney & compagnie, se sont totalement amendés depuis.)
«Despite its long and sordid history of responsibility for Central American coups d’etat, the White House today insisted that the United States had absolutely no involvement in today’s military coup in Honduras. President Obama has criticized the coup and insists advisers are monitoring the situation.
»However at least two of the leaders of the coup are reported to have undergone training at the Pentagon’s controversial School of Americas, which will likely continue to fuel speculation at the US, even if it didn’t directly endorse the coup, sewed the seeds for it. […] The US has dispatched military forces to Honduras several times since the nation’s independence, principally to enforce the claims of United Fruit Company (now Chiquita) and Standard Fruit Company (now Dole) over the nation’s banana exports. Fruit exports remain a key part of the floundering Honduran economy.»
• Richard Gott, du Guardian, ce 30 juin 2009, prend à son compte la thèse du retour au “sale vieux temps”, où l’on traitait la démocratie à la pointe de la baïonnette («Honduras: Back to the bad old days? Does the rightwing coup in Honduras represent a return to the days of rule by violence in South America?»). Il ne s’intéresse pas particulièrement à la thèse de “la main de la CIA” et parle surtout d’un défi à Hugo Chavez, et à tous ceux, désormais très nombreux sur le continent sud-américain, qui sont à ses côtés:
«The coup in Honduras presents a huge challenge to the authority of Chávez in Latin America. Over the past ten years he has built up a powerful alliance of countries seeking new alternatives for political, social and economic development, other than the traditional recipes of privatisation and free trade presented by Washington. Virulently opposed by most of the continent's media, Chávez receives the grudging respect of most of the region's governments. He cannot allow one of his Central American protégés to be destroyed by a military coup.
»Chávez will have little difficulty in securing universal diplomatic condemnation of the action of the Honduran military (which bears a marked resemblance to the coup against him in Caracas in 2002), but a reversal of the coup will take place within the Central American (and Caribbean) context. Monday's emergency meeting of the Alba leaders in Managua may produce a framework for action, but much will depend upon the behaviour of the Honduran military commanders and on the reaction of people on the streets of Tegucigalpa. Were Zelaya's reforms sufficient to enthuse the country's poor majority to rise up to demand the return of their president – and to further radicalise the political process – as happened to Chávez in 2002? Or will the strong arm of the Honduras military be sufficient to end the crisis in the old Latin American way – with violence on the streets and behind closed doors?»
• Pour The Independent, par contre, les événements du Honduras marqueraient plutôt, surprise surprise, une victoire indirecte pour la démocratie. Le commentaire, dans l’éditorial de ce 30 juin 2009, insiste sur les ambitions très anticonstitutionnelles du président déposé et exilé et nous rappelle l’une ou l’autre leçon sur le bon exercice de la démocratie.
«The ousting of the Honduran President Manuel Zelaya by the country's military at the weekend has been condemned by many members of the international community as an affront to democracy. But despite a natural distaste for any military coup, it is possible that the army might have actually done Honduran democracy a service. President Zelaya was planning a referendum to give him power to alter the constitution. But the proposed alterations were perilously vague, with opponents accusing Mr Zelaya of wanting to scrap the four-year presidential term limit. The country's courts and congress had called the vote illegal. […]
»Honduras underlines that free votes only count if accompanied by a confident parliament, an independent judiciary, an unfettered media and impartial electoral monitors. The true test of a democracy's health is not the holding of elections. It is the possibility of power peaceably changing hands.»
• Quoi qu’il en soit, nous importe par-dessus tout la situation telle qu’elle est. Un autre texte de The Independent, ce même 30 juin 2009, la résume: le Honduras complètement isolé, condamné par tous les pays d’Amérique Latine, les USA, l’Union Européenne, etc. Les USA, observe le journal, «in the unfamiliar position of linking arms with the left-leaning bloc of Latin American countries». Bien évidemment, Chavez aux premières loges, parce que son pays est contigu au Honduras et que le même Chavez avait attiré le président Zelaya dans l’orbite de son rassemblement “progressiste”; Chavez qui éructe, appelle à la solidarité, aide le président exilé, demande des réunions internationales d’urgence; dito, Chavez comme défenseur de l’“ordre démocratique” tant chéri par l’Ouest et meilleur porte-parole de la “communauté internationale” contre les putschistes…
«The United States States stood alongside governments across Latin America voicing support for President Manuel Zelaya of Honduras one day after he was ousted and dispatched in his pyjamas to exile. After a few hours in Costa Rica, Mr Zelaya flew late on Sunday aboard a jet provided by President Hugo Chavez of Venezuela to the Nicaraguan capital, Managua. He remained there yesterday with Mr Chavez and other leftist leaders from the region. Meanwhile, the Organisation of American States (OAS), said it would recognise no other government in Honduras but that of Mr Zelaya. […] Honduras – a poor country of 7 million people that primarily exports coffee and also serves as a transit route for drugs headed for the US – faced isolation from most of the rest of the world… […]
»By condemning the takeover, Washington finds itself in the unfamiliar position of linking arms with the left-leaning bloc of Latin American countries that, until Sunday, counted Honduras as a member. […] However, conservative countries in the region, including the Mexican government, also moved to denounce those who ousted Mr Zelaya. For many Latin American nations, the events in Honduras provide an unwelcome reminder of unpleasant times when military coups were nearly routine. “We in Latin America can no longer accept someone trying to resolve his problem through the means of a coup,” said Brazil's President, Luiz Inácio Lula da Silva.» .www.dedefensa.org
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 0:11

Au nom de la dialectique “démocratie-droits de l’homme”


Il y a, on vous l’assure, quelque chose de fascinant dans les blagues et les contre-pieds que nous fait l’Histoire, la grande, la vraie. Placer l’affaire du Honduras une quinzaine après l’Iran, – et le monde médiatique de basculer cul par-dessus tête.
Nous ne nous battrons pas une seconde pour telle ou telle thèse, pour savoir qui a raison et qui manigance quoi dans ce pays de 7 millions d’habitants entouré de voisins qui vont désormais lui faire la vie très difficile. Il faut savoir classer les priorités plutôt que se perdre dans le dédale des révélations. Nous importe par-dessus tout ce qui fait aujourd’hui la vraie diplomatie de notre vertueux système, – c’est-à-dire la dialectique humaniste “démocratie-droits de l’homme”, la bonne réputation conformiste, l’alignement sur les consignes “démocratie-droits de l’homme”. On devrait savoir et admettre enfin que, dans cette époque politiquement anémiée, historiquement réduite aux automatismes de relations publiques, où les directions politiques capitulent devant la puissance médiatique encore plus que devant les forces financières et économiques, la dialectique “démocratie-droits de l’homme” est la première puissance régnante de la diplomatie occidentaliste et américaniste.
Les experts géopoliticiens, qui ne croient qu’à la force de la puissance terrestre (fondamentalisme de la géographie, en un sens), feraient bien d’observer la politique internationale de ces dernières années, pour constater la “puissance” du rôle tenu par la dialectique “démocratie-droits de l’homme”. (On pourrait remonter à 1990, car c’est à partir de la guerre civile en Yougoslavie que ce facteur de la dialectique “démocratie-droits de l’homme” est devenu l’élément essentiel des relations internationales. Ce constat n’a cédé aux apparences des agitations de la puissance américaniste que dans un court intervalle d’hallucination, de 9/11 jusqu’au début de l’échec de l’invasion de l’Irak, à l’été 2003, lorsque la réalité faussaire de cette puissance commença à être mise en lumière.) En général, dans notre époque, l’occupation principale des experts géopoliticiens est de tenter de donner après coup des explications géopolitiques à des décisions qui ont été imposées aux dirigeants politiques par la dialectique “démocratie-droits de l’homme”. Ce constat vaut évidemment pour l’Occident, les politiques occidentalistes et américanistes, dans une époque passée de la géopolitique à la communication comme moteur central des événements (l’“ère psychopolitique”).
La dialectique “démocratie-droits de l’homme” est aujourd’hui, par le simple enchaînement automatique de notre conformisme éclairé, du côté de Chavez, pestiféré infréquentable devenu pour un temps ex-pestiféré infréquentable. (Elle l’est aussi, plus largement, du côté des rassemblements “alternatifs” du continent, qui vont désormais jusqu’au Brésil, un des quatre pays du BRIC, et à l’Argentine.) Cette position générale implique aussitôt un formidable rassemblement de tous les pays d’Amérique Latine contre les militaires honduriens, c’est-à-dire autour de Chavez; d’ailleurs, non, de tous les pays membres de l’Organisation des Etats Américains, dont les USA font partie. Par conséquent, les USA du côté de Chavez, – ce Chavez qui est à tu et à toi avec Ahmadinejad, avec les Russes et avec les Chinois…. Non, enfin, soyons plus précis: un rassemblement de toute la “communauté internationale“ autour de Chavez. Ainsi en est-il au temps de la dialectique “démocratie-droits de l’homme”, dont Chavez est aujourd’hui le porte-parole temporaire obligé, et, espérons-le, secrètement rigolard.
Disant tout cela, on ne dit pas que nous vivons, heureux, dans une époque brillante, et que nous aimons beaucoup cette époque. On sait ce que nous pensons des choses aujourd’hui, de leur bassesse, de leur médiocrité, de la petitesse du personnel politique. On sait ce que nous pensons du fait que la diplomatie de la patrie d’un Vergennes ou d’un Talleyrand, – pour nous en tenir à un exemple qui nous est cher, – soit à ce point conduite par ce monstrueux abaissement de la pensée à quoi revient la dialectique “démocratie-droits de l’homme”.
...On sait aussi, ou l’on devrait savoir, que cette chose, la dialectique “démocratie-droits de l’homme”, est un fait qui pèse de tout son poids. Pour tenir bon compte de la situation du monde, il faut tenir juste compte du poids de la chose, même si l’on préfère se boucher le nez pour le faire. Arriver à une situation où, 15 jours après avoir transformé l’Iran en démon au nom de la dialectique “démocratie-droits de l’homme”, l’Occident doit se rassembler derrière Chavez au nom de la dialectique “démocratie-droits de l’homme”, voilà qui est à la fois coquin, instructif et complètement réjouissant. Voilà qui est également retourner contre le courant déstructurant qui fait de cette dialectique “démocratie-droits de l’homme” un de ses principaux outils, précisément cet outil-là. C’est un épisode de plus dans l’enchaînement des surprises dont est faite aujourd’hui l’évolution des relations internationales.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 7:42

Se pa jwèt non ,peyi Amerik Latin yo ap fòse Etazini fè bak.Tankou dènye atik lan fè remake l "c'est du jamais vu".

Mwen t ap tande kòmantatè Repibliken yo sou FOX TV ap di ke ZELAYA se yon diktatè ,se alye CHAVEZ ak CASTRO,se yon anti-demokrat.
Menm madan CLINTON te kòmanse ap mamote ;manmzèl te gen yon langaj diferan de OBAMA.

Mesye Amerik Latin yo frape pye pou yo di non.Yo di kareman y ap kwape ONDIRAS de òganizasyon e y ap izole l si yo pa kite ZELAYA tounen.Nou konnen dènye fwa OEA te ekspilse yon peyi ,se te Kiba ,an 1962
Si yo remete ZELAYA sou pouvwa A ,se ap yon mesaj klè pou koudetayis yo e elit yo ki refize okenn chanjman lan peyi sa yo.
Revenir en haut Aller en bas
Leyou
Senior


Féminin
Nombre de messages : 58
Localisation : USA
Loisirs : Lecture
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 8:50

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 AFP_090701soldat-honduras_8

Photo: AFP/Orlando Siena

Un soldat hondurien lit un quotidien pendant des manifestations.
Trois jours après le renversement par l'armée du président hondurien Manuel Zelaya, l'Organisation des États américains (OEA) hausse le ton. Elle a invoqué la charte démocratique interaméricaine mercredi et donné aux nouvelles autorités en place 72 heures pour restaurer la démocratie sous peine d'être suspendues.
[L'OEA] réclame le retour immédiat, sûr et sans condition du président Manuel Zelaya dans ses fonctions constitutionnelles.


— Organisation des États américains

Elle ajoute qu'« aucun gouvernement émanant de cette interruption anticonstitutionnelle ne sera reconnu ». L'organisation charge son secrétaire général, Jose Miguel Insulza, d'entreprendre des « initiatives diplomatiques visant à restaurer la démocratie et l'état de droit ».
Si ces exigences ne sont pas remplies dans les 72 heures, « l'assemblée générale spéciale (...) suspendra le Honduras ».
L'OEA avait entamé mardi soir une séance spéciale consacrée au Honduras après le putsch de dimanche, le premier réussi en Amérique centrale depuis la fin de la Guerre froide.
De l'ONU à l'Union européenne en passant par la Banque mondiale
Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 AFP_090701manuel-zelaya-un_6

Photo: AFP/Chris Hondros

Manuel Zelaya devant les Nations unies
Le président élu, Manuel Zelaya, avait reçu le soutien de la communauté internationale devant l'assemblée générale des Nations unies mardi. Celle-ci a adopté une résolution par consensus condamnant ce qu'elle a qualifié de coup d'État et a demandé « le rétablissement immédiat et sans conditions du gouvernement légitime et constitutionnel » du Honduras.
L'Union européenne menace de rappeler ses ambassadeurs « pour consultations ». L'Espagne a ouvert le bal en rappelant le sien mercredi.
Aux pressions politiques se sont ajoutées des pressions économiques. La Banque mondiale a annoncé qu'elle « gelait » tous les prêts pour les programmes de développement dans le pays.
Les pays du Système d'intégration centraméricaine (Sica) ont annoncé la suspension de leurs relations commerciales et rappelé leurs ambassadeurs.
Manuel Zelaya avait auparavant reçu l'appui de la gauche latino-américaine lors d'un sommet extraordinaire de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques.
Le tout sans compter la suppression des vols commerciaux en raison du couvre-feu, une mesure qu'ont prolongé les putschistes pour toute la semaine, de 21 h à 5 h du matin.
Un retour en force
Fort de ce soutien, Manuel Zelaya a affirmé qu'il retournerait jeudi dans son pays avec plusieurs dirigeants étrangers.
À la tribune des Nations unies à New York, le président déchu a déclaré qu'il serait accompagné par les présidents argentin et équatorien et par les chefs de l'OEA et de l'Assemblée générale de l'ONU.
Manuel Zelaya a précisé qu'il rentrait pour poursuivre son mandat, jusqu'à son terme prévu, début 2010. Du même souffle, il a affirmé qu'il refuserait d'en effectuer un second si on le lui demandait.
Si on m'offrait la possibilité de rester au pouvoir [pour un second mandat], je n'accepterais pas.


www.radio-Canada.ca/nouvelles
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 9:48


Honduras. Les « intérêts USA » encore aux mains des militaires de la Joint task force Bravo


par Manlio Dinucci






Mondialisation.ca, Le 1 juillet 2009
Il manifesto


Le président Obama, après s’être déclaré « profondément préoccupé par la détention et l’expulsion du président Zelaya », a demandé que « tous les acteurs politiques et sociaux au Honduras respectent les règles démocratiques ». Il a donc pris officiellement ses distances avec le coup d’Etat. Il ne peut pourtant pas ignorer qu’au premier rang, chez les « acteurs politiques » du Honduras, se trouvent les militaires étasuniens. C’est à la tristement célèbre Ecole des Amériques, gérée par l’US Army à Fort Benning (Georgie), qu’ont été formés le général Romeo Vasquez, le chef des golpistes, et le général Luis Suazo, chef d’état-major de l’aviation qui a joué un rôle clé dans le coup d’Etat. C’est à cette même école, rebaptisée en 2001 « Institut de l’hémisphère occidental pour la coopération sur la sécurité », que se formèrent les généraux Juan Castro, Policarco Garcia et Humberto Hernandez qui, dans les années ‘70 et ‘80, soumirent le Honduras à une dictature des plus féroces, en créant un des plus redoutés escadrons de la mort d’Amérique latine, le Bataillon 3-16. Les golpistes actuels ne sont cependant pas que les revenants d’un passé désormais enseveli.
Sous un nouveau nom, l’Ecole des Amériques continue à opérer au Honduras. Dans la base aérienne de Soto Cano, où siège l’académie aéronautique et navale hondurienne, opère une unité inter-forces étasunienne, la Joint task force Bravo, dépendant du U.S Southern Command, dont le quartier général est à Miami et dont l’ « aire d’intérêt » comprend l’Amérique centrale, méridionale et les Caraïbes. La « mission » de la Jtf-Bravo consiste à « soutenir les intérêts étasuniens en Amérique centrale », en, avant tout, « aidant les forces armées latino-américaines à développer des structures et des doctrines appropriées ». C’est dans cet objectif que la Jtf-Bravo organise 3-5 grandes manoeuvres par an, dirigées par le président des chefs d’Etat-major réunis (le général de plus haut grade au Pentagone).
En plus de fournir une assistance militaire à travers la Jtf-Bravo, le gouvernement étasunien finance l’armée hondurienne dans le cadre du budget pour les « opérations à l’étranger ». Pour l’année fiscale 2009, on prévoit une allocation d’un million et demi de dollars pour la formation et l’entraînement, qui ne sont qu’une petite partie des financements que l’armée hondurienne reçoit des Etats-Unis. Dans le même budget, est prévue une allocation d’environ 10 millions de dollars pour un programme, géré par l’USAID, qui aide le Honduras à « gouverner avec justice et démocratie », à quoi s’ajoutent 7 millions de dollars pour l’aider à instaurer le « bon gouvernement ».
Le visage que présente Washington au Honduras est celui d’un bienfaiteur. Les militaires y contribuent activement par diverses œuvres méritantes. En mai dernier, quand la frégate anti-missiles étasunienne Doyle est arrivée au port de La Ceiba, pour des « échanges professionnels avec les militaires honduriens », les marins étasuniens sont allés réparer et repeindre une école. Le 20 juin, quand plusieurs F-16 et autres avions militaires sont arrivés des Etats-Unis à la base Armando Escalon, 35 mille dollars ont été recueillis pour un hôpital. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce visage ? En d’autres termes, est-il possible que la toute puissante ambassade étasunienne au Honduras et le commandement de la Jtf-Bravo, qui entraîne les militaires honduriens, n’aient pas été au courant des préparatifs du coup d’Etat ? Est-il possible qu’ils n’y aient tenu aucun rôle ? C’est sur cela, et sur les opérations de déstabilisation en Amérique latine, héritées de l’ère Bush, que le président Obama devrait faire toute la lumière.
Reçu de l’auteur et traduit par Marie-Ange Patrizio
Edition de mardi 30 juin de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20090630/pagina/09/pezzo/253646/


Manlio Dinucci est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca. Articles de Manlio Dinucci publiés par Mondialisation.ca
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 EmptyMer 1 Juil 2009 - 9:54

Genlè miseu ap tounen vre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: